Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
par Lea90
#1309325
Et donc, pour finir d’etaler mes états d’ame, sachez quand même où nous en sommes au bout d’un mois : 1) je lui ai écris en lui demandant de pas répondre : il a répondu. 2) je l’ai bloqué. 3) je l’ai débloqué : il m’a reproché de l’avoir bloqué (a la suite d’un message insipide et creux). 4) je lui ai posé la question suivante : « est-ce que tu pourrais me dire si j’ai fait quelque chose de particulier pour que tu me quittes ? » et il m’a PAS répondu (je sais via autre source qu’il a décrété qu’il avait pas l’intention d’y répondre parce que ça serait, je cite, « remuer le couteau dans la plaie »). Sommes nous d’accord que ça s’appelle de la stratégie de prise de pouvoir associée à une déficience en paire de... ?
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

par Selmasultane
#1309330
Bonsoir Léa,

Quelle stratégie de prise de pouvoir ? De sa part ?
Honnêtement je ne vois pas en quoi, non. Il n'a que le pouvoir que tu lui donnes, et force est de constater que tu es extrêmement obnubilée par ses agissements et que tu te fais du mal à toi même . C'est quoi cette autre source qui est au courant de vos échanges par msgs? Votre amie commune je suppose? Tu ne devais pas arrêter de la mêler à ça ?
Tu sembles croire qu'il a un but machiavélique, mais pas du tout à mon sens, il pense d'abord à lui . ( comme nous tous en réalité )

Tu le bloques, tu le debloques, c'est quoi la cohérence ?
Je ne jette pas la pierre, ce n'est que le premier mois .
Ça m'a pris 6 mois pour trouver la force de bloquer mon ex, et le fuir quand je le croisais , mais quand j'ai pris cette décision, ce n'était pas pour revenir voir ce que ça lui faisait deux semaines après, ça a duré 8-9 mois pendant lesquels j'ai fait le deuil tranquillou, eu une autre relation, vécu ma vie, apaisé mon chagrin,arrêté de le détester, repris confiance en moi et somme toute développé une saine indifférence à son égard.

OK ce n est pas cool de ne pas te donner d'explication, mais tu es sûre que tu en veux davantage ?d'expérience, et de ce qu'on peut lire ici, aucune explication ne te satisfera tu sais. Soit il t'impute toute la faute et ce n est guère apaisant ( personnellement c'est vraiment ce qui m'a traumatisée le plus , m'en prendre plein la tête , j'ai pleuré pendant des mois de sa violence verbale, de cette espèce de haine et de mépris froids ) , soit il te dit que tu es une fille merveilleuse et que c'est lui qui n'est pas prêt ( ce qu'il a déjà fait je crois ) , et ce sera hyper frustrant pour toi...enfin bref ça ne va faire effectivement que " remuer le couteau dans la plaie "...comme il le dit .

sinon j'ai bien ri de la clairvoyance de ton fils , ma fille , 8 ans l'année dernière, m'avait sorti des trucs incroyablement sensés .

courage Lea.
par Lea90
#1309334
Arf oui vu de l’extérieur ça paraît cohérent... mais il m’avait dit que si j’avais besoin d’explications, de discussions, bien sûr on parlerait. Sauf qu’il m’a quittée (par texto) en disant « tu sais très bien pourquoi je te quitte » (= pas prêt). Ensuite je lui ai juste envoyé UN message dans les jours qui ont suivi, message d’adieu auquel il a répondu (par un truc totalement neutre d’ailleurs, mais qui m’avait déjà bien secouée parce que je pensais qu’il respecterait mon souhait : « ne réponds pas stp car tu ne peux rien pour m’aider »). Et là son excuse avait été « qu’il voulait être gentil ». C’était pas gentil... et d’ailleurs je ne lui demandais pas d'être gentil. Ensuite je l’ai bloqué, a priori il n’a même pas du s’en apercevoir m’enfin j’ai juste dit « je t’ai débloqué » suivi de quelques échanges.

Non ce qui me choque c’est qu’il se soit juste permis de me faire un reproche avant de ne pas répondre à une question très très claire à laquelle il n’a jamais répondu très clairement. En vrai, si je lui ai posé la question c’est que j’étais capable et prête à entendre sa réponse (quelle qu’elle soit), dans l’optique d’avancer en ayant toutes les clés en mains parce que là ça fait un mois que je suis bloquée et que j’en ai ras le’ bol. Et j'étais aussi prête à ne pas avoir une réponse qui me satisfasse, mais au moins j’aurais eu l’impression de clore un truc. On s’est quitté par message, on s’est pas parlé au téléphone, bref un peu « la moindre des choses », après une relation d’un an et demi.

Ça n’aurait rien changé à l’issue, par contre ça change profondément l’image que j’ai de lui. Parce que ce truc de passer pour le « responsable » de l’histoire en décrétant quand il peut répondre ou non, moi je reste convaincue que ça reste de la prise de pouvoir. Et le flou qui règne sur le pourquoi du comment, bin ça l’arrange bien. Manière de me garder sous le coude.
par Lea90
#1309338
Et oui je suis bien d’accord que ce n’est pas du tout machiavélique, c’est juste très très égoïste et très très irrespectueux, au passage. Mais je le connais hein, si à un moment il décrète que « finalement c'était cool d’avoir du frisson et des émotions » il va revenir. Mais là j’intègre doucement mais sûrement que c’est vain, parce que c’est un type instable. Après tout il m’avait bien expliqué un jour que son confort absolu c’était d’avoir une femme à la maison (à laquelle il est pas attaché mais quand même ça fait de la présence) et des émotions fortes avec une maîtresse à côté. J’avais trouvé ça particulièrement chelou, mais visiblement c’était bien ça, son rêve... J’aurais du me méfier, mais bon ça paraissait tellement sorti de nulle part et déconnecté... et bon moi du coup je suis pas confortable hein, ça il en démord pas (PARCE QUE : attention, parce qu’on a des sentiments l’un pour l’autre et que je suis trop sensible => il me l’avait dit, mais lui il préfère vraiment quand il a pas peur de blesser l’autre, il préfère vraiment quand il s’en fout). Non mais c’est une catégorie humaine dont il faut admettre l’existence hein. Je capitule. Et la preuve : je suis soûlée, mais en plus ça y’est je ne m’imagine plus du tout du tout avec lui. Je suis juste en train de me demander où trouver un mec gentil et solide (normal surtout, selon mes critères de la normalité : être amoureux c’est quand même chouette).
par etpourtant
#1309340
Bonjour
e suis juste en train de me demander où trouver un mec gentil et solide (normal surtout, selon mes critères de la normalité : être amoureux c’est quand même chouette).
Bien sur que c’est chouette d'être amoureux, surtout lorsqu'on vient de subir une rupture. On n'attend que ça, avec une personne qui répond a tous les critères d'honnêteté, de fiabilité, et j'en passe et des plus belles.
Et vu que l'on a subi un vieux coup derrière la cafetière, on se dit que cette fois ça va éplucher dru, passer au peigne fin, aux rayons X, à la questionnette, au tisonier et à la baignoire, et qu'au moindre pet de travers, vu qu'on est devenu fort comme un lion sous coke et amphé, ça va jareter menu dans le landerneau...
Ohhhh oui mais c'est tellement choueeeeeette d'être amoureux.... Alors bah lui il est marié mais il m'a promis de divorcer, d'ailleurs la preuve c'est qu'il me l'a promis... lui il était violent avec son ex, mais avec moi c'est pas pareil, il ne le sera pas parce que je suis forte... Et c'est reparti pour un tour...

Tout ça pour te dire que si ton focus aujourd'hui c'est de chercher l'âme soeur, je pense en toute franchise que tu fais pas bonne route, en ce sens qu'aujourd'hui tu es encore en train de te poser moultes questions sur le dernier en date, et au vu des paragraphes que tu écris, mon p'tit doigt me dis que tu n'es pas encore sortie des affres des émotions et de l'égo post rupture.

Alors ma foi, je suggérerais p'têt une période de repos, genre on lâche l'affaire, on lâche prise vraiment, on médite un peu, on regarde en soi, peinard.... Bref, on fait retomber la pression énorme qu'on s'est mise ces derniers temps, sans se juger, juste en étant vivant pour soi.

Qu'en penses-tu ?
Lea90 ont aimé ça
par MikeOne
#1309341
...etpourtant...
Et vu que l'on a subi un vieux coup derrière la cafetière, on se dit que cette fois ça va éplucher dru, passer au peigne fin, aux rayons X, à la questionnette, au tisonier et à la baignoire, et qu'au moindre pet de travers, vu qu'on est devenu fort comme un lion sous coke et amphé, ça va jareter menu dans le landerneau...
C'est bon, tu as plié ma journée :mrgreen: :D :mrgreen:
Lea90 ont aimé ça
par Lea90
#1309346
Etpourtant tu m’as fait éclater de rire.

Non je cherche pas mon âme sœur, et pour être parfaitement honnête avec toi et moi-même, je sais précisément ce que je cherche là : un truc pour être absolument sûre et certaine de pas replonger, parce qu’en vrai je SAIS qu’il va revenir à un moment. Et ça me ferait mal de revenir ici vous raconter avec des étoiles plein les yeux « ça y est il est revenu à la raison ! ». Parce que non seulement il m’a déjà fait le coup une fois, mais en plus d’expérience, c’est ceux-là qui reviennent toujours. Et moi, naïve, pleine d’espoir en l’humanité, à chaque fois je me dis « bah il a l’air vraiment sur de lui », 20 excuses à la minutes (en plus il voit une psy donc vraiment ça doit aller mieux). Non en fait je m’auto anticipe quand je dis que j’aurais bien besoin d’un autre garçon dans ma vie. M’enfin t’as raison, on n’est pas à l’abri d’en trouver un aussi ramassé de la cafetière que les autres, et comme j’ai tendance à me dire tout le temps « nan mais il a des excuses » (et c’est vrai qu’ils en ont toujours hein), bin je me fais avoir comme un lapereau de 6 mois.

Alors oui oui je sais bien que son comportement est celui d’un être humain « qui ne pense pas à mal », mais en vrai je crois que ça me ferait pas de mal, à moi, de réussir à devenir un peu plus intransigeante et moins tolérer les faiblesses des autres... C’est quand même moi qui finit toujours au fond du caniveau avec des retours d’exs réguliers qui me sortent toujours le même discours « j’etais pas preeeeet et tu me connais teeeellemennnnt et je saaaais que tu comprennnds que je t’ai quitté précisément parce que je t’aimaiiiis trooooop ». Mais quelle plaie !

PS : etpourtant, je suis encore plus conne que ce que tu crois : j’ai jamais demandé à un mec de changer ou de divorcer pour moi (et j’y ai jamais cru, d’ailleurs...). Ce qui fait que sur les 6 histoires dont j’ai parlé, j’en ai consommé que 3 (mon premier amour à 16 ans, qui en avait 34, et que j’ai quitté, un type dont je suis pas fière et dont j'étais pas amoureuse et que j’ai quitté et mon ex là, et d’ailleurs je l’avais quitté) les autres j’ai refusé catégoriquement AVANT, et pourtant j'étais tombée amoureuse.

Non lui typiquement j’ai accepté de revenir parce qu’il était célibataire ! Et que du coup ça me semblait jouable pour ma santé mentale (ah bin non.)
par Lea90
#1309347
J’essaye d’anticiper ma propension à être amoureuse des gens malgré tout, parce que c’est joli sur le papier ou dans un roman, mais quand c’est toi qui est comme ça, franchement c’est handicapant !!
par etpourtant
#1309348
etpourtant, je suis encore plus conne que ce que tu crois
Mais je ne crois rien du tout, gente dame, et justement ce qui m'interpèle (du verbe inter peler: se gratter la peau à plusieurs endroits) un peu c'est peut être cette tendance que tu aurais à te dire que puisque je crois que tu crois, et que toi tu crois que je crois, alors sachant que je sais que tu sais que je sais, je fais bien de penser ce que peut-être tu penserais que je pense, quand j'y pense... Mhmmm tu vises le schéma ? ;)
par Lea90
#1309349
Absolument. Je vise ! Non je pensais répondre à la partie sur « celui là peut-être qu’il quittera sa femme pour moi ». Et en effet je suis lost in sentiments, ce que je relève c’est pas tellement sa connerie, à lui, désormais, c’est la mienne ! Coincée dans la boucle infinie du « mais pourtant t’es pas débile, et tu sens les choses, comment ça se fait que tu finis toujours par te retrouver dans ce genre de plan foireux ?! », du coup j’ecoute / regarde et inspecte ce que vous dites, dans l’espoir de trouver une réponse au moins temporaire à mon état (qui est somme toute un peu normal, même si j’ai tendance à gratter gratter gratter et me remettre en question de tous les côtés pour vérifier si je tiens toujours la route...). Sûrement encore une nouvelle phase ?
par Lea90
#1309350
etpourtant a écrit : 06 déc. 2019, 11:46
etpourtant, je suis encore plus conne que ce que tu crois
Mais je ne crois rien du tout, gente dame, et justement ce qui m'interpèle (du verbe inter peler: se gratter la peau à plusieurs endroits) un peu c'est peut être cette tendance que tu aurais à te dire que puisque je crois que tu crois, et que toi tu crois que je crois, alors sachant que je sais que tu sais que je sais, je fais bien de penser ce que peut-être tu penserais que je pense, quand j'y pense... Mhmmm tu vises le schéma ? ;)
Avoue, t’envie pas mon cerveau là :lol:
par Lea90
#1309353
Non mais en vrai je m’auto épuise... ça tourne tellement là-dedans que je suis arrêtée parce que j’en dors carrément plus. Le médecin m’a dit que c’est normal et que ça va se calmer, mais je me traîne une migraine permanente et j’arrive pas à arrêter de penser ou à focaliser mon attention sur autre chose. C’est INFERNAL.
par etpourtant
#1309354
C'est bien ce que je lis :)

Et pour arrêter de penser, la première chose à faire c'est de ne pas essayer d'arrêter de penser... Tu sais, comme quand tu n'arrives pas à dormir et que tu te dis sans cesse "il faut que je dorme"...
Ben laisse penser, et regarde tes pensées comme des nuages qui passent... sans être actrice de ce qui se joue dans tes pensées... Comme si tu regardais un film . Essaie de voir avec curiosité comment elles s'enchaînent, ce qu'elles te font ressentir, physiquement et émotionnellement. Et ressens tout ça, plutôt que d'essayer de l'occulter. Elles ont le droit d'être là tes pensées, et ne te juge pas pour avoir des pensées...
Voilà, l'idée là maintenant c'est de revenir dans le réel, dans ce qui est, et de laisser tourner ce qui n'est pas réel, et que de toutes manières tu ne peux pas empêcher de tourner.

Qu'en penses-tu ?
par Selmasultane
#1309355
Lea90 a écrit : 06 déc. 2019, 07:27 message d’adieu auquel il a répondu (par un truc totalement neutre d’ailleurs, mais qui m’avait déjà bien secouée parce que je pensais qu’il respecterait mon souhait : « ne réponds pas stp car tu ne peux rien pour m’aider »).
je vais te paraître dure Lea mais quand on ne veut pas de réponse :
1 - on n'écrit pas
2- au pire on bloque
Lea90 a écrit : 06 déc. 2019, 07:27 Et là son excuse avait été « qu’il voulait être gentil ». C’était pas gentil...
à nouveau, un "largueur" ne parait jamais gentil quand la volonté de rupture n'est pas partagée ; quoi qu'il dise et quoi qu'il fasse.
Lea90 a écrit : 06 déc. 2019, 07:27 En vrai, si je lui ai posé la question c’est que j’étais capable et prête à entendre sa réponse (quelle qu’elle soit), dans l’optique d’avancer en ayant toutes les clés en mains parce que là ça fait un mois que je suis bloquée et que j’en ai ras le’ bol. Et j'étais aussi prête à ne pas avoir une réponse qui me satisfasse, mais au moins j’aurais eu l’impression de clore un truc.
alors déjà, tu fais une erreur si tu crois qu'il va te débloquer .(ça c'est ton boulot, pas le sien)
et je me permets de douter très fortement que ses réponses, quelles qu'elles soient t'auraient aidé à clore ; en général , ça ne génère que frustration, chagrin et questions supplémentaires (parce que le fond du problème ,c'est ce quelqu'un qui ne partage pas ton envie d'être ensemble, on aura beau l'accompagner de tous les discours du monde, ça fait mal et la blessure met du temps à se refermer ).
y a que le recul qui permet ça ; là par exemple (après 18 mois :D ) je pourrais discuter calmement avec mon ex de ce qui a foiré , de nos erreurs etc..le truc c'est qu'évidemment , je n'en ai plus spécialement envie maintenant , je n'en vois plus l'utilité car il ne m'intéresse plus, je n'ai plus mal , et je n'attends plus de lui qu'il me répare.
Lea90 a écrit : 06 déc. 2019, 07:27 Et le flou qui règne sur le pourquoi du comment, bin ça l’arrange bien. Manière de me garder sous le coude.
là encore , je ne le pense pas.
c'est toi qui te places sous son coude, lui il veut juste ne pas trop s'emmerder et éviter les situations pas agréables pour lui.

petit edit Lea, après avoir lu tes échanges avec Etpourtant (coucou ;) ) : tu ne t'autorises pas beaucoup de répit je trouve ; là tu es en train d'analyser tes ruptures passées, d'"anticiper ta propension à tomber amoureuse malgré tout" , tu penses au futur garçon gentil, tu es persuadée que ton ex va revenir (ah bon ?), tu attends quand même de lui qu'il t'aide à clore le chapitre ,tu en veux à tes ex passés de revenir sur le tard , ...OUAH OUAH OUAH je suis épuisée et au bord de la méningite rien qu'à te lire (et je comprends pourquoi j'ai fait des maths et pas de la philo :lol: );

Et si tu t'autorisais du rien et du vide ?
par Lea90
#1309356
etpourtant a écrit : 06 déc. 2019, 13:48 C'est bien ce que je lis :)

Et pour arrêter de penser, la première chose à faire c'est de ne pas essayer d'arrêter de penser... Tu sais, comme quand tu n'arrives pas à dormir et que tu te dis sans cesse "il faut que je dorme"...
Ben laisse penser, et regarde tes pensées comme des nuages qui passent... sans être actrice de ce qui se joue dans tes pensées... Comme si tu regardais un film . Essaie de voir avec curiosité comment elles s'enchaînent, ce qu'elles te font ressentir, physiquement et émotionnellement. Et ressens tout ça, plutôt que d'essayer de l'occulter. Elles ont le droit d'être là tes pensées, et ne te juge pas pour avoir des pensées...
Voilà, l'idée là maintenant c'est de revenir dans le réel, dans ce qui est, et de laisser tourner ce qui n'est pas réel, et que de toutes manières tu ne peux pas empêcher de tourner.

Qu'en penses-tu ?
C’est précisément ce que vient de me dire ma psy, merci etpourtant. Oui en effet faut que j’accepte qu’elles tournent, il parait que c’est constructif. Elle m’a fait pleurer en une seule phrase (que je ne répéterai pas en public), m’enfin je ressors plus sereine.

Je ne vais pas retourner dans mes justifications d’interpretations et de gentillesse / non gentillesse, pardon. Et c’est de ma faute parce que c’était pas le lieu pour CE débat là. Moi je sais ce qu’il en est, en vrai. Par contre ce qui fait que j’en suis arrivée là, je commence à le comprendre, et ça je pense que c’est bien. Je sais ce qu’il fait / pourquoi il le fait / ce que ça me fait depuis le début. Maintenant je commence à voir ce que ça induit, surtout, pour moi et moi toute seule.

Etpourtant merci, si t’es pas psy t’as du potentiel ;)
par etpourtant
#1309361
pardon. Et c’est de ma faute
Avec les pensées que tu vas laisser tourner, tu vas aussi progressivement laisser tomber l'autojugement "pardon, c'est de ma faute, je n'aurais pas du, il aurait fallu que". Tout ça aussi contribue à faire tourner les petits vélos qui n'attendent que ça pour mouliner.
Ce qui est super important un peu ce que tu dis: je sais ce que ça me fait, et je vais apprendre, comprendre pourquoi. En effet tout ça va contribuer à conscientiser ces émotions, ces sentiments qui viennent automatiquement et directement de ton inconscient, de ton passé.

Et c'est la bonne démarche, c'est ça la véritable reconstruction. Ce n'est pas d'essayer d'oublier (pas possible), de se forcer à ne pas penser (pas possible non plus). Non, c'est bien ce que tu fais en ce moment: je vais apprendre et comprendre ce qui fait mes actions d'aujourd'hui, parce que j'ai compris que mon passé me dicte encore trop de choses, qu'il se projette encore trop dans le présent, et même dans le futur. Et tout ça ce n'est juste pas réel.

Je te souhaite de belles découvertes sur les pensées, reste curieuse et ouverte à tout ce que tu ressens, en positif comme en négatif, c'est comme ça que l'on trouve la paix.

PS: je ne suis pas psy (ni papy quoi que...) , mais la vie a fait qu'il y a quelques années, suite à une rupture, j'ai pu m'offrir l'immense cadeau d'avoir compris beaucoup de choses sur les relations humaines, sur mon fonctionnement. Il y a eu des hauts et des bas, des milliards de pensées, de moments pas cool du tout. Et aujourd'hui, parfois, quand viennent les pensées sur un sujet quelconque, je me pose quelques instant et je leur dis "allez y les pensées, faites vous plaisir, je vous regarde". Alors je les regarde, comme si j'étais un spectateur dans un cinéma. Et puis le film s'arrête, je me lève et je me fais un grand sourire intérieur. Et puis ça roule comme ça peut. Et si un jour je me sens triste, eh bien je me sens triste, et je contemple ma tristesse, je la laisse s'exprimer, épicétou ! ;)
Lea90 ont aimé ça
par Selmasultane
#1309381
Lea90 a écrit : 06 déc. 2019, 14:46 Je ne vais pas retourner dans mes justifications d’interpretations et de gentillesse / non gentillesse, pardon. Et c’est de ma faute parce que c’était pas le lieu pour CE débat là. Moi je sais ce qu’il en est, en vrai. Par contre ce qui fait que j’en suis arrivée là, je commence à le comprendre, et ça je pense que c’est bien. Je sais ce qu’il fait / pourquoi il le fait / ce que ça me fait depuis le début. Maintenant je commence à voir ce que ça induit, surtout, pour moi et moi toute seule.
Ok bonne continuation :roll:
par Lea90
#1309466
Bonsoir à tous,
Ce petit message pour vous dire que ça va un peu mieux. J’ai enfin compris ce qui me suffoquait depuis un mois, et bon... ça y est, je suis en colère. Très en colère. Et cette fois : contre lui.

J’ai observé ma détresse, le poids sur ma poitrine et j’ai pensé’ à tout ce qui me mettait dans cet état, au lieu de l'éviter. J’ai suivi tes conseils etpourtant, je les ai regardé, ces émotions là, et j’ai trouvé la force de les regarder d’un peu plus loin encore, de chercher le point de convergence. Ça m’a fait mal, très mal, mais je l’ai trouvé. J’ai compris ce qui différencie cette histoires des autres. J’ai compris et pourtant je crois que tout le monde me l’avait dit, mais je ne regardais pas d’assez loin, je ne pouvais pas le voir encore en moi... je ne regardais pas pour les bonnes raisons, surtout.

J’ai compris qu’il ne m’a pas vraiment quittée. Pas entièrement. Pas complètement. Et que ça faisait trois semaines que j'étais en attente de son retour, mon portable à la main. J’ai compris que je n’avais pas osé demander des réponses, j’ai observé que cette rupture là était différente : après autant de temps ensemble, je n’ai même pas eu droit à une explication, ni à une confrontation, mais juste à une fuite. Il a refusé qu’on en parle sur le moment, alors je me suis mise en attente. Et puis j’ai décidé de provoquer cette confrontation, j’ai décidé que je méritais une vraie rupture, avec tout ce que ça implique en perte d’espoir, en mur en face, en « c’est comme ça et puis c’est tout », comme ça a toujours été dans ma vie avant. Et ça aussi, il l’a fuit (et de manière vraiment ridicule et naze, lâche comme pas permis). J’ai écouté mes émotions et j’ai compris que j'étais une amoureuse sans amoureux, une amoureuse mise en attente, de miettes, d’un possible retour « où et quand il veut ». Que j’étais coincée, suffoquée dans une bulle d’angoisse liée au fait qu’il m’a « presque quittée » très exactement comme il m’a « presque aimée ».

Ma question est toujours sans réponse. Mais il a pris soin de faire « passer des messages » : « je ne répondrais pas, parce que bon hein, ça m’énerve. » et puis « bon, je vais répondre. Mais plus j’y pense et plus c’est une mauvaise idée. ». Voilà c’est tout.

Alors j’ai écouté mes émotions, et là j’ai... explosé. De colère. ENFIN. « Il m’a « presque » quittée, ce con là ! » a explosé dans ma poitrine. Je mérite qu’on m’aime vraiment et qu’on me quitte vraiment. Je mérite que les histoires commencent, avancent et/ou terminent, je ne suis pas un chien à qui on file des restes ou encore un robot à qui on demande d’etre « Intense » que quand et où on veut. Mon histoire était vraie et sincère, je mérite une clôture vraie et sincère !

Et là depuis que ma colère gronde, devant mes yeux défilent les reproches qu’il m’a servi pendant 18 mois « trop intense (super quand j’ai envie, mais ingérable quand j’ai pas envie !) », « trop d’émotions », se serait-il en plus permis de critiquer ce que JE suis ? Ai-je demandé une seule fois qu’il gère MES émotions à ma place ? Être un couple c’est être capable d’accepter que l’autre soit ce qu’il est, non ? Être capable d’entendre que l’on n’est pas CONSTAMMENT en phase et que ce n’est pas grave ? Moi j’acceptais bien qu’il soit plus distant par moments, pourquoi est-ce que j’ai accepté aussi de me prendre dans la gueule que ça serait bien plus « confortable » si j’étais « à fond » que quand LUI en avait envie ?? Et comble du comble, lui qui m’a quitté « par respect pour notre histoire vraie et sincère », par TEXTO (!!!), est INCAPABLE de rompre VRAIMENT sans simplement dire « on verra plus tard ! » ??? Je suis furieuse, et je sens cette colère saine en moi libérer mon thorax de la pression incompréhensible qu’il comprimait depuis des semaines.

Je sais que je ne suis pas sortie d’affaire, mais pour une fois, j’ai écouté ma colère, j’ai laissé couler mes larmes, j’ai serré dans mes bras ceux qui sont LÀ et qui m’aiment, qui ne me jugent pas même d’être malheureuse là maintenant / en colère depuis quelques heures. Et j’ai enfin posé mon téléphone.
par Lea90
#1309468
J’ai eu envie de le dire ici pour vous remercier d’avoir été capables de me lire. Parce que c’est une étape que j’attendais avec impatience. Maintenant je sais que je ne resterai pas comme cela, que ça descendra et que potentiellement d’autres problématiques apparaîtront. Mais là je récupère mon corps, je récupère mes billes et j’en suis fière.

Il faut que je rompe seule, d’une relation que je ne souhaitais pas quitter et pour l’instant ça me met en colère. Noire. Rouge. Sang. Je sens que c’est là, à l'intérieur, et grâce à ces émotions justement que je vais trouver le courage de m’en sortir (dans moi, pour moi, casser le lien pour être libre enfin).
  • 1
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8