Page 1 sur 1

Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 23 août 2019, 01:01
par PandaDesCimes
Bonsoir à toutes et tous, après quatre mois de SR total et cinq de séparation, j'ai envoyé vers le début de ce mois d'août un sms à mon ex, sachant qu'elle était en vacances dans la région où je l'étais moi-même (et qu'il s'agissait également de la région où on s'était rencontré l'année dernière).

A ce message que j'ai voulu léger et en forme de clin d'oeil, j'ai reçu dans l'heure une réponse où elle me remerciait pour mon texto, et où, sans poser de question ouverte, elle espérait que tout allait bien pour moi.

Un peu douché tout de même par cette réponse polie, ne sachant pas sur quoi rebondir, ni si il y avait lieu de le faire, j'ai préféré temporiser en repartant dans le silence. Mais voilà, je m'en veux, idiotement, alors que je sais très bien que je dois tuer tout espoir, absolument tout espoir (j'ai d'ailleurs rencontré quelqu'un -qui ne me correspond pas par ailleurs- fin juillet sur une application de rencontre, avec qui j'ai entamé une relation légère, mais elle semble plus attachée que moi. J'ai l'impression d'être un salopard en réalité sur ce coup, un imposteur fini).

Bref, quand vous voulez avoir des nouvelles de quelqu'un, vous posez la question directement, non?

Bon, je sais qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat à propos de ce texto, mais je m'interroge, ne voulant rien regretter...

Panda

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 23 août 2019, 08:32
par louise75
Bonjour,
Bref, quand vous voulez avoir des nouvelles de quelqu'un, vous posez la question directement, non?
Réponse: oui. De manière générale, quand j’ai envie d’échanger un minimum, je pose des questions ouvertes. Si je n’en pose pas, c’est que je veux être polie mais que je ne veux PAS relancer la discussion.

Quant à la personne que tu as rencontrée sur une appli... est-ce bien clair entre vous que vous vivez une relation « légère » (donc à priori sans sentiment amoureux) ? Vous êtes-vous mis d’accord sur ça au départ ? Si tu sens qu’elle s’attache et toi pas, ce qui arrive souvent dans ces situations-là, il va falloir en parler avec elle. De mon point de vue, tu n’es pas encore un salopard, mais tu le deviendrais en continuant de profiter de son joli c.. et de ses sentiments tout en pensant toujours à ton ex, en lui écrivant même. Cette conversation ne sera sans doute pas le meilleur moment à passer, ni pour toi, ni pour la personne que tu vois actuellement, mais elle devrait t’être reconnaissante de ton honnêteté, au moins.

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 23 août 2019, 12:20
par Elieza
PandaDesCimes a écrit :
23 août 2019, 01:01

Bon, je sais qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat à propos de ce texto, mais je m'interroge, ne voulant rien regretter...

Visiblement si...

Même réponse que Louise, mot pour mot.

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 25 août 2019, 22:38
par PandaDesCimes
louise75 a écrit :Bonjour,

Réponse: oui. De manière générale, quand j’ai envie d’échanger un minimum, je pose des questions ouvertes. Si je n’en pose pas, c’est que je veux être polie mais que je ne veux PAS relancer la discussion.

Quant à la personne que tu as rencontrée sur une appli... est-ce bien clair entre vous que vous vivez une relation « légère » (donc à priori sans sentiment amoureux) ? Vous êtes-vous mis d’accord sur ça au départ ? Si tu sens qu’elle s’attache et toi pas, ce qui arrive souvent dans ces situations-là, il va falloir en parler avec elle. De mon point de vue, tu n’es pas encore un salopard, mais tu le deviendrais en continuant de profiter de son joli c.. et de ses sentiments tout en pensant toujours à ton ex, en lui écrivant même. Cette conversation ne sera sans doute pas le meilleur moment à passer, ni pour toi, ni pour la personne que tu vois actuellement, mais elle devrait t’être reconnaissante de ton honnêteté, au moins.
Merci Louise pour ta réponse. Je pense que tu as raison, une conversation va s'imposer pour bien comprendre quelles sont ses attentes...

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 29 août 2019, 16:16
par PandaDesCimes
Eh bien, pour vous tenir au courant, ne reste plus que l'interrogation liée au texto dans ce sujet, puisque la demoiselle que je fréquentais légèrement m'a annoncé hier au téléphone (elle voulait le faire en face à face, mais j'ai de l'intuition pour ces choses là) avant que l'on se voie qu'elle ne souhaitait pas poursuivre, et je la comprends: trop peu de points communs, le fait que je souhaite déménager à l'été 2020, et je rajouterais un sens de la morale diamétralement opposé :D. Moi qui pensais légèreté, je suis fixé, ça va être très très léger maintenant :mrgreen:

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 31 août 2019, 01:20
par PandaDesCimes
Un petit constat avant d'aller au lit: mon envie de prendre l'initiative bientôt d'un deuxième échange de texto avec L. ne faiblit pas, et je dirais plutôt de cette envie qu'elle ne cesse de croître, confinant à l'obsession.

Objectivement, en y réfléchissant une minute, qu'ai-je à perdre, qu'ai-je à gagner? Suis-je prêt à jouer la politique des petits pas encore suffisamment longtemps les prochains mois, en me manifestant de temps en temps, une ou deux fois dans le mois, pour, d'un échange pseudo-amical, passer au ressenti de quelque chose de plus complice, plus ouvert? Je n'en suis carrément pas sûr du tout tant le résultat est incertain, ou plutôt presque certain dans le camp de l'échec...

L'histoire aura pris fin (il faudrait que je commence par la raconter en détails) au bout de six mois, deux semaines après le premier je t'aime de ma part: elle s'est laissée porter, mais n'était pas amoureuse, embourbée dans le deuil d'une relation de sept ans s'étant terminée quelques mois avant notre rencontre. Lui ne voulait pas d'enfants, elle oui. Elle a résumé les raisons de sa décision en ces termes -qu'elle détestait, mais qui parlent- : Panda, tu as coché toutes les cases, tu avais tout pour me plaire, je n'ai juste pas eu le déclic.

Je veux en venir à l'idée du "à quoi bon ?" lui envoyer un second texto dans un contexte où la séparation semble chez elle très ancrée, réfléchie, et date maintenant de plusieurs mois qui plus est. Elle habite Paris, moi une grande ville dans le Grand Est.

Voici notre dernier échange, début août:
"Salut L., une pensée depuis le Galibier en direction de Briançon sur la route de ... Ceillac, où une semaine de parapente, puis un trek m'attendent. Qui dit Queyras, dit L., je pensais à toi... Il me semble, si ma mémoire est bonne, que la Clarée et le Thabor vous verront (elle et deux amies) passer ces prochains jours. Profite bien, je t'embrasse. Panda"

(NB: c'est sur le tour du Queyras que nous nous sommes rencontrés l'été dernier, nous avions arpenté ces sentiers à deux le temps d'une longue journée de marche, puis je l'ai revue en août 2018 lors d'un passage par Paris. Evoquer le Queyras en me manifestant alors que je savais très bien qu'elle entamait sa semaine de vacances à quelques 50 kms de moi et pendant la même semaine d'août 2019 était calculé pour faire remonter nos souvenirs à la surface donc...)

Elle ne reçoit pas le message immédiatement (hors réseau, en montagne), mais dès réception, dans l'heure, elle répond: " Salut Panda, merci pour ton message et oui on est dans la montagne et il n'y a pas de réseau. Ici c'est très beau et on s'amuse bien avec les marmottes. profite bien de ta semaine dans le Queyras, j'espère que tout va bien pour toi. Bises, L."


Bon, c'est clair que nous ne sommes pas dans la franche séduction, mais plutôt sur un message poli mais fermé. J'ai envoyé ce texto après 4 mois de SR total, et lors de la rupture, elle m'a dit que je pouvais la contacter (elle m'a rappelé qu'elle savait cependant que je ne gardais jamais contact avec mes ex, surtout celles qui sont parties) mais qu'elle ne me contacterait pas. Je n'ai alors pas donné suite oralement à cette proposition vaguement amicale de se donner des nouvelles.

D'ailleurs, j'ai bien l'impression qu'elle a dû penser début août que mon message était une forme de copinage en réponse à cette proposition de garder le contact, ce dont évidemment je ne veux absolument pas...

Bref, tous ces propos apparaissent comme extrêmement désordonnés, l'heure aidant, et ce désordre traduit très bien l'obsession harassante de garder un vague contact périodique, peut-être mensuel, comme une piqure de rappel ponctuelle : au fond, j'espère montrer discrètement ma présence en parallèle, idéalement, de l'accomplissement véritable du deuil de sa longue relation.

Sur ce, je vais me coucher et me laisserai de toute façon le temps de reprendre contact ou non. J'ai juste peur d'avoir loupé le coche en termes de délai pour relancer la conversation...

Panda

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 31 août 2019, 11:09
par louise75
Bonjour Panda,
Je comprends très (trop) bien ton envie de la recontacter. Tu l’aimes, tu as envie de maintenir le contact, etc. Mais les faits sont là: quand tu la contactes, elle te répond gentiment (parce qu’elle est bien élevée, parce qu’elle est sympa, parce qu’elle t’aime bien et n’a aucune raison de t’en vouloir, parce qu’elle se sent coupable de t’avoir quitté... on ne sait pas, peut-être un peu de tout ça), MAIS elle ne relance en rien. Et quand tu restes silencieux, elle ne fait aucun geste vers toi.

Ton message fait un peu de peine, car on voit bien que tu ne te positionnes que par rapport à elle, dans une espèce de stratégie (« j’ai peur d’avoir loupé le coche en termes de délai pour relancer la conversation », mais depuis quand y a-t-il des délais imposés pour se contacter quand on a envie de se parler? Penses-tu que le cœur respecte une chronologie bien établie et qu’elle t’oubliera si tu ne te manifestes pas tous les 5 du mois? On peut n’accorder qu’une pensée fugitive à une personne qui nous écrit toutes les semaines (ou même être agacé-e de ce contact régulier), on peut penser sans arrêt à quelqu’un avec qui on n’a pas échangé depuis 4 mois (la preuve: toi), on peut ne pas oublier une personne et ne pas avoir envie d’initier ou relancer une conversation, parce que la relation n’existe plus... bref, le coup du « je me rappelle à son bon souvenir à intervalles réguliers, peut-être qu’un jour elle aura à nouveau envie », ça ne marche pas. Ou alors seulement quand elle aura un coup de mou et qu’elle voudra un gars tout à son dévotion, qui lui apportera à coup sûr du sexe/une consolation/de bons moments, pour qu’elle puisse repartir guillerette vers de nouvelles aventures. Statut pas très enviable pour toi...

Donc, qu’est-ce que tu as à perdre à la recontacter? Eh bien, ces contacts réguliers t’empêchent, TOI, de faire ton deuil de votre relation. Tu restes à sa disposition le temps qu’elle fasse le deuil de sa relation, mais rien ne dit qu’elle retournera vers toi quand ce sera fait, et je dirais même que, selon toute probabilité, elle ne le fera pas. Elle n’est pas tombée amoureuse la première fois... En tout état de cause, ce n’est pas en montrant que tu n’arrives pas à décrocher d’elle que tu gagnes en pouvoir d’attraction, ça c’est sûr.

Il faut donc accepter la possibilité qu’elle ne te recontacte jamais par elle-même. C’est dur mais la seule chose à faire, c’est se forcer, attendre que l’envie de la relancer s’estompe, s’intéresser à d’autres personnes, ne plus la contacter. Tu as vraiment tout à y gagner, même si c’est horriblement difficile (et ça peut le rester longtemps :roll: ).

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 01 sept. 2019, 00:16
par PandaDesCimes
Bonsoir Louise,

j'aimerais tellement ne pas être d'accord avec toi, de toutes mes forces, comme j'aimerais vivre dans le passé, être il y a un an. Mais force est de constater que tu as raison, et que vivre dans la nostalgie ne va qu'un temps après la rupture. C'est néanmoins horriblement difficile, comme tu le dis, d'aller contre ses envies de reprise de contact, difficile de tuer l'espoir si infime soit-il -espoir qui prend un aspect gigantesque parfois d'une seconde à l'autre puis suit un decrescendo aussi rapide- difficile de ne pas ressentir la perte, celle de projets (nous devions déménager en montagne tous les deux, étant viscéralement attachés à l'univers de la montagne et à ses loisirs), et celle surtout de la femme avec qui on imaginait partager une très belle histoire à l'avenir.

Surtout, chez moi, je sais d'expérience que le temps qui passe n'a que peu d'emprise sur mon envie de reprendre contact, comme si il me fallait un second électrochoc, une absence de réponse à un second échange, ou un ton glacial, pour me faire définitivement lâcher prise. Et si ce n'est pas un échange un peu violent qui amène à cette résolution salvatrice, le temps peut éventuellement m'aider, peu à peu, à ouvrir les yeux, quand je constate que factuellement,l'autre est très loin, et ce depuis bien longtemps.

Cette jeune femme est, je le sais au fond de moi, une des deux personnes avec qui je me serais vraiment vu parcourir un long bout de chemin: il n'y avait pas ce "oui, mais", ces obstacles qui parfois ternissent déjà le ressenti d'un début de relation; tu me diras, sûrement en partie parce que la relation était trop fraîche, parce que nous étions à distance et ne vivions pas le quotidien ensemble (mais c'est aussi à cause de cette absence de quotidien partagé et ce dès le début, selon les propos de L., qu'elle n'a pas ressenti ce fameux déclic).

C'est vrai qu'à 35 ans maintenant, je m'attriste beaucoup de mon parcours sentimental, qui tranche singulièrement avec celui que j'aurais aimé vivre, et cet échec a d'une certaine façon constitué le point d'orgue d'un cheminement chaotique depuis...2011, fait de relations de six ou neuf mois, d'un an parfois, jamais plus.

Rangeons les violons! Tu as raison, pourquoi s'évertuer à la contacter régulièrement? Comme tu le dis, à part les aventures éphémères, personne n'oublie quand les relations ont duré a minima quelques mois, mais la peur d'être oublié me semble être le lot de tous les membres du forum, dont moi. Ne pas la contacter me préserve, comme tout SR préserve oui, mais lâcher prise et imaginer son éloignement définitif sont des idées très compliquées à l'heure actuelle. J'ai épluché toutes les vidéos YT possibles et imaginables des fameux experts en séduction, Peytavin, Cormont, Marsille et autres... qui prônent des messages légers, "souriants", frais, mystérieux, et si l'ex ne relance pas, eh bien, on réduit la fréquence... C'est cela oui! Réduire la fréquence pour mieux écouter le silence :mrgreen: Ils nous apprennent aussi, ces tutos YT, des choses incroyables comme: il faut répondre sur le même mode que l'ex, ouvert ou fermé. Et là, j'ai pensé qu'effectivement, je n'avais pas posé de question ouverte dans mon SMS, souhaitant ne pas trop m'exposer. Un second SMS sur un mode ouvert, pour voir, du type "J'hésite pour mon installation en tant que kiné l'an prochain, que penses-tu de Grenoble et Lyon?" m'a effleuré l'esprit. J'ai pensé à lui faire part d'une offre d'emploi en Rhône-Alpes, à lui demander un avis sur une bouteille de vin (elle apprécie beaucoup)...Mais là encore, tout ça pour quoi?
Montrer qu'on ne fait que penser à elle, sur des prétextes gros comme une maison à chaque fois? Restons sérieux, j'ai sûrement lu trop de contes de féesoù l'amoureux éconduit envoie chaque jour une lettre à sa belle, qui revient à la fin.

Je pense que la question centrale, très liée au motif de la séparation, est : une femme qui n'a jamais développé un sentiment véritablement amoureux peut-elle, à distance, voir ce sentiment émerger à l'avenir? Très bancal, comme tu le suggères...

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 04 sept. 2019, 15:37
par etpourtant
Bonjour !

En lisant ton aventure, j'éprouve un sentiment de tristesse. tristesse oui pour une relation qui n'a pas fonctionné, mais surtout en lisant ce qui se passe en toi et que tu décris très bien. Ces pulsions, suivies de ces "à quoi bon ? ", ces stratégies que l'on monte dans sa tête au millimètre près, avec hypothèse a, b, c, les probabilités, les cases à chocher. Et puis les youtube, avec des experts en stratégies qui font du business sur la détresse des gens, en entretenant une flamme d'espoir parce que quand on est dans la détresse on s'accroche à toutes les branches qui passent...
Ta dernière phrase: "la question centrale...". Je te dirais c'est que la question centrale pour toi c'est plutôt "comment faire pour me sortir d'une situation dans laquelle actuellement je ne dépends que du bon vouloir de l'autre". Alors d'abord il faut en prendre conscience. Et c'est dur et ça fait mal... Ensuite l'accepter, ne pas se juger soi même: je ne suis pas une sous merde, je ne suis pas malade, j'ai juste fait des actes qui me font mal à moi, et c'est comme ça. Maintenant que faire ?
Laisser filer dans ton esprit ce qui y passe. Tu ne peux pas contrôler tes pensées, elles sont là, mais dans ton cas, elles agissent sur toi. Et elles te font mouliner tout un tas de stratégies (perdantes de toutes manières), qui au final te font souffrir. Ce que tu peux faire par contre, c'est de considérer tes pensées pour ce qu'elles sont: non pas de la réalité potentielle, mais bien des pensées, donc irréelles. La difficulté que l'on a bien souvent c'est que notre petit cerveau utilise ces pensées pour se faire du bien, pour se soulager, et on commence doucement à se monter des films... Tiens, et si je lui dis sur un ton léger que j'ai revu le film machin (celui qu'on a vu ensemble), ça va lui mettre un petit coup de blues (forcément), du coup elle va me répondre mais peut-être pas tout de suite qu'elle veut se remettre avec moi... alors je vais rester léger, faire revenir des souvenirs, lui montrer que je vais bien, que je fais plein de choses, et puisqu'elle pense toujours à moi, doucement elle va revenir, et puis on se remettra ensemble, on aura un appartement, et vas-y mon gars, mouline tranquille avec à la fin du film une jolie photo d'une nichée de petits enfants sur les genoux de leurs grand-parents... Tu me suis ? tu le connais le film ? il est beau, il fait du bien n'est-ce pas ? Après un bon moment de film, la larme à l'oeil parce que c'était beau, te voilà fin près à attaquer et c'est parti pour cent balles dans la machine à perdre "coucou zèzette, tiens, j'ai vu la grande vadrouille, tu te souviens ?" sans oublier le smiley. Alors lequel ? un coeur ? mhmmm non trop needy. Un pouce vers le haut ? mhmmm trop banal, faut quand même faire passer un message l'air de pas y toucher... alors un clin d'oeil , yep, c'est bien ça, c'est léger, un peu coquin, ça va faire son petit effet.... Je retiens mon souffle, j'attends deux secondes, et pan j'appuie sur envoi. Dans la seconde qui suit, j'ai une horrible sensation, le coeur qui s'accélère et la poitrine qui se serre: et si j'avais fait une connerie de lui envoyer ça maintenant, si ça se trouve ça va la foutre en colère, elle a peut-être quelqu'un et ne veut pas me parler... dans la seconde qui suit je me dis "mais non, elle pense toujours à moi c'est obligé, elle va me recontacter", et hop, nous voilà à nouveau à Hollywood avec les violons... Et j'ai mal à la fin parce que quand je reviens dans le réel, bah il n'y a rien de plus qu'hier, ah si, juste une journée de plus à bouffer de l'énergie pour rien...

Ça te parle tout ça ? ben c'est ça le boulot des pensées... Avec le bonus spécial "nan mais les gars, si elle m'a dit ça c'est qu'elle pense ça, si elle a fait ça c'est pas pour ça mais plutôt pour ça, parce que si ma tante en avait ce serait mon oncle non ? ". Bref, la mistouille complète dans le ciboulot, la béchamel infernale dont tu ne peux pas sortir sans comprendre que tout ça c'est irréel, monté de toutes pièces par ton cerveau.

Alors tu t'assois tranquille dans ton canapé, et tu lances le film volontairement. Scène I, le retour, scène II, l'amouuuur fou, scène III l'appartement etc... et tu fais comme si tu le regardais de l'extérieur, comme si tu étais le réalisateurs et que tu voyais faire les acteurs. Tu ressens ce que tu dois ressentir, tu laisses les larmes venir si elles viennent, tu ressens que ça te serre dans la poitrine au moment de la scène du mariage, et petit à petit tu te refais ce film, une fois, deux fois, en ressentant bien ce que tu ressens, en mettant des mots dessus. Et petit à petit aussi tu verras que tu coupes de plus en plus tôt, tout simplement parce que tu finis pas te détacher des effets de tes pensées... Essaie, c'est assez spectaculaire.

C'est un peu ce que je ressens quand je te lis, alors j'y mets un peu d'expérience perso (on est tous différents mais tu verras que nos schémas sont tous assez proches en fait), et voilà, si ces deux trois trucs te parlent, te font du bien, peuvent t'aider à sortir de l'irréel et des calculs, eh bien j'en serai heureux.

Bon courage gars, tu as l'air d'une bonne personne, sincère et amoureuse, tu es juste dans une passe compliquée, dans laquelle plus on se pose de question, et moins on a de réponses, dans laquelle le moindre écho de la miss devient une demande en mariage, dans laquelle il faut laisser au couple coeur/tête le temps de redevenir potes. Laisse le faire, ce temps, mais activement, en conscientisant ce qui se passe inconsciemment dans ta tête, en mettant des mots sur ce que tu ressens, et tu verras que petit à petit le soleil reviendra.

A plus !

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 09 sept. 2019, 16:50
par PandaDesCimes
Merci pour ton message Et Pourtant, que j'ai lu il y a plusieurs jours déjà. J'apprécie beaucoup les tranches de vie que tu évoques -elles me parlent effectivement- et la bienveillance qui règne dans l'ensemble de ton intervention.

Quand j'aurai un coup de mou, une envie soudaine de recontacter mon ex avec légèreté, en pensant que ça fera avancer le schmilblick, parce que l'initiative doit venir de moi, parce que ça fait trop longtemps que je ne lui ai pas parlé, alors je relirai ton message ;)

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 11 sept. 2019, 18:27
par PandaDesCimes
Quand tu t'interroges encore et encore sur ton histoire (où un je t'aime a fait fuir la demoiselle définitivement...) et que tu lis un quelque chose du genre à faire fructifier l'espoir... sur journaldesfemmes :D Pas bon du tout du tout :twisted: :twisted:

"Nous n'étions pas vraiment sur la même longueur d'onde. Je lui dis 'je t'aime', il me demande pourquoi. J'ai été terriblement vexée, c'en est suivie une discussion sur notre relation. A ses yeux, juste des 'bons moments'. On s'est donc arrêtés là, pour se retrouver huit mois plus tard, plus 'sérieusement'. Cela fait un mois que tout recommence, je ne m'aventurerais pas à dire 'je t'aime', on verra bien ce qu'il en est. Toujours est-il que je ne suis plus très à l'aise avec ces trois mots et que je les guette."
Thiphaine, 29 ans"

https://www.journaldesfemmes.fr/couple/ ... e-un-fail/

:mrgreen: :mrgreen: ça fait du bien de rire de ça certains jours :)

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 16 sept. 2019, 12:34
par stewart7
Salut panda ton histoire me touche car elle a beaucoup de points communs avec la mienne sauf que moi je suis de l'autre côté de la barrière
La femme que j'aime m'a quitté car elle voulait un enfant mais pas moi, nous avons vécu 5 ans ensemble et crois moi ça ne s'efface pas comme ça..!!
Je pense que tu as été un magnifique pansement pour L plein de tendresse, de réconfort etc etc.. mais elle n'avait pas complètement tourné la page avec son autre histoire qui a duré 7 ans
Je te souhaite plein de courage mais ça s'annonce très compliqué pour la récupéré

Re: Interprétation de notre belle langue française : réponse à un texto

Posté : 19 sept. 2019, 17:49
par PandaDesCimes
stewart7 a écrit :
16 sept. 2019, 12:34
Salut panda ton histoire me touche car elle a beaucoup de points communs avec la mienne sauf que moi je suis de l'autre côté de la barrière
La femme que j'aime m'a quitté car elle voulait un enfant mais pas moi, nous avons vécu 5 ans ensemble et crois moi ça ne s'efface pas comme ça..!!
Je pense que tu as été un magnifique pansement pour L plein de tendresse, de réconfort etc etc.. mais elle n'avait pas complètement tourné la page avec son autre histoire qui a duré 7 ans
Je te souhaite plein de courage mais ça s'annonce très compliqué pour la récupéré
Salut Stewart7, merci pour ton message ;) c'est intéressant de lire un autre point de vue effectivement: j'imagine bien qu'une longue relation ne s'efface pas d'un coup de baguette magique. Aucune relation en réalité ,j'aurais tendance à le penser.

Aujourd'hui, si comme le chantait Stephan Eicher, y'avait des hauts y'avait des bas, je serais plutôt dans une période de moins bien; je sais bien que c'est fini à présent, mais mon coeur s'accroche encore un peu, il fait encore de la résistance pour quelques semaines. Cela aurait fait un an ensemble le week-end qui vient...ça me travaille, mais ça passera :) J'ai juste du mal à accepter cette idée de "magnifique pansement", car c'est justement le fait ressentir qu'émotionnellement, je n'ai été qu'un pansement, qui fait naître tristesse, amertume, et colère en moi, encore aujourd'hui. J'ai l'impression d'avoir été trahi, presque trompé, alors même que je la sentais encore dans le deuil de son ancienne relation. A faire l'autruche, on prend ses désirs pour des réalités...

Je te souhaite beaucoup de courage également Stewart, et je suivrai ton post dans les prochains temps :)