Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1293890
Bonjour à tous,

Me revoilà ! À croire que j'ai pris un abonnement à vie sur JRME :D

Blague à part, j'ai toujours trouvé par le passé des oreilles attentives sur ce forum. Et pour ça, je vous en remercie. Ça fait du bien de pouvoir se vider.

Voici mon histoire. Une de plus donc.

Ma copine, appelons-la Karine, 33 ans. Moi, quelques années de plus.

Nous sommes ensemble depuis bientôt 2 ans. Beaucoup de points en commun, de valeurs partagées, une façon de vivre similaire, et tout le tralala habituel.

J'ai toujours refusé d'admettre que son manque de confiance en elle allait tout droit nous mener à la chute de notre relation. Et pourtant, je crois que nous y sommes...

Elle, d'habitude si prompte à envoyer (et à répondre) à des SMS, a totalement changé de comportement depuis 2-3 semaines. Alors qu'elle répond habituellement dans la seconde ou la minute, il peut se passer plusieurs heures aujourd'hui. Elle, qui a toujours communiqué un besoin de se voir (pas toujours de façon très saine à mes yeux), refuse TOUTES mes propositions d'activités ensemble depuis 2-3 semaines et ne propose AUCUNE alternative quand l'excuse est « je ne suis pas dispo ».

Question habituelle de ma part : m'a-t-elle trompée, voit-elle quelqu'un ou a-t-elle quelqu'un en vue ? Non (comme une évidence). Alors pourquoi ce break imposé ?

Elle me dit qu'elle a besoin de souffler. Elle me dit avoir peur qu'on s'engueule quand on se voit et que ça la freine (certes, il y a eu pas mal d'engueulades depuis 1 an, mais aucune sur des sujets graves ou qui ne dure très longtemps). On s'est vu une fois pendant ces 2-3 semaines. Chez elle. C'était simple. Et génial.

Ceci dit, elle me dit se sentir sous pression permanente des gens en général (sa famille notamment). Si j'ai le « malheur » de lui poser une question actuellement, elle ressent de la pression, aussi banale que puisse être la question. Elle me dit aussi avoir l'impression de me faire perdre mon temps (ce qui n'est pas tout à fait faux... mais je prends mon mal en patience) car elle met de la mauvaise volonté à tout ce que je propose... quelque part elle se sent coupable et pas à la hauteur (manque de confiance en elle). D'une manière générale, elle accorde une immense importance à l'image que les autres ont d'elle. Mais je crois qu'elle n'ose se l'avouer. Bref, fin de la minute psychologue de comptoir.

Sachant tout ça, j'ai adopté une attitude que je pense être extrêmement positive à son égard. Bien conscient qu'elle ait besoin de retrouver un peu de sérénité, je ne lui reproche absolument plus rien et je la rassure sur mes sentiments et mes intentions. Mais rien de « lourd » (du moins je ne pense pas). Ce qui fonctionne très bien pour la rassurer, ce sont mes bras. Mais ces derniers temps, nous ne nous voyons plus... Je me sens inutile et j'ai du mal à me positionner : être là pour la soutenir vs. m'effacer pour la laisser respirer. Je lui en ai parlé. Pas de réponse.

Pour autant, elle n'a pas coupé la communication. On se parle tous les jours par texto. Et je m'adapte à son rythme. Sa communication semble aussi inégale que son esprit est tourmenté. Elle va être très froide et distante voire changer de sujet subitement en me parlant de la voisine qui fait trop de bruit avec ses talons. Le coup d'après, elle se met à planifier notre prochain voyage. La fois suivante, elle va me reprocher de répondre à une question par une question (je sais, c'est énervant) alors qu'elle a éludé la totalité de mes questions. Et c'est comme ça depuis 2-3 semaines donc. Elle me fait danser. Et ça fonctionne ! Sinon, je ne serai pas ici ce soir.

J'aime que les choses soient claires. Et pour moi, elles ne le sont pas. Je lui ai dit.

Elle a imposé un break (sans qu'on prenne de décision à deux donc). Soit. Même si je ne suis pas un fervent défenseur des breaks, pour moi, un break c'est 2-3 jours (1 semaine tout au plus) en SR avec les copains, la famille ou seul(e) pour recharger les batteries et repartir sur de bonnes bases. Là, ce n'est pas le cas. C'est un break à durée indéterminé.

Quand je lui demande si elle considère qu'on est toujours ensemble : oui bien sûr (comme une évidence).

Alors que moi, j'ai clairement l'impression qu'elle me garde au chaud le temps de faire pleinement son deuil de notre relation... sur ça aussi je l'ai interrogée. Ce n'est pas du tout le cas m'a-t-elle répondu (pourtant ça en a l'odeur et la couleur hein). En attendant, j'essaie de rester sous la couette le moins longtemps possible (c'est très dur ça lol). Quand je fais des activités, sa première question n'est pas vraiment de savoir où ? quand ? comment ? mais avec qui (jalousie).

Je n'ai pas changé. Si, je ne m'exprime plus sur aucun de ses faits et gestes (ce qu'elle percevait comme des reproches de ma part). Mais pour le reste, je suis toujours moi-même. Je suis toujours une oreille attentive. Je suis toujours force de propositions, etc. J'exprime toujours mes sentiments à son égard. Je la complimente toujours. Mais toujours de manière mesurée (sans pour autant me retenir non plus).

Mais aujourd'hui, blessé par la tournure des événements (elle est complètement centrée sur elle-même et à part avoir exprimé ses remords à me faire perdre mon temps, elle n'exprime aucune empathie), je ne sais plus quoi faire. Continuer d'être moi (être là dans ce mauvais moment avec la conviction que ça va passer) ou m'effacer.

Help!
#1293894
P.S.: Elle a accepté qu’on se voit dans les prochains jours. Je devrais être content mais quelque chose me dérange...

Un de nos groupes préférés joue dans notre région cette semaine. Petit concert sans prétention dans une petite salle. En temps normal, la question ne se poserait pas, c’est une évidence qu’on y aille. J’ai prévu d’y aller. Elle le sait (le fameux « tu y vas seul ? Si non, avec qui ? »). Après plusieurs refus d’activités suite à mes propositions de se voir, je ne lui ai pas proposé celle-ci directement. Mais j’en ai parlé plusieurs fois pour lui tendre des perches (au cas où elle aurait oublié qu'ils passaient ici).

Au détour d’une conversation, je sens qu’il y a une ouverture pour qu’on se voit dans les prochains jours alors je lui demande si elle veut venir à ce fameux concert. « Je fais attention à mes dépenses en ce moment, tu me raconteras. » Dit la nana qui vient de se payer un soin beauté (une première depuis que je suis avec elle), une sortie au resto et une formation à 400 € l’année. Coût du concert : entre 15 € et 20 €.

Sur le coup, je ne pense pas à tout ça et naturellement, comme une évidence donc, je lui réponds que je passe la chercher chez elle 2 heures avant et que je l’invite. Ça me fait plaisir.

Sauf que ce matin, je me réveille avec la désagréable impression qu’elle n’est absolument pas honnête avec moi. Certes, elle a éventuellement peut-être la possibilité qu’une aide qui lui était versée dans le cadre de son activité (auto-entrepreneur) ne le soit plus. Mais absolument rien de sûr. On parle d’environ 500 € par mois. Non négligeable. Je peux comprendre que ça la stresse, même si elle n’a et n’a jamais eu aucun problème d’argent dans sa vie (elle a d’autres sources de revenus et les comptes sur livret pleins). Mais depuis qu’on est ensemble, elle n’a jamais claqué d’argent comme ça et là, pour un concert à 15 balles, elle ne veut pas vivre au-dessus de ses moyens :roll:

Je n'ai pas envie d'annuler à la dernière minute (ce n'est pas moi le bipolaire du groupe :D ). Je n'ai pas envie de lui faire part de ce que je viens d'écrire (elle le prendrait mal - sentiment de culpabilité, pas à la hauteur tout ça tout ça - et je n'ai pas envie que ça reparte en vrille). Mais en même temps, je ne trouve pas que tout ça soit très sain.

Pour elle, c'est une évidence que je passe la nuit chez elle après le concert. Alors peut-être que je devrais mettre le holà quand je la dépose : « J'ai passé une bonne soirée (ou pas lol) mais je ne suis pas à l'aise dans cette situation. Pourtant, je t'aime et j'ai très envie de te faire l'amour. Mais en même temps, je comprends que tu aies besoin de temps pour souffler. J'ai envie d'être avec une Karine pleinement engagée dans notre relation. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Ce n'est pas grave. C'est comme ça. »

Je doute. Re-help!
#1293899
Tiens encore un truc...

Karine a toujours été très jalouse de mon ex qu'elle connaît (tout en faisant croire à tout le monde que tout va bien, qu'elle est cool avec ça et que vu que c'est mon ex, c'est de l'histoire ancienne).

Perso, je suis quelqu'un de droit dans mes baskets. Je n'ai absolument plus aucun contact ni plus aucun sentiment pour mon ex (et depuis très longtemps). Et quand il m'arrive de la croiser, c'est bonjour-au revoir. Plus aucun intérêt l'un envers l'autre. Enfin, vraiment tout est clean.

Karine m'a reproché une fois d'avoir une photo de mon ex quelque part loin sur un de mes réseaux sociaux (que je n'utilise quasiment jamais). Sur la photo en question, l'ex est de loin et de 3/4 dos. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Mais pour Karine, ça ne passe pas.

Chose que je n'avais jamais pris le temps de faire, je viens de passer la dernière heure à regarder les photos de Karine sur son Facebook... il est truffé de photos, non pas de SON ex mais de SES ex dont certaines dans des poses suggestives (le mec affalé sur une chaise, ceinture détachée, jean déboutonné et braguette ouverte, on en parle !?). Sous le coup de l'émotion, j'ai juste envie de liker toutes ces photos (et elle me reprocherait d'aller fouiner dans sa vie... quand elle fouine dans mon tél dès que je le laisse sans surveillance)...

Je suis fou de rage ! J'en ai pris plein la gueule pendant 2 ans. J'en suis arrivé à douter de moi et de mes principes. À douter de la personne que j'étais... et voilà ce que je découvre. Les photos sur Facebook, je m'en tape. Pour moi, ça ne veut pas dire grand chose. Par contre, c'est la violence de ses réactions et du « fait ce que je dis pas ce que je fais » que je trouve inappropriées.

Ça me rappelle d'autres anecdotes... comme la fois où j'organise une surprise, que je lui donne rendez-vous et qu'à cause de la circulation j'arrive moins de 5 min en retard au point de rendez-vous (non sans l'avoir prévenu une bonne vingtaine de min à l'avance). Hystérique, j'en prends plein la gueule. Surprise annulée. Chacun rentre chez soi. Par contre, quand je l'attends à la sortie du train quelques jours plus tard et qu'elle a plus de 30 min de retard (perso, je n'ai rien contre les retards, ça arrive) et qu'elle s'excuse tout juste (non, ce n'était pas le train qui était en retard)...

:evil: :evil: :evil:
#1293900
Salut Bill,

Karine a l'air d'avoir quelques problemes a regler...

concernant les photos d'ex sur facebook, je trouves ca assez génant. Je trouve que c'est un manque de respect envers le cheri actuel. Je suis peut etre trop reac la dessus mais c'est mon avis.

Concernant ce concert, je ne sais pas si c'est une si bonne chose que ca d'y aller avec elle. TU n'as pas l'air détaché et elle non plus. tu irais sans doute en ayant tout ca dans un coin de ta tete. C'est a toi de voir mais peut etre que vous avez besoin d'un peu de temps ou de discuter.
#1293903
Bonjour Bill,

J'ai pris le temps de lire toute ton histoire. Ce qui me frappe dans un sens, c'est les points de ressemblance avec mon ex. Alors je vais répondre points par points.
Bill a écrit : Elle, d'habitude si prompte à envoyer (et à répondre) à des SMS, a totalement changé de comportement depuis 2-3 semaines. Alors qu'elle répond habituellement dans la seconde ou la minute, il peut se passer plusieurs heures aujourd'hui. Elle, qui a toujours communiqué un besoin de se voir (pas toujours de façon très saine à mes yeux), refuse TOUTES mes propositions d'activités ensemble depuis 2-3 semaines et ne propose AUCUNE alternative quand l'excuse est « je ne suis pas dispo ».
Un changement aussi soudain est une belle source de questionnement. A mon avis, il y a du désintérêt face à ta personne et il me semble qu'elle a rencontré quelqu'un. Elle n'est plus aussi dispo, tu n'es plus une priorité.
Question habituelle de ma part : m'a-t-elle trompée, voit-elle quelqu'un ou a-t-elle quelqu'un en vue ? Non (comme une évidence). Alors pourquoi ce break imposé ?
Un break imposé de sa part sans qu'il y ait une discussion au préalable de ce que vous souhaitez tous les deux. Pour moi, tu es dans le déni en supposant qu'il n'y ait personne derrière et Karine se permet d'imposer ses choix. Pas très sain tout ça.
Elle me dit qu'elle a besoin de souffler. Elle me dit avoir peur qu'on s'engueule quand on se voit et que ça la freine (certes, il y a eu pas mal d'engueulades depuis 1 an, mais aucune sur des sujets graves ou qui ne dure très longtemps). On s'est vu une fois pendant ces 2-3 semaines. Chez elle. C'était simple. Et génial.
Elle sort des excuses. Des engueulades, ça arrive.. Cela m'étonnerait que vous vous mettez sur la tronche tous les jours. Il s'agit là d'une excuse pour expliquer sa prise de distance.
Ceci dit, elle me dit se sentir sous pression permanente des gens en général (sa famille notamment). Si j'ai le « malheur » de lui poser une question actuellement, elle ressent de la pression, aussi banale que puisse être la question. Elle me dit aussi avoir l'impression de me faire perdre mon temps (ce qui n'est pas tout à fait faux... mais je prends mon mal en patience) car elle met de la mauvaise volonté à tout ce que je propose... quelque part elle se sent coupable et pas à la hauteur (manque de confiance en elle). D'une manière générale, elle accorde une immense importance à l'image que les autres ont d'elle. Mais je crois qu'elle n'ose se l'avouer. Bref, fin de la minute psychologue de comptoir.
C'est marrant, j'ai eu droit à la même chose. La femme dans la trentaine, qui jalouse les situations des autres (le mariage, les enfants.. etc.) Qui en oublie presque de vivre pour elle et qui l'annonce en disant ne pas être à la hauteur.
Sachant tout ça, j'ai adopté une attitude que je pense être extrêmement positive à son égard. Bien conscient qu'elle ait besoin de retrouver un peu de sérénité, je ne lui reproche absolument plus rien et je la rassure sur mes sentiments et mes intentions. Mais rien de « lourd » (du moins je ne pense pas). Ce qui fonctionne très bien pour la rassurer, ce sont mes bras. Mais ces derniers temps, nous ne nous voyons plus... Je me sens inutile et j'ai du mal à me positionner : être là pour la soutenir vs. m'effacer pour la laisser respirer. Je lui en ai parlé. Pas de réponse.
Belle considération de sa part. La non réponse.. wow! Sacrée communication entre vous deux.
Pour autant, elle n'a pas coupé la communication. On se parle tous les jours par texto. Et je m'adapte à son rythme. Sa communication semble aussi inégale que son esprit est tourmenté. Elle va être très froide et distante voire changer de sujet subitement en me parlant de la voisine qui fait trop de bruit avec ses talons. Le coup d'après, elle se met à planifier notre prochain voyage. La fois suivante, elle va me reprocher de répondre à une question par une question (je sais, c'est énervant) alors qu'elle a éludé la totalité de mes questions. Et c'est comme ça depuis 2-3 semaines donc. Elle me fait danser. Et ça fonctionne ! Sinon, je ne serai pas ici ce soir.
Elle continue d'obtenir ton oreille attentive pour râler sur certains sujets. Tu es toujours présent donc pas de soucis, Madame râle sur un point mais reste évasive de manière générale et ne s'interesse pas à ta personne dans les échanges.
Elle a imposé un break (sans qu'on prenne de décision à deux donc). Soit. Même si je ne suis pas un fervent défenseur des breaks, pour moi, un break c'est 2-3 jours (1 semaine tout au plus) en SR avec les copains, la famille ou seul(e) pour recharger les batteries et repartir sur de bonnes bases. Là, ce n'est pas le cas. C'est un break à durée indéterminé.
Ca pue la merde.. Un break n'est jamais à durée indéterminé. Un break doit être défini dans le temps afin de se laisser le temps d'avoir des réponses à ses questions personnelles. Ce n'est pas un break que je vois ici mais une rupture déguisée.

Alors que moi, j'ai clairement l'impression qu'elle me garde au chaud le temps de faire pleinement son deuil de notre relation... sur ça aussi je l'ai interrogée. Ce n'est pas du tout le cas m'a-t-elle répondu (pourtant ça en a l'odeur et la couleur hein).
Vu qu'elle n'est pas claire depuis 2 à 3 semaines, pourquoi elle serait claire avec toi, tout à coup ?

Personnellement, j'estime que ça sent le roussi et que Karine n'est pas claire sur toute la ligne. De plus, j'ai lu l'histoire des photos Facebook.
Sois donc le gentil Homme, fais ce que je te dis mais surtout ne fait pas comme moi. Je suis capable de te faire une crise pour une connerie mais si tu le fais, tu as un problème psychologique.

A ta place, je couperai les ponts et j'irai faire mon break de mon côté. Pas à vivre dans l'attente de sa possible décision.

Courage Bill!
#1296101
Long time no see! Désolé pour ce long silence.
Karine a l'air d'avoir quelques problemes a regler...
Effectivement. J'en parlerai dans mon prochain post...
concernant les photos d'ex sur facebook, je trouves ca assez génant. Je trouve que c'est un manque de respect envers le cheri actuel. Je suis peut etre trop reac la dessus mais c'est mon avis.
Je l'avais eu au téléphone. Conversation agréable de près d'une heure. J'en avais profité pour lui parler des photos Facebook. Elle avait immédiatement compris et s'était sincèrement excusée. Pour elle c'était une « sauvegarde » comme on sauvegarde des photos sur le cloud. Et comme elle n'est vraiment pas douée pour la technologie... Elle m'avait promis de les enlever. Ce qu'elle a fait rapidement.
Concernant ce concert, je ne sais pas si c'est une si bonne chose que ca d'y aller avec elle. TU n'as pas l'air détaché et elle non plus. tu irais sans doute en ayant tout ca dans un coin de ta tete. C'est a toi de voir mais peut etre que vous avez besoin d'un peu de temps ou de discuter.
Finalement, il n'y a pas eu de concert. On a passé l'après-midi dans un café à la place. Puis la soirée chez elle. C'était top.
#1296104
Salut Jo ! Merci pour ta réponse et désolé pour ce long silence.

Comme l'eau a coulé sous les ponts depuis, j'ai obtenu quelques réponses. Et voici mes réactions à tes commentaires.
Jo_French a écrit :
06 nov. 2018, 12:13
Un changement aussi soudain est une belle source de questionnement. A mon avis, il y a du désintérêt face à ta personne et il me semble qu'elle a rencontré quelqu'un. Elle n'est plus aussi dispo, tu n'es plus une priorité.
Désintérêt face à ma personne, probable. Brouillard dans sa tête face à sa propre personne, fortement envisagé. Elle n'avait rencontré personne. Mais je n'étais plus une priorité pour autant. La priorité, c'était elle.
Un break imposé de sa part sans qu'il y ait une discussion au préalable de ce que vous souhaitez tous les deux. Pour moi, tu es dans le déni en supposant qu'il n'y ait personne derrière et Karine se permet d'imposer ses choix. Pas très sain tout ça.
Personne derrière donc (si moi, des fois... :F) mais le fait qu'elle impose ses choix n'est effectivement pas très sain. Surtout quand c'est récurrent (j'en parlerai dans mon prochain post).
Elle sort des excuses. Des engueulades, ça arrive.. Cela m'étonnerait que vous vous mettez sur la tronche tous les jours. Il s'agit là d'une excuse pour expliquer sa prise de distance.
Des excuses, effectivement. Car le fond du problème se situe véritablement dans son vide intérieur (qui d'ailleurs était la source principale des engueulades).
C'est marrant, j'ai eu droit à la même chose. La femme dans la trentaine, qui jalouse les situations des autres (le mariage, les enfants.. etc.) Qui en oublie presque de vivre pour elle et qui l'annonce en disant ne pas être à la hauteur.
Avec le traditionnel « tu mérites mieux que moi » ? C'est en tout cas ce à quoi j'ai eu droit aussi...
Belle considération de sa part. La non réponse.. wow! Sacrée communication entre vous deux.
Avec le recul, je me suis rendu compte qu'elle ne prenait AUCUNE responsabilité émotionnelle. Et je pense sincèrement que ce n'est pas contre moi. Je développerai dans mon prochain post.
Elle continue d'obtenir ton oreille attentive pour râler sur certains sujets. Tu es toujours présent donc pas de soucis, Madame râle sur un point mais reste évasive de manière générale et ne s'interesse pas à ta personne dans les échanges.
C'était exactement ça.
Ca pue la merde.. Un break n'est jamais à durée indéterminé. Un break doit être défini dans le temps afin de se laisser le temps d'avoir des réponses à ses questions personnelles. Ce n'est pas un break que je vois ici mais une rupture déguisée.
Ton commentaire m'avait aidé à briser la glace et à forcer la fin du fameux break. On s'était vu, c'était un peu froid au départ et petit à petit tout était rentré dans l'ordre. J'en avais donc profité pour établir cette nouvelle règle entre nous si jamais ça devait se reproduire : une pause ok, mais à durée déterminée (sinon, rupture).
Alors que moi, j'ai clairement l'impression qu'elle me garde au chaud le temps de faire pleinement son deuil de notre relation... sur ça aussi je l'ai interrogée. Ce n'est pas du tout le cas m'a-t-elle répondu (pourtant ça en a l'odeur et la couleur hein).
Vu qu'elle n'est pas claire depuis 2 à 3 semaines, pourquoi elle serait claire avec toi, tout à coup ?
Figure-toi qu'elle était sincère ! Elle n'avait pas l'intention de rompre. Mais elle avait l'impression de se noyer (intérieurement) sans savoir quoi faire...
Personnellement, j'estime que ça sent le roussi et que Karine n'est pas claire sur toute la ligne. De plus, j'ai lu l'histoire des photos Facebook.
Sois donc le gentil Homme, fais ce que je te dis mais surtout ne fait pas comme moi. Je suis capable de te faire une crise pour une connerie mais si tu le fais, tu as un problème psychologique.

A ta place, je couperai les ponts et j'irai faire mon break de mon côté. Pas à vivre dans l'attente de sa possible décision.
Tu as quasiment tout résumé. Ca a failli me coûter la vie... la suite dans le prochain post !

Alors, ça ressemble toujours à ce que tu as connu avec ton ex ?
#1296108
Petit update de la situation suite à mes dernières interventions.

On s'était donc revus. Pas de concert, mais une après-midi dans un café. Elle était plutôt froide et détachée au début (elle pensait que JE l'avais quittée... WTF !??). Puis au fur et à mesure, tout était rentré dans l'ordre. Elle m'avait avoué avoir fait et s'être intéressée à pas mal de mes passions en début de relation, simplement pour me plaire. Pensant que si elle ne s'investissait pas dans mes projets par exemple, je ne l'aimerais pas. Mais ça la pesait trop et lui mettait trop de pression récemment. De mon côté, je m'étais confié à elle sur les bienfaits que m'avaient apporté ce break (petite introspection) et sur les 2-3 trucs que j'allais changer.

On avait passé la soirée chez elle (au top) et tout était reparti de plus belle entre nous. L'impression de vivre une nouvelle histoire. Elle, super détendue, légère, aimante et, je la cite : « j'ai vraiment envie d'être une super-chérie pour toi ».

Ça a duré 15 jours.

Pour une incompréhension sur un détail (c'était un tel détail qu'une personne normalement constituée ne pourrait jamais penser que ça soit sujet à embrouilles - couple ou pas couple), c'est reparti en cacahuètes entre nous. Enfin, quand je dis entre nous, c'est surtout elle qui est entrée dans une colère noire. De la rage même. Comme depuis deux ans en fait. Mais ça, je ne l'ai compris que par la suite... Ça été le point de départ de la situation qui est la nôtre depuis plus d'un mois maintenant.

Des longues semaines extrêmement pesantes psychologiquement pour moi (et pour elle certainement). On a traversé un enchaînement de disputes (exclusivement à son initiative et dont l'origine est souvent WTF pour la plupart d'entre nous) à chaque fois entrecoupées de quelques jours super agréables. Sauf que durant cette période, mon corps m'a lâché (en commençant par ma tête). Il m'est arrivé d'avoir des crises. Des pleurs. Des cris. L'impression de devenir fou. À me donner des coups de poing sur la tête. Parfois devant elle. Jusqu'à l'envie d'en finir. Le vide intersidéral dans ma tête. Aucune idée de ce à quoi je servais ici sur cette Terre. J'ai été prêt à lui donner ma vie. Littéralement.

Humilié. Honteux. Plus aucune envie de rien. Je passe les détails.

Dans un élan de lucidité, je me suis rappelé que « non, ce n'est pas moi ». Alors j'ai commencé à parler à mon entourage (dont une amie qui subit ça depuis 5 ans... sans que personne ne le sache). À mon nouveau médecin que j'allais voir pour tout à fait autre chose. J'ai lu beaucoup d'articles et de témoignages sur Internet. J'ai regardé beaucoup de vidéos. Pour enfin mettre le doigt dessus et me résoudre à l'accepter : je suis tombé dans les griffes au mieux d'une manipulatrice souffrant d'un énorme manque de confiance en soi, au pire d'une femme atteinte du trouble de la personnalité narcissique*. Et ça, je ne le souhaite à personne, même à mon pire ennemi.

Moi qui ai plutôt tendance à ne me rappeler que des bons souvenirs, voilà que certains de ses comportements de ces deux dernières années remontent à la surface. Et tout devient si limpide... Je ne veux pas la diaboliser car je sais qu'elle m'aime au moins autant qu'elle se déteste au plus profond d'elle-même. Et ce mal-être est visiblement incurable (ce qui me rend extrêmement triste pour elle). Et puis, j'ai aussi ma part de responsabilité. Je dois chercher à savoir pourquoi je l'ai autorisée à me manquer de respect, pourquoi je n'ai pas dit stop, et pourquoi encore aujourd'hui, malgré tout le mal, je suis encore là pour elle.

Ces derniers jours, suite à sa dernière crise de colère, elle m'a de nouveau imposé un break à durée indéterminée. Sauf que cette fois, elle y a ajouté de la nuance : « J'ai besoin de me (re)construire de l'intérieur. De prendre confiance en moi pour pouvoir avancer. C'est la clé. Comme je te l'ai dit, aujourd'hui je suis incapable d'être en couple avec toi même si je sais qu'on a tout. Je t'aime vraiment mais je ne suis pas bien dans mes baskets donc je ne peux pas te donner ce que tu mérites. Et ça me rend pas heureuse de ne pas te donner suffisamment. » Bizarrement, c'est une des premières fois où je la sens aussi emphatique et sincère. Et ça me donne de l'espoir. Pour elle.

Quant à moi, prendre les jours les uns après les autres. Retrouver petit à petit l'envie de sortir de mon lit. Puis petit à petit, me fixer des objectifs aussi insignifiants soient-ils (lire un livre est un objectif insurmontable pour le moment). Voilà ce qui m'attend dans les prochains semaines. Ou les prochains mois. Le temps fera son travail.

---

*Cette pathologie est à la fois facile à expliquer... et dure à comprendre tant qu'on n'est jamais retrouvé dans le rôle d'une victime. Vraiment. Celui ou celle qui souffre du trouble de la personnalité narcissique est une personne quasi parfaite aux yeux de tous. Un bourreau dans l'intimité. Et sa victime passe très facilement pour quelqu'un de fou, qui exagère... Il aura fallu que je fasse lire de nombreux articles et que je montre plusieurs vidéos à ma propre mère pour qu'elle comprenne vraiment ce que je traversais.

Je ne me considère par comme un expert sur la question, mais je suis là pour en parler avec ceux qui le souhaitent.
#1296109
Salut Bill,

Une bonne année pour commencer :)

Je me retrouve un peu dans ton histoire... Mais côté Karine ! Je ne la connais pas, aussi je ne prétendrai pas savoir ce qui se passe dans sa tête (elle-même ne le sait probablement pas vraiment), mais ce que je comprends de tes écrits, c'est qu'il s'agit d'une jeune femme en très très grande détresse. Est-elle suivie par un professionnel de santé (psychologue, psychothérapeute, psychiatre, sophrologue, ou autre) ? Le regard que tu poses sur elle est assez lucide, Karine ne semble avoir aucune confiance en elle. Malheureusement tu ne peux rien pour elle, c'est à elle de faire le travail. Et tant qu'elle ne le fera pas, en restant à ses côtés tu ne pourras que te laisser détruire par la situation. Tu le dis dès ton premier post, tu SAIS que c'est voué à l'échec avec Karine telle qu'elle est aujourd'hui. Il n'y a qu'à constater ton épisode dépressif alors que "ce n'est pas toi".

Je suis moi-même une grande dépendante affective (et anxio-dépressive), et mon ex a décidé d'initier aussi une pause à durée indéterminée, pour qu'on puisse se reconstruire chacun de notre côté, et voir ce que le temps nous dit. Bon, moi je considère qu'il s'agit d'une rupture déguisée, qu'il n'assume pas sa décision, et donc c'est bien mon EX. Mais bref, tout ça pour dire que je ne suis absolument pas objective vis-à-vis de Karine parce que je m'y retrouve, et je serais extrêmement peinée que mon ex pense de moi que je suis une manipulatrice ou une personnalité narcissique (la composante narcissique est cependant importante dans la dépendance affective pathologique).

Anyway, je crois par ailleurs que tu te poses les bonnes questions, et que le vocabulaire que tu emploies est très parlant : pourquoi tu restes avec elle ? Qu'est-ce qui se joue là-dedans pour toi ? Tu dis avoir été sa "victime", et qu'elle a été ton "bourreau" : ce sont des mots très forts. Et qui renvoient au triangle dramatique de Karpman, composé d'une Victime, d'un Bourreau... et d'un Sauveur. C'est sur le rôle de cette figure que je me permets de t'encourager à te questionner dans un premier temps (je n'ai absolument aucune expertise dans la matière, je suis simplement nourrie des choses que j'ai commencé à lire et de plusieurs années de bons conseils sur ce forum haha, aussi pardonne-moi si je raconte n'importe quoi).

De ce que je lis, tu sembles adopter la position du Sauveur (sauver Karine, l'aider à tout prix, rester là pour elle en comprenant ses douleurs, quand bien même elles te détruisent)... avant de devenir la Victime (d'une manipulatrice à la personnalité narcissique). Il ne s'agit que de bribes de réflexion, et dans tous les cas tu gagnerais à être également suivi par un professionnel, ne serait-ce que pour comprendre pourquoi tu acceptes de plonger avec elle.

Ce qu'elle t'a dit te donne de l'espoir pour elle, mais aussi pour toi (sinon on ne serait pas là à se raconter nos malheurs, soyons clairs). Je comprends vraiment (sinon je ne serais pas là à raconter mes malheurs, soyons clairs). Néanmoins, peut-être pourrais-tu reprendre contrôle de la situation, ne serait-ce que dans ta propre perception des choses, et décider toi, de quoi il s'agit : un break ? une rupture ? Pour l'instant elle a les rênes en main, tandis que toi tu vogues au gré de SES décisions (le coup de la pause imposée tmtc). A questionner peut-être. Pour l'heure, ta réaction est plutôt bonne, retrouver le plaisir de faire les choses pour soi, et la laisser réfléchir dans son coin. Sache également qu'une personne dépendante affective, qui se sent vide et seule, cherchera toujours plus de marque d'affection de l'Autre, mais ce besoin est insatiable. En continuant d'être ultra présent pour elle, je ne suis pas sûre que tu l'aides à se prendre en charge (sûre du contraire même en fait).

En espérant t'avoir un tout petit peu aidé :)

Courage Bill
#1296116
Salut Janysse ! Bonne année également à toi.

Bien sûr que ta réponse m'aide. Merci beaucoup d'ailleurs :)
mais ce que je comprends de tes écrits, c'est qu'il s'agit d'une jeune femme en très très grande détresse. Est-elle suivie par un professionnel de santé (psychologue, psychothérapeute, psychiatre, sophrologue, ou autre) ?
Non. J'ai abordé l'idée avec elle plusieurs fois au cours de la relation quand elle s'ouvrait sur son manque de confiance en elle (et autres dommages collatéraux comme ses troubles alimentaires). Toujours pour son bénéfice (je ne me souviens pas l'avoir évoqué pour le seul bénéfice de notre relation). Quand ça faisait suite à une dispute, j'ai même soumis 2-3 fois l'idée d'une thérapie de couple. Pour les mêmes résultats. Grosso modo, au mieux, c'était : « non, je n'en ai pas besoin. Je vais me mettre à __________ [insérer l'activité de votre choix] et ça ira mieux ». Au pire, c'était une nouvelle crise de colère : « mais je ne suis pas folle !!! T'arrêtes pas de dire que je suis __________ et __________ [insérer les insultes de votre choix que je n'ai jamais prononcées ni même pensées] et maintenant je suis folle ! Quoi d'autre ? »
C'est comme si elle n'acceptait pas de ne pas être parfaite aux yeux des autres. Et si elle avait été consulter, je suis prêt à parier qu'elle aurait trouvé son thérapeute nul et incompétent. Je ne consulte JAMAIS la médecine (je suis plutôt en très bonne santé) mais dernièrement, j'ai eu quelques soucis. Elle a fortement insisté pour que j'aille voir un docteur. Ce que j'ai fait. Je ne m'attendais pas à recevoir la Légion d'Honneur mais... wait for it... mon médecin était nul et incompétent à ses yeux.
Je ne suis absolument pas objective vis-à-vis de Karine parce que je m'y retrouve, et je serais extrêmement peinée que mon ex pense de moi que je suis une manipulatrice ou une personnalité narcissique (la composante narcissique est cependant importante dans la dépendance affective pathologique).
Oui, je comprends. Mais c'est très délicat comme situation. Je vais parler pour moi. J'ai tendance à très bien cerner les gens, leur énergie, etc. Donc, tu ne peux pas me cacher grand chose surtout quand ça fait 2 ans que tu partages ma vie. À côté de ça, je suis un compétiteur dans l'âme (au sens noble du terme : s'élever, devenir meilleur et dans une relation se tirer mutuellement vers le haut). Je sens que ma chérie souffre de tels ou tels symptômes. Ce qui est validé lorsqu'elle se confie à l'occasion. Qu'est-ce qui est le plus souhaitable quand tu ne lui souhaites que bonheur et épanouissement ? Faire comme si de rien n'était et nier l'évidence ? Acquiescer et la soutenir, au risque de générer une nouvelle crise narcissique et de, petit à petit, plonger avec elle en encaissant ses vengeances faites de reproches, d'humiliations etc. ? Se barrer et la laisser face à elle-même ? Vraiment pas évident. Et surtout surtout... je sais qu'elle m'aime. Je sais aussi qu'elle ne s'aime pas. Et qu'elle en souffre terriblement. Au final, elle est sa propre victime. C'est pour ça que je ne souhaite absolument pas la diaboliser (comme c'est souvent le cas dans ce que je lis sur la question). J'éprouve vraiment beaucoup d'amour, de compassion et de pardon à son égard. Le témoignage de ce « connard, narcissique souffrant de manque d’estime de soi » m'aide à faire la part des choses : https://www.konbini.com/fr/amour/neuf-c ... nce-en-lui.
Anyway, je crois par ailleurs que tu te poses les bonnes questions, et que le vocabulaire que tu emploies est très parlant : pourquoi tu restes avec elle ? Qu'est-ce qui se joue là-dedans pour toi ? Tu dis avoir été sa "victime", et qu'elle a été ton "bourreau" : ce sont des mots très forts. Et qui renvoient au triangle dramatique de Karpman, composé d'une Victime, d'un Bourreau... et d'un Sauveur. C'est sur le rôle de cette figure que je me permets de t'encourager à te questionner dans un premier temps (je n'ai absolument aucune expertise dans la matière, je suis simplement nourrie des choses que j'ai commencé à lire et de plusieurs années de bons conseils sur ce forum haha, aussi pardonne-moi si je raconte n'importe quoi).

De ce que je lis, tu sembles adopter la position du Sauveur (sauver Karine, l'aider à tout prix, rester là pour elle en comprenant ses douleurs, quand bien même elles te détruisent)... avant de devenir la Victime (d'une manipulatrice à la personnalité narcissique). Il ne s'agit que de bribes de réflexion, et dans tous les cas tu gagnerais à être également suivi par un professionnel, ne serait-ce que pour comprendre pourquoi tu acceptes de plonger avec elle.
Oui, je me suis rendu à l'évidence ici aussi. Il y a clairement une faille en moi à combler à ce niveau là. Si toutes mes histoires sont différentes, il y a certaines similitudes. Quel est leur seul point commun ? Moi.
Ce qu'elle t'a dit te donne de l'espoir pour elle, mais aussi pour toi (sinon on ne serait pas là à se raconter nos malheurs, soyons clairs).
Oui mais j'insiste. Aujourd'hui, c'est vraiment pour elle que j'ai de l'espoir. Et je le dis le coeur empli d'amour. De mon côté, j'ai pris très cher (comme jamais j'aurais cru prendre). Mais je suis en train de remonter la pente et de me prendre en main (avec certainement l'aide d'un thérapeute très prochainement).
Néanmoins, peut-être pourrais-tu reprendre contrôle de la situation, ne serait-ce que dans ta propre perception des choses, et décider toi, de quoi il s'agit : un break ? une rupture ? Pour l'instant elle a les rênes en main, tandis que toi tu vogues au gré de SES décisions (le coup de la pause imposée tmtc).
Je bloque clairement là-dessus. En reprenant le contrôle de la situation : 1/ je lui dis que c'est un break mais je ne respecte pas ses désirs actuels (« incapable d'être en couple avec toi ») ; 2/ je lui dis que c'est une rupture, mais je lui ferme la porte (et quelque part, je ne suis pas très honnête avec moi-même car je veux lui laisser la porte ouverte).

Au final, me caler à son rythme sans lui mettre de pression (comprendre véritable SR), tout en faisant mon chemin de mon côté serait peut-être la meilleure solution.

Une chose est certaine. Si nouvelle relation il y a, il faudra qu'on ait, non pas simplement l'envie, mais entamé des démarches concrètes pour se soigner.
Sache également qu'une personne dépendante affective, qui se sent vide et seule, cherchera toujours plus de marque d'affection de l'Autre, mais ce besoin est insatiable. En continuant d'être ultra présent pour elle, je ne suis pas sûre que tu l'aides à se prendre en charge (sûre du contraire même en fait).
Le besoin insatiable, ne m'en parle pas ! Peu importe ce que je dise ou pas, peu importe ce que je fasse ou pas, ça n'allait jamais. Même si je faisais/disais quelque chose qu'elle avait décrété comme étant bien 5 min auparavant... Par contre, elle est peut-être vide (et le masque très bien) mais elle s'entoure de BEAUCOUP de monde.
Pour la question de « disparaître », il faut que je l'intègre. Comme tous ceux qui ont passé un peu de temps sur JRME, je n'ai aucune excuse. C'est écrit PARTOUT :D

Vraiment merci, merci beaucoup pour ton aide.

Est-ce que tu as publié ton histoire aussi ? Si je peux t'aider d'une quelconque façon, ça me fera plaisir.
Janysse ont aimé ça
#1296119
Bonjour,
je me reconnais complètement dans ton histoire Bill et j'ai déjà essayé de témoigner plusieurs mais au mauvais endroit et au mauvais moment.
Pour te dire la vérité, je pense être aussi aux prises avec une MPN mais c'est assez difficile à digérer et malgré toute la compassion possible et l'attention pour l'autre, les choses partent "en vrille" assez rapidement, on a l'impression de marcher sur des oeufs.
Quant à te lire, je t'admire, car je n'arrive pas du tout à faire un quelconque SR ..
Je lis, relis et rerelis les conseils glanés ici et là sur JRME et sur la page que tu as mis en lien (que j'ai même imprimé pour bien me l'ancrer en tête) .. rien n'y fait.
C'est assez dur car je sens qu'elle me tient sous "sa coupe" et que chacun de ces mots est sincère malgré tout.
Je retrouve dans ton témoignage tous les mots que j'ai pu entendre de sa bouche, toutes les caractéristiques de la MPN culpabilisation, manque d'estime de soi, garder l'autre de côté, etc etc...
Ton expérience est parlante et je souhaite vraiment m'en sortir.
Mon "ex" (oh que c'est moiche ce mot n'est ce pas Janysse ?) doit commencer une thérapie et faire un ICV (Google pour les non connaisseurs) et franchement je lui souhaite de se retrouver .. pour ELLE.
Quant à moi ... nous verrons bien. Je ne me sens pas encore assez fort pour sortir de ma couette, comme tu le dis ..
Bref nous verrons bien, demain est un autre jour.
Content de t'avoir lu et d'avoir vu ta détermination ..
A plus ;)
#1296128
Cher Bill,

Je t'en prie. J'ai reçu et continue de recevoir beaucoup d'aide ici, c'est normal et un plaisir d'essayer d'aider autant que faire se peut les autres :) D'autant plus que ton histoire me touche particulièrement..
Bill a écrit :
01 janv. 2019, 20:06
Je sens que ma chérie souffre de tels ou tels symptômes. Ce qui est validé lorsqu'elle se confie à l'occasion. Qu'est-ce qui est le plus souhaitable quand tu ne lui souhaites que bonheur et épanouissement ? Faire comme si de rien n'était et nier l'évidence ? Acquiescer et la soutenir, au risque de générer une nouvelle crise narcissique et de, petit à petit, plonger avec elle en encaissant ses vengeances faites de reproches, d'humiliations etc. ? Se barrer et la laisser face à elle-même ? Vraiment pas évident. Et surtout surtout... je sais qu'elle m'aime. Je sais aussi qu'elle ne s'aime pas. Et qu'elle en souffre terriblement. Au final, elle est sa propre victime. C'est pour ça que je ne souhaite absolument pas la diaboliser (comme c'est souvent le cas dans ce que je lis sur la question). J'éprouve vraiment beaucoup d'amour, de compassion et de pardon à son égard.

(...)
Néanmoins, peut-être pourrais-tu reprendre contrôle de la situation, ne serait-ce que dans ta propre perception des choses, et décider toi, de quoi il s'agit : un break ? une rupture ? Pour l'instant elle a les rênes en main, tandis que toi tu vogues au gré de SES décisions (le coup de la pause imposée tmtc).
Je bloque clairement là-dessus. En reprenant le contrôle de la situation : 1/ je lui dis que c'est un break mais je ne respecte pas ses désirs actuels (« incapable d'être en couple avec toi ») ; 2/ je lui dis que c'est une rupture, mais je lui ferme la porte (et quelque part, je ne suis pas très honnête avec moi-même car je veux lui laisser la porte ouverte).
Sans tenter de psychanalyser mon ex ni de me mettre dans sa tête, je pense qu'il a eu le même raisonnement que toi, et m'a répété à plusieurs reprises qu'il voulait simplement me voir heureuse et sortir de la situation difficile à laquelle je suis confrontée (comme Karine). Et d'un point de vue parfaitement égocentrique, cela m'apaise un peu de lire ça, même si je me sens immensément désolée pour lui, et pour toi.

Pour revenir à toi, je comprends aussi ton dilemme concernant le statut de votre relation. Effectivement, vouloir imposer un terme ne servira à rien si en face ce n'est pas ce qu'elle souhaite (j'ai testé, me suis ramassée). D'un autre côté, tu n'arrives pas à lui dire que c'est une rupture. Tu as raison, le "problème" est que tu n'arrives pas à TE dire que c'est une rupture. Tu n'as pas peur de lui fermer la porte à elle, tu as peur de TE fermer la porte en disant ça. Mais la situation est-elle tenable ? Coincé dans un entre-deux, suspendu à son avancement personnel, à son état mental, à ses désirs émotionnels, à sa décision ? Si tu es capable de malgré cela aller de l'avant, te reconstruire, prendre soin de toi et même te dire que tu peux rencontrer quelqu'un d'autre (sans te lancer dans des rencontres, mais affirmer que si une jeune femme qui correspond mieux à tes besoins, à qui tu es, croise ta route, tu lui laisseras (te laisseras) une chance), alors pas de problème, allons-y.

Mais n'est-ce pas franchement inconfortable ? Comment se tourner vers l'avenir quand un de nos pieds reste englué dans le passé ? Ce sont de vraies questions (pas rhétoriques).

Ce n'est pas votre premier BDI (Break à durée indéterminée haha j'aime l'humour). Est-ce qu'elle a vraiment avancé en vue d'un changement ? Pas vraiment. Elle t'a dit qu'elle voulait se (re)construire, et avancer, c'est super, sincèrement. Maintenant, on attend les actes.

J'espère sincèrement, pour Karine, mais surtout pour toi, qu'elle acceptera de voir un professionnel de santé, qu'elle acceptera qu'ELLE a un problème à régler pour lequel tu ne peux rien faire de plus que ce que tu fais déjà avec beaucoup de patience et d'amour depuis 2 ans. Je ne suis pas voyante. Mais je me permets de te conseiller de sauver ta peau avant tout. Vis ta vie comme si c'était fini, tu as suffisamment été abîmé. SR strict. Tu ne peux pas être sa solution, c'est un travail qu'elle doit faire toute seule (enfin, avec l'aide d'un thérapeute compétent et bien accroché).

Tu peux consulter mon histoire (de dépendante affective dépressive) sur le sujet Après un an, il n'est plus "amoureux". Ca commence en 2015. Si tu le souhaites, tu peux ainsi suivre 4 années dans la tête d'une jeune fille très peu sûre d'elle ;) Sinon, ma dernière relation doit commencer autour des pages 32-33 voire après ^^

Courage Bill, c'est hyper dur mais ne pense plus qu'à toi maintenant. En ne pensant plus qu'à toi et TON bien-être physique et psychique, tu ne fais rien de mal, tu ne la trahis pas, tu ne la laisses pas tomber : tu fais la seule chose qui lui permette de se relever elle.
Avantage-Horsjeu ont aimé ça
#1296160
Rue Sarraute a écrit :
01 janv. 2019, 22:06
Bonjour,
je me reconnais complètement dans ton histoire Bill et j'ai déjà essayé de témoigner plusieurs mais au mauvais endroit et au mauvais moment.
Pour te dire la vérité, je pense être aussi aux prises avec une MPN mais c'est assez difficile à digérer et malgré toute la compassion possible et l'attention pour l'autre, les choses partent "en vrille" assez rapidement, on a l'impression de marcher sur des oeufs.
Quant à te lire, je t'admire, car je n'arrive pas du tout à faire un quelconque SR ..
Je lis, relis et rerelis les conseils glanés ici et là sur JRME et sur la page que tu as mis en lien (que j'ai même imprimé pour bien me l'ancrer en tête) .. rien n'y fait.
C'est assez dur car je sens qu'elle me tient sous "sa coupe" et que chacun de ces mots est sincère malgré tout.
Je retrouve dans ton témoignage tous les mots que j'ai pu entendre de sa bouche, toutes les caractéristiques de la MPN culpabilisation, manque d'estime de soi, garder l'autre de côté, etc etc...
Ton expérience est parlante et je souhaite vraiment m'en sortir.
Mon "ex" (oh que c'est moiche ce mot n'est ce pas Janysse ?) doit commencer une thérapie et faire un ICV (Google pour les non connaisseurs) et franchement je lui souhaite de se retrouver .. pour ELLE.
Quant à moi ... nous verrons bien. Je ne me sens pas encore assez fort pour sortir de ma couette, comme tu le dis ..
Bref nous verrons bien, demain est un autre jour.
Content de t'avoir lu et d'avoir vu ta détermination ..
A plus ;)
Salut à toi !

Je suis désolé de lire que tu traverses toi aussi une situation toxique. Où en es-tu exactement ? Ton état psychologique ? Tes attentes ? Tes envies ? Tu n'es pas obligé de me répondre mais pose-toi les questions.

Je crois comprendre que dans ton cas, la rupture est officielle ? Si c'est le cas, dis-toi que c'est une chance. Vraiment. Une chance pour accepter ce qui t'es arrivé : tu es tombé dans un piège.

Mais c'est aussi une chance pour te (re)construire et combler la faille qui existe en toi. Car, il faut se rendre à l'évidence, si la personne souffrant du trouble de la personnalité narcissique est malade, nous le sommes aussi. Sinon comment expliquer que nous avons accepté l'inacceptable ? Si on regardait un film où l'un des personnages se faisait balader de la sorte, on serait les premiers à lui crier de prendre ses jambes à son cou...

Enfin, je pense que c'est aussi une chance pour ne pas diaboliser l'autre. Et ça, ça permet de lui pardonner d'être malade et de nous avoir fait souffrir. C'est en tout cas, ce que l'article de Konbini m'a aidé à faire. Je me sens plus léger.

La bonne nouvelle pour ton ex, c'est qu'elle semble se prendre en main. Est-ce que la décision vient d'elle ?

Pour tout de suite, je ne pourrais que te conseiller de penser à toi. Ça prendra le temps que ça prendra. No rush. Et dans la notion d'acceptation, tu dois accepter de rester sous la couette si c'est ce dont tu as envie. C'est très bien comme ça. Petit à petit, on sait que tout va se remettre en place. Encore une fois, il me semble important d'accepter qu'on doit nous aussi guérir de notre propre blessure (narcissique ?). Et faire les choses nécessaires pour cela.

Si tu es visuel comme moi, voici une BD qui m'a ouvert les yeux sur les liens d'attachement :
https://fannys.fr/les-liens-dattachement/

Parler autour de moi me libère également. Je choisis les personnes à qui me confier. À chaque fois, c'est douloureux (y compris pour ces personnes qui ne s'attendaient pas à lire ce que je leur raconte). Mais ça m'aide à intégrer le fait que je suis digne d'amour. Petit à petit, je me rapproche même de mes parents avec qui la communication était devenue très tendue avec les années.

Je te souhaite du courage, de la paix et de la douceur.

On se tient au courant :)
Avantage-Horsjeu ont aimé ça
#1296162
Janysse a écrit :
01 janv. 2019, 23:47
Sans tenter de psychanalyser mon ex ni de me mettre dans sa tête, je pense qu'il a eu le même raisonnement que toi, et m'a répété à plusieurs reprises qu'il voulait simplement me voir heureuse et sortir de la situation difficile à laquelle je suis confrontée (comme Karine). Et d'un point de vue parfaitement égocentrique, cela m'apaise un peu de lire ça, même si je me sens immensément désolée pour lui, et pour toi.
Je comprends. Pour nous (je me permets de mettre ton ex dans le lot), ça nous semble tellement normal et simple de vouloir le bien de l'autre et de le dire. J'ai souffert de l'absence totale d'empathie de Karine. Et pourtant maintenant, je crois savoir qu'elle en a toujours eu mais ne l'a jamais montré de peur de passer pour une faible (c'est un mot qui revenait souvent). Enfin, je sais pas trop. Nous ne fonctionnons pas de la même manière, c'est difficile à comprendre (et je dis ça sans aucun jugement péjoratif).
Pour revenir à toi, je comprends aussi ton dilemme concernant le statut de votre relation. Effectivement, vouloir imposer un terme ne servira à rien si en face ce n'est pas ce qu'elle souhaite (j'ai testé, me suis ramassée). D'un autre côté, tu n'arrives pas à lui dire que c'est une rupture. Tu as raison, le "problème" est que tu n'arrives pas à TE dire que c'est une rupture. Tu n'as pas peur de lui fermer la porte à elle, tu as peur de TE fermer la porte en disant ça. Mais la situation est-elle tenable ? Coincé dans un entre-deux, suspendu à son avancement personnel, à son état mental, à ses désirs émotionnels, à sa décision ? Si tu es capable de malgré cela aller de l'avant, te reconstruire, prendre soin de toi et même te dire que tu peux rencontrer quelqu'un d'autre (sans te lancer dans des rencontres, mais affirmer que si une jeune femme qui correspond mieux à tes besoins, à qui tu es, croise ta route, tu lui laisseras (te laisseras) une chance), alors pas de problème, allons-y.

Mais n'est-ce pas franchement inconfortable ? Comment se tourner vers l'avenir quand un de nos pieds reste englué dans le passé ? Ce sont de vraies questions (pas rhétoriques).
Oui le dilemme, mais je ne formalise pas tant que ça. Enfin j'essaie. La situation est comme elle est. Je ne me sens pas forcément serein certes, mais je ne me sens pas coincé pour autant. Je me concentre sur moi en prenant les jours les uns après les autres. Le temps fera son travail.
Ce n'est pas votre premier BDI (Break à durée indéterminée haha j'aime l'humour). Est-ce qu'elle a vraiment avancé en vue d'un changement ? Pas vraiment. Elle t'a dit qu'elle voulait se (re)construire, et avancer, c'est super, sincèrement. Maintenant, on attend les actes.
Exactement. Et c'est aussi pour ça que je pense que je prends de plus en plus mes distances. C'est une première dans notre relation.
J'espère sincèrement, pour Karine, mais surtout pour toi, qu'elle acceptera de voir un professionnel de santé, qu'elle acceptera qu'ELLE a un problème à régler pour lequel tu ne peux rien faire de plus que ce que tu fais déjà avec beaucoup de patience et d'amour depuis 2 ans.
Merci pour tes mots :bisou:
Je ne suis pas voyante. Mais je me permets de te conseiller de sauver ta peau avant tout. Vis ta vie comme si c'était fini, tu as suffisamment été abîmé. SR strict. Tu ne peux pas être sa solution, c'est un travail qu'elle doit faire toute seule (enfin, avec l'aide d'un thérapeute compétent et bien accroché).
Oui, ça rejoint un peu ce que je disais précédemment au sujet du break.
Ceci dit, elle m'a texté pour me souhaiter bonne nuit hier soir. Je ne l'ai vu que ce matin. Alors je lui ai souhaité une bonne journée et elle en a fait de même. Ces textos étaient quasi quotidien durant la relation. Je ne cherche pas à interpréter ceux-là. Et je verrai s'ils sont fréquents ou pas. Si la communication ne se limite qu'à ça ou pas. Elle avait évoqué le fait de continuer à se voir « en amis (très proches) » pour le moment car elle ne supportait « plus l'image du couple qui se déchire même si je sais qu'on a tout ». J'ai immédiatement refusé pour les raisons qu'elle connaît : j'ai des sentiments forts pour elle et jamais elle ne sera mon amie.
Tu peux consulter mon histoire (de dépendante affective dépressive) sur le sujet Après un an, il n'est plus "amoureux". Ca commence en 2015. Si tu le souhaites, tu peux ainsi suivre 4 années dans la tête d'une jeune fille très peu sûre d'elle ;) Sinon, ma dernière relation doit commencer autour des pages 32-33 voire après ^^
Je vais aller lire tout ça.
Courage Bill, c'est hyper dur mais ne pense plus qu'à toi maintenant. En ne pensant plus qu'à toi et TON bien-être physique et psychique, tu ne fais rien de mal, tu ne la trahis pas, tu ne la laisses pas tomber : tu fais la seule chose qui lui permette de se relever elle.
Tu as raison. Merci encore :bisou:
#1296192
C'est pas la grande forme aujourd'hui. En tout cas pas celle (relative) des derniers jours...

Depuis hier soir, je cogite beaucoup.

Je suis en attente de ces fameux textos bonne nuit / bonjour qui ne sont jamais venus depuis hier. Et le pire c’est que je suis persuadé qu’elle est dans le même état. Limite qu’elle attend que je le fasse puisque c’est elle qui l’a fait la veille...

Je crois aussi que mon mal-être du jour est dû au fait que je ne suis pas dans le présent. Je suis uniquement dans le futur (est-ce qu'elle va me contacter ? est-ce qu'elle va se prendre en main ? est-ce qu'on va repartir de plus belle ?)... le comble c'est que je suis quasi exclusivement dans le présent en temps normal (et que c'est une des choses que je lui ai apprises).

Ne pas savoir, c’est difficile. Je suis blanc ou noir. Là c’est gris (bien foncé quand même).

À chaque fois que mon téléphone vibre, j'ai l'espoir que c'est elle... alors je l'ai mise en sourdine sur WhatsApp, comme ça pas de faux espoir !

Mon intuition (mon espoir ?) me dit que c'est impossible que ça soit fini. Malgré tout, ne m'a-t-elle pas dit « on a tout et je ne me vois pas sans toi » ? Et si cette période de flottaison n'était pas tout simplement un appel au secours en mode « moi j’le disais pour t’faire réagir seulement... toi t’y pensais ».

Et puis je repense à ses cadeaux de Noël :
- un caleçon « jamais sans ma blonde »
- un album photo de nos meilleurs moments, plein d’humour et de gentils messages conclu par « JE T’AIME !!! »

Je suis dans le déni total. J’ai envie de l’appeler. De lui proposer d’aller au lac avec les chiens. De se faire une bouffe. De refaire le monde jusqu’à 02:00 du matin sur son canapé. Bref, comme si de rien n’était quoi.

Help !!!
Avantage-Horsjeu ont aimé ça
#1296193
Salut Bill,

Le problème avec ces histoires de messages de bonne nuit/bonne journée, c'est qu'ils te maintiennent dans l'attente et t'empêchent d'avancer... D'où les recommandations multiples, sur ce forum et ailleurs, qui ont pour coeur le SR STRICT.

Karine est une grande dépendante affective ("Je ne me vois pas sans toi", phrase typique), les messages de bonne nuit/bonne journée sont moins des marques sincères d'attention que des béquilles du style marques d'affection pour combler le vide. Encore une fois, nulle diabolisation ici, Karine est paumée. Ca n'excuse pas tout cependant, et tu as tendance, il me semble, à beaucoup accepter de sa part. Pardon si je te parais intrusive ou à côté de la pompe, c'est le sentiment que j'ai en te lisant.

Pour ton problème actuel, je ne vois qu'une seule solution, le SR. Pas de fausses excuses à base de "oui mais elle va penser que je l'oublie" "oui mais elle va se sentir abandonnée". OUI BIEN SÛR elle va se sentir abandonnée, c'est le moteur même de sa névrose !

Mais
1/ Est-ce que tu l'abandonnes vraiment ? Pour de vrai ? Non, ça n'est pas ça l'abandon, tu n'as rien à te reprocher. Il faut que tu quittes ton costume de Sauveur, tu ne peux rien pour elle.
2/ Imaginons qu'elle fasse un grand chemin, une grande introspection, un vrai grand travail sur elle et qu'au bout... décide qu'elle ne veut plus être avec toi ? Tu auras passé tout ce temps à l'attendre, lui envoyer des "bonne nuit" en portant son caleçon de Noël ? Ca craint un peu.

DONC 3/ Tu ne lui dois plus rien. Ne lui écris pas, ne lui réponds plus bonne nuit. Ce n'est pas un sms de bonne journée qui va changer quoi que ce soit à la situation de votre relation ; à ton état par contre... Trois sms plus tard, te voilà à ramasser à la petite cuillère. Bon, très bien, ce qui est fait est fait. On en tire donc les leçons : plus de contact. Quel que soit l'amour que tu as pour Karine, celui qu'elle dit avoir pour toi, ton envie de la sauver ou que sais-je encore, tu n'as de devoirs qu'envers toi-même : ça commence par te mettre à l'abri.

Et pour ta bougeotte nostalgique, appelle un ami, un parent, un cousin, un frère. Lance-toi dans une série drôle/passionnante (j'ai plein de suggestions si tu veux haha), va courir, va à la salle, cuisine, va donc au lac avec les chiens, invite un.e ami.e à dîner, va boire un verre avec des potes... Fais ta vie sans elle. Habitue toi à l'idée que c'est fini : si elle revient, tant mieux. Si elle ne revient pas, tu sais vivre quand même.

Conseils pour un apaisement rapide + résultats de longue durée : tu peux essayer l'hypnose, il y a plein de vidéos très bien faites sur YT, notamment celles de Frédéric Barbey ou Benjamin Lubszynski. Personnellement, ça me calme (je m'endors comme ça maintenant), et m'aide à réfléchir. Ca me permet de prendre du temps pour moi, de me soigner. C'est un acte d'amour envers moi-même en quelque sorte. Autre piste : la méditation guidée, toujours sur YT. Là je commence à peine donc je n'ai pas de bonnes chaînes à te recommander, pour l'heure je tombe beaucoup sur des trucs tartignolles du genre "Développer les énergies d'amour universel" ou "faire résonner l'univers en vous" (ça ne prend pas du tout avec moi), mais je suis sûre qu'il y en a des très bien !

Courage Bill, je suis là, on est là, tout va bien aller :)
Jo_French ont aimé ça
#1296194
Hey Bill .. ça me fait trop bizarre de te voir comme cela et je suis plutôt triste pour tout t'avouer.
Haut les coeurs Mr.
Lève la tête et avance pour toi.
Fais toi de petits projets chaque jour : pour toi bien évidemment, pour être fier de ce que tu accomplis et pour avancer.
Lentement mais surement tu peux TE retrouver ..
Rappelle toi l'homme qu'elle a aimé, l'homme que tu étais et tache de continuer à l'être .. et puis qui sait ?
Mais d'abord pense à te faire du bien dans ton quotidien.
5 minutes de plaisir aujourd'hui, demain 10 et ainsi de suite ...
Quant à ton intuition .. je pense que tu ne dois pas la laisser de côté (ouhhh je vais me faire gronder par les 3/4 du forum) mais ne pas en faire une fixation pour pouvoir vivre chaque moment .. seul mais ça va t'aider crois moi.
Crois en mon expérience de vieux routard de la solitude.
Après ce n'est que mon avis et donc pas une science exacte pour le coup.
Je t'ai MP il y a peu.
We stay in touch guy :)
#1296250
Salut Janysse !

Merci pour ce message. Ça botte les fesses et ça m'aide à me ressaisir.

Bon, c'est pas la grande forme pour autant.
Janysse a écrit :
03 janv. 2019, 17:43
Le problème avec ces histoires de messages de bonne nuit/bonne journée, c'est qu'ils te maintiennent dans l'attente et t'empêchent d'avancer... D'où les recommandations multiples, sur ce forum et ailleurs, qui ont pour coeur le SR STRICT.

Karine est une grande dépendante affective ("Je ne me vois pas sans toi", phrase typique), les messages de bonne nuit/bonne journée sont moins des marques sincères d'attention que des béquilles du style marques d'affection pour combler le vide. Encore une fois, nulle diabolisation ici, Karine est paumée. Ca n'excuse pas tout cependant, et tu as tendance, il me semble, à beaucoup accepter de sa part. Pardon si je te parais intrusive ou à côté de la pompe, c'est le sentiment que j'ai en te lisant.
Exactement. Plus jeune, j'avais tendance à être un « dictateur » et à être intransigeant (quoique pas toujours). En tout cas, depuis quelques années, je suis beaucoup plus apaisé et souple d'une manière générale dans ma vie. Je ne suis plus jaloux (dans le cadre d'une relation, juste la petite pointe qui va bien). Je ne suis plus rancunier. J'efface les mauvais moments et ne conserve que les bons. Et pour finir, j'ai tendance à prôner le « vivre et laissez vivre ». J'accepte beaucoup de sa part, c'est clair. Est-ce un défaut ? Est-ce que mes limites sont plus élevées que la moyenne ? Je ne sais pas.
Pour ton problème actuel, je ne vois qu'une seule solution, le SR. Pas de fausses excuses à base de "oui mais elle va penser que je l'oublie" "oui mais elle va se sentir abandonnée". OUI BIEN SÛR elle va se sentir abandonnée, c'est le moteur même de sa névrose !

Mais
1/ Est-ce que tu l'abandonnes vraiment ? Pour de vrai ? Non, ça n'est pas ça l'abandon, tu n'as rien à te reprocher. Il faut que tu quittes ton costume de Sauveur, tu ne peux rien pour elle.
2/ Imaginons qu'elle fasse un grand chemin, une grande introspection, un vrai grand travail sur elle et qu'au bout... décide qu'elle ne veut plus être avec toi ? Tu auras passé tout ce temps à l'attendre, lui envoyer des "bonne nuit" en portant son caleçon de Noël ? Ca craint un peu.

DONC 3/ Tu ne lui dois plus rien. Ne lui écris pas, ne lui réponds plus bonne nuit. Ce n'est pas un sms de bonne journée qui va changer quoi que ce soit à la situation de votre relation ; à ton état par contre... Trois sms plus tard, te voilà à ramasser à la petite cuillère. Bon, très bien, ce qui est fait est fait. On en tire donc les leçons : plus de contact. Quel que soit l'amour que tu as pour Karine, celui qu'elle dit avoir pour toi, ton envie de la sauver ou que sais-je encore, tu n'as de devoirs qu'envers toi-même : ça commence par te mettre à l'abri.
Je pense que tu as raison sur toute la ligne. C'est sûrement la chose à faire. J'ai lu ton message hier soir. Il m'a fait du bien... et pourtant j'ai failli en lui envoyant une photo d'elle publiée sur Facebook (erreur n°1 : stalker) et en lui disant à quel point elle était belle dessus (erreur n°2 : la contacter / erreur n°3 : la rassurer... même si je la trouvais vraiment canon).

Je savais que c'était une connerie avant d'appuyer sur « Envoyer ». Et pourtant, je l'ai quand même fait :F

Elle m'a répondu. Mais à la limite on s'en fout. Pour le coup, ça m'a permis de me fixer l'objectif que tu (et beaucoup d'autres sur le forum) préconise : SR total. Ça ne fait que 24 heures. J'ai eu des envies de l'appeler. Et des envies d'aller sur Facebook. Mais je m'y tiens.
Et pour ta bougeotte nostalgique, appelle un ami, un parent, un cousin, un frère. Lance-toi dans une série drôle/passionnante (j'ai plein de suggestions si tu veux haha), va courir, va à la salle, cuisine, va donc au lac avec les chiens, invite un.e ami.e à dîner, va boire un verre avec des potes... Fais ta vie sans elle. Habitue toi à l'idée que c'est fini : si elle revient, tant mieux. Si elle ne revient pas, tu sais vivre quand même.
Là tout de suite, je n'y arrive pas. Je sais que c'est la solution mais je n'arrive pas à me forcer. Ça reviendra petit à petit. Tout me fait penser à elle et j'ai le cafard...
Conseils pour un apaisement rapide + résultats de longue durée : tu peux essayer l'hypnose, il y a plein de vidéos très bien faites sur YT, notamment celles de Frédéric Barbey ou Benjamin Lubszynski. Personnellement, ça me calme (je m'endors comme ça maintenant), et m'aide à réfléchir. Ca me permet de prendre du temps pour moi, de me soigner. C'est un acte d'amour envers moi-même en quelque sorte. Autre piste : la méditation guidée, toujours sur YT. Là je commence à peine donc je n'ai pas de bonnes chaînes à te recommander, pour l'heure je tombe beaucoup sur des trucs tartignolles du genre "Développer les énergies d'amour universel" ou "faire résonner l'univers en vous" (ça ne prend pas du tout avec moi), mais je suis sûre qu'il y en a des très bien !
Je vais voir si j'arrive à m'y mettre. C'est un moindre mal. Pas besoin de sortir ou de voir du monde. Mais j'ai tendance à croire que pour ce genre de choses fonctionnent, il faut avoir un cerveau disposé et apaisé.
Courage Bill, je suis là, on est là, tout va bien aller :)
Merci vraiment ! Tout va bien aller, c'est certain. Le temps. Le temps. Toujours ce foutu temps. Mais quand on a le nez dans le guidon, il paraît un peu plus long qu'autrement...

J'ai lu les derniers passages de ton histoire... je n'ai pas encore eu la force d'y participer. Mais ça viendra.

Bonne soirée et bon courage à toi ! :bisou:

P.S.: il y a quelques jours, je l'ai dépannée (sans qu'elle ne soit au courant) sur un truc où je savais qu'elle aurait du mal sans mon intervention (non, ni son père ni son frère n'auraient pu l'aider... c'est vraiment spécifique). Elle vient de s'en rendre compte et de m'envoyer un message pour me remercier... je résiste... je résiste...
Avantage-Horsjeu ont aimé ça
#1296252
Rue Sarraute a écrit :
03 janv. 2019, 18:01
Hey Bill .. ça me fait trop bizarre de te voir comme cela et je suis plutôt triste pour tout t'avouer.
Haut les coeurs Mr.
Lève la tête et avance pour toi.
Fais toi de petits projets chaque jour : pour toi bien évidemment, pour être fier de ce que tu accomplis et pour avancer.
Lentement mais surement tu peux TE retrouver ..
Rappelle toi l'homme qu'elle a aimé, l'homme que tu étais et tache de continuer à l'être .. et puis qui sait ?
Mais d'abord pense à te faire du bien dans ton quotidien.
5 minutes de plaisir aujourd'hui, demain 10 et ainsi de suite ...
Quant à ton intuition .. je pense que tu ne dois pas la laisser de côté (ouhhh je vais me faire gronder par les 3/4 du forum) mais ne pas en faire une fixation pour pouvoir vivre chaque moment .. seul mais ça va t'aider crois moi.
Crois en mon expérience de vieux routard de la solitude.
Après ce n'est que mon avis et donc pas une science exacte pour le coup.
Je t'ai MP il y a peu.
We stay in touch guy :)
Petit à petit. C'est la clé je crois. Ne pas trop se faire violence (un tout petit peu mais pas trop). Accepter d'être triste. Ne pas lutter contre ça. Et rapprivoiser la vie.

Merci pour ton message. Il m'a touché.

Je te recontacte dès que ça va un peu mieux.

Bonne soirée et courage à toi !
Avantage-Horsjeu ont aimé ça
Ma play list anti-deprime

The Knocks & Sofi Tukker – Brazilian So[…]

Il s’est passé quoi concrèteme[…]

Perte de sentiment après 1 an et demi

Bonsoir Simba35. Alors je suis désol&eacut[…]

https://forum.jerecuperemonex.com/viewtopic.php?f=[…]