Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
Avatar du membre
par Numéro 7
#1333821
De mon côté, je t'encouragerai à ne pas t'interdire d'exprimer ce que tu ressens - notamment toutes ces choses que tu aurais aimé lui dire, toutes ces choses que tu as comprise après coup. Achètes toi un carnet pour y écrire à la main et ainsi apprendre à passer du temps avec toi... Le mot dépendance, lui, me fait souvent penser à l'expression " On ne met pas tous ses oeufs dans le même panier " Dans ce cas là je pense nécessaire de diversifier les activités : artistique, sportive, associative, caritative, créative... cela va te permettre d'apprendre à te connaître, et, si ces activités se font avec d'autres, de lier connaissance et développer d'éventuelles amitiés... d'avoir donc plusieurs fils à tenir dans ta vie... et auxquels te rattraper lorsque ça flanche ailleurs...
Janysse, Eloooooo ont aimé ça
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

par Janysse
#1333822
Bonjour Elo,

Je reconnais dans les actions que tu viens de mettre en oeuvre (psy, kinésio) ma propre panique et volonté d'aller mieux tout de suite après une rupture. Je veux faire ceci ou cela pour aller mieux rapidement, m'en remettre en deux deux, passer vite vite à autre chose et envisager ma prochaine relation amoureuse.

Ça me déprime un peu parfois, et désolée d'avance si ça te déprime aussi, mais ça ne marche pas comme ça. Il faut beaucoup, beaucoup de temps pour guérir de blessures pareilles. Surtout que tu cumules séparation de ton ex, et séparation de ton ex ex. Des mois, des années parfois. Le chemin qui t'attend est vraiment très long et c'est décourageant au début. C'est pour ça qu'il ne faut pas se concentrer sur la destination finale ("quand j'irai bien", "quand j'irai mieux", "quand je serai guérie", "quand je ne serai plus dépendante affective") mais bien sur le chemin en lui-même : que puis-je faire, jour après jour, pour passer de bons moments ? Pour rendre la souffrance tolérable ? Pour me faire du bien ? Pour me donner de l'amour ? Pour être douce avec moi-même ? (La destination "finale" n'est d'ailleurs jamais finale, et on ne sait jamais où elle mène à l'avance.)

Aller voir un·e psy est une très bonne chose, qui t'aidera à avancer sur le long terme. Et je rejoins Numéro 7, il est très important de "diversifier le risque", de développer plusieurs cercles sociaux complémentaires, de ne pas tout miser sur une personne ou un groupe de personne. Qu'est-ce que tu aimes faire dans la vie ? Quels sont tes loisirs, tes passions ?
par Eloooooo
#1333823
Janysse a écrit : 09 août 2022, 14:45 Bonjour Elo,

Je reconnais dans les actions que tu viens de mettre en oeuvre (psy, kinésio) ma propre panique et volonté d'aller mieux tout de suite après une rupture. Je veux faire ceci ou cela pour aller mieux rapidement, m'en remettre en deux deux, passer vite vite à autre chose et envisager ma prochaine relation amoureuse.

Ça me déprime un peu parfois, et désolée d'avance si ça te déprime aussi, mais ça ne marche pas comme ça. Il faut beaucoup, beaucoup de temps pour guérir de blessures pareilles. Surtout que tu cumules séparation de ton ex, et séparation de ton ex ex. Des mois, des années parfois. Le chemin qui t'attend est vraiment très long et c'est décourageant au début. C'est pour ça qu'il ne faut pas se concentrer sur la destination finale ("quand j'irai bien", "quand j'irai mieux", "quand je serai guérie", "quand je ne serai plus dépendante affective") mais bien sur le chemin en lui-même : que puis-je faire, jour après jour, pour passer de bons moments ? Pour rendre la souffrance tolérable ? Pour me faire du bien ? Pour me donner de l'amour ? Pour être douce avec moi-même ? (La destination "finale" n'est d'ailleurs jamais finale, et on ne sait jamais où elle mène à l'avance.)

Aller voir un·e psy est une très bonne chose, qui t'aidera à avancer sur le long terme. Et je rejoins Numéro 7, il est très important de "diversifier le risque", de développer plusieurs cercles sociaux complémentaires, de ne pas tout miser sur une personne ou un groupe de personne. Qu'est-ce que tu aimes faire dans la vie ? Quels sont tes loisirs, tes passions ?
C’est ça, on veut taper à toutes les portes pour avoir une solution miracle immédiate, alors qu’il faut surtout être armé de patience.
C’est vrai aussi que je ne pense qu’à l’après , et non pas à ce que je devrai mettre en œuvre là actuellement , et finalement c’est ce qui importe.
Je t’avoue que la psy ne m’emballe pas, je n’y vois pas encore l’intérêt. Du coup j’essaye malgré tout de m’obstiner. Je me dis que ça ne peut pas me faire de mal , déjà pour aussi évacuer la Lourdeur de mon travail.

Sinon qu’est ce que j’aime , et bien mon travail me prend beaucoup de temps, mais en dehors de ça j’aime la course à pied , la rando et les voyages 🧳
par Eloooooo
#1333824
Numéro 7 a écrit : 09 août 2022, 13:36 De mon côté, je t'encouragerai à ne pas t'interdire d'exprimer ce que tu ressens - notamment toutes ces choses que tu aurais aimé lui dire, toutes ces choses que tu as comprise après coup. Achètes toi un carnet pour y écrire à la main et ainsi apprendre à passer du temps avec toi... Le mot dépendance, lui, me fait souvent penser à l'expression " On ne met pas tous ses oeufs dans le même panier " Dans ce cas là je pense nécessaire de diversifier les activités : artistique, sportive, associative, caritative, créative... cela va te permettre d'apprendre à te connaître, et, si ces activités se font avec d'autres, de lier connaissance et développer d'éventuelles amitiés... d'avoir donc plusieurs fils à tenir dans ta vie... et auxquels te rattraper lorsque ça flanche ailleurs...
Un carnet pour moi tu veux dire ? Pour me libérer ? L’idée n’est pas bête oui.
L’idée de multiplier le type d’activités est pas mal également ;) je note je note
par Eloooooo
#1333825
Elieza a écrit : 09 août 2022, 13:17 Salut Elooo, j'ai vu une kinesio une fois, et je dois avouer que le coté mystico-bizarre (en tous cas de celle que j'ai vue) de la chose ne m'a pas, mais alors pas du tout convaincue.
Ce qui m'a aidée, en parallèle du psy(chiatre), c'est le yoga...un jour en pleine séance je me suis effondrée en larmes, ca a débloqué quelque chose, comme le mentionne Selma.
C'est a toi de voir ce qui te convient ou pas, l'important c'est que tu te sentes bien et en confiance avec la/le thérapeute.
Mouais. Y’a tellement de pratiques différentes , de praticiens différents , d’approches différentes…
Je me dis que je n’ai rien à perdre. A part peut être 60 balles et une heure. :?
Pour le moment je ne trouve pas probantes les séances de psy mais je suis sûrement juste impatiente, et c’est surtout encore le début. Alors je m’obstine. A voir ce qu’elle me dira demain :roll:
Au fait , différence psychiatre psychologue ? A part que le premier est médecin. Pourquoi s’orienter davantage vers l’un que l’autre ?
par Elieza
#1333826
Eloooooo a écrit : 09 août 2022, 15:15
Au fait , différence psychiatre psychologue ? A part que le premier est médecin. Pourquoi s’orienter davantage vers l’un que l’autre ?
Le 1er est médecin, peut prescrire des médicaments et c'est remboursé...le psychologue/psychothérapeute (a part les cliniciens) ne sont pas remboursés et ne peuvent pas prescrire de médocs.
par Eloooooo
#1333827
Elieza a écrit : 09 août 2022, 15:33
Eloooooo a écrit : 09 août 2022, 15:15
Au fait , différence psychiatre psychologue ? A part que le premier est médecin. Pourquoi s’orienter davantage vers l’un que l’autre ?
Le 1er est médecin, peut prescrire des médicaments et c'est remboursé...le psychologue/psychothérapeute (a part les cliniciens) ne sont pas remboursés et ne peuvent pas prescrire de médocs.
Mais sinon par rapport à l’accompagnement et au suivi ?
par Elieza
#1333828
Perso j’ai fait une thérapie avec mon psychiatre comme j’aurais pu le faire avec une psychologue mais j’avais à l’époque vraiment besoin d’une béquille médicamenteuse.
(Et les remboursements bah c’était pas non plus à négliger on va pas se mentir…)
Pour le reste il faut vraiment se sentir bien avec son thérapeute, je crois que c’est vraiment la base.
par Janysse
#1333829
De mon côté je suis suivie par une psychiatre qui s'occupe de mon traitement médicamenteux (je suis prise en charge gratuitement à l'hôpital), et par une psychologue libérale en cabinet pour ce qui est de la thérapie de fond (avec des méthodes spécifiques pour travailler les points dont j'ai besoin).

Parfois les psychiatres ne proposent pas de suivi en thérapie proprement dite, et parfois leurs séances de psychothérapie ne sont pas remboursées, il faut vraiment se renseigner sur leur pratique, poser des questions, et ne pas hésiter à changer de thérapeute lorsqu'on ne se sent pas à l'aise ou qu'on a l'impression de ne pas avancer. J'ai commencé ma thérapie en 2015 et j'ai eu trois psychologues différentes, j'avance vraiment depuis 2 ans avec la dernière psy que je vois.
Elieza ont aimé ça
par Selmasultane
#1333831
Elieza a écrit : 09 août 2022, 13:17 Salut Elooo, j'ai vu une kinesio une fois, et je dois avouer que le coté mystico-bizarre (en tous cas de celle que j'ai vue) de la chose ne m'a pas, mais alors pas du tout convaincue.
Ce qui m'a aidée, en parallèle du psy(chiatre), c'est le yoga...un jour en pleine séance je me suis effondrée en larmes, ca a débloqué quelque chose, comme le mentionne Selma.
C'est a toi de voir ce qui te convient ou pas, l'important c'est que tu te sentes bien et en confiance avec la/le thérapeute.
oui c'est curieux, parfois quelque chose, une phrase, une remarque va faire avancer plus que 10 séances avant.

Mon conjoint a perdu ses deux parents la même année à la petite trentaine, il y a 10 ans ( en plus de pas mal d’ennuis conjugaux et pro ), et sa psychologue a dit un jour "oui, vous êtes orphelin" . Bizarrement ce mot , précis, a résonné en lui et lui a fait prendre conscience de quelque chose .

Moi même ma psychologue EMDR m'a fait comprendre par une phrase anodine dite presque "en passant "qu'il n'était pas anormal de penser toujours à the rupture 2 ans après et que le fait que je trépigne et j'enrage d'y penser toujours faisait prendre de l'importance à la chose ( ça a résonné aussi avec le fameux mantra de la méditation "ne pas s'accrocher à ses pensées, ne pas les juger" ) .En revanche rien de ce que m'a dit une psychiatre ( du genre "ça va passer" :shock: immédiatemen suivi de "ce sera 75 euros" :mrgreen: ) ne m'a aidée
par Janysse
#1333832
Eloooooo a écrit : 09 août 2022, 16:45 Ah ouais quand je vous lis , je me dis que la route est longue longue 😅😅
Ah oui oui, c'est très long... Ce qui n'est pas très étonnant, la construction de la personne prend beaucoup de temps, et on a le temps d'encaisser pas mal de traumas de la petite enfance à l'adolescence, pour démêler 15 ans de bazar (plus les expériences de merde qu'on peut avoir dans sa vie adulte), il faut beaucoup, beaucoup de temps...
par Eloooooo
#1333833
Janysse a écrit : 09 août 2022, 16:58
Eloooooo a écrit : 09 août 2022, 16:45 Ah ouais quand je vous lis , je me dis que la route est longue longue 😅😅
Ah oui oui, c'est très long... Ce qui n'est pas très étonnant, la construction de la personne prend beaucoup de temps, et on a le temps d'encaisser pas mal de traumas de la petite enfance à l'adolescence, pour démêler 15 ans de bazar (plus les expériences de merde qu'on peut avoir dans sa vie adulte), il faut beaucoup, beaucoup de temps...
En fait , tout le monde devrait aller voir un psy finalement
par Janysse
#1333834
Eloooooo a écrit :En fait , tout le monde devrait aller voir un psy finalement
J'en suis convaincue. On va bien tous chez le médecin un jour ou l'autre pour soigner ou prévenir notre état de santé physique, il devrait en être de même pour la santé mentale (le monde ne s'en porterait que mieux).
Avatar du membre
par Numéro 7
#1333843
Eloooooo a écrit : 09 août 2022, 15:06
Numéro 7 a écrit : 09 août 2022, 13:36 De mon côté, je t'encouragerai à ne pas t'interdire d'exprimer ce que tu ressens - notamment toutes ces choses que tu aurais aimé lui dire, toutes ces choses que tu as comprise après coup. Achètes toi un carnet pour y écrire à la main et ainsi apprendre à passer du temps avec toi... Le mot dépendance, lui, me fait souvent penser à l'expression " On ne met pas tous ses oeufs dans le même panier " Dans ce cas là je pense nécessaire de diversifier les activités : artistique, sportive, associative, caritative, créative... cela va te permettre d'apprendre à te connaître, et, si ces activités se font avec d'autres, de lier connaissance et développer d'éventuelles amitiés... d'avoir donc plusieurs fils à tenir dans ta vie... et auxquels te rattraper lorsque ça flanche ailleurs...
Un carnet pour moi tu veux dire ? Pour me libérer ? L’idée n’est pas bête oui.
L’idée de multiplier le type d’activités est pas mal également ;) je note je note
Oui, un carnet pour toi. Pour te libérer oui, si tu sens que ça te pèse, oui. Je conseille souvent ça aux personnes qui ressentent l'envie de dire des choses à leurs ex.e.s - souvent parce qu'il s'agit d'un truc entre soi et soi... que se délester de toutes ces pensées, de tous ces mots, ça fait du bien à soi, d'abord... et s'il doit y avoir un échange ensuite, il sera plus riche - le " superflu " aura été digéré et il ne restera que l'essentiel à dire, à écouter...

Concernant les activités il ne s'agit pas d'aller s'y étourdir... ce n'est pas pour compenser quelque chose non plus... il s'agit avant tout de faire quelque chose de nouveau dans sa vie et de voir ce qui nous fait du bien, ce qui nous va... ce qu'on prends plaisir à faire... d'apprendre à se découvrir... je crois que tu as besoin de passer du temps avec toi... et je te conseille de voir ainsi tes séances de psy... tu ne perds ni 60 euros ni une heure... tu t'offres 60 euros et tu t'offres une heure de temps pour parler de toi et tenter apprendre à vivre au mieux avec toi, à accepter celle que tu es... si jamais c'était trop abstrait pour toi ces séances, n'hésite pas à faire une liste des sujets que tu souhaites aborder et viens avec à tes séances, poses des questions concrètes... tu peux revenir sur des attitudes que tu as eu, des pensées, et en parler, et questionner sur le pourquoi, sur le comment... il s'agit de faire un travail actif... les mots ont un très grand pouvoir... vraiment. Mais il s'agit de les entendre lorsqu'on te les dit, et surtout, de les entendre lorsque tu les prononces... d'être réceptive à soi... Selma et Elieza ont évoqué ce que j'ai également connu... cette phrase dite comme ça, ce truc qui résonne enfin, dont tu prends conscience soudainement... Pour moi c'était chez la sophrologue... et ça m'a fait l'effet d'apprendre, de réaliser, que oui, le cheval blanc d'Henri IV est blanc...
Elieza ont aimé ça
par Eloooooo
#1333850
La séance avec le psy hier à été bénéfique , même si clairement , je n’ai parlé que des conditions de ma
Rupture pendant une heure. Mais ça m’a fait du bien.
Elle n’hésite pas à donner son avis en tant que personne neutre et extérieure à cela, et ça me permet aussi de comprendre quand oui , j’ai deconné…
Elle me conseille de mettre en œuvre quelques petites choses que l’on m’a aussi conseillé ici. Notamment acheter un carnet pour y coucher mes pensées , et aussi m’orienter vers la médiation. J’ai essayé , c’est dur. Moi qui ai du mal à me poser et ne penser à rien … c’est pas gagné. :roll: :roll:
Elle dit aussi de cesser de répéter « j’aimerai que » et de vivre l’instant présent. Reprendre le sport , se forcer a voir du monde , et ne pas se renfermer pour éviter d’être en boucle et ruminer ..
Avatar du membre
par Numéro 7
#1333851
Le médiation ou la méditation ?

Reprendre le sport te feras le plus grand bien... quant à " te forcer " à revoir du monde, je te dirais oui et non... contacte plutôt seulement les personnes qui te font du bien... avec qui tu te sens bien... parce que les gens autour de soi n'empêchent pas de s'évader par la pensée... et donc de te faire ruminer à nouveau... alors qu'avec des gens avec qui tu es bien tu profiteras certainement plus de l'instant présent, justement...