Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1333938
Coucou Janysse,

Je passe te faire un petit coucou de soutien .
Laisse la vague te submerger , elle ne durera qu'un temps , tu le sais .

Je ne crois pas,qu'il faut essayer de lutter .( même si tu as très envie de te battre et de la repousser car oui c'est une phase très désagréable ) .

Comme ton amie avait raison avec son " et moi je ne suis jamais partie en vacances avec des amis " ( chacun son chemin , vraiment , et aucun n'est davantage parsemé de roses qu'un autre ) .
Et non, ce travail sur toi de longue date n'a rien d'inutile ( on l'a tous remarqué ici ) .
Par exemple ( @IVV ;) ) une vraie control freak aurait provoqué une nouvelle rencontre / conversation avec l'ex , il faut une sacrée maturité pour ne pas le faire ( et une sacrée clairvoyance pour se dire " non je ne vais pas encore une fois prendre l'initiative , consacrer de l'énergie à ça " )

Bisous fabuleux :bisou:
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1333958
Coucou Selma,

merci beaucoup pour ton gentil message :)

Je sais bien qu'il ne faut pas lutter mais c'est difficile, je suis submergée par les obligations professionnelles, j'ai l'impression que si je craque je vais tout foirer. Aujourd'hui ça va mieux, hier j'ai passé la journée à regarder une série dans mon lit, soirée avec les copines, et c'était très bien. Je profite un peu de l'accalmie avant la prochaine tempête... Car il va bien falloir que je récupère mes affaires..!

Bisous !
#1333981
Hello Janysse.

J'ai découvert ton fil l'été dernier, au beau milieu d'une séparation douloureuse.

Depuis, je suis cette discussion de loin. Te lire, vous lire ici me fait toujours beaucoup de bien.

Je ne saurai te dire combien je comprend ce que tu ressens. Cette quête de l'amour, la recherche de "la" personne, l'incompréhension de ne pas la trouver, cette solitude, seul ou accompagné. Ces vagues qui submergent, ce temps qui ne passe pas.
Tout ce que tu décris, je l'ai vécu tellement.

Après cette rupture, j'ai rencontré quelqu'un, avec qui je viens, de nouveau, de me séparer.

Éternel recommencement.

Après la malédiction des trois ans, je suis victime comme toi de la première année.

Et le plus dur, c'est que les causes sont toujours différentes. Le seul point commun de tous ces échecs, ce sont mes choix.

Dès le début, ou très vite, j'ai systématiquement pu voir des choses, avoir des indices qui auraient pu m'alerter, et au lieu de ça, je fonce tête baissée, pensant pouvoir déjouer le sort, sauver la personne, aimer pour 2.

J'ai tendance à accepter la personne telle qu'elle est, quels que soient ses défauts, du moment que je reçois de l'amour.

Récemment, quelqu'un m'a dit de ne plus me rabaisser.. il ne suffit pas de m'aimer un peu.
J'ai besoin que cette personne me rende fier, m'inspire, et me soutienne, aussi, en retour.

Alors depuis cette rupture, et après la traditionnelle fuite en avant, phase down, je me relève (encore) et cette fois ci je vais vraiment poser les critères que je recherche chez quelqu'un. Et ne pas m'engager si la prochaine ne match pas. Et on verra.

Je ne sais pas si tu entends le sens de mon message, mais c'est peut être une piste à suivre pour toi? Avec un portrait robot de cette personne, tu la trouveras peut être plus facilement?

Je suis en tout cas de tout coeur avec toi.
Ps: il y a plein de choses géniales à Genève
Loserlover51, Eva ont aimé ça
#1333982
Frenchyy a écrit : 19 août 2022, 09:57 Le seul point commun de tous ces échecs, ce sont mes choix.
Pardon de m'incruster, le message est adressé à Janysse, mais lire cela me fait bondir: en quoi c'est des échecs?
Rares sont les gens qui trouvent au "premier essai" chaussure à leur pied, ça existe bien évidemment, mais c'est rare... Alors il faut faire des essais, pour trouver la bonne personne, ce n'est donc pas un échec mais un essai. En changeant de perspective, en de disant que se sont des essais, et non des échecs, ça change complétement la façon dont on voit nos relations passées: dire que c'est un essai c'est mettre l'accent sur tout ce dont nous avons appris de ces essais, on apprend ce que l'on cherche dans une relation, ce que l'on ne veut pas, ce qu'on peut tolérer mais sans plus, on apprend beaucoup de choses aussi sur nous, comment on fonctionne, comment on se lie avec autrui, comment on interagit avec autrui etc. Dire que c'est un échec ça met l'accent sur le résultat, comme s'il s'agissait de quelque chose d'arrêté, ça ignore le flux de la vie, les leçons qu'on apprend, à la dure parfois, nos progrès, nos hauts et nos bas...
miu, Janysse ont aimé ça
#1334085
Coucou tout le monde,

Quelques petites nouvelles. Je suis rentrée chez moi depuis une semaine, mes copines du lycée sont venues me voir, j'ai repris un rythme de travail (chez moi pour le moment, la bibliothèque rouvre la semaine prochaine), j'ai repris la méditation matinale. Ça va un peu mieux. Je peux passer des journées entières sans m'effondrer. Il me manque toujours beaucoup, mais ça devient un peu plus lointain. Ça fait quasiment deux mois depuis la dernière fois qu'on s'est vus.

Je suis très en colère. Contre lui, contre le monde entier, contre l'univers. Je trouve tout ça injuste. Injuste d'avoir eu à me reconstruire autant de fois, d'avoir eu aussi peu de répit, d'avoir autant souffert et de souffrir encore. J'ai toujours aussi peur de mes émotions. En début de semaine j'ai été foudroyée par un accès de larmes, j'ai pleuré pendant des heures sans pouvoir m'arrêter. Tout se mélangeait : la tristesse, le manque, la peur, et la colère. Depuis je dors un peu mieux, je me nourris même correctement. Je passe mes journées à travailler sur mon canapé, je regarde ma série le soir, boum je m'endors, fin de l'histoire.

Je fais des projets personnels : un séjour d'échange dans une université étrangère cet hiver, une inscription dans un club de sport, dans 10 jours je fais un concert avec mon groupe de chant. Je prépare les cours que je vais donner à la rentrée. J'essaie de remplir ma vie, de le faire pour moi, pour maintenant, même si la joie n'est pas vraiment là - je sais que la Janysse de dans deux mois sera heureuse et reconnaissante de tout ce que je fais maintenant.

L'angoisse des week-ends que j'ai connue une bonne partie de ma vie est revenue. Que diable puis-je bien faire le week-end maintenant que je n'ai plus d'amoureux ? Nous passions tous nos week-ends ensemble. Je travaillais de chez lui, on partait en balade, on regardait des films blottis l'un contre l'autre. C'est toute une vie à reconstruire. La tendresse physique, les câlins, son souffle chaud dans mon cou, me manquent toujours autant. Je sais que je l'aime encore. Pourtant si je le voyais, je lui cracherais au visage. (Bon pas vraiment mais c'est l'idée)

Je vais peut-être boire un verre ce soir avec une copine, rien de sûr. Dans tous les cas on se verra demain soir et dimanche. C'est déjà ça de pris. Sinon j'irai chercher un truc à manger et je regarderai une série. C'est le seul moyen pour tout couper, reposer mon cerveau et faire passer le temps. La semaine prochaine je repars quelques jours dans mon village cévenol, retrouver tous ces gens bienveillants et accueillants.

Je crois que c'est la part de moi qui veut survivre coûte que coûte qui est aux manettes maintenant. Elle fait toutes ces choses pour que je me reconstruise, pour que je retrouve de l'équilibre dans ma vie. Je la laisse faire, sans conviction - j'ai du mal à trouver du sens à ma vie en ce moment. Je n'ai pas envie de vivre cette vie privée de la joie de m'endormir le soir dans les bras de ce garçon, de faire des projets sans lui, de faire ce qu'on projetait ensemble, sans lui. Pourtant, la guerrière en moi fait tout pour, et je la regarde faire, désabusée - mais je la laisse faire. Je sais que dans quelques temps je me retournerai sur cette période et je lui serai infiniment reconnaissante. Pour ça, je la trouve forte et courageuse, et je l'aime.

Voilà l'état bizarre dans lequel je suis. Je me relève petit à petit, alors que je ne veux pas, je ne veux pas traverser encore tout ça. Pourtant, je le fais. C'est fou comme on peut résister à la vie.

J'espère que cette fin d'été est belle et douce pour toutes et tous
Je vous embrasse
miu ont aimé ça
#1334159
Hello,

Moment de down. Je pleure tous les jours depuis vendredi soir, je rêve toutes les nuits qu'on se remet ensemble. Je suis obsédée par son ex. Je pense tout le temps à elle, à eux, à tout ce qu'ils ont vécu ensemble (le décès de la mère de mon ex, 10 ans de vie commune, puis leur fille, sa grossesse, l'accouchement, l'hôpital). Et je me sens insignifiante.

Je n'aime pas ma vie en ce moment. Je ne sais plus pourquoi je fais ce que je suis en train de faire. Je n'ai plus d'enthousiasme pour rien, plus vraiment de joie à faire les choses. Lorsque je vois des ami-e-s ça me fait plaisir, mais c'est surtout pour ne pas être seule. Parce que ça y est, je me sens abattue par un sentiment de solitude. Je me sens seule tout le temps. J'ai l'impression que je vais moins bien qu'il y a quelques semaines. Je ne sais pas trop.

Une amie m'a conseillé de "parler à d'autres mecs" pour passer à autre chose. J'aime beaucoup cette amie, mais c'est un vrai beau conseil de merde.

Bref, ça fait à peine deux mois donc c'est très court. Mais ça passe si lentement. Je suis tellement fatiguée de traverser tout ça encore une fois. Je suis fatiguée de souffrir.
#1334160
Moment de down. Je pleure tous les jours depuis vendredi soir, je rêve toutes les nuits qu'on se remet ensemble. Je suis obsédée par son ex. Je pense tout le temps à elle, à eux, à tout ce qu'ils ont vécu ensemble (le décès de la mère de mon ex, 10 ans de vie commune, puis leur fille, sa grossesse, l'accouchement, l'hôpital). Et je me sens insignifiante.
pardon mais tu aurais voulu vivre un décès avec lui? :shock:
#1334161
Je pense que Janysse voulait juste dire qu'elle aurait aimer traverser les épreuves les plus difficiles avec son amoureux car peut-être pour elle ça est un signe de l'amour construit, renforcé, "pour les meilleurs et pour les pires".


En te lisant ce post, Janysse, je te comprends tout à fait. Vu que moi même, j'ai vécu presque les mêmes ressentis à l'époque de ma rupture.

C'est une déprime que t'es entrain de vivre. Pour t'en sortir, il y aura seulement du temps et ta force de vivre qui t'aident. La présence des amis amies, les nouvelles rencontres forcées, les conseils des gens...Tout ça est des éléments de l'extérieur qui peuvent t'apporter quelque chose. Mais pour te remettre vraiment, tu devrais compter essentiellement sur toi-même.

Tu vas t'en remettre, j'en suis sûre.

Essaie de ne pas t'infliger trop de souffrance.

J'allais vraiment mieux lors de mes beaux voyages dans les endroits insolites, de rencontres par hasard (pas forcées) avec les gens merveilleux qui sont devenus mes amies proches, lorsque je sais pertinemment que la vie est toujours belle, très belle, même sans mon ex.

Courage à toi.
in vino veritas, Mia76 ont aimé ça
#1334162
miu a écrit : 30 août 2022, 12:03 Je pense que Janysse voulait juste dire qu'elle aurait aimer traverser les épreuves les plus difficiles avec son amoureux car peut-être pour elle ça est un signe de l'amour construit, renforcé, "pour les meilleurs et pour les pires".
oui c'est ce que j'ai compris.
Mais le souci c'est qu'elle arrive au point où elle voudrait vivre un événement très difficile pour avoir le sentiment d'avoir compter pour lui.
pourtant ne pas avoir vécu un tel événement avec lui ne veut pas dire qu'elle n'a pas compté pour lui...
miu, in vino veritas ont aimé ça
#1334163
Coucou les filles

Oui je suis très déprimée je crois. Ça me fait peur, je vois ma psychiatre après-demain, j'ai peur qu'elle augmente encore ma dose de médicaments...
sandstorm a écrit :
Moment de down. Je pleure tous les jours depuis vendredi soir, je rêve toutes les nuits qu'on se remet ensemble. Je suis obsédée par son ex. Je pense tout le temps à elle, à eux, à tout ce qu'ils ont vécu ensemble (le décès de la mère de mon ex, 10 ans de vie commune, puis leur fille, sa grossesse, l'accouchement, l'hôpital). Et je me sens insignifiante.
pardon mais tu aurais voulu vivre un décès avec lui? :shock:
Non non !! J'ai juste l'impression qu'ils ont vécu tellement de choses ensemble, que leur histoire était tellement forte (même si chargée de trucs négatifs et toxiques) que de toute façon je n'avais aucune chance.

Mais en écrivant ça je réalise deux choses. La première c'est qu'il y a la déprime qui parle et qui me fait tout voir en noir. La seconde, c'est que c'est LUI qui avait fini par me donner cette impression, à parler d'elle en disant qu'elle était comme un membre de sa famille, que c'était 13 ans de sa vie, qu'il avait vécu toute sa vie d'adulte avec elle. Ce qui est strictement factuel a fini par m'abîmer à force de l'entendre. Et j'avais l'impression de ne pas faire le poids. Peut-être qu'il était devenu super toxique pour moi.
#1334164
Salut Janysse,
C'est leur histoire, ça ne te concerne en rien, tu te tortures inutilement et tu rajoutes de la peine à la peine.
Ton envie d'une longue histoire te fait dérailler, une personne qui est guérie de son ex n'en parle pas tous le temps, prend des précautions pour ne pas étouffer la nouvelle relation avec le prurit de celle qui vient(?) de s'achever.
Il a manqué de considération pour toi, il était centré sur son passé, il savait qu'il perdait ses sentiments mais en bon lâche (un homme quoi...) il t'a laissé le quitter pour ne pas avoir à prendre de décision.
Aprés ma longue histoire j'ai eu une aventure sérieuse avec une femme plus jeune, et elle ne supportait pas que mes relations soient cordiales avec mon ex, elle se sentait exclue et pensait ne jamais rattraper son "retard" d'intimité. Elle me pétait des boulons alors que j'étais en train de racheter le crédit de la baraque et de finaliser la séparation, j'étais trés amoureux mais j'ai fini par la jeter dehors, elle ne supportait pas mon passé, mais je ne pouvais pas le déconstruire ou l'ignorer. Je suis resté seul 2 ans ensuite. Je m'en suis voulu, ça m'a couté, elle m'a fait la misére, mais on choisi qui on veut être.
Et je ne voulais pas être à la merci des caprices d'une gamine mal torchée.

Ce qui ne coûte pas n'a pas de valeurs, donc on souffre, on se construit et on prend de la valeur à nos propres yeux.

Il est extrémement compliqué de prendre la suite d'une relation longue, pour la personne qui était en couple et pour le "nouvel" arrivant, ça demande beaucoup de discussion, beaucoup de courage de part et d'autre.
Le passé reste le passé et on ne peut revenir dessus, c'est se condamner au malheur que de se dire sans cesse "j'aurais du..." "j'aurais pu..."

Donc ton ex c'est un putain de lâche, et tu as pris un pigeon pour une colombe.
Loserlover51, Janysse ont aimé ça
#1334231
Bonjour,

Merci in vino pour ton message. Tu as parfaitement raison. J'étais au courant dès le début de sa situation et j'ai accepté, et nous en avons beaucoup parlé. Ça m'angoissait mais les choses étaient plutôt claires. Mais ce dernier mois et demi d'angoisse, plus rien n'était clair, et lui m'en parlait tout le temps, il a cru que j'étais sa psy.

Jusque là je continuais de le voir comme le type merveilleux dont je suis tombée amoureuse qui traverse des choses tellement difficiles le pauvre je vais être là pour lui. Mais en fait tu tapes juste, il a été égoïste et autocentré, comme les autres. Il a pris, pris, pris et n'a rien donné. Il s'est entièrement appuyé sur moi mais je suis à deux doigts de penser qu'il m'a juste utilisée comme béquille, et dès que ça allait mieux hop, ciao Janysse.

Sandstorm, je m'échinais à penser que notre relation était saine et jolie, et c'était le cas jusqu'en mai où tout a commencé à merder. Et effectivement, ce comportement - comme me comparer à elle - était super toxique. Je crois qu'il n'était pas prêt pour une relation saine, qu'il ne sait pas être autrement.

J'en ai marre, je veux être avec quelqu'un de courageux comme moi, pas un gros lâche...

Je suis dans mon village en Cévennes. Je suis entourée, ça me fait du bien Je me ressource un peu avant d'attaquer la rentrée.

Je vous embrasse
#1334234
Sandstorm, je m'échinais à penser que notre relation était saine et jolie, et c'était le cas jusqu'en mai où tout a commencé à merder. Et effectivement, ce comportement - comme me comparer à elle - était super toxique. Je crois qu'il n'était pas prêt pour une relation saine, qu'il ne sait pas être autrement.
quand on est amoureux on voit les choses avec des lunettes roses, y compris les travers de l'autre, on trouve toujours des excuses au comportement de l'autre...
après la rupture et même si on a des sentiments on commence à voir les choses plus froidement...
Il a commencé à te comparer à elle juste avant la rupture, quand ça n'allait plus entre vous deux?
#1334270
Au tout début il y avait des choses comme "ah oui une salade de pommes de terre machine en faisait des fois". Des trucs à la con, qui pouvaient m'échapper aussi. Et puis plus rien il me semble jusqu'au moment où il a vrillé. Là c'était le festival. "On peut aller plutôt dans un autre parc parce que celui-là on y allait tout le temps avec machine ?", oui bon ok... "Cette route ça me rappelle machine on la faisait tout le temps" euh ok mais on l'a faite tous les deux aussi des dizaines de fois depuis qu'on est ensemble non ?

Est-ce qu'en fait il a passé toute notre relation à nous comparer sans le verbaliser ? Il y avait aussi (dans les dernières semaines) des "Avec toi tout est tellement plus simple" "Avec toi on peut discuter" "Avec toi je me sens en sécurité" "Avec toi je vois un avenir bien meilleur". Mais bon c'était toujours en comparaison.

Rien que d'y repenser et de l'écrire j'ai envie de vomir, c'est hyper humiliant.

Aujourd'hui j'ai vu ma psychiatre. On augmente la dose pour 15 jours. Et "maintenant vous vous concentrez sur votre thèse, et vous vous construisez vous, vous êtes jeune ça va aller". Ah mais oui bien sûr, suis-je bête, pourquoi n'y ai-je pas pensé avant ? Maintenant je suis aussi en colère contre elle. J'ai peur, j'ai mal, j'ai envie de hurler. J'ai envie de savoir qu'il souffre, qu'il va mal. Que je ne suis pas la seule à être débordée par des émotions aussi violentes, que je ne suis pas la seule à avoir du mal à me replonger dans ma vie - que je ne suis pas la seule à ne pas aimer ma vie là maintenant.
#1334271
Rien que d'y repenser et de l'écrire j'ai envie de vomir, c'est hyper humiliant.
Oui je comprends ton sentiment.
Tu lui avais dit quelque chose là dessus? où bien tu n'avais rien dit?
Que je ne suis pas la seule à être débordée par des émotions aussi violentes, que je ne suis pas la seule à avoir du mal à me replonger dans ma vie - que je ne suis pas la seule à ne pas aimer ma vie là maintenant.
parce qu'il t'a largué ça veut pas dire qu'il ne souffre pas.

Mais plus fondamentalement la souffrance de l'autre ne va pas diminuer la tienne, au mieux si tu apprends qu'il souffre, qu'il va mal tu va ressentir une satisfaction à court terme mais ta souffrance ne va pas disparaitre par magie...
#1334288
Coucou les filles ( et le garçon ;) ),

C'était méga pas cool ces rappels permanents de sa vie conjugale , pas davantage les " avec toi ce sera mieux etc..." que les souvenirs qu'il voulait éviter d'ailleurs
Le gars était vraiment vraiment pas bien et pas sain hein. Pour avoir , dans une bien moindre mesure été dans les 2 rôles ( celle qui n'a pas fait complètement le deuil de sa relation conjugale et celle qui subit le non deuil - des whatmille relations précédentes :mrgreen: - de l'autre ) , je sais bien comme c'est destructeur ( pour l'autre , pour les fondations d'une nouvelle relation ).
L'Ex m'attribuait de façon manifeste des bons points ( " elle elle va au cinéma, pas comme une telle " : one point ; " super on a exactment le même salaire , on n'aura pas de jalousie comme avec mon ex femme ou ex numéro 4 " : five points ) et des mauvais points , de plus en plus alors que la fin se rapprochait :mrgreen: ( " au moins mon ex , elle ne faisait pas ci ou ça " : paf, quatre points en moins ) , Certaines de ces phrases étaient d'ailleurs prononcées s à haute voix ( avec le recul je trouve ça dingue d'ailleurs d'avoir supporté ça )

Je sais bien qu'on est toujours la résultante de son passé, dont on ne peut faire totalement table rase, mais là avec ton ex c'était vraiment chaud Janysse

Je comprends la colère, l'amertume etc...toutes les comparaisons malséantes que tu as endurées( y compris celles qui n'étaient pas verbalisees ,mais qui pesaient sûrement, intuitive comme tu es ) remontent à présent.
Pour avoir ressassé des mois et des mois de la colère, des mauvais sentiments, je comprends .

Courage à toi Janysse :bisou:
Allys ont aimé ça
#1334292
Coucou Selma

Je ne sais pas non plus comment j'ai pu supporter ça. Comment j'ai pu (encore putain) me laisser piétiner comme ça. C'est tellement dégueulasse de m'avoir traitée comme ça. Et moi j'ai accepté.

J'ai l'impression qu'une relation normale, jolie et saine est impossible. Parce que je ne choisis pas les bons, parce que peut-être j'en suis incapable. Je me sens un peu désespérée ce matin.
  • 1
  • 60
  • 61
  • 62
  • 63
  • 64
  • 65