Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1301143
Bonjour à tous,

Mon histoire va paraître un peu particulière et atypique, j'ai découvert ce forum par hasard, et mon but en vous racontant cette histoire et de trouver des conseils, et savoir si je dois tenter de la récupérer ou pas...

Sortez la tisane, ça va être long, je vais volontairement raconter mon passé car ça aide à comprendre dans la globalité.

Tout d'abord j'espère ne pas être jugé, il s'avère que j'ai presque 30 ans et je suis toujours puceau, les raisons à cela sont une enfance difficile, ( situation familiale compliquée, père alcoolique, suicidaire etc) et des humiliations pendant que j'étais au collège.
J'ai une blessure de l'abandon assez marquée ( perte de mon père à 19 ans ) mais aussi plus tôt dans l'enfance ( amis proches notamment ), ainsi qu'une mère surprotectrice.
Ce qui fais que j'ai toujours eu un gros manque de confiance en moi, une image de moi même négative ( un peu dismorphophobique).

Dès le lycée j'ai eu des mauvaises expériences avec une fille, elle me courait après mais j'avais trop peur donc à un moment elle m'a laissé pour un autre ( et ce scénario s'est reproduis pleins de fois après, sans jamais conclure ).

Au printemps 2015, j'ai commencé un nouveau taf ( contrat de 2 ans ), à peine arrivée y'a une fille qui m'a tourné autour, 5 ans de plus que moi, mais elle m'intriguais, très jolie et ce petit côté "fofolle" que j'apprécie, on s'est rapproché un peu, elle m'a avoué me trouver mignon mais qu'elle aimerais d'abord apprendre à ce connaitre avant, et partager juste des moments amicaux dans un 1er temps, elle a été détruite par un homme et avais besoin de refaire confiance.

J'ai un gros problème de confiance et de jalousie, donc je surveillais discrètement si elle voyais pas un autre ( j'ai trop honte de ce que je faisais pour en parler ) ça a trainé, moi je faisais en sorte d'obtenir sa confiance, mais je sentais la friendzone arriver, un soir debut novembre, je décide de passer la voir chez elle quelques minutes, et je vois la voiture d'un collègue chez elle (vers 19h), j'ai vrillé dans ma tête, je me suis dis c'est vraiment bizarre, je suis allé manger et je suis retourné devant chez elle vers 22h, il étais toujours la...

J'ai rien dis le lendemain au boulot, le soir suivant rebelotte, donc j'ai crevé l'abcès, je l'ai vraiment mal vécu, sentiment de trahison, haine et j'en passe...
3 mois après elle le quitte( début 2016) on ce voyais tous les jours au boulot et moi petit à petit ma haine s'est apaisée, elle m'a indirectement fais croire que ça serais de nouveau possible, sauf qu'au mois de Juillet rebelotte elle est ressortie avec un autre collègue, le truc de trop, la pour moi c'était terminé mais j'avais encore cette douleur et les imaginer ensemble me faisait très mal intérieurement.
J'ai fais un travail sur moi, petit à petit j'ai pris conscience qu'elle n'étais pas pour moi, elle est devenue ma meilleure amie aujourd'hui.
Avec le recul j'ai réalisé que j'étais pas amoureux, mais attaché et accroché à une éventuelle petite chance ( en tant que puceau ) que je n'ai pas saisie, trop paralysé par la peur ( de la performance etc).

Au même moment en juillet, y'a une nouvelle qui est arrivée au boulot, on est tout de suite devenu très proche amicalement, elle était en couple depuis 14 ans, donc au départ c'était amical, mais très fusionnel, et elle avais un comportement avec moi ambigu, très tactile etc... j'ai senti à l'intérieur de moi que je basculais, j'avais beau en avoir conscience et essayer de luter, j'ai fini par tomber amoureux de cette fille, en sachant que c'était impossible, mais mon problème de confiance en moi à fait que je m'autorisais à aimer des filles inaccessible pour inconsciemment ressentir de l'amour mais me protéger du reste, ( pour ceux qui auraient suivis j'ai fais une sorte de transfert entre la première et celle en couple, ce qui a permis de devenir ami avec la première ).
Cette histoire s'est terminée brutalement, son mec à appris qu'on étaient très proche, et que j'avais des sentiments, il a eu des échos déformés, bien qu'il ne se soit rien passé même pas un bisou, son gars est dans la communauté gitane, pas elle, juste lui, mais j'ai un peu eu peur pour ma vie ce jour la...
Les ponts on été coupés totalement, et j'ai vraiment senti un déchirement intérieur violent.

Automne 2017, mon contrat se termine, je me retrouve seul chez moi sans boulot et déchiré intérieurement par tous ces événements vécus en 2 ans, donc dépression, et retour chez ma mère.

Et c'est en Avril 2018 que la fille qui cause ma douleur aujourd'hui arrive dans ma vie, j'étais ami avec sa mère depuis presque 1 an déja, et sa fille à vécu une grosse dépression à cause d'une rupture également, donc grâce à sa mère on à fait connaissance par sms au printemps dernier donc.

Au début c'était amical, pour tous les 2, je remontais la pente, donc ça me faisais pas de mal, et elle était encore pas au top donc j'essayais de la faire rire etc.
Physiquement à cette époque elle me plaisais mais c'était pas le coup de foudre, mignonne quoi.
J'avais jamais trop envisagé plus, un peu quand même secrètement mais j'osais y croire, car d'une part trop de peurs, et d'autres parts on avaient assez peu d'atômes crochus, même en amitié, elle est très timide, pire que moi, assez peu de points communs, des gros blancs dans les conversations etc, voila à ce moment la c'était mal engagé.
Eté 2018 j'apprend par sa petite soeur qu'elle sors avec quelqu'un, ça m'a quand même fais un petit truc, pas de douleur mais juste un sentiment de " ah j'ai raté ma chance", c'est tout.
ça n'a pas duré longtemps, elle s'est séparée au mois de septembre, elle était assez dévastée, elle m'a avoué avoir voulu tenter un truc avec ce mec pour tenter d'oublier sa précédente histoire qui l'avais fais déscendre au fond du gouffre, donc je me suis transformé petit à petit en confident, j'essayais de la faire sortir d'aller la voir etc, on s'est pas mal rapproché, et tout ou presque sur le papier aurait fait penser à une friendzone car on ne parlais pas de ce que chacun pensais de l'autre, moi secrètement j'avais envie d'aller plus loin, mais j'avais tous mes feux au rouge car sa personnalité notamment me faisais penser que je m’ennuierais avec elle et que j'avais pas le droit vu ce qu'elle avais vécu de la faire souffrir de nouveau, je ne m'envisageais pas avec elle, même si je voulais savoir ce que elle ressentais de son côté.
Courant novembre petit à petit y'a eu des alusions par messages, elle me disais qu'elle rêvais de moi etc... que quand sa soeur venais sur mes genoux qu'elle aimerais bien être à sa place...
Jusqu'au jour ou elle m'a avouée être attirée par moi, qu'elle c'était beaucoup attachée, qu'on s'entend bien et qu'on pourrais tenter un truc, de la, toutes mes alarmes se sont allumées, je lui ai dis que je la trouvais jolie mais que j'étais pas prêt à m'engager dans du sérieux, dans ma tête ça me faisais un sentiment d'avoir des chaînes aux pied, et "sérieux" me faisait penser à "mariage", "monospace", "le chien" etc vous voyez...
J'ai malgré tout pas fermé la porte totalement, le problème c'est que sa mère étant aussi mon amie à voulu s'en mêler, j'avais beaucoup de sms de sa mère comme quoi sa fille parlais souvent de moi, qu'elle aurait besoin de quelqu'un comme moi, qu'elle étais triste etc... et que moi avec mon passé ça nous permettrais à tout les 2 de remonter.
Et que sa mère fasse ça, ça m'a bloqué, un soir en repartant on s'est embrassé, puis le lendemain elle m'a demandé si je m'étais forcé, j'ai simplement dis que j'avais l'impression de "forcer les choses", et que sa mère au milieu ne m'aidais pas, ça l'a braquée elle a déprimée, de nouveau ce dévalorisais etc... comme si son côté dépendante affective prenais le dessus et moi ça m'a fait peur tout ça. Donc on s'est reparlé et revu en disant que pour l'instant j'étais pas prêt, que on pouvais faire ce qu'on voulais en tant qu'amie, histoire que je me mette en confiance... En gros je lui ai presque ressorti mot pour mot ce que la nana que j'ai rencontré en 2015 m'avais sorti à l'époque, à savoir que j'avais besoin de temps et que la confiance revienne.

A un moment j'ai reçu un message comme quoi elle avais réfléchi, qu'elle s'était emballée sur ses sentiments, et qu'elle était simplement en manque d'affection et qu'elle souhaitais juste s'amuser, en gros elle m'a proposé une relation basée que sur le sexe ( je suis puceau je vous rapelle).
Suite à ça j'ai un peu plus ouvert la porte, car elle n'est pas au courant que j'ai jamais trempé le biscuit, pour faire diversion et expliquer ma difficulté à y aller ( très peur ) j'ai expliqué que ça faisait tellement longtemps que j'en avais pris l'habitude et que ça serait compliqué de me remettre en route. Elle était chaude à mort, donc sms coquin, on a parlé de nos fantasmes, de ce que chacun aime etc... et la j'ai commencé à me dire " bordel vas y elle te veux". Mais quand on ce voyais j'avais trop les jetons, et la dépression que j'ai faite l'année d'avant à laissé des traces " physiologique" c'est à dire une anxiété chronique plus ou moins intense qui ne me quitte jamais, donc pour moi tout ça, les rendez vous avec elle etc, me faisait angoisser beaucoup plus qu'auparavant, sommeil très perturbé, et beaucoup de peur incontrolable.
Donc j'ai repoussé le moment fatidique au maximum, mais l'attachement s'est créé, on en est resté au stade des roulages de pelle, et au fil du temps je sentais la confiance en moi augmenter, le désir aussi, et la peur diminuer, l'envie d'y aller prenais le dessus, mon attachement est grimpé en flèche, je crois avoir des sentiments pour elle, amoureux je sais pas mais très attaché oui.
J'avais besoin de ce temps et de ces étapes transitoire pour oser y aller.
Et de son côté j'ai senti une distance depuis une bonne semaine, donc y'a quelques jours on a parlé de tout ça tranquillement, j'ai eu une sorte de déclic, ou d'éléctro choc assez violent une nuit (y'a une semaine), du genre j'ai pris conscience de la chance que j'avais et que je pouvais la perdre à tout moment, et ça m'a profondément atteint, donc, y'a 2 jours j'étais déterminé, je suis allé la voir j'étais chaud mais comme par hasard c'est sa semaine de ragnagna...

Elle m'a avouée être perdue que trop de temps est passé, et j'ai réussi à lui faire avouer qu'elle a des vues sur un gars à son boulot, ça m'a tué, vraiment je le vis mal, comme si j'étais amoureux, je sais pas... l'imaginer ce faire prendre par un autre m’insupporte au plus haut point... c'est horrible, alors qu'on a rien fait !
La situation s'est inversée, c'est elle qui hésite et c'est moi qui l'a veux.
Je suis très jaloux et forcément je la veux que pour moi maintenant, comme on dis, on prend conscience de ce qu'on à que quand on l'a perdu... et je tiens beaucoup à elle, à moins que ça soit un voile illusoire, car elle a comblé un vide, et qu'elle a soulagé mon égo un temps ( en me sentant désiré ).

Donc elle m'a dis qu'elle réfléchirais, je n'ai aucune nouvelle depuis ce mercredi, je ne sais pas quoi faire, selon moi j'ai 2 choix :

elle m'a dis ne pas être contre tenter une aventure mais que je devais être conscient que ça ne durerais pas car elle ne tombe pas amoureuse de moi, donc en gros servir de bouche trou en attendant qu'elle trouve mieux, mais elle a peur que j'en souffre, sauf que c'est déja le cas. Je ne sais pas si c'est une bonne idée car j'ai peur de souffrir encore plus en l'imaginant s'envoyer en l'air avec un autre après moi... mais en même temps c'est pas juste une fille au hasard, ça serais la première, et j'ai acquis cette confiance avec elle qui me donne envie d'y aller, chose qu'il serait très difficile pour moi à reproduire avec une autre. Je pense que aller au bout avec elle me débloquerais sexuellement et que par la suite lors d'une prochaine rencontre je n'aurais plus autant de blocages et je pourrais passer aux choses sérieuses directement, mais ça me fais mal de savoir que j'aurais une épée de Damoclès sur la tête en attendant un message de sa part disant " on arrête la j'ai trouvé quelqu'un".
Mais j'ai le présentiment qu'elle va faire la morte et se rapprocher de l'autre, jusqu'au jour ou elle me dira qu'on peux rien faire même pas une fois vis a vis de l'autre par respect... et la j'aurais définitivement tout perdu, j'ai envie de me frapper sérieux...

L'autre choix serait évidemment d'en rester la, de tenter de l'oublier, et de digérer ça dès maintenant, étant ami avec sa mère ça serait peut être plus facile pour moi de recroiser la fille de temps que si on allait au bout des choses, mais j'ai tellement pas envie d'en rester la... le désir est devenu trop intense.

Voila je m'en veux à mort c'est horrible, qu'est ce que j'ai été con de pas avoir sauté sur l'occasion, je sais pas comment me débarasser de ce sentiment de culpabilité... Et pourquoi je réagis comme ça, pourquoi je souffre autant...

La ou je lui en veux et ou je la prend un peu pour une salope c'est que dés le départ c'est elle qui a voulu plus que de l'amitié, j'aurais jamais tenté si elle m'avais pas convaincu, elle à fait de gros efforts pour me faire changer d'avis, et maintenant que j'ai succombé elle me laisse comme une merde pour aller avec un autre qu'elle connait même pas.

Je ne sais pas trop quoi faire, redonner signe de vie ou pas, tenter de la convaincre de tenter un truc " sérieux " car maintenant j'en ai envie, j'ai jamais eu de relation, personne n'a jamais été amoureux de moi, elle m'a dis ne pas l'être, mais au départ ça y ressemblais fortement, c'est moi qui n'arrêtais pas de lui dire " ne tombe pas amoureux de moi y faut pas" , et j'aimerais bien vivre enfin une relation saine et de confiance, je commençais à croire que c'était possible avec elle et elle me coupe l'herbe sous le pied pour un connard...

Voila j'aurais surement pleins de trucs à rajouter, car ça me libère inconsciemment, mais c'est déja très long, je vous avais prévenu. Si par hasard des personnes ici sont bienveillante je ne suis pas contre échanger plus en détails.

Merci d'avoir lu,
Bonne journée.
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1301146
Je ne savais pas qu'être puceau permettait de dire que les femmes sont "toutes les mêmes", permettait de traiter une fille de salope parce qu'elle dit non désormais alors qu'elle a dit oui à un moment. Toutes les femmes ont le droit de disposer de leur corps et de te dire non, même à la dernière minute. Ca ne fait pas d'elles des salopes.
Powercath ont aimé ça
#1301153
Bonsoir,


- Ta virginité est un fardeau à tes yeux. (Tu crois peut-être que tous ceux qui t’entourent pensent la même chose, mais ce n’est pas vrai.)

- Dès qu’une femme s’intéresse un peu à toi, tu t’emballes, tu espères secrètement, etc., même si elle ne te plaît pas vraiment à la base. Notamment parce que tu te sens désiré, parce que ta virginité te pèse, etc. Il est possible que tu t’attaches pour de « mauvaises raisons » ; que tu ne t’attaches pas à la personne en tant que telle (pour ce qu’elle est), mais que ton attachement découle davantage de tes failles/besoins/etc., pour être plus juste.

- Étant donné que ton envie de perdre ta virginité, ta peur de l’abandon, ton manque de confiance en toi, ton besoin d’être aimé, etc., prennent le dessus, tu t’enferres dans des relations « pourries » (femme détruite, femme dévastée, femme en dépression, femme n’ayant pas fait le deuil de son ancienne relation, femme en manque d’affection, etc. = « femmes indisponibles »).


[« Avec le recul j'ai réalisé que j'étais pas amoureux, mais attaché et accroché à une éventuelle petite chance ( en tant que puceau ) que je n'ai pas saisie »]

C’est ce qui s’est également passé avec la dernière (« ah j'ai raté ma chance », « j'ai été con de pas avoir sauté sur l'occasion », etc.), je crois. (D’autant plus que tu ne t’es « réveillé » que lorsque tu as compris que tu allais peut-être louper une nouvelle occasion de perdre ta virginité…)


Concernant ton « dilemme », tout dépend de tes priorités (te « débarrasser » de ta virginité – vu que tu sembles en souffrir, t’épargner d’autres souffrances – cette femme n’est pas amoureuse de toi, etc.).

Et n’oublie pas que la femme en question n’est pas au courant de ta virginité… (Lorsqu’elle ne t’a proposé que du sexe, elle n’imaginait sans doute pas tout ce que cela impliquerait chez toi… Un autre homme aurait sans doute pris cette proposition plus « à la légère » …)


[« elle me coupe l'herbe sous le pied pour un connard... »]

Qu’en sais-tu ?


[« […] j'ai eu des mauvaises expériences avec une fille, elle me courait après mais j'avais trop peur donc à un moment elle m'a laissé pour un autre ( et ce scénario s'est reproduis pleins de fois après, sans jamais conclure ). »]

Dans ces cas-là (pas d’évolution), il est « normal » que la personne (homme ou femme) finisse par se « lasser » à un moment donné, d’autant plus qu’elle ne sait pas forcément pourquoi cela n’avance pas. Certaines personnes courent parfois longtemps après quelqu’un, mais cela dure rarement éternellement. Certain(e)s sont plus "impatient(e)s", etc., que d'autres, mais cela ne veut bien évidemment pas dire que ce sont tous des salauds/toutes des salopes.


Si tu souhaites nouer des relations saines et équilibrées, il va d’abord falloir que tu règles tes propres problèmes (avec l’aide d’un professionnel, si besoin est). Si ta virginité est vraiment un fardeau pour toi, tu peux la perdre avec qui tu veux (une femme avec qui tu te sens à l’aise, une copine, une inconnue consentante, etc.) ; mais cela ne règlera pas tous tes problèmes, une pénétration ne changera pas tout. Tu auras peut-être un peu moins peur la fois suivante, tu auras peut-être un peu plus confiance en toi, tu auras peut-être les idées un peu plus claires [vu que tu ne seras plus « obnubilé » par ta virginité (pour l'heure, tu as l'air "frustré", et je ne dis pas cela parce que tu es vierge mais compte tenu de tes propos)] ; mais ta peur de l’abandon, etc., seront toujours là.
#1301163
Bonjour,

merci pour vos réponses, je vais essayer de répondre un peu à tout le monde.

Elieza, je me suis fais suivre suite à ma phase dépressive dans un cmp, mais ne n'est pas des vrais psys, c'est des infirmiers psy, et à par essayer de me convaincre de prendre des cachets ils ne m'ont pas été très utile.

Il n'a jamais été question d'évoquer mes problèmes de "casseroles" avec les femmes à cette époque, ça n'étais pas la priorité, vu que j'avais juste envie de crever, mais j'ai conscience que c'est lié tout ça.
J'aimerais bien être vraiment suivi par un vrai psy, mais ça coute trop cher, c'est pas remboursé...

Pour mon titre, je vois pas ce qu'il à de mal...

Mon pseudo fait référence à toutes les femmes que j'ai connu, qui pour le coup étaient pour moi toutes les mêmes...
Pas toutes des salopes oui c'est vrai, mais j'ai pas raconté toutes mes rencontres, mais même si mes soucis relationnel sont en cause à ces rencontres " malsaine", je suis quand même pas tombé sur des filles bien et j'ai bien le droit d'être un peu remonté...

Oui c'est une sorte de fardeau, moins maintenant, c'était pire au début de la 20 aine, maintenant je m'y suis habitué mais parfois c'est pesant, c'est surtout que lors d'une possible relation, je bloque à cause de la peur de pas être à la hauteur, pas assez performant etc... Mais c'est qu'une partie du blocage, c'est beaucoup lié aux sentiments, et à d'autres peurs que tu as saisies plutôt facilement.

En effet j'ai médité la dessus, et je pense que je m'attache pour de mauvais raisons, le manque d'amour, le besoin de donner et de recevoir, et ça réconforte l'égo de se sentir désiré, mais la peur du jugement prend le dessus, et l'abandon aussi ( je l'anticipe des le début )
La preuve en est avec cette fille, au début de notre rencontre, amicale de base, je me disais même une amitié sera compliquée car on semble ne pas avoir les mêmes interêts, pas trop de points communs, peu de conversation intéréssantes etc... et au final aujourd'hui je crois que, n'ayons plus peur des mots, je suis en train de tomber un peu amoureux, même si c'est pas aussi fort que ce que j'ai ressenti dans le passé, j'ai basculé je le sens.

Voila c'est ça, il m'a fallut ça pour avoir le déclic, maintenant j'en ai très envie, mais y'a t-il une illusion la dedans... ? Est ce que j'en ai très envie car frustré et sur le point de me débarasser d'un poids, ou ai-je vraiment des sentiments...

Ce fameux dilemme, je ne sais pas quoi décider, si j'y vais ça serait pas pour juste une fois ( histoire de dire c'est bon c'est fait ) , je vais pas rentrer dans le détails de nos échanges mais ça serait pour mettre en applications tout ces échanges...
Mais j'ai peur de plus souffrir si on va au bout que si on en reste la, mais en même temps ne pas y aller engendre beaucoup trop de frustration et j'en peux plus... pourtant j'ai conscience que lors qu'elle va me laisser je vais être anéanti et j'ai peur de vriller complètement...
Qu’en sais-tu ?
Ben elle ne lui ferme pas la porte totalement, elle pourrait très bien lui dire de ne pas insister, même si je lui demande pas le mariage, mais de l'honneteté et de la confiance, sauf que la que ça soit ce mec la ou un autre, la confiance je l'ai plus trop, donc je serais toujours sur le qui vive si on tente un truc plus " sérieux"...

Mais y aller quand même en ayant conscience à l'avance que ça durera pas et qu'elle me quittera, c'est un peu malsain, et suicidaire, mais j'ai l'occasion d'en profiter quand même un peu...

Oui j'aimerais bien régler tout ça oui, mais comme je disais plus haut c'est pas si simple.
Perdre ma virginité oui, mais je pense que maintenant c'est pas tant un problème ( autrement je serais allé voir une fille juste une fois et ça serais réglé ).
D'un côté j'en ai marre de ne pas vivre une relation saine, et ça me semblais possible avec elle, j'aimerais bien me poser avec quelqu'un sans forcément parler d'acheter une maison etc... mais ne plus être dans le doute permanent.

Un petit mot pour terminer, on s'est écrit hier soir, enfin c'est elle qui m'a écrit, ca lui fait très peur que je sois attachée à elle comme ça, un peu comme moi j'avais peur que c'était elle qui s'accrochait beaucoup à moi au début, et elle a peur de me briser ainsi que notre amitié sois brisée aussi.
JE lui ai demandé pourquoi elle hésitais vu que maintenant elle a ce qu'elle veux, elle m'a dis que c'était une phase, qu'elle souhaitais moins ce mettre en couple actuellement.
J'ai pleins de choses à lui dire encore mais par messages c'est compliqué...
#1301165
Un psy,(chiatre) c'est remboursé, et dans les CMP c'est même gratuit. Ce sont donc de fausses excuses.


Pour ton titre, elle ne t'a pas abandonné. Tu n'es ni un enfant ni un animal, tu es un "adulte", et elle t'a quitté, pas abandonné.

Je me permets d'insister sur e suivi psy parce que c'est plus facile de "calimeroter" ("toutes les mêmes", "elle m'a abandonné", "c'est pas de ma faute c'est a cause de mes casseroles") que d'essayer de s'en sortir et de construire des relations équilibrées.
#1301179
Exact, un psychiatre est remboursé (il faut sûrement une lettre du médecin traitant mais vu ton état ça devrait se faire).

Je ne peux pas rebondir sur tes casseroles, mais plutôt sur le fait que tu n'as aucune idée de comment fonctionne une relation équilibrée.
j'aimerais bien me poser avec quelqu'un sans forcément parler d'acheter une maison etc... mais ne plus être dans le doute permanent.
Quand je lis le récit de tes diverses histoires, je vois quelqu'un qui voudrait décider unilatéralement :
- de comment doit se passer l'histoire avec la personne : et c'est pour ça que tu es sans cesse déçu, puisque ces filles ne correspondent pas à ce que tu recherches et ne te permettent pas d'obtenir l'histoire que tu veux, alors que normalement, on apprend d'abord à connaître la personne et la relation qui doit se faire se construit naturellement (et quand on sait ce qu'on veut, c'est plus facile, on ne perd pas son temps à courir après quelqu'un qui ne semble pas nous correspondre)
- de se poser dans une relation sans faire de projet (on ressent beaucoup de refus de l'engagement dans tes messages), mais aucune fille équilibrée ne se posera dans une histoire si cette histoire part d'office dans le non sérieux et le non engagement, pourquoi veux-tu qu'une fille s'engage avec toi alors que tu ne veux pas construire ? On dirait que tu crois que démarrer une relation va te priver de toute liberté, donc tu voudrais une relation sérieuse avec tous les avantages mais sans les inconvénients.

Mais dans une relation, ce sont les premiers mois où on profite au jour le jour et on apprend à découvrir le caractère de l'autre, et si on se verrait se poser avec cette personne, on ne fait pas de projet sérieux, mais on garde en tête notre propre projet de vie (vie commune, maison, enfant, projet d'entreprise, vie à l'étranger, reconversion pro, etc.) pour voir si à deux, ça peut marcher. Alors que d'office, se dire "je veux me poser mais sans m'intégrer dans un projet de couple", c'est se condamner, comme tu le fais, à des relations frustrantes.

Et puis, tu sais, d'office penser que chaque fille que tu pourrais fréquenter voudra obligatoirement avec toi le package mariage/enfant/maison/labrador, c'est un peu exagéré.
#1301201
C'est pas un psychiatre qu'il faut voir, j'en ai vu un dans un CMP justement à l'automne 2017 quand j'étais vraiment mal...
Et à part me proposer des cachets il n'a servi à rien, dans ce CMP la le psychiatre est juste la pour faire les ordonnances ( car c'est un médecin ), il n'écoute que brièvement tes problèmes, et n'entame pas de thérapie.

La thérapie c'est avec un infirmier psy, et j'ai vraiment trouvé ça inutile, même si c'était pour autre chose comme je disais auparavant.
Seul un psychologue serait selon moi intéressant, et ça non c'est pas remboursé...

Je vois que je parviens à transmettre assez fidèlement qui je suis et mon fonctionnement ainsi que mes blocages, étant donné que je suis en grande partie d'accord avec vos réponses (Daenyan, kylian ).

J'ai un problème avec l'engagement oui, à l'époque j'avais peur comme je disais et je ne voulais pas m'engager avec elle, car je l'ai sentie se rapprocher beaucoup trop vite, et j'avais peur qu'elle souffre.
Mais aujourd'hui j'en suis à un point ou ça ne me ferais plus peur de partir sur du sérieux avec elle, sauf que j'ai perdu un peu confiance étant donné qu'elle m'a avoué parler à un autre gars, donc je ne sais pas quoi faire, si elle n'est pas fermée à l'amusement, y aller ou pas, et au moins en avoir profité un peu, ne pas avoir de regrets.

Je comprends pas trop ce que tu veux dire la :
. Alors que d'office, se dire "je veux me poser mais sans m'intégrer dans un projet de couple", c'est se condamner, comme tu le fais, à des relations frustrantes.
Justement si j'aimerais bien me poser et construire quelque chose, c'est la première fois que je pensais que ça serait possible, car mes autres " casseroles " c'était des filles inaccessible après lesquelles je courait quand même à tout prix, donc j'y pensais pas. Sauf que la, mon attachement grandit, et probablement que des sentiments naissent, et je me dis que au final puisque je me sens bien avec l'idée d'une relation sérieuse, que je suis prêt à faire les sacrifices qu'il faut pour ça.


Je suis complètement perdu, ce dilemme est insupportable, dans tout les cas je souffrirais, si je décide d'en rester la, au moins je peux vivre le truc comme une " vraie rupture" classique, avec toutes les phases que ça comporte, mais surtout beaucoup de regrets et de frustration.

Donc quitte à souffrir je me dis autant y aller, en profiter tant que possible même si je risque de prendre très cher après, sauf dan le cas ou je parviendrais à la faire retomber amoureuse, car si je décide ça je suis prêt à tout pour la convaincre, la seule chose à faire de son côté serait de me rassurer et de me montrer que je peux faire confiance.

Mais dans un premier temps j'aimerais déja partir sur une relation "sérieuse" ou comme tu dis chacun apprend vraiment à se connaitre, car au début c'est bien elle qui voulais du sérieux, c'est après en me voyant prendre peur qu'elle s'est dit, " c'est un mec si je lui propose que du sexe il va forcément accepter".
Pour ça donc y faudrait que je lui refasse confiance, qu'elle me laisse une chance, et vivre ce qu'on a a vivre peu importe ce que ça dure mais de l’honnêteté et de la fidélité je demande pas grand chose...
Parce que en profiter "en attendant" j'ai du mal avec le côté roue de secours...

Désolé je me répète un peu mais ça me vide la tête en même temps.
#1301206
Un psychiatre dans le privé c'est remboursé par la sécu, au moins partiellement (80% si je ne m'abuse) et c'est comme un psychologue, avec certains ca va accrocher, avec d'autres non. Perso j'ai fait une thérapie de deux ans avec un psychiatre, ca c'est très bien passé.
Il ne faut pas hésiter à en voir plusieurs si ca ne colle pas avec le 1er. Et tu peux toujours demander des facilités de paiement (la psy d'une amie lui demandait juste une participation de 5e car elle n'avait pas d'argent, mais elle la faisait payer un minimum car c'est comme ça qu'une thérapie fonctionne).
Les psychologues ne sont pas médecins et même si la profession s'est réglementée depuis quelques temps, il y a quand même pas mal de farfelus.
Donc je réitère, on peut se faire suivre même si on a pas de gros moyens.
#1301208
Chez moi, le seul psychiatre est celui du cmp de ma ville, qui viens une fois par semaine au CMP et le reste du temps à l'hopital, c'est un médecin, il consulte et prescrit, tu ne lui racontes pas ta vie....
Il ne reste que les infirmiers psys du CMP qui selon moi sont encore en dessous des psyhologues, car c'est juste des infirmiers qui ont refait une formation en psycho.
Je sais que une psychologue s'est installée à 40km de chez moi, mais pas remboursée, une amie y a amené son mec à un moment.
#1301215
Pas forcément, bizarrement je me sens plus à l'écoute ici.

Celui que je voyais ne l'étais pas, il m'interrompais tout le temps, me demandais ce que je faisais de mes journées, et par exemple en lui expliquant je fait telle chose, il s'interessait à savoir comment je faisais car lui aussi voulais faire ce truc la chez lui, il me parlais souvent de sa vie privée, il m'a même proposé d'aller faire des marches ensemble, c'était un peu abusé...

Donc, oui je suis plus à l'aise sur un forum, et par écrit j'ai beaucoup plus de facilité à exprimer mes pensées que en parlant.
#1301221
Ma réelle motivation comment ça ? Régler mes problèmes relationnel évidemment, ce soucis de confiance en moi, et aux autres, mais je vous ai pas raconté toute ma vie, ça serais long, à moins qu'une ame bienveillante débarque pour m'aider sincèrement... Mais je suis très compliqué, et j'ai vraiment le sentiment que je suis un cas, très difficile à "soigner".
Je critique pas les CMP, mais le miens est situé à la campagne, le seul a des km, avec un hopital psy pas loin, y'a beaucoup de cas grave, je me suis senti incompris et en décalage.
#1301223
Pour régler tes problèmes relationnels, il faut d'abord que tu règles les problèmes qui sont en toi. Je n'aime pas trop cette phrase toute faite car je pense que c'est plus compliqué que ça mais pour faire très simple, tu dois t'accepter et t'aimer avant de pouvoir envisager une relation saine avec quelqu'un. Parce que ta relation avec toi-même transparaît dans la relation que tu as avec les autres.

Tu n'as pas de voiture ? Tu n'es pas véhiculé pour accéder à des villes où il y a la possibilité que tu te fasses aider par des gens qui te conviennent mieux ?

Et non, tu n'es pas un cas difficile à "soigner" comme tu dis. C'est ce que j'ai pensé pendant longtemps, je me disais que personne n'allait pouvoir m'aimer avec les casseroles que j'ai etc etc et si, c'est quand même arrivé. La chose qu'il ne faut pas faire, c'est reporter tes soucis sur les autres. Dire que "ce sont toutes les mêmes" alors que c'est toi qui te dirige systématiquement inconsciemment vers ce genre de personnes alors qu'elles ne sont pas faites pour toi...
#1301226
Tu te rends compte que les seules solutions que tu trouves sont pour ne rien faire ? Ne pas entamer d’histoire, de relation, ne pas coucher, ne pas régler tes problèmes... que tu dis vouloir régler pourtant... je comprend ton besoin d’attention, mais quand on aura tourné autour du pot pendant des semaines, à te réitérer les mêmes conseils et toi toujours au même endroit qu’à ton arrivé sur le forum, qu’est-ce qu’il y aura à faire selon toi ?
Powercath ont aimé ça
#1301231
Bonjour,
touteslesmêmes a écrit : à moins qu'une ame bienveillante débarque pour m'aider sincèrement...

Il y en a eu quelques unes des âmes bienveillantes là non ? ;)

J'entends qu'avoir accès à des services de soin psy soit compliqué en zone rurale, mais au moins ton CMP a le mérite d'exister.

En CMP, les psychiatres reçoivent des dizaines de patients par jour, ils effectuent un suivi thérapeutique et médicamenteux mais ce n'est pas à eux de prendre en charge les psychothérapies - d'ailleurs tous les psychiatres ne sont pas psychologues ou psychothérapeutes. Je défends carrément les CMP, je trouve ça formidable qu'on puisse avoir accès à des soins psy gratuitement en France, ça peut être le parcours du combattant dans d'autres pays..

Je comprends que tu refuses les médicaments, ça n'est jamais anodin (j'ai refusé moi-même pendant des années, aujourd'hui je regrette). Mais tu parles d'anxiété chronique, et c'est pour ça que je me permets d'intervenir, ça n'est pas un trait de personnalité, ça peut être très invalidant et nécessiter un traitement médicamenteux le temps de trouver les moyens de gérer ça autrement.

Combien d'infirmiers psy as-tu vu ? Peux-tu demander à être suivi par un autre si celui avec qui tu as déjà commencé ne te convient pas (ce qui arrive) ?

100 km aller-retour ça n'est pas rien, mais ça n'est pas non plus insurmontable, ça fait quoi, entre 10-15 euros par A/R ? Si tu te fais suivre par un.e psychiatre, remboursé.e par la sécu à 70% (les 30% restant sont pris en charge par la complémentaire santé), ça peut compenser... Tu peux aussi envisager un rythme de rencontre avec ton ou ta thérapeute toutes les deux semaines. Donc oui, c'est moins facile que dans une ville, mais il y a plein de solutions.

Nous on peut te donner notre avis, des conseils, tirés pour la plupart de nos propres expériences, mais aucun de nous n'est thérapeute en fait...