Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Vous êtes nouveau sur le forum? Présentez-vous auprès des autres membres...
#1290255
J'ai malheureusement beaucoup de mal à écrire quand je ne vais pas bien… en même temps, je peux me forcer un peu, surtout pour le "feel good book" car c'est très optimiste, et ça se finit toujours bien (je suis sur la fin du tome 2, le tome 1 est proposé à plusieurs éditeurs qui font dans ce créneau, j'ai la hantise d'un refus qui me mettrait par terre, en ce moment… ).

Je dois me forcer pour tout ces derniers jours. J'ai travaillé ce we, ça allait à peu près, mais le lundi est mon jour de congé, j'ai un tas de choses inintéressantes à faire, et ce soir, je me force pour aller au sport avec une amie. Je vais aussi tester le "Mei Hua Zhuang" mercredi soir, et bientôt démarrer les cours d'espagnol, bref un emploi du temps plus que rempli, mais ça n'ôte pas la tristesse….
SpoilerAfficher
Le comble : je vois vendredi un monsieur d'un certain âge, on boit un petit godet, et son téléphone sonne, c'est un coup de fil de son fils : et c'est pas une blague, son fils se trouve justement dans le pays et dans la ville où a déménagé l'homme dont je parle sur ce fil :scream_cat: ! Et le monsieur me dit qu'il y a beaucoup de Français là-bas…. qu'ils se connaissent entre eux, souvent… bref, je luis dis de passer le bonjour à "lui" si son fils le voit, et c'est parfaitement stupide, mais vraiment… D'autant plus que ça ne me donne aucun espoir, l'espoir de quoi ? Qu'il se dise "ah, c'est sympa". Enfin bref, j'aurais mieux fait de me taire et ça m'a encore plus démoralisée… Une chose est sûre : si "lui" n'a pas pensé que j'étais "la femme" qu'il lui fallait, je ne peux pas penser que lui est celui qui m'est destiné, un truc du genre (je l'exprime maladroitement… )
Enfin voilà, continuer à se forcer… et puis un jour, ça ira mieux !

Bises :bisou: et courage à toi aussi, jolie Miu !
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1290256
Sebastien1979 a écrit : 03 sept. 2018, 14:59 Coucou,

J'aimerais intervenir sur ce que tu decris Miu quand a la relation entre "deuil" et "creation". Bon apres, je n'ai pas la pretention de pretendre que j'en suis un mais je pense que c'est surtout une question de sensibilite et d'empathie.
Je serai presque tenter de dire meme que quelque part, j'ai l'impression que le fait de maitriser une discipline artistique est une grande source d'aide au niveau du deuil (attention, je ne neglige en rien la tristesse et/ou la difficultee a le mettre en oeuvre)

Je m'explique, la ou un individu "lambda" ne va pas specialement parvenir a exprimer sa peine, a y mettre des mots ou tout autre chose, l'artiste, qu'il s'agisse d'un ecrivain, d'un peintre, d'un musicien, aura tendance a entrer, par reflexe dans une espece de catharsis, analysant, exprimant, bref se servant de ce materiau qui lui est "impose" pour en tirer la quintescence et parvenir, par l'intermediaire de la creation, a extraire en partie cette peine comme un chirurgien qui extrairait des eclats de chrapnels la ou le pequin moyen ne va pas savoir quoi faire de tout ca.

Bon apres, j'en sais rien au fond et d'ailleurs ce n'est qu'un point de vue exprime assez maladroitement.
Coucou Sébastien, je viens de voir ton post !

Alors comme je le disais, c'est plutôt bloqué chez moi, en ce moment… mais il n'est pas exclu que cela se transforme par la suite, et s'intègre au processus d'écriture (quoique… j'ai souvent tendance à travailler sur la base de témoignages, de documentaires, etc... plus que sur mon propre matériau ; mais ça s'y intègre peut-être quand même à mon insu… ).

Bises !
#1290369
Je réfléchis encore à ça : pourquoi l'espoir si longtemps, un espoir ténu accroché à mon cœur ?
mais j'ai ressenti cela, ces sentiments rares qu'on n'éprouve pas pour beaucoup. C'est différent d'une simple attirance et ça ne se commande pas.
tout à fait. ça ne se commande pas.
après l'enjeu est d'en faire le deuil, l'espoir bloque le deuil;
ce n'est pas la raison qui choisit, et ce n'est pas forcément QUE la névrose, ce serait bien simple, au fond… : il suffirait de "virer la névrose de sa vie", si tant est qu'on y arrive, d'ailleurs (donc non, pas si simple !).
Tout à fait: il y a plusieurs facteurs en jeu.
La question des névroses on doit se la poser pour pouvoir évoluer, savoir qu'est ce qu'on a tendance à reproduire dans nos schémas relationnels et pourquoi. Mais sans doute, l'amour, le coup de foudre ce n'est pas uniquement une question de névrose.
et il y a aussi ce que j'ai senti chez lui, car je n'aime jamais sans qu'il y ait quelque chose qui y réponde en face. Sauf que pour lui, ça a dû être fugace, sans grande importance… une forme de sincérité sur le moment, mais pas au point d'aller plus loin.
il y a effectivement toujours une dynamique dans l'amour. si l'autre est totalement indifférent, on arrive plus facilement à faire le deuil. Outre le fait que quand on est amoureux on a tendance à interpréter tout signe dans le sens que l'on veut, il y a bien l'autre qui rentre en jeu dans la situation.
Après si c'était fugace ou pas, peut être que oui, peut être que non. Que ça soit fugace de l'autre coté indique peut être qu'on s'est fait des illusions. Mais une fois le deuil fait on s'en fout de la place qu'on a tenu dans la vie de l'autre. l'important c'est la place qu'il a tenu dans notre vie.
"Et comme l'espérance est violente" ; mais l'espérance est bel et bien violente, c'est vrai aussi ! Surtout quand ça nous quitte… ).
l'espérance est violente quand elle nous quitte parce qu'on ne peut plus éviter le deuil, qui est certes douloureux mais nécessaire.
#1290374
Je voudrais ajouter l'idée de Sandstorm sur la disparition de l'espérance. Quand elle s'en va, elle laisse une sensation tellement cruelle. Car avant, on s'était appuyée sur elle pour survivre, vivre. Elle est comme un séraphin, un tuteur, une béquille qui nous a bercés. Une illusion, peut -être. Comment dirais - je? On était peut - être en dépendance affective d'elle?

Et puis, la désillusion pour l'autre, et pour nous-même, c'est très brutal, fort, mais réaliste.

Oh telle cruelle ce départ de l'espérance. Nous, restons seuls, il n'y a plus rien. Ni espoir, ni désespoir, un vide total.

Nous, restons, avec nous-même. Avec les souvenirs qui s'éloignent petit - petit aussi.

Je me suis dis que ce n'est pas maintenant un cauchemar que je suis en train de vivre. Mais que mon histoire de 4 ans a été un rêve, un rêve long à la fois fugace. Et que maintenant je me suis réveillée.

Je continue ma vie, en gardant en tête le souvenir de ce rêve fugitif.

Et comme ça, je suis en quête de nouveaux présents. Un pèlerinage envers le monde extérieur et envers mon monde intérieur aussi.

Je ne veux pas que mon homme dans l'avenir paiera le pot cassé de mon rêve. Pour ça, je dois travailler sur moi-même pour avoir vraiment la paix, l'équilibre et l'harmonie, et amour sain, solide, nourrissant :bisou:

Un bien-être, être bien dans la peau et dans ses baskets quoi.

Et d'abord, c'est la quête de bon job maintenant pour moi.

Demain matin j'aurai un entretien avec une bonne agence de voyage au Viet Nam ;- ) On croise les doigts pour que je puisse partir bosser avec eux, et faire un bout de belle aventure avec cette agence pendant 6 mois, j'espère, j'espère :lol:


Allez hop, les amis, bonne belle journée à vous.

Il fait super beau à Aix ce matin. Je suis allée au marché, puis j'ai pris du thé avec de croissant avec un mec sur adopte qui bosse dans l'architecture. On a bien discuté sur le concept d'architecture et le gîte qu'il est en train de taper en montant les effets de théâtre dans la maison.

C'était intéressant les rendez-vous avec les gens pour discuter sur les choses qui me suscitent la curiosité. Je me cultive de cette manière. Bien sur, le mec il me plait pas sur le plan d'amour, mais c'est sympa de voir les gens qui nous apportent et nous apprennent quelque chose.

:bisou:

Et normalement cet après-midi je devrai faire de la moto avec un mec.

J'espère que ce plan n'est pas annulé à la dernière minute.

Et ce soir je recevrai les amis à D. et à moi à la maison. Je leur cuisinerai des plats végétariens, genre des pâtes avec des légumes sautés, oeufs aux herbes vietnamiens, et noix de coco caramélisé.

J'ai eu D. au téléphone pour parler de papier edf et de Pitou. Une petite boule dans le ventre. Mais je gère. Il va déménager définitivement à la fin d'octobre . Cet appartement sera rendu à ce moment là.

Fini une page dans la vie.

Allez, beaucoup de belles choses nous attendent et nous invitent à leur faire de rencontre.

Chuis rayonnante, et doucement en paix avec tout, surtout avec moi-même.

Bisous gros fabuleux. :bisou:
Lavieenrose123, sandstorm ont aimé ça
#1290375
Oui, Sandstorm : "
l'espérance est violente quand elle nous quitte parce qu'on ne peut plus éviter le deuil, qui est certes douloureux mais nécessaire."

Ceci est très juste, car l'amour et l'espérance sont de puissants ressorts, de vrais moteurs qui aident à vivre… et bien sûr que quand on peut éviter le deuil, on l'évite, mais en effet, ça a un coût, celui de bloquer plus ou moins sa vie (une de mes hantises : être avec quelqu'un d'autre et retrouver cet homme… dans ce cas, j'aurais peur de faire souffrir plus que de souffrir).

Je vais tout de même essayer de donner une vraie chance à quelqu'un (région toulousaine), au lieu de balayer d'un revers de main comme j'ai trop tendance à le faire.

Et sinon, m'a interpellée ceci que tu dis :
"Après si c'était fugace ou pas, peut être que oui, peut être que non. Que ça soit fugace de l'autre coté indique peut être qu'on s'est fait des illusions."


C'est de ça qu'il faut que je sorte, mais en plus de l'infinie tristesse (qui est presque une tristesse de vivre… ), accepter que mon intuition était fausse (alors qu'en général, mon intuition est ok). Du coup, écouter quoi ? Un mélange de raison et d'intuition ? Difficile de faire la part des choses, et quand on est dans l'état amoureux, on fait souvent passer l'intuition et l'irrationnel pour du raisonnement convenable, disons qu'on habille l'irrationnel de raisonnable, donc difficile d'y voir clair…
SpoilerAfficher
à part ça, un Xième RV dentiste cet aprèm, car il y a eu un total de 6 dents sur lesquelles il a fallu intervenir, et ce n'est pas fini, car j'ai des réparations anciennes qui ne sont plus étanches, et il y a à tous les coups encore d'autres dégâts à tenter de récupérer…
Bises :bisou:

@Miu : énormes bisous :bisou: , je me prépare pour ce RV dentiste, te fais une réponse dès que possible, en tous cas, je croise les doigts pour ton stage dans l'agence de voyages : quitter la France pour quelques mois t'aidera, je pense, à mieux passer le cap !
#1290378
Oh que oui quel puissant ressort cette espérance, ça aide à vivre, ou plutot comme l'a très bien dit Miu ça aide à survivre, à esquiver la tristesse mais ça a un coût.
J'aime beaucoup ta description de la disparition de l'espérance Miu, ça a du lyrisme, un élan poétique, sombre certes, mais c'est tellement bien dit ;) Rien à voir avec mon mode d'expression qui est plus "british", terre à terre, sec. :lol:
accepter que mon intuition était fausse (alors qu'en général, mon intuition est ok). Du coup, écouter quoi ? Un mélange de raison et d'intuition ? Difficile de faire la part des choses, et quand on est dans l'état amoureux, on fait souvent passer l'intuition et l'irrationnel pour du raisonnement convenable, disons qu'on habille l'irrationnel de raisonnable, donc difficile d'y voir clair…
c'est le plus dur à accepter: que notre intuition nous a conduit à l'erreur.
pourtant on a droit à l'erreur (et en plus on ne peut même pas parlé d'erreur à proprement parler dans le domaine amoureux). Alors des fois on s'obstine à vouloir croire à une histoire, histoire de ne pas accepter qu'on s'est "trompé". Sois douce avec toi même ;)
Dans la vie on essaye, on réussit, on échoue.
De façon générale l'intuition revient une fois que le deuil est fait. d'ailleurs c'est comme un cercle vicieux mais on s'en sort petit à petit. Faut être patient.

Je croise aussi les doigts pour ton stage Miu et pour ton rdv avec le dentiste LVER

Des bises
Lavieenrose123 ont aimé ça
#1290384
sandstorm a écrit : 04 sept. 2018, 14:01 Oh que oui quel puissant ressort cette espérance, ça aide à vivre, ou plutot comme l'a très bien dit Miu ça aide à survivre, à esquiver la tristesse mais ça a un coût.
J'aime beaucoup ta description de la disparition de l'espérance Miu, ça a du lyrisme, un élan poétique, sombre certes, mais c'est tellement bien dit ;) Rien à voir avec mon mode d'expression qui est plus "british", terre à terre, sec. :lol:
Merci pour ton compliment ^^ Je porte le regard sur moi-même, j'écoute l'intérieur de moi pour comprendre ce processus de l'espérance.

Le poème d'Apollinaire, j'ai aimé tant. C'est ce poème qui m'a poussé à me précipiter au pont Mirabeau dès les premiers jours, la première fois que je suis allée à Paris. J'ai aimé Paris parce que là bas, sur ce petit pont vert, il y avait un jeune Apollinaire qui écrivait cela, sur l'amour, sur la fugacité du temps, de la vie, de l'homme. Et puis, maintenant, c'est sur l'espérance et sur l'atrocité de sa dégradation que j'ai senties, à peine, mais profondément...

Tu sais, j'aime beaucoup ta façon d'exprimer. Elle est juste, elle attaque la problématique, et elle montre ce qui se cache sous la peau :F C'est comme j'aime lire Camus, un Camus poétique et philosophique, médité et romantique. Et puis j'aime aussi Kundéra, un vieux malin, lucide, des fois aigre, mais très intelligent, très juste, et plein d'analyses intéressantes.

Je les aime ces deux écrivains :F


Je voudrais aussi ajouter quelques réflexions concernant la question de l'intuition dont Vieenrose a parlé.

Moi, je suis pareille, je réagis énormément selon mes intuitions, mes premières impressions sur des sujets, des choses, des gens, surtout pendant mes voyages toute seule. J'ai la grande confiance en mes intuitions qui m'ont trompée rarement.

Je pense que sur le plan sentimental, il vaut mieux écouter et réagir selon ses intuitions car c'est instinctif, naturel. Même si ton intuition pourra t'amener à un échec, ce qui est considéré comme "une erreur". Réagir selon ton envie, selon ton intérieur te le dit, reste pour moi, une sorte de fidélité à soi-même :F

Il y a 4 ans, mon intuition m'a dit que D. et moi, on est pas compatible. J'ai écouté cet intuition qui me dit une vérité, mais qui ne m'empêche pas de vivre notre histoire :F Et j'ai jamais regretté de l'avoir vécue. Même si elle a été très mal finie :F
Lavieenrose123 ont aimé ça
#1290388
Eh ben Miu tu m'étonnes beaucoup: devine qui est mon auteur préféré? Camus !!! J'aime aussi Kundera, son coté un peu sombre, aigre, mais Camus a aussi ce coté (notamment dans "La Peste" et L'étranger"). J'aime beaucoup aussi les auteurs anglophones, je lis beaucoup en anglais (Steinbeck, Becket, Twain pour ne citer que quelques uns). J'ai un petit faible pour Ionesco aussi.


Ton exemple pour l'intuition est très bon. Il y a une différence entre intuition et connaissance: à l'époque tu sentais que vous n'étiez pas compatible, aujourd'hui, (parce que tu as testé, essayé, expérimenté), tu le sais. ;)
Kael, Lavieenrose123 ont aimé ça
#1290808
Voilà, voilà, j'émerge un peu de ces derniers temps très occupés....

En ce qui concerne l'intuition : oui, je pense finalement qu'on peut, et même qu'on doit l'écouter dans la plupart des domaines, et surtout quand elle est négative : ne pas "y aller".

Maintenant, dans le domaine sentimental, c'est plus délicat : si l'intuition est négative, sans doute éviter et si on "y va" quand même, savoir que la relation ne durera sans doute pas...
Si elle est positive, ça ne garantit rien du tout non plus... (c'est ça que j'ai du mal à admettre, mais c'est ainsi... ). Cela signifie probablement qu'il y a une compatibilité, mais pour autant, cela ne suffit pas à donner la volonté de construire de part et d'autre, etc... Il y a plein de paramètres qui entrent en ligne de compte, au-delà de l'intuition qui nous dit que oui, il y a compatibilité. Savoir que cette intuition, ça ne suffit pas...

Bises en cette belle journée :bisou: !
#1290850
Non, c'est clair que l'intuition ne suffit pas, mais au moins elle fournit un premier paramètre quoi. Après la première impression de l'intuition, c'est le temps et la nature des choses qui révèlent la vérité :F :-Blue :-Blue :bisou:

Mais si l'intuition te dit "non", tu y vas quand même. C'est à dire t'as déjà de la force, une obstination et du courage en imaginant déjà les conséquences de résultat "non". Si tu arrives à assumer ces conséquences, tu pourras y aller quand même ^^

Voilà c'est ce qui m'arrive quand mon intuition me dit "non" et que j'y vais quand même tout en prévoyant les conséquences que j'estime pouvoir assumer :mrgreen:

Bisous gros fabuleux ma belle Vie en rose
Lavieenrose123 ont aimé ça
#1291341
Voilà, ça fait trois semaines que j'ai démarré la dernière étape de ce deuil, que j'ai finalement fait par petits bouts… et pourquoi ? Tout simplement parce que c'est moins brutal que tout d'un coup, mais bien sûr, maintenir un petit peu d'espoir bloque toute vie sentimentale. Et six ans, c'est long...

Est-ce à dire qu'à présent, je me sens prête pour tenter à nouveau ? Ben non, parce que justement, ce deuil de plus est le deuil de trop…

Mais c'est drôle car juste après cette "relation flash éclair" (celle que j'ai mis 6 ans à "boucler dans ma tête" :scream_cat: ), j'avais eu une relation plus longue avec quelqu'un, très chaotique aussi, mais là, j'ai fait le deuil et tourné la page plus vite. Disons qu'étant allée alors au bout de l'histoire, je savais que ça ne fonctionnerait pas, mais même sans réel sentiment amoureux, cela a été un deuil aussi.

Bref, ce que je trouve difficile, c'est de me dire, si je démarre quoi que ce soit avec quelqu'un : "bon, ben… faut se préparer au deuil, comme d'hab, quoi !". Et ça, ça fait que je n'ai pas du tout la disposition nécessaire pour tomber amoureuse, forcément…

Bonne journée à toutes et à tous ! :bisou: :bisou:
PS : au moins, la tristesse profonde a disparu, je vis plus le moment présent, c'est le mieux pour ne pas dégringoler, et oui, me forcer a été la solution par moments, me forcer pour le sport par exemple…
#1291352
Coucou Lavienrose.
Mais pourquoi te préparer d'office à un deuil probable si tu démarre une nouvelle relation ?
C'est un peu comme essayer de se préparer en avance au deuil d'un proche pendant une longue maladie, c'est ce couper un peu de l'instant présent en anticipant quelquechose qui si il doit arriver arrive de toute facon.
D'ailleurs tout comme pour un deuil comme expliqué au dessus, quoi que l'on en dise et quoi que l'on fasse, on n'est jamais préparé.
#1291393
@Sébastien et Sandstorm : Le deuil de suite, bon : parce que c'est ma nature tourmentée, depuis toujours, de démarrer quelque chose avec l'intuition juste que ça n'allait pas fonctionner, parce que ce que je sentais qui "clochait", effectivement, se vérifiait.

Mais là, pour la première fois, j'étais sûre et certaine, sans angoisse par rapport à cette intuition, et je me suis AUSSI plantée !
SpoilerAfficher
J'ai une intuition anormale : le premier très grand amour de ma vie est décédé assez jeune, d'une façon "anormale", et je l'avais pressenti aussi, sa maladie (une maladie rare) ; donc par rapport à cela, j'étais très angoissée, je sentais qu'il fallait faire très vite, que le temps était compté et j'avais tristement raison d'ailleurs. Souvent, on dit qu'il faut prendre son temps, mais pas toujours…
Alors voilà, je vois mal… à moins d'une relation si tiédasse que oui, je me ficherais bien d'un deuil à faire ou pas. Enfin bon, c'est encore cette question de l'intuition qui n'en finit plus de me perturber…

Enfin, de toutes façons, on ne programme pas le sentiment amoureux, tout juste peut-on se dire : "Mince, je suis tombée amoureuse au mauvais moment de la bonne personne" ou bien l'inverse ou que sais-je… Mais si seulement c'était si simple, se dire : "tiens, celui-ci m'a l'air ok, sérieux, etc.. donc ça va le faire !". Cela, je l'ai testé et le déconseille, surtout aux passionnés authentiques, car ça fait des dégâts et non, l'amour ne vient pas tout seul avec le temps, s'il n'est pas là dès le départ, en tous cas, pas chez moi !


@Albane : aïe, aïe, aïe… je lis et relis la citation de Kant, mais je sais pas, j'ai un mal de chien à la comprendre ! Je la trouve très difficile, trop abstraite peut-être ?
SpoilerAfficher
En plus, je n'arrête pas de voir, sur le côté droit, Pierrot Lunaire avec sa photo qui change sans cesse :smile_cat: ! ça n'aide pas à la concentration !!
Sinon, à propos du deuil, dans un couple, c'est toujours lié parce que même si ça dure une vie entière, ben… l'un des deux part avant l'autre, en principe, et rien que ça, ça m'angoisse, et je trouve normal d'être angoissé par cette question. Si on veut : seul, on est confronté à sa finitude, mais à deux, à la sienne + à celle de l'autre, donc c'est doublement angoissant.
D'ailleurs, pour cet homme dont j'ai "fait le deuil"(ou plutôt le deuil d'une relation qui reprendrait vraiment, à l'endroit où on l'avait laissée, quelque part, dans le tout début de quelque chose… ), mais cet homme que j'aime toujours au fond, ma plus grande préoccupation à son sujet, c'est qu'il aille bien et soit en sécurité et en bonne santé. Surtout qu'il soit en vie ! (même si lui se fiche de savoir comment moi je vais… )
#1291394
Lavieenrose123 a écrit : 17 sept. 2018, 22:59

Sinon, à propos du deuil, dans un couple, c'est toujours lié parce que même si ça dure une vie entière, ben… l'un des deux part avant l'autre, en principe, et rien que ça, ça m'angoisse, et je trouve normal d'être angoissé par cette question. Si on veut : seul, on est confronté à sa finitude, mais à deux, à la sienne + à celle de l'autre, donc c'est doublement angoissant.
Coucou LVER, c'est drôle que tu parles de ça.
Qu'est ce qui t'angoisse, au fond? Que l'autre parte avant toi, ou que toi tu partes avant et le laisse seul?
C'est quelque chose qui me travaille pas mal en ce moment, et j'avoue que dans un cas comme dans l'autre, c'est traumatisant. Mais la perspective en tout cas de ne pas "finir" seul(e) est plus jolie que l'inverse, je trouve.
#1291395
Oui, Elieza, c'est quelque chose de très angoissant, je trouve, même si je connais des personnes qui semblent très bien vivre après le décès du conjoint/de la conjointe, alors que l'amour était sincère une vie entière (des personnes plus âgées, une génération au-dessus… ). Cela m'étonne et me surprend…

Et je pense aussi que je ne peux aimer qu'une personne ayant également ce type d'angoisse (genre "comme ça, on se comprend" :smile_cat: ). D'ailleurs ça va loin, des fois, chez moi : quand les gens parlent peu à pas, ça me donne l'impression qu'ils sont morts. Si je fais un message à une personne qui m'est chère et que je n'ai pas rapidement une réponse, je me dis "ça y est, il est arrivé quelque chose de grave", etc... Donc en ce moment, j'apprends à me détacher, à "m'en foutre" davantage, mais ça ne marche pas tout le temps avec tout le monde !
SpoilerAfficher
Mais enfin malgré tout, de mon point de vue, rien de pire que le fameux SR, sauf si on veut tuer l'autre, au moins symboliquement. Il faut toujours se parler, surtout dans un couple, jusqu'à ce qu'on trouve une solution et que ça aille. S'il y a un SR, pour moi, cela signifie que l'autre m'a "tuée", et donc, la fin de la relation
Mais toi, qu'est-ce qui fait que ça t'angoisse ? Enfin, je pose la question, mais je pourrais tout aussi bien me la poser, et d'ailleurs, oui, cette angoisse me semble normale et légitime, du moment qu'elle ne "dévore pas" la relation, bien sûr !
#1291397
Ah, je suis pareille pour les gens qui ne répondent pas. Ou sont trop taiseux. Ca m'angoisse, déja, mais ca me fout en rogne. Parce que j'aime la parole, la vraie, celle qui dit qu'elle aime, ou qu'elle déteste, qu'elle est joyeuse ou en colère, vexée, mais pas le silence. Le silence, comme tu le dis, c'est la mort.
J'ai aussi dans mon entourage des personnes "agées" ayant passé une vie avec l'autre et qui vivent "bien" la disparition de l'autre. La joliesse de leur vie commune pourrait être, a mon sens, un élément de réponse, comme une "reconnaissance" de toutes ces années passées ensemble, comme un "merci d'avoir été là avec moi, maintenant je vais vivre ce qu'il me reste à vivre sereinement, puisque nous avons fait la majeure partie du chemin ensemble" (ça reste mon ressenti :) ).

Et pour moi, pour te répondre, je vis un deuil blanc (je ne sais pas si ca te parlera vraiment, je développerai si besoin), en ce moment et depuis 3 ans, ma maman, et ça me bouffe.
Et aussi parce que je vis avec un homme qui a 8 ans de moins que moi, et que fatalement, je me pose la question de "l'après". Et que bizarrement, je m'inquiètes moins de moi que de lui.
Que fera t'il, quand je ne serais plus là? Tu vois, ce genre de choses (probablement égoïstes et auto centrées, mais c'est une vraie source d'angoisse chez moi).
  • 1
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 20