Page 1 sur 1

Fin de relation en douceur

Posté : 16 août 2022, 02:20
par Globuleromi
Bonjour, bonsoir tout le monde.
Il est tard effectivement, tant dans l'heure que dans la prise de conscience parce qu'on le subit.

Je suis passé ici il y a plus de 7 ans et jamais je ne pensais revenir ici. Et malheureusement...

Pour raconter cette histoire je vais prendre du temps. J'ai 32 ans, elle 30.
J'ai rencontré ma conjointe, enfin ex, je ne sais pas il y a bientôt 7 ans en ligne. Je venais de sortir depuis quelques mois de ma première relation et d'arriver dans une nouvelle ville pour du travail. En discutant en ligne, nous rigolons, nous plaisantons, nous nous voyons puis nous nous embrassons. Tout était foufou, nous étions sur la même longueur d'onde (envie d'un chien, envie de profiter ensemble, envie de voyager...).
Cependant la vie a toujours été compliquée, enchaînant les périodes de chômage, les périodes de dépression, le long chemin pour s'en remettre. Et pourtant elle était là, toujours avec son sourire, toujours son optimisme, toujours cette belle béquille sur qui s'appuyer et beaucoup trop s'appuyer. Elle m'a déjà laissé une chance il y a deux ans, je l'ai saisi en partie puis me suis à nouveau effondré.
Au final, peu de voyages de faits, une avancée très lente.
Même ce gros projet qu'a été ce bébé chien, je n'ai pas su me l'approprier, investissement dont j'ai eu peur de parler à mes parents connaissant leur refus d'avoir un chien et dépensant de l'argent que je n'ai pas le plus. J'ai tout simplement dit devant tout le monde que c'était son chien et non le nôtre, encore une blessure grave, encore un refus d'objectif commun.
Il y a un an, nous avons marié mon frère, elle nous voyait à sa place. Il y a un mois, nous marions un ami, elle ne s'y voyait plus.
J'ai senti un éloignement tout récemment, en me posant des questions, en voyant qu'elle ne portait pas certains bijoux que je lui ai offert et qu'elle adore mais en voyant toujours des petits mots (même si un message reste un message) donc je me disais que ce n'était que moi.

La faute à qui ? À moi en grande partie.
Je n'ai pas prêté attention aux signaux, la diminution du désir, l'enfermement sur le téléphone alors que j'étais à l'opposé de ça au début, la paresse, la transmission de toute la charge mentale du quotidien sur elle, ne l'aidant quasiment plus, la peur de dire des choses, l'incapacité/flemme à organiser des choses.
Elle m'a parlé, je n'ai pas écouté. Je voyais les problèmes ailleurs, pas sous mon nez.
J'ai été irrespectueux en étant trop souvent sur le téléphone, en ne faisant plus d'effort car je pensais cette vie acquise.
En bref, je n'ai pas été investi autant qu'elle et je le reconnais.

Elle va bientôt partir travailler ailleurs, me demande de prendre du temps pour songer tous deux à notre carrière en premier, à avoir de l'espace pour essayer de retrouver les sentiments qu'elle a perdu. Elle m'aime toujours, mais plus d'amour, plutôt d'affection. Elle ne nous voit plus comme un couple d'amoureux, mais de colocataires. Toute cette charge l'a épuisée mentalement et doit prendre le large.
Elle m'a encore dit hier que j'étais son pilier, que je serai une personne formidable (respectueuse du bien-être, à faire de petites attentions, mais qu'il me manquait une certaine maturité, que je vais devoir apprendre à gérer mon foyer et qu'elle puisse gérer seulement ses affaires. Elle espère croire que l'éloignement pourrait nous faire du bien. Mais comment faire pour lui manquer, pour raviver ses sentiments perdus ?

Je veux évoluer, pour moi autant que pour elle.
Elle pense à moi surtout, elle veut que j'évolue pour moi et espère que ce soit bénéfique pour moi et pourquoi pas pour elle, sinon pour la prochaine personne avec qui je serai.

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 17 août 2022, 11:31
par Globuleromi
Depuis quelques jours, je fais de la rétrospective sur notre vie. Je n'ai jamais été vraiment présent pour les gros projets communs, ni pour notre recherche d'appartement ensemble, ni pour le chien, ni pour d'autres choses. J'ai été là pour d'autres choses (support pour son travail au quotidien, quand elle avait le moindre souci) mais pas les plus importantes. Je ne me suis pas investi.

Je pense que j'ai peur d'être adulte, d'assumer ces choix qu'elle a toujours fait.

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 17 août 2022, 11:50
par in vino veritas
Salut, si ton diagnostic est correct, et au regard des sentiments sincères que tu sembles avoir pour elle, laisse la partir et construis toi. Tu ne la fera pas revenir en faisant semblant et tu ne deviendra pas autonome et adulte en un claquement de doigts.
Peut être elle reviendra, et peut être pas, mais tu ne dois pas conditionner ta vie autour de cet hypothétique retour. Avances pour toi, et la vie sèmera sur ta route les graines des arbres de ton futur.

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 17 août 2022, 12:00
par Globuleromi
Merci pour ton retour.

Non effectivement je le sais pertinemment qu'avoir de l'espoir est contre-intuitif. Elle-même préfère ne pas m'en faire, mais me dit que si jamais ça pouvait remarcher, ce serait super.

Au début nous nous disions qu'on se verrait les week-end. Je pense espacer ou refuser.
D'un côté je voudrais voir pour lui proposer des sorties, relancer des sentiments par de petites activités.
De l'autre, cela risque d'être dur.

Elle a eue le choix entre me claquer la porte au nez et vouloir voir si ça pouvait refonctionner, et malgré les avis de ses amies, elle a choisi cette proposition.

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 18 août 2022, 05:59
par Globuleromi
Bonjour,

Que cette nuit a été difficile, je ne dors plus depuis 2h du matin. Trop de pensées qui envahissent la tête, tant de rétrospective pour voir où j'ai merdé.

Je m'accable beaucoup comme je l'ai toujours fait. Je sais que je n'ai vraiment pas assuré pendant cette année passée à ne pas être là pour nous au quotidien.

Hier soir, nous avons passé une soirée somme toute sympathique avec apéro avec une amie puis juste en tête à tête.
Cette deuxième partie a été agréable avec discussion de sa journée de travail, où elle me demande mon avis sur ce qu'elle a fait. Après cela, petit film avec pour habitude elle qui pose sa tête sur mes jambes et à laquelle je lui caresse les cheveux, les épaules et les bras comme souvent et après quoi elle m'a remercié. Ça m'a fait du bien, ça lui a fait du bien mais je ne me suis pas senti bien ensuite.

Ensuite ce matin en me levant après m'être levé en pleine nuit et dormi dans le salon, je me suis levé prendre des affaires, elle m'a vu et fait un petit câlin avant que je ne sorte.
Dieu que c'est dur.

Hier soir malgré tout, j'ai tiqué sur quelque chose sont je devrai parler avec elle. Comme dit elle part bientôt pour une autre ville, mais elle a dans un mois une formation de 2 jours à 500m de chez nous. Et c'est tout naturellement qu'elle a parlé de venir à la maison, comme ça elle serait à côté.
Je n'ai pas su comment réagir. Je veux qu'elle revienne mais je ne veux pas, ce serait trop facile.

Hier en discutant avec plusieurs amis de ça, ceux-ci m'ont dit qu'elle était perdue elle aussi, qu'elle m'a juste lancé un énorme électrochoc. Je n'ai pas envie de les croire, elle me parait tellement sûr de ce qu'elle fait. Bien sûr elle est dans une tempête aussi entre penser au déménagement, à la préparation de ses cours pour la rentrée, le fait de se retrouver seule.
Pour eux ce serait LA discussion pour avancer, moi je ne pense pas.

J'ai aussi été pris d'un doute. Je me suis demandé aussi si cette relation n'était pas un pansement à ma toute première histoire, où au final j'ai laissé pourrir la situation sans réfléchir.

Bref, dans deux jours elle ne sera plus là, j'essaierai de réorganiser l'appartement, de ne pas vivre dans un reliquaire. Beaucoup de ses affaires seront parties, certaines vont rester. Ce sera dur malgré tout, mais j'espère pouvoir commencer à avancer après ça en se voyant ou non ponctuellement

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 19 août 2022, 07:24
par Globuleromi
Bonjour à tous,

Une nuit de 6h ou presque, ça fait beaucoup de bien.

Hier a été une journée horrible, j'ai peu réussi à travailler, beaucoup de sanglots. J'ai beaucoup beaucoup parlé avec une amie avec qui au final c'est à peu près la même situation avec sa moitié.

Au final, quand ma conjointe est rentrée, on a chacun parlé de notre journée puis de fil en aiguille, nous avons chacun vidé notre sac, de notre état d'esprit, de notre peur de l'avenir.

Elle a été vraiment ravie de voir que j'ai identifié beaucoup de points bloquants :
- mon rapport à l'intimité sur lequel elle m'a fait beaucoup d'appel,
- ma peur de déménager en campagne alors que bon un appart ce n'est pas un couple même si cet appart a été notre cocon pendant plusieurs années,
- qu'elle a fait énormément de place pour mes passions dévorantes au détriment des siennes, tout en sachant que certaines choses ne serviront jamais
- le fait que je doive surveiller ma consommation de téléphone
- que je doive grandir dans ma tête.
- le fait qu'elle se bat pour notre couple depuis 2 ans, que j'allais mieux et que je me suis laissé aller, ça l'a épuisée
- en gros, que je ne sache pas communiquer et que j'ai beaucoup manqué d'écoute ces derniers temps.
Au final ces quelques jours d'orage mental m'ont fait voir tous ces torts que j'ai eu.

Attention, elle en a aussi, de ne pas avoir parlé sur des choses simples notamment, elle le sait.
Elle a peur du futur, à toujours être balloté à gauche et à droite par l'absence d'un travail fixe, à ne toujours pas être trop à l'aise avec son corps même si ça a beaucoup évolué. Pour le moment, elle ne se voit pas avoir de rapport intime avec qui que ce soit, blocage induit par la prise de conscience de sa toute première fois où elle a été presque forcée.

On a passé beaucoup de temps à parler, à se tenir la main, à se sourire, à se faire des câlins pour finir par s'endormir collés l'un à l'autre.

Maintenant, samedi je l'aide à déménager, elle a peur du futur, elle se voit beaucoup revenir aussi, non pas par habitude, mais en disant que ce sera un gros test, qu'on voit qu'on se manque énormément et pas juste comme ça.

Le réveil ce matin a été dur, envie de dormir, mais petit bonjour tout doux, beaucoup plus proche que depuis quelque temps.

On croise les doigts, j'ai vu les faiblesses, je vais travailler dessus du mieux possible et sans me dénaturer en plus de me concentrer sur mon travail parce que ça ne peut que valoir le coup.
J'ai trop tendance à l'enfermement, au négatif que c'en est usant. Et tout le monde me le dit. Peut-être qu'un jour, je verrai toujours le verre plein.

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 20 août 2022, 08:45
par Allys
Bonjour Globule,

Je suis une "vieille" du forum.
Il y a eu la rupture qui m’a menée ici, mais ensuite il y en a eu d’autres, des douces, des sales, des violentes, des pathétiques, des tristes. J'ai aussi connu de longues relations de couple, et aussi des relations courtes, qui m'ont laissée exsangue, et dans l'incompréhension.
Je sais ce que c’est de ressasser, de chercher ses erreurs, d’espérer, mais je sais aussi ce que c’est d’être de l’autre côté du miroir. D’être celle qui quitte, avec des envolées lyriques pas toujours honnêtes, juste pour que le largué ne me déteste pas.

Alors aussi abrupte que mon conseil va te sembler, n’espère pas.

Ne crois pas que l’absence va comme par magie lui faire se rendre compte qu’elle t’aime.
L’amour ne revient généralement pas dans la distance. Au mieux il y a du manque en raison du changement, de la perte des habitudes et des repères, mais on ne (re)tombe pas amoureux de quelqu’un parce qu’on s’en éloigne, Il n'y a guère que dans les films que cela fonctionne.
Tu sais malgré ce qu’elle te dit, qu’elle « espère que ça va remarcher », malgré la tendresse qu’elle te laisse lui donner, malgré les discussions sensées mettre les choses à plat (pendant lesquelles elle te charge quand même pas mal hein…), elle a probablement déjà fait le deuil de votre relation.
L’explication de ses comportements qui te laissent espérer, est qu’elle cherche simplement à ce que ça se passe au mieux, (pour elle avant tout). L’idéal étant que tu continues d’être là pour elle, que tu ne lui en veuille pas, que tu lui donne force et tendresse pour faciliter sa décision de te quitter.
Tu sais, personne ne quitte parce qu’il/elle doute. Quand on doute on reste, car on a peur de tout perdre, quand on est sur on quitte, parce qu’on a plus du tout peur de perdre…
Donc, si tu continues de croire que cette séparation n’est qu’une sorte break, qui va créer du manque pour elle, tu risques d’être particulièrement déçu. Sa nouvelle vie, son nouveau poste, ses nouveaux collègues, représentent beaucoup d’éléments qui vont faire qu’une fois partie, elle s’éloignera inexorablement (Même si je ne doute pas, qu’au départ elle restera proche, car elle aura besoin de ton soutien pour s’adapter à sa nouvelle vie).
Alors mon conseil, aussi abrupte qu’il puisse te sembler, c’est de te mettre en SR après son départ, et de te concentrer sur ton boulot (pas pour qu’elle voit que tu changes, mais parce que ta vie ne devra plus tourner autours d’elle après son départ).

Courage

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 10 oct. 2022, 09:52
par Globuleromi
Bonjour @Allys, merci pour ton retour. Je l'ai vu quand tu l'as écrit, mais je n'ai pas voulu le croire. On s'est vus une ou deux fois où ça s'est très bien passé, des moments extras ensemble, bien mieux que les derniers temps de relation.
Puis pendant un mois, on ne s'est pas vus, pas beaucoup parlé.
On s'est revus ce week-end où on appréhendait tous les deux. Ca avait bien commencé et au final on était totalement heureux de se voir. Puis on a appris le décès de sa grand-mère (dont elle m'a peu parlé de l'état depuis quelques semaines pour ne pas en rajouter une couche). Je suis resté avec elle jusqu'à ce matin, comme elle l'a été il y a trois ans pour le décès de la mienne.

Nous avons parlé, elle avait besoin de vider son sac aussi. A l'heure actuelle, elle ne sait vraiment plus où elle en est ni même ce qu'elle veut, elle est submergée de travail. Elle ne ressent même plus les papillons dans le ventre quand je l'enlace, même si elle est contente de retrouver mes bras, surtout ce week-end. Je ne sais pas encore si j'irai aux obsèques, j'adorais sa grand-mère mais ce n'est plus ma famille.

Bref, on fait chacun notre vie de notre côté maintenant et on verra dans le futur. Je sais que j'ai un nouveau travail qui m'attend (suite de mon stage), je vais me concentrer dedans.
Je blinde mes soirées au maximum (rdv psy, cinéma, sport, amis) pour parler d'autre chose et me changer les idées. J'ai besoin de me retrouver, de grandir, de prendre en responsabilité (je commence à envisager de prendre un chat, la solitude va me peser après 5 ans de vie en commun + un chien depuis un an, l'appartement est horriblement vide et triste, et dur de changer de lieu de vie pour le moment). Je n'ai plus fait de gros choix de vie depuis quelques années, j'étais passager sur ce navire. Maintenant le capitaine est parti et le matelot doit diriger la barque. Je vais prendre quelques écueils, probablement écoper des litres de larmes, mais il va falloir tenir le navire à flots.

Voilà Allys, je n'ai pas réussi à rester de mon côté car je pensais que ça pouvait remarcher. Je n'ai pas écouté parce que je me disais que nous ce n'est pas possible .... Ben si, comme toute relation est unique.
Tu m'avais prévenu, je n'y ai pas cru.

Le chemin va être long, 7 ans avec une personne c'est pas rien, beaucoup d'habitudes à désapprendre. Il va falloir que j'arrête d'être là pour elle, de vouloir la voir, même si de mon côté elle veut me voir aussi, elle ne met pas de barrières non plus.

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 10 oct. 2022, 10:19
par in vino veritas
Globuleromi a écrit : 10 oct. 2022, 09:52 Maintenant le capitaine est parti et le matelot doit diriger la barque. Je vais prendre quelques écueils, probablement écopé des litres de larmes, mais il va falloir tenir le navire à flots
Fluctuat nec mergitur.

Alors on hisse le grand pavois et en avant moussaillon !

Re: Fin de relation en douceur

Posté : 28 oct. 2022, 06:38
par Globuleromi
Ça y est, maintenant c'est fixé. On s'ait eu hier par téléphone après pas mal de temps sans se parler.
On souffrait tous les deux.
Elle a peur de faire une connerie mais préfère arrêter. Depuis le décès, ça a remis bcp de choses en cause, elle s'est rendu compte que j'avais commencé à bien changer mais elle non et qu'elle n'avait pas la force de se battre. Elle ne vit plus hormis pour son chien, NOTRE chien dont je subis la rupture aussi et ça c'est putain de dur, de perdre ce gros bébé que j'ai nommé, éduqué, vu grandir. On m'a dit que je pouvais exiger de le voir car même si je ne l'ai pas payé, je m'en suis autant occupé voir plus. Pour l'instant non, je ne veux plus voir aucun souvenir.

Dans mon coeur, je m'y étais sans doute préparé depuis longtemps, on n'avait sans doute jamais réparé les conflits qu'on a eu il y a quelques années,on n'a jamais su communiquer. Le choc est dur, la peine immense, mais je crois que je suis moins dévasté que je ne le pensais, le travail de détachement ayant commencé depuis un certain temps.
Mes amis m'ont vus grandir depuis plusieurs mois, il faut que je continue sur cette dynamique pour me retrouver, me reconstruire, me recréer un univers

Re: Fin de relation en douceurt

Posté : 28 oct. 2022, 09:42
par Selmasultane
Hello ,

Et désolée de ce que tu traverses .

Tu disais dans un post précédent que tu avais besoin de " grandir et de prendre en responsabilité."
Je le crois oui . Très honnêtement, de ma fenêtre , je trouve assez effarant à 32 ans de ne pas oser dire à ses parents qu'on a pris un chien avec sa compagne . Et " prendre un chat" n'est pas non plus la responsabilité la plus écrasante qui soit à la trentaine .
Tout ton récit est empreint d'une grande immaturité ( les jeux en ligne, la famille omniprésente dans tes écrits , bref...) . Mais tu l'as très bien identifié toi même en évoquant ta peur d'être adulte. Et d'une sorte d'auto complaisance dans la complainte, mais tu travailles sûrement avec ton psy sur cet terrain depressif.

Je te souhaite vraiment que cette rupture soit une chance de ce côté la , une chance d'évoluer et de grandir oui. Les ruptures , aussi douloureuses soient elles , constituent souvent un accélérateur ( de connaissance de soi, de progression ..). Non choisi , loin de là, mais salutaire

Bon courage