Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1332113
Bonjour à tous,

Je ne sais pas vraiment pourquoi je viens raconter mon histoire , sans doute parce que j'ai besoin de parler, J'espère juste que mon "ex" ne passera pas par là car l'histoire est particulière et elle se reconnaitrait forcément. je met ex entre guillemets mais vous allez comprendre pourquoi :

J'étais en couple depuis 14 ans. Un couple dans lequel nous avions des projets, mais un problème entre nous me turlupinais. Ma compagne fuyant le dialogue lorsque j'évoquais ce problème, j'ai décidé d'essayer de comprendre autrement. Je suis donc allé sur des forum pour parler à des femmes pour comprendre ce problème de femmes. Je n'avais aucune arrière pensées d'ailleurs j'ai discuté avec pas mal de femme sans vraiment avoir de réponses concrète à mes question. Puis un jour je ne saurais expliquer pourquoi, ça me tombe dessus, je suis séduit par l'une d'elle. J'approche la quarantaine sans enfants, elle est un peu plus âgée avec 3 enfants. Nous discutons par messagerie pendant quelques temps et nous rendons compte qu'il y a un attraye mutuel et que du manque se créé :o . Des semaines s'écoulent et on décide de se voir sachant que nous vivons à 2h30 l'un de l'autre. Nous nous sommes vu plusieurs fois et entre ces moment, nous conversions toujours énormément en visio des après midi entiers. Nous avons vécu quelque chose de vraiment passionnel! On se manquait intensément à chaque instant!
D'ailleurs tous les deux étions plutôt de nature discrète sur nos sentiments avec nos anciens partenaires et moi avec ma compagne du moment. Et pourtant ensemble on lâchait tout. Jamais je ne me suis senti aussi libre de parler de ce que je ressentais.

En vient le moment où je vais me faire détester. Au bout de quelques temps J'ai pris la décision de quitter ma compagne pour elle. J'envisageais de passer tous mes week end avec la femme qui avait chamboulé ma vie avant de déménager auprès d'elle. Au passage jamais je n'avais trompé auparavant et critiquais cela. Malheureusement je suis quelqu'un de très empâte qui a du mal à affronter la peine des autres et je n'arrivais pas affronter celle de ma compagne que je quitterais pour une autre. Ma "maitresse" a commencé à ne plus croire que je la quitterais et je la comprends en me mettant à sa place. J'ai fait preuve de lâcheté en m'éloignant de ma compagne en pensant que ça la pousserait à me quitter. Je voulais qu'elle me quitte elle, pour qu'elle souffre moins. Et plus le temps passait plus je souffrais moi de ne pas pouvoir retrouver la femme dont je suis tombé fou amoureux mais surtout plus, elle souffrait. Nous continuions tout de même à nous voir mais pas assez.

ça a duré 2 ans...Elle a été très patiente à m'attendre 2 longues années. J'en souffrais autant qu'elle mais évidement elle ne pouvait pas en avoir conscience étant donné que c'est moi qui avait les cartes en mains et n'arrivais pas à quitter ma compagne. Par étique (Oui je sais c'est paradoxal de parler d'étique en ces circonstances) je lui disais que si elle rencontrait quelqu'un de disponible et proche je ne pourrais lui en vouloir si je n'ai pas trouvé le courage d'affronter la détresse de ma compagne avant qu'il ne soit trop tard. Mais j'espérais qu'elle serait patiente.

Au bout de 2 ans la femme que j'aimais a rencontré quelqu'un et a voulu qu'on arrête tout pour cette personne proche d'elle et disponible. Ca fait 5 mois maintenant. J'ai été dépité parce que c'est arrivé à un moment ou j'allais vraiment me lancer. J'avais envisagé de tout dire à ma famille et j'avais déjà écrit ce que j'allais dire. Avant de tout dire à ma compagne. Tout était prêt. Je lui ai fait part de ce que j'avais prévu mais c'était trop tard...Je suis quand même allé au bout des choses pour ne rien regretter. Alors j'ai tout dit avec énormément de honte à mes parents. Puis j'ai parlé ma compagne... Et j'en ai fait part à la femme que j'aimais en lui disant dès demain je suis là, près de toi, je n'ai plus de contrainte ou à nous cacher. Malgré ça c'était quand même trop tard. Elle était bien dans sa nouvelle vie... Je n'ai plus insisté car je pense que ça ne sert à rien de faire revenir quelqu'un en l'influençant.

Elle m'a dit que son nouveau compagnon était au courant de la relation que nous avons eu et qu'il ne voulait plus qu'elle me parle. Dans le font je pense qu'il ne lui a pas demandé mais qu'elle se cache derrière ça par peur de me faire du mal en me disant que c'est elle qui ne veut plus que nous gardions contact.

Nous avons continué de parler très peu mais toujours à mon initiative par besoin d'elle dans ma vie sans déclaration sans lui éxpliquer que j'avais besoin d'elle. Je ne le faisais que pendant ses heures de travail par respect pour sa nouvelle relation. Je ne voulais vraiment pas mettre de basard dans sa vie. Prendre des nouvelles de temps en temps c'est tout. Elle me répondais par correction mais très froidement en ne laissant aucune porte ouverte pour être claire.

J'ai eu de l'espoir en me disant que maintenant qu'elle sait que je suis libre elle peut se rendre compte que c'est moi qu'elle veut quand la passion de son nouvel idylle diminuera. Quelques semaines plus tard j'ouvre un compte instagram pour un projet personnel. Je suis surpris de voir qu'elle m'y ajoute, elle qui voulait couper les ponts. Par contre, elle me bloque sur whatsapp en me faisant comprendre que si son conjoint, avec qui elle s'est vite installé voit un message de moi, ca pourrait créer des problèmes dans son couple. Je me suis toujours demandé : m'aurais t'elle bloqué sur whatsapp si il n'y avait pas le canal instagram derrière qui peut maintenir un lien en cas de besoin ou de doute...j'ai arrêté de lui parlé pour la laisser vivre malgré tout. J'en avais trop fais mais put**** ce que ça a été dure!! J'espérais qu'elle me parlerait mais au bout de 3 semaines rien... Elle s'est quand même mise à liker presque toutes mes publications...J'y ai d'abord vu un signe, peut être qu'elle me montrait qu'elle ne voulait pas que je l'oublie. Mais non ce sont des films. J'ai recommencé à lui parlé un petit peu en évoquant le nouvel album d'un groupe que nous aimons tous les deux. Elle me répondra 2 jours après "merci je l'ai écouté j'était sur que ca me plairait bon week end à toi bises". En parallèle je sors beaucoup rencontre du monde mais ne l'oublie pas sans pour autant lui laisser savoir. Une semaine après elle m'envoie un message (4 mois qu'elle ne vit plus seule). Juste pour me dire qu'elle sort son chien que c'est agréable parce qu'il est tôt et la nature se réveil et me demander des nouvelles de mon chien à moi. Encore une fois je suis troublé car c'est la 1ere fois qu'elle m'écrit d'elle même alors depuis la "rupture". Je lui explique qu'il ne va pas fort et qu'elle profite de ses vacances et que j'ai aussi beaucoup aimé le nouvel album. Et la je ne comprends pas elle me répond "Je suis contente que ton chien aille mieux (alors que j'ai dit tout l'inverse qu'il n'a pas la forme) mais j'espère que toi tu vas bien, je vois sur insta que tu sors beaucoup dans de superbes endroits, c'est cool, merci pour les photos bises et bonne soirée". Je réponds juste que non mon chien ne va pas mieux, qu'effectivement je voit de belles choses et que tout va bien pour moi qu'elle ne s'en fasse pas, que j'espère que ses enfants et elle se portent bien". C'était il y a une semaine Depuis plus rien de sa part outre le fait qu'elle continue de liker pratiquement chacune de mes visites affichées sur instagram. Au début il y avait quelque chose de rassurant et qui me faisait du bien avec ces likes. Comme si elle me disait qu'elle était toujours là ou plutôt qu'elle ne m'oubliait pas Avec du recul, je me dis que ce n'était pas des signe de manque mais peut être de culpabilité. Qu'elle espère que j'aille bien par culpabilité.

Une chose qu'elle ne sait pas est que j'ai écrit le récit de notre histoire je le faisais quand on se fréquentait pour lui donner dans un an lors de son anniversaire. Je ne voulais pas lui donner plus tôt car l'idée était de lui remettre en mains propres mais surtout ça devait raconter notre histoire jusqu'à son anniversaire et les deux semaines qui suivaient dans le future. C'est donc en lisant cela qu'elle devait apprendre que son 2ème cadeau aurait été un voyage pour nous deux et que je la demanderais en fiançailles. Je ne voulais donc lui donner que dans un an car j'avais prévu de voir ce qu'aurait donnée la vie commune avant de pouvoir la demander en fiançailles. J'ai quand même finit le récit mais avec une fin plus tragique que ce qui était prévu. Aujourd'hui j'hésite à lui envoyer je ne sais pas comment elle le prendrait car c'est bourré de souvenirs et puis je ne sais pas si elle aurais la patience de lire 30 pages qui viennent de moi même si nous n'avons jamais été en froid après la "rupture".

Je sais que vous allez me dire que j'idéalise la relation car nous n'avons pas vécu les problèmes de vie sous un même toit mais j'ai un immense regret de ne pas avoir pu essayer. Elle m'avait prévenu que je vivrais dans les regrets. Elle avait raison... 5 mois après je ne m'y fais toujours pas...c'est horriblement dure...J'envisage de couper tout contact et nous désabonner de ce dernier canal qu'est instagram mais ca va être comme une seconde rupture pour moi...

J'en vois déjà qui vont dire que je n'ai que ce que je mérite... :oops: :|
Modifié en dernier par regrèsincarné le 02 mai 2022, 09:59, modifié 1 fois.
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1332131
J'hésite vraiment à lui envoyé le réçit... d'un coté j'ai besoin qu'elle voit ce que j'envisageais et d'un autre, je sais que s'il n y a aucune réaction ça va me blesser. Si je me lance à le faire, ça sera par mail car je ne veux pas la mettre dans l'embarrât en lui envoyant par courrier puisqu'elle vit avec sa nouvelle relation...
#1332162
Regrès

Tromper son conjoint ça arrive tous les jours, et ça ne fait pas de toi un type qui « mérite » de souffrir.

Mais les décisions que l’on prend ont des conséquences, et croire que l’on peut échapper aux conséquences de nos choix, c’est utopique…
Les regrets n’effacent pas les blessures infligées, et quand il est trop tard, il est trop tard…
regrèsincarné a écrit : 02 mai 2022, 09:52 J'hésite vraiment à lui envoyé le réçit... d'un coté j'ai besoin qu'elle voit ce que j'envisageais et d'un autre, je sais que s'il n y a aucune réaction ça va me blesser. Si je me lance à le faire, ça sera par mail car je ne veux pas la mettre dans l'embarrât en lui envoyant par courrier puisqu'elle vit avec sa nouvelle relation...
Il est clair que tu espères qu’en lisant ce texte elle retombe follement amoureuse de toi, et qu’elle quitte ce next.
Malheureusement lui envoyer c’est essuyer une possible non réponse, ou bien une réponse laconique, ou pire un « c’est merveilleux , tout ce que tu as écrit me touche », qui n’aboutira finalement à rien, mais qui te fera espérer et donc souffrir.

Cette femme est engagée avec un autre homme que ce soit vrai ou que ce soit un mensonge c’est quand même un message fort pour te dire de ne rien attendre d’elle…
#1332163
Bonjour Allys,

Je te remercie énormément de m'avoir répondu, j'attendais une réponse peut être par désespoir, mais je te remercie bien plus de me répondre sans juger ce que j'ai fait. J'ai omis de dire que récemment, une personne du corps médicale m'a évoqué le fait que je puisse être HPI. Et ça m'aide à comprendre mon comportement. Selon lui il y a un symptôme assez commun qui serait une forte empathie et le fait de pouvoir ressentir soi-même le mal-être de son entourage. C'est cette empathie qui m'a empêchée de quitter ma compagne et vivre ma vie avec cette autre femme.

Alors vous me direz, "d'accord mais en ce qui concerne l'empathie pour la femme qui t'a attendue pendant 2ans?". Une autre chose c'est qu'il m'est pas possible de mettre mon cerveau en off dans tous les domaines. Et en ce moment c'est bien-sur dans la rubrique amour que je n'y arrive pas. Alors j'ai réfléchis à ça pourquoi j'ai été plus empâte envers ma compagne que je n'aimais plus que celle que j'aime et qui souffrait de m'attendre?

Je crois avoir la réponse. Je pense que je l'ai mise sur un piédestal je la voyais et la vois toujours comme cette femme idéale et ne me sentais pas à la hauteur. Je me disais sans doute qu'une femme comme elle ne pouvait m'aimer à ce point malgré ses preuves et que par conséquent elle souffrait moins que ma compagne que je quitterais même si tout ce que je voulais était de vivre avec elle.

Je ne me cherche pas d'excuse mais j'ai juste essayé de comprendre...

En ce qui concerne le récit je vais lui envoyer quitte à souffrir encore mais j'ai peur de regretter de ne pas le faire encore plus longtemps...
C'est avec endormement d'émotions que je réponds à ton message et t'en remercie encore énormément.
Je crois que la prochaine étape va être de la bloquer sur ce dernier canal qui nous permets de garder un micro lien...
#1332166
Je ne crois pas que le HPI y soit pour quelque chose forcément.

Tu es empathiques, oui mais tu es lâche, et c'est à mon avis, ta peur (d'être le méchant), qui t'as fait repousser le moment de quitter ta femme, et pas l'empathie, ou le fait de la mettre sur un pied d'estale.
Mais après on trouve toujours les explications qui nous arrange ou nous donne le beau rôle...

Si tu as autant d'empathie que tu le prétends, ne prends pas le risque de briser son couple, et n’envoie pas ce message, car tu le fait par pure égoïsme, sans penser aux conséquences pour elle...
Powercath ont aimé ça
#1332170
Merci à nouveau pour ton message Allys. Tu es un peu dure mais tu a raison de l'être.
Je suis sûr de moi, c'est vraiment l'empathie qui m'a empêché d'agir à temps et non pas la peur d'être le méchant. Il n y a pas de question d'avoir le beau rôle. Je suis quelqu'un d'extrêmement impartial. Et le suis avec moi même.

Quant au récit que j'ai rédigé, je l'ai terminé il y a déjà 3 mois et n'ai pas voulu lui envoyer pour, justement, qu'elle puisse vivre son début de relation correctement sans avoir d'impact dessus. J'ai voulu vraiment lui envoyé mais ne l'ai pas fait pour cette raison. C'est simplement qu'aujourd'hui, je compte supprimer ce texte de mon ordinateur et j'ai peur d'avoir de nouveau regrets qu'elle ne l'ai pas vu. Même si je me voile la face et espère une réaction, dans le fond je sais que ce document ne l'atteindra pas dans le sens ou ça ne lui remettra pas de doute car je elle est vraiment passée à autre chose. Je pense sincèrement qu'il n y a aucun risque que ça brise son couple. D'ailleurs tu le dis toi même ça ne fera qu'essuyer une réponse douloureuse qui me montrera une fois de plus qu'elle n'est plus du tout dans cette histoire. Je la remercie énormément dedans aussi car malgré la douleur ça a été une leçon de vie. Elle avait compris et me l'avait dit que je ne vivais pas suffisamment pour moi mais plus pour le bien de mon entourage. Je ne m'en rendais pas compte avant qu'elle me sorte tous les exemple de mes comportement par rapport à mon entourage. La leçon est justement que désormais je vais essayer de vivre un peu plus pour moi.

Par contre je t'accorde avoir été lâche car avant de parler à ma compagne, j'ai volontairement instauré des distances en me disant que ça serait elle qui me quitterait et qu'elle en souffrirait donc moins. Et que si elle ne le faisait pas, ça l'aurait quand même préparée à la rupture pour qu'elle soit un peu moins brutale.
#1332171
Bonjour Regrès,

si on change beaucoup de lettres aux mots "éthique" et "empathie" , ça donne " lâcheté".

Ceci n'est pas un jugement ,mais bon tu gagnerais à être beaucoup plus réaliste plutôt que de te raconter des histoires . Ton histoire c'est l'histoire d'un paquet de gens (au QI tout à fait normal) qui trompent leur conjoint mais n'osent pas le quitter parce qu'il y a des conséquences (rien que dans mon entourage de quadragénaires ça pullule) .
On gagne toujours, toujours à se regarder en face ( sans jugement mais sans non plus se voiler la face sur nos travers).

Cette femme a eu une fonction dans ta vie , elle t'a permis de réaliser que ton histoire avec ta conjointe était parvenue à son terme . Maintenant il faut que tu apprennes à vivre tout seul , sans te raccrocher à ce que cette histoire fantasmée aurait pu être ( si elle n'a pas été , c'est qu'il y a des raisons pour ça , c'est comme ça ). Oui ça fait peur, ça fait mal et c'est difficile de se retrouver seul face à soi même ( mais quand on arrête de s'abriter derrière des faux semblants , on apprend beaucoup , et ça fait grandir).

A propos de grandir, à 40 ans , on ne quête plus l'approbation de ses parents sur ses choix de vire regrès, et on essaie de se détacher de réseaux sociaux ( qui ne sont pas la vie)

Cette histoire de récit de 30 pages est extrêmement caractéristique de ton attitude générale, qui consiste à fuir la réalité . Se raconter et raconter des belles histoires ce n'est la vraie vie Regres . Ton ex , elle a choisi la vraie vie visiblement (celle qui consiste parfois, à vivre des choses non glamour avec son compagnon," qui achète le pain?" et "tu as mis le réveil à quelle heure ?" ) , même si probablement votre relation a eu une fonction dans sa vie . Parfois ce genre de relation intense et virtuelle ( mais virtuelle ? car virtuelle ?) sert de transition.

bon courage
in vino veritas, sandstorm ont aimé ça
#1332172
J'entends ce que vous me dites mais j'insiste vraiment sur le fait que ce n'est pas parce, qu'à priori, dans la plupart des cas les hommes ne quittent pas leur femmes à cause des conséquences (peur du regret, un reste d'amour, peur d'être seul, peur du changement...) que c'est mon cas. La seule conséquence qui m'a bloqué est qu'elle souffre!! Ok malgré tout, elle a souffert parce que je ne l'ai pas fait correctement mais c'était la seule et unique raison vraiment. S'il y a bien une chose sur laquelle je ne me voile pas la face c'est celle-ci.

Concernant le fait de se regarder en face et voir la lâcheté, je pense avoir reconnu l'être.

Je suis d'accord sur le rôle de cette femme que j'ai croisé tu as parfaitement raison

Je me suis peut être mal exprimé, mais je n'ai pas demandé l'approbation à mes parents. Je les ai informé. Vous allez prendre cela pour une excuse mais une fois de plus c'est une question d'empathie. Je suis fils unique et mes parents vieillissent, mon père traversait un moment très difficile et j'avais un peu peur de m'éloigner d'eux à leur âge , qu'il n'aient plus personnes pour s'occuper d'eux en cas de besoin.

Là où je t'accorde une nouvelle fois que tu as sans doute raison, c'est sur la virtualité de cette relation qui l'est peut être finalement. Je ne la vois pas comme telle car j'étais prêt a changer de vie pour elle et c'est ce qui m'a poussé à finalement passer à l'acte quand je l'ai perdue. Cet électrochoc que beaucoup ont quand ils perdent quelqu'un et je voulais vivre ce que tu décris avec elle : L'heure du réveil, qui achète le pain...toutes ces banalités de couple. D'ailleurs même si elle m'a aimé aussi très fort c'est aussi pour cela que ça a été plus facile pour elle: Elle ne pouvait plus croire en mes projets avec elle alors que moi je savais que je pouvais aller au bout.

Mon récit n'est pas beau sur son dernier tiers crois moi! Je finis même par dire que j'ai tourné la page et par la remercier pour cette leçon de vie afin qu'elle n'ait plus aucune culpabilité dans le cas où elle en aurait.

Merci à vous deux en tout cas.

edit : J'oubliais, je ne suis a la base absolument pas adepte des réseaux sociaux, 10 ans que je n'étais pas allé sur FB et n'avais aucun autre réseau social sauf pour le boulot. J'ai créé ce compte instagram pour un petit projet personnel à la base puis me suis pris au jeu de cette nouveauté en postant quelques belles photos que j'ai prise lors de mes sorties "visites". Et puis c'était une occupation dans les moment où je ne sortais pas.

edit 2 : Alors bien sur, je me suis interrogé sur les raisons qui ont fait que cette relation n'ait pas été plus loin. Et c'est cela qui a été dure justement. De ce dire que c'est parce que je n'ai pas quitté ma compagne avant. Je ne dis pas que ça aurait marché pour autant mais de ne pas avoir pu essayé à cause de cette raison me laisse un gout amer car c'est vraiment tout ce que cette femme attendait. Elle a d'ailleurs été maladroite mais je ne lui en veut pas car j'ai fait bien pire à la faire poireauter 2 ans même si ce n'étais pas ma volonté: le jour où elle m'annonce sa nouvelle relation, elle me dit en même temps que tout ce qu'elle voulait était qu'on soit ensemble. Je lui ai répondu que le fait qu'elle me précise cela à ce moment précis était très dure a entendre et elle a rajouté "je voulais juste qu'on soit ensemble peu importe les difficultés liées à la distance au début". ça ne m'a pas aidé à faire mon deuil
#1332190
Comme évoqué plus tôt ce n'est pas moi qui est diagnaustiqué tout cela !! Je ne m'étais jamais douté de tout cela avant !!! Bref je comprends que certains commentaires puissent être dure pour nous rebooster, nous faire prendre conscience de certaines choses. Mais la Powercath, j'assume avoir été lâche sur certaines choses alors pourquoi je n'assume rais pas vouloir ne pas quitter ma compagne par confort ? Absolument rien à voir !! C'était au contraire une situation inconfortable justement!
#1332191
Hello Regrès,
Comme mes condisciples sur ce forum,je pense vraiment que tu te voiles la face en essayant d'expliquer ta conduite envers ta maîtresse par le premier mot fourre-tout "qui ne te met pas en porte-à-faux vis-à-vis de l'image que tu souhaites avoir de toi" venu.
Comme la plupart des mecs qui ont une maîtresse,tu as préféré rester avec ta femme pour amoindrir ta culpabilité à la faire souffrir point barre.
Si ta conduite avait réellement été conduite par ton "super-pouvoir" d'empathie déjà tu ne l'aurais pas fait cocue.Ensuite,tu aurais éprouvé aussi de l'empathie envers ta maîtresse.
Pourquoi te cacher derrière des beaux mots à la mode,alors que de toute façon,que tu sois HPI ou pas le résultat est le même,tu as fait souffrir ta maîtresse par peur de faire le meilleur choix pour toi et surtout par peur de ce que penseraient les autres (tes parents,ta femme,ton entourage).
Ton choix courageux tu l'as finalement fait mais trop tard,quand tu as réalisé que tu avais perdu ton objet de désir.
Ceci est douloureux mais si tu ne veux pas que cette belle histoire n'ait servi à rien,travaille sur le pourquoi du comment tu en es arrivé là,prends du recul plutôt que de te raccrocher à la première excuse venue et concentre-toi sur la génèse de tes blessures émotionnelles.
Courage à toi
miu ont aimé ça
#1332195
Bonjour Bibo bobo,

Je te remercie pour ta réponse que je pense plus constructive que la précédente... Tes propos mènent à la réflexion. Alors peut être que je me voile la face, en effet, car encore aujourd'hui j'ai sincèrement la sensation que ça n'est que le fait de la faire souffrir brutalement qui m'a retenu d'agir plus tôt...Je vais me remettre en question car vous vous doutez bien que j'ai beaucoup réfléchis au pourquoi du comment et jusqu'à présent ma conclusion était celle évoquée plus haut. "j'en suis là car je n'ai pas réussi a faire de mal à ma compagne alors aujourd'hui je vais essayer de vivre avec un peu moins de compassion pour mes proches pour ne plus me priver". C'était peut être la mauvaise direction et c'était la leçon que je tirais de mon histoire. Pour moi elle m'avait servi à cela..
C'est comme cela que j'essayas d'entamer ma reconstruction.
Ce terme, à priori, à la mode, je ne l'ai connu il n y a que très peu de temps. Et merci pour tout le courage que tu me donne c'est encore dure aujourd'hui. :-Blue
#1332201
Hello Regrès,
Je ne remets pas en question le fait que tu t'es retenu de prendre ta décision pour éviter de faire souffrir ta femme,je remets en question le fait que tu as fait cela parce que tu serais "HPI".En effet,beaucoup d'hommes ne quittent pas leur femme pour cette raison sans pour autant être HPI.
En considérant que c'est parce que tu l'es que tu as agi de cette façon,ça t'empêche d'aller creuser plus loin.
Or chercher le pourquoi du comment on agit d'une façon plutôt qu'une autre permet de se connaître réellement soi-même,de voir quelles sont les blessures qui nous pousse à nous comporter de telle ou telle manière,et permet aussi d'éviter de reproduire les mêmes schémas.
Là par exemple,une bonne question à te poser serait de savoir pourquoi tu ne voulais en aucune façon faire souffrir ta femme et que tu t'en foutais un peu de faire souffrir ta maîtresse alors qu'apparemment c'est cette dernière que tu aimais?
Allys, regrèsincarné ont aimé ça
#1332202
Merci encore pour ta nouvelle réponse Bibo.
Pour tout te dire, tout s'est arrêté il y a 5 mois et j'ai appris que j'était potentiellement HPI il n y a que 2 semaines. Donc ma réflexion avait commencé avant que j'apprenne cela et encore, comme je le dis c'est "potentiellement" Je n'ai pas voulu faire le test recommandé en me disant que ça ne changerais rien à ma vie de savoir si je le suis.

Je ne me foutais pas de faire souffrir ma maitresse, vraiment, et comme je le disais je pensais simplement que ma compagne en souffrirait encore plus. Encore une fois par doute que je puisse être aimer à ce point par une femme comme ma maitresse que je voyais parfaite. ça, c'est ce que je me disais jusqu'à présent. Est ce que je me trouve des excuses, je ne pense pas mais je n'ai toujours pas les idées clair et a avoir ce lâché prise. Et puis vous me faites réfléchir.

Peut être, pensez vous, que j'aimais encore ma femme ou voulais garder un certain confort. Mais même en essayant difficilement de prendre un peu de recul, je ne le pense pas. Je pense aussi que la vie qu'à eu ma compagne avant que je la rencontre fait que j'avais peur de ravivé des blessures intenses en elle (l'abandon). Peut être que d'ici quelques mois je me dirais que je me suis trouvé des excuses mais là je n'en ai vraiment pas l'impression et je ne rejette la faute sur personne d'autre que moi-même. Et je vous assure que je souffrais autant que ma maitresse de ne pas pouvoir la rejoindre mais ça, je l'assume dans la mesure où c'est moi qui avais les cartes en mains alors je ne m'en plains pas. Elle par contre a subit le fait de souffrir sans ne pouvoir rien faire.

Merci encore ça fait du bien de discuter de tout ça
#1332203
regrèsincarné a écrit : 05 mai 2022, 09:44 Je n'ai pas voulu faire le test recommandé en me disant que ça ne changerais rien à ma vie de savoir si je le suis.
Ou peut-être que tu as peur au fond de toi que la réponse soit négative…

Cette suspicion de HPI, te permet d'analyser ton comportement en termes positifs, de te regarder par les verres grossissants d'une particularité, qui te rend non seulement plus intelligent que la moyenne, mais aussi particulièrement sensible, et empathique, bref qui te donne beaucoup de qualités et donne une explication toute faite de tes agissements.

Mais la vérité, c’est que HPI ou pas, tu as agis comme la majorités des personnes qui trompent leur conjoint (hommes ou femmes), tu as préféré la sécurité du foyer, à l’aventure (certes plaisante à imaginer) avec quelqu’un d’autre… Les saints n’existent pas, et l’enfer est pavé de bonnes intentions…
Quand tu ne te positionne pas, tu fais souffrir 2 personnes. Ta femme (que tu aime mal puisque tu la trompe), et ta maitresse (puisque que tu ne lui offre pas une vie à deux), la seule personne que tu préserve des souffrances c’est toi… Et même si tu sens inconfortable dans la situation, ce que tu ressent n’est rien au regard de la trahison et de la souffrance que tu as infligé à ces femmes. Tu les as abîmées, toutes les deux, de façon définitive. En ne te positionnant pas tu as détruit leur confiance elle, tu leur a envoyé le message « Vous ne méritez pas mon amour ».

Si ce test était négatif, alors tu serais obligé de te remettre en question, et de trouver d'autres explications. Tu redeviendrais le salopard qui a juste trompé sa femme et est resté avec par lacheté avec elle comme le commun des mortels, comme la majorité des êtres humains…
Et ton manque d’estime de toi, trouverai ça probablement difficile à assumer…
Elieza, miu ont aimé ça
#1332205
Je n'aurais sans doute pas du préciser que j'étais potentiellement HPI car j'ai la sensation qu'on pense que je me cache derrière cela mais sachez que j'ai tiré les conclusions (Bonnes ou mauvaises mais sans considération de cette éventuelle particularité) évoquées avant de le savoir! Donc je ne pouvais pas me trouver cette excuse.

Quand au confort du foyer vous ne savez pas dans quelle situation nous étions en terme de confort quand tout ça est arrivé. (Pas à la rue non plus bien sur) Je ne l'ai volontairement pas évoqué pour ne pas être reconnue mais il n y avait pas de confort particulier et j'ai bloqué tous les projets qui devaient enfin donner ce confort par envie de rejoindre ma maitresse.

Je ne me cache pas derrière cette histoire d'HPI. alors je vais le dire avec toute sincérité et c'est pensé : Oui j'ai pensé et le pense toujours avoir été un salopard et ça me ronde encore. Pas besoin de me rendre compte que je ne suis finalement peut être pas HPI pour me dire "ha j'ai été un connard". Au final oui j'ai fait souffrir ces deux femmes. Je ne dis pas ça par rédemption ou pour avoir de la pitié d'ailleurs c'est ce que j'ai le plus détesté finalement avoir la compassion de ma maitresse lors qu'elle m'a annoncé que c'était finit.

J'ai l'impression que personne ne peut concevoir qu'un homme ne quitte pas sa femme pour une autre raison que le confort ou des restes de sentiments quitte à mentir à sa maitresse...Tout comme je n'arrive pas à concevoir que l'homme qui t'a faite souffrir ne l'a fait que pour son plaisir sexuel ou d'affection en te mentant sur ses sentiments pour te garder dans ces crochet. Car moi je ne vois pas où il a trouvé son plaisir, Je ne vois pas de plaisir ou bien être à vivre une aventure extra conjugale juste pour ces raisons. Cela prouve qu'il peut y avoir d'autres raisons que celles évoquées.
Je vous répond avec toute ma franchise et sincérité.

Je peux tout entendre, que j'ai été lâche, que j'ai mal agit, d'ailleurs tout cela fait déjà partie de ma conclusion actuelle et je comprends que vous puissiez penser que comme, a priori, dans la plupart des cas je n'ai pas quitté ma femme par confort mais la dessus je vous assure encore une fois que ce n'est pas la raison. Je reconnais aussi qu'en terme de lâcheté, il y avait la peur d'affronter la peine de ma femme.
#1332589
Aujourd'hui j'ai besoin d'écrire, je suis le forum depuis mon inscription même si je ne me manifeste que très peu.
Presque 6 mois que ma relation s'est terminée maintenant. Le dernier échange de message il y a environ 1 mois. Juste pour me dire qu'elle espérait que j'aille bien et que j'avais l'air de me balader dans de très beau endroits. (mes publications sur un réseau social qu'elle continue d'aimer) J'ai toujours eu des activité créatives, en ce moment c'est de faire de jolies photos et les retoucher pour leur donner une âme, une atmosphère puis je les partage. Je ne suis pas un enfant et n'y voit pas de signe quant au fait qu'elle soit sans doute celle qui aime le plus mes publication, mais voir son nom apparaitre à chaque fois qu'elle clique sur ce petit like me fait une piqure de rappel. Je n'ai pas encore trouvé le courage de la supprimer définitivement. Ai-je encore de l'espoir alors qu'il n'y a plu lieu d'en avoir? Pfff

Aujourd'hui je ne peux pas dire que je l'ai oublié ni même commencé à le faire. Je pense à elle toujours du levé au couché mais elle ne le sais pas. Pas envi de lui dire car je crois que son dernier message évoqué plus haut est simplement parce qu'elle culpabilise. Mais moi je me souviens que ce n'est pas elle qui a merdé mais plutôt moi alors je ne veux pas qu'elle ai encore plus de culpabilité. Je lui ai laissé entendre que tout va bien pour moi. Et non pas pour lui créer un déclique.

Je m'étais battu pour elle pendant quelques jours, après sa décision de refaire sa vie (quitter ma compagne et proposé de partir en vacance avec elle), en sachant que c'était trop tard mais je ne voulais pas regretter de ne pas avoir fait ce qu'elle attendait même si c'était trop tard. J'aurais pu me battre bien plus longtemps mais je ne voulais pas l'embarrasser même si ça me démangeais de tout faire pour la récupérer.

Ce qui est étrange est qu'il y a de très courts moments ou j'ai l'impression de réussir à lâcher prise, de réussir à me dire que je dois passer à autre chose et là, j'ai peur de ne plus l'aimer alors que ça serait une guérison en sachant qu'elle ne reviendra plus. Je ne sais pas l'expliquer. Je me suis dis que je suis peut être amoureux de ce qu'elle m'a fait ressentir lorsqu'il y avait du contact physique et je ne parle pas de sexe. Ce sentiment de plénitude est une drogue dont je suis en manque. C'est vrai qu'aujourd'hui j'ai du mal à me dire que je pourrais ressentir à nouveau cela ailleurs car elle est la seule à m'avoir procurer ces sensations alors que je n'ai plus 20 ans. Je m'occupe énormément je sors beaucoup visites de superbes régions chaque week end, je rencontre des gens, mais rien n'y fait. C'est un peu effrayant de se dire que 6 mois après il n y a pas de baisse de manque. Et très dure de se dire que je ne lui manque plus.

J'ai pris du recul et ne la met plus sur un piédestal dont je ne me sentais pas à la hauteur je lui vois enfin ses défaut mais ça ne change rien dans ma tête...dépendance affective coriace. Alors aujourd'hui je relisais vos message qui m'ont un peu secoué pour tenter d'avoir le déclic.