Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
par SNSmok
#1335788
Bonjour à tous,

Je ne pensais pas venir ici pour la 3e fois mais force est de constater que quand on identifie pas un problème, on le reproduit en boucle malheureusement.. :roll:

Il y a 1an, j'ai rencontrée E, ça se passait super bien, je sortais de ma thérapie, je vivais presque ma meilleure vie, bref tout roulé.

Nous avons emménagée très très vite ensemble (première erreur) parce que c'était plus simple pour elle vis-à-vis des problèmes qu'elle avait avec un membre de sa famille chez qui elle vivait, pour des études qu'elle devait reprendre aussi pas loin de chez moi puis, à la suite de l'obtention de son diplôme, a trouvée un travail dans la foulée qu'elle occupe toujours actuellement.

Les emmerdes ont commencées très rapidement lorsque j'ai remis la tête dans mon cul pour manger mon caca, désolée de l'expression crue mais il n'y a pas d'autres mots. Je suis retournée dans un mode de vie extrêmement sombre, je voyais la vie en noire, je comptais énormément sur elle pour tout, je me plaignais h24 de tout, à nouveau dans un cercle de victimisation, de complaintes permanentes, de sentiments d'injustice, de spiral de négativités, d'opposition totale à tout et tout le monde, la vie de E. ne m'intéressait plus (ses passions, ses univers, ses journées au travail).
Je ne m'aimais plus, je ne savais plus qui j'étais ni le parcours que j'avais accompli pour me sentir à nouveau bien avec moi-même ainsi que les autres.

On a passé 8 mois à s'engueuler de plus en plus et malgré le fait que je sentais bien avoir un problème profond, je n'arrivais pas à l'identifier, m'enfonçant encore plus dans ce mood horrible. Je fuyais systématiquement les engueulades, me murant dans un mutisme complet qui durait de plus en plus longtemps.

Elle a essayée désespérément de se battre pour nous, avec beaucoup de bienveillance, beaucoup de patience mais elle était face à un mur et à finis par abandonner.

Lorsque j'ai enfin pris conscience de ce qui n'allait pas il y a 3 semaines (le syndrome du rejet/abandon que je pensais avoir maitrisé), voyant qu'elle était très éloignée de moi autant émotionnellement que physiquement après ma mise au point, j'ai entamé une discussion pour savoir ce qu'il en était il y a une semaine et demi.

Elle songe à me quitter, elle ne sait plus si elle est amoureuse... J'ai pris un coup de massue énorme en réalisant que pendant 8 longs mois je l'avais négligée, j'avais négligée notre relation, je l'avais blessée, je m'étais blessée, j'avais oubliée qui j'étais et qui elle était.

Depuis 1 semaine et demi nous avons eu 3 discussions, ce qu'il en ressort c'est :
- Elle ne sait pas si elle est encore amoureuse, elle a fermée les portes et ne sait pas les rouvrir et quand je lui ai demandé de clairement me dire que c'était fini puisque pour moi c'est ce que ça voulait dire, elle m'a répondu que ça voulait dire qu'elle était bloquée, qu'elle avait besoin de temps, qu'elle n'avait constatée mon évolution que depuis 1 semaine, que c'était trop court (même si de mon côté, je suis à nouveau moi-même depuis 3 semaines)
- Nous avons énormément de moments de complicités lorsque l'on est ensemble, on rigole sur les même choses, on a de longues discussions sur énormément de sujets différents comme au début de la relation
- Elle ne veut plus me câliner, m'embrasser, me dire qu'elle m'aime ou me donner de surnom parce qu'elle ne veut pas me laisser d'espoir si elle constatait qu'elle n'était plus amoureuse mais à contrario ça lui arrive de temps en temps d'avoir encore un élan de tendresse. Avant hier par exemple elle a voulu un baiser avant de partir au travail et elle a voulu un contact physique fuguasse avant que je ne me couche il y a 3j. Parfois même, lorsque je lui demande un baiser, elle ne refuse pas
- Elle commence à ne plus vouloir me parler en dehors de la maison du moins j'en ai l'impression mais mon émotionnel étant en bordel, il est facile de se tromper donc ce point est à prendre avec beaucoup de pincettes sachant qu'elle a un travail très prenant
- Elle ne veut pas jeter la relation aux orties (selon ses propres mots) et on va toujours chez des amis ensemble quand ils nous invitent, on a même décidée il y a une semaine de faire les fêtes de fins d'années ensemble au sein de ma famille
- Il y a une semaine et demi elle voyait toute notre relation de manière très négative et il y a deux jours elle a dit à une amie qu'on a en commun qu'il y avait autant de positif que de négatif, que c'était neutre
- Elle considère toujours qu'on est en couple et me rassure sans aucune hésitation ni énervement quand je lui dis trouver les regardes/comportements d'une de ses nouvelles amie un peu trop suspicieux

Je sais que je dois travailler sur la communication verbale, j'ai d'énormes soucis quand c'est un sujet sensible mais j'ai au moins enfin réussi à lui avouer hier soir et que c'était pour ça que je fuyais systématiquement, j'ai ce sentiment de devoir répondre rapidement avec le stress/l'angoisse, que tout s'embrouille dans ma tête alors mes réponses sont totalement désorganisées puis je finis par fuir et ne plus parler. J'ai mis en place un système avec son accord qui me permet de le faire de manière saine, elle me parle/me pose des questions, j'écris sur mon portable ma réponse pour qu'elle soit structurée et je lui lis afin de garder une communication saine.
Je dois accepter aussi mon côté hypersensible, c'est con mais dès que je pleure je vais instantanément partir dans le second degré en sortant une connerie et arrêter de pleurer.
Je dois travailler sur le syndrome de l'abandon, la plus grosse partie emmerdante.
Le reste est ok il me semble, j'entretiens à nouveau la maison comme avant (oui, c'était devenu un sujet de dispute ultra récurrent parce que je ne foutais plus rien), je me sens très calme intérieurement je n'ai plus de volcan prêt à exploser à tout moment me faisant changer de comportement, je suis à nouveau curieuse de tout, de sa vie, de ses envies, de ses passions, de ses univers qui me touchent profondément, j'ai envie de partager sur ma vie, ce qui m'anime, ce que j'ai appris dans ma nouvelle formation ou ailleurs etc.. Bref, je redeviens vraiment équilibrée et je sais que je n'ai absolument pas entamé ma reprise d'évolution pour elle mais pour moi, parce que je suis la seule personne avec qui je vivrais jusqu'à la fin de ma vie.

Ce qui m'amène ici c'est que vous vous doutez bien que de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, ça devient vite un bordel incroyable de gestion émotionnel, tout deviens sujet à interprétation, à surinterprétation en plus avec le syndrome abandonnique.
Je suis devenue extrêmement jalouse qu'elle puisse se refaire un cercle d'amis ici (ceux de longues dates sont dans son ancienne ville, à 1h de route) ce qui m'énerve profondément c'est que je n'aime pas être jalouse, elle n'a AUCUN comportement déplacée et je sais que le rejet/abandon joue très fort là-dessus donc j'ai l'impression que les nouvelles personnes qui la côtoient veulent forcément sortir avec elle.

Rationnellement parlant, j'ai besoin qu'on s'apprivoise à nouveau, qu'on prenne notre temps et que les choses se fassent avec beaucoup de douceur, de tendresse et de bienveillance mais mon émotionnel me hurle de me presser, que sinon je vais la perdre ce qui me créé une instabilité constante avec ruminations, interprétations/surinterprétations même si je tente de bloquer cet aspect.
Je dors peu, je mange peu et je phase souvent pendant les cours même si je m'accroche pour y arriver.

Je ne sais pas si je dois abandonner alors que factuellement parlant ça ne fait qu'une semaine et demi qu'on a mis les choses à plat ou si je dois continuer à patienter en tentant de gérer mon émotionnel qui fait absolument n'importe quoi.
Je suis vraiment perdue..
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

par Elieza
#1335791
Tu as besoin de voir un psy, pour sortir de tes schémas.
Croire que tu vas t'en sortir tout seul est illusoire.
Mêmes causes, mêmes conséquences.

C'est pas de elle dont tu parlais en septembre justement en écrivant ceci:
"Hmm... Hé béh ça va mieux, vachement mieux, j'ai avancée sur un tas de traumas depuis ce temps eeeettt j'ai même retrouvée quelqu'un.
La santé s'est vachement dégradée sur cette dernière année par contre, au point de subir une opération du dos y'a pas si longtemps ainsi que de devoir reprendre des études afin de partir dans totalement autre chose puisque je me retrouve limitée physiquement suite à ces soucis.
Enfin bref, ça fait quelques mois que je découvre les plaisirs d'avoir une relation SAINE et bordel de merde que ça fait du bien.
On discute énormément, on s'épaule pour surmonter nos traumas respectifs, on a énormément de centre d'intérêts communs, intellectuellement et émotionnellement on est sur le même niveau 'fin bref, on apprécie nos moments ensembles et aussi nos moments solo dans nos mondes respectifs.

La vie suit son cours et j'ai appris vraiment beaucoup de choses sur moi-même ainsi que les gens qui m'entourent, je tente de m'améliorer un peu plus à chaque fois que je subis un coup dur notamment en lâchant prise, la vie est ce qu'elle est et on doit composer avec.

Quand je relis ce que j'avais marqué.. Finalement j'ai pas mis bien longtemps après ce dernier post l'année dernière pour m'en remettre. Comme quoi on peut être hypersensible et ne pas s'effondrer à chaque fois qu'on nous quitte :lol:"

Voilà voilà quoi...relation saine... :?
in vino veritas ont aimé ça
par Janysse
#1335795
Bonjour,

Désolée pour ce passage difficile mais 8 mois d'engueulades sur un an de relation ce n'est plus un problème de communication mais un vrai calvaire pour la personne en face... Je suis d'accord avec Elieza, il te faut un suivi psy voire une béquille médicamenteuse pour t'en sortir, ce n'est pas possible de vivre comme ça et de faire vivre cela à son/sa partenaire.
Elieza, in vino veritas ont aimé ça
#1335798
La vie c'est un combat, tous les jours, on guéri jamais.
Va falloir commencer à avoir un peu de volonté, parce que c'est bien joli de tout analyser et de nous l'écrire (plutôt bien d'ailleurs), mais à un moment va falloir te faire violence, faire des trucs et t'y tenir, avoir de la discipline, c'est simple mais ça va pas être facile.
Et bien sûr d'accord avec les copines du dessus t'as sûrement besoin d'aide.
Elieza ont aimé ça
par SNSmok
#1335910
Salut tout le monde,

Ca m'a fait rire vos réactions, parce que je les comprends tellement, j'ai aussi pensé ça de moi "faut vraiment que tu reprennes une thérapie putain, tu fais toujours tout foirer avec la même chose, c'est chaud d'avoir autant la tête dans son cul et de ne l'avoir remarqué que maintenant"... Oui j'ai pris des mesures pour me sentir bien à nouveau (parce que ça passe surtout par là) en mettant en place les bonnes actions à mon bien être qu'elle le voit ou pas d'ailleurs mais je m'impose plusieurs choses depuis un peu plus d'1 mois maintenant, ce qui me permets un certain équilibre même si c'est pas encore folichon, rassurez-vous, je ne fais pas que parler au contraire j'agis, j'ai mis en place ces éléments avant d'avoir la fameuse discussion avec elle.

Quant aux 8 mois d'engueulades, je grossis franchement le trait et je généralise même des prises de tête une fois par mois, je dirais plutôt que ça fait 3/4 mois qu'on s'engueulait réellement pour un oui ou un non presque tous les jours mais que les prises de tête (non pas disputes) étaient là avant ça sans pour autant entacher notre vie de couple parce qu'il y avait encore des discussions et de l'écoute des deux côtés.

Quant à elle, elle n'est pas toute blanche, elle aussi eu des comportements et paroles blessantes, je n'en ai juste pas parlé parce que j'ai décidée d'aller de l'avant et de pardonner au risque d'avoir une rupture. J'ai pas envie de rester bloquer sur cet aspect et de ruminer des choses qu'on ne pense pas forcément, qu'on dit sur le coup de la frustration ou de la colère voir de traumas et que parfois il faut savoir mettre de l'eau dans son vin surtout quand on est pas irréprochable.

Le point sur la situation actuelle c'est beaucoup d'ambivalence :
- On s'est un peu rapprochées cette semaine, elle me demande à nouveau quasi' quotidiennement de l'affection avant de se coucher sans pour autant que ce soit extraordinaire le reste du temps
- Elle m'a embrassée d'elle-même après la soirée chez mes amis pour dire au revoir (elle rejoignait une pote dans la foulée)
- Depuis 2j elle a cessé à nouveau de m'appeler par mon surnom pour je ne sais quelle raison et se reprends systématiquement quand elle le dit
- On a à nouveau des discussions plus profondes et plus intenses régulièrement
- Elle m'a reprochée d'être trop avec elle (physiquement) depuis la discussion alors que je n'ai pas changé mes habitudes de l'écouter décharger de sa journée puis retourner vaquer à mes occupations ou pousser un sujet intéressant, c'est elle qui ne prends plus de temps pour elle à cause des horaires de son boulot (commence très tôt et fini bien souvent très tard) et n'assouvis donc plus ses passions ni ne peut avoir sa bulle
- Elle remets de la distance émotionnelle depuis 2j

Tout ça, ce sont des constats, j'essaie de dégager l'émotionnel et de ne pas tirer de conclusions mais force est de constater que c'est très compliqué à gérer comme situation. Je n'ai pas envie de reparler de la situation avec elle, c'est bon, on l'a fait (trop de fois malheureusement) en deux semaines.
Mon cœur me dit de ne pas abandonner, qu'il ne faut pas vivre dans les regrets et mes peurs profondes me disent de me casser, qu'elle ne sait pas et que ce n'est pas mon problème.
par Elieza
#1335911
Bon ben si ca te fait rire c'est déja ça...
3/4 mois de prises de têtes quotidiennes c'est pas bien mieux que 8 mois hein, sinon pour ce que tu décris ben le beurre, l'argent du beurre, ce n'est pas compliqué en fait, c'est juste que tu ne veux pas regarder la réalité en face.
Et que tu ne veux pas non plus prendre les décisions qui s'imposent, ne serait que par dignité (ce qui me fait douter des choses que tu "mets en place pour aller mieux"...quand on est au clair, bien avec soi même on ne se complait pas dans des situations merdiques).
in vino veritas ont aimé ça
#1335912
Salut snsmoke,

J'ai relu un peu tes interventions depuis 3 ans et il me semble que tu es toujours dans le même schéma:
- tu vis une rupture douloureuse avec rapprochements puis derapprochements
- tu souffres
( bref une rupture )
- et un mois après tu viens nous raconter que tout va bien parce que tu viens d'emmenager avec la femme parfaite
- et rebelote

Personne ne passe en un mois du chagrin extrême à un emménagement triomphant avec qqn d'autre . Pas sans dommage en tout cas, sans effet boomerang à plus ou moins brève échéance

Tu peux bien analyser à l'infini ses messages, ses réactions , ou elle sort / dort la nuit ( tout en ignorant littéralement ce qui t'est dit ici ).Ça ne t'avancera a rien, tant que tu sera incapable de tenir debout toute seule et de vivre toute seule ( oui oui j'ai lu, si à chaque fois tu emmenages si vite avec ta conjointe c'est parce qu'elle ne s'entend pas avec ses colocs / ne s'entend pas avec sa famille etc... ).

Honnêtement je ne pense pas que tu sois venue ici chercher des conseils , mais plutôt monologuer tant que ça ne va pas ...jusqu'à la prochaine

Bon courage
Elieza, in vino veritas ont aimé ça
par SNSmok
#1335913
Selmasultane a écrit : 15 déc. 2022, 19:48 Personne ne passe en un mois du chagrin extrême à un emménagement triomphant avec qqn d'autre . Pas sans dommage en tout cas, sans effet boomerang à plus ou moins brève échéance
J'ai passé 2ans à tenter d'oublier la première personne je n'étais juste pas venue sur le forum tout de suite il me semble, j'ai aussi passé ses 2ans en thérapie ce qui m'a fortement aidé sur plein de points (mais pas tous apparemment)
Pour la deuxième deux ans après cette séparation donc, j'ai mis moins de temps vu qu'elle m'a littéralement traité de tous les noms et a fait des dingueries qui calment pas mal en plus d'être toujours en thérapie encore et toujours.
Pour cette relation, je n'ai pas reproduit toutes les conneries, """juste""" le rejet/abandon qui m'a fait... vriller. C'est le seul point commun à toutes les relations à différents degrés que j'ai pu mettre en corrélation. Le reste ne se ressemble absolument pas.

Tu peux bien analyser à l'infini ses messages, ses réactions , ou elle sort / dort la nuit ( tout en ignorant littéralement ce qui t'est dit ici ).Ça ne t'avancera a rien, tant que tu sera incapable de tenir debout toute seule et de vivre toute seule ( oui oui j'ai lu, si à chaque fois tu emmenages si vite avec ta conjointe c'est parce qu'elle ne s'entend pas avec ses colocs / ne s'entend pas avec sa famille etc... ).
Tu as tout à fait raison, j'ai un énorme problème que je reconnais plus que volontiers, d'où la mise en place des bonnes choses comme revoir mon psy (même si je ne l'ai pas précisé dès le début)
Je précipite toujours les emménagements, les relations, je reproduis toujours ces schémas d'abandon et malheureusement, avant cette relation pour me répéter pour la troisième fois sur ce post, j'avais la tête dans mon cul... Ce n'est pas toujours facile de se sonder et de voir les choses qui se répètent même quand on nous les montre parce qu'il faut vouloir les voir... Ca n'a jamais été le cas jusqu'à maintenant ce que je regrette.

Le rejet/abandon (du moins ce que j'ai identifié comme tel) me fait faire un tas de connerie comme tu le cites, notamment relation ultra fusionnelle, me remettre en position de victime, me sentir toujours agressée etc etc jusqu'à ce que ça parte en vrille, que je me complaise dans ça et que je vive à nouveau dans le cercle de chaud froid blabla on connaît la suite des péripéties nulles que je m'inflige et vous inflige en lecture..

Je vous écoute justement, même si je ne semble pas vous le montrer et encore une fois, je suis désolée de reproduire des choses que vous avez vu avant moi.. Quand on ne veut pas voir, on ne voit pas.

Je vous remercie sincèrement pour me signaler ce qui ne va pas justement, j'essaie vraiment de faire mon max pour être la plus équilibrée possible à chaque relation et malheureusement je n'ai toujours pas réussi... Ne croyez pas que vous ne m'aidez pas, au contraire. Ca fait du bien de prendre des torgnoles plutôt qu'on soit complésant.
Elieza a écrit :Bon ben si ca te fait rire c'est déja ça...
Ne le prends pas mal, c'est plus un rire dépité qu'autre chose, ce n'était pas pour manquer de respect.
3/4 mois de prises de têtes quotidiennes c'est pas bien mieux que 8 mois hein, sinon pour ce que tu décris ben le beurre, l'argent du beurre, ce n'est pas compliqué en fait, c'est juste que tu ne veux pas regarder la réalité en face.
En effet, j'ai encore du mal avec ça et je m'en excuse... J'essaie vraiment de me sortir de tout ça mais j'n'y arrive pas.. d'où la reprise de la thérapie..
Et que tu ne veux pas non plus prendre les décisions qui s'imposent, ne serait que par dignité (ce qui me fait douter des choses que tu "mets en place pour aller mieux"...quand on est au clair, bien avec soi même on ne se complait pas dans des situations merdiques).
C'est totalement vrai aussi, je n'y arrive pas, ça me bloque alors que je passe le plus clair de mon temps seule chez moi ou en formation puisqu'elle travaille beaucoup.
Je ne sais pas ce qui m'en empêche, de quoi j'ai profondément peur et qui fait que je ne prends pas cette décision qui serait libératrice.

Désolée de vous avoir semblée totalement déconnectée pendant tout ce temps mais c'était le cas, je ne comprenais pas ce qui n'allait pas, je refusais de voir les problèmes encore à résoudre même si on me les mettait sous le nez.
Je m'excuse de vous rendre en colère ou las de mes déboires alors que vous aviez vu ces schémas bien avant.

Et je suis venue ici pour prendre des gifles, qu'on me remette les pieds sur terre.. Sinon je ne le ferais pas. Je me sens totalement dépassé parce que je fais, pourquoi je les fais et j'aurais vraiment vraiment aimé le voir avant de reprendre ce cycle merdique.
par Elieza
#1335915
Je ne suis pas en colère hein, on est pas tes parents ici, mais je trouve juste ça extrêmement triste de voir quelqu'un répéter en boucle les mêmes schémas.
Comme on dit "si en marchant dans la forêt tu rencontres deux fois le même c'est que tu es perdu"...

De me fenêtre tu as peur d'être seule, puisqu'après chaque rupture dévastatrice, tu te lances hyper vite dans des histoires bancales, sans prendre le temps d'être seule, de définir tes besoins/limites et de faire correctement ton deuil.
Ca serait peut être ça, la 1ere étape, rester un peu seule et t'occuper de TOI...
par SNSmok
#1335916
Elieza a écrit : 16 déc. 2022, 13:11 Je ne suis pas en colère hein, on est pas tes parents ici, mais je trouve juste ça extrêmement triste de voir quelqu'un répéter en boucle les mêmes schémas.
Comme on dit "si en marchant dans la forêt tu rencontres deux fois le même c'est que tu es perdu"...
Non vous n'êtes pas mes parents mais parfois on peut être en colère de voir les gens s'obstiner dans la même voie alors que c'était obvious depuis le début ^^
De me fenêtre tu as peur d'être seule, puisqu'après chaque rupture dévastatrice, tu te lances hyper vite dans des histoires bancales, sans prendre le temps d'être seule, de définir tes besoins/limites et de faire correctement ton deuil.
Ca serait peut être ça, la 1ere étape, rester un peu seule et t'occuper de TOI...
Seule et l'abandon principalement... Je suis vraiment terrifiée qu'on m'abandonne.
Dois y avoir d'autres chose que j'arrive pas à identifier à ce sujet mais on va démêler ce merdier avec mon psy.

On va pas se mentir, c'est la première fois de ma vie que je voudrais réellement m'en sortir sur ce sujet, c'est pas viable de moi à moi et encore moins en couple.
Ca me fatigue parce que je me fais du mal et que je détruis d'autres personnes au passage qui elles n'ont rien demandées.
Ca me fatigue parce qu'une fois la relation finie, je garde quand même contact avec la personne après un certain temps pour transformer ça en amitié et que c'est juste... pas viable non plus (encore la peur de l'abandon ?)

Bref, je suis fatiguée de mener cette vie chaotique et j'aimerais bien enfin me poser tranquillement sans avoir une épée de Damoclès au-dessus de moi et qui me refoutrait dedans.
par SNSmok
#1335923
Bonsoir,

Voilà c'est fait, ce soir j'ai pris mon courage à deux petites mains fébriles et lui ai demandé de me dire les choses clairement (bon ok, c'est pas moi qui ai dit les choses mais c'est déjà mieux, nan ?)
J'ai dû un peu forcer pour qu'elle parle, qu'elle me dise franchement les mots et à mon grand désarroi, j'ai même dû lui donner la phrase de rupture "c'est terminé, je ne suis plus amoureuse, il n'y a aucun espoir".
Au moins c'est clair, y'a pas d'ambiguïté..

Je me sens vide, je n'arrive plus à réfléchir et je pense que je me rends pas bien compte même si j'ai chialée toutes les larmes de mon corps... Mais je ne suis pas restée seule, j'ai rejoins des amis, c'qui m'a permis de me libérer un peu l'esprit.
Demain je pense aller et dormir chez des amis et dimanche soir j'en rejoins d'autres afin, encore une fois de penser à autre chose et tenter de continuer une vie normale.

Ce qui m'a le plus fait mal dans cette conversation c'était sa phrase "je ne suis plus amoureuse et on est pas compatible" pour enchainer sur un "mais en ami on peut l'être"... Je pars du principe (avec le recule que j'ai pris ce dernier mois) que si tu n'es pas compatible avec quelqu'un, tu ne l'es pas non plus en ami puisque le défaut que tu n'aimes pas chez cette personne ne vont pas s'envoler par magie..

Bref, je vais tenter de dormir un peu avant d'aller chez le psy histoire de rester cohérente et parce que je dois réfléchir à savoir si je maintiens Noël à la maison et si elle vient au 31 dans ma famille....

Merci de votre aide, pour une fois je ne suis pas restée trop longtemps dans cette connerie..
Avatar du membre
par Numéro 7
#1335925
" Ce qui m'a le plus fait mal dans cette conversation c'était sa phrase "je ne suis plus amoureuse et on est pas compatible" pour enchainer sur un "mais en ami on peut l'être"... Je pars du principe (avec le recule que j'ai pris ce dernier mois) que si tu n'es pas compatible avec quelqu'un, tu ne l'es pas non plus en ami puisque le défaut que tu n'aimes pas chez cette personne ne vont pas s'envoler par magie.. "

Je pense que tu devrais réaliser - au delà de la possibilité que cette phrase est une formule toute faite et gentille pour adoucir la rupture - qu'une relation amoureuse n'engage pas les personnes de la même façon que dans une relation d'amitié... tu ne vis pas avec tes ami.e.s - ils ne te voient donc pas broyer du noir à longueur de journée... tu ne fais pas de projets de vie avec tes ami.e.s... ils ne se questionnent pas sur la viabilité d'un avenir avec toi... on peut aimer quelqu'un et sa compagnie, tout en sachant pertinemment qu'une relation amoureuse est, sera une catastrophe...

" Bref, je vais tenter de dormir un peu avant d'aller chez le psy histoire de rester cohérente et parce que je dois réfléchir à savoir si je maintiens Noël à la maison et si elle vient au 31 dans ma famille.... "

Que t'as t'elle dit, elle, à ce sujet ? elle veut aller dans ta famille le 31 ? elle l'a verbalisé ? elle veut fêter Noel avec toi chez toi ? elle l'a verbalisé ?
par SNSmok
#1335930
Bonjour tout le monde,
Selmasultane a écrit : 17 déc. 2022, 08:15 Hello,

Noël et Nouvel An ( ensemble :shock: ?) Dans ta famille ??

Ben non hein, une rupture c'est une rupture
Je sais... Dans la logique et si j'étais équilibrée c'est ce que je devrais faire mais j'y arrive pas... :cry:

Je pense que tu devrais réaliser - au delà de la possibilité que cette phrase est une formule toute faite et gentille pour adoucir la rupture - qu'une relation amoureuse n'engage pas les personnes de la même façon que dans une relation d'amitié... tu ne vis pas avec tes ami.e.s - ils ne te voient donc pas broyer du noir à longueur de journée... tu ne fais pas de projets de vie avec tes ami.e.s... ils ne se questionnent pas sur la viabilité d'un avenir avec toi... on peut aimer quelqu'un et sa compagnie, tout en sachant pertinemment qu'une relation amoureuse est, sera une catastrophe...
En effet... ça fait mal mais je comprends oui..
Que t'as t'elle dit, elle, à ce sujet ? elle veut aller dans ta famille le 31 ? elle l'a verbalisé ? elle veut fêter Noel avec toi chez toi ? elle l'a verbalisé ?
Elle veut venir dans ma famille le 31 et elle veut fêter Noël à la maison avec nos mères respectives. Elle l'a verbalisée en effet.

J'ai un nouveau souci qui se pose, elle a réitéré avoir prise sa décision auprès de ma meilleure amie mais son comportement... hhh... Elle me fait des câlins pour me dire bonjour ou au revoir, elle n'hésites pas à aller aux toilettes quand je suis dans la salle de bain ou prendre sa douche...
Elle sait que je l'aime toujours pour lui en avoir fait part lors de la conversation vendredi, je lui ai dit très clairement de ne me laisser AUCUN ESPOIR afin que je ne vrille pas.
Je ne sais pas lui dire non, je n'ai toujours pas la force puisque cette distance à imaginer me terrifie plus que tout.
Je me sens putain de faible et je m'en veux parce que je sais que je devrais mettre les distances tout de suite... :(
Avatar du membre
par Numéro 7
#1335931
Tu disais, dans ton message initial, que vous aviez trouvé un moyen de communication qui te convenait à toi pour te dire au plus près de ce que tu ressentais... utilises le... si tu ne veux pas qu'elle soit avec toi pour Noel et le jour de l'an, écris le lui, si tu ne veux plus de ses câlins écris le lui, pour les toilettes, si se sont les seuls chez toi, et bien... elle ne va pas se retenir d'y aller... mais tu peux également le lui écrire aussi que tu ne veux plus... tu lui écris que tout ça te laisse de l'espoir et que tu ne veux plus avoir d'espoir... et tu ajoutes que si elle ne veut rien respecter de tout ça, il vaut mieux qu'elle s'en aille...
Si tu vis mal son comportement avec toi, et que tu n'agis pas aux prétextes que tu es ceci et que tu ne sais pas faire cela, et si tu vas mal l'éventualité de la séparation physique, comment peut-on t'aider SNSmock ? tu rends ce cas insoluble par ta seule volonté en fait... Sois tu t'affirmes et agis en ce sens, sois tu pars... mais fais ce qui te fais du bien à toi... et ce que tu vis actuellement - et maintiens - ne te fais pas du bien...
par SNSmok
#1335932
Elle ne peut pas partir pour le moment, elle n'a pas de CDI (signature le mois prochain) mais elle me dit qu'elle va partir en colloc au plus vite pour éviter de faire comme ma dernière ex et squatter (la seule différence c'est qu'au moins ça ne cris pas et que je ne me fais pas brimer pour un oui ou un non)

Je crois que je ne veux pas prendre cette décision surtout, que je ne suis pas prête, pour la laisser vivre encore en moi, pour avoir encore les restes de cette relation même si je sais que mettre la distance tout de suite et m'y habituer est la seule chose saine à faire...
Avatar du membre
par Numéro 7
#1335933
" J'ai un nouveau souci qui se pose "

" je lui ai dit très clairement de ne me laisser AUCUN ESPOIR afin que je ne vrille pas. "

" Je me sens putain de faible et je m'en veux parce que je sais que je devrais mettre les distances tout de suite "

Tout ça pour ensuite écrire ça :

" Je crois que je ne veux pas prendre cette décision surtout, que je ne suis pas prête, pour la laisser vivre encore en moi, pour avoir encore les restes de cette relation "
par SNSmok
#1335934
Oui, le cœur ou la raison.. L'espoir et la raison... Le déni principalement aussi...
J'ai fait ce que tu as dit, j'ai écrit... Je ne lui ai pas encore envoyer et je ne sais pas si je vais réussir à lui dire en face mais mon premier jet donne ceci :

"Je t'écris parce que je suis incapable de te le dire en face, parce que c'est trop dur de te regarder droit dans les yeux pour imposer ces limites parce que je ne le veux pas dans le fond..
Je t'avais dit de ne me laisser aucun espoir parce que je t'aimais toujours, que j'allais vriller à coup sûr. Je sais que tu comprends que cela s'étend au physique/au quotidien (comme aller aux toilettes quand je suis dans la sdb ou m'enlasser)
Il faut que cette distance se mette en place afin que je m'y habitue pour que ce soit moins douloureux le jour de ton départ et éviter une deuxième rupture.
J'ai aussi besoin que tu me dises ta décision sans que je ne te mâche les mots, sans que je ne te prête ma voix.
Stp, n'atténue pas cette rupture, ne me créé pas d'espoir, c'est trop dur et je ne veux pas reproduire les erreurs que j'ai déjà commises en plus de ne pas vouloir recréer de nouvelles cicatrices"
par Janysse
#1335935
Hello

En lui écrivant ceci tu lui laisses encore toutes les cartes en main, tu lui dis concrètement que c'est à elle de faire les choses, et tu te soumets finalement à son bon vouloir.

Il faut que tu lui dises clairement, sans détour, et en affirmant TA volonté ce que tu veux toi, ce dont tu as besoin : j'ai besoin que tu me laisses mon espace, j'ai besoin de prendre mes distances, je ne veux plus que nous ayons de contact physique/de tendresse, je veux que l'on règle ça au plus vite et que tu trouves un autre endroit pour vivre parce que je veux avancer et passer à autre chose. Demander "s'il te plaît ne me crée pas d'espoir" c'est encore supplier. Puisqu'elle ne semble pas vouloir faire les choses proprement c'est à toi d'acter, de fuir, de mettre des barrières. Même si c'est difficile, c'est ce qui te sauvera à court et long terme.
Avatar du membre
par Numéro 7
#1335936
J'entends, SNSmok, dans quel état tu te trouves, et que tu ne parviens pas à faire seule les choses... si tu n'es pas prête à la laisser partir, n'écrit rien de tout ça... tu te laisseras enlacer et tu ne diras rien pour la sdb si elle continue d'agir comme elle le fait... lorsque tu évoques ton ancienne exe qui était restée et la façon dont elle semble t'avoir traitée, on sent que tu n'es pas en mesure de prendre soin de toi, de t'imposer, d'imposer ce dont tu as besoin... tu dois partir... c'est toi qui doit quitter l'appart. En cas contraire tu vas continuer à te faire du mal... dis lui que tu lui laisse la charge financière de l'appart pendant un mois et qu'elle devra être partie au bout de ce terme... Ne fais pas les fêtes avec elle... ça va de soi... aussi...