Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1307127
@Allys , oui, poster mon histoire sur ce forum est peut être la meilleure décision que j'ai prise pour affronter ma rupture, et je suis reconaissant envers tout ceux qui y ont répondu, vous avez tous été d'une grande aide déjà.

Pour ton passage sur l'addiction, c'est très juste, j'étais accro à elle, jusqu'à ce que remplace cette addiction par le fait d'être accro à la nostalgie que j'ai pour elle, remplacer une addiction par une autre n'est pas une solution dans ce contexte, il faut que je me sèvre !

Je n'ai jamais consulté de psy à ce propos, j'en ai pas trop envie d'ailleurs, je préfèrerai arriver a gérer ça par moi même, je ne remet pas en cause du tout le bien que ça peut m'accorder, mais je ne veux pas en arriver là à moins de vraiment m'enfoncer dans les problèmes, je pense que tout ça viens d'une peur d'aller de l'avant, mais globalement je vois quand même une bonne évolution positive depuis le debut, donc je reste toujours confiant, je verrai ça par la suite et garde cette solution dans un coin de ma tête  :)

En tout cas Allys, tes analyses sont très pertinente, la métaphore du régime est très juste, ça me fais réaliser les bêtises dans lesquelles je me confortais il ya de ça juste quelques jours, alors que ce que je pensait m'avait vraiment l'air d'être la meilleure idée.

Ton témoignage est très touchant, je suis désolé que tu sois passé par là autant d'années, c'est là ou l'on se rend compte(, trop tard,) de tout le temps perdu. :( Du coup je comprends bien la perte de temps, d'énergie et d'amour propre.

De ce que tu a vécu, qui pourrait beaucoup ressembler au prolongement de ce sur quoi je m'embarquais, la recontacter ne serait pas vraiment un bon plan en effet, je vais abandonner cette idée en esperant que ça dure, verrouiller mon placard à biscuits, et éviter les patisseries :)

Merci encore.
#1307132
Salut toenaw :),
j'ai lu ton histoire qui me touche beaucoup. Tu as bien compris qu'on est un paquet à avoir traversé des expériences similaires, ou s'être posé des questions qui ressemblent à celles qui te hantent en ce moment.

Je vais essayer de te donner un son de cloche différent par rapport à ce qui a été dit concernant cette fameuse lettre.

Alors. Essayer de te dissuader serait la chose la plus évidente et naturelle pour qui a un peu d'expérience dans le domaine, et d'emblée, froidement, je dirais la même chose que les autres : ne te risque pas à envoyer un courrier qui restera vraisemblablement sans réponse et qui maintiendra artificiellement un lien qui n'existe déjà plus. Poursuis ta réflexion et ton introspection en accueillant et en te nourrissant de ta souffrance du moment. C'est le vrai moteur du changement. Selon moi, la différence entre passivité et activité face aux émotions négatives est assez floue à dire vrai. On ne se "sert" pas du malheur. Il nous fait plutôt que nous ne le faisons. Il faut plutôt considérer que ce sont des moments "privilégiés", où l'esprit est entièrement tourné vers lui-même. Cela n'arrive pas si souvent : peu de gens ont le loisir de se remettre fondamentalement en question (ne serait-ce que ceux qui galèrent pour leur propre subsistance). L'idée, c'est de profiter de cette fenêtre introspective pour t'interroger, te surprendre, aller titiller un peu ton identité, te nourrir de choses neuves. En bref prendre soin de toi, en un sens très sérieux. Ou encore : te traiter toi-même comme la personne que tu aimes/aimerais. Alors qu'on redouble parfois d'attention pour l'autre, on ne réalise même pas qu'on se maltraite simultanément.

Pour reprendre la comparaison d'Allys (qui m'avait bien secoué sur mon post de l'époque, et qui m'avait fait vraiment ouvrir les yeux sur mon petit être, je la re-remercie au passage :D) avec l'image de la pâtisserie, on parle de craving en addictologie . L'envie irrépressible de satisfaire une pulsion par la consommation ou par l’application d'un comportement. Et évidemment, pour des tempéraments sujets aux tendances addictives (coucou c'est moi ! ), l'amour et les relations sont un terrain de jeu particulièrement vicieux. J'ai été en dépendance affective et j'ai été une serpillière. (#Ocytocine/#Dopamine). A chaque fois que tu galères en te demandant si tu dois écrire ou pas, c'est en partie ce circuit du craving qui s'active pour partir en quête de la récompense éphémère. Et donc d'un point de vue strictement fonctionnel, activer et réactiver encore tout ça ne fait que retarder le processus de sevrage et le temps nécessaire pour enrayer ce schéma dans ta caboche.

Mais. Et ce que je vais te dire là n'engage que moi. Il est probable que les autres ne soient pas d'accord avec moi. Je te le dis simplement parce que je considère que c'est également une voie possible. C'est la manière dont je fonctionne, indépendamment du contexte. "Plutôt des remords que des regrets". Tu as entrevu ce dont je vais parler ici :
Si jamais j'envoie cette lettre, je voudrais plutôt essayer d'oublier tout ça directement après et de me focaliser sur d'autre choses
Allys a dit que c'était peu probable que ça se passe comme ça. Mais peu probable ne veut pas dire impossible. Je te demande de te poser authentiquement la question. Est-ce que tu pourras vivre avec le seul sentiment de libération que t'aura procuré l'envoi de cette lettre ? Est-ce que ce sera réellement suffisant ? Si la réponse est oui. Si tu estimes qu'en faisant ça, tu te jures de te limiter à ce seul mode d'action possible, à cette seule façon constructive de faire quelque chose qui te ressemble, quelque chose qui fait sens pour toi, alors fais-le. Parce que tu ne regretteras rien. Parce que tu seras libre. Cette lettre a ce pouvoir si tu la fais pour toi, pas pour elle. Parce qu'écrire ce qu'on ressent pour quelqu'un, dire son affection, ben c'est beau, quoi qu'il arrive. Et surtout, ce n'est pas grave. C'est ça pour moi qu'il y a de vraiment important. Ce n'est pas grave d'avoir des sentiments, ce n'est pas grave d'être accroché au passé, ce n'est pas grave de vouloir dire son amour. Bon bien-sûr tu ne peux pas prévoir la manière qu'aura l'autre d'accueillir tout ça le cas échéant, mais en fin de compte toi tu auras été dans la vérité de ce que tu ressens à un instant donné. Le reste on s'en fout.

Oui elle pourrait trouver ça chelou après tout ce temps, mais tu peux aussi faire en sorte que ce ne soit pas le cas en le disant carrément : "tu vas sûrement penser que c'est débile ...". Si tu n'as jamais de réponse, tu en sortiras digne parce que tu as dit tout ce que tu devais dire. Le chapitre pourra être clos. Si tu en as une, c'est l'aventure. Peut-être heureuse, peut-être malheureuse. Peut-être que tu réaliseras qu'elle a changé, qu'elle n'est plus celle que tu as aimé. Pour ça, je ne réponds plus de rien :), je te parle juste de ton choix en conscience, qui doit être auto-centré.

Parce que finalement quand même, j'aime à croire qu'on est pas que des êtres mus par des systèmes plaisir/récompense. C'est une vision trop mécanique. Dans le contexte de craving et de dépendance affective, c'est clair que c'est une grille de lecture intéressante et que c'est fondamental d'identifier les facteurs qui nous poussent à nous comporter de la sorte. Mais malgré tout, ce qui fait de nous des êtres un peu différents de nos copains les animaux, en théorie, c'est nos valeurs. Propres à chacun évidemment.

Je t'invite donc à réfléchir à sur ton sentiment de libération potentiel après l'envoi de cette lettre. Elle doit t'ouvrir, elle doit être libératrice et légère. Peu importe ce qu'il y a dedans à vrai dire. Elle doit être faite pour toi, et pas pour elle. Qu'importent les conséquences.

Mike do, bonjour, Je lis que tu es dans une si[…]

je pense lui envoyer ton exemple de SMS car je […]

Toute nouvelle ici.

C'est trop dur "d être considér&[…]

Et surtout, je suis personne pour lui exiger quo[…]

D’après toi quel est mon ressentit […]

Bonjour james, Finalement rien de neuf. Tu es gen[…]

Témoignagne

Bonjour à tous! Récemment, je me su[…]

La sensation de vide, tu vas la garder un moment. […]