Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1296228
Coucou Carrie,

Et bonjour à toi Janysse

Tout d'abord, n'oublie pas que en plus de tes soucis de dépendances affective et de personnalité abandonnique, tu es en dépression, c'est ton medecin qui te le dit hein pas moi ou madame michu. Donc c'est normal de ne pas être bien, de ne pas faire grand chose et de te sentir dépassée par les événements. Les cachets vont t'aider à stabiliser ton humeur, à arriver à te bouger un peu plus. Mais toi aussi tu peux aider les cachets.

Apprendre à vivre avec ses névroses c'est le travail d'une vie. Tu dois toi extirper de toi les modes de fonctionnement qui te mettent dans la dependance affective et apprendre à les repérer, ceci afin que lorsque tu les vois pointer leur bout de nez, hop tu les passes à la trappe, admettre aussi que les autres ne fonctionnent pas comme toi et ne pas leur en tenir rigueur.
Janysse a écrit :
04 janv. 2019, 12:11
tout cela me désespère encore plus, car j'ai encore plus l'impression d'être complètement cramée, d'avoir vraiment quelque chose qui cloche, d'avoir tout gâché avec mon ex. Et surtout, surtout je ne sais pas comment agir. Je veux agir, je ne pense qu'à ça, mais je ne vois pas quoi faire concrètement.
Non tu n'es pas cramée, oui tu as comme tu dis qqch qui cloche.... comme nous tous, cela s'appelle une névrose. :D
Et non tu n'as pas tout gâché avec ton ex, votre fin de l'histoire était déjà écrite dans ses prémices. Tu as cherché qq1 de peu empahique incapable de te donner ce que tu voulais et lui a trouvé qq1 à sauver puis à écraser pour se réparer lui même.
J'ai passé la soirée d'hier avec les musiciens de notre ancien groupe. Je me suis sentie minable dans mon propre regard, timide, peureuse, nulle. C'était la première fois que je voyais aussi clairement le peu d'estime que j'ai pour moi.
je ne sais pas ce qu'en pense ton psy, mais moi je trouve ça plutôt positif... tu te vois comme tu es ( comme tu penses etre hein... moi je ne pense pas que tu sois minable ) et ne cherches pas le regard de l'autre pour te rassurer.
Mais maintenant, je fais quoi ? Je ne sais pas qui je suis, je ne sais pas ce que je veux, je n'ai pas la moindre idée d'où je vais.
C'est tout le but de l'analyse de permettre de le découvrir.
Je n'ai pas touché à mes recherches depuis plus de deux semaines, j'ai peur que tout ça soit aussi un "mensonge" que je me raconte.
quelles sont les raisons qui t'ont fait choisir ce sujet de recherches? As tu encore envie d'approfondir ce sujet ou au contraire tu voudrais en choisir un autre si tu pouvais.
Je n'ai pas la moindre idée de par où commencer. Je prends du temps pour moi, et j'essaie de me questionner sur ce qui me fait plaisir, ce qui me fait envie : rien, rien du tout.
Probablement parce que tu ne faisais pas les choses pour toi mais pour les autres.
Je n'ai rien fait depuis des mois, des années peut-être, rien d'autres que regarder des séries, boire de l'alcool, m'abîmer dans le travail et dévorer des yeux mon amoureux. Je ne sais pas ce que je suis.
apprends à te découvrir, laisse toi le temps de savoir ce qui te plait.
J'ai l'impression de m'être bougée pendant 25 ans mais là je craque c'est trop, je n'ai plus de courage.
N'oublies pas que tu es malade en ce moment et que c'est donc normal de ne pas avoir trop de courage... et si tu craques c'est parce que tout ce mouvement depuis 25 ans tu ne le fais pas pour toi mais pour les autres... laisse toi le temps de savoir si tes études, ton sujet de recherches, tes projets sont les tiens ou ce que tu penses que les autres attendent de toi. Par ex ton sujet est ce ton choix personnel ou celui sur lequel ton directeur de thèse voulait que tu travailles.
Je ne suis qu'une petite fille perdue qu'on n'a pas su aimer
c'est vrai, et si tu l'aimais toi cette petite fille?
qui préfèrerait disparaître.
donne lui de l'amour elle retrouvera le goût de vivre
Sebastien1979 ont aimé ça
#1296308
Bonjour Albane, merci pour ton message.
Albane06 a écrit :
04 janv. 2019, 13:02
J'ai passé la soirée d'hier avec les musiciens de notre ancien groupe. Je me suis sentie minable dans mon propre regard, timide, peureuse, nulle. C'était la première fois que je voyais aussi clairement le peu d'estime que j'ai pour moi.
je ne sais pas ce qu'en pense ton psy, mais moi je trouve ça plutôt positif... tu te vois comme tu es ( comme tu penses etre hein... moi je ne pense pas que tu sois minable ) et ne cherches pas le regard de l'autre pour te rassurer.
Depuis 2-3 jours, le regard de l'autre ne me rassure absolument plus. J'ai vu des copines, et on a eu beau me répéter que j'étais brillante et super et que j'allais m'en sortir, je n'y crois plus une seule seconde.
Je n'ai pas touché à mes recherches depuis plus de deux semaines, j'ai peur que tout ça soit aussi un "mensonge" que je me raconte.
quelles sont les raisons qui t'ont fait choisir ce sujet de recherches? As tu encore envie d'approfondir ce sujet ou au contraire tu voudrais en choisir un autre si tu pouvais.
C'est mon directeur qui m'a poussée dans cette direction. J'ai trouvé ça intéressant, ça m'intéresse toujours, mais je suis perdue là. Je n'ai plus envie de rien faire, de me remettre à lire, à écrire, à passer mes journées seule à la bibli, c'est au-dessus de mes forces, tout me dégoûte. En même temps je ne peux PAS abandonner, c'est impossible, il faut que j'arrive jusqu'au bout, que je rende mon mémoire cette année (j'ai déjà dû prolonger d'une année pour cause de dépression l'an dernier...). Pour la suite je ne sais pas. Tout est flou.
Je n'ai pas la moindre idée de par où commencer. Je prends du temps pour moi, et j'essaie de me questionner sur ce qui me fait plaisir, ce qui me fait envie : rien, rien du tout.
Probablement parce que tu ne faisais pas les choses pour toi mais pour les autres.
Oui c'est vrai je m'en rends compte maintenant.
Je n'ai rien fait depuis des mois, des années peut-être, rien d'autres que regarder des séries, boire de l'alcool, m'abîmer dans le travail et dévorer des yeux mon amoureux. Je ne sais pas ce que je suis.
apprends à te découvrir, laisse toi le temps de savoir ce qui te plait.
Mais comment ? Dès que je suis seule je me retrouve de nouveau à tourner en rond. Je suis allée au yoga ce matin, un truc que j'adore faire, que j'ai toujours fait seule et pour moi. A peine arrivée chez moi j'étais en larmes. Aujourd'hui c'est la galette des rois, je ne l'ai jamais fêtée avec des amis. Je réalise qu'en perdant mon ex je perds ce groupe d'amis qui fêtent la galette des rois. C'est débile, mais j'ai 25 ans, je suis parisienne depuis plusieurs années, et je n'ai pas ou plutôt plus de groupe d'amis, car tous mes amis sont partis vivre ailleurs. J'ai plein de copines, des amies proches aussi, mais dispatchées ici et là. Ca peut paraître dingue de se préoccuper de ça maintenant, mais ça me fait énormément souffrir.

N'oublies pas que tu es malade en ce moment et que c'est donc normal de ne pas avoir trop de courage... et si tu craques c'est parce que tout ce mouvement depuis 25 ans tu ne le fais pas pour toi mais pour les autres... laisse toi le temps de savoir si tes études, ton sujet de recherches, tes projets sont les tiens ou ce que tu penses que les autres attendent de toi. Par ex ton sujet est ce ton choix personnel ou celui sur lequel ton directeur de thèse voulait que tu travailles.


Je me suis posée la question en te lisant il y a deux jours. Depuis c'est le bordel, le vide intersidéral, tout se bouscule, tout, le trop plein et le vide. J'ai toujours recherché le toujours plus, toujours mieux, le prestige, ce que j'appelle ambition et qui n'est que la peur de l'échec. Mais aujourd'hui je me sens tellement mal, ça n'a plus aucun sens de continuer là-dedans, si ?
Je ne suis qu'une petite fille perdue qu'on n'a pas su aimer
c'est vrai, et si tu l'aimais toi cette petite fille?
qui préfèrerait disparaître.
donne lui de l'amour elle retrouvera le goût de vivre
Oui, mais concrètement, je fais quoi ? Je commence à comprendre qu'il faut que je m'aime, mais je ne sais pas faire ? Concrètement j'agis comment ? Depuis plusieurs jours mon état s'aggrave, il faut que j'appelle ma psy lundi parce que j'ai tout le temps des idées noires, pire qu'avant de commencer mon traitement. Je ne sais pas ce qui appartient à la dépression, au traitement qui ne marche pas, ou à la rupture que je traverse. Toujours est-il qu'il y a deux jours j'ai appelé ma maman en pleurant, en la suppliant de faire quelque chose pour que la douleur cesse. J'ai dû appeler une amie qui a débarqué illico, parce que je lorgnais la balustrade de mon balcon. Je me fais peur, j'ai envie de mourir en fait. Je ne supporte plus la douleur et la solitude, j'ai peur de ne pas y arriver. Je me remue mais rien ne marche.
#1296314
Bonjour Janysse,

Je ne crois pas être intervenue sur ton poste mais sache que je te lis depuis le début et que je comprends ta peine.

Souvent je me reconnais dans tes écrits. Je ne pense pas être de bons conseils mais tu dois être vraiment moins dure avec toi même car t'es une personne formidable. Je t'envoie plein de courage !!!

Pour le mémoire je suis passée par là l'année passée et je sais comme c'est dur. Essaie de le faire un peu de chez toi ? Moi ça m'a aidé de pas me forcer à sortir quand j'avais pas envie.. Et autorise toi les pauses nécessaires. Parfois je travaillais à peine une heure dessus tellement j'y arrivais pas.

T'es vraiment une belle personne et j'espère qu'un jour tu te vois comme je te vois.. Un modèle ! Parce que je te trouve si forte dans tes épreuves !

Courage

Belle journee

S.
Sebastien1979 ont aimé ça
#1296334
Bonjour Janysse,

Ta détresse prend une tournure qui me semble inquiétante. Que penserais tu de demander à ta psychiatre s'il y a possibilité de te faire rentrer quelques jours/semaines en hopital de jour ? Je comprends bien que tu as tes études, mais il me semble que tu as besoin d'être prise en charge, actuellement.

Courage
Albane06 ont aimé ça
#1296336
Salut Janysse,

Je t'écris en pleine détresse, moi aussi. Au moment de dépression, ce que j'ai fait, c'est de dormir :P Puis je sors, balade dans la rue pour prendre de l'air, lis quelques livres, et papote avec les amis. J'appelle souvent mes amis qui habitent loin, pour vider le coeur et pour me plaindre auprès d'eux. Après ces conversations téléphoniques ou par fb, ma déprime baisse souvent un peu.

Il m'arrive aussi des moments à mon balcon au 6e étages, je regarde en bas et me dis: Si je saute, ça sera vraiment léger.

Mais non, la vie est difficile, mais nous préserve surement de très belles choses.

Ne te mets pas de pression. Et affronte face à ton travail, ta peur.

Je m'en rappelle de l'époque de rédaction du mémoire, j'ai été très lamentable. Mais grâce à l'aide des amis (y compris ma belle Willy sur ce forum), ça allait. Justement on le repousse pas l'affaire, on se met en route, même si c'est dur, mais tant qu'on commence, on va le finir. Courage.

Des up and down de l'humeur, ça fait partie de notre esprit. Tu sais, souvent les gens qui aiment le plus la vie, connaissent la plus grande déception de la vie.

Mais l'amour est tj plus fort que la déception. Malgré tout, la tendresse est là, qu'on donne l'un à l'autre. En sachant que la déprime, le désarroi soient seulement momentanés.

Ce matin, j'ai parlé avec un pote qui avait quitté sa copine en juillet après 2 ans ensemble car il avait envie de nouveaux voyages et qu'il peut pas partager cette passion avec elle. Lui, aujourd'hui, se remet avec elle, car elle lui manque et il n'a pas envie de chercher qqn d'autre.

J'espère que cette remise en couple n'est pas le résultat d'une paresse de "chercher qqn d'autre" ou un comble de vide, mais parce qu'il se rend compte que c'est elle, son amour, et qu'il a envie de construire qqch avec elle, de mener un bout de sa vie avec cette amoureuse.

L'amour, est qqch très fragile, mais solide aussi.

J'ai l'occasion d'observer les gens autour de moi. Mes copines, qui sont célibataires mais très attirantes, sont les filles qui aiment leur boulot, qui bossent très bien, et elles dégagent qqch de stabilité, de sûres d'elles. Perso, je les admire tant car elles ont trouvé un sens pour leur vie.

Sois détendue avec toi même. Parle avec les gens, tu peux très bien m'envoyer par mp ton fb ou whatsapp, et tu m'appelles. Je seras à ton l'écoute. Car oh, tu sais, je traverse un chemin si rude dans ma vie ainsi.

Courage, douce Janysse. Et je te fais des très gros bisous fabuleux :bisou: :bisou: :bisou:
Janysse ont aimé ça
#1296339
Bonjour Janysse,

Tiens nous au courant de la décision que vous aurez prise avec ta psy.

Il me semble que ton état est préoccupant, après qu'est ce qui est du à ta maladie, et qu'est ce qui est du à la rupture.

Seul un spécialiste pourrait t'aider. Bien sûr que rendre ton mémoire est important mais te soigner l'est plus encore.

On reparle du reste une fois que l'urgent est réglé.
Modifié en dernier par Albane06 le 07 janv. 2019, 21:50, modifié 1 fois.
Eva ont aimé ça
#1296343
Bonjour tout le monde,

Tout d'abord, merci infiniment pour vos messages et votre soutien.

J'essaie d'appeler mon CMP depuis plusieurs heures, personne ne décroche (comme d'habitude)... Je réessaie encore et encore, j'essaierai encore demain, mais ça me fout en rogne.

Je passe une journée ok. L'angoisse est en train de monter là, mais le reste a été ok. J'ai même un peu travaillé, avec même un peu de plaisir.

Je sais que l'HP pourrait être une solution raisonnable mais je ne veux même pas envisager ça.
#1296344
Bonsoir Janysse,

J’entends ta détresse, cela me fait beaucoup de peine.
Tu t’accroches. Continue ainsi s’il te plaît.
J’espère que ton psy saura trouver le moyen de t’aider.
J’aurais adoré t’inviter à prendre un thé, des pâtisseries, pour t’apporter en vrai mon humble soutien, si tu avais accepté bien sûr, mais j’habite trop loin de Paris, malheureusement.

Je suis avec toi en douces pensées.
Courage <3
#1296346
Coucou Janysse, si vraiment ca ne va pas, tu peux te presenter aux urgences psy. Tu seras recue gratuitement, et non, ils ne t interneront pas d office. Ma boite mp est aussi ouverte si tu veux mes coordonnées perso pour papoter. Courage.
#1296354
Bonsoir les ami.e.s

Vos petits messages me touchent tellement... Merci infiniment.

Juste un mot pour vous rassurer : l'angoisse est passée, je regarde tranquillement une série au fond de mon lit, exit les pensées autour de mon mémoire, mon ex, ma vie, je profite du moment. Je rappelle ma psychiatre demain, et dans tous les cas je vois ma psychologue demain matin.

Merci encore mille fois, et promis je tiens le coup. <3
miu, Sebastien1979, Elieza ont aimé ça
#1296356
Bonsoir Janysse.

Un petit message pour te dire que je suis aussi de tout cœur avec toi. Tu iras mieux, cela te semble peut-être une autre réalité, une quête inaccessible, mais elle se fera, c'est certain. Quand tu es angoissée comme l'autre soir, n'as-tu pas un anxiolytique que tu pourrais prendre, avant de t'allonger quelques minutes, pour ralentir le flux de tes pensées et t'apaiser un petit peu ? Je sais bien que ces médicaments cassent un peu la journée, les performances que tu recherches, mais je crois qu'ils te sont nécessaires, et surtout qu'ils sont utiles. Je sais aussi à quel point on peut se mettre la pression seule, bêtement. S'il te plaît, sois indulgente avec toi. Je te souhaite que dans quelques temps tu pourras regarder cette période, en ayant compris à quel point tout cela n'était pas nécessaire, même si je sais bien que tu ne le fais guère exprès, que cette épreuve est longue et difficile, mais oui, tu es quelqu'un de brillant. Je te souhaite de tout cœur que tu le vois au plus vite, même si ça prendra probablement encore un peu de temps. Accroche-toi. Ne cède pas à la panique, tu peux le faire.

Courage. Passe une douce nuit.
Elieza ont aimé ça
#1296395
Bonjour tout le monde,

Encore une fois, je voudrais vous dire à quel point je suis touchée de vos mots, de vos attentions. Je ne peux que vous remercier de nouveau.

Ca va mieux, j'ai vu ma psychologue avec qui nous avons établi un genre de "plan de bataille" pour me sortir de mon marasme. Elle m'a notamment encouragée à avoir une conversation sérieuse avec ma maman d'une part, et ma soeur d'autre part. Ca me terrifie mais je sais qu'elle a raison. Ma famille pratique le non-dit depuis toujours, c'est pour cela que je ne sais pas communiquer, je ne sais pas parler comme une adulte à mes proches, à mon compagnon, pour cela que je me sens blessée depuis toute petite. Mais rien ne m'oblige à poursuivre le silence. Mon objectif pour cette semaine, d'ici à ce que je la revois, est donc d'avoir cette conversation avec ma maman. Cette séance m'a beaucoup aidée, je me sens plus capable d'agir désormais.

J'ai réussi à avoir le cmp et ma psychiatre, elle me prend jeudi matin.

Je me remets tout doucement au travail. J'avais rendez-vous avec mon directeur (visioconférence) aujourd'hui, mais il m'a plantée. En d'autres temps, je serais restée connectée jusqu'à ce qu'il soit disponible - n'importe quoi !! Même si je n'ai rien de prévu après, je me suis déconnectée, et tant pis pour lui (bon ça m'évite accessoirement d'avoir à lui dire que je n'ai rien fait depuis 3 semaines haha). Je me remets tout doucement au travail donc. Mon mémoire me fait encore peur, mais ça viendra. Ca va déjà mieux.
Quand tu es angoissée comme l'autre soir, n'as-tu pas un anxiolytique que tu pourrais prendre, avant de t'allonger quelques minutes, pour ralentir le flux de tes pensées et t'apaiser un petit peu ? Je sais bien que ces médicaments cassent un peu la journée, les performances que tu recherches, mais je crois qu'ils te sont nécessaires, et surtout qu'ils sont utiles.
Pour te répondre Patachou, je prends justement un médicament dont le dosage est censé avoir un effet anxiolytique (ma psychiatre ne veut pas que je prenne de Xanax)... Mais à part me mettre dans le brouillard de 22h à 12h le lendemain, il n'y a pas trop d'effet j'ai l'impression. Et le fait de me réveiller aussi difficilement, de ne pas être opérationnelle avant plusieurs heures me mine vraiment le moral. J'expliquerai tout ça au docteur quand je la verrai.

Voilà, un tout petit peu de petit mieux, c'est déjà un grand pas pour moi. Promis je m'accroche, promis je ne cèderai pas (plus haha) à la panique. Il y a eu ce moment de terreur, où j'ai cru que ce pour quoi j'avais tant sacrifié de choses (mes recherches) n'était qu'une monstrueuse erreur conditionnée par l'obligation (crois-je) de "réussir". Mais en fait, ça me plaît, ça me plaît vraiment. Je ne serai peut-être jamais chercheuse, mais ce que je fais maintenant tout de suite me plaît. (OUF)

Bref, maintenant j'ai un cap, je sais par où commencer. Il me faudra juste un petit peu de courage pour engager cette discussion, mais je sais ce que je fais.

Je vous embrasse tous mille fois, merci pour vos gentilles propositions IRL, vos attentions, vos messages... Je vais me cajoler maintenant :)

:bisou:
Sebastien1979 ont aimé ça
#1296396
Bonjour Janysse, je suis heureuse de lire tout ça.
Tu es sur la bonne voie, et même si le chemin est long, ca en vaut la peine!

Je t'envoie plein de bonnes ondes et de courage (et ma proposition n'a pas de date limite, si besoin).
Janysse, Elam02 ont aimé ça
#1296404
Coucou Janysse,

Ça me fait plaisir de te lire un peu plus rose, si je puis dire.
Un jour, il y a 3-4 ans, j’ai également parlé à ma maman. Elle en avait pleuré et j’ai compris tellement de choses ce jour-là. Elle est tout pour moi... ce fut bénéfique, on s’est rapprochées comme jamais.
Je te félicite pour ta démarche, cela va dénouer bien des choses, je te le souhaite sincèrement.

Douces pensées <3
Elieza, Janysse ont aimé ça
#1296469
Coucou

Aujourd'hui, journée ok. Je n'ai pas avancé mes travaux, ça n'est pas grave. Comme je suis étudiante et que je suis pauvre (haha), je donne des cours pour me financer, donc aujourd'hui j'ai donné mes cours. Je me suis levée hypra tard, ça n'est vraiment plus possible ! Mais demain matin j'en parlerai à ma psy. L'angoisse est montée comme d'habitude en fin de journée, beaucoup de pensées autour de mon ex, mais là ça va. Bref je vous raconte ma vie mais ça me fait un peu de bien ^^

Et, grosse décision. J'ai appelé ma petite soeur, je l'ai invitée à passer un weekend chez moi. Je serai incapable d'avoir LA discussion avec elle par téléphone, alors je l'ai invitée à venir. Et puis, ça me fera plaisir. Elle est contente, je suis contente. Je crois que j'avance malgré tout.

Je me suis également procurée le livre "50 exercices pour sortir de la dépendance affective", de Géraldyne Prévot-Gigant. Ca ne remplace pas une thérapie, mais c'est un chouette outil pour avancer en parallèle.

Voilà, rien de bien fou, pas de gros mieux, pas de waouh, mais je suis debout, je suis vivante, et j'avance.

Je vous embrasse bien fort
#1296473
Courage Janysse.
En tout cas ne te prive pas de raconter ta vie car j'adore te lire! :grinning: Tu as une façon bien à toi d'écrire qui te rends attachante je trouve.
Sympa comme livre, comme quoi on a pas mal de moyen pour avancer! Je vais essayer de l'acheter.

Bonne soirée!
#1296474
Coucou Janysse, je ne sais pas si tu en as déja parlé, ou si ça a déja été mentionné, mais fais tu du sport, un peu?
Je me suis mise au Pilates cette année, et ca m'a beaucoup aidée dans la gestion de mes crises d'angoisse/attaques de panique.

C'est doux mais les résultats sont rapides et ça aide beaucoup pour la respiration/le recentrage sur soi même.
  • 1
  • 35
  • 36
  • 37
  • 38
  • 39
  • 46
fin de 18 ans de vie commune

Bonjour ninix, Déjà, je suis d&eacu[…]

Au fond du gouffre

Bonjour Lili, Je ne suis pas vraiment intervenue s[…]

Bonjour Carrie Et pour elle? Même si l[…]

Salut a tous Moi c'est Fred 30 ans, je résu[…]