Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
par Lisa_paris
#1335396
Bonjour à tous ceux qui auront la patience de me lire,

Mon histoire est un peu longue, donc je vais essayer d’être la plus claire possible.
J’étais en couple pendant 5 ans suite à des relations maltraitantes qui m’ont rendu très fragile. Cette relation m’a permis d’évoluer énormément, j’ai entamé une thérapie et commencé un traitement antidépresseur. Cependant, à la fin, les sentiments ont disparus progressivement des deux côtés, et nous nous sommes séparés d’un commun accord (1ère séparation de ce type pour moi à 25 ans!)
Lorsque j’étais sur la fin de ma relation, j’étais très ami avec un garçon qui ne cachait pas son envie d’être avec moi. Selon lui, j’étais la fille parfaite, et il ferait tout ce que mon ex ne faisait pas (ou plus) avec moi, à savoir découvrir des choses, partir en voyage, etc. Lorsque j’ai été célibataire, j’ai finalement cédé à ses avances, car il me plaisait depuis un moment. Bref, la relation débute, j’essaie de faire les choses progressivement. C’est quelqu’un d’assez instable, torturé, un peu comme moi (je le pensais). Il m’a menti sur des choses futiles d’avant notre relation, et ça a suscité chez moi une jalousie qui a toujours été un peu présente.
2 années passent de manière relativement stables, par phases. Et on en vient à cet été, ou j’ai raté mon permis à deux reprises. La première fois il m’a disputé parce que j’avais raté (oui), je lui ai fais part de mon ressenti, à savoir que je voulais du soutien, et il a refait pareil la deuxième fois parce que sa voiture était tombé en panne « quoi, t’as raté c’est ça?ben j’ai plus de voiture, on reste ici ». On est parti en week-end avec des amis à lui, et il était assez agressif, il m’a dit devant tout le monde que j’étais « marquée comme ma mère » et m’a fait une scène parce que j’ai fais tombé mes clés dans un endroit dur d’accès, sans faire exprès évidemment. Suite à cela, je l’ai emmené en vacances avec ma famille, dans un bel endroit, il n’avait rien à payer, j’en étais très heureuse, c’était ma seule semaine de vacances. Il n’était pas content d’être là, j’étais trop avec ma famille (selon lui), le dernier soir il m’insulte quand je lui demande des explications, il me dit que c’est terminé, et qu’ensuite non pas du tout il ne le pensait pas (dix min après).
Tous ces moments sont bien sur entrecoupés de moments ou j’étais la plus belle et la femme de sa vie.
A la rentrée, notre rythme de vie a changé : lui n’avait quasi pas cours, et moi tout le temps. Il m’a indiqué que l’année dernière il se privait de sortir pour moi (je suis jalouse, mais ça je l’ai appris parce qu’il ne l’avait jamais évoqué, on aurait pu en parler) et que cette année il sortirait 3 fois par semaine, non négociable. Il a commencé à sortir de plus en plus, à rater ses cours. Ma jalousie s’est accentué parce que je sentais qu’il s’éloignait. J’ai eu pleins de problèmes électroménagers, et à chaque fois ça déclenchait des disputes « rien ne va jamais », et tout était surtout toujours ma faute. J’ai raté un examen, épuisée, et il est venu chez moi m’expliquer qu’il avait des doutes sur ma jalousie (dés que j’en suis sortie), mais attention que sur ça, que si cet aspect allait mieux il m’épouserait dans 5 ans, et qu’il m’aimait toujours autant.
Dans la semaine qui a suivi, on regardait une série, et on se taquinait, il me cherchait et je lui ai mis une légère tapette sur l’épaule, hilare. Il est devenu agressif et m’a donné un coup sur l’épaule, ça m’a choqué, c’était pas une douleur insupportable mais on sentait vraiment sa haine. Il m’a expliqué que je n’avais rien compris pour la jalousie, alors que je n’avais réellement pas été jalouse, je ne comprenais pas. Il a aussi donné un coup dans ma porte lors d’une dispute.
Il est ensuite parti en week-end avec de nombreuses personnes (dont une majorité de filles), chose qu’il ne faisait jamais avec moi, bref, je me suis remise en question, donc j’étais contente qu’il en profite. Je fais ma vie, je me réjouis de pouvoir lui faire confiance. Mais auparavant on avait eu une discussion, sur le fait d’y aller progressivement sur mes insécurités : on s’était mis d’accord que se mettre torse-nu gratuitement ça n’avait pas grand intérêt. J’insiste sur le fait qu’il a dit lui-même que par respect ça ne lui viendrait pas à l’idée. Fin de week-end, photo publiée, lui torse-nu, le SEUL de tout le groupe, et il pose hein, pas prise à son insu. Je passe pas loin de le quitter, par pour ça, mais parce qu’il m’accablait pour tout et rien, que je prenais sur moi et que si même sa parole sur un truc aussi dérisoire ne valait rien, comment continuer ?
Il vient chez moi, m’explique qu’il veut qu’on avance, qu’il m’aime, câlins etc. Le lendemain matin pareil, il ne veut pas me perdre, il m’aime. Je vais en cours, il me quitte par textos.
Je suis effondrée, j’ai l’impression d’avoir trop tolérer, d’avoir tout gâché, ça dépends des moments. Il est indifférent, et m’a expliqué qu’il avait moins de sentiments depuis les vacances (ou je n’ai rien fais de mal?), qu’il avait fais son deuil depuis plusieurs mois, merci au revoir, je lui manque pas, d’une dûreté que je n’aurais jamais cru voir chez lui.
Désolée pour la longueur, et merci d’avance pour vos conseils, je ne sais pas quoi penser de tout ça..
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

par Janysse
#1335403
Salut Lisa,

Je rejoins Elieza, c'est bien une relation toxique. Un coup tu es la femme de sa vie, un coup tu es la pire des sorcières et tout est de ta faute : ce n'est pas comme ça que fonctionne une relation saine.

Je t'invite à lire la BD de Sophie Lambda Tant pis pour l'amour. Comment j'ai survécu à un manipulateur, tu y trouveras très certainement des pistes : https://www.babelio.com/livres/Lambda-T ... ur/1174923

D'ici là, considère que c'est une aubaine qu'il t'ait quittée, protège-toi, entoure-toi et fais attention à son potentiel retour...

Courage
Elieza ont aimé ça
Avatar du membre
par in vino veritas
#1335404
Je suis d'accord avec les deux copines du dessus. C'est un abuseur. Presque un cas d'école.
Fuis moi ce tas de boue.

Par contre j'ai été interpellé par ta premiére phrase: "J’étais en couple pendant 5 ans suite à des relations maltraitantes qui m’ont rendu très fragile. "
tu étais en couple parce que tu étais fragile ?
Avatar du membre
par Powercath
#1335414
VV, je comprends qu'elle a un pattern d'être avec des mec qui la maltraite....

Je suis d'accord avec tout le monde en haut, mais je stop également sur ta jalousie. Profites-en pendant que tu es seule pour essayer de comprendre pourquoi tu es si jalouse. Pourquoi ca te dérange que ton mec se mette torse nue ? il a le droit de faire ce qu'il veut avec son corps non? Qu'-estce que tu penserais d'un mec qui critique sa copine qui porte des jupes courtes ?

Bref, oui c'était probablement une relation toxique. Bref oui c'est une aubaine qu'il t'es quitté pas seulement parce que c'était pas un mec pour toi, mais que tu vas pouvoir travailler avec un psy sur ton manque de confiance en toi et tout ce qui t'a fragilisé suivant ta première relation.
in vino veritas, Elieza ont aimé ça
Avatar du membre
par in vino veritas
#1335416
Si je comprends bien alors, la relation de 5 ans elle n'était pas maltraitante MAIS elle s'est arrétée par usure des sentiments.
Je mets une pièce dans la machine, il était plus agé ?
Elieza ont aimé ça
par sandstorm
#1335420
Βonsoir je rejoins les copaines

Moi ce qui m'interpelle c'est que cette histoire saine semble dans ton récit comme un "interlude" à des relations malsaines. ça donne l'impression que pendant un moment tu as cherché à vivre une relation saine avec quelqu'un de sain mais dès que cette histoire s'est finit de façon "plate", c''est ton coté "torturé' qui a repris le dessus et qui est allé choisir un autre gars "torturé".

Qu'est ce que te pousses à choisir ses relations? est ce que par exemple tu penses que l'amour c'est aussi souffrir? qu'une relation saine et équilibrée c'est quelque chose de plat alors que les hauts et les bas dans une relation, les "je t'aime t'es la femme de ma vie" puis "t'es une vielle sorcière" sont pour toi plus "intéressants", plus "vives"? C'est peut être dans ta vision de ce qu'est l'amour que tu devrais aller chercher pourquoi tu cherches et tu choisis ce genre de relations. En tout cas c'est une piste.
par Lisa_paris
#1335434
Bonsoir à tous,
Merci de vos réponses, je trouve que vous visez très juste, et ça me fait du bien de lire certaines choses.
J’ai été très seule durant mon adolescence, et effectivement j’ai eu des relations maltraitantes auparavant, qu’il s’agisse de violence psychologique ou physique. Je travaille énormément dessus en thérapie, mais j’admets que je préfère souvent, inconsciemment bien sur, être mal accompagnée à la solitude, je me voile la face, et actuellement je me demande s’il aurait pu faire quelque chose qui m’aurait fais partir (je ne pense pas).
Quelque part oui, je suis en couple pour réparer ma fragilité. La relation que j’ai eu pendant 5 ans était douce, mais s’est étiolée avec le temps. C’est la seule relation, et rupture saine que j’ai vécu. Le garçon en question avait 2 ans de moi que moins.
La relation que j’évoque était par contre entretenue avec un garçon de 5 ans de moins que moi ( il a 22 ans et j’en ai 27.) Effectivement, je suis quelqu’un de très extrême, et je vis au travers de mes relations, de l’amour, et certainement de la maltraitance : je ne suis jamais autant amoureuse que lorsqu’on me fait du mal, je le constate tristement à chaque fois, comme si je voulais prouver que j’en valais la peine. J’avais l’impression qu’il était un peu comme moi, et que je l’ai plus aimé que la personne avec qui j’ai entretenu une relation de cinq ans, qui était moins intense (mais plus saine).
En ce qui concerne ma jalousie, je me trouve détestable : pas jolie, pas intéressante, donc je me dis que la personne avec qui je suis finira par s’en rendre compte et m’abandonner : ça n’a pas loupé…
Mais ce qui m’a encore plus choqué dans ce cas, c’est le fait d’écrire tous ces évènements : pourquoi je ne suis pas partis ? Et la violence de la rupture, une fois qu’il me l’avait dit, il a été d’une dûreté que je n’aurais jamais soupçonnée, à me dire que je ne lui manquais pas, qu’il n’avait pas d’états d’âme quand il passait à autre chose, qu’il n’était pas spécialement triste (même quand ça ne faisait que quelques heures). Je suis passée de tout à rien, à ne plus faire parti de son univers, et surtout à vite en disparaitre.
Je me sens complètement désoeuvrée, rejetée, et je m’en veux parce que je me dis que si je n’avais pas été jalouse, il serait peut être resté ? Mais il est certainement mieux qu’il soit parti, au fond je me dis que ça n’était pas tenable… J’avais une pression permanente sur les épaules, mais aussi une présence, celle qui me manque terriblement.
Quand j’aime je donne tout, quand on me quitte, je perds tout. Je pense être une amoureuse de l’amour, je vis certainement dans une utopie de ce qui n’arrivera jamais.

Je vous remercie encore de vos réponses, les jours passent, et j’espère que la douleur passera, et surtout cette sensation de vide qui est très dure à supporter.
in vino veritas ont aimé ça
par Elieza
#1335435
Hello Lisa.
Tu es très lucide sur tes mécanismes, et rien que pour cela je tenais à te féliciter. Tu n’es pas dans le déni, la bonne nouvelle c’est qu’avec un bon accompagnement tu t’en sortira.
Je le reconnais beaucoup dans ce que tu racontes, j’ai été comme toi jusqu’à mes 35/36 ans, dans des relations ou je ne trouvais ma valeur qu à travers l’autre et peu importe le reste (la dévalorisation, la maltraitance verbale et psy, être avec n’importe qui plutôt que d’être seule…).
Mais vraiment, on peut s’en sortir.
Ça ne se fait pas en un claquement de doigts et comme dirait quelqu’un que j’apprécie beaucoup ici « va contre toi même, toujours ».
Le « package » tu peux l’avoir, mais ça dépend aussi de toi, de l’estime de toi que tu dois développer, du respect de toi même et de tes limites.
Courage!
in vino veritas, Lisa_paris ont aimé ça
par sandstorm
#1335436
je ne suis jamais autant amoureuse que lorsqu’on me fait du mal, je le constate tristement à chaque fois, comme si je voulais prouver que j’en valais la peine.


tu parles à la fin d'utopie de l'amour, que tu es une amoureuse de l'amour.
mais ici ce que tu décris ce n'est pas de l'amour.

peut être à travers ses relations malsaines qui finissent mal en plus, de "valider" inconsciemment cette croyance ancrée en toi que tu n'es pas belle, intelligente, aimable etc? c'est peut etre une piste

Mais je rejoins Elieza ça se travaille. petit à petit mais tu vas y arriver !
in vino veritas, Elieza, Janysse ont aimé ça
Avatar du membre
par in vino veritas
#1335437
J’ai adoré vous lire les filles, toutes les trois.
Je n’ai rien à rajouter. Lisa la balle est dans ton camp, tu es parfaitement lucide sur tes mécaniques mais maintenant tu dois agir. Essaye de réparer le couple que forment tes réflexions et tes actes. Fais toi aider par un professionnel peut être. C’est bien d’avoir du recul sur soi même mais sois vigilante à chaque instant pas après coup. Tu as tous les éléments en ta possession mais t’es la seule à avoir la notice pour construire le machin. Mais agis.
Elieza, Lisa_paris ont aimé ça
par Lisa_paris
#1335483
Bonjour à tous,

Merci pour vos conseils, ça fait du bien de parler avec des gens qui comprennent ce qu’on ressent, et même si on se doute que ça va finir par passer, ça fait du bien de le lire.

Je reviens vers vous car je suis complètement désœuvrée. Je continue de voir mon psy et de travailler sur toutes les mécanismes que je mets en place en raison de ma peur de l’abandon. Mais je n’arrive pas à lâcher prise, malheureusement, j’ai l’impression d’être dans un cercle vicieux qui ne finira jamais.
J’ai continué à écrire à mon ex, sans même savoir ce que je cherchais en le faisant, enfin si : à ce que la douleur passe. Je ne sais même pas, honnêtement, si j’ai réellement envie que ça reprenne ( je n’ai pas le choix de toute façon ), mais je pense que je ne pourrais pas être avec quelqu’un qui me fait subir ce que je suis en train de vivre, quoiqu’il arrive.
J’ai voulu parler avec lui, pour qu’il me dise que malgré tout les 3 ans qu’on a vécu ensemble, même si les sentiments étaient partis, avaient existé, et je trouve qu’il n’y a rien de pire que de devoir faire mine que ça n’a jamais existé. Suite à mon message, il m’a bloqué partout : encore une fois, je me suis sentie soumise, et tellement triste.
J’ai contacté une de mes amies qui lui a rendu ce qui restait de ses affaires chez moi, il lui a demandé de mes nouvelles, lui a dit qu’il m’avait débloqué (je ne sais pas dans quel but) et qu’il ne reviendrait pas sur sa décision.
Sachant ça, je n’ai pas pu résister, même si je savais que ça allait me faire mal : je lui ai écris pour lui proposer qu’on se voit pour faire le point, il a refusé et m’a bloqué à nouveau. Ça m’a choque, je ne sais même pas pourquoi, une telle indifférence me paraît tellement cruelle, par rapport à tout ce que j’ai fais pour lui, pour nous, seule, finalement.

Je n’ai plus aucun moyen de lui écrire, et je m’en sens complètement désespérée, même si je ne sais même pas ce que je dirais, au final. J’ai toujours l’impression qu’il sera devant ma porte, que je vais recevoir un message, comme si tout cela n’était qu’un cauchemar.
Je n’arrive pas à lâcher prise, et à me dire que c’est fini : quand je sors je donne le change, avec néanmoins l’angoisse permanente de le croiser, vu qu’on fréquente la même université.

Je n’arrive pas à voir envie de me concentrer sur moi, je me sens détestable, pas aimable, et je ne supporte pas la solitude. Je fais de grosses crises d’angoisse par moment, comme si je réalisais que mon « pire cauchemar » s’était réalisé, parce que l’abandon brutal c’est la pire chose que je pouvais vivre.

Je parle à quelqu’un de gentil, un ami d’ami, pour qui j’ai ressenti une petite exaltation, ça me fait du bien, mais je n’arrive pas à me projeter dans quoi que ce soit, ce que je lui ai dis. Nous ne faisons que discuter, mais je n’ai pas envie de pansement, je ne sais pas ce que je cherche en réalité, me tourner du côté de la vie, certainement.

Je ne sais pas si vous avez des conseils pour essayer d’avancer, je n’arrive même pas à arrêter de lui écrire, si je ne le fais pas c’est simplement parce qu’il m’a bloqué..

Merci d’avance pour vos retours, ça fait 1 mois et la douleur est toujours aussi lancinante..
Avatar du membre
par in vino veritas
#1335484
Viens nous écrire à nous, on va t'engueuler ça te changera les idées.
Déjà ôte moi de ta tête cette idée d'exaltation de parler à ton ami d'ami, protéges toi et aussi protéges le, tu es fragile, ce n'est pas le moment, ne l'embarque pas dans le chaos de tes émotions.
On va t'aider et t'accompagner, mais n'envisage pas la moindre rencontre avant d'être un peu plus au clair avec toi même.
Je reviens plus tard, j'ai du taff, mais grosso modo avant de penser à construire la maison on va essayer de couler des fondations solides.
Elieza, Lisa_paris ont aimé ça
par Lisa_paris
#1335485
Je pense que j’ai besoin qu’on m’engueule un peu, haha, j’arrive pas à redescendre sur terre. Je n’ai pas envie d’ennuyer mes amis donc j’arrive à donner le change, mais au fond ce que je ressens n’a rien à voir avec ce que je laisse paraître.

Oui, c’est certainement une mauvaise idée, même si j’ai été claire sur le fait que je ne pouvais pas entamer quoi que ce soit tant que je ne serais pas bien seule. J’ai toujours eu tendance à enchaîner les relations, il y a quelques années je me serais jeter à corps perdu dans cette relation afin de noyer mon deuil, là je ne peux pas, ne veux pas. Ça me fait simplement du bien de discuter avec cette personne, mais je ne sais pas si je ne me voile pas un peu la face sur mes mécanismes.

Merci beaucoup pour ta réponse, j’espère que j’arriverai un jour, mes fondations ont toujours été… précaires
par Elieza
#1335487
Lisa,
personne a part toi peut décider de plus lui écrire.
Je sais pas, regagner un peu d'amour propre/estime de soi, c'est déja une bonne raison de pas le faire non? Eviter de se blesser aussi...
Nous on peut te booster mais on peut pas faire les choses a ta place.

A une époque quand je n'arrivais pas a ne plus écrire a mon ex je m'étais mise d'accord avec une pote, et je lui envoyais les messages a elle. Dignité conservée mais compulsion assouvie.

Pareil j'ai du taf là mais je repasserai plus tard.
in vino veritas ont aimé ça
par sandstorm
#1335488
Bonsoir

toi tu fais cette démarche pour tes raisons à toi (on va y revenir) mais lui interprète toute tentative de communication de ta part comme une "demande" de vous remettre ensemble. ça c'est un gros classique d'une après rupture.. et du coup il est rejettant et toi tu te sens soumise...
J’ai voulu parler avec lui, pour qu’il me dise que malgré tout les 3 ans qu’on a vécu ensemble, même si les sentiments étaient partis, avaient existé, et je trouve qu’il n’y a rien de pire que de devoir faire mine que ça n’a jamais existé.


tu as besoin d'être rassurée. que tu as été aimée. que tu as compté. parce que ton égo a pris un coup avec cette rupture.
le souci c'est comme dit plus haut lui il se trouve dans un état d'esprit tout à fait différent du tien. et le résultat c'est:
Sachant ça, je n’ai pas pu résister, même si je savais que ça allait me faire mal : je lui ai écris pour lui proposer qu’on se voit pour faire le point, il a refusé et m’a bloqué à nouveau. Ça m’a choque, je ne sais même pas pourquoi, une telle indifférence me paraît tellement cruelle, par rapport à tout ce que j’ai fais pour lui, pour nous, seule, finalement.
il te bloque... encore... parce qu'il pense qu ces tentatives de contact sont des voies détournées pour que tu réussisses à reconstruire une relation. et tu as beau lui dire que non ce n'est pas ça, il va pas changer d'avis. un largueur après la rupture il veut la paix...
Je n’ai plus aucun moyen de lui écrire, et je m’en sens complètement désespérée, même si je ne sais même pas ce que je dirais, au final. J’ai toujours l’impression qu’il sera devant ma porte, que je vais recevoir un message, comme si tout cela n’était qu’un cauchemar.
Je n’arrive pas à lâcher prise, et à me dire que c’est fini : quand je sors je donne le change, avec néanmoins l’angoisse permanente de le croiser, vu qu’on fréquente la même université.
dans ta tête c'est un peu la pagaille et c'est normal.
tu ne sais pas non plus qu'est ce que tu veux alors le seul moyen pour clarifier ton esprit, comprendre tes sentiments, tes émotions, tes pensées c'est de prendre du recul... donc prend cette coupure de contact comme une aubaine. pour te poser les bonnes questions.
Je n’arrive pas à voir envie de me concentrer sur moi, je me sens détestable, pas aimable, et je ne supporte pas la solitude. Je fais de grosses crises d’angoisse par moment, comme si je réalisais que mon « pire cauchemar » s’était réalisé, parce que l’abandon brutal c’est la pire chose que je pouvais vivre.
et là on arrive au point le plus important à mon avis. ces tentatives de contact, de discussion, sont des tentatives comme j'ai dit plus haut de t'apaiser. car ce qui se passe c'est en toi, ça n'a rien avoir avec lui, ou pas tant que ça. Prenons un exemple: il y a pleins de gens au chomage qui vivent le chomage très mal, d'autres moyennement bien. pourquoi cette différence? parce qu'il y a un fait extérieur indéniablement mauvais (le chomage) mais il ya aussi la façon dont chacun réagit à ce fait extérieur. Idem pour une rupture. Pour des raisons que tu dois investiguer, cette rupture en particulier a fait ressortir toutes tes insécurités. D'ailleurs ne dis tu pas que tu as besoin de savoir qu'il a eu des sentiments pour toi càd te rassurer sur le fait que tu es aimable? Le souci c'est qu'actuellement tu es complétement en demande face à un homme qui a décidé de rompre, pour des raisons qui n'ont absolument rien avoir avec ton amabilité.

c'est vers toi que tu dois te tourner, prendre soin de toi, te tourner vers des gens que tu sais te font du bien, la famille, les copains, les collègues, les voisins, whatever tous les gens qui peuvent t'aider à t'occuper l'esprit avec autre chose. te tourner vers des centres d'intérêt, anciens, ou nouveaux. bref canaliser ton énergie vers autre chose que cet homme. petit à petit tu prendras du recul, tu auras bien sur des hauts et des bas mais avec le recul tu verras mieux en toi.

courage tu vas y arriver!
in vino veritas ont aimé ça
par Lisa_paris
#1335490
Elieza a écrit : 17 nov. 2022, 16:46 Lisa,
personne a part toi peut décider de plus lui écrire.
Je sais pas, regagner un peu d'amour propre/estime de soi, c'est déja une bonne raison de pas le faire non? Eviter de se blesser aussi...
Nous on peut te booster mais on peut pas faire les choses a ta place.

A une époque quand je n'arrivais pas a ne plus écrire a mon ex je m'étais mise d'accord avec une pote, et je lui envoyais les messages a elle. Dignité conservée mais compulsion assouvie.

Pareil j'ai du taf là mais je repasserai plus tard.
Je suis d’accord, sans volonté, ça n’ira jamais mieux et je ne pourrais jamais me reconstruire.. Mais j’ai déjà vécu tellement par le passé, et je me suis déjà tellement rabaissée à le supplier de revenir dés le début de la rupture, que finalement je me trouve misérable seule, mon estime de moi-même et au plus bas.
Je vais faire ça, dans tous les cas, je ne peux plus le joindre : c’est sans doute mieux comme ça..
par Lisa_paris
#1335491
sandstorm a écrit : 17 nov. 2022, 18:41 Bonsoir

toi tu fais cette démarche pour tes raisons à toi (on va y revenir) mais lui interprète toute tentative de communication de ta part comme une "demande" de vous remettre ensemble. ça c'est un gros classique d'une après rupture.. et du coup il est rejettant et toi tu te sens soumise...
Si je suis totalement honnête : il a raison. Il a été maltraitant, il m’a quitté du jour au lendemain, mais par moment je veux juste qu’il me parle, que ça soit faux, je suis dans un déni total. Je pense qu’au fond il le sait, j’ai besoin de me rassurer sur ce qu’il ressent, mais en réalité j’ai besoin de me dire que ça ne peut pas se terminer comme ça. J’arrive à être objective par moment, mais dans le fond, je rejette complètement de vivre ça, et je n’arrive pas à le réaliser.

tu as besoin d'être rassurée. que tu as été aimée. que tu as compté. parce que ton égo a pris un coup avec cette rupture.
le souci c'est comme dit plus haut lui il se trouve dans un état d'esprit tout à fait différent du tien. et le résultat c'est:
il te bloque... encore... parce qu'il pense qu ces tentatives de contact sont des voies détournées pour que tu réussisses à reconstruire une relation. et tu as beau lui dire que non ce n'est pas ça, il va pas changer d'avis. un largueur après la rupture il veut la paix...
Dés l’instant ou il m’a quitté, il a voulu la paix, parce que je pense que pour lui cela faisait des semaines que c’était terminé, dont son agressivité et sa culpabilisation perpétuelle. Je m’en rends compte, mais parfois, c’est tellement difficile à admettre, que je le supplierai de revenir.. En sachant que je ne serais même pas capable d’avoir à nouveau une relation avec une personne qui m’a fait tant de mal. Moi-même je ne me comprends pas, et je ne m’épargne pas.
dans ta tête c'est un peu la pagaille et c'est normal.
tu ne sais pas non plus qu'est ce que tu veux alors le seul moyen pour clarifier ton esprit, comprendre tes sentiments, tes émotions, tes pensées c'est de prendre du recul... donc prend cette coupure de contact comme une aubaine. pour te poser les bonnes questions.
Je suis d’accord, dans tous les cas je ne saurais pas quoi dire, et il n’y a rien à dire : je ne veux pas être avec quelqu’un qui ne m’aime pas, et m’a fait vivre ça. Mais dans la réalité, je me sens totalement impuissante : je suis obligée d’accepter quelque chose que je n’avais surtout pas envie de vivre. Je me sens au pied du mur, et je subie totalement la situation. Je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à le quitter à mon tour, à reprendre le contrôle, d’au moins ce que je peux contrôler : moi et ce que je veux.
et là on arrive au point le plus important à mon avis. ces tentatives de contact, de discussion, sont des tentatives comme j'ai dit plus haut de t'apaiser. car ce qui se passe c'est en toi, ça n'a rien avoir avec lui, ou pas tant que ça. Prenons un exemple: il y a pleins de gens au chomage qui vivent le chomage très mal, d'autres moyennement bien. pourquoi cette différence? parce qu'il y a un fait extérieur indéniablement mauvais (le chomage) mais il ya aussi la façon dont chacun réagit à ce fait extérieur. Idem pour une rupture. Pour des raisons que tu dois investiguer, cette rupture en particulier a fait ressortir toutes tes insécurités. D'ailleurs ne dis tu pas que tu as besoin de savoir qu'il a eu des sentiments pour toi càd te rassurer sur le fait que tu es aimable? Le souci c'est qu'actuellement tu es complétement en demande face à un homme qui a décidé de rompre, pour des raisons qui n'ont absolument rien avoir avec ton amabilité.

c'est vers toi que tu dois te tourner, prendre soin de toi, te tourner vers des gens que tu sais te font du bien, la famille, les copains, les collègues, les voisins, whatever tous les gens qui peuvent t'aider à t'occuper l'esprit avec autre chose. te tourner vers des centres d'intérêt, anciens, ou nouveaux. bref canaliser ton énergie vers autre chose que cet homme. petit à petit tu prendras du recul, tu auras bien sur des hauts et des bas mais avec le recul tu verras mieux en toi.

courage tu vas y arriver!
Merci beaucoup pour ces réflexions très juste. La vérité, c’est que j’ai toujours entrepris des relations pour me « sauver ». Je n’ai jamais été bien seule, et je l’ai rarement été. Finalement, à chaque fois que je suis en couple, j’ai conscience que si la relation se terminait, je ne serais pas capable de me relever, en tout cas je m’en suis persuadée, parce que je me suis remise de toutes mes précédentes relations (non sans mal).
J’essaie d’être bienveillante envers moi-même, en ne demandant pas de ses nouvelles, en essayant de sortir, d’aller en cours, de continuer ma vie. Mais j’ai l’impression que tout est feint, je rentre chez moi et c’est le vide, que j’ai toujours tant redouté.
Je travaille dessus en psychothérapie depuis plusieurs années, je pensais que je serais capable de partir si la relation était maltraitante : non seulement je me rends compte que non, mais en plus je serais prête à me mettre à genoux pour quelqu’un qui ne veut plus de moi. Je me déçois profondément, et l’estime que j’ai de moi-même ne peut pas être plus basse.
par sandstorm
#1335492
Tu sais que quelqu'un de maltraitant ne peut pas devenir non maltraitant, pourtant tu y "retournes". Tu sais aussi que tu ne veux pas reprendre la relation, pourtant tu y retournes. Dit autrement malgré le fait que tu as gagné en perspicacité sur la situation (oui oui tu as fait des progrès!) tu n'arrives pas à te controler, c'est devenu compulsif chez toi: c'est ce que je comprends de ce passage:
je me sens totalement impuissante : je suis obligée d’accepter quelque chose que je n’avais surtout pas envie de vivre. Je me sens au pied du mur, et je subie totalement la situation. Je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à le quitter à mon tour, à reprendre le contrôle, d’au moins ce que je peux contrôler : moi et ce que je veux.
Alors faut trouver ce qu'il y a derrière.
j’ai conscience que si la relation se terminait, je ne serais pas capable de me relever, en tout cas je m’en suis persuadée, parce que je me suis remise de toutes mes précédentes relations (non sans mal).
tu as conscience que tu peux te relever, pourtant tu persistes à croire ou avoir peur que tu ne vas pas y arriver. parce que cette histoire a taper dans tes insécurités non?
non seulement je me rends compte que non, mais en plus je serais prête à me mettre à genoux pour quelqu’un qui ne veut plus de moi. Je me déçois profondément, et l’estime que j’ai de moi-même ne peut pas être plus basse.
Plutôt que de te sentir déçue, faut être plus douce avec toi même: on apprend de nos relations, tu peux prendre cette histoire pour un test en quelque sorte; Tu peux encore en sortir gagnante!
Mais j’ai l’impression que tout est feint, je rentre chez moi et c’est le vide, que j’ai toujours tant redouté.
je comprends ma belle, mais vaut mieux affronter le vide que d'être dans une relation maltraitante non? Faut t'affronter toi même, toi et tes peurs, mais aussi ne pas oublier tes qualités et tes forces!
miu, in vino veritas ont aimé ça