Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1302175
Il y a 20 ans, je rencontre M. lors d'une fête. Je suis mariée, j'ai 1 enfant, du genre classique "quand on fonde une famille c'est pour la vie". Il ne se passe rien d'autre que des regards, mais cette rencontre me bouleverse. Nous bouleverse. Nous n'avons rien en commun. Rien. Rien que nos yeux qui se bouffent et ce désir improbable. Fin de la fête, fin de l'histoire. Mais M est là, dans d'autres fêtes, et toujours entre nous ce désir. Et puis les années passent. Les enfants grandissent. Mon mari rencontre une femme, plus jeune, plus belle, plus tout. Alors notre histoire pour la vie ne se regarde plus que dans de vieux albums photos. C'est ainsi, et finalement, c'est peut-être mieux d'avoir plusieurs vies.
Par hasard, un jour, dans la rue, comme ça, je recroise M. Plus de mari, et lui aussi vient de se faire larguer. Ces désirs de tant de temps remontent, affluent, s'emportent, et nous qui n'avons rien en commun, aucune vie, aucun schéma, rien de rien, découvrons ébahis que nos corps dansent ensemble, oui, mais que nos âmes aussi. Mais cette histoire n'existe pas. Elle ne peut exister. Trop de murs, de fossés, trop de rien de commun, de blessures irréparables, trop et pas assez d'amour, le vrai, parce que trop de lien différent, d'amitié, de fraternité, de ressemblance dans les rêves et les partages. Alors après quelques mois, lui retrouve sa belle, son amour, son vrai amour, celui qu'on ne rencontre qu'une fois. Je souris tristement.
Mais il me revient. A peine quelques jours plus tard. Il me revient d'une façon que j'aime, et nous nous voyons parfois, nous partageons quelques heures, quelques jours, des rires, des échanges, du désir, beaucoup aussi. Elle le sait, il le lui a dit. lui a dit "c'est comme ça". Elle est d'accord.
Mais leur histoire avait juste besoin de finir, et elle finit. Alors que faire de nous deux ? Et voilà que petit à petit, jour après jour, nous devenons un couple "normal". Avec tous les trucs planplans et le manque de désir qui suit. Il vient même habiter avec moi, tous les jours chez moi, tous les jours, aux yeux des autres, qui ont eu du mal à voir ce qui nous rassemblait nous sommes désormais un "couple" C'est bon, et c'est atroce. Lui me dit qu'il ne m'aime pas. Et qu'il me pense amoureuse de lui. Moi je crois que je l'aime, oui, mais pas comme on aime un amour. Il est mon frère, mon confident, mon ami, le seul à qui j'apparaisse sans masque, il est aussi mon amant, mais je n'ai pas envie de vivre avec lui. Peut-être parce qu'il me répète ça, souvent, qu'il ne m'aime pas ? Alors après ces mois de vie commune, de malaise grandissant, je lui ai demandé de partir. De virer toutes ses affaires de chez moi, parce que c'était chez moi, pas chez nous. Il est parti.
Je suis soulagée, j'avais besoin de me retrouver, d'être à nouveau chez MOI, sans concession à faire, à lui faire. Mais je suis triste aussi.
Nous avons parlé, le lien entre nous est là, toujours, et notre histoire n'est pas finie, c'est juste qu'elle prend un nouveau tour, encore. C'est beau, je trouve, mais c'est triste aussi. Parce que nous n'arrivons pas à faire exister ce truc impossible. Ni lui, ni moi. Cette histoire n'existe pas. Elle ne peut pas exister, nous ne le savons que trop, et pourtant elle est là, depuis tout ce temps. Alors quoi ? Est-ce que nous nous trompons à ce point en voulant croire à nos rêves ? Ou est ce que c'est juste moi qui n'ai pas su voir qu'il n'y avait rien d'autre qu'une classique histoire insipide d'un homme qui prend ce qui lui va, parce que ça lui va, et puis s'en va ?
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1302220
Bonjour Kylian,

Et merci de ta réponse qui me permettra sans doute d'avancer. Ce que je veux, oui c'est bien ça le problème... J'ai du mal à le déterminer.
J'aime qu'il soit près de moi, mais je n'ai pas envie qu'il habite avec moi. Pas envie à nouveau de partager le quotidien avec un homme, les habitudes, les chaussettes sales tout ça... Je voudrais qu'on se voie pour les bons moments. Mais ça ne veut pas dire que je ne veux qu'on se voie que pour des broutilles, la bagatelle ou ce genre de trucs : non on est vraiment bien quand on est ensemble, c'est fluide, beaucoup de discussions, de sincérité, de rires (on a le même sale humour pourri) une grande complicité à laquelle je tiens énormément, et lui aussi je crois.
Mais ce que je voudrais aussi c'est un peu plus de tendresse. Or il se force à n'en montrer aucune ou presque (il me l'a dit, qu'il se forçait, parce qu'il ne veut pas me faire croire qu'il est amoureux) Mais en même temps, les fois où je lui demande de partir qq jours, si je ne lui propose pas de venir dans ma famille à un repas ce genre de truc il se vexe. Une amie à qui je me suis confiée a explosé de rire lorsque je lui ai dit qu'il m'avait précisé n'être ni amoureux, ni même attaché à moi (le lendemain soir de la dispute, quand on a parlé) "Je l'ai entendu raconter votre histoire, je vous vois tous les 2, alors non c'est pas classique mais bien sûr que oui il est attaché à toi" (bon en vrai elle a dit fou de toi, mais ça non, je sais bien que ce n'est pas vrai. En réalité il est encore amoureux de son ex même si depuis qq mois il n'en parle quasi plus du tout)
Alors ce que je veux ? Que le lien si joli entre nous perdure. Pour ça il faudrait que moi je mette de la distance (peut-être y compris en ayant une autre aventure ? Je risque de choquer certain.e.s sans doute, mais dans un monde idéal, il aurait qqun, j'aurais qqun et nous nous retrouverions parfois tous les 2 pour partager ces moments si forts entre nous) Mais pour que le lien se maintienne il faudrait aussi qu'il ait moins peur... Qu'il se laisse un peu aller. Et ça, s'il ne le veut pas je n'y peux rien...
Paradoxalement, la période la plus forte entre nous a été quand il s'était remis avec son ex et qu'il venait me voir de temps en temps. Entre deux, on s'appelait aussi, des textos... Chaque rencontre était magnifique. Comme son histoire était un peu compliquée, il arrivait en général en mille morceaux, et repartait tout remis en un seul. Sans doute je faisais un peu docteur ou maman... D'ailleurs il m'a dit ça, aussi, (et ça ne me plait pas du tout) que par moment je lui rappelais sa mère. Et aussi que sans conteste j'avais gagné le titre de meilleure amie à vie. Mais une fois où un copain me dragouillait un peu, il m'en a fait des caisses le lendemain...
Désolée d'avoir été longue, j'ai essayé d'entrer un peu dans les détails pour vous faire mieux comprendre, et pour me démêler moi même les choses... Ce que je veux... Pfiou, j'ai du boulot pour répondre à cette question ! (Je veux que l'aventure entre nous, qui a commencé de façon si romantique perdure, ce qui exclut les chaussettes sales et le poulet du dimanche lol)
#1302268
Bonjour Kylian,

Tes réflexions me parlent beaucoup, et vraiment merci de prendre le temps pour moi, cela fait un bien fou !

J'étais arrivée à la même conclusion que toi sur le SR : quel besoin, quelle utilité puisque non, nous ne nous faisons pas la tête... Juste me permettre d'avoir un moment de calme pour réfléchir, mais j'ai besoin d'avancer en dialoguant avec lui pour cela. Je lui ai donc fait un texto pour lui demander si ça allait, il m'a répondu gentiment, et hier soir il a eu besoin de moi (encore... Je suis un peu celle qui le "sauve" chaque fois aussi, et j'aimerais pourvoir changer ça. Dès qu'il a un souci pouf !) Bref, il avait un souci d'orga pour le véhicule qu'il loue pour rembarquer ses affaires, et magie, j'étais là... (souci réglé par téléphone)

On doit se voir tout à l'heure pour discuter. On a déjà échangé un peu par téléphone, je lui ai dit que je comprenais qu'il ait TOUT pris, mais qu'après réflexion, il pouvait quand même laisser ce qui n'était pas fringues et affaires perso... Il n'a pas dit non.

Quand on a échangé vendredi, on a abordé ces questions là : vivre en couple, aucun de nous deux ne le veut. C'est la situation qui a fait que, et puis jour après jour, comme ça se passait plutôt bien, ce "confort" s'est installé. (Et moi j'ai eu l'impression de me transformer en gérante d'hôtel restaurant...)

En réalité, ma grosse frustration vient du fait qu'il a beaucoup moins de désir pour moi qu'avant. Au départ ça a été une explosion. "je n'ai jamais eu autant de désir pour une femme" m'avait-il dit. Et puis, à partir du moment où on a fait "couple normal" pfiout, c'est parti..."C'est pcq je ne suis pas amoureux de toi". C'est sa réponse. Mais avant non plus il n'était pas amoureux ?
Pour moi, l'essentiel de notre relation ne se passe pas au niveau physique, ce sont nos échanges et la confiance entre nous que j'aime surtout, mais ça compte quand même. Le tout faisait des moments d'intensité assez magiques.
Ce qui est paradoxal, c'est que ces derniers temps, le désir était revenu chez lui, mais du coup, j'en demandais encore plus, là où sans doute j'aurais dû laisser venir les choses. Mais ce truc de couple plan plan dont le désir s'émousse, ça me rend folle. Je ne veux pas ça.

Pour ce qui est d'une autre femme dans sa vie : s'il avait toujours envie de ces moments à nous, non cela ne me dérangerait pas. Mais je sais que s'il tombait amoureux ce serait fini (au moins pour un long temps) car la fidélité est très importante à ses yeux (oui, je sais avec ce que je vous ai raconté ça peut paraître bizarre mais c'est pourtant vrai. Ce serait trop long d'expliquer...) Sans doute ce qui se passerait, c'est que dès que ça n'irait plus avec elle il viendrait me voir... On est un peu dans ce schéma là quand même et ça, non, je n'en veux pas (mais si ça se produisait, à l'heure d'aujourd'hui je serais incapable de dire non)

"Tu aimerais qu’il soit ton amant et ton meilleur ami à la fois, en quelque sorte. Tu ne souhaites pas habiter avec lui et tu n’as pas forcément envie d’être en couple avec lui… S’il se mettait en couple avec une autre femme, cela ne te gênerait pas… C’est bien cela ? Cela ne te gênerait vraiment pas ? "
Oui, c'est bien ça. Sauf ce dernier point : s'il tombe amoureux, ça ne se passera plus pareil. Donc, si je vais vers ce que je veux (et qu'il veut aussi, on est déjà d'accord là dessus) je vais avoir continuellement peur qu'il tombe amoureux... Ca risque de me miner...

Je pense qu'il faut que je me concentre sur ce que je veux MOI alors que je me rends compte que j'essaie de deviner ce qu'il veut LUI pour m'adapter ensuite et me faire croire que c'était vraiment moi qui voulais ça... Seul point dont je sois absolument sûre : Cohabitation permanente : non.

Encore merci de tout coeur pour ces réponses qui me sont précieuses !
#1302290
Bon voilà, on s'est vus un peu longuement, on a posé pas mal de choses calmement sur la table. C'est la première fois. D'abord sur mon "explosion", il a admis qu'il ne voulait pas parler de tout ça avant, et dit qu'il comprenait que ça ait pris ce tour. Que c'est bien parce qu'un pétage de plomb ne valait pas d'effacer toute la mémoire d'une histoire comme on efface celle d'un ordinateur (ce sont ses mots) qu'il était là. Que s'il y a des trucs qui ne vont pas, il y a aussi plein de choses qui vont bien et que bien sûr, il y a un lien particulier entre nous, mais sans amour de sa part.
Je sais que tu as raison, Kylian, quand tu dis que c'est bien pratique pour lui. J'accepte trop de choses, je le vois bien. Et la question de l'avenir de cette relation se pose. Mais elle se pose depuis le 1er jour en fait... Je n'ai jamais cru qu'une histoire puisse exister entre nous, et je n'y crois toujours pas, d'où le titre de mon post. Au départ je me suis dit "bah on a juste envie de coucher ensemble depuis des années, allons y comme ça se sera derrière nous" après ça a été "bah donnons nous qq jours de bon temps" puis "sans doute ça va finir la semaine prochaine" puis, quand il s'est remis avec son ex "ouf, c'est enfin fini" (pcq le seul truc qui n'allait pas pour moi, c'était que je me demandais perpétuellement QUAND ça allait finir, pas que je veuille finir, mais plutôt que je ne puisse pas imaginer que ce soit une "vraie" relation.) Et puis qd il est revenu c'était juste pour une fois ou deux... Et puis j'ai eu qqun d'autre pendant qq mois, je le lui ai dit, et on a alors arrêté de se voir et d'échanger... Il a repris les échanges au bout de 3 semaines, et 2 ou 3 mois après il était à nouveau dans mon lit... et puis toujours un truc, comme ça, pour dire "ça ne peut pas durer, on est trop différents, et de toutes façons il ne m'aime pas" Mais je reste. Ou il revient. Ou je reviens...
Alors oui, c'est pratique pour lui, mais pour moi aussi, finalement. J'ai un doudou quoi ^^ Non en fait plus que ça : il est la seule personne à qui je me montre sans fard. A qui je me sois jamais montrée sans fard, en fait, et c'est ça surtout que je ne veux pas perdre.

Je vous débrieffe tout ça un peu à chaud, là, mais oui, la question principale pour moi est vraiment qu'est ce que JE veux VRAIMENT ? pas "qu'est ce qu'on (on étant lui, les autres, le reste du monde) pense que je DOIS vouloir ? Et le démêlage de pinceaux est étrangement très compliqué...

Merci, vraiment, Kylian. Tes questions sont précieuses
#1302301
Tu le lui a dit ça : « il est la seule personne à qui je me montre sans fard. A qui je me sois jamais montrée sans fard, en fait, et c'est ça surtout que je ne veux pas perdre. » ?

Vous avez tenté l’amitié ? Au sens défini par le dico ?
#1302309
Kylian a écrit : Pour le moment, tu sembles te complaire dans cette situation, mais l’on sent que quelque chose coince malgré tout, comme si cela te convenait sans te convenir complètement… Et c’est cela qui fait que tu risques/nous risquons/vous risquez de tourner en rond…


Voilà. Je ne sais pas si je m'y complais, mais un truc me va très bien dans cette relation. Mais oui ça coince. Hier on s'est dit ça, qu'il fallait qu'on trouve comment garder tout ce qui est bien pour nous deux, et virer ce qui ne va pas, donc réfléchir un eu, qq jours, et en reparler. Tout bien poser sur la table.
Mais plus je réfléchis, plus je me dis que la seule issue c'est de stopper.

Numéro 7 a écrit :Tu le lui a dit ça : « il est la seule personne à qui je me montre sans fard. A qui je me sois jamais montrée sans fard, en fait, et c'est ça surtout que je ne veux pas perdre. » ?

Vous avez tenté l’amitié ? Au sens défini par le dico ?


Peut-être que c'est LE noeud du truc : en fait on est amis... J'ai cru à une romance pcq ça fait bien, c'est comme dans les films tout ça, mais je me souviens très bien que la première fois où on s'est vus, je me suis dit ça "mince je croyais que j'avais envie de coucher avec lui, et en fait j'ai envie de parler avec lui des heures durant" Lui n'arrête pas de me dire que je suis amoureuse de lui. Moi je n'en ai pas l'impression, mais je ne sais pas. Parce que oui, j'adopte un comportement qui laisse à penser que je suis amoureuse. Mais en vrai, au fond de moi ? J'ai sans doute autant envie qu'il soit amoureux de moi que moi de lui, mais au fond ? La vérité est peut-être ailleurs toudoutoudoutou tou ! (bon le son ne passe pas très bien par écrit lol !) (je vous avais dit, j'ai un humour pourri^^)
Peut-être que c'est pour ça que dans mon idéal on a chacun qqun, et on se voit de temps en temps.
Je crois que dormir à ses côtés est plus important pour moi que coucher avec lui. Juste me poser sur son épaule, prendre sa main et fermer les yeux....

Je ne pensais pas qu'en venant ici j'aurais autant d'aide ! Merci de n'être pas dans la complainte, mais de vraiment m'aider à avancer. Je tourne bien en rond, mais en 2 jours, là, grâce à vous (un peu à moi aussi ^^) j'ai fait de grands pas ! :bisou: Merci !!!!
#1302310
Et juste, numéro 7 : Oui je le lui ai dit. Il le sait depuis longtemps. Et ça fait partie de ce pourquoi il me dit tt le temps que je suis dans le déni, que je suis amoureuse de lui ^^ Et moi j'ai du mal à savoir ce qui tiendrait du déni, du film que je me fais, de ma réalité, à tel point que je crois que je ne sais plus du tout ce que veut dire "être amoureux" en fait...
#1302327
Kylian a écrit : Alors, une relation amicale pure et simple (sans sexe) te conviendrait-elle ? (Serait-il ok pour cela, de son côté ?)
Non. Pas une relation amicale classique, très clairement. Et oui j'ai les pinceaux "un peu" emmêlés :o :mrgreen:
Notre histoire est d'abord (je veux dire à la base) une histoire de désir. On pensait (tous les 2) que ce n'était qu'un truc physique. Sauf que dès le 1er jour, on s'est aperçus qu'on pouvait parler des heures et des heures, bref... Que le lien qu'on avait ne passait pas que par le physique. Pour essayer de démêler les pinceaux, pour moi notre relation est plus une amitié très particulière qu'une relation amoureuse. Mais je ne conçois pas de devoir lui faire la bise un jour. (Bon OK, ça démêle pas grand chose...)
Kylian a écrit : Par ailleurs, vous ne semblez pas éprouver les mêmes sentiments l’un pour l’autre… C’est peut-être cela qui pose problème…
Oui. Enfin... C'est surtout MON problème : je n'arrive pas à savoir si oui ou non je suis amoureuse de lui... Parfois je pense que oui mais... Est-ce que je ne me joue pas un film à moi même parce que quand t'es avec qqun "il faut" être amoureux ? Parfois je pense que non mais... est ce que ce n'est pas pcq comme lui n'est pas amoureux je ne veux pas l'être, moi ?
Bon et puis en réalité j'ai été amoureuse une seule fois, il y a très très très longtemps, après ça je me suis aperçue après chaque relation que je m'étais menti à moi même. Que je disais être amoureuse, que je le croyais moi même, mais qu'en fait c'était un cinéma que je me faisais à moi même... Et je ne sais sincèrement pas si je l'aime d'amour ou si je me refais le même cinéma, ou encore si c'est un truc d'égo pcq que comme il n'est pas amoureux il FAUT qu'il le devienne (c'est à dire que comme je suis pas trop moche, j'ai toujours eu les mecs que je voulais, quand je voulais, et même quelques amoureux transis, le genre de truc qui te fait bien enfler les chevilles... Alors qu'il me dise ne pas être amoureux, peut-être que tt simplement ça vexe mon ego ?) J'ai l'air de me la péter sans doute, mais j'essaie juste de rendre lisible Guernica, en fait... De démêler les couleurs et les poils de pinceaux... Qu'est ce qui tient de mon ego et qu'est ce qui tient de ma vérité profonde voilà ce que je n'arrive pas à déterminer...
En tous cas j'ai dans l'idée que cette histoire va me faire avancer grandement dans la connaissance de moi même... En fait, là, je m'aperçois que je ne me connais pas du tout... C'est assez étrange comme truc (non, en vrai c'est une très très étrange sensation...)

Bonne soirée, Kylian (et touTEs les autres :)
#1302336
Oui, c'est un truc assez à part... Plusieurs fois on a essayé de "définir", mais non on n'est pas des sex friends (ce n'est ni un plan Q, ni un truc juste défouloir, et à la base il y a le désir, pas l'amitié). Non, on n'est pas des amoureux (aucune envie de vivre ensemble, pas envie d'accorder nos façons de vivre, désir que chacun fasse son chemin, pas de sentiment amoureux de son côté et moi j'en sais tjs rien) . Il n'y a pas de cadre pour ce qu'on vit, je crois, et puis sans doute tant mieux en fait !
Tu as raison sur l'intellectualisation... Je suis une "raisonnable" et ne pas comprendre un truc m'énerve au plus au point, alors quand il s'agit en plus d'un truc que je dois aller fouiller en moi, du coup ça me fait chercher comme la mouche cherche la truffe, mais là, la truffe, plus je la cherche moins je la trouve ! J'ai du mal à juste vivre les choses, j'ai toujours tendance à chercher le petit tiroir dans lequel tu peux (dois !) ranger le bidule, alors que je sais que c'est en partie ça qui me fait du mal. (Je suis consciente de ça, j'essaie d'y travailler mais ça revient toujours...) Parce qu'en vrai : Il est là quand j'ai besoin de lui (il se débrouille toujours pour être là si j'ai besoin, que ce soit un truc à faire à l'appart, un moment où je ne vais pas, quelque problème que ce soit à résoudre) Et inversement, je suis aussi tjs là pour lui. On s'entend bien. Physiquement et intellectuellement. On a réussi à passer les barrières des entourages proches ou loin qui ont fait des yeux comme des soucoupes qd ils ont su. On passe de supers moments. Bref, c'est con qu'il y ait ce petit truc qui ripe parce que c'est "presque" la relation idéale pour moi ! C'est en ça que je te disais qu'on a essayé de voir comment ne mettre en oeuvre que le positif. Maissssssssssssssssssssss... Y'a ce petit truc qui ripe... Donc oui, tu as raison, ça ne me convient pas totalement. Et je n'arrive tjs pas à me départir de cette idée que cette histoire ne peut pas exister, que nos différences de vie sont trop incompatibles, à me demander ce que je veux vraiment sans le savoir. Parce qu'il y a ce que je veux "raisonnablement", et puis il y a ce fichu inconscient, ou le bide, ou les tripes qui vient tout faire foirer, c'est pénible tout de même ;)
Peut-être que l'hypnose pourrait m'aider à y voir plus clair ? Non, je n'irai pas faire de l'hypnose, c'est sûr, mais il faudrait que je trouve le moyen de "descendre" en moi pour comprendre. Démêler les histoires que je me raconte de la "vraie" moi. Juste avoir un peu plus confiance en moi, et arrêter d'avoir peur de moi même peut-être...Ce qui m'aiderait dans tous les aspects de la vie^^
Tu vois, hier soir je me disais qu'il fallait vraiment arrêter, ce matin je me dis que ce serait trop con parce que c'est rare de trouver dans une relation quasi tout ce qu'on cherche, cet aprem je me dirai encore autre chose et ainsi de suite... Peut-être que ces qq jours sans lui vont me permettre, à force de faire tourner les différentes solutions, de trouver "naturellement" celle qui me convient le mieux ?

Allez zou, je file !
Bonne journée et au risque de me répéter : merci :-)
#1302597
OK j'ai tout lu ton post.
De mon point de vue très rationnellement, oui tu éprouves de l'amour pour lui. S'il était amoureux de toi, tu serais encore en couple avec lui. Désolé, mais actuellement tu essais seulement de ne pas le perdre....Si j'étais toi, je couperais les ponts et j'attendrais que les sentiments s'estompes un peu. Après, vous pourrez redevenir amis, sans sexe, pour éviter de tomber encore amoureuse de lui.
#1302756
Bonsoir PowerCath,
Et merci de ton regard objectif.
Je suppose que tu as raison... A ceci près que s'il était amoureux de moi sans doute que ça ne m'intéresserait plus depuis longtemps. Ce que j'aime dans cette relation, c'est le "déphasage" avec les cadres classiques. En fait, ce n'est pas lui que j'aime je crois ; c'est la liberté que me donne le fait de vivre ce truc là.
Couper les ponts, faire mourir tous ces trucs qui chamboulent, oui sans doute ce serait le mieux. Mais ce serait aussi une petite mort de qui je suis. Et je préfère vivre. L'anesthésie, j'ai fait ça pendant des années, et je n'en veux plus. Et puis il ne me manque pas. Je suis bien à retrouver mon chez moi sans lui. C'est même plutôt très agréable. :D
#1303026
Bonjour à tous et toutes,

Vos réponses à mon post et aussi d'autres messages que j'ai lus m'aident beaucoup. Et comme ça ne va pas trop bien, là, je viens chercher un peu de soutien :-)
Je suis allée le voir la semaine dernière. C'était... pfiou ! Mieux que tout ce que je pourrais décrire.
Et puis après ça, bim. Juste des réponses polies à mes textos. Alors je n'ai plus écrit, plus donné de nouvelles. Depuis jeudi dernier. Et lui non plus. Ça me rend dingue : comment peut-on passer de ces moments si merveilleux passés ensemble, cette complicité incroyable, à ce rien ?
J'ai eu un WE pas mal occupé, vu plein de monde, donc je n'y ai pas trop pensé, mais depuis hier soir je gamberge. J'ai besoin de retrouver ma sérénité et ce n'est pas si simple... J'ai très envie de l'appeler, je sais que si je le fais on échangera comme si de rien n'était, je connais par coeur son "autisme téléphonique", il n'appelle quasi jamais (pas qu'avec moi, je veux dire. il fait ça avec tout le monde. Il peut grommeler sur untel qui n'a pas rappelé pour un rdv, une réponse à une question ou que sais-je sans même penser une seconde qu'il pourrait, lui, téléphoner pour avoir ladite réponse...)
Il doit juste commencer à trouver bizarre que je n'aie pas appelé, tout en se disant que sans doute j'ai des trucs à faire, mais je vois bien que ce que j'aimerais, moi, c'est qu'il me contacte. S'il ne le fait pas et que j'attends ça, c'est bien qu'il y a un truc qui ne me convient pas. C'est donc bien qu'il faut que je m'en aille. PowerCath, tu as 1000 fois raisons...
Mais je n'en n'ai pas envie... Renoncer à ce lien entre deux et même trois (amour/amitié/fraternité) si particulier et que je trouve si précieux me fait mal au bide, et puis c'est la première fois que je me trouve dans une telle situation et j'ai l'impression d'être en situation de handicap. Je devrais portant pouvoir résoudre ça très bien, juste lui dire "stop", aller vers ailleurs et le retrouver peut-être comme ami, juste ami, d'ici quelques temps, mais je n'y arrive pas, alors je m'en veux, alors c'est encore pire, alors je rumine, alors....
A vous lire, j'ai trouvé tellement de force en vous dans toutes ces histoires, je me demande comment vous faites. Où trouvez vous toute cette énergie là de vous reconstruire ? Comment faite vous pour prendre cette hauteur nécessaire ? Ce que je vis est franchement tout petit riquiqui à côté de bien des histoires, et me voir aussi embourbée me met en colère contre moi-même. Je voudrais juste pouvoir me secouer les puces, mais voilà... Ca bloque. Alors je sais bien qu'il n'y a pas de baguette magique ni de remède miracle autre que ma propre conscience, mais je me dis que jeter qq mots ici peut être un début...
#1303080
"Rester dans une situation/relation qui ne nous convient pas totalement, c’est se consumer à petit feu… C’est la promesse de plus ou moins souffrir continuellement, dans la durée... C'est plus « insidieux » ...
Partir, c’est souffrir un bon coup et plus ou moins longtemps, mais pour un mieux-être futur "

Je vais m'en faire un mantra ;-) En vrai, je commence à en être profondément convaincue. Je tiens le bon bout, je crois. J'avais besoin de l'entendre (le lire en l’occurrence)
#1305817
Bonsoir Kylian,

T'es du genre un peu sorcier, c'est ça ? ;) Parce que je n'étais plus venue ici depuis un moment, et que si j'y reviens, forcément, c'est que ce n'est pas le nirvana hein...
Quelles nouvelles ? Eh bien après cette période d'orages, les éclairs sont allés voir ailleurs. Nous avons au début eu de longues conversations, et puis les vacances sont arrivées, et il n'y a plus eu de questions ni de doutes, ni rien. On a partagé, voilà tout. Et maintenant que la vie du quotidien reprend ses droits, ça recommence... Avec d'autres trucs au milieu, que je ne veux pas évoquer ici. Mais il était là, à la maison, et je voulais qu'il aille chez lui quelques jours. Il devait partir, un mardi. Et quand je suis rentrée, il était là. A voulu me faire la surprise, m'a-t-il dit après ("d'habitude tu es contente de me voir") mais moi, j'ai juste pu dire "ah mais tu es encore là ?" Bref. C'est très rare qu'on s'engueule... Mais ça arrive. On a fait l'amour longtemps, après, cette nuit là. Le jeudi il est parti, et depuis il reste au dehors. C'est d'une puérilité qui me fatigue. Mais je me fatigue aussi à ne pas arriver à dire stop. Je sais bien qu'il faut que ce soit moi qui stoppe. Mais je trouve toujours plus de plaisirs dans ces moments qui en sont qu'à nous, dans ce lien si spécial, que de douleur dans ses fuites et ses inconséquences. Alors voilà : rien de neuf sous le soleil, en quelque sorte...
#1305870
Bonjour Kylian,

Oui c'est ça. Plusieurs fois j'ai failli vraiment arrêter, mais d'une part chaque fois il a dû le sentir et pouf, tout redevenait merveilleux, et puis surtout je sais que je ne suis pas assez solide pour tenir sur le long terme. Quand j'ai arrêté de fumer, j'ai fait plusieurs essais et chaque fois le constat d'échec était terrible pour moi. Mais un jour j'ai su que c'était la bonne. J'en ai bavé, mais avec les bons medocs et le bon accompagnement j'y suis arrivée. Là j'ai pris le parti de laisser aller. De me faire confiance. Je saurai bien quand le moment sera là. Si je vais contre moi-même ce sera pire, je sais bien...
Je viendrai te tenir au courant, de temps en temps, si ça ne t'embête pas ? Tes réponses me font toujours beaucoup de bien :)
#1306930
Bonjour,

Kylian, comme promis je viens te donner quelques nouvelles. D'abord te dire que tu as vraiment raison : ça peut durer très longtemps si je ne décide pas d'arrêter... Je sais bien au fond que c'est moi qui ai la maîtrise des choses. A moi de dire stop. En fait, je me rends compte que j'avais un point de vue erroné. Je pensais que j'étais la "faible" et lui le "fort" dans cette histoire, mais c'est en réalité tout l'inverse. Tu sais, au début de mes posts, je disais que je ne savais pas si je vivais une réalité ou un film (enfin je raccourcis le propos) eh bien c'est vraiment ça. Je me suis monté un film, en fait. Et je me complaisais dans le rôle de la pôv fille qui attend je ne sais quoi. Je n'attends plus. J'ai rencontré un autre homme, on s'est vus, on a couché ensemble. Ça m'a fait un bien fou. Ça me permet de remettre M à sa juste place : un ami très particulier. Il n'est (toujours) pas question pour moi de mettre fin à cette relation, mais ce qui n'allait pas, ce n'était pas ma relation à lui, c'est ma vie à moi. Je ne veux pas (enfin plus) de relation exclusive à un homme. C'est ça qui en me va pas. Ça engendre trop de souffrances, trop de compromis voire de compromission. Ce que je veux, moi, c'est vivre ce que j'ai envie de vivre. Être libre de mes pensées et de mes actes. Juste vivre. (Je précise que l'autre homme est parfaitement au courant qu'il y a qqun dans ma vie, et qu'il est clair avec M depuis le début que chacun peut faire ce qu'il veut de son côté.) Là, tu vois, M n'est pas là, je suis seule chez moi et je profite de mon dimanche et je ne sais pas... Du fait d'avoir rencontré cette autre personne, changé mon regard, je suis juste bien. Juste moi. Voilà, j'ai trouvé mon équilibre, je crois. Quant à lui, je vois aussi les choses différemment. Au lieu de ruminer parce qu'il ne m'envoie pas un SMS ou je ne sais quoi, j'ai vu autre chose. J'ai vu qu'il changeait ses plans pour moi mais sans rien me dire, juste parce qu'il avait ressenti une peine. J'ai vu qu'il faisait des trucs pour moi, sous un air de "mais nan j'ai rien fait du tout", des tas de petits trucs que j'étais incapable de voir "avant".
Bref, je vais bien. Je ne sais pas si ça durera, mais au lieu de me raccrocher à tel ou tel truc je vais juste vivre comme J'AI envie de vivre, sans m'occuper de ce que les autres pensent de ce que je devrais faire. Je crois que ça peut fonctionner ;)
J'espère que tout va pour toi. Bises