Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
par Larsson
#1305374
Bonjour à tous,

Cette histoire semblera anecdotique pour certains mais elle m'affecte aujourd'hui bien plus que je ne voudrais l'admettre. Je ne promets rien mais je vais essayer d'être synthétique. Vos avis sont plus que bienvenus pour m'aider à y voir plus clair.

J'ai rencontré cette fille sur Tinder au début de l'été. Elle a 23 ans et moi 27. Son passé sentimental : chaotique. Je suis plutôt du genre solitaire, vous voyez ? Je vais au boulot, au sport, je joue en ligne... ma vie est plutôt rangée. Pourquoi la remettre en question alors que "tout roule" ?
Puis, la 1ère partie : on a matché.

On s'échange des tonnes de messages pendant 2-3 semaines avant de finalement se rencontrer. Elle est belle, fun avec de la repartie, on a énormément de points communs. Et son regard...
Je prenais mon temps avec elle pour ne rien brusquer. Et aussi parce que je suis plutôt du genre introverti. Il faut dire qu'on a tous les deux toute la peine du monde à étaler nos sentiments, c'est plus facile par écrit, après-coup.

Après plusieurs rendez-vous elle a fini par me demander si on allait rester "juste amis" comme ça jusqu'à la St GlinGlin. Mon naturel timide s'est vite envolé et à notre rendez-vous suivant nous nous sommes embrassés. Elle m'a avoué par la suite qu'elle l'aurait fait si je n'avais pas pris l'initiative ce soir là.

Je désinstalle Tinder, elle aussi. Officieusement, on est ensemble et la vie est belle. Vint ensuite l’élément déclencheur.

Fin juillet - juste avant mes vacances et 2 jours après notre dernier rendez-vous -, elle m'annonce par message "il faut qu'on discute". Elle souhaite que l'on se voit dans 3 jours pour en parler face à face car elle ne peut pas se libérer avant. Bam.
Je n'ai pas eu la patience d'attendre. Qui l'aurait eu ? Je voulais savoir tout de suite. Et il était inconcevable pour moi de rester 3 jours sans savoir. Ô quelle erreur…
Elle pense a un autre, constamment. Elle m'avait déjà parlé de ce mec qu'elle connait depuis quelques mois et qu'elle avait embrassé avant de me rencontrer. Sur le moment je n'avais pas percuté que c'était un élément clé.
C'est quelqu'un qu'elle voit tous les jours mais avec qui elle sait qu'elle ne pourra rien construire. Il a déjà une situation familiale stable et malgré leurs sentiments réciproques, ils ne veulent pas tout détruire. Elle pensait que ça lui passerai mais elle est amoureuse et ça ne se contrôle pas.
Elle a besoin de temps. De prendre du recul. De faire le deuil. "C'est pas toi, c'est moi".

En théorie c'est simple, quand quelqu'un vous demande du temps, vous lui donnez du temps. Malheureusement pour moi, la pratique n'est définitivement pas mon truc. Je me suis attaché à elle et je ne comprends pas pourquoi elle m'écarte. Après son annonce, nos échanges étaient coupés.

Voici un résumé concis de mes vacances : 3 semaines à me torturer l'esprit. J'ai tenu 5 jours de SR avant de craquer la 1ère fois et de lui envoyer un message pour lui dire qu'elle me manquait. Elle est désolée mais il faut que je comprenne que c'est important pour elle. Qu'elle a vraiment besoin de temps. Elle m'a fait comprendre que ce n'était pas fini entre nous. Je lui ai demandé si c'est elle qui reviendra, elle me dit que oui.

Evidemment que je n'aurais pas dû la recontacter après ça. D'autant plus que la relation n'en est qu'à ses débuts. J'aurais dû la laisser revenir si elle voulait revenir. La laisser remettre de l'ordre dans sa vie et continuer la mienne comme avant. Et ignorer sa présence en ligne. Le cœur à ses raisons...

J'ai brisé plusieurs fois mon SR pendant mes vacances, en règle général après 5-6 jours et ses réponses étaient de plus en plus détachées. "Si tu ne peux pas comprendre que j'ai besoin de temps, ça va pas le faire". "Je vais pas te le répéter 100 fois…"
J'ai tenté, par désespoir, de lui demander une explication en face à face, la veille de son anniversaire : vous savez, ce moment où vous vous rendez en bas de chez elle pour mettre les choses au clair. Spoiler Alert : ça ne fonctionne pas.

Elle m'a dit stop la semaine dernière. J'avais besoin d'avancer donc j'ai osé l'ultimatum en m'imaginant qu'elle me dirait que je comptais aussi pour elle. Un mois, c'est assez de temps pour prendre du recul, non ? Elle a préféré arrêter. De pote à boyfriend j'étais devenu le lourd insistant. "On arrête si c'est comme ça".

J'ai renvoyé un message ce week-end. Un autre fix en quelques sortes. Je lui ai dit que je n'aurais pas dû insister et c'est vrai. C'est mon gros regret ça : ne pas avoir respecté sa mise en retrait. Mon message n'appelait pas à une réponse et je n'en ai pas eu. Je ne sais même pas si elle l'a lu puisque j'ai supprimé les conversations.

Entre temps j'ai vu qu'elle avait mis à jour son profil Tinder et qu'elle et navigue sur d'autres applis de rencontre. Elle ne m'a pourtant pas supprimé de ses réseaux et continue de regarder mes stories. Je sais que cet élément ne devrait pas être interprété mais , venant d'elle, ce n'est pas un oubli, ce n'est pas anecdotique. Elle sait qu'elle compte pour moi, je lui ai dit plusieurs fois. Je lui ai aussi dit de me supprimer si elle ne voulait plus entendre parler de moi.

J'en suis de nouveau à seulement 4 jours de SR et le temps me semble interminable. Je vérifie mon portable 50 fois par jours et mon humeur dépend clairement de si je tombe ou non sur une de ses publications. J'ai l'impression de devenir complètement fou mais c'est plus fort que moi.

Mon plan consiste à attendre la fin du mois pour la recontacter, sans doutes pour la dernière fois, pour discuter en face à face et enfin mettre les choses à plat.
Je me dis que si je lui avais laissé du temps, elle serait revenue. Je me dis aussi que si j'avais eu la patience d'attendre les 3 jours pour avoir l'explication en face à face, les choses seraient totalement différentes aujourd'hui.

Alors je mène mon combat de mon côté : je vois mes amis bien plus qu'avant (et les remercie du fond du cœur de m'écouter et de me dissuader de mettre en place des stratagèmes tordus pour la récupérer), je sors dès que j'en ai l'occasion, je me force à retourner au sport, j'extériorise ma peine et remet ma vie en question.

Je me force à vivre et me dis qu'avec le "temps"… on se retrouvera.

Merci à vous d'avoir lu jusqu'au bout.
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1305376
Bonjour à toi !

Aïe que c'est dur quand ça tourne en boucle, quand on attend, qu'on projette (mon plan c'est etc...), qu'on rêve, qu'on est dans le guidon... Et je le ressens en te lisant, je ressens ta détresse.

Alors que faire ? Casser cette spirale infernale qui te maintient en alerte et te fait mal.
Elle ? on s'en fout ! Pas possible pour toi, je l'entends. Mais n'empêche.

Toi, là, en ce moment, tu es dans la force, je me force à faire ci, je me force à faire ça. Tu le décris très très bien. Alors oublions la force. C'est le moment d'être triste, oui d'être triste, d'exprimer tes émotions, tes ressentis, de les exprimer au travers des larmes, des soirées vautré sur un canapé à te sentir mal. Mais il faut le faire, il faut laisser tout ça passer, et plus tu forces, pire c'est. Et je pense que tu le sens que c'est de pire en pire. Alors quand c'est de pire en pire, tu n'en peux plus et tu agis, un SMS que tu regrettes dans la seconde après l'avoir envoyé.... Tu vois ce que je veux dire ?

C'est le moment de la bienveillance envers toi-même, c'est le moment de comprendre que ce qui se passe dans ta tête ne sont que des pensées qui n'ont rien de réel. C'est le moment de ne rien faire d'autre que de penser à ce que tu es, à ta valeur propre, qui n'a rien à voir avec l'image que tu peux en avoir quand tu es dans les pensées...

Voilà, le moment d'écouter ton esprit et ton corps, qui t'envoient des messages importants mais que tu ne peux pas lire lorsque tu es en mode force.

Qu'en penses-tu ? bon courage à toi et bonne soirée !
par Larsson
#1305380
Merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre.

Comme tu le dis, détacher mes pensée d'elle est inconcevable pour le moment. Pas tant qu'il y aura de l'espoir.
Elle semble vraiment être en période de deuil de sa relation impossible d'après ses dernières stories. Elle sait que je peux les voir.

Tu me conseilles de me laisser aller à ma tristesse, je suis en plein dedans. Je suinte la tristesse par tous les pores de ma peau. Et l'espoir poisseux.
Oui, c'est de pire en pire, tu as raison. En tout cas ça ne s'améliore pas. Mais si j'écoute mon coeur, mon seul désir profond c'est d'être au clair avec elle. Ça ne peut pas se terminer par un texto tout ça parce que j'ai insisté "presque" lourdement. Pour le moment c'est trop tôt pour la relancer, ça me discréditerai.

La roue de mon esprit est bloquée et mon corps ne fonctionne que si je le force à bouger. Bouger c'est vivre, non ? N'est-ce pas mieux de se forcer à vivre que de se laisser mourir ? (c'est une image, évidemment).

Encore merci.
#1305385
Bonjour,

Il est vrai que c'est une période très difficile à traverser, mais tu y arriveras, comme nous tous l'avons fait dans notre vie...

Estime toi "heureux" car votre relation a été très courte, ce qui permettra, je te le souhaite, de prendre plus facilement du recul.
Je n'ose imaginer dans quel état tu serais si la relation était en route depuis quelques années.

J'espère également que tu trouveras la force de travailler certains points ... comme cette envie de savoir de suite et d'insister très lourdement pour cela... tu a bien compris que c'était totalement contre-productif et j'espère qu'à l'avenir tu ne tomberas pas dans le panneau...
La chose à retenir également (et sans offense aucune) c'est que quand quelqu'un te dit qu'il a besoin d'air, il faut respecter sa demande, peu importe ce que cela déclenche chez toi... c'est son choix et si tu ne respectes pas ça, ben tu auras du mal à pérenniser tes futures relations.

Tu parles de discrédit... c'est vrai que tu n'as pas intérêt à bouger une oreille pour un temps indéterminé (l'idéal étant que ce soit elle qui te recontacte) et gaffe à ce que tu écris ... tu n'as pas insisté "presque " lourdement, tu as été très lourd au contraire... soit réaliste avec ça, ce sera un plus pour toi .

Je te souhaite bon courage !
par Larsson
#1305390
C'est dur à lire et pourtant tu as raison.

Je reconnais ma part de tort : je voulais absolument continuer comme si rien de rien n'était et me suis montré trop insistant. Je n'aurais pas dû, j'ai présenté mes excuses. La bonne nouvelle c'est que je sais désormais que ça ne mène à rien.

J'ai déjà connu des ruptures pour des relations plus longues qui ne m'avaient pas marquées à ce point. La difficulté à surmonter l'épreuve n'est pas, à mon sens, liée à la durée de la relation mais bien aux attentes, aux projection ainsi qu'aux zones d'ombres qui entourent la rupture.

J'ai en cauchemar l'image où elle passe à autre chose si je ne lui montre pas que je suis là. C'était ça le plan initial : lui montrer je ne sais comment que j'étais là pour elle si elle a besoin et vivre en même temps. J'ai foiré et je dois vivre avec !

Merci pour tes mots, Kakahuet, ils m'aident à prendre du recul !
#1305391
Tu sais, ce qui est fait ... est fait .
Partant de là on ne peut que peser sur les parties que l'on peut maîtriser, donc toi , uniquement...

Si elle passe réellement à autre chose, ce n'est pas en dansant la zumba en tutu rose un soir de pleine lune que cela va changer quelque chose, hein .
Elle le sait très (trop?) bien que tu es là, toute l'attitude que tu as eue lui montrait .... donc ça , c'est fait, tu peux donc te consacrer à la seconde partie , vivre pour toi et garde dans un coin de ta tête que des belles relations, tu en auras d'autres, de plus prometteuses, si ça se trouve, mais pour cela il faut que tu sois agréable et attractif (ce que l'on n'est pas vraiment au sortir d'une rupture)....
Focus sur ça et tu verras que les choses vont se mettre en place toute seules.
Mélanie corin ont aimé ça
par Larsson
#1305551
Bonjour à tous,

J'ai parcouru le forum en long en large et en travers et je dois dire que certains sujets m'ont beaucoup touchés. Je crois que continuer d'écrire me permettra de passer le cap plus facilement ! Quelques petites mises à jour s'imposent donc.

Cela fait maintenant 15 jours que le SR a débuté. A vrai dire, c'est plutôt 15 jours de silence total de son côté. J'y reviendrai.

J'avance.
Je me réveille encore systématiquement toutes les nuits à 4h sans pouvoir me rendormir et continue d'arpenter les lieux où nous allions avec le ridicule espoir de la croiser. Je continue aussi de nourrir la romantique image qu'un jour, peut-être, elle reviendra et qu'on se donnera une chance. J'avoue, c'est vrai.
J'ai compris que mon problème ne venait pas d'elle. Elle est le déclencheur. Je sais avec certitude qu'elle est le souffle de trop sur mon château de cartes. J'avance à pas de bébé mais hé, j'avance !

Une de mes ex a repris contact avec moi cette semaine. On s'est séparé l'an dernier parce que je voyais l'engagement comme une contrainte et la distance comme un frein. J'ai beaucoup regretté par la suite quand elle m'a dit qu'elle voulait arrêter, évidemment.
Tout ça pour dire que la surprise était totale et que je ne pensais pas avoir de ses nouvelles un jour. Elle vit dans le coin avec son nouveau gars, elle a trouvé un job qui lui plait et tout va bien pour elle. Tant mieux, vraiment. Je suis content qu'elle soit heureuse ! Ça m'a fait super plaisir de parler avec elle et ça m'a aussi permis de prendre un sacré recul sur ma situation :

1) L'an passé je ne me voyais pas sans elle ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Tiens, tiens, tiens.
2) Mes autres ruptures ont enclenché exactement le même processus de dépendance à retardement. Voilà qui nous amène au point 3)
3) Chaque rupture est un enfer parce que le cœur du problème est en moi. L'enfer c'est pas les autres.

Ok donc là, il y a matière à travailler !

Je me fais suivre par quelqu'un, je crois que c'est comme ça qu'on dit. Alors je ne saurais pas dire si c'est hyper efficace ou si ça revient à pisser dans un violon mais j'ai l'impression que c'est "bien" de pouvoir mettre des mots sur ce qui cloche et de commencer, de loin, dans la brume du déni, à discerner nos propres dysfonctionnements.
Je crois que j'ai toujours su au fond où était ce nœud. Vous me l'avez dit, vous aussi, et je le lis partout : il faut être capable de vivre pour soi avant de vivre à deux. Dans un couple 1+1=3 : les 2 deux vies distinctes de 2 protagoniste et l'addition de ces 2 vies.
Or je ne vis pas pour moi, pour les autres beaucoup mais pas pour moi.

Revenons un peu à nos moutons. J'ai "fauté" hier. J'entoure le verbe fauter de guillemets car en réalité je ne considère pas ça comme une faute. C'était réfléchi et j'ai pris soin de me sonder plusieurs jours afin de savoir si c'était vraiment ce que je voulais. Oui, c'est ce que je voulais. Je devais être sûr d'avoir fait tout ce qui était possible de faire pour ne pas avoir de regrets ou d'incertitudes.
Alors oui, les sites spécialisés disent qu'il ne faut surtout pas faire cette "ERREUR FATALE A VOS CHANCES DE RECONQUÊTE" et c'est sans doutes ce que vous pensez aussi. Tant pis. J'en avais besoin et ça ne remet pas en question le travail amorcé sur moi-même.

Le message que je lui ai envoyé en lui-même est très court, l'objectif étant juste de briser la glace. Pas question ici de reconquête ou de ton larmoyant !
=> C'est dommage d'en rester là et j'espère surtout qu'elle va bien et qu'on aura l'occasion de se reparler.

Et c'est sincère.

Elle l'a lu sans y donner de réponses et je m'y étais préparé. Ce n'est pas grave, au moins je suis en accord avec ce que je voulais, pour une fois. Je n’interpréterai pas ce silence car aucune de mes interprétations ne reflétera la réalité. Réussir à me persuader de ça, c'est aussi une sacrée avancée !

C'est dommage, ô que oui c'est dommage. C'est même du gâchis, on aurait pu être tellement bien tous les deux. Mais c'est comme ça. Tous les films que je monte dans ma tête n'y changeront rien.

Cette femme est et restera celle qui m'a fait prendre conscience que je peux vivre pour moi. Je ne suis qu'au début du chemin et la perspective d'être enfin en harmonie me réjouit. J'avance.

A bientôt !
par Larsson
#1305655
Bonjour à tous,

20 jours sans nouvelles de sa part, 6 jours depuis mon dernier message et je brûle.

J'ai tout le mal du monde à me convaincre de définitivement tourner la page. Elle est ma 1ère pensée au réveil (toujours prématurément interrompu), la dernière avant de sombrer dans un sommeil peu réparateur et elle est aussi la grande majorité de celles entres les deux.

Je n'arrive pas à me résoudre à la supprimer des réseaux sociaux car je sais qu'alors, ça serait terminé. Définitivement. C'est la seule chose qui nous lie encore finalement.

C'est la bonne chose à faire pourtant : supprimer toutes traces de son existence et tourner la page. Ne pas prendre le moindre risque de tomber sur une photo d'elle ou la mention de son nom. L'innocence c'est l'ignorance, n'est-ce pas ?

Alors pourquoi est-ce que je n'y arrive pas ? Pourquoi est-ce, quand je m'écoute, tout mon cœur me crie de ne surtout pas faire ça ?

Je devrais être en colère à ce stade. Pourquoi est-ce que je la hais pas ? Elle s'est mise avec moi en ayant cet autre gars en tête en pensant que ça allait passer, elle se remet sur les appli de rencontre alors qu'elle me demande du temps, elle prend seule la décision de couper la communication, elle me ghost...
Mon coco, elle te prends clairement pour le roi des cons, réveille-toi.

Pourtant non, je ne lui en veux pas. C'était simplement pas le bon moment, elle est perdue, elle a besoin de temps.

J'ai l'impression de stagner, pire même, de retourner à la case départ. Je peux vivre pour moi, c'est une certitude mais mon objectif principal, c'est elle.

Je compte attendre la fin du mois, peut-être plus, et imposer mon choix. Soit elle me répond et on avise, soit elle ne répond pas et je précise que ce silence sera considéré comme une volonté de se séparer. Clairement et définitivement. Mais pourquoi attendre ?

Belle journée à tous,
#1305657
Bonjour ! Ouille, je sens que ça mouline dur par là, ça se bouscule dans ta tête, ça rumine, ça travaille.
Mais pourquoi attendre ?
Oui ça brûle, et quand ça brûle c'est l'inconscient, l'égo, qui poussent à agir... et à faire des conneries...
Tu dis que vivre pour toi c'est une certitude mais que ta priorité numéro un c'est elle... Tu vises le truc qui cloche ?
Elle, ta priorité, mais tu ne contrôles rien de rien de rien de ce qu'elle pense, de ce qu'elle veut. La seule chose qui compte c'est la réalité, et la réalité ce n'est pas ce que tu es en train de mouliner dans te tête, loin de là. Ce que tu es en train de mouliner, ça te sert à une seule chose: à rester dans la trouille, dans le malaise, ça te sert à te rendre malheureux.
Si je coupe les réseaux, c'est définitif... alors je ne coupe pas... Mais euh, réfléchissons deux minutes. C'est toi qui penses ça... mais ce que tu penses réellement c'est pas tout à fait ça, c'est plutôt, "si je ne coupe pas il y a une chance pour qu'elle revienne"... Tu vois la différence ? Et puis tu as déjà fait la manipe, elle ne te répond pas. Pourquoi ? ben tout simplement parce qu'elle n'en a pas envie. La raison ? bah on ne le sais pas, tout ce que l'on sait avec certitude c'est que si elle avait envie d'avoir des contacts avec toi, ben elle te contacterait.
Je compte attendre la fin du mois, peut-être plus, et imposer mon choix. Soit elle me répond et on avise, soit elle ne répond pas et je précise que ce silence sera considéré comme une volonté de se séparer. Clairement et définitivement. Mais pourquoi attendre ?
Mais ce silence de sa part, ce n'est pas déjà ça ? une volonté de se séparer ? Dans les faits on y est bien, non ? Je sais que c'est dur, mais à quoi ça sert de lui demander d'être plus claire que ce silence qui est une réponse (OK un peu lâche) en soi ?

Alors après, tu peux aussi lui envoyer un message, et un autre, et puis un jour elle va te répondre "maintenant tu me lâches la grappe parce que ça me gave". Et toi, tu te mordras les doigts en te disant "ah punaise quel con". Pas glorieux non ?

Alors oui, coupe tout ça, fais le grand nettoyage, et le nettoyage dans ta tête se fera. Car il le faut, grand.

Tu vois bien que tu ne vas pas bien, c'est un fait. Alors il faut l'accepter, tu as le droit de ne pas aller bien, parce que tout ça fait mal, oui ça fait mal, c'est la réalité. Et il faut le vivre, ce moment qui fait mal. Alors plutôt que d'agir pour te reprendre des claques, ne devrais-tu pas agir pour te donner les moyens de laisser passer cette mauvaise passe ?
Elieza ont aimé ça
par Larsson
#1305684
Bonjour etpourtant, et merci.

J'ai laissé ton message raisonner dans mon esprit, faire son petit bout de chemin.
Ce que tu es en train de mouliner, ça te sert à une seule chose: à rester dans la trouille, dans le malaise, ça te sert à te rendre malheureux.
Vrai. Si seulement j'avais un fichu bouton "off" pour arrêter la moulinette. Si seulement le simple fait de savoir que ce n'est pas "bien" suffisait à arrêter de s'auto-mutiler. Si le cœur et la raison pouvait cohabiter !
C'est comme si un programme informatique pompait continuellement la majorité de la bande passante sans possibilité d'ouvrir le gestionnaire des tâches. Elle est là, tout le temps, même en arrière plan.
si elle avait envie d'avoir des contacts avec toi, ben elle te contacterait.
Cette partie de ta phrase est bouleversante, parce qu'elle est écrasante de bon sens et qu'il n'y a absolument aucune raison rationnelle de ne pas en faire mon motto. Et pourtant...
Pourquoi je continue de croire que si elle ne voulait vraiment pas de contact elle m'aurait supprimé (comme on se l'était dit au final) ou qu'elle n'aurait pas la curiosité de regarder mes posts. Ce n'est pas un vrai silence, il y a un lien qui subsiste.
C'est con, j'ai conscience que c'est con et je fais quand même le con. Pourquoi ?
Alors oui, coupe tout ça, fais le grand nettoyage, et le nettoyage dans ta tête se fera. Car il le faut, grand.
Je n'y arrive pas, je ne veux pas m'y résoudre. La solution serait de réussir à passer outre le fait qu'elle est "là", de la laisser en orbite. "Ah elle a posté, cool" et passer à autre chose.
Je crois que je ne suis tout simplement pas prêt et que j'aurais plus de regrets à couper ce dernier lien, si infime soit-il, qu'en le conservant. Même si ça fait mal.

7 jours. C'est trop tôt pour faire quoi que ce soit, beaucoup trop tôt !
Bosse mon grand, va au sport, regarde des trucs débiles sur Netflix, va prendre l'air. Vis ! Et ça passera...
#1305686
Hello !
Pourquoi je continue de croire que si elle ne voulait vraiment pas de contact elle m'aurait supprimé
Si elle ne voulait pas de contacts avec toi, elle ne te contacterait pas... c'est le cas non ? donc elle ne veut pas de contact avec toi.
Mais oui, quand ça mouline, on échafaude un tas de théories qui ramènent toujours à la même chose, ce que l'on désire soi-même. Le cerveau est excellent pour ça, surtout en période difficile. Déni...
Alors tu culpabilises: mais je suis con putain de penser ça, c'est débile... tu as des moments de lucidité: oui c'est le bon sens.... etc....

Émotionnellement c'est très dur, usant aussi... Alors on sort, pour se distraire, et on retourne dans les ruminations...

Il ne s'agit pas de couper des liens électriques, mais de couper les liens émotionnels qui te rattachent à elle. C'est ceux là qu'il faut laisser passer. Sensation d'abandon, d'injustice, de culpabilité.
Tu ne peux lâcher prise sur ces sentiments que si tu les intègres, les acceptes. Les accepter par rapport à toi, pas par rapport à elle. Accepter que de temps en temps ça pique. Voilà, c'est le moment où ça pique, ben ça va piquer, et allons y, laissons piquer. Ne cherche pas à refouler, à te lever de ton canapé quand ça pique pour distraire ton esprit. Au contraire, ressens à fond comment ça pique, regarde en toi ce qui se passe. ressens ta poitrine qui se serre, pleure, crache, hurle, mais laisse s'exprimer tes émotions, sans les juger (genre un homme ça ne pleure pas, ou je suis con de penser ça etc...). Ben non t'es pas con, tu es un être humain qui a mal, et tu n'y peux rien sauf à l'accepter. La dernière des choses à faire c'est d'agir quand ça fait mal, quand on est triste...
Courage vieux !
#1305689
Bonjour,
Je crois que tu as pris la mesure des choses, il est beaucoup trop tôt pour que tu te raisonnes correctement, c'est compréhensible.
Néanmoins, il va te falloir te donner les moyens (en gros te bouger le fion ^^) pour que les choses puissent se décanter car je t'assure que si la situation persiste trop longtemps, ça risque être la catastrophe...

"Si seulement j'avais un fichu bouton "off" pour arrêter la moulinette."
Le truc, tu vois, (c'est que je pense) ce bouton, on l'a tous ... vraiment !
Malheureusement il est enfoui assez profondément et il faut aller le chercher au forceps des fois.

"Pourquoi je continue de croire que si elle ne voulait vraiment pas de contact elle m'aurait supprimé "
Parce que tu est encore dans une certaine idéalisation des choses...
Là encore, je t'assure que c'est classique de chez classique... et la seule réponse plausible semble être "au cas où...."
Et je te parle en connaissance de cause, l'ayant vécu dans le passé.

"Je n'y arrive pas, je ne veux pas m'y résoudre. "
C'est bien ça... tu ne VEUX pas et non tu ne PEUX pas...
C'est encore surement trop frais pour toi ... mais pourtant, dans un futur que j'espère proche pour toi, tu te demanderas "mais pourquoi je en l'ai pas fait avant" (parce qu'on est TOUS passé par ces périodes là).

" j'aurais plus de regrets à couper ce dernier lien, si infime soit-il, qu'en le conservant.Même si ça fait mal."
Tu sais, là encore, tu auras moins de regret quand tu constatera (car ça arrivera n'en doute pas) qu'elle se tapera un autre ... oui c'est crûment dit, mais à dessein...
Et le mal, tu vois, c'est TOI qui te l'infliges tout seul ...

Mais je ne te jette pas la pierre, encore une fois c'est compréhensible d'être bouleversé au début mais attention de ne pas en faire une zone de confort (après je'dis ça, j'dis rien, tu fais comme tu le sens)
par Larsson
#1305731
Bonjour à tous,

Milles merci de parvenir à mettre en lumière avec des mots ce que mon esprit fatigué a tant de mal à discerner.

Jour 23 sans nouvelles. Je crois que j'ai compris.
Tu ne peux lâcher prise sur ces sentiments que si tu les intègres, les acceptes [...] Il ne s'agit pas de couper des liens électriques, mais de couper les liens émotionnels qui te rattachent à elle.
J'accepte la situation dans laquelle je me trouve. Je n'aurais vraisemblablement pas de dernière discussion avec elle. C'est un fait et je n'ai aucune emprise là-dessus. MAIS.
J'ai une emprise sur le couteau dans ma main, celui que je remue dans la plaie depuis un bon moment. Un trop long moment. Je ne peux pas l'oublier si ce lien "électrique", comme tu dis, persiste. Ce lien qui me rappelle régulièrement qu'elle existe et qui vient réveiller tout ce processus douloureux.
Il doit disparaître.
La dernière des choses à faire c'est d'agir quand ça fait mal, quand on est triste..
Je ne peux pas rester passif. J'ai préféré tenter, quitte à m'en mordre les doigts et me dire (je te cite une nouvelle fois) "Oh punaise, quel con !". C'est très personnel comme façon de voir les choses : il est plus facile pour moi de vivre en me disant qu'au moins, j'ai essayé. J'ai foiré, oui, mais j'ai été acteur, c'est MOI le responsable. Les remords sont supportables , pas les regrets !
Néanmoins, il va te falloir te donner les moyens (en gros te bouger le fion ^^) pour que les choses puissent se décanter car je t'assure que si la situation persiste trop longtemps, ça risque être la catastrophe...
C'est vrai, Kakahuet. Au bout d'un moment il faut prendre les choses en main et se remuer le fondement.
Je fonctionne beaucoup aux dates limites (les fameuses deadlines) et aux symboles. Ça tombe bien parce que dimanche, c'est le dernier jour de l'été. Le dernier jour d'un été qui aura vraiment été misérable pour moi. Le dernier jour de "souffrance", aussi, au sens symbolique, bien sûr. Je ne veux plus souffrir.

Je me laisse une toute dernière chance (si on peut appeler ça comme ça) avant de la supprimer. Mon baroud d'honneur avant de couper le lien, définitivement et par choix. Parce que JE l'ai décidé ! Si elle m'ignore cette fois encore, et elle le fera certainement, alors ce sera très clair pour moi et le temps pourra opérer son lent processus de guérison.

J'aimerai toutefois trouver les mots justes et être capable de lui écrire quelque chose de simple, court et sans équivoque, quelque chose qui dira "ton silence confirmera ce qu'il a sûrement toujours été". Je ne le préparerai pas, il sera spontané le moment venu.

Je vous souhaite à tous une très belle journée,
#1307294
Bonjour à tous,

Cela fait maintenant 13 semaines depuis qu'elle a voulu mettre ses distances. 13 semaines de remise en question, de doutes... et surtout d'espoir.

Je commençais à aller mieux dernièrement. Je m'étais presque fait une raison. Toutes les sages paroles entendues et lues et relues commençaient à faire écho en moi. Ok mon coco, elle est partie et ce n'est pas si grave !
Depuis mon dernier post, je n'ai jamais trouvé la force (ou plutôt le courage) de la supprimer de mes réseaux.

Enfin bref, nous avons reparlé. C'était samedi dernier par le biais d'un "live" qu'elle animait. J'étais chez des amis au moment où j'ai reçu la notification et j'ai pris la décision de partir. Elle n'avait pas lancé de live depuis notre séparation je ne voulais donc pas rater ça.
Curieusement, la soirée s'est bien déroulée, nous avons échangé sur le passé et sur des généralités. Je lui ai lancé quelques pics sur sa manière de se comporter et ses non-réponses. Elle semblait sincèrement désolée et réceptive. Sur le coup, j'étais content, heureux, apaisé. Les conversations s’enchaînaient naturellement pendant quelques heures.

Impossible de dormir ce soir là, faute à l'adrénaline. Dimanche fût pénible car j'étais de retour à la case départ : la fatigue et le cœur abîmé. Je lui ai envoyé un message hier matin auquel elle a répondu hier soir. Un vrai message, pas juste un "vu".
Je sais que je cherche à tout prix à tout interpréter dans mon sens mais... y a t-il un espoir de reconquête ?

Je suis toujours "piqué" par cette fille, c'est évident. Depuis que je l'ai revu, je suis absolument certain de vouloir retenter quelque chose avec elle. Seulement si elle le veut aussi, évidemment. C'est là où j'ai besoin d'aide. Que devrais-je faire ?

Elle répond à mes messages mais bien plus sporadiquement qu'avant, forcément. Mon idée était simplement de voir où menaient les conversations, sans forcer.

Je ne sais pas, je ne sais plus...
par Larsson
#1311480
Bonjour,

Elle est en couple.

Il y avait longtemps que je ne m'étais pas manifesté ( "se morfondre") par ici. Je pensais vraiment que le temps allait faire son office et m’envelopper petit à petit dans la brume léthargique de l'oubli. Ce qu'il semblait faire, artificiellement.

Je vais être honnête, je me sens aujourd'hui exactement comme la toute première fois où je suis venu mettre sur papier (ou plutôt sur clavier) cette douleur inconnue, vive et insupportable. Il ne s'est pas passée une seule journée où je n'ai pas pensé à elle. Pas une journée où mon premier réflexe du matin n'a pas été de vérifier les réseau en quête d'un signe de vie de sa part.
J'ai fait des efforts pourtant, je m'étais juré de ne plus rien lui envoyer, de ne plus parler d'elle à mes proches, de ne pas consulter volontairement ses profils. La douleur a muté, je me suis habitué depuis ou du moins le pensais-je. La vie suivait son cour, la douleur criarde avait laissé place à une ombre chantante et omniprésente.

Nous nous sommes revus une fois, avant les vacances de fin d'année. 5 minutes chrono, c'est le temps de pause de pause qu'il lui restait à son boulot. Elle m'a accordé 5 minutes de son temps en plusieurs mois de nébuleuse atroce. Et quelles 5 minutes... Nous avons simplement effleuré des sujets sans importance et elle est repartie comme elle est venue. Je ne voulais pas tenter un tout pour le tout désespéré. Pas de tentative vaine de la reconquérir, nous n'avions que 5 minutes et elle savait déjà qu'elle comptait plus que tout. Pas la peine de renvoyer cette image larmoyante.

La nouvelle est tombée hier, par Facebook, "La femme qui vous obsède à changer son statut par En couple".
"Bravo ma chérie" "Super content pour toi" "Plein de bonheur!"

Et de nouveau cette étreinte violente au cœur que je croyais endormie. Je le savais pourtant, je le sais depuis longtemps. Elle me l'avait dit : "n'espère rien, on peut être amis par contre, ça me dérange pas".
"ça me dérange pas". Ah. Navré de t'importuner avec ma considération.

La plaie est rouverte et j'ai mal. J'ai brisé mon vœu dans la foulée et lui ai envoyé un pathétique "Super content pour toi, tu mérites plein de bonheur !".
Je ne suis pas super content pour toi, sache le. Bien au contraire. Je me retrouve drapé dans un vilain patchwork de haine, de jalousie, de dégoût, d'impuissance et tu m'as brisé. Plusieurs fois. Reviens-moi, s'il te plait.

J'ai l'impression d'en être à un stade où je connais le problème, où j'ai le sentiment de vouloir résoudre ce problème mais où une partie de moi enfouie à l'intérieure s'y accroche tellement fort qu'il m'est absolument impossible de m'en défaire. Elle m'obsède, elle est inaccessible et je l'indiffère.

Vers quel mur pourrais-je me tourner pour conjurer le cercle de ce cauchemar ? Où est la sortie ?
par Elieza
#1311482
Bonjour,
Commencer peut être par la bloquer des réseaux sociaux, parce que là ca confine au masochisme?
Tu es acteur de ta propre vie, si tu ne prends pas les mesures nécessaires, personne ne peut le faire à ta place.
lyreca ont aimé ça
#1311486
Bonjour Larsson,

Tu sais en fait, où est la sortie , non ?

C'est ce qu'on te disait ici même il y a quelques moi,s, ce n'est pas que tu ne peux pas, c'est que tu ne veux pas .

Tu as les moyens de te protéger , mais tu décides de ne pas les employer . Tu as décidé de maintenir les réseaux sociaux , d'entretenir ta douleur , donc voilà quoi .
Je comprends la douleur d'apprendre la présence d'un " next" , je l'ai vécu. Je ne peux te souhaiter que ce soitpour toi le déclic salutaire que cela a été pour moi : enfin décider de me protéger en coupant les ponts ( téléphone bloqué , et maintien à distance quand je le croisais, car il ne s'agissait pas de RS pour nous :mrgreen: ). Plusieurs mois de ça m'ont permis de guérir et d'apprendre à connaître mes limites intimement. Et à les respecter : répondre à des voeux de nouvel an, oui, discussion brève en réunion oui , mais c'est tout . Au petit pincement au coeur que ça suscite toujours( qui n'est pas durable ouf, 20 km sur autoroute environ :D ) , je sais que ma limite est là.

Profite de cet événement pour avancer , pour te protéger, pour penser à toi , te respecter ; et tu ne te respectes pas en lui envoyant tes voeux de bonheur et en lui disant que tu es content pour elle ( wtf franchement , je n'enverrais même pas ça à quelqu'un que j'ai largué ) , tu ne te respectes pas en mendiant 5 mn à quelqu'un qui n'a pas de temps pour toi. Si un ami te signifie qu'il a mieux à faire que de partager un moment , tu t'accroches à supplier d'aller boire juste un verre ? Si un collègue sape ton boulot, ou te parle comme à une merde, tu continues à lui payer un café tous les matins ? Non, évidemment, par fierté , dignité, pour préserver ton amour propre . C'est la même chose ici . Ça devrait l'être en tout cas .

Bon courage
lyreca ont aimé ça