Aide et conseilspour récupérer ton ex !

Comment se passe votre retour sur le marché des célibataires après une rude séparation ?
#1236040
Bonjour à tous

De retour après pas mal de temps, et de nombreuses péripéties...

En fin d'année dernière, elle a repris contact avec moi après plusieurs mois de silence. Un contact tranquille, joyeux, et j'ai voulu aller voir, aller au bout de cette histoire à rebondissements et à souffrances qui durait depuis près de deux ans et demi. Voir ce qu'elle avait dans les tripes, voir aussi ce que j'avais dans le pantalon.

Nous nous sommes revus, lors d'une belle soirée, comme d'habitude. Mais j'ai senti une distance malgré tout....Et puis j'ai compris qu'elle avait renoncé à une relation amoureuse, parce qu'elle m'a dit clairement que du fait de sa peur de s'engager, de revivre des moments très durs de son passé lointain, elle avait fait de choix de se contenter du mode amitié. Elle a ses raisons pour ça, mais le résultat est sans appel : il n'y a rien au bout. J'ai finalement mis un stop à cette relation élastique, qui ne faisait que se tendre, se détendre et se retendre à nouveau, sans arrêt depuis deux ans et demi. Je me suis bercé depuis trop longtemps de l'espoir qu'elle avancerait sur ses peurs. Elle m'a clairement dit que non.

Alors je lui ai dit que je coupais les ponts, que je m'en allais en paix, et surtout, je n'ai pas mis de points de suspension, ni de "à bientôt", ni de "à un de ces jours", et surtout pas de "tu me recontacteras quand tu sauras ce que tu veux et que tu auras réglé tes peurs". Et j'ai coupé les ponts. Je n'ai plus du tout de contacts avec elle, je ne veux plus en avoir, et aujourd'hui je revis, heureux de ce que je suis, au jour le jour, sans me forcer à oublier. Mais je me suis pardonné à moi. Pardonné d'avoir souffert, d'avoir entretenu un schéma dont je connais les origines profondes, et sur lequel je travaille depuis des mois et des mois.

L'important c'est de se pardonner et de ne pas se juger par rapport au passé. Je n'ai aucun regrets de ce qui s'est passé, à la limite même je dis merci à la vie de m'avoir mis cette dure épreuve entre les pattes, parce que je crois que j'en avais besoin à un moment donné pour casser mes propres schémas.

Mais cette épreuve m'a aussi montré clairement qu'on ne peut pas contrôler l'autre. Je sais que pendant une période, on essaie, on monte des stratégies, on se fait tout beau, on fantasme. On lit avidement les témoignages des rarissimes qui se sont retrouvés, on avale les vidéos qui te disent qu'avec un coup de peigne, trois kilos en moins, un tatouage de mickey sur le sboub, un mois de silence radio, on peut repartir au charbon.... C'est normal et il n'y a pas à se juger pour ça. Et surtout, pendant qu'on est dans cette période de souffrance, on n'entend rien ni personne. On se dit "mais mon histoire est particulière, personne ne comprend ce que je ressens, etc...", et c'est ce que je lis dans de nombreux témoignages sur le forum. Et je comprends que ça puisse mettre en pétard quand on nous balance en pleine gueule "mais laisse tomber, t'as mieux à faire que t'accrocher à une femme qui ne sait pas ce qu'elle veut". Alors on pense "mais moi je sais ce que je veux, tellement je l'aime, alors je vais faire en sorte qu'elle le sache et qu'elle aille dans mon sens"... Peine perdue...

Je dirais à ceux qui sont dans la détresse aujourd'hui, de la vivre à fond, parce que s'il y a détresse, c'est qu'elle est nécessaire. Ça fait mal, partout, à l'égo, au moral, au physique même. Ça fait mal longtemps, mais il faut que ça fasse mal. Parce que si ça fait mal, c'est qu'il y a un truc à régler avec soi-même. Et un beau jour on se dit "ben allons-y, prenons le sujet à bras le corps". Et on s'aide soi-même et on se fait aider aussi, c'est important. Et on remonte la pente, heureux d'être en vie, heureux d'apprécier encore plus les petits moments de bonheur que la vie nous offre. Et on a un regard complètement différent sur les autres. On ne voit plus en eux ce que l'on redoute le plus. Et on en sort grandi ! Garanti les enfants, ça pique, putain de merde de saloperie à roulette que ça pique. Ça dure, punaise que ça dure. On se sent mieux, on replonge, on remonte, on replonge, on remonte et on finit par échouer sur le sable, crevé, nase, vide, parfois déçu, mais on est au sec, et, en vie !

Voilà, cette fois c'est la bonne. Ça m'a coûté cher, et même des relations qui avaient démarré entre temps mais qui n'ont pas pu durer à cause du fait que quelque part je n'étais pas à 100% dedans, à cause de cet élastique que j'avais toujours à la patte. Mais tant pis, c'est comme ça, et c'est le prix à payer, le prix de la liberté !

Je vous souhaite à tous de vous écouter, et surtout de vous dire que même si c'est long, un jour le printemps revient dans notre tête (et pas l'ex, qui est dans sa propre tête).

Et je vous souhaite à tous un de ces jours de nous dire fièrement "ça y est, enfin le retour !". Pas le retour de l'ex, on s'en tamponne le coquillard de l'ex, mon gars, non, le vrai retour, le tien, toi-même, dans ta propre tête !

Plein de belles choses pour vous tous !
Coucou, c'est Antoine ! Mon équipe et moi-même avons créé un test qui te permet de déterminer avec précision tes chances de reconquérir ton ex. Fais le test en cliquant sur le bouton ci-dessous !

J'accède au test

#1236065
Un équilibre oui c'est ça. Et aussi me rendre compte et c'est loin d'être simple, que cet élastique n'était finalement pas complètement lié à la personne, mais plutôt à des blessures liées à mon passé pas encore complètement pardonnées... Et il est là le truc... Et c'est ce que je ressens souvent en lisant les sujets du forum, des gens (dont j'ai fait partie) qui pensent être paumés à cause de leur ex mais qui le sont à cause d'eux mêmes...
#1238364
Quelques nouvelles, et une liberté, un sentiment étrange d'un poids qui s'éloigne.
La méditation est une aide précieuse, et même si bien sûr je pense à elle parfois, je sais au fond de moi que cette longue période de plus de deux ans et demi que j'ai traversée est une chance immense que je commence à exploiter aujourd'hui.
Je ne sens pas une envie compulsive de me remettre en couple dans l'immédiat, juste de vivre au jour le jour en exploitant au maximum ce que la vie m'offre, et il y a tellement de choses à exploiter à fond quand on y est présent !