Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Votre avis et vos expériences sur ce qu'il ne faut absolument pas faire pour récupérer son ex
par Rnl
#1284885
Justement c’est parce que tu as des regrets sur ton ancienne histoire que tu dois en parler (pas forcément ici, hein, mais avec ton psy). Parce qu’on ne peut pas se construire un bel avenir si on n’a pas réparé son passé.

Moi même plusieurs personnes m’ont dit que si je m’étais enfermée dans une relation qui me détruisait c’était pour me punir de ce que j’ai fait à mon ex. Et j’ai la sensation que tu te sens aussi extrêmement coupable de ta rupture avec ton ex mari. Or te pardonner est nécessaire pour pouvoir aller de l’avant.

Je t’écris un peu plus tard dans la journée en mp.
#1284943
Rnl a écrit :Justement c’est parce que tu as des regrets sur ton ancienne histoire que tu dois en parler (pas forcément ici, hein, mais avec ton psy). Parce qu’on ne peut pas se construire un bel avenir si on n’a pas réparé son passé.
Je ne peux que dire oui, oui et oui à cette phrase. Il faut, parfois, regarder en arrière, accepter ce qu'il s'est passé pour donner un meilleur élan pour le futur. De façon inconsciente, le passé nous hante, pour cela que des personnes ont tendance à reproduire le même schéma tant que le passé n'est pas en paix.

En tout cas, courage à toi, Steph, dans cette épreuve.
par Rnl
#1284972
Une autre remarque que je n’avais pas saisie tout de suite: tu dis que la réussite de cette histoire t’aurait évité les doutes et les regrets. Ne crois tu pas au contraire que les doutes et les regrets étaient inévitables, parce que tu t’es précipitée dans cette nouvelle relation sans avoir fait le deuil de la précédente?

J’irai même jusqu’à dire que c’est (en partie) parce qu’elle est bâtie doutes et regrets que cette nouvelle relation n’a pas pu fonctionner. Tu as cherché à ce que cet homme te répare, alors qu’il est lui même encore très abîmé. Il te l’a dit lui même, qu’il a du mal à te soutenir et te rassurer parce que lui aussi est perdu.
#1285020
Oui, je pense que vous avez tous raison.
Que ce soit pour les raisons qui m'ont poussées à y elle, comme celles qui m'ont poussées à m'accrocher.
Je dois d'abord me reconstruire, moi.

Ma petite victoire de fin : il m'a annoncée hier qu'il avait pris un RDV chez un psychiatre.
Suite à cela, je lui ai envoyé un message pour lui dire que j'étais contente qu'il se prenne en mains pour avancer et que je pouvais donc "partir" tranquille (ou plutôt "le laisser partir"). C'était un message un peu romantico-sensible dans lequel je lui ai expliqué que j'avais essayé de m'accrocher à des illusions, de me battre pour avancer en semble mais qu'il n'avait pas ressenti la même chose et que ce n'était pas grave. Que j'avais besoin d'aller au bout de l'histoire, et qu'une belle fin était de savoir qu'il commençait à guérir et que donc, tout ça n'avait pas servi à rien. Que le meilleur était à venir pour lui. Message auquel il n'a pas répondu. Et ce matin, il est venu me parler de foot l'air de rien. Incompréhensible les mecs mais bon...

Tant pis, je lui souhaite quand même le meilleur pour la suite, et à moi aussi.
#1285023
" de me battre pour avancer en semble mais qu'il n'avait pas ressenti la même chose et que ce n'était pas grave. Que j'avais besoin d'aller au bout de l'histoire, et qu'une belle fin était de savoir qu'il commençait à guérir et que donc, tout ça n'avait pas servi à rien. Que le meilleur était à venir pour lui. Message auquel il n'a pas répondu. Et ce matin, il est venu me parler de foot l'air de rien. Incompréhensible les mecs mais bon... "

Il a entendu ton message, au contraire... et il te laisse avancer. Ca sonne comme un " au revoir et merci " ce message que tu as envoyé, Stéphanie... Et... il se sent peut-être un peu " libéré " là... Son attitude au taf est adaptée selon moi...
#1285026
Oui oui, c'est ce que je me suis dit aussi.
Néanmoins, j'aurais "apprécié" un "au revoir et merci" de sa part aussi.
Je n'ai pas trouvé ça très sympa la "non-réponse" quand tu prends le temps d'envoyer un message long comme celui-ci, pleins de bonnes attentions et dans lequel tu acceptes aussi la vision de l'autre.
Peu importe, ça ne change pas le fond car la forme reste la même.
Peut-être que je suis un peu énervée quand même parce que j'aurais espéré au fond de moi que me voir partir agisse comme un électrochoc.
Ca passera...
#1285031
On ne peut pas savoir ce qu'il se passe dans sa tête. Peut-être ne vaut-il mieux ne pas le savoir d'ailleurs.

Même si je suis un peu blessée de sa "non-réponse", je ne dois pas m'attarder sur cela car de toute façon, cela ne change pas le fond du problème.
Je sais qu'aujourd'hui, il a besoin de temps pour se reconstruire. Et que moi, j'ai besoin de temps pour avancer et penser à moi.

La situation des dernières semaines où j'ai passé mon temps à le solliciter car j'avais peur de le perdre n'est pas sain.

Par ailleurs, ces dernières semaines, je lui ai envoyé plusieurs fois de longs messages dont le fond était à peu près similaire. Peut-être que ça ne le touche plus de la même façon non plus car il s'est habitué à ce genre de message.
Il avait toujours pris le temps de répondre néanmoins.

On peut imaginer pleins d'hyopthèses :
- Pas de réponse car il doute (si il répond "merci, toi aussi je te souhaite le meilleur" alors il ne peut pas revenir en arrière. Si il répond "non, ne pars pas", il s'engage". Ne pas répondre c'est se laisser la porte ouverte...),
- Pas de réponse car il ne sait pas quoi dire (il n'y avait pas de question...),
- Pas de réponse parce qu'il est saoulé de recevoir ce genre de pavés qui tournent en rond,
- Pas de réponse car il est libéré et donc accepte la décision,
- Pas de réponse pour me protéger (bienveillance silencieuse),
- Pas de réponse...

Alors, à ce rythme là, on n'est pas prêt de savoir !
#1285032
^^ Je sais que tu le sais, mais, tu n'étais pas prête à envoyer " le dernier message ", Stéphanie... tout simplement... on attend plus rien une fois qu'il a été envoyé ^^

Tu vas passer doucement à autre chose, tu as encore besoin de temps... mais tu avances, crois moi... Bonne journée à toi
#1285033
Oui, c'est tout à fait et c'est bien résumé.
Je l'ai envoyé raisonnablement.
Mais je n'étais pas prête à signer "la fin" car j'attendais quelque chose.
Et du coup, maintenant je regrette de l'avoir envoyé...
Bref, la spirale infernale !
#1285034
Bonjour Stéphanie,

Tu écris ça lundi:
Stéphanie Vague a écrit :Allez, je vais commencer par faire un SR pour arrêter de l'emmerder d'une part, et de replonger de l'autre. Parce que j'ai quand même le chic pour envoyer des messages relous, m'excuser par la suite et me sentir comme une merde pour finir...
Ce matin, tu écris que tu lui as écrit ça mardi:
Stéphanie Vague a écrit :Ma petite victoire de fin : il m'a annoncée hier qu'il avait pris un RDV chez un psychiatre.
Suite à cela, je lui ai envoyé un message pour lui dire que j'étais contente qu'il se prenne en mains pour avancer et que je pouvais donc "partir" tranquille (ou plutôt "le laisser partir"). C'était un message un peu romantico-sensible dans lequel je lui ai expliqué que j'avais essayé de m'accrocher à des illusions, de me battre pour avancer en semble mais qu'il n'avait pas ressenti la même chose et que ce n'était pas grave. Que j'avais besoin d'aller au bout de l'histoire, et qu'une belle fin était de savoir qu'il commençait à guérir et que donc, tout ça n'avait pas servi à rien. Que le meilleur était à venir pour lui. Message auquel il n'a pas répondu.
Alors je sais que tu n'as fait "que" répondre à un message qu'il t'envoyait mais peut-être commenceras-tu à retrouver de la dignité en évitant de répondre à ses messages, même par simple gentillesse ou courtoisie. Car, réellement, il n'y a ni gentillesse ni courtoisie... La preuve, tu attendais qu'il te réponde et il ne l'a pas fait. Donc tu es déçue (et/ou en colère, et/ou dans l'incompréhension). Mais je pense, de mon point de vue, qu'il n'y avait rien à répondre (ni de ton côté à la base, ni du sien). Qu'il consulte, c'est bien, il le fait pour lui, mais attendons de voir s'il consulte régulièrement ou si c'est juste pour l'esbrouffe.

A la lecture de tes messages, j'ai l'impression que tu veux le sauver. C'est une mission bien trop ambitieuse et inutile qui plus est. On ne sauve personne de lui-même.
Je pense, peut-être à tort, tu me le diras, que tu attends qu'il aille "mieux" pour se rendre compte de la femme merveilleuse que tu es.

De un, tu n'as pas besoin de lui pour savoir que tu es une femme merveilleuse :) (avec ses qualités et ses défauts).
De deux, lorsqu'il ira "mieux", il y a de fortes probabilités que sentimentalement parlant il se tourne vers quelqu'un d'autre. Parce que tu l'auras connu avant et aussi parce qu'il aura pris conscience du mal qu'il t'avait fait et du doudou que tu étais devenue.

Si je suis bien, tu dis ici que tu sais que c'est fini avec lui, etc... Permets-moi d'en douter ;) (et ce n'est aucunement une critique, je n'ai pas mieux fait à une époque). Il faut peut-être que tu commences à t'avouer à toi-même que cet homme n'était tout simplement pas amoureux (et ça tu n'y es pour rien, cela ne remet pas en cause ta valeur) et que tu as servi de soupape à un moment où il en avait besoin.
Stéphanie Vague a écrit :On peut imaginer pleins d'hyopthèses :
- Pas de réponse car il doute (si il répond "merci, toi aussi je te souhaite le meilleur" alors il ne peut pas revenir en arrière. Si il répond "non, ne pars pas", il s'engage". Ne pas répondre c'est se laisser la porte ouverte...),
- Pas de réponse car il ne sait pas quoi dire (il n'y avait pas de question...),
- Pas de réponse parce qu'il est saoulé de recevoir ce genre de pavés qui tournent en rond,
- Pas de réponse car il est libéré et donc accepte la décision,
- Pas de réponse pour me protéger (bienveillance silencieuse),
- Pas de réponse...

Alors, à ce rythme là, on n'est pas prêt de savoir !
Tu vois, cette partie me gêne car cela ne sert strictement à rien de partir en conjectures.

Et ta première hypothèse me fait dire que tu es encore dans un beau déni. Mais ce n'est pas très grave, il te faut encore du temps pour assimiler la fin de cette histoire. Le déni sert aussi à ça, se protéger quelques temps. Mais il ne faudrait pas qu'il dure trop longtemps non plus.

Si tu ne peux pas couper intégralement les ponts avec lui, à cause du travail, limite au maximum les échanges, et ne réponds pas aux sollicitations autres que sur le boulot. T'en sens-tu capable? (c'est une vraie question, je précise)
#1285035
Ce que je trouve dommage, c'est que tu passes une grande partie de ton récit à t'excuser d'être une femme passionnée, d'avoir des besoins relationnels concrets, d'être une personne sincère et engagée! Tu te sens comme une "merde", mais pourquoi? Parce que tu n'es pas une James Bond au féminin qui vit sans t'attacher à qui que ce soit? Parce que tu aimes sincèrement un homme qui ne te rend pas la pareille? Pourquoi aurais-tu à t'excuser d'être cette femme parfaitement normale qui n'a pas eu de chance en tombant sur Mr. Indécis?

Parfois à essayer de sauver quelqu'un de sa peine, de l'aider dans son deuil, d'essayer de jouer à l'infirmière, on espère devenir des femmes absolument indispensable. De façon inconsciente on espère que sur cette base, l'Homme va tomber amoureux et avoir besoin de nous à tout prix. C'est justement le piège. Ça génère de la frustration, voire de la colère, à la longue. Et c'est normal! Plus on a investi dans quelqu'un, plus on a travaillé fort pour l'entourer d'attention, des compassion, de l'ensevelir d'amour, plus on s'attend à obtenir quelque chose en retour.

À mon avis, cet homme ne t'a pas manipulé consciemment, mais il n'a pas fait le travail psychologique nécessaire pour être celui que tu mérites. Il a cherché à fuir sa peine en se lançant à corps perdu dans une relation passionnelle. Il s'est bien rendu compte que la peine l'a rattrapé quand même (si on ne vit pas un deuil, il est retardé) et qu'en plus il a entraîné la destruction de ton mariage (alors ajoutons la honte à la peine).

Si j'étais à ta place, je lui dirais que tu ne souhaites plus être celle qu'il appelle quand il a le cafard. Que tu n'es pas une infirmière. S'il veut entreprendre une relation avec toi, il peut te recontacter seulement s'il est prêt à s'investir et après avoir fini son deuil. Tu n'as pas besoin d'un déprimé qui pleure une autre femme dans ta vie. Alors, qu'il te recontacte quand le temps sera venu, quand il sera capable d'entrevoir un avenir radieux avec toi. S'il t'apprécie vraiment, il respectera le silence.
#1285038
@Carrie07 : tu m'énerves à avoir raison car force est de m'avouer que si mon cerveau SAIT et est lucide de la situation, mon cœur doute / espère. Je suis dans le déni parce que j'ai peur d'affronter tout ça mais il le faut. Il n'y a pas de bon départ dans le déni car il y a souvent de l'attente. Mais tes mots justes me font du bien. Peu importe les raisons, le résultat reste qu'il n'était pas amoureux et que donc, cette relation ne peut pas fonctionner. Je vais donc prendre mes distances pour me protéger car je suis encore trop fragile et pour le moment, pas suffisamment détachée émotionnellement pour ne pas craquer.

@Carambole : effectivement, je crois que le fond du problème c'est d'avoir voulu le sauver d'une part, et de ne pas m'aimer suffisamment pour ne pas penser qu'il puisse m'aimer uniquement pour ce que je suis sans avoir à donner plus d'autre part. Mais tu as raison sur le fait que je passe mon temps à m'excuser d'être passionnée alors qu'il y a encore peu de temps, c'était aussi sa façon de vivre notre relation. Je suis comme je suis, et je sais qu'il n'a pas cherché à me manipuler consciemment. Pour le moment, je ne vais pas lui dire quoique ce soit car ce serait remettre le couteau dans la plaie, j'en ai assez fait et mon message était clair. Si néanmoins il vient me parler trop souvent, alors je lui dirai que je préfère qu'il respecte mon silence car je ne peux pas être amie avec lui pour l'instant.

Parfois, j'aimerais accélérer le temps pour aller mieux et être détachée. Mais il faut accepter de passer par ces phases pour être plus fort. Allez, jour 1 de ma reconstruction. Merci vraiment à tous, vos mots me font du bien. Ce n'est pas de ma faute.
#1285039
Rien ne vous empêchera d'être amis le temps venu. Vous êtes en contact au travail, alors quand tu auras le détachement nécessaire pour que ça marche, tu pourras tout simplement l'inviter à luncher.

Pour ma part, j'ai trois conditions pour être vraiment amie avec un ex:

1) ne plus le désirer sexuellement
2) être certaine que je veux être son amie pour des raisons autres que pour entretenir l'espoir
3) assumer que si je ne suis qu'une amie, ça ne l'empêchera pas de rencontrer ou de fantasmer sur d'autres femmes car il ne me doit rien

En passant, je suis dans le même genre de situation que toi, alors je ne fais pas la leçon, hein?! Je suis tout aussi pire et j'aimerais tout autant faire des bonds dans le futur. Et parfois, je l'avoue, j'aimerais subir une lobotomie pour qu'un chirurgien m'arrache la partie du cerveau qui me rend aussi attachée aux hommes!

Si tu parles anglais, je te recommande la lecture du livre d'Amir Levine "Attached". Il explique l'attachement en termes scientifiques, ce qui permet de relativiser et d'affirmer qu'on est pas des folles, biologiquement parlant.
#1285041
Je suis complètement d'accord avec les conditions que tu énonces, et très clairement aujourd'hui je ne suis pas prête.
J'avais "joué" le jeu dans un premier temps mais c'était de mauvaise foi car je pensais préserver un lien en espérant qu'il "revienne".
C'est malsain d'une part, et cela me met dans une position dans laquelle je ne peux pas avancer. Laissons le temps au temps comme on dit...

Oui, on est toujours plus efficace pour donner des conseils à d'autres que se les appliquer soi-même.
Mais néanmoins, une partie de notre cerveau est quand même lucide et permet petit-à-petit de se résigner et d'avancer.
Phénomène de résilience...

Je parle anglais alors j'essayerai de lire ce livre !
Ce dont je suis sûre c'est que "non, nous ne sommes pas folles de nous attacher". Ce qui amène de l'intensité dans la Vie, c'est de s'attacher et de créer du lien. Rompre le lien fait aussi partie du processus, bien entendu.
Quoiqu'il en soit, je préfère être une passionnée en accord avec mes valeurs et qui vit ses émotions avec franchise, que faire l'éponge en permanence. Si je regrette sur le moment car j'ai peur de "déranger", au fond je retire une certaine fierté de ne pas tricher et de dire les choses.
Cela n'implique pas l'autre à ressentir la même chose, à cautionner ou à aller dans notre sens.
Mais cela amène de l'honnêteté, valeur qui à mes yeux me paraît importante pour construire même en amitié.
Je préfère être moi avec mes "trop" que jouer un jeu avec mes "pas assez".

Parfois, seul le lâcher prise, faire confiance dans le temps et être patient amène ce qu'on cherche : la sérénité émotionnelle.
#1285043
Moi j'aime croire qu'il a bien de la chance ce mec de t'avoir eu dans sa vie. Mais il ne va s'en rendre compte que lorsqu'il ne te prendra plus pour acquis.

Et à ce moment-là, tu seras redevenue sereine.
#1285044
Oui, je pense qu'il a eu de la chance de me rencontrer car outre le fait que je lui ai permis de reprendre confiance en lui, je l'ai aussi accompagné à travers nos longues discussions jusqu'à ce fameux RDV avec le psychiatre. On partait de loin quand je l'ai rencontré du déni jusqu'à l'acceptation. Je ne croit pas qu'il s'en rendra compte. Je pense qu'il s'en rend déjà compte. Mais cela ne fait pas que quelqu'un t'aime. On t'aime pour ce que tu es, pas pour ce que tu donnes...
#1285045
Stéphanie Vague a écrit :
20 juin 2018, 11:27
On t'aime pour ce que tu es, pas pour ce que tu donnes...
Exactement :)

Et dans le fait de donner, il faut aussi savoir pourquoi on donne: pour un retour sur investissement? parce qu'on ne se sent pas aimable au sens premier du terme? par pur altruisme?

Quand on est engagé dans une relation (amoureuse, familiale, amicale, professionnelle), c'est faux et illusoire de croire (et/ou de dire) qu'on n'attend rien en retour. On attend forcément une certaine réciprocité (qui peut aller de la simple courtoisie à des sentiments très forts). Là où il faut apprendre à se protéger et à se retirer à temps (sans mauvais jeu de mots ;) ), c'est quand on se rend compte que la réciprocité ne nous convient pas.

Si tu attends un engagement de l'autre qui n'est pas prêt à te le donner/n'a pas envie de te le donner, il faut savoir couper court à la relation au risque d'être malheureux plus que nécessaire. Se montrer un minimum égoïste est essentiel selon moi.
#1285046
Oui, je suis tout à fait d'accord. Evidemment que j'ai donné en espérant un retour, à minima des sentiments bien sûr.
Et pour être honnête, cela fait plusieurs mois (même quand on était encore ensemble), qu'il ne donnait plus grand chose, ne s'investissait pas beaucoup.
J'aurais dû m'arrêter à temps pour éviter de souffrir trop longtemps. Etre plus égoïste. Mais je pense que je ne l'ai pas fait par altruisme mais bien parce que je pense que je ne me sens pas suffisamment aimable pour me suffire à moi-même. Axe à travailler pour l'avenir.
Bref, on ne peut pas changer le passer ni anticiper le futur. Par contre, on peut agir sur le présent donc...
#1285058
Tu es quand même bien lucide sur toi et la situation, ce qui est une très bonne chose.
Mais lucide ne veut pas forcément dire capable de mettre en branle ;) .

Bien entendu que tu aurais dû savoir couper au moment où tu t'es rendue compte que ses sentiments à lui/son investissement à lui n'était/ent pas à la hauteur de ce que tu espérais/voulais. Mais franchement c'est extrêmement dur à faire quand on est amoureux/se. Il y a souvent (toujours?) un petit espoir caché dans le fond à gauche du cerveau qui dit "sois patient/e, peut-être que...", espoir qui devient illusion progressivement.

Tu peux travailler sur de petites choses simples à mettre en place, par exemple, ne plus communiquer avec lui autrement que pour le travail. S'il t'écrit pour parler de foot ou autre sujet, ne pas lui répondre. Ou si tu n'y arrives pas tout de suite, répondre en fermant toute discussion possible. Vois-tu ce que je veux dire?
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 7

nous sommes 2 responsables: il a fui sans rien me […]

Hello AgatheYzac, Et merci beaucoup pour ta r&eac[…]

Merci de vos réponses, dur d'avoir du recul[…]

Au fond du gouffre

Merci à vous tous, Je vais bien, j’[…]