Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Vaincre la dépendance affective pour être en sécurité et libre dans vos relations avec les autres.
#1325597
Bonjour à tous,
J’ai besoin de conseils car je suis dans une situation difficile que j’ai du mal à gérer. Voilà mon histoire.
J’ai rencontré mon ex il y a cinq ans, nous avions 4 ans d’écart, il avait 19 ans et j’en avait 23. Cette différence ne m’a pas gênée car nous avions une vraie connexion, nous nous entendions parfaitement et je suis rapidement tombée amoureuse. Les premiers mois ont été un réel bonheur. Malheureusement, ça a été la seule période simple de notre couple. La première année de notre relation, j’ai découvert qu’il discutait encore avec son ex, qu’ils se disaient qu’ils s’aiment, en réalité il ne l’avait jamais quitté, et elle vivait à l’étranger donc n’étais pas au courant de ma relation avec lui. Pleurs, embrouilles, finalement c’est elle qui a prit la décision d’arrêter, et il est resté avec moi. J’aurais dû partir ce jour là, mais, je n’ai pas honte de l’admettre, je suis dépendante affective. Tout ce qui importait pour moi, même si je m’étais fait rouler, c’était qu’il me dise qu’il m’aimait. Toute notre relation a été une succession d’histoire similaires : il rencontre quelqu’un, il me le cache, quand tout est découvert il s’excuse, et je ravale ma peine car je souhaite rester avec lui. Parfois il me quitte car il a envie de vivre sa vie, je reste profondément désespérée, on continue à se fréquenter sans être officiellement en couple, il voit d’autres filles, puis fini par revenir vers moi quand il a fini de s’amuser. Je ne sais pas pourquoi cette histoire a durée cinq ans. Il m’a beaucoup manqué de respect, autant par ses tromperies qu’avec ses mensonges, et malgré tout, quand il me disait qu’il m’aimait, alors j’acceptais tout. Il y a eu une répétition de périodes calmes et heureuses où je me voyais avancer avec lui, et où il me disait que lui aussi, et des périodes où il allait voir ailleurs, ou me délaissait complètement, ou avait besoin d’être seul. Et à chaque fois je l’acceptai et je l’attendais. Depuis ma rencontre avec lui, j’ai très peu d’estime pour moi, et je pense que le fait de m’avoir mise en compétition permanente avec d’autres filles m’a complètement dévalorisée. Alors soit il m’aimait et tout allait bien, soit il aller voir ailleurs et je me disais que je ne valait rien. J’ai plusieurs fois pensé à partir, mais je l’idéalisais trop et ne l’ai pas fait. Il y a deux mois, il m’a quitté. Ça a été un déclic pour moi, je ne voulais pas tenter de me remettre avec lui cette fois. La séparation s’est très mal passée, j’estime qu’il m’a manqué de respect, car il m’a menti sur ses sentiments en me faisant croire qu’il me quittait pour un besoin d’être seul mais qu’il m’aimait encore, et j’ai appris qu’il ne m’aimait déjà plus, mais n’avait pas le courage de me le dire. J’ai accepté la séparation, et lui avait demandé qu’on se revoit ou s’appelle pour en discuter et mettre les choses à plat pour ne pas garder de rancoeur. Il a accepté mais repoussait tous les jours cette discussion. J’ai fini par lui écrire ce que j’avais ressenti tout le long de cette relation. Je voulais libérer ce que j’avais sur le cœur. Et à partir de là, il m’a complètement ghosté, sans me prévenir que la discussion que j’attendais n’arriverai jamais. J’ai réussi à le recontacter, il y a deux semaines, et en l’espace de quelques messages, il m’a dit qu’il avait tourné la page, qu’il se fichait de finir cette relation sereinement ou pas, qu’il était en paix même si ces cinq ans de couple se terminaient sur de la rancoeur. Ça a été un électrochoc et j’ai enfin ouvert les yeux sur la personne qu’il avait été avec moi, et je lui ai envoyé un mail pour lui dire ce que je pensais de lui. Depuis, plus de contact.
Je ne souhaite pas me remettre avec lui, je ne souhaite pas qu’il reste dans ma vie, mais j’ai du mal à tourner la page. J’ai éprouvé tellement de colère envers lui, mais aussi envers moi pour ne pas avoir ouvert les yeux plus tôt. J’aurais aimé qu’il m’accorde cette discussion post rupture pour être honnête avec moi sur comment il avait vécu la relation, et peut être inconsciemment j’aurai aimé des excuses.
Aujourd’hui il raconte à qui veut bien l’entendre que je suis une manipulatrice qui se victimise pour qu’il revienne. Je n’ai pas cherché à me victimiser quand je lui ai écris ce que je pensais, j’avais juste pour but de vider mon cœur.
Je souhaite réellement oublier toute cette histoire, j’en ai tiré des leçons, j’ai compris les erreurs que j’ai commises, j’ai compris que je me suis embarquée dans une relation malsaine qui m’a fait m’oublier, et je ne commettrai plus cette grosse erreur. Mais je n’arrive pas à ne plus penser à lui. Je pense que j’ai de la colère et de la frustration que je n’arrive pas à évacuer. J’aurais besoin de conseils pour arriver à supprimer cette personne de ma tête.
Merci de m’avoir lu, ce message est long mais j’espère vraiment que quelqu’un pourra m’apporter de l’aide
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1325603
Bonjour mimimi,

J'ai vécu une histoire de dépendance qui se rapproche de la tienne, c'était il y a bientôt 10 ans.
Évidemment elle n'est pas identique dans les détails, mais j'ai entretenu cette relation toxique avec cet homme, par besoin d'être aimée, d'être choisie et par peurs aussi. Celles de la solitude affective et de l'abandon.

Je l'ai donc laissé faire des allers-retours dans ma vie, je l'ai laissé me traiter à sa guise. Je t’épargne les détails (on est là pour toi), mais globalement j'étais toujours à sa disposition quand il avait besoin de moi, pleurant seule dans mon lit des nuits entières quand il était en couple avec une autre. Me sentant légère et heureuse quand il s’intéressait à moi, une fois sa maîtresse d'une nuit, d'une semaine, d'un mois, l'autre fois sa confidente, sa meilleure amie. Il me tenait par de petites phrases qui me donnaient l'impression d'être exceptionnelle « Toi et moi ça ne pourra jamais finir réellement », « Tu es mon âme sœur » et l’alcool et la drogue aidant, il rentrait même dans de longues déclarations d’amour « Tu es la femme de ma vie, je n’ai jamais aimé que toi », et aussi « C’est avec toi que je veux vivre » (Pour me quitter quelques jours plus tard prétextant préférer être seul). J’ai donc tout accepté juste pour avoir ma petite caresse et me sentir aimée et importante quelques minutes ou quelques heures. C’est cette histoire qui m’a faite arriver ici. A la première rupture, suivi par le premier retour. Premier aller-retour d’une longue série, qui a duré 5 ans.

Pour ma part j’ai réussi à mettre fin à cela (après plusieurs tentatives), lors d’un nouveau retour (qui s’est donc avéré être le dernier), pendant lequel il m’a recontacté par message, plein de promesses, et avec une déclaration d’amour digne d’une comédie romantique, me demandant de le rejoindre, et me promettant que cette fois (encore) c’était définitif, qu’il avait compris que j’étais la femme dont uil avait toujours rêvé (j’avais déjà entendu ce discours, maintes fois).
Mais cette fois, j’avais appris quelques jours avant ce message (par des amis communs), qu’il venait de se faire larguer par sa dernière conquête, et tout est devenu (enfin) clair dans ma tête, je n’étais qu’un bouche trou, là pour rassurer son égo. Je me suis sentie tellement stupide et ridicule de ne pas l’avoir vu avant, que j’ai été prise d’une grande colère! Je lui ai répondu que je m’étais suffisamment laissée maltraitée par lui, et que c’était fini ! Je n’attendais plus rien de lui. Ni excuses, ni gentillesse, ni qu’il me pardonne ou m’aime. Rien. Il pouvait bien me détester jusqu’à la fin de sa vie, que ça ne me faisait plus ni chaud, ni froid (alors qu’avant ça me paraissait insurmontable de se quitter en mauvais terme).
Il m’a répondu. Il était soulagé. Il espérait qu’enfin je finisse par dire non. Qu’il se comportait comme un salopard avec moi parce que je le laissais faire, et que c’était confortable pour lui. Qu’il était désolée de tout le mal que je lui avait fait. Mais ça n’a rien changé. C’était fini. Je ne lui ai même pas répondu et j’ai fait ce que je n’avais fait en 5 ans je l’ai bloqué de partout. Fin de l’histoire.

Aujourd’hui je suis avec un homme, respectueux, gentil, qui me traite bien, qui n’utilise pas ma gentillesse, et qui rassure mes peurs (pas en me disant des jolis mots, juste en me montrant par ses actes qu’il a envie de parcourir le chemin avec moi). Mais avant lui… J’ai eu besoin encore d’être maltraitée car je suis dépendante affective.
La dépendance affective ne disparait jamais, pas plus que l’alcoolisme. Elle est toujours là, cachée dans un coin comme un loup aux abois, prête à resurgir. Il m’a fallut du temps, une psychothérapie bien menée, et un conjoint patient et compréhensif pour construire ma relation actuelle, qui est la plus équilibrée de toutes celles que j’ai eu (et j’ai pourtant été mariée pendant 15 ans).

Tu va aller mieux, mais je suis désolée, ça va prendre du temps, et surtout, tu ne sera jamais réellement « guérie », il te faudra rester vigilante toute ta vie, car ta dépendance, ressurgira n’importe quand…

Plein de courage à toi.
#1325607
Merci beaucoup Allys pour ta réponse et pour avoir partagé ton expérience.
Je réalise que tout ce que je peux faire à l’avenir c’est de toujours prendre un peu de recul pour avoir un regard externe sur mes relations, pour m’assurer de ne pas être encore une fois dans une situation toxique. J’ai avant cette histoire eu d’autres petits copains, des relations où j’étais dépendante évidemment, mais cette fois ci je pense que c’est cette dernière relation qui m’a donné le déclic. Je suis tombée sur quelqu’un qui profitait et jouait de ma dépendance, et qui m’a fait me perdre complètement. Il m’a éloigné de ma famille, de mes amis, de mes projets professionnels et personnels, et surtout, je l’ai laissé faire. Je m’en veux beaucoup pour ça.
Je suis des thérapies depuis l’âge de 15 ans, et j’ai identifié la cause de cette dépendance affective. Effectivement, j’ai eu une relation très conflictuelle et destructrice avec mon père qui jouait beaucoup sur le « si tu es comme ça je t’aime ma fille » puis « si tu n’es pas assez si ou ça tu es une merde », avec les coups et les insultes qui allaient avec. J’ai beaucoup travaillé sur ces traumatismes mais ils sont loin d’avoir disparus.
Aujourd’hui je souhaite réellement prendre confiance en moi, et arriver à m’aimer moi-même avant d’avoir le besoin d’être aimée par quelqu’un d’autre. Même si je sais que je serai toujours tentée de retomber dans une dépendance, car c’est plus simple de chercher l’amour des autres que de s’aimer soi même.
J’ai décidé de reprendre ma vie en main, mais c’est si difficile de ce lever le matin en ce disant « tu es quelqu’un de bien, tu as de la valeur ». Petit à petit j’ai réussi à faire le deuil de ma dernière relation amoureuse, je pense que l’électrochoc de son réel désintérêt et manque de respect pour ce qu’on a vécu sur la fin de relation a aidé. Mais j’ai tellement de colère au fond de moi. Contre lui, et tout ceux qui ont profité de moi.
Je ne désespère pas de tomber comme toi sur quelqu’un qui me respecte et comprend ma dépendance sans en jouer. Ton histoire me donne espoir. Mais comment évacuer cette colère qui persiste, et qui me bloque dans mon travail sur moi-même. Cette colère qui me fait penser tous les jours à mon ex, alors que je souhaite réellement l’oublier, et juste prendre soin de moi ?

Merci encore Alyss pour ta réponse qui m’a fait du bien
#1325750
Bonsoir mimi,


Le témoignage d’Allys est très intéressant. (Ce fil pourrait également t’intéresser : viewtopic.php?f=3&t=68438&p=1323770#p1323770.)

Cet homme ne te respectait pas. Il ne t’aimait donc pas. Aucun individu n’aime les personnes qu’il ne respecte pas, qu’il méprise, etc. C’est antinomique. Aimes-tu les gens pour qui tu n’as aucun respect ? Non. Tu as le droit de les trouver méprisables, indignes de respect. Mais si tu les trouves méprisables, cela signifie que tu ne les aimes pas.


[« Depuis ma rencontre avec lui, j’ai très peu d’estime pour moi, et je pense que le fait de m’avoir mise en compétition permanente avec d’autres filles m’a complètement dévalorisée. Alors soit il m’aimait et tout allait bien, soit il aller voir ailleurs et je me disais que je ne valait rien. »]

Dis-toi bien que ce n’était pas toi le problème. Ce n’est pas parce qu’un homme te trompe, va voir ailleurs, couche à droite à gauche, dit à d’autres femmes qu’il les aime, etc., que tu ne vaux rien et que tu es moins bien que les autres femmes. Déjà, lorsqu’un homme lambda préfère une femme à une autre, cela ne signifie pas que l’autre femme est moins bien que celle qu’il préfère. Cela ne dit rien sur la valeur de l’autre femme. Cela signifie simplement que la femme qu’il a choisie lui convient mieux (à lui). Cela va peut-être te sembler bizarre mais, personnellement, je me suis déjà dit qu’un homme pour qui j’avais de réels sentiments allait mieux avec sa copine qu’il m’avait cachée (ou avec d’autres femmes) qu’avec moi. Les mensonges et le foutage de gueule m’ont profondément dégoûtée et blessée, bien sûr ; mais je trouvais qu’il avait beaucoup plus de points communs avec cette femme qu’avec moi, qui me disais que rien ne serait jamais possible entre nous, car bien trop différents/opposés. Je ne la trouvais ni mieux ni moins bien que moi ; elle me semblait juste plus compatible avec lui. Ils se ressemblaient davantage. Cela aurait pu être n’importe quelle femme, c’est le comportement de l’homme en question qui me dégoûtait. Aucune femme n’est mieux ou moins bien que toi ; vous êtes simplement différentes. Un homme peut bien essayer de te mettre en compétition avec d’autres femmes, tu n’es pas obligée de te sentir en compétition avec elles, de ton côté. Le fait de mettre des personnes en compétition n’est pas sain. Dans ce cas, il vaut mieux se retirer soi-même de l’échiquier. Qu’il joue tout seul. Un homme qui t’aime vraiment ne te mettra pas en compétition avec d’autres femmes. Il mettra plutôt son énergie dans votre relation. Il aura envie de s’investir. En l’espèce, cela semble être son mode de fonctionnement. Cela ne m’étonnerait donc pas qu’il fasse la même chose (« je t’aime, bla bla bla », etc.) avec les autres femmes (qui sont donc plus à plaindre qu’autre chose, finalement). Comme l’a écrit Allys sur un autre fil, « si la femme que tu es ne lui a pas convenu, c’est qu’il n’est pas l’homme exceptionnel qui saura voir cette femme exceptionnelle que tu es… Ne le laisse pas te faire sentir que tu vaux moins que ce que tu vaux réellement. » Ne laisse pas autrui déterminer ta propre valeur. L’opinion d’autrui lui appartient ; c’est sa vérité, pas LA Vérité.


[« Je ne souhaite pas me remettre avec lui, je ne souhaite pas qu’il reste dans ma vie, mais j’ai du mal à tourner la page. J’ai éprouvé tellement de colère envers lui, mais aussi envers moi pour ne pas avoir ouvert les yeux plus tôt. J’aurais aimé qu’il m’accorde cette discussion post rupture pour être honnête avec moi sur comment il avait vécu la relation, et peut être inconsciemment j’aurai aimé des excuses. »]

Il est vain de chercher du réconfort ou une quelconque réparation dans les bras de la personne qui t’a causé du chagrin. S’il s’était un tant soit peu soucié de tes ressentis et donc de ton chagrin, il se serait comporté différemment. Il connaissait tes failles. Il n’était certes pas sadique (un sadique, c’est pire : il prend du plaisir à voir ou à faire souffrir), mais il savait pertinemment que ses faits et gestes allaient te meurtrir. Cela ne l’a pas empêché de faire ce qu’il a fait.
« Cherche la paix au fond de toi-même. »
Pour que la colère s’apaise, il va te falloir du temps. Essaye d’être douce avec toi-même. Lui, tu n’es pas obligée de le pardonner. Essaye de te pardonner à toi-même, déjà. L’on commet tous des erreurs. Ces dernières sont utiles pour la suite. Elles t’ont permis de mettre le doigt sur certains problèmes, certaines failles, etc. Tu vas pouvoir continuer le travail déjà entamé. Tu ne laisseras plus personne s’amuser avec tes failles, appuyer là où cela fait mal, etc. Et n’oublie pas que tu es restée droite, toi. C’est important.
Pour ce qui est de l’attirance et des sentiments éventuellement restants, ils finiront bien par s’étioler au fil du temps… Même s’ils sont encore là, le plus important, c’est que tu agisses pour ton bien-être personnel et donc que tu te tiennes bien loin de lui.


[« Je réalise que tout ce que je peux faire à l’avenir c’est de toujours prendre un peu de recul pour avoir un regard externe sur mes relations, pour m’assurer de ne pas être encore une fois dans une situation toxique. »]

Oui. Ce n’est pas forcément facile à faire dans « le feu de l’action », lorsque l’on a la tête dans le guidon, lorsque l’on a des sentiments, etc. ; mais c’est un bon exercice. Ne pas se focaliser sur des éléments isolés (un « je t’aime », par exemple), mais essayer de regarder la relation dans sa globalité : que vaut un « je t’aime » lorsqu’il est suivi ou précédé d’un manque de respect, par exemple ? Rien. Dire « je t’aime », c’est facile pour certains, cela ne leur coûte rien. Certains l'utilisent même pour parvenir à leurs fins. Fraus omnia corrumpit. Évite donc de le faire primer sur le reste (même si cela a beaucoup de valeur à tes yeux). Ceci est plus important : "Aujourd’hui je suis avec un homme, respectueux, gentil, qui me traite bien, qui n’utilise pas ma gentillesse, et qui rassure mes peurs (pas en me disant des jolis mots, juste en me montrant par ses actes qu’il a envie de parcourir le chemin avec moi)."


Bon courage à toi.
miu ont aimé ça
#1325810
Merci Kylian d'avoir pris le temps de répondre à ce topic.

J'apprécie tes conseils et ceux d'Allys, et j'ai parfaitement conscience que m'a vie ne s'arrête pas à cette histoire. Je sais que de belles choses m'attendent, et d'autres épreuves certainement. Je sais que je ne suis pas tombée sur quelqu'un qui avait les mêmes attentes que moi, la même vision du couple, et encore moins les mêmes sentiments.

J'essaye de me pardonner de ne pas avoir admit plus tôt que ça ne menait nul part, de m'être oubliée pour cette personne, d'avoir sacrifié tant de choses pour si peu de retour. Et parfois, je m'en sors. Mais j'ai encore trop de périodes de déprime, où je ressasse, et où le désespoir remonte. Durant ces périodes, je repense aux moments où il me disait qu'il m'aimait et je me demande comment on a pu en venir à avoir l'un pour l'autre des sentiments si opposés à l'amour. Mais comme vous l'avez dit Allys et toi, et j'en ai conscience, les mots ne sont rien si les actes ne suivent pas, et il ne m'a pas aimé. Peut-être que c'était agréable pour lui de savoir que quelqu'un était toujours là à sa disposition quand il en avait besoin. Et c'est tout.

Aujourd'hui je n'ai plus d'énergie, je me sens vidée. J'ai passé les cinq dernières années de ma vie à lui donner tout ce que je pouvais, à le soutenir, l'aider, à être là pour lui, à sacrifier mes rêves et mon entourage pour lui. Cette relation a fait le vide autour de moi, il n'y avait plus que lui. Et je me retrouve maintenant seule. Et l'énergie que je lui ai donné, je voudrais la donner à moi-même, mais je me demande si il m'en reste encore. J'aimerai tellement faire la paix avec moi-même, et me donner de l'amour.

J'imagine que seul le temps me permettra de m'en remettre et de vraiment avancer. J'aimerai juste un remède miracle pour que cette blessure guérisse plus vite, j'aimerai tellement retrouver la joie de vivre. Je sais qu'il fréquente déjà, au bout de deux mois, de nouvelles personnes, il sort, il s'amuse, il vit. Et c'est tant mieux pour lui. C'est certainement plus facile quand on a pas eu de sentiments sincères de se remettre sur les rails. Mais je voudrais moi aussi m'en remettre, non pas me jeter dans les bras du premier venu, mais retrouver le gout de vivre, et rire. Je me rend compte que je n'ai pas ris depuis des années.

Cette histoire aura au moins eu le mérite de me permettre d'apprendre de mes erreurs, et d'apprendre qu'il faut lâcher prise quand je retire plus de douleur que de bonheur d'une relation.

Je ne perd pas espoir, je sais que je finirai par m'en remettre. J'espère juste que mon état mental léthargique ne durera pas trop longtemps.
Je vous remercie tout les deux pour vos retours, ça fait du bien d'être entendue sans se sentir jugée.
#1325910
[« J'aimerai juste un remède miracle pour que cette blessure guérisse plus vite »]

Malheureusement, il n’y a pas de remède miracle ; mais je pense que tu le sais déjà…


[« C'est certainement plus facile quand on a pas eu de sentiments sincères de se remettre sur les rails. »]

C’est certain…


[« J'espère juste que mon état mental léthargique ne durera pas trop longtemps. »]

Même si cela te semble long, 2 mois, c’est très court. À chaque jour suffit sa peine. Tu retrouveras le sourire.


Courage.
Allys ont aimé ça