Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Premier rendez-vous, nouveau contact et suite des évènements
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1316549
Selmasultane a écrit : 21 mai 2020, 21:36 Bonjour,

Mais pourquoi vouloir la reconquérir si tu as vécu un tel enfer ?

C'est une vraie question je précise, et sans doute la seule chose interessante à creuser ...il faut être deux pour entretenir un elation dysfonctionelle
Merci ! C'est la question que me pose mon psy, et que je dois approfondir. Car très honnêtement, il y a un comportement masochiste d'une partie de moi qui espère toujours secrètement que mon ex se remette en question et revienne vers moi avec une démarche sincère.

Mais les faits sont là, elle ne s'est rapprochée de moi à quelques reprises durant ces 12 derniers mois, uniquement lorsqu'elle avait besoin de moi. Et dès qu'elle n'avait plus besoin de moi, elle disparaissait.

Ce qui est clair c'est que je ne lancerai plus de reconquête, que je ne ferai absolument plus aucun pas vers elle. J'ai pris conscience qu'elle n'a jamais fait preuve de bienveillance ou d'empathie, et si cela n'a pas changé en 6 ans de vie commune, je ne dois certainement plus espérer quoi que ce soit.
#1316553
Bonjour,
jaromil a écrit : 21 mai 2020, 21:21 Puis oui, bloquer quelqu’un , j’estime que c’est se rabaisser, c’est communiquer l’idée qu’on a pas d’autre solution, qu’on ne sait pas contrôler ses émotions, alors on coupe tout.
Chacun son point de vue (en images) ... pour moi , bloquer signifie qu'un cap de non retour a été franchi.. sachant qu'en amont les choses ont été bien faites, c'est à dire communication franche des choses importantes...
A partir du moment où les choses ont été dites et qu'elles s'ensuivent de choses plus que moyennes, bloquer/supprimer etc me semble tout à fait normal , le message que l'on fait passer c'est "bon, t'es mignonne Raymonde, mais là tu me gonfles un peu les sourcils. Si t'as pas compris tout ce que je t'ai dit, je vais en parler à mon cheval "
Donc de mon point de vue, bloquer est salutaire ...



Enfin, je dois dire que je n’adhère pas à ton point de vue, ni au ton de ta communication. Ce point de vue n’engage que moi.
jaromil a écrit : 21 mai 2020, 21:21 As-tu vécu un pervers narcissique ? Que ce soit un concept inventé ou non, as-tu vécu la torture psychologique que c’est d’être dénigré de chaque action, opinion ou geste que tu fais? De devoir perpétuellement échanger par rapport conflictuel et le rapport de force? De sentir que tu n’es pas écouté, que tu es manipulé à agir contre tes intérêts ? De ne pas pouvoir avoir un échange sérieux deux minutes sans que ça parte en sucette ? De se sentir culpabilisé de manière permanente? D’en aller jusqu’à douter de son intelligence, de sa personnalité, de son intellect ?
Tu sais, moi perso, j'appelle ça un connard/une connasse...chacun ses curseurs....
L'important est que l'on s'en rende compte et qu'on agisse en conséquence, non ?
#1316557
Kakahuet a écrit : 22 mai 2020, 10:03
jaromil a écrit : 21 mai 2020, 21:21 As-tu vécu un pervers narcissique ? Que ce soit un concept inventé ou non, as-tu vécu la torture psychologique que c’est d’être dénigré de chaque action, opinion ou geste que tu fais? De devoir perpétuellement échanger par rapport conflictuel et le rapport de force? De sentir que tu n’es pas écouté, que tu es manipulé à agir contre tes intérêts ? De ne pas pouvoir avoir un échange sérieux deux minutes sans que ça parte en sucette ? De se sentir culpabilisé de manière permanente? D’en aller jusqu’à douter de son intelligence, de sa personnalité, de son intellect ?
Tu sais, moi perso, j'appelle ça un connard/une connasse...chacun ses curseurs....
L'important est que l'on s'en rende compte et qu'on agisse en conséquence, non ?
A 100% avec KKHT
On n'est manipulé que si on le laisse arriver. Il faut être deux pour jouer.

Mais quand on réagit comme toi sur certains écrits (qui ne sont que des écrits), c'est probablement parce que ca te pique quelque part, donc je ne dois pas être tant que ca a coté de la plaque.
Bon courage.
#1316559
Hello,
jaromil a écrit :
As-tu vécu un pervers narcissique ? Que ce soit un concept inventé ou non, as-tu vécu la torture psychologique que c’est d’être dénigré de chaque action, opinion ou geste que tu fais? De devoir perpétuellement échanger par rapport conflictuel et le rapport de force? De sentir que tu n’es pas écouté, que tu es manipulé à agir contre tes intérêts ? De ne pas pouvoir avoir un échange sérieux deux minutes sans que ça parte en sucette ? De se sentir culpabilisé de manière permanente? D’en aller jusqu’à douter de son intelligence, de sa personnalité, de son intellect ?
Je vais répondre à tes interrogations car pour ma part, oui, j'ai eu une relation avec ce genre de personne, qu'on appelle pervers narcissique ou connard, peu importe finalement.

Moi, il était totalement charmant, c'est d'ailleurs pour ça que je suis tombée dedans car il ne me plaisait pas du tout, mais alors pas du tout, à la base. Mais il a bien "tissé sa toile" (c'est lui-même qui avait utilisé cette métaphore, j'aurais dû me méfier, mais j'étais tellement naïve :roll: ) autour de moi, se rapprochant de mes amis pour se rapprocher de moi. Il était intelligent, cultivé, amusant, bref le "mec parfait". Sur le papier, car au bout de quelques temps, il a montré son "vrai" visage, soit quelqu'un qui ne supportait pas qu'on lui dise non, qui voulait toujours n'en faire qu'à sa tête, et que je fasse comme lui le voulait (exemple con, il "m'aimait" avec les cheveux détachés donc demandait, non, pardon, exigeait, que je les laisse détachés quand je le voyais, même s'il faisait 40 degrés…), etc... J'en venais même à m'excuser quand il me raccrochait au nez car, oui, évidemment, c'était de ma faute si la discussion avait mal tourné. Le pire, et je m'en rendais déjà compte à l'époque, était que je savais que je ne l'aimais pas, dans le sens que je n'étais pas amoureuse de lui. Mais je n'arrivais pas à le quitter, j'étais en quelque sorte sous emprise (même si pour ma part je trouve, avec le recul, le terme trop fort). Et il était tellement "charmant" au demeurant que mes amies m'enviaient… J'aurais été folle de le quitter!

Je te passe plein de détails et d'anecdotes, j'en ai à foison. Moi aussi j'ai commencé à douter de moi, de mes choix, de mon intelligence, etc...
Ce qui m'a "sauvée"? Le fait que lui me pressait pour avoir un enfant (j'avais 27 ans à l'époque et lui 37) et que moi je refusais, estimant que c'était beaucoup trop tôt (et en fait je crois qu'un warning bien rouge et bien clignotant se manifestait déjà dans mon cerveau, et sur cette question, c'est quand même clairement nous, les femmes, qui détenons le pouvoir). Et? Il a fini par me quitter, sans me le dire, du jour au lendemain, non du matin au soir, oups… plus de nouvelles, envolé l'homme "parfait". J'ai été au trente-sixième dessous, ne comprenant pas. Comment cet homme qui m'adorait (ben oui, il m'adorait forcément pour m'avoir courue après si longtemps, pour se montrer si "dur" - sans mauvais jeu de mots, hein, je vous connais, enfin surtout un :D -, c'était pour mon "bien") avait pu me laisser tomber?

Et bien tu sais quoi, c'est le meilleur service qu'il m'ait rendu! Et je crois que cette femme, si elle est aussi terrible que tu la décris, t'a rendu un sacré service en te quittant, c'est la meilleure chose qui pouvait t'arriver. Certes, vous avez un enfant en commun et vous devrez toujours communiquer un minimum, mais rien ne t'empêche de ne communiquer QUE sur votre enfant.