Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1320791
etpourtant a écrit : 24 sept. 2020, 09:10
Celui qui a été acteur de ton malheur sera un jour le spectateur de ton bonheur... le temps est un excellent juge !
Et c'est comme ça qu'on reste planté là à attendre...
Surtout que la plupart du temps, "l'acteur de nos malheurs" n'en a strictement rien à battre de ce que l'on devient.... donc mis à part si tu deviens superstar du catch ou tueur psychopathe , ben il aura aucune info ...

Je pense qu'il faut arrêter les citations à part peut-être Veni, vidi, vici ?
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1320968
Oui c'est certain..

Les citations n'ont rien d'une vérité absolue, loin de là.. Je suis bien conscient de ça.
C'est juste que par moments ça "rassure" (si jpeux dire). (pas forcément que le "karma" s acharne sur elle mais plutôt que moi j arrive à être heureux et faire ma vie comme je l'aimerai).

Non je sais bien qu'elle en a rien à secouer et je me rend compte que parfois moi aussi.

Comme cyril, je fais (l'impression du moins) de faire mon chemin, tracer ma route, prendre du plaisir dans certains trucs, continuer à élever mes enfants, etc etc etc..

La colère, le dégoût, tout ça tout ça est encore présent (par moments). Par ce que j apprend, ses actions,... Et jme dit que je peux de toute façon rien n'y faire et chacun (elle comme moi) fait ce qu'il veut avec les enfants, notre vie,...

Niveau communication, il n'y a rien strictement rien. Bien qu'elle essaye (le strict minimum) moi j'y arrive pas.
Bien que ce que je voudrai lui dire ne concerne que les enfants, des choses qui me semblent importantes pour moi mais avec le temps et les actions ne le sont pas pour elle, alors à quoi bon..

Bref.. Go on.
#1321169
Hello les conseilleurs,

J'ai besoin de vos lumières, d'un (ou plusieurs) coups de pouce :p
Yoop yoop, encore moi .... :D

Comment fait-on pour se détacher ?
Comment on arrive à faire abstraction de tous "les malheurs/actions" subit ?
Il y a toujours une sorte de dégoût, haine, colère qui reste quelque part ... çà reste pour toujours ?


Je vous disais l'autre jour que je n'arrive pas à communiquer avec les mères des enfants ... et même quand cela ne concerne que les enfants.

Avant-hier, j'ai essayé ... j'ai écrit un SMS purement pour les enfants. Notamment comme quoi j'aimerai bien reprendre les enfants le lendemain à midi... sans réponse.
Pour sa défense et honnête, elle m'a demandé une fois des nouvelles, je n'y ai pas répondu.

Hier je me suis dit merde faut faire quelque chose (elle refuse que je reprenne les enfants à midi quand c'est sa semaine, ne veut plus signer la convention car pas de communication, ...). C'est sa semaine ok, elle fait ce qu'elle veut... là n'est pas vraiment le but du paragraphe.
Du coup, je lui écrit un SMS, qui a débouché sur un email de 40 lignes (pas toujours gentil), qui a débouché sur plusieurs pâtés de sa part pour après 50 minutes au téléphone, et finissant à s'envoyer des photos des enfants à 1 heure du matin.

Je suis pas (toujours) agréable dans mes textes, je le sais, parfois j'en suis conscient mais j'envoie quand même (sans pour autant être méga relou et horriblement cruel) je tente de me justifier en "lui remettant la faute dessus" (qu'elle est partie, que çà me fait changer, la voir différemment, haine, colère, bla bla etc etc)...

(Je dois souligner le fait que je ne parle plus d'évènements passés durant notre relation , je ne me justifie plus ou essaye de lui faire comprendre quelque chose). Ca j'ai essayé il y a des mois, je suis passé à l'après post-rupture.

Et je sais être "gentil", je le suis de nature, mais avec elle, j'arrive juste pas / plus, du moins pas autant qu'avec les autres.

Parfois, et généralement çà finit toujours "bien" nos discussions / échanges. En plein cammm de drogue, du coup çà doit aider, peut-être ...
Dès que je le fais, après, j'ai l'impression d'être con, le dindon de la farce, un "trop bon / trop con".
Je sais que c'est moi qu'elle a quitté, et non nos enfants.
J'ai souvent cette envie d'échanger avec elle, des trucs banals, photos, activités, devoirs, nouveautés, ... mais je le fais pas. J'arrive pas à cette finalité. Il y a toute l'histoire qui revient et m'empêche d'appuyer sur "envoyer".
Je ne trouve pas çà mal, car c'est ma semaine, mes souvenirs et que j'ai le droit d'en profiter seul. De même pour elle. Et je trouve pas çà bien, parce qu'on loupe la moitié de leur vie.

A chaque échange, il y a ce mini put*in d' """"espoir"""" ancré quelque part qui renait. Je sais qu'il n'est pas là, et que çà n'agit plus comme avant. Je veux pas. J'ai pas cette envie qu'elle revienne. Je ne ressent pas cette même sensation du "début" de la rupture. Mais il y a toute même quelque chose qui "bloque".
Je sais pas si j'fais çà (échange cordial et plaisant) parce que sur le moment çà fait du bien (d'avoir des nouvelles de mes enfants et même si il n'y aucune ambiguïté de sa part dans les discussions purement enfants, je sais pertinemment que çà fera mal après), si c'est pour elle que je le fais (pour lui donner un simple plaisir), pour tenter de lui faire regretter son choix (pourquoi ? l'égo probablement...), qu'elle voit "que je change" ou que moi je veux me voir changer (et agir différemment), que "tu vois il y a une complicité, on échange, on se parle bien", ...

Je sais pas ce que j'attend, rien. Je sais pas ce que j'espère, rien. Ca c'est dans le meilleur des mondes...

Et quand il n'y a pas d'échange, c'est pas forcement mieux, ni moins bien. Chaque coté à ses avantages / inconvénients; Principalement c'est le non-échange qui l'emporte parce qu'en général je m'en porte mieux.

Je sais que le mieux est de s'abstenir tous ce qui est extérieur aux enfants et se consacré uniquement sur eux et eux seuls. Mais j'arrive pas ..



Sinon la vie, çà va .. je ne me sens pas spécialement malheureux (ni forcement hyper méga heureux), ce n'est plus comme avant. L'habitude certainement ...
#1321323
Bonjour Speud,

"Comment fait-on pour se détacher ?
Comment on arrive à faire abstraction de tous "les malheurs/actions" subit ?
Il y a toujours une sorte de dégoût, haine, colère qui reste quelque part ... çà reste pour toujours ?"

Je ne sais pas si je suis forcément le mieux placé au vu des similitudes de nos situations, mais pour moi je ne fais pas abstraction des événements passés, ils restent toujours en tête, un peu enfoui, pas au premier plan, mais toujours là quand même. Avec le mauvais arrière-goût dans la bouche.
Ça me permet justement de garder cette distance nécessaire, de prendre des décisions et avoir des discussions que pour les enfants.
C'est même devenu une habitude maintenant, je ne répond même pas aux sujets..."comment vont tes parents?" "Ça va le boulot?" Et autre " holala, il pleut..."
Elle a très bien compris et ne semble pas se vexer outre mesure. De mon coté, je lui demande rien non plus bien sur.
Tant que je retrouve mes mômes à l'heure, en "bon état" physique et moral, le reste, je m'en fout.

Ce ne sont pas des conseils, c'est juste pour te dire ce qui semble fonctionner pour moi... ;)

Bon courage!
#1321432
Oui c'est un peu pareil..

On discute uniquement quand les enfants sont malades et organisation, ça va jamais plus loin (d'un côté comme de l'autre).. Mais même pas ça, j'ai dur.. Je le fais en me disant que c'est la meilleure chose à faire pour les enfants.
Je pense qu'elle ressent un peu ce côté froid, hésitant, strict minimum (même si parfois il y a un relâchement et que ça se details juste pour le plaisir de la discussion..).

Cette colère, haine, dégoût.. Oui ça aide à se détacher..


Demain, le rendez-vous fatidique pour clôturer et signer officiellement tout chez le notaire (maison, enfants)..
Un côté content, l'autre qui se dit "c'est fini" alors que ça l'est depuis presque 1an. 😕
#1321444
Salut Speud,
Comme tu dis, ce rdv "fatidique" n'est pas si important car ça fait un moment que c'est fini.
Par contre ça termine un tas de paperasse qui te permettront de te liberer l'esprit, d'avoir un peu plus de "bande passante"...
...et c'est là qu'il faut pas tarder à te refixer d'autres objectifs plus sympas, plus pour toi et tes mômes.
Ce genre de procédure ça reste quand même un aveu d'échec pour les 2. Sale moment à passer, pas forcément un soulagement.
Bon courage!
#1321496
C'est signé.

Non pas un soulagement en effet.., ni content ...
Je me suis effondré dans la voiture après la signature, coup de mou mais ça va passer.
Une fois à la maison et voyant mes enfants, çà change les idées et tout va.

La dernière "limite", étape à été franchie. Il n'y a plus rien, terminé.

Le livre est clos.

Strict (x5000) minimum avec la mère des enfants.
Passer outre, faire comme ci de rien n'était, être pote/pote, pardonner, accepter ... c'est juste impossible. Je peux pas, j'y arrive pas. Ca reste, c'est toujours là.


Les activités ou la vie, je vais continuer à avancer comme je le fais depuis des mois..
Le basket çà roule (entrainer/coacher mon fils est un pur plaisir et probablement une nouvelle passion en vue... je suis motivé avec mon équipe actuel c'est top), la muscu c'est toujours là aussi. Je sors, je vois des copains/copines, je prend du temps seul aussi c'est important.

Je peux re-attaquer les changements (déco, disposition, travaux, ...) dans la maison, maintenant qu'elle est à moi. Ca va m'occuper aussi.

Les enfants, je gère. Ils sont gâtés :p (jeux, surprises, tête à tête, cadeaux, ...)
Pas toujours simple seul avec les deux, surtout quand un est malade et qu'il faut quand même se démerder à tout faire.
Fort concentré sur le travail aussi ces derniers temps... faut s'occuper et ... de l'argent.


D'ici quelques semaines, je crains quand même une rechute émotionnel à l'approche des 1 an ... (la rupture, saint-nicolas seul, mise en couple de la mère, anniversaire du fiston, mon anniversaire, noel seul, nouvel an, "notre" anniversaire, le déménagement, ... sur 1 mois de temps...). :(
J'ai l'envie de transformer justement tous ces moments de m*rde de l'année passée en quelques choses de beau.. y a du taf ^^
#1322003
Salut Speud,

Je viens prendre des nouvelles moi aussi!
ça va bientôt faire un an pour toi depuis la séparation.
Pour moi ce un an m'a fait prendre conscience du temps qui passe. C'est pas rien un an, ça en fait du temps à se prendre la tête pour des trucs importants certes, mais aussi pour des broutilles, et surtout pour quelqu'un qui de toute façon n'apportera plus rien de positif...
Mais ça n'est aussi qu'une date ou une période comme une autre.
#1322043
Hello Cyril,

Oui bientôt 1 an ... qui va de même pour le 1 an avec le next c*nnard...
J'approuve le "quelqu'un qui de toute façon n'apportera plus rien de positif..." ... et je rajouterai "qui s'en contre fou totalement".

1 an pour voir qui elle est, ce qu'elle est devenue (de ce que je vois), bah ... on est loin, très très loin.
Ca ne m'empêche pas que j'aimerai qu'ils se cassent la gueule quand même... :)

Les petits trucs, çà me passe un peu par dessus...
les gros par contre...
Et les broutilles, que çà soit lui qui publie une photo d'elle ou elle qui publie leur photo de couple... çà fait mal. Même après tout çà.

Les discours qu'elle peut raconter aux enfants... décidément, nos valeurs s'éloignent de plus en plus.. Je ferai mon possible que mes enfants ne suivent pas ses traces et acquièrent mes valeurs (plutôt que les siennes... si bien que j'ai du mal en lui en trouver).

Pour l'organisation sur le long terme, j'aimerai changer les fêtes (noel / nouvel an), je devais les avoir cette année mais çà ne tombe pas dans ma semaine, alors je pensais switcher (pour plus tard, partir 1 semaine en vacance par exemple, moins de switch, moins de perturbations pour les enfants, etc etc).
Et donc me sacrifier 2 Noël d'affilé ... ou alors je fais le conn*rd, et je lui dis rien, je fête Noël cette année avec mes enfants et en 2021, on sait pas s'arranger, on continue l'alternance normal et j'ai mon 2e Noël d'affilé avec mes enfants.
DILEMME !

Pour l'instant, elle est en mode "j'envoi des photos, je donne quelques nouvelles par ci par là" ... j'ai fait de même pendant 2 semaines, mais c'est vraiment pas idéal; Je déteste lui répondre / écrire. Je veux pas l'aider, je veux pas la déculpabilisé (si bien que..), je veux rien d'elle. Mais je veux mes enfants alors c'est dur à savoir quoi faire...

1 an, 1 an seul, à se débrouiller avec les 2 loulous, à être présent pour eux, à leur offrir une "belle" vie.. Et moi, je gère, boulot, maison, enfants.
Je me sens meilleur, plus fort, fier mais aussi plus méchant, moins naïf, et tellement détruit (confiance envers les autres, etc etc).


Sinon ce confinement, çà tombe pas très bien ... :(
#1322045
Speud,

Un an déjà, un an seulement. Tes blessures sont profondes, elles ne sont pas encore guéries et c’est bien normal, mais tu as l’air d’aller mieux, même si tu reste focalisé sur ce next .

Je sais pour l’avoir vécu, (en tant que femme mariée, qui a été quittée par son mari pour une autre femme) que tu n’as jamais voulu de ça. Que tes rêves c’était d’avoir ta famille, avec toi, une maman et vos enfants, jusqu'à ce que la mort vous sépare. Et que la trahison, le divorce et la présence d’un beau-père ne faisait pas du tout parti du plan.

Je sais que dans ton esprit tu veux absolument que cet homme soit une créature monstrueuse dont tes enfants ne voudront jamais. Que tu espères (S’il devait parcourir un long chemin dans la vie de ton ex) que jamais tes enfants ne l’admireront, que jamais ils ne le regarderont comme une figure paternelle, et qu’il n’aura jamais aucune influence sur eux.
Et peux être même qu’une part de toi espère qu’il sera méchant avec eux, pour que tu puisse les sauver, les retirer à leur mère et en avoir la garde exclusive, et devenir leur seule figure d'attachement (que ça fait du bien)

Je sais que tu continues de refuser d’admettre qu’un autre homme puisse s’occuper de tes enfants avec bienveillance, et et qu’il est encore plus difficile d’accepter qu’un autre que toi aime tes enfants et, encore pire que tout, que ces derniers le lui retournent.

Il est donc plus facile (pour toi) de charger cet homme de tous les défauts du monde.
Cela te soulage probablement de l'imaginer en homme irresponsable, attiré uniquement par les charmantes fesses de ton ex. De voir en lui un homme mauvais, indigne moralement et intellectuellement, n'ayant aucune valeur valable à transmettre à tes enfants, et de faire de même avec ton ex qui ne peut qu’avoir changée totalement et être devenue une horrible mégère aveugle et stupide pour ne pas se rendre compte, qu’elle se contente d’un second choix. Qu'elle est devenue irresponsable, puisqu'elle ne voit pas que ta façon de vivre et tes valeurs sont meilleures que les siennes, et que ce type ne t’arrivera jamais à la cheville.

Je sais tout ça.

Mais la réalité, Speud que tu le veuilles ou pas, que tu l’acceptes ou pas, que cela te fasse souffrir ou pas, que tu trouves cela injuste ou pas, c’est que cet homme est celui que ton ex a choisi pour partager sa vie et donc celle de tes enfants (1 semaine sur deux). Et que s’il fait un long chemin dans la vie de tes enfants, ils s’attacheront à lui, ils le serreront dans leurs bras, il leur apprendra des choses que toi tu ne sais pas faire, leur fera découvrir des endroits ou tu n’es jamais allé, il créera des souvenirs dans la vie de tes enfants dont tu ne fera jamais parti, et qui n’appartiendront qu’a ton ex et lui.
Ainsi quelque soit la force avec laquelle tu rejette cette idée, d’une façon ou d’une autre, cet homme aura une place dans leur éducation, leur développement et leur construction, mais aussi dans leur cœur, car tes enfants seront élevés par lui aussi.

Alors tu as le choix.

Soit tu décides d’être un ex désagréable et conflictuel. Majoritairement en désaccord avec elle et lui sur ce qui est important pour vos enfants, leur reprochant leurs habitudes (que tu érige au rang de valeurs, comme s’il y avait une seule bonne façon d’élever les enfants : la tienne), allant à l’encontre de leur décision, cherchant par tout moyens détournés (pour ne pas passer pour le méchant) de grappiller du temps, et mettant donc tes enfants dans la position difficile de ne pas avoir le droit d’aimer et d’estimer cet homme et de se sentir heureux avec lui et leur mère. (S’ils sentent que c’est important pour toi qu’il le déteste, alors ils te diront ce que tu veux entendre pour ne pas te faire de peine, mais culpabiliseront de ressentir de l'affection pour lui).

Soit tu acceptes cette réalité : Cet homme fait parti de la vie de tes enfants. Tu apprends à lâcher prise, à mettre tes enfants en priorité. A accepter que ton ex aime qui elle veut tant que celui-ci ne nuit pas aux enfants. Tu acceptes, que ce qui aidera tes enfants à se construire, plus que des habitudes familiales, c’est qu’ils voient leurs parents heureux et que ce bonheur se reflète sur eux. Et qu’enfin, plutôt que d’espérer que tes enfants t’écoute toi plus qu’eux, tu devrais espérer que cet homme les aimera, et les aidera à grandir.

Je sais que c’est difficile. Mais tes enfants le valent bien.
miu ont aimé ça
#1322047
Bonjour, et merci pour ces nouvelles.

Je suis tout à fait d'accord avec Allys, et je rebondis sur ça:
Je me sens meilleur, plus fort, fier mais aussi plus méchant, moins naïf, et tellement détruit (confiance envers les autres, etc etc).
Meilleur, certainement, le temps fait son oeuvre et certainement que tu regardes plus à l'intérieur de toi.
Plus fort, fier mais aussi plus méchant: c'est là que je dis attention, parce que je sens toujours en toi ce désir de vengeance, ce désir de faire passer ton ex et son mec pour des cons auprès de tes enfants. Et ça mon grand c'est juste destructeur pour eux. Pour toi, ce que tu penses d'eux, c'est ton affaire, et tu as le droit de leur en vouloir. Le problème et c'est ce que je ressens depuis le début de ton affaire, c'est que les enfants servent de bouclier, de monnaie d'échange.
Tu te rends compte que tu en es déjà à te faire des films sur le noël de l'an prochain, où comment faire chier ton ex à un an d'intervalle ?

Là mon grand il y a du boulot, et vraiment c'est urgent que tu lâches du lest...

Offrir une "belle vie" à tes enfants avec tout ce que tu traînes de rancoeur....

Lâche punaise....
miu ont aimé ça
#1322054
Hey, c'est cool d'avoir des nouvelles.
Je rejoins un peu les autres sur le côté "tendu" que tu entretiens.

Mais par contre je comprend parfaitement l'indigestion du next, et malgré la démo d'Allys sur le sujet, je suis dans ce cas aussi. Je veux même pas en entendre parler. Je suis pas du tout réseaux sociaux, du coup je vois pas de photos ou autre. Je reçois quelques infos par mes mômes et c'est tout.
Je sais qu'il fait la cuisine, qu'il aide aux devoirs, qu'il s'occupe des mômes quand elle fait les courses, qu'il porte en rando... finalement des choses que je faisais aussi...
Et moi je fais tout ça, en plus de mon taf, des jeux, des tâches ménagères...
et surtout les vacances à 3, les bivouacs, les week-end picnic, les séances piscines, les nuits dans l'avion...
...et c'est des p'tain de bons moments! Et c'est dommage que mon ex ne connaisse pas ces moments là, seule avec ses gamins! Il y a toujours eu finalement quelqu'un avec elle.
Bien sûr les mômes passent de bons moments aussi, mais finalement c'est jamais "que" avec elle. ;)
#1323783
Coucou Speud,

Tout d'abord, sache que beaucoup ici comprennent ta peine et ta douleur.

Je penses que tu te rends compte qu'on ne peux pas s'oublier complètement et ne plus avoir d'autres centres d'intérêts dans la vie que sa femme et ses enfants, ce qui est déjà un grand pas.. je veux dire avoir cette capacité à la réflexivité et à analyser la situation. Cela ne va que t'emmener vers un toi plus juste. Cela dit, ne te flagelle pas non plus. On est comme on est. Tu sembles un homme honnête, loyal, qui fait de sa famille une priorité, ceci est un ensemble de grandes qualités. Et puis on a le droit d'être qui ont est et de garder quelques névroses :D ... Je connais des tas de couples qui disfonctionnent en harmonie et c'est très bien comme ça.

J'ai découvert quelque chose avec l'âge, que d'autres ne partageront peut être pas, mais je trouve cela assez juste pour la plupart des femmes : une femme a besoin, pour être rassurée d'un homme qui met des "stop", qui vit sa vie, qui a ses propres centres d'interêts. L'inverse vaut certainement cela dit... Dans le cas contraire, c'est super angoissant je trouve, d'être le pilier de l'autre.

Mais bon, tu sembles l'avoir déjà compris....

J'ai cru lire que tu n'y arrivais pas mais à mon sens, la seule bonne attitude est la "distance sympathique". Ne pas non plus être froid ou désagréable mais détaché et distant...

Et puis il faudrait aussi essayer de comprendre pourquoi tu n'arrives pas à "vivre" sans béquille ... et cette angoisse profonde qui fait que tu reportes tout sur l'autre. Après on ne change pas radicalement, et je pense que ce n'est pas la bonne tactic que de se dire "je vais devenir un autre ou l'inverse de ce que je suis", mais on peut, en comprenant, amoindrir ses "défauts" et réequilibrer sa vie. Mais c'est dur pour nous tous, tu n'es pas le seul dans ce cas <3
#1323963
Cyril au soleil a écrit : 09 janv. 2021, 13:19 Salut Speud,

J'espère que tu as profité des fêtes avec tes marmailles, que cette nouvelle année démarre sur de meilleures bases que 2020.
Hésites pas à donner des nouvelles!

A+

Hola Cyril,

Bah .... on va dire que la fin d'année fût catastrophique de tous les cotés.

Des soucis scolaires / comportements de notre fils à l'école (ainsi qu'à la maison) .... forcément, les fêtes lui rappelant probablement la séparation de ses parents ... l'absence de sa mère à son anniversaire, noel avec un seul parent, etc etc ...
Suite à çà, j'ai pris rendez-vous chez un psychologue pour lui. J'espère que çà lui fera du bien de parler avec une personne externe.

Méchant clash pour qui prend les enfants à Noël / nouvel an. J'avais le "pouvoir" de décider ... j'ai décidé, pour moi, en ne prenant en compte que mon avis, pour une fois.
Je les voulait au nouvel an pour 1000 raisons (Noël et les traditions familiales un peu bof bof, 1er Noel sans mon papa et donc soutenir ma maman à 100%, éviter les switchs tous les 2 jours, me reveiller avec mes enfants pour démarrer la nouvelle année, pouvoir fêter avec les cousins les années futures, etc etc etc). Je me sens bien avec ce choix, je n'éprouve pas de remords, çà me fait "bizarre" (et peut-être un peu de peine), mais je me suis choisi moi, pour une des premières fois, et çà fait du bien.
Bien sur çà allait contre le sens de madame...


Par conséquence, j'ai été privé de mes enfants à mon anniversaire (le 23 déc), même pas pu leur parler au téléphone. Après l'avoir supplié, mis à genou, .... bah non. De plus avec le confinement, .... tout seul. Une amie est venu 2h, un copain 1h. Et voilà.

Le dernier switch avant les fêtes, en face à face avec la maman (vu que c'était les congés pour les cocos et donc pas de possibilité de switch à l'école). Notre fille de 2 ans ne voulait pas quitter sa mère, en pleure / crise. "De force" je la prend et demande à madame de partir (!).
En attente sur le parking pendant 20 minutes, le temps que notre fille se calme, ... madame revient en me disant qu'elle peut la garder et que sa mère peut la garder le lendemain (!).
Heuu.... non. Je prend nos enfants pour "fêter" "mon" noël (le 28 déc !)... merde quoi !
Après un certain temps, j'arrive à partir (avec mes 2 enfants :p)

Comme l'année se finissait en semaine impaire ("ma" semaine), je les avait 2 semaines d'affilées, j'avais proposé de lui prêter les enfants le 2e weekend en échange de mon anniversaire, refus.

Elle a préféré me faire du mal (encore) et faire mal aux enfants (en leur imposant 14 jours d'absence)... parce que j'ai réfusé sa "demande" des fêtes... bah ok. Ca m'a juste montrer un peu plus ce qu'elle est / peut faire / devenu / ... .... berk !


Au réveillon, j'avais prévu et j'ai donc fait un mini voyage à la "montagne" (un "rêve" pour notre fils) en France. 1 nuit, dans un chalet, mes loulous et moi.
Un réveil mémorable. Une journée à la patinoire (1ère fois de leurs vies! Et ils ont sur-kiffés!), seconde journée de luge, bataille, marché de Noël, ....
(Un peu dommage de pas avoir réservé 1 heure de ski pour mon fils mais çà viendra vite :) )
J'ai envie de dire que c'était un de mes meilleurs moments de ma vie et je pense que çà l'est.
C'était génial.
Puis avoir les enfants 2 semaines d'affilées, une vie "semi normale", c'était agréable!
Les enfants n'ont eu aucun mal avec çà (ce qui me rend quand même triste d'avoir cette capacité à se séparer d'un des parents ... et un coté "content" que çà aille pour eux)
On s'éclate, le temps passe à une vitesse éclaire quand ils sont là.

Madame a demandé des nouvelles des enfants pendant 5 jours consécutifs (dont un message banal / bateau au nouvel an), au 6e jours, je lui ai juste écrit un "arrête, fiche nous la paix !".


L'anniversaire, les 15 jours, c'était de trop, une / deux gouttes de plus. Ca déborde, çà se noie. Je peux plus. Ni la voir, ni lui parler, ni rien.
Ca m'a éclairé sur la façon d'être, de faire par rapport à elle.
Je sais même pas comment elle a pu, comment c'est possible ... mais tant pis, c'est comme çà.


Sinon personnellement, montagnes russes je dirai ... entre le bien et le très mal.
J'ai parfois espoir qu'un jour çà aille vraiment. Je n'ai plus (l'impression) de vouloir un retour ou même une quelconque entente, je veux rien d'elle, mais cette vie, 1 semaine sur 2, c'est pas ce que je veux, je veux pas de çà. Je m'y fait (toujours) pas par rapport aux enfants.

Puis entendre des enfants "maman elle dit que tu voulais jamais faire du vélo par exemple" ... alors que c'est moi qui avait décidé d'acheter des vélos. Que j'ai fait + de vélo qu'elle. Ca me rend un peu dingue mais bon voilà, çà fait de moins en moins d'effet avec le temps...
Qu'elle se rassure comme elle peut, qu'elle cherche les excuses qu'elle veut... il y en a c'est certain, pour moi, çà ne vient pas de là, mais chacun sa vision des choses.


A oui, full changement dans la maison ! Nouveau style, nouvelles peintures, nouvelles dispositions de meubles, électricité, plafonnage, .... j'apprends beaucoup, çà occupe et çà ruine aussi ( :smile: ) mais çà fait du bien.
Je m'y sens "mieux" (bien qu'il y a tjr un fantôme par moments), mon chez moi à moi ... mais malgré çà, çà reste dur émotionnellement.
Je suis convaincu que je vendrai un jour. J'essaye, je suis patient de ce coté là.

Coté femme, c'est là que je vois à quel point je suis détruit. Je peux pas. J'en suis pas là. Le confinement n'aide pas et même si la solitude peut peser, et que j'ai cette envie d'avoir à nouveau "une famille", çà bloque.

Je lis de temps en temps le forum (sans y prendre part).. mais bon perso... je sais même plus quoi dire, quoi penser, quoi faire ... alors je m'abstient... et là encore, j'ai pondu un truc et y à 1 chance sur 2 que je le regrette tant çà va faire mal

Au feeling, même pas envie de me relire ^^
Modifié en dernier par Speud le 16 janv. 2021, 20:56, modifié 1 fois.
#1323964
HeloiseSophie a écrit : 09 janv. 2021, 18:15 J'ai cru lire que tu n'y arrivais pas mais à mon sens, la seule bonne attitude est la "distance sympathique". Ne pas non plus être froid ou désagréable mais détaché et distant...
Hello :)

Je sais pas faire le "distance sympathique" ... distance oui sans problème, la partie sympathique non. Alors maintenant, je m'abstient, c'est le silence.
Sinon désagréable, méchant, ... (je sais, c'est mal... mais c'est dur le coté "gentil, agréable, mouton, con, accro, pitié"... je me sens senti mal pratiquement à chaque fois quand c'était le cas). Bizarrement, je préfère le coté "méchant" et tuer tout espoir (pour moi).

HeloiseSophie a écrit : 09 janv. 2021, 18:15 Et puis il faudrait aussi essayer de comprendre pourquoi tu n'arrives pas à "vivre" sans béquille ...
Sans elle, c'est bon çà, j'ai compris, j'y arrive.
Avec mes enfants non. Mais çà, c'est mes enfants, la vie que j'ai voulu, avoir des enfants, h24 / 7j / 7... tout savoir, être présent, chaque mise au lit, chaque réveil, ... je trouve çà "normal" de pas être heureux sans eux. Ok ils n'étaient pas là avant, mais durant 5 ans çà a été comme çà et mes "valeurs" familiales fait que c'est difficile de s'en passer aussi longtemps (sans rien savoir, sans rien voir, ... le néant total).

HeloiseSophie a écrit : 09 janv. 2021, 18:15 et cette angoisse profonde qui fait que tu reportes tout sur l'autre. Après on ne change pas radicalement, et je pense que ce n'est pas la bonne tactic que de se dire "je vais devenir un autre ou l'inverse de ce que je suis", mais on peut, en comprenant, amoindrir ses "défauts" et réequilibrer sa vie. Mais c'est dur pour nous tous, tu n'es pas le seul dans ce cas <3
C'est pas vraiment une angoisse, c'est plus une vision de vie de "faire plaisir à l'autre" (tous le temps, dès que c'est possible, qu'elle choisisse, etc etc), ... et çà j'ai compris maintenant (qu'il faut parfois tenir tête, ne pas être d'accord, d'aller à contre sens, que dire "oui amen" à tous c'est ennuyant , ... ). Bon, de là à le mettre en pratique et dire que çà fonctionne, j'en suis loin :)

Le fait de s'oublier, reporter sur l'autre, .... y a tous les contextes autour aussi (maison, enfants)... maintenant que les contextes ne sont plus les mêmes (enfants "grands" et maison finie), bah je m'éclate moi, je sors, je voyage, je fais plein de trucs avec les loulous .... tous ce dont elle voulait, tous ce dont elle me reprochait...
Elle a pas voulu (attendre, discuter, ..) bah tant pis.. un jour je partagerais tous çà avec quelqu'un et en attendant je vis pour mes enfants et moi et adviendra ce qui adviendra.
Je profite avec eux au maximum et j'essaye tant bien que mal de passer mes semaines sans eux.
#1324638
Salut Speud,

J'ai relu ton message sur la période des fêtes et je suis vraiment désolé que cela se soit si mal passé... et ça fend le cœur de voir que les enfants trinquent pas mal. Vraiment désolé pour vous.

Je me posais une question et j'ai pas tout relu ton fil... es-tu divorcé? avez-vous signé une convention de divorce?

Sur cette convention, tu peux faire tout apparaître sur la gestion des gardes. Alors c'est sur que tu perds en souplesse au quotidien, mais ça pourrait éviter bien des discutions!

Quelques semaines ce sont écoulées depuis et j'espère que arrives à retrouver un peu de sérénité, même quand tu n'as pas les enfants... c'est une étape importante je crois. ;)
#1324733
On est séparé (non marié).
Oui la convention est signée depuis octobre. Quelques feuilles de papiers pour définir nos rôles de parents.

Et pour mon anniversaire ils étaient avec elle, donc OK, elle n'était pas obligé.
J'ai pas fait de crise, de montagne.. Elle a essayé de s'expliquer sur le sujet, j'ai coupé court.
Un premier anniversaire sans mes enfants, sans mon papa, en mode confinement. OK.
J'ai encaissé, je suis debout.
J'imagine que ça ne fera que m endurcir.

On a eu un rendez-vous chez ophtalmo avec notre fils. Toute la "famille" réunie. La petite était très contente de s'asseoir à côté de maman et de papa.. Notre fils, je sais pas trop comment il a ressenti ca..
Aucune discussion entre papa/maman, pas de regards, rien.
De bonne humeurs quand même, à jouer avec les enfants dans la salle d'attente, discuter avec eux.
Mais entre les adultes, le néant.


Et je compte bien me maintenir à ça, au silence.
Je fais ma vie, je créer ma vie de mon côté, avec mes enfants et je ne partage rien avec elle.
Je me sens bien avec ça.
Maman est partie, c'est son choix, c'est pas grave, on n'a pas besoin d'elle, on vie très bien comme ça.

Elle a fait la gentille ces derniers temps, quelques pas.. (suite au fiasco des fêtes)...
Mais je veux pas. Je veux pas être "embrouillé", risqué quoi que ce soit.
Je veux rien.

Les enfants vont bien.. Très bien même je dirai.
La faculté qu'ils ont à se séparer d'un parent 1 semaine sur 2 est "remarquable"..
  • 1
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21