Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Lectures, sorties, films... Et toutes ces choses dignes d'intérêt...
par Kylian
#1303214
[@Num’ : La vidéo « les pieds dans l’eau » est très relaxante/apaisante… (Découverte la nuit dernière, et écoutée à plusieurs reprises avant d’aller dormir… Réels frissons dans la tête…) Atmosphère paisible… (La lenteur des mouvements et la douceur des sons - petits clapotis, etc. - y sont pour beaucoup.) Les plages photographiées sont superbes, d’ailleurs… Très belle, la petite chanson (al corazón de la tierra…) enregistrée, également... (Elle me fait un peu penser à celle-ci…) Je vous embrasse, toi et la gracieuse Vikky.
P.-S. 1 : Le clip associé au titre « Glu glu » est très mignon.
P.-S. 2 : Les sujets du bac de philosophie 2019 étaient très intéressants…
P.-S. 3 : Concernant le bac de français 2019, je ne sais pas si tu es au courant, mais il y avait un texte (« Destination : arbre ») d’Andrée Chedid, que tu aimes bien… Toutefois, beaucoup d’élèves ne la connaissaient pas et pensaient (en dépit du « e ») qu’il était question d’un homme, apparemment… Ils ont donc rencontré quelques difficultés lors de la « présentation de l’auteur » (notamment) … « Destination : rattrapage / Parcourir le bac / Se lier aux tables / Se mêler au stylo / Plongée [sic] au fond du gouffre / Pour au final avoir 0 » (Dixit un élève.) Je pense que les correcteurs feront preuve d’indulgence. Point positif : Andrée Chedid est désormais plus connue.]


Santana feat. Buika – Paraísos quemados

The Isley Brothers & Santana – Are you ready

Brad Mehldau – Proverb of ashes


Brad Mehldau – St. Mark is howling in the city of night

Peruquois – Be yourself

Peruquois – You are amazing


Avishai Cohen – Simonero

Guillaume Poncelet & Gaël Faye – Mon terroir

Ben Mazué – Nous deux contre le reste du monde


Oak – Run

East Love – Birds

Diogo Piçarra – Safe and sound


Josh Tobias – Summer thing

Aaron Nazrul – Daylight

The Beautiful Girls – Morning sun


Hearts & Colors – Lion

Zealand feat. Septemberkind – The present

Stu Larsen – Chicago song


Thom Byles – The great outdoors

Eyeclimber – The open road

Benjamin Francis Leftwich – Atlas hands


Angus Stone – River

Reddening West – Low moon

Rudderless – Home


Marti West – Feels like home

Oskar Schuster – Fjarlægur

Anatu – Bleach


Beauvois – Little lights

Ryd – Manie

Monsoonsiren – Tolerance
par Kylian
#1303452
* (Tentative de) slam (à peaufiner) * (Petit fond musical à imaginer…)


L’arnacœur


♪ Sous nos yeux défile une foule d’oiseaux dupés
Par un félin fou, féru de pipeau ;
Un fol escroc, maestro de l’appeau…
De son propre aveu, les dés sont bel et bien pipés…

***

Monsieur Félidé, compagnon de Capucine et père d’une petite Anémone,
Est passé grand maître dans l’art de jouer de la flûte piccolo…
Un petit instrument à vent qu’il manie périodiquement et comme personne,
Lors de ses sempiternels déplacements clandestins à Sololo.

L’énigmatique animal ithyphallique
Chérit les fameux milieux aqueux.
Équipé d'un bel organe encéphalique,
Il apprécie les chefs-lieux visqueux.

La silhouette sibylline de la nuit reflète radieusement les contours de ce noctambule
Au pelage « jaune pâle à marron chamois » … tacheté de rosettes aux couleurs du soir.
L’analogie s’avère claire à minuit, lorsque le quadrupède devient léopard noir…
Cette créature ténébreuse au regard farouche… qui s’épanouit dans le secret du crépuscule.

Prédateur solitaire, le fauve taciturne s’éclipse de sa tanière au soleil couchant…
Et parcourt la forêt, la savane ou le désert… à la recherche de divers mets fort alléchants.
Primate, cervidé, rongeur, impala, topi… Tout un chacun ferait bien l’affaire…
Car cet opportuniste lutte contre la discrimination alimentaire.

Lorsque la savane revêt son manteau noir, le faquin se délecte du frémissement des plus craintifs.
Sur sa mine réjouie, se dessine alors un sourire concupiscent…
Plus indécent encore, l’état de son corps… terriblement incandescent…
Lorsque la savane revêt son manteau noir, le petit coquin se révèle effroyablement créatif.

Roi de la feinte, ce félon use de stratagèmes vicelards
Pour leurrer le bon cœur des animaux de la brousse.
D’ailleurs, lorsque le fripon sévit, tous ont la frousse…
Et pour cause ! La faim justifie les moyens d’après ce léopard…

Excellent grimpeur, il flaire puis épie sagement sa cible du haut de son grand arbre verdoyant…
Avant de lui fredonner sa sérénade habituelle, sur un air de flûte enchantée.
Ce récital savamment orchestré contient moult rugissements, miaulements et gestes chatoyants…
Afin d’apprivoiser sournoisement la misérable petite gazelle tourmentée.

Une fois l’auditeur conquis, le pipeur jouit du festin sans piper mot.
Nul besoin de dépeindre ses frasques ;
Cette fresque pour le moins fantasque…
De surcroît, il faut se garder d’effaroucher la pudeur des petits marmots.

Toujours est-il que le sauvage sans scrupules fait des ravages…
Et commet nombre d’outrages plus que juteux dans les dunes.
En outre, l'ingénieux chasse les spectateurs de ses carnages…
Mais nous avons déniché un témoin fidèle : la Lune.

Selon ce bel astre, l'insatiable et cruelle panthère
Ne se lasse ni d’effleurer Iris,
Ni d’explorer le temple de Cypris…
Constamment, elle endiable la citadelle de Cythère…

Élixir mousseux ou nectar mielleux ?
Qu’importe… pourvu que le casse-cœurs ait l’ivresse…
Et divers en-cas ô combien moelleux…
… … … Que ce croqueur infâme meure d’une caresse ! ♪


Kylian, 29 juin 2019.
Modifié en dernier par Kylian le 30 juin 2019, 23:58, modifié 1 fois.
Sebastien1979 ont aimé ça
par Kylian
#1303670
Ô Nyx…


♪ Ô Nyx... Ô toi, ma déesse primordiale…
Si tu savais combien ta présence est vitale…
Quand Héméra revêt son pyjama bleu, toi,
Tu recouvres Gaïa de ton voile noirâtre…
Pour procurer du repos à mon corps d'albâtre.
Si tu n'existais pas, je ne serais pas moi.

Ô Nyx... Ô toi, chef-d’œuvre de Dame Nature…
Tu reflètes la perfection sans rature.
Sacrebleu ! Comment Chaos put-il enfanter
Un être aussi beau que toi, mon essentielle ?!
Ô Nyx... Ô toi, déesse providentielle…
Ta sublimité ne cesse de m'enchanter.

Ô Nyx… Ô toi, créature cabalistique…
Tu fleures bon le parfum de la Grèce antique…
Tes courbes fumeuses m’éblouiront toujours…
Ton aura mystérieuse est source d'ivresse…
Je m’entête à dénouer tes nombreuses tresses…
Dans le secret espoir de te percer à jour.

Ô Nyx... Ô toi, divine lanceuse de siestes…
Il est clair que tu brunis la voûte céleste.
Néanmoins, nombre de chemins sont éclairés
Par tes flambeaux sacrés : la lune et les étoiles.
Quand tu brilles de mille feux, tu te dévoiles…
Et tu guides bien des villageois égarés.

Ô Nyx... Ô toi, majestueuse créatrice…
De mes songes tu resteras la génitrice.
Lorsque tu sors du sommeil, je rejoins Pierrot...
Tout là-haut, sur notre Lune, on refait le monde…
Avec Colombine, une merveilleuse blonde...
Grâce à toi, Nyx, je danse aussi le boléro.

Ô Nyx... Ô toi, délicieuse plénitude…
Tu demeureras mon frisson, ma quiétude…
Dans tes bras, je doute de tout, je ne sais rien ;
Blotti contre toi, j'exhale la méfiance.
Blotti contre toi, j'incarne la clairvoyance ;
Dans tes bras, Nyx, j’entrevois tout, je ne crains rien.

Ô Nyx... Ô toi, ma belle antinomie chérie...
Tu demeureras ma muse, mon égérie…
Ô… Que tu sois refuge ou que tu sois danger,
Que tu sois brumeuse ou que tu sois lumineuse,
Que tu sois veilleuse ou que tu sois tourmenteuse…
Mon ange, je t’implore de ne point changer.

Ô Nyx… Ô toi, mon indéfectible insoumise…
Accepterais-tu de devenir ma promise ?
Tu figures ce joyau taillé dans l’onyx…
Comme lui, fée Nyx, tu resteras fantastique…
Je me prosterne devant ta grandeur mythique,
Qui, pour sûr, s’apparente à celle du phœnix.

Ô Nyx… Ô toi, chère déesse universelle…
Tu charmes le monde entier, y compris Lucelle…
Mais Hélios va bientôt poindre à l'horizon…
Il est donc l'heure de se quitter, jolie fée…
Fais de beaux rêves dans les doux bras de Morphée…
… Et n'oublie point que je t'aime… à la déraison… ♪


Kylian, 7 juillet 2019.


--- --- --- --- --- --- --- --- ---


Charles Trenet – Les chansons de la nuit

Francis Cabrel – Gardien de nuit

Salvatore Adamo – La nuit
par Kylian
#1304643
À Léo Ferré


♪ Léo, si la Grande Faucheuse a pris ton corps,
Au grand désespoir de Madame Poésie,
Sache une chose : tu survis dans nos décors.
Qui pourrait t’oublier, si ce n’est l’Amnésie ?!

Comment pourrais-je oublier ce super passeur,
Qui mit joliment la poésie en musique ?!
Des poètes tu fus le brillant défenseur.
Grâce à toi, Léo, nul besoin d'analgésique.

Selon toi, poésie et chanson vont de pair.
Tu célébrais Baudelaire, Rimbaud, Verlaine…
En prenant soin de ne point commettre d'impair.
Tes prouesses nous tiendront toujours en haleine.

Léo, tu fus cet interprète magistral…
Qui se révélait tantôt sensible et tragique,
Tantôt légèrement loufoque et théâtral ;
Tantôt calme et tendre, tantôt vif et caustique.

Ta verve subversive frappa moult esprits.
La satire, le sarcasme, c'était ton style.
Ton verbe mordant reste parfois incompris,
Ce qui provoque alors une réponse hostile.

Léo, les convenances te faisaient brailler.
Amoureux des mots, qu'ils soient hautement techniques
Ou populaires, tu t'en servais pour railler
Les bienséances qui te semblaient tyranniques.

Anarchiste, et ce, jusqu'au bout de tes cheveux,
Tu saisis résolument ta plume piquante
Pour vitupérer ton temps, puis clamer tes vœux.
Ta devise « Ni Dieu ni maître » est fort marquante.

D'aucuns te voient comme un merveilleux précurseur
Du rap et du slam ; comme un grand visionnaire
De Mai soixante-huit ; comme un beau bâtisseur…
Léo, tu symbolises l'Extraordinaire.

Avec le temps, ton caillou s'était dépeuplé.
Pourtant, de longs cheveux gris faisaient résistance
De part et d'autre de ton crâne dépilé.
Ta chevelure reflétait ta militance.

Inoubliable est ton sourire ricaneur,
Léo. Dans mes souvenirs, il laissait paraître
Tes ravissantes petites dents du bonheur…
Ta frimousse rieuse est source de bien-être.

Léo, les bas, tu les côtoyas fréquemment :
Les divers chants censurés ; les temps de disette ;
Le dernier soupir de Pépée, évidemment…
Tes maux préoccuperont toujours la gazette.

Tes mots, Léo, feront toujours battre mon cœur.
Je me souviendrai de ta plume dégourdie.
Tes mots, Léo, nous les chanterons tous en chœur.
When tu speak french, je frôle la tachycardie. ♪


Kylian, 3 août 2019.






--- --- --- --- --- --- --- --- ---


Arno – Dance Like a Goose

Arno – Santé

Arno – Oostende Bonsoir
Numéro 7 ont aimé ça
  • 1
  • 58
  • 59
  • 60
  • 61
  • 62
Retrouver son ex apres 4 ans

Il faut tenir le coup... Oui, c'est pas tous les j[…]

Comment l'oublier ?

l'imaginer dans les toilettes assis sur le tr&ocir[…]

A mon tour

Hello Janysse, merci d’avoir pris le temps d[…]

heu..... https://forum.jerecuperemonex.com/viewtop[…]