Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1303139
Coucou !
miu a écrit :Mais quoi que, je sais pas, peut - être j'aurai de l'occasion pour rattraper tous par une thèse en littérature, qui sait, qui sait ; D
Ouiiiii quelle belle idée ! Vu la vie que je me suis choisie, je ne peux qu'encourager un si joli projet ^^
miu a écrit :Je suis très contente pour ton travail de mémoire. Je suis sûre que tu finiras ton mémoire dans l'honneur et dans la beauté ^=^ Chapeau à toi, ma jolie. Quand j'étais à la fac, je n'ai pas eu cette force féroce pour vraiment embellir mes mémoires de fin d'études.
Eh bien aujourd'hui je n'ai plus du tout de force. Je n'ai pas avancé depuis 10 jours, je ne peux tout simplement plus, mon corps craque. Je dors 8h par nuit et je me réveille en sursaut à 6h du matin épuisée par une nuit de cauchemar. Toutes les nuits. En 7h de bibliothèque je lis 10 pages d'article. Je ne comprends plus ce que je fais, j'ai tout simplement la tête dans le guidon. Mon directeur m'a dit que j'en avais encore pour un mois de travail, ça m'a terrassée. Résultat je ne fais plus rien. Enfin, tous les jours je vais à la bibli, mais j'avance à pas d'escargots.

J'ai fait une croix sur mes vacances en Italie. Mais je pars dans 10 jours pour deux semaines de vacances en Grande-Bretagne chez deux de mes meilleurs amis, j'ai prévu de ne rien faire du tout du tout du tout, pour pouvoir être d'attaque et reprendre mon mémoire et le TERMINER cet été.

C'est la première fois de ma vie que je n'arrive pas, physiquement, mentalement, à terminer quelque chose. C'est atrocement difficile et douloureux d'accepter que je ne suis pas en état tout simplement. J'en suis à jalouser mes ami.e.s. Je ne veux pas être comme ça. Je continue de travailler un peu dans les moments où ça va, le reste du temps je donne mes cours (autant gagner des sous hein), je me repose. Ca ne sert à rien sinon, je n'ai plus rien à donner, plus de force, plus de concentration, plus rien. J'attends la pause des vacances pour terminer ce travail que j'adore en forme.

Aussi, j'attends une réponse pour ma bourse de thèse d'ici la fin du mois. Je ne peux rien faire d'autre qu'attendre bien sûr, mais ça me bouffe. J'ai très peur de ne pas l'avoir. Ca peut complètement arriver bien sûr et il faudra faire face mais je sens que je perds le contrôle, je me laisse embarquer par l'angoisse.

Parfois mon ex me manque. Je continue je crois à penser à lui tous les jours. Par habitude, par nostalgie, je ne sais pas. Par colère surtout. Je suis toujours très en colère contre lui. Des choses me reviennent qui me mettent en colère. Je suis en colère contre le monde entier, je ne suis que colère, jalousie, envie. L'épuisement nourrit ces émotions bien sûr. Mais je ne sais pas quoi en faire.

J'ai l'impression d'avancer, d'avancer et puis de reculer, reculer encore. C'est normal, le chemin est long, et j'ai du mal à l'accepter. Comme j'ai du mal à accepter d'être épuisée, de n'être pas capable de ne pas terminer mon mémoire maintenant, de ne pas être la meilleure. On en revient toujours à la même chose.

Je sais que ma vie est pourtant très chouette, que tant de belles choses sont là : mes ami.e.s, ma famille, la vie que je me suis construite ici à Paris, les projets que je mène, tout ce que je réussis, toutes les petites joies nouvelles qui viennent et qui me rendent légère, enfin. J'ai l'impression d'être derrière le rideau d'une cascade, je sais que tout est là, mais je ne les vois pas parce que la colère, la frustration et mon estime de moi pitoyable me brouillent la vue. Je me refuse l'empathie que je donne pourtant si allègrement aux autres. Trop.

J'ai enfin regardé la vérité en face par contre : je stalke mon ex ou ses amis un jour sur deux. Je ne sais même pas pourquoi je fais ça. Je suis pitoyable. Je vais quitter le groupe facebook, j'aurais dû le faire depuis longtemps. Je crois que j'en veux à mon ex de ne pas avoir essayé de me récupérer. Je pensais être ici depuis suffisamment longtemps pour savoir ce qui se passait dans ma tête mais non visiblement. J'imagine parfois qu'on prend un café et que je lui balance tous les trucs qui me mangent, mais je sais que ça ne servirait à rien d'autre qu'à me faire sentir minable.

Le tableau paraît bien noir et pourtant, j'essaie de prendre mon mal en patience. C'est nouveau je crois. Je ne sais pas comment l'exprimer ; pour le moment ça ne va pas, mais je sais quand même que ça va aller.

Voilà pour les news....

Je vous embrasse :bisou:
#1303310
Bonjour Janysse,

Je viens de terminer les 45 pages de discussions te concernant.
Je ne te connais pas, mais je tenais premierement à te dire que j'aime profondément la qualité de ton écriture.
Je pense que tu as un réel talent, et tes mots sont singuliers, efficaces et plein de poésie.

Je viens de m'inscrire sur ce site, dans le premier but de te repondre.
Je ne sais pas si j'aurais ton ( ou votre, je parle aussi à toutes ces délicates personnes qui participent, commentent et soutiennent ton histoire au quotidien. ) courage pour l'instant, et si j'arriverais à poser des mots sur ma douleur et à la partager.
Je traverse une dure separation actuellement que je n'accepte pas encore, que je n'integre pas, que je refuse, et te lire me permet de comprendre certaines choses sur ma souffrance, et me fait avancer à pas de fourmi.
Je t'ecris pour te remercier de ta generosité dans le partage de tes emotions.
Elle m'aide à avancer.
Et j'avais besoin de te le dire, parce que meme si ta mer est parfois calme, et très souvent pleine de tempêtes plus ou moins violentes, je trouve ca très beau que tu fasses du bien à des inconnus sans meme t'en rendre compte.
Lorsque vous parlez de l'estime de soi, d' apprendre à s'aimer, à se comprendre et à s'apprivoiser et de la difficulté d'accéder à cet amour là et par quel biais, et bien je trouve que tu es sur la bonne voie.
Ecrire tous les jours ce que tu ressens et nous le partager est un moment que tu t'accordes à TOI chaque jour.
Tu es à l'ecoute de tes emotions, et tu n'as pas peur de les exprimer. Tu devrais être fiere de toi. Beaucoup de gens ne s'interrogent pas suffisamment sur le sens de leur vie, sur leurs envies, sur leurs douleurs. Et je trouve, même si c'est très douloureux, que c'est une belle preuve d'intelligence que de le faire.
Alors oui, tu ( je , il ) aimerais cocher la case amour pour te sentir rassurée, aimée pour avoir l'impression de pouvoir enfin te reposer.
Mais je pense que pour s'epanouir reellement dans une relation amoureuse ( et ca prend beaucoup de temps) qu'il est important de savoir un petit peu ce que l'on veut et ce que l'on ne veut plus.
Je pense qu'avec ton empathie, et ta bienveillance, il te serait même impossible de considérer quitter quelqu'un par texto. Alors oui, il est normal et sain que tu sois en colère. Et même si parfois, la nostalgie, les bons souvenirs, et autres reviennent.... n'oublies pas les souvenirs negatifs ou ce fameux texto. Pas pour stagner dans ta souffrance mais pour te dire, Je sais que je n'accepterais plus cela à l'avenir.
Ca ne veut pas dire que ton ex est une ordure, mais certaines de ses actions ont été très lâches, et je ne suis pas sure que ce soit le roi de la communication !
J'essaye après chaque rupture, meme si c'est violent et ardu, de transformer le négatif et ce qui m'a blessé dans la relation en quelque chose d'utile pour moi et pour me permettre aussi de mieux appréhender la prochaine histoire.
Bon j'essaye, je n'y arrive pas tout le temps! Mais l'important et de tenter.
Sors grandie de cette histoire, et ta victoire personnelle par rapport à ce garçon c'est que tu t'interroges sur tes emotions, et que tu cherches à être heureuse.
Il n'a pas eu le courage, ou l'amour suffisant pour t'accompagner dans cette quete de bonheur, mais cela n'est absolument pas de ta faute.
Il doit probablement lutter avec ses démons consciemment ou pas et ne pas être prêt à vraiment connecter avec une autre personne.
Mais ses raisons, son depart, peu importe.
Il a fait un choix qui t'a été difficile, mais je suis sincerement persuadée que ce sera benefique pour toi.
Je te souhaite profondément de trouver un homme qui s'interesse à toutes les qualités que j'ai pu découvrir chez toi sans même te connaitre! Te rends tu compte? Tu es lumineuse et belle juste à travers tes mots et ta sensibilité.
Alors dans la vraie vie, tu dois etre un veritable soleil.
Et plus tu seras à l'ecoute de toi, plus tu brilleras.
Et là, c'est toi qui choisira vraiment la prochaine personne que tu accepteras dans ta vie. Et je suis persuadée qu'ils seront nombreux à vouloir découvrir la belle personne que tu es et que tu deviens. Et quand tu auras fait la paix avec toi, tu te surprendras même peut etre à les envoyer paître parce que pas assez biens pour toi, ou pas le moment haha!
Soit libre! Exigente! Et douce avec toi même!

Le vide de la rencontre avec soi meme est parfois terrifiant( je le vis en ce moment ), mais il est selon moi très important de s'y confronter. Essayer de vivre pleinement ce vide. Juste être la, sans rien faire d'autre que d'etre vivant et respirer.

Rupture ou pas rupture, les hauts et les bas sont presents dans nos vies. Et souvent liés à la fatigue. Cette fatigue qui fait ressortir toutes les pensées negatives. Lorsqu'elles surgissent, j'essaye de les accepter en me disant que c'est quelque chose de passager et d'exterieur à moi. J'essaye alors de me reposer et de prendre du temps pour moi, pour me proteger, pour me soigner, pour me dorloter.

Je t'envoie de la joie et des sourires, j'espere qu'il t'apporteront un brin de joie.

Douce soirée à tous,

Anna
Janysse ont aimé ça
#1305470
Anna84 a écrit :Il a fait un choix qui t'a été difficile, mais je suis sincerement persuadée que ce sera benefique pour toi.
Je te souhaite profondément de trouver un homme qui s'interesse à toutes les qualités que j'ai pu découvrir chez toi sans même te connaitre! Te rends tu compte? Tu es lumineuse et belle juste à travers tes mots et ta sensibilité.
Alors dans la vraie vie, tu dois etre un veritable soleil.
Et plus tu seras à l'ecoute de toi, plus tu brilleras.
Et là, c'est toi qui choisira vraiment la prochaine personne que tu accepteras dans ta vie. Et je suis persuadée qu'ils seront nombreux à vouloir découvrir la belle personne que tu es et que tu deviens. Et quand tu auras fait la paix avec toi, tu te surprendras même peut etre à les envoyer paître parce que pas assez biens pour toi, ou pas le moment haha!
Soit libre! Exigente! Et douce avec toi même!
Très chère Anna,

Je voulais te répondre plus tôt, mais à chaque relecture de ton message j'ai fini en larmes. Merci infiniment pour tes mots si doux et généreux. Je suis en guerre contre moi-même, et lire ces appels à la douceur me soulage autant que cela me touche. Je ne peux en dire plus, si ce n'est que tu m'as atteinte en plein coeur. Merci.

J'en profite pour donner quelques nouvelles après cet été éprouvant, surprenant, long et douloureux, plein de joies aussi. Mes vacances ont été de courte durée mais éminemment salvatrices, j'étais au bord de l'implosion. Je suis rentrée reposée et déterminée. J'ai passé 6-7 semaines à terminer mon mémoire, que j'ai soutenu et validé avec la note de 19, et des éloges incroyables et unanimes. Un peu plus tôt dans l'été, j'ai obtenu un contrat de thèse. Je suis en train de m'inscrire, je vais être doctorante. Je suis en train de réaliser mon rêve. Je ne m'arrête pas assez souvent pour me le dire, pour regarder les choses en face, alors je prends ce moment d'écriture pour me le dire : je suis fière de moi. Je suis fière pas tant de mes résultats, que du courage et de la détermination que j'ai eues tout au long de ces longues années de travail acharné, ces années pendant lesquelles j'ai eu le coeur brisé trop souvent, à commencer par moi-même. Je suis fière de n'avoir jamais lâché malgré les doutes, malgré la peur, malgré la haine aussi parfois. Je m'estime peu, je n'ai pas confiance en moi... mais suffisamment tout de même pour être arrivée jusque là.

J'ai passé mon été aussi à méditer. J'ai tenté d'être une amie pour moi-même. Je me suis même aimée parfois. Je me suis autorisée à vivre un peu aussi, à ne pas être seulement une étudiante modèle, à être aussi Janysse qui veut vivre. Je ne ressens plus au fond de moi cette lassitude pour le monde, cette envie de crever qui était constante depuis plusieurs années. Je veux vivre, enfin.

J'ai lâché prise, un peu. Je me suis autorisé une idylle de vacances. Un garçon que je connaissais de vue. Sur un coup de tête je suis partie trois jours chez lui (nous ne sommes pas dans la même ville). C'était compliqué pour moi, j'étais épuisée moralement et physiquement. J'ai pleuré dans ses bras, après l'amour, avant. J'ai pleuré parce que ce n'était pas mon ex, parce qu'il me touchait différemment, parce que son corps n'était pas celui dont mon corps avait le souvenir, parce que c'était trop bon et trop beau d'être caressée, d'être câlinée et dorlotée après tous ces mois passés seule dans mon lit, dans mon appartement et dans ma tête. Parce que je crevais d'envie d'affection et de douceur et que c'était invraisemblable pour moi d'en recevoir autant d'un coup. Il n'a pas posé de questions, il a juste été tendre et généreux. Je pleure sur mon clavier en écrivant ça, tout sort, la joie, la peur, la fatigue, tout. Je souris dans mes larmes :roll:

On s'écrit presque tous les jours. Il veut de l'affection, moi aussi. Je ne veux rien de sérieux, lui non plus. Nous n'avons pas la place pour une histoire sérieuse, mais besoin et envie de légèreté. Et ça me va.

Je pense à mon ex tous les jours ou presque. Je suis toujours blessée d'avoir été quittée par sms. Il me manque. Chaque fois que ma meilleure amie me dit qu'ils vont se voir ou se sont vus (car ils sont restés proches) j'ai le coeur transpercé. Je suis jalouse, d'elle, puis de lui. Je me sens exclue, ça pique, ça brûle. Je ne veux pas que cela entache ma relation avec mon amie, alors j'ai décidé de le revoir, pour voir. Pour lui dire ce que j'avais à dire. Il a accepté. Et puis entre temps j'ai appris qu'il allait très mal. Qu'il pensait être bipolaire, que les signes se sont intensifiés. Je pleure de tristesse depuis. Je suis envahie d'empathie et de tristesse, qui balaient toute la colère. J'aurais préféré apprendre qu'il était heureux avec une autre. J'ai beaucoup de peine. J'essaie de faire avec. Nous n'avons pas encore pris de café ensemble.

Voilà. J'ai passé l'été dans ma bulle à travailler, et voilà que la vie m'explose à la figure !

Je m'arrête là, j'en ai déjà écrit des tartines !

Je vous embrasse toutes et tous, et j'espère très fort que la rentrée vous apporte de bien jolies choses :bisou:
#1305472
Hello ,

Je ne vais pas intervenir sur le côté émotionnel de ton histoire, d'autres y arriveront bien mieux que moi mais je tenais quand même à te féliciter pour ton 19 .... je pense résumer la pensée de pas mal de personnes ici qui, même si elles ne participent pas à ton topic, sont quand même fières pour toi...bravo !
Elieza, miu, ELJA et 3 autres ont aimé ça
#1305511
Kakahuet a écrit :
10 sept. 2019, 16:15
Hello ,

Je ne vais pas intervenir sur le côté émotionnel de ton histoire, d'autres y arriveront bien mieux que moi mais je tenais quand même à te féliciter pour ton 19 .... je pense résumer la pensée de pas mal de personnes ici qui, même si elles ne participent pas à ton topic, sont quand même fières pour toi...bravo !
Merci beaucoup !!! :D :bisou:
#1305524
Hello Janysse,

Je passe ici de temps en temps, j'ai pas mal suivi ton évolution.

Je t'admire, vraiment. Tu peux être extrêmement fière de toi !

Et après toutes ces épreuves, tu arrives encore à avoir de l'empathie pour ton ex … alors qu'il t'a si mal traitée !!!

Sincèrement tu es un exemple pour moi, et je ne peux pas concevoir qu'avec tout ça, il ne t'arrive pas de belles choses à l'avenir. Parce-qu'à chaque fois que je te lis je me dis que tu ne mérites que ça : du bien.

Prends bien soin de toi.
Janysse ont aimé ça
#1305528
Apparemment j'avais écris une suite , suite à mon post de présentation , je me suis fais chier à écrire une tartine dans le vent , envolée par votre modération .apparemment vous avez vos têtes . sans commentaires .
#1305529
I.Had.a.Dream a écrit :
11 sept. 2019, 16:00
Apparemment j'avais écris une suite , suite à mon post de présentation , je me suis fais chier à écrire une tartine dans le vent , envolée par votre modération .apparemment vous avez vos têtes . sans commentaires .
Euh, avant de vilipender et d'envoyer aux gémonies les membres de la modération, merci de vérifier deux-trois choses, comme par exemple le fait que si le message est long à poster et bien la déconnexion est automatique (et pas de notre fait).
Donc toujours faire une sauvegarde des messages dès qu'ils prennent plus de 5 mns à préparer.

D'autre part, sauf erreur de ma part, je n'ai vu aucun post viré provenant de ton compte.

Bref, avant de s'énerver, on se renseigne, merci :) !

Nb : et on essaye aussi de ne pas polluer le topic des autres, c'est bien aussi, nan ?
#1305531
I.Had.a.Dream a écrit :
11 sept. 2019, 16:00
Apparemment j'avais écris une suite , suite à mon post de présentation , je me suis fais chier à écrire une tartine dans le vent , envolée par votre modération .apparemment vous avez vos têtes . sans commentaires .
Heu....perso non plus je n'ai pas supprimé de post, de toutes façons a partir du moment où ton 1er message est validé, ce n'est plus soumis à modération...donc soit TU as fait une fausse manip, soit TU as mis trop longtemps avant de le poster.
Donc effectivement, avant de gueuler, on se renseigne.
Signé: la modération.


Désolée Janysse :bisou:
#1305541
hello Janysse !

c'est chouette d'avoir de tes nouvelles !
Janysse a écrit :
10 sept. 2019, 15:30
J'ai passé 6-7 semaines à terminer mon mémoire, que j'ai soutenu et validé avec la note de 19, et des éloges incroyables et unanimes. Un peu plus tôt dans l'été, j'ai obtenu un contrat de thèse. Je suis en train de m'inscrire, je vais être doctorante. Je suis en train de réaliser mon rêve. Je ne m'arrête pas assez souvent pour me le dire, pour regarder les choses en face, alors je prends ce moment d'écriture pour me le dire : je suis fière de moi.
Et tu peux ! :-Bra :-Party
je suis très très heureuse pour toi, et pas la seule à penser sans doute qu'il n'y a rien d'incroyable dans les éloges que l'on t'a décernés ;)

Janysse a écrit :
10 sept. 2019, 15:30
Il me manque....alors j'ai décidé de le revoir, pour voir. Pour lui dire ce que j'avais à dire. Il a accepté. Et puis entre temps j'ai appris qu'il allait très mal. Qu'il pensait être bipolaire, que les signes se sont intensifiés. Je pleure de tristesse depuis. Je suis envahie d'empathie et de tristesse, qui balaient toute la colère. J'aurais préféré apprendre qu'il était heureux avec une autre. .
Là j'ai envie de crier "nooooooooooooooooon" !
(le mieux c'est de ne rien apprendre, d'ailleurs je ne comprends pas pourquoi cette amie tient à te dire qu'ils vont se voir, se sont vus ...bref...)

bisous jolie Janysse
Janysse ont aimé ça
#1305544
Coucou ma jolie Janysse,

Encore grande grande félicitation pour ton super mémoire et ton contrat de thèse. Après autant de galère, tu t'en es sortie fièrement avec la tête haute et la fabuleuse victoire ^ = ^ J'en suis trop trop contente, ma jolie. Tu mérites 20/20 pour ton mémoire car tu l'as fait durant l'une des périodes les plus dures. T'es au top :bisou: :bisou: :bisou:

Là tu peux te souffler bien là. Si t'as du temps pour descendre sur Aix, la porte de mon appart t'ouvre grandement :lol: ;) :bisou:

Pour ce qui concerne les histoires d'amour, avec du temps, ça va arriver.

Gros bisous fabuleux ma Janysse :bisou: :bisou: :bisou: Et aux autres ami.e.s qui passent par ici aussi :bisou:
Janysse ont aimé ça
#1305670
Coucou tout le monde !

Merci olala pour tous vos gentils messages !! Je suis très contente de pouvoir partager ça avec vous qui me suivez depuis plusieurs années pour certain.e.s :)

J'accepte petit à petit que les compliments étaient mérités. C'est fou comme je peux accepter volontiers les critiques mais douter de chaque parole positive...

Et puis, j'ai revu mon ex. Le CARNAGE.
Selmasultane a écrit :Janysse a écrit : ↑
mar. 10 sept. 2019 15:30
Il me manque....alors j'ai décidé de le revoir, pour voir. Pour lui dire ce que j'avais à dire. Il a accepté. Et puis entre temps j'ai appris qu'il allait très mal. Qu'il pensait être bipolaire, que les signes se sont intensifiés. Je pleure de tristesse depuis. Je suis envahie d'empathie et de tristesse, qui balaient toute la colère. J'aurais préféré apprendre qu'il était heureux avec une autre. .
Là j'ai envie de crier "nooooooooooooooooon" !
(le mieux c'est de ne rien apprendre, d'ailleurs je ne comprends pas pourquoi cette amie tient à te dire qu'ils vont se voir, se sont vus ...bref...)
Ce n'était peut-être pas une bonne idée effectivement.

Tout avait bien commencé, discussion détendue, qu'est-ce que tu deviens blablabla. Et puis moi j'étais quand même venue lui dire que me faire quitter par sms ça m'avait salement blessée. Ca a très vite, très mal tourné. Je ne suis peut-être pas une pro de la communication non violente mais alors lui... On faisait vraiment la paire.

Il s'est bien sûr justifié de son geste. "Je m'excuse, j'en suis pas fier mais j'ai fait au mieux étant donné les circonstances". Je lui ai dit que ça m'avait blessée, il m'a répondu "C'est pas un sms qui t'a blessée hein". Et puis ç'a été la surenchère, plus je tentais de lui dire que ç'avait été violent, blessant, limite humiliant, et plus il sortait des excuses. Jusqu'à me dire que notre relation était "malsaine" et "toxique". C'est légèrement exagéré pour désigner une relation où les deux parties ne s'entendent plus.

Jusqu'à me dire que "mais enfin, on était déjà séparé depuis trois mois quand je t'ai écrit, ça ne sortait pas de nulle part, on s'est vu deux fois pour en parler, mi-septembre". J'ai halluciné. Il n'a aucun souvenir de ces trois mois, entre septembre et fin novembre, où nous étions encore ensemble. Il a maintenu qu'on s'était quitté en septembre jusqu'à ce que je lui sorte les messages qui datent bien de mi-décembre. Il a dit que ça ne changeait rien, qu'il avait bien statué sur le fait que c'était une rupture, que peut-être il avait laissé une petite incertitude m'enfin c'était quand même clair. On nageait en plein délire là. Si c'était clair, quel besoin de m'écrire moins d'un mois plus tard pour me dire qu'il me quittait pour de bon ? Je ne sais pas si c'est de la mauvaise foi de sa part ou de la détresse (il avait l'air vraiment mal), je ne sais pas quoi en faire, j'hallucine juste. Et puis il m'a dit que le soir du 31 décembre il avait couché avec une fille. Pendant que j'attendais désespérément qu'il mette fin à cette mascarade de "pause", il couchait avec une autre. Dix jours plus tôt il me disait qu'il avait "encore des sentiments forts". Ca m'apprendra à m'acoquiner avec des types perdus comme ça.

Puis il a adopté cette attitude paternaliste faussement bienveillante qui m'a toujours exaspérée, en me disant que "moi je suis en paix, ta colère vient du fait qu'on a décidé pour toi, que tu n'as pas eu ton mot à dire, et c'est triste mais il faut l'accepter". À balayer d'un hochement de tête mes "Quand tu m'as envoyé ce sms, j'ai été blessée parce que patati patata". En me disant "ce sms c'est qu'un détail".

Ca n'allait bien sûr nulle part tout ça. Et puis j'ai vrillé. J'ai dit des choses qui dépassaient ma pensée. J'ai dit qu'à cette époque, il n'était de toute façon bon pour personne. J'ai déconné, il l'a bien sûr mal pris. "Tu te rends compte de ce que tu viens de me dire ?" Je lui ai présenté mes excuses, "trop tard". Et puis "je ne sais pas ce que tu cherches là, à fouiller le passé, le passé doit rester où il est". J'ai dit que j'avais besoin de cette conversation, qu'on n'avait jamais eue. Il a eu l'audace de me répondre "Ben dans le sms je te proposais de se voir pour en discuter, c'est toi qui n'as pas voulu". J'ai ravalé le fiel qui me montait à la gorge. J'ai fait le paillasson, je me suis sentie merdique, nulle, moche, débile. "C'était pas une bonne idée, je regrette d'être venu, tu as encore du travail à faire sur toi, on ne se fait que du mal" encore d'autres choses qu'il m'a dites.

Il a fini par partir, j'ai attendu mon rendez-vous avec une copine. J'étais dévastée, et surtout bouillonnante de rage. Aujourd'hui ça va mieux. Ce n'était peut-être pas l'idée du siècle, mais au moins je suis allée jusqu'au bout, et je sais à quoi m'en tenir. Le garçon doux et tendre que j'ai aimé n'existe plus, il n'y a qu'un type complètement paumé en face de moi, et j'ai beau avoir de l'empathie pour sa propre souffrance, là est ma limite. Je ne regrette pas cette entrevue, même si elle était nulle. C'est fait, je ne peux pas rembobiner. C'était pénible et désagréable mais je ne pouvais pas faire comme si de rien n'était.

Le chapitre est maintenant clos. Je n'ai plus aucun regret à avoir, je pense que j'aime encore un peu ce garçon avec qui j'ai vécu, même s'il ne s'en souvient pas, même s'il insiste sur mes défauts - j'avais l'impression d'être un monstre dans son regard -, de très très belles choses, mais ça disparaîtra - ce garçon-là a déjà disparu.

Ca pique, ça tire, ça me brûle le coeur. Mais je sais que ça me permet d'avancer encore un peu plus, et ne plus jamais reculer.

Je vous embrasse tous bien fort :bisou:
#1305725
Hello Janysse,

Ce n'était pas peut etre pas une bonne idée en effet, mais comme tu dis on ne peut pas rembobiner, et je pense sincèrement qu'il est des "erreurs" qui sont nécessaires .

J'ai eu ce genre de conversations avec celui qui m'a amenée ici , à peu près à un mois, quatre mois et sept mois post rupture ( oui tous les 3 mois environ :mrgreen: ) , à rechercher réparation, empathie et "reconnaissance", en vain . Et je n'en n'ai jamais tiré que frustration face à son attitude, et une sensation de replonger dans la douleur. Mais je pense que c'était un cheminement nécessaire, qui m'a aidée à couper les ponts définitivement, et à me réparer moi même, à retrouver l'estime de moi sans plus rien attendre de lui.

Bisous jolie Janysse, tu as parcouru un chemin admirable dejà ;)
Janysse ont aimé ça
#1305726
Coucou mes chères Janysse et Selma,

Je suis d'accord avec Selma sur le fait que les conversations avec l'ex à post rupture nous replongent dans le chagrin et il est rare qu'on obtienne des explications convaincues, le soulagement et l'apaisement. Mais plutôt à l'inverse.

En tout cas, c'est nécessaire malgré la douleur, cette étape, si on peut le faire, pour tourner la page.

De ma part, j'ai eu une discussion sérieuse avec mon ex à 5 mois après notre séparation, que je vous ai raconté à mon topic. Monsieur a montré très ferme, décisif, clair, genre "Tu me conviens pas. J'aime ma copine. ça n'allait plus entre nous depuis très longtemps" :mrgreen: Et à la fin de la conversation, monsieur était en pleurs au tel. Et moi pareille, dévastée, mais le coeur vidé et tout est dit pour toute l'histoire soit fermée bel et bien.

Le travail sur soi et sur notre propre prob est long et dur. J'ai la tendance de recommencer les mêmes erreurs. De là, ça me demande encore plus de travail, de temps et de persévérance pour éviter des erreurs dans le passé.

Pas évident, car des choses ont été ancrées radicalement dans mon inconscience. Mais il me le faut, si je veux du bonheur 8-) ;) :D

Courage Janysse, vis tes belles journées automnales. J'espère qu'il fait beau et romantique à Paris. Cette saison, l'amour nous manque souvent. Pourquoi pas te laisser aimer par quelqu'un agréable et sincère si ça se peut ;)

Gros bisous fabuleux mes chéries.



s
Janysse ont aimé ça
#1306483
Coucou Selma, chère Miu,

J'espère que vous allez bien !

Je réécris ce message pour la troisième fois haha. Je vais essayer d'être concise, et pas pleurnicharde.

Je pense beaucoup moins à mon ex depuis notre dernière conversation. Finalement c'était une bonne chose à faire.

J'ai revu mon amant de cet été. Ça s'est mal passé, ou pas comme j'aurais voulu, j'ai une vilaine blessure d'ego et le sentiment d'être rejetée. Je me sens nulle et inintéressante, et coupable de me sentir comme ça dès qu'un garçon se détourne de moi. C'est sans fin.

Ce début de thèse est compliqué, je suis perdue, je n'arrive pas à reprendre de routine qui me convienne. Je manque d'argent. Je dois déménager dans quelques mois pour ma thèse, je suis terrorisée. Il m'a fallu des années pour construire mon nid ici, me sentir bien, me faire des amis, prendre mes marques, j'ai peur de tout quitter. C'est un choix que je dois et veux faire, mais cela me fait peur.

Je me sens atrocement seule, je rêve de vivre une nouvelle histoire d'amour. Puis une petite voix perverse s'élève ensuite pour me dire que je ne suis pas assez forte pour ça, passez assez solide, pas assez stable, trop fragile, trop exigeante, pas assez intéressante. Et je n'arrive pas à la faire taire. Je n'arrive pas à m'aimer.

J'espère que tout le monde va bien, je vous embrasse
#1306538
Coucou Janysse,

Depuis 8 mois que je suis sur forum quand je te lis je vois une femme très intelligente, sensible, sincère, généreuse, une belle personne. Tu as une capacité d’analyse de fou, ce que tu écris est tellement clair et compréhensible, plein de bon sens, juste.
Vraiment j’espère de tout cœur que tu réussiras à faire taire cette petite voix qui te dis tout le contraire de ce tu es.
:bisou:
Janysse ont aimé ça
#1306551
Bonjour Janysse,

Je t’avais écrit le 21 septembre. Mon message était dans mes notes, mais je n’osais pas te l’envoyer. Je reviens aujourd’hui parce que je continue de te lire.
Voici le message en question:

Je voudrais t’écrire quelques mots, même si cela n’apportera pas grand chose à l’édifice.

Je t’ai trouvée très courageuse « d’affronter » ton ex. Personnellement, je pense que je n’aurais pas pu. Tu sembles avoir eu besoin d’explications pour comprendre certaines choses et je te comprends car j’ai longtemps cherché le pourquoi du comment de mon côté également, jusqu’au jour où j’ai intégré l’idée que l’on ne peut pas tout expliquer. L’amour, notamment. On a beau discuter, développer, argumenter, je crois que malheureusement, dans la plupart des cas, on met fin à une relation parce que l’on ne souhaite pas continuer. Peu importent les raisons, c’est la raison par excellence en soi. Point. :(

La blessure, pour ne pas dire les séquelles qu’il a laissées sont sensibles dans ton écrit. C’est légitime, il n’a pas été le meilleur des êtres en te quittant par sms, il manquait probablement de clarté même. Cela dit, malheureusement encore, quand bien même il t’eût quittée en bonne et due forme, s’il en est une, tu n’aurais pas eu moins mal, hélas, et je suis désolée pour toi car je sais pour l’avoir vécu que c’est terrible.

Je ne peux rien ajouter de plus à ce sujet car seul le temps pourra apaiser les choses. C’est un travail de deuil...

Je t’avoue avoir hésité avant de t’écrire ce qui va suivre. J’ai pensé t’écrire en MP, avant d’y renoncer tout court. Aujourd’hui, je me permets de te l’écrire car j’essaie de prendre confiance en moi en exprimant mes modestes pensées. Donc pardon d’avance.

D’emblée, félicitations pour l’excellente note de ton mémoire. « Du chaos naissent les étoiles », donc bravo d’avoir brillé par-delà la nuit... et bravo de poursuivre avec ton projet de thèse. Je te souhaite de continuer à t’épanouir dans ton travail de recherches et d’écriture.

Je te confie qu’à l’époque, j’ai obtenu une mention très bien pour mon mémoire de maîtrise. Rien à voir avec toi, mais j’avais vécu une année éprouvante parce qu’un membre de ma famille était malade, donc cela me fit très plaisir de me voir réussir malgré les difficultés qui m’avaient affectée. J’ai ensuite réalisé mon rêve en décrochant le poste de travail que je souhaitais plus que tout et il m’arrive -encore- de me réjouir d’exercer mon métier que j’aime, malgré certaines difficultés que tout un chacun peut rencontrer.

Pourtant je sais aujourd’hui que ce n’est pas le plus important. Mes études m’ont tenu chaud au cœur quand il faisait très froid dans ma vie et je suis épanouie dans mon travail, je referais 10 fois ce que j’ai fait pour y arriver, mais si j’avais un conseil à donner à une jeune femme comme toi, ce serait d’écouter ton cœur.

Tu écriras ta thèse et tu obtiendras le meilleur car tu es persévérante, intelligente et talentueuse. Je n’ai aucun doute là-dessus. Je dis juste que si au fin fond de toi ton désir d’aimer et d’être aimée est plus fort que tout, place ce désir, ce besoin, ce rêve (à toi d’identifier ce que cela représente pour toi) au-dessus de tout.

Je m’exprime peut-être mal, c’est pour cela que j’ai tant hésité à publier mon message. Je ne dis pas de placer tes amours au-dessus de la thèse. Il n’est pas question de hiérarchie car ce n’est pas sur le même plan. Je dis simplement de ne pas oublier cette part, cette envie que tu sembles tant chérir, à savoir d’aimer et d’être aimée en retour.

Nous avons tous nos névroses à mon humble avis. On vit avec et toute une vie ne suffira peut-être pas pour les guérir. Cela ne devrait pas nous empêcher d’aimer et d’être aimé.e.s. en retour. C’est sans doute moins simple, mais pas impossible ni contre-indiqué.

Je suis peut-être hors sujet, je suis désolée. Oublie vite mon message si je manque de clarté ou si je manque de bon sens. Je doute de moi, donc je préfère le reconnaître en toute simplicité.

Je terminerai en partageant avec toi une phrase qui m’a fait beaucoup réfléchir. C’est un ami qui me l’avait écrite car il savait qu’à ce moment-là je rêvais beaucoup...
« Continue de rêver Eva, mais n’oublie pas de vivre ».

Toi tu ne rêves pas, rien à voir avec moi. Je te dis juste de ne pas oublier cette part en toi qui demande à vivre une/des relation(s) en t’investissant peut-être dans ce désir naturel...

Pardon encore si je ne suis pas claire ou hors sujet.

Bonne journée <3
Elieza, Janysse ont aimé ça
#1306759
Bonjour,

Merci Lili pour ton message, merci Eva de m'avoir écrit ces mots.

Parfois j'ai l'impression que les études prestigieuses que je fais sont seulement une façon de me distraire du vide abyssal que je ressens tout le temps. L'angoisse, l'anxiété.

J'ai peur de tout. Hier j'ai réalisé que j'avais peur d'innombrables choses dans la vie. J'ai aussi réalisé que malgré ces peurs, je faisais d'innombrables choses. J'ai peur d'organiser une fête chez moi, parce que j'ai peur que ça se passe mal, que les gens ne viennent pas (= ils ne m'aiment pas assez), qu'ils s'ennuient, la montagne de préparatifs, etc... Je l'ai fait quand même il y a peu, pour la première fois de ma vie, et ça s'est très bien passé, et tout le monde a passé un très bon moment. J'ai plein d'autres exemples de choses ou de situations qui m'effraient et dont j'ai peur, je crève de peur, mais je le fais quand même. Je crois que je suis effectivement une personne très courageuse, même s'il s'agit de braver des peurs minimes pour d'autres.

En ce qui concerne l'amour, je suis perdue. Tout est extrêmement confus dans ma tête. Je suis tiraillée entre ce désir hyper douloureux de vivre une histoire d'amour, une vraie belle histoire qui ne s'arrêtera pas au bout d'un an parce que je suis trop fragile, trop en demande, trop chiante, pas comme il faut, la peur de souffrir, la peur de finir seule, la souffrance d'être seule parfois, et cette recommandation que je reçois parfois comme une injonction à me sentir bien toute seule, à être heureuse toute seule sinon je serai seule pour toujours. Je caricature mais c'est pour ça que je pleure.

On me dit qu'il faut apprendre à s'aimer et à être bien toute seule pour pouvoir aimer quelqu'un et se laisser aimer et être heureuse avec cette personne. Mais je n'arrive pas à m'aimer et à être bien toute seule, pas sur la durée. Il y a des moments où je ressens une grande liberté à être seule, où je me sens bien, mais la plupart du temps je me sens triste et seule, je pleure souvent. J'ai l'impression d'être coincée. J'ai l'impression que je ne vivrai jamais cette histoire d'amour. Ça peut vous sembler ridicule, je ne pense pas que ça le soit, c'est une peur réelle et qui prend de plus en plus d'importance dans ma vie. J'aimerais m'en débarrasser parce qu'elle me fait souffrir et peur. J'ai peur de ma peur.

Je voudrais faire autre chose que passer mon temps libre dans mon lit à regarder des séries pour ne pas ressentir le vide. Je n'y arrive pas. Alors je me sens nulle de ne pas y arriver, de rester au lit. Je m'insulte. Je me fais du mal. Et je me sens coupable, j'ai honte. J'ai l'impression de n'avoir pas avancé d'un iota depuis que je suis arrivée ici.

Je suis en thérapie depuis 4 ans et demi, j'ai changé une fois de psychologue, de psychiatre, j'ai eu deux traitements médicamenteux, je médite, je fais de l'hypnose, du sport... Je me concentre probablement sur les côtés négatifs, sur la douleur qui reprend le dessus au lieu de voir les choses positives, tout ce que j'ai accompli et que je ne vois pas, que je refuse de voir parce que "ça n'est pas si important", parce que la douleur prend toute la place, et qu'elle seule compte vraiment.

Je n'arrive pas à accepter qui je suis. Je ne sais même pas qui je suis. Je sais que le chemin est long mais c'est comme s'il était interminable.

Bien sûr que la thèse compte plus que tout, parce que j'ai le contrôle, parce que c'est moi qui décide ce qui se passe. Je voudrais ne plus penser aux garçons, à l'amour qui me manque, au couple, aux relations et vivre ce qui se passe, là maintenant. Je n'y arrive pas. Je ne pense qu'à ça en ce moment. Ma déconvenue avec mon amant a ravivé la blessure je crois. J'aurais dû m'abstenir. Il y a tant de choses qui se passent dans ma vie, tant de choses à penser, à prévoir, à organiser, beaucoup de travail aussi. Tout ce à quoi je peux penser c'est que je suis seule. Que je n'ai personne à qui raconter cette anecdote, personne pour m'embrasser, personne pour me câliner.

Le pire, c'est ce que je suis lucide sur ces pensées. Je me vois penser négativement, je me vois me détester, je me vois être embarquée dans cette spirale infernale, une pensée négative en entraîne une autre, puis une autre, puis les larmes, et je m'arrête un instant pour me dire que ce ne sont que des pensées, et ce ne sont que des pensées, que tout va bien. Et la culpabilité et la honte reprennent le dessus.

Vous allez peut-être me trouver ridicule, pleurnicharde ou nombriliste. J'avance, je le sais, mais je n'arrive pas à le voir, j'ai ce besoin horrible de reconnaissance, de validation d'autrui, tout le temps, je suis incapable de me trouver bien par moi-même. J'ai envie d'être rassurée, d'être prise dans les bras de quelqu'un, d'entendre des mots doux, des jolies choses, et j'ai l'impression que c'est mal, que je devrais être capable de m'en sortir toute seule, de me rassurer toute seule, d'être forte. Mais je n'y arrive pas. J'ai peur d'être malheureuse toute ma vie.
  • 1
  • 42
  • 43
  • 44
  • 45
  • 46

Bonjour Hunfra, Ça fait donc à pei[…]

Bon, je l'a revue. Des heures à discuter, c[…]

Que faire après un SR?

Bonjour c'est gentil de répondre . Je sai[…]

Une première histoire entre vous est finie.[…]

Tromperie

C'est un fake, nan ? ou alors 12 ans 1/2 ? Sinon[…]

Le fameux premier amour .

Bonjour j’ai besoin d’une vision ext&e[…]

Ah ok!

CFP et fin brutale

Salut Mike, Merci pour ta réponse. A vrai […]