Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1298870
Il pleurait car il a tout quitté, sa vie en Angleterre, sa petite fille là bas, son groupe, son travail qu'il adorait etc...
Et ça ne t'a pas mis un énorme warning rouge ? Au moins, ça te fera une leçon pertinente pour tes prochaines histoires : fuir un homme qui pleure son passé.

J'ai connu un type comme ton ex il y a quelques années, rencontré aussi via une appli de rencontres, séparé depuis deux ans et demi, cherchant une histoire sérieuse (joueur de pipeau bonjour :lol: ), soit disant ayant tourné la page de son ex (dix ans avec elle, amour de jeunesse mais histoire du passé pour lui) et... premier jour chez lui, je vois le nom de l'ex toujours sur la sonnette, des livres à elle dans la bibliothèque. Gros warning que je refuse d'écouter. Il me quitte au bout de trois mois, se rendant compte (pour la énième fois en deux ans et demi) qu'il n'avait toujours pas tourné la page et pleurait toujours leur histoire passée.

Il n'y a rien à pleurer, ça a été une courte relation, elle t'a apporté du positif, de bons moments, de bons souvenirs, utilise là pour mieux comprendre ce que tu attends de tes futures relations et tourne la page. La vie est courte, et ta vie vaut mieux que de pleurer sur un homme qui pleure pour une autre femme.
krecher ont aimé ça
#1298872
Et bien le problème c'est que je ne savais pas qu'il pleurait ! Je lui avais déjà posé quelques questions concernant cette histoire et il me disait toujours que c'était du passé, que ça allait bien aujourd'hui.
Donc non je n'ai rien vu car il ne m'a rien dit.
Il s'est confié à moi là dessus lors de notre dernière conversation.
#1298873
C'est frustrant, je sais, moi aussi je me souviens, les premières semaines avant qu'il ne m'invite, je ne soupçonnais pas du tout qu'il avait laissé autant de traces d'elle dans sa vie.

Par contre, j'ai relu ton premier message, et je pense que ton warning, tu l'as eu quand il t'a présenté à tout le monde au bout de trois semaines alors que vous étiez dans une relation à distance.

Malheureusement, ce qu'il a ressenti s'appelle un feu de paille. Il a certainement sincèrement voulu y croire, d'où sa précipitation.

Dis toi qu'il n'y a que le temps qui permet de voir l'engagement des gens, chez lui, ça aura tenu quelques semaines. Tu le croyais stable : il ne l'était pas.

Tu penses vivre un rêve éveillé : c'est qu'il y a souvent un loup quelque part (je parle d'expérience). Dans les premières semaines, on est amoureux de l'amour et des sensations qu'il provoque, pas de l'autre personne. Et quand ça va trop vite, que tout a été fait dans la précipitation, il n'y a plus rien pour faire vivre l'étincelle. L'amour, le désir se nourrissent du manque dans les premiers mois de la relation, quand on donne tout dès le début, on étouffe la flamme, et paf.
Carrie007 ont aimé ça
#1298899
Hello Orchidear ,

Pour répondre à ta question oui c'est normal d'avoir l'impression qu'on ne sortira jamais de cet état d'abattement, des montagnes russes ...Mais on en sort, promis ;)

Je rebondis sur ce type de relation, avec un emballement très fort au début . Je pense effectivement qu'il faut se méfier , un peu, de ça . J'ai connu ce type de mésaventure, j'ai trouvé ça suspect , et j'ai voulu freiner ( je me souviens même avoir exprimé mon étonnement à mon ex devant son emballement soudain et lui avoir demandé s'il n"était pas " amoureux de l'amour ", exactement l'expression employée ci dessus , ce qu'il a farouchement nié bien sûr :lol: ). Et puis j'ai fait taire ce warning, même à plus de 40 ans on a tellement envie de croire à l'âme soeur ;)

Et je comprends que tu sois déstabilisée ++, c'est vraiment très très dur pour l'estime de soi de susciter autant d'amour , puis de désamour en peu de temps .
Mais garde bien en tête que tout cela s'est joué en dehors de toi, et que tu n'en es pas responsable . Avec le recul j'ai compris que jen'avais que peu à voir avec la personne haïssable que mon ex a couverte de reproches à la fin ( pas plus qu'avec la déesse qu'il vénérait au début d'ailleurs :mrgreen: ) .

Bref pour reprendre les mots d'un pote après s'être fait larguer " je ne le prends pas comme quelque chose de personnel" . On en a ri , mais quelque part c'est vrai.
Cela s'est joué en lui , donc ne te culpabilise surtout pas.

Bon courage à toi
#1298969
Merci à tous (dix ans après...).

Oui effectivement, avec le recul, je me dis que j'aurai dû m'en méfier mais en même temps quand tu es plongée dans ce genre d'histoire et que tout te paraît évident, il est difficile d'être totalement lucide.
En revanche, je parlais beaucoup de cette relation à mes proches, car j'avais perdu confiance en moi après deux relations complètement foireuses. Ma meilleure amie qui est la femme la plus critique de la terre (elle est et sera toujours très méfiante voir même relativement négative sur tout), a elle aussi été dupée. On en a reparlé il y a quelques jours, et elle même est encore sous le choc. Je suis une grande fille, j'ai vécu plein (enfin pas 10000 non plus) de ruptures, mais là effectivement c'est particulièrement déroutant.
Et oui ce concept d"'âme soeur"... Moi aussi, j'y ai bêtement cru. Quand je repense à nos tout débuts, ça me rend folle, mais c'est comme ça, il faut que j'apprenne à avancer sans lui, en m'éloignant le plus possible de ces souvenirs.
Et oui, j'ai perdu confiance en moi alors que je commençais vraiment à remonter la pente (j'avais commencé avant lui, évidemment il n'était pas essentiel à ma reconstruction, il m'apportait juste du bonheur, un bonus, un gros bonus). Et ça, c'est particulièrement douloureux. Ce sentiment d'"injustice", se dire "merde, pourquoi ? Alors que tout allait bien, mieux, me voilà qui replonge encore...". Mais cette rupture m'aura appris qu'avant toute chose je dois être solide, vraiment solide, avant de commencer une histoire.

Certaines de ses phrases à lui resurgissent, parfois... Il y en a une aujourd'hui qui m'est revenue. On discutait de mon manque de confiance en moi lié à mes précédentes relations, de ma reconstruction et pour rire il m'a lancé "je le savais que j'étais ta relation pansement haha!". Sur le coup ça nous a fait rire, tous les deux.
Aujourd'hui quand j'y repense, je trouve ça quand même sacrément dingue.
lyreca ont aimé ça
#1298980
Disons que c'est toujours plus simple de comprendre ce qui s'est passé a posteriori , et il faut souvent beaucoup de temps pour avoir un peu de lucidité.

Il ne faut pas culpabiliser de s'être laissée emporter, c'est la vie après tout , et on fait les choses spontanément quand elles se présentent . Et heureusement qu'on a cette capacité de se laisser aller .
Personnellement, malgré toute cette souffrance dont je viens à peine de sortir , je ne regrette pas ce qui c'est passé. Je crois que cette histoire d'amour a été nécessaire pour moi à ce moment là de ma vie , pour m'aiderà sortir d'un long mariage qui nétait plus heureux depuis longtemps. J'avais sans doute besoin de cette intensité ( avec ce qu'elle comporte d'illusion ) à ce moment là de ma vie. Et lui aussi certainement , qui a enchainé plusieurs histoires après son divorce il y a 5 ans .
Où est la part de réalité, d'illusion et d'"acting" là dedans , ce n'est pas forcément bien délimité. Notre entourage a également été très sidéré de cette fin , car on était très fusionnels et amoureux pendant 18 mois.

Et puis , les limites ne sont pas toujours très claires . On arrive tous dans une relation avec notre passé , dans une certaine mesure , une relation amoureuse "répare " toujours un peu . C'est quand on n'arrive plus à tenir debout sans la relation que ça devient embêtant.

Avec le temps , tu vas te détacher des bons moments . Presque 9 mois après, pour moi, les bons souvenirs se sont estompés, alors que les premières semaines j'avais presque un syndrome de manque. Sans doute par un réflexe salvateur, je n'associe plus mon ex au bonheur, mais à la souffrance, à la déception, ce qui aide à se détacher .

Je partage ton avis sur la nécessité de reconstruction . Il faut s'écouter. En ce qui me concerne , je n'ai aucune envie de me lancer dans une nouvelle relation, je me suis reconstruit une vie rassurante, avec des habitudes, des activités, un entourage sympa,J'ai une vie équilibrée et heureuse entre mes amis, ma fille, mon travail et je n'ai même plus la disponibilité pour une relation :lol: ( je vois bien qu'il me serait difficile de faire de la place, des concessions et d'accorder à nouveau ma confiance ). Mais j'ai progressé, au début je me disais qu'il n'y aurait plus jamais personne :lol:

Accorde toi du temps ;)
lyreca ont aimé ça
#1299108
Et moi j'avais surtout besoin de stabilité... Je lui ai dit et redit. Quand je pense à nos dernières conversations je suis folle. Un jour (peu de temps avant la rupture) il m'a dit je t'aime (en vrai) et je lui ai dit pour le taquiner "tu es sur ?", il m'a répondu "bah évidemment ! Tu crois que je me serais engagé dans une relation à distance, que je t'aurai présenté à toute la famille si je n'avais été sur de moi ?"
Selmasultane, je crois que je deviens folle.
Je n'ai plus envie de rien et j'ai même des idées noires le matin au réveil.
#1299111
« Mais cette rupture m'aura appris qu'avant toute chose je dois être solide, vraiment solide, avant de commencer une histoire. »

Je pense qu’il en est-va de même pour cette stabilité dont tu as besoin... c’est à toi à la créer, à l’amenager -seule - dans ta vie... parce que là - à te lire - tu sembles plus peinée et en colère que la vie stable que tu avais imaginé auprès de lui, n’existe plus, n’existera jamais - voire n’ai jamais existé - t’avais visiblement beaucoup misé sur lui, pour ça...

Et on peut aimer quelqu’un et ne pas vouloir s’engager - ou ne pas vouloir s’engager avec la personne que l’on aime...
#1299116
Non triste et en colère de l'avoir perdu (même si il ne n'appartenait pas). Et puis on était en phase sur ce concept de "stabilité" avec les mêmes idées/envies concernant le futur.
Je suis consciente d'être responsable de mon propre bonheur, et que ça demande du travail. Je ne suis pas dépendante affective et je sais ce que cela signifie pour l'avoir été il y a de cela quelques années. Quand je l'ai rencontré je n'ai pas voulu à tout prix le séduire ou faire en sorte qu'il m'aime. Je n'ai pas voulu y croire non plus par besoin d'affection. Il m'est juste tombé dessus sans que je ne m'y attende et m'a fait miroiter monts et merveille, sans que je ne le veuille. Évidemment, je l'ai accueilli à bras ouverts dans ma vie. Qui refuserait de vivre un début d'histoire pareil ?
#1299118
« Il m'est juste tombé dessus sans que je ne m'y attende et m'a fait miroiter monts et merveille, »

Je te propose de reconsidérer ton « non »...

Et lui tu ne l’a pas perdu - tu peux l’avoir dans ta vie, en étant ami.e.s c’est possible...
#1299120
« Non triste et en colère de l'avoir perdu » ta réponse à mon sentiment que tu « pleures » plus la relation future, que lui...

C’est vraiment ce que je vois... dans tes mots. Je reste assez perplexe, également, qu’une relation de 4 mois puisse impacter ainsi... tu as cru à un futur stable et aujourd’hui tu dois tirer un trait dessus... pour moi, c’est à ce propos que tu dois te questionner...

Quant à lui, en tant que personne, être amie de suite me paraît prématuré pour toi, mais plus tard, oui, être ami me semble possible... il est vivant, t’es pas obliger de le rayer de ta vie si tu ressens de la tristesse à ne plus l’avoir dans ta vie... je comprends pas que t’imposes ça... tu ne sais d’ailleurs absolument pas ce qu’il en sera dans 2 ou 4 mois...
#1299121
Oui mais tu sais bien que lorsqu'on aime quelqu'un, habituellement on se projette un minimum. Donc je le pleure lui et la vie que j'avais imaginé avec lui. Enfin, qu'on avait imaginé car c'était souvent lui qui se projetait avant moi. C'est un "global" que je pleure.
Oui, je conçois que 4 mois, ça puisse te paraître extrêmement court. Et pourtant, en 4 mois on a partagé beaucoup de choses, on a tout vécu en accéléré si bien que j'avais l'impression de le connaître depuis des années et réciproquement. Je me sentais juste en sécurité (même si on ne l'est jamais vraiment). Et plus encore, en confiance. C'est pour ça que la chute est rude. Et pourtant j'ai vécu des relations longues, des moins longues, bref, presque tous les cas de figure mais n'ai jamais autant souffert qu'avec cette rupture. Il y a, je crois, des personnes qui nous marquent plus que d'autres.

Pour l'amitié... Quand on me ment en général, je ne peux pas revenir vers l'autre.
#1299122
« Je me sentais juste en sécurité (même si on ne l'est jamais vraiment). Et plus encore, en confiance. »

... parce qu’il dessinait des projets de vie...

Et non, je ne savais pas qu’habituellement, quand on aime quelqu’un, on se projette... je n’ai eu que des relations à distance, et dans chacune, avec chaque homme, je vivais au jour le jour... et je les aimais... mes 3 relations ont duré 2 ans, 7 ans, et 9 mois...
#1299124
Hello Orchidear,
Je me reconnais un peu dans ton histoire. Relation assez courte (5 mois) mais dans mon cas ça a été les montagnes russes. Le jeu du "on ne doit pas s'attacher mais on s'attache quand même", "on est libres mais après tout on devient jaloux". Du coup de mon côté j'avoue n'avoir pas pu goûter à la réalité d'une vraie relation de couple (disons officielle).
Par contre comme toi c'était très, très intense. Des messages parfois à la limite des déclarations, des regards qui ne trompent pas. Des moments dingues, des jours et des nuits passés ensemble sans interruption. Bref la folie, le coup de foudre tout ce que tu veux.

En lisant les autres, plus objectives et plus expérimentées (et bienveillantes), je ne peux qu'approuver ce qu'elles disent. Ce genre de mecs qui traînent des boulets à leurs pieds (histoires passées, ex du genre grand amour toujours en contact) ne sont pas stables. Tu pleures une stabilité que tu n'auras pas, mais étant donné le spécimen il ne te l'aurait pas offerte quoi qu'il en soit. Parce qu'il n'a pas encore réglé ses comptes avec son passé. Quand je dis tout ça, au fond je me réponds aussi à moi-même.
Je connais les mêmes questionnements que toi, les mêmes moments difficiles, les mêmes désillusions d'autant que je suis célibataire depuis bientôt 5 ans, que je n'ai eu qu'une vraie relation dans ma vie qui me paraît presque dérisoire au vu de la passion de cette dernière histoire.
Toutes tes incertitudes et tes questions tournées vers lui, apprends à les tourner vers toi à présent. A te demander ce que tu veux vraiment, pourquoi, ce que tu vas fuir à l'avenir (le fameux warning qu'on aime tellllllement ignorer parce que c'est siiiiiii beau au début). Peut-être que ce n'était pas de la dépendance affective mais ça s'en rapproche puisque tu as beaucoup misé sur cette relation (je dis ça parce que je suis dans ce cas-là pour ma part, y a rien de rabaissant ou autre :P ). Tu n'arrives pas vraiment à avancer parce qu'en fait ton "monde" durant ces quatre mois tournait beaucoup trop autour de lui et des projets que tu imaginais. Ces projets qui ont finalement été avortés.
Le plus dur dans ces relations hyper intenses, mais courtes, c'est qu'il y a un sentiment injuste d'inachevé. Pleins de "si", plein d'inconditionnel... Mais on vit pas à l'inconditionnel. Forcément il faut du temps, et moi je comprends totalement que ça t'impacte beaucoup même si c'était court, mais c'est justement peut-être lié à ce côté conte de fée avec une fin en plein milieu du bouquin.

(D'ailleurs si ça peut t'aider, moi ça m'a énormément bouleversée lors d'une première "séparation" avec le dit jeune homme, je te conseille de lire : "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une" de Raphaelle Giordano. Mine de rien, quand je rentrerai de chez ma famille je pense le relire parce qu'il a vraiment engendré une soif de revivre à l'époque.)
Modifié en dernier par Tinker Bell le 04 mars 2019, 12:09, modifié 1 fois.
lyreca ont aimé ça
#1299131
Orchidear a écrit :
03 mars 2019, 20:39
Et moi j'avais surtout besoin de stabilité... Je lui ai dit et redit. Quand je pense à nos dernières conversations je suis folle. Un jour (peu de temps avant la rupture) il m'a dit je t'aime (en vrai) et je lui ai dit pour le taquiner "tu es sur ?", il m'a répondu "bah évidemment ! Tu crois que je me serais engagé dans une relation à distance, que je t'aurai présenté à toute la famille si je n'avais été sur de moi ?"
Selmasultane, je crois que je deviens folle.
Je n'ai plus envie de rien et j'ai même des idées noires le matin au réveil.
Je comprends parfaitement ton sentiment . Peut être ta réaction semble-t-elle disproportionnée à d'autres, mais compte tenu de l'attitude, des mots , de l'engagement extrême de mon ex pendant nos 18 mois de relation, j'ai cru devenir folle d'incompréhension moi aussi à la rupture .
Et puis le temps guérit ( gros cliché mais c'est vrai ). Bon je me suis prise en main aussi, j'ai démonté ce qui dans mon comportement avait induit ça aussi.
.
Vois tu un psy ? Je l'ai fait et ça aide .

Et je comprends que tu n'aies pas envie de rester amis. Je suis du genre à rester amis avec mes ex mais là je doute que ce soit possible. Mon ex a pris des nouvelles et suscité le contact régulièrement depuis la rupture ,et puis il m'a annoncé avoir rencontré qqn en janvier .
J'ai enfin compris que je ne ME traitais pas bien en acceptant de faire comme si de rien n'était , comme si je ne lui en voulais pas ; et j'ai coupé tout contact en bloquant son telephone.

Je vais beaucoup mieux depuis bien avant ça, je n'ai plus tellement de chagrin, ni de rancoeur, ma vie me plait .

Pour autant, quelqu'un qui respecte les sentiments d'autrui ne passe pas de telles déclarations ( et pour moi ça impliquait ma fille , cela a des conséquences ) à un rejet façon déchet . Et moi je ne veux pas dans ma vie, et pas non plus comme ami, quelqu'un qui se fiche autant des sentiments d'autrui. De toutes façons l'amitié est quelque chose qu'il ne pratique pas , il n'a pas d'amis , juste des relations superficielles avec des collègues et à la lumière des derniers mois, je comprends mieux pourquoi.

Bon courage à toi
Modifié en dernier par Selmasultane le 04 mars 2019, 12:09, modifié 1 fois.
lyreca ont aimé ça
#1299137
Oui je suis d accord avec les différents poste.
Puis effectivement même une relation de courte durée peut être douloureuse...et J en sais qqchose.

Il est normal de ressentir de la douleur. Jouer avec les sentiments de qqun, parce que pour moi oui c est un Jeu, ça peut faire très mal.
#1299159
A Numéro 7 : je comprends ton point de vue, on a chacun notre propre vision du couple. Je sais que moi j'ai besoin de me projeter à un moment donné surtout dans une relation à distance.

Pour Tinker Bell, je plussoie à 1000%, ce fut court mais très intense. Et oui, arrêt brutal en plein milieu du "conte de fée" avec ce goût d'inachevé qui est juste horrible. "Est-ce qu'on se serait entendus sur le long terme ?" "Pourquoi n'a t- il pas voulu me revoir une dernière fois pour confirmer ses ressentis ?"(ça c'est le pire pour moi, comme une grosse claque dans la figure à la lecture de son message alors qu'on devait se voir 24h plus tard). Toutes ces questions resteront à jamais sans réponse.
Je vis mal la rupture oui car il me manque. Mais j'ai l'impression d'être traumatisée à cause de sa façon d'avoir rompu et entretenu l'illusion. Surtout que je ne sais plus ce qui était vrai ou faux dans notre histoire.
Oui j'avais misé sur cette relation parce que j'étais prête à quitter ma ville (et donc une partie de ma vie) pour lui. C'est dur !
(Merci pour le bouquin, je m'y mets dès que j'arrive à rester concentrée plus de 5 minutes :laughing:)

Pour Selmasultane : Oui tu as bien fait de couper le contact. Ça me paraît plus sain surtout après un rejet aussi brutal. Je me répète, mais NON ce n'est pas normal comme comportement. Et pourtant j'en ai vécu des ruptures ! Mais traiter l'autre de cette façon ce n'est pas sain du tout. On ne peut pas continuer à faire des déclarations jusqu'à la fin si on doute. Ça s'appelle jouer avec l'autre, l'utiliser pour combler un manque. Il m'a juste traité comme un objet. Donc je comprends ton ressenti Selmasultane, c'est aussi pour toutes ces raisons que je ne pourrais rester amie avec lui. Ni même lui reparler. D'ailleurs, à part la lettre, je ne l'ai jamais contacté. Pourtant j'ai tendance à le faire quand on me largue, même si je sais qu'il y a une incompatibilité. Question d'ego, je crois. Là non. Je suis dégoutée. Et pourtant l'attachement est toujours là. Aujourd'hui je me suis repassée en boucle la scène de la rupture.
Et, qu'est ce que c'est dur de ne pas céder à la tentation d'aller voir son Facebook ou ses clips sur YouTube (moi qui adorait le faire quand j'étais loin de lui).

Pour Lyreca : Merci de me comprendre et de compatir.
#1299221
Quelques nouvelles :
J'ai eu une prise de conscience hier soir en parlant avec mes amies. Plus tôt dans la journée j'ai été fouillé dans le Facebook de son ex (Oui je sais, c'est nul) et j'ai vu qu'il avait aimé une photo d'elle.
Je suis désormais certaine qu'ils sont de nouveau ensemble. Ça fait mal.
Selon moi, j'ai donc été sa relation pansement.
L'emballement des débuts, le fait qu'il veuille "brûler les étapes", ses compliments à outrance etc...
Par contre, ce qui me fait encore plus mal, c'est que je n'imaginais pas qu'on puisse être à ce point impliqué dans une relation pansement. Surtout à distance. Il y a plus simple pour se remettre d'une rupture non ?
#1299232
Bonjour,
Et bien si tu le dis et ce, au vu d'un simple "like" sur une photo FB....clap clap clap ... bravo !
NB : désolé si je paraît un peu dur, mais bon ...
Et donc tu as été une relation pansement, comme plus ou moins toutes les relations qui ne durent que quelques petits mois, aussi intenses soit-ils...l'amour est une course d'endurance et la passion un sprint... choisi ton camp, camarade !

Et pour répondre directement à ta question, non, il n'y pas de règle précise pour ce cas de figure.

Votre relation aurait très bien pu continuer s'il y avait eu le "truc" entre vous (je parle du vrai, celui qui fait que l'on souhaite s'attacher, pas nécessairement en s'emballant -dans du papier cadeau- ni en vivant un période passion +++)
Il ne l'avait donc pas, et cela a mis un terme à votre relation.
Tu sais que ce soit à distance (ou l'on peut aussi profiter de son petit confort personnel) ou non, rien ne peut présager ce que deviendra une relation mis à part les protagonistes...

En tous cas, c'est bien d'avoir pris conscience, ça va te faire avancer... et pour tes futures relations (qui seront, j'en suis certain, épanouies) tu comprendras que l'intensité, aussi belle soit-elle, n'est pas gage de pérennité.

bon courage à toi !
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
fin de 18 ans de vie commune

Bonjour ninix, Déjà, je suis d&eacu[…]

Au fond du gouffre

Bonjour Lili, Je ne suis pas vraiment intervenue s[…]

Bonjour Carrie Et pour elle? Même si l[…]

Salut a tous Moi c'est Fred 30 ans, je résu[…]