Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1286623
Bonjour !
Je vais essayer de ne pas faire trop long tout en donnant une situation assez complète.
J'étais en couple depuis 8 ans avec mon homme. Fusionnels (dans le sens où nous passions beaucoup de temps ensemble et aimions cela), chacun avait aussi sa vie (sociale, loisirs), mais je supportais mal, lorsqu'il n'était pas avec moi. J'étais consciente du problème et ne l'empêchais donc pas de sortir. Nous avons eu un enfant il y a 2 ans. Je dois aussi préciser que durant toutes nos années de couple, mon insécurité affective m'a souvent conduite à me comporter mal avec lui: dès que je ne me sentais pas aimée ou que son comportement ne me convenait pas, j'avais des mots durs à son égard. J'étais à moitié consciente du problème mais il ne s'en est jamais plaint, tout comme de ma dépendance affective. Je pensais qu'il m'acceptait avec mes côtés 'sombres'. Nous avions par ailleurs de bons moments, une grande complicité, des relations sexuelles satisfaisantes, etc.
Quelques temps après la naissance de notre enfant, j'ai commencé à le sentir différent: fuyant, impatient, triste, moins démonstratif, etc. Il disait ne pas avoir le moral mais ne pas avoir d'explication précisé. À cette même période une collègue lui a fait une déclaration. Il m'a dit qu'il l'avait éconduite et que tout était OK. Mais son comportement s'est aggravé toujours plus. Bien sûr j'étais devenue méfiante et jalouse (je ne l'étais pas auparavant) et je l'interrogeais beaucoup, mais il niait tout. Je vous épargne les détails mais cela a duré des mois et des mois, avec notamment des épisodes de sorties nocturnes sans nouvelles de sa part.
A force, il a avoué qu'il ne savait plus où il en était et qu'il voulait faire un break. Il est parti de la maison pour réfléchir. Je l'ai surpris avec sa collègue durant cette période et il a finalement avoué qu'il avait des sentiments pour elle, mais pour moi aussi, qu'il était perdu.
S'en est suivi une période d'ambivalence où il changeait d'avis. Il m'a appris qu'il m'avait trompée physiquement avec elle une ou deux fois. . Mais il a souvent minimisé son histoire avec. Il disait pourtant qu'elle était différente de moi, le valorisait, avait une vie différente alors que notre couple et famille l'étouffaient et qu'il avait souffert de mon comportement.
Je l'ai quitté moi car il tergiversait trop. Il a accepté la séparation. Il me disait qu'il voulait être seul et réfléchir. Mais il fréquente maintenant sa collègue. J'avais réussi à mettre des distances et à me montrer cordiale sans être en demande mais depuis que je sais qu'ils sont ensemble je panique.
Je sais qu'au fond de lui il est encore perdu et pas sûr de lui (il l'a dit beaucoup de fois avant de se mettre avec elle et cela se voit). J'ai tellement peur que cela marche et dure entre eux alors que je suis prête à vraiment recommencer une histoire avec et à travailler sur mes soucis pour que cela se passe mieux.
Comment faire maintenant ? Des conseils ?
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 11:38, modifié 1 fois.
#1286624
Bonsoir Carmelita,

J'ai lu ton histoire, qui est malheureusement l'histoire très, trop "classique" de la femme qui a eu un enfant et qui, au lieu d'être soutenue et valorisée, se retrouve mal traitée (oui, vraiment dans le sens de "traitée mal") par son conjoint.

C'est moche, c'est dur, et tu as tout à fait eu raison de rompre.

Maintenant, ce que je comprends mal, c'est pourquoi, après tout le mal qu'il t'a déjà fait, tu voudrais espérer refaire ta vie avec cet homme ? Est-ce quelque chose de l'ordre d'un deuil que tu ne veux pas faire, l'image de la famille idéale… ?

Franchement, à moins que tu ne souhaites être traitée mal, je ne vois pas d'intérêt à ce que tu reprennes quelque chose avec lui, qui de plus, ne le veut même pas.

Dans ton post, ce qui m'étonne le plus -et en même temps, pas tout à fait…-, c'est la place que tu accordes à "lui". Mais toi ? Est-ce que cela te plaît d'être traitée de la sorte ? Est-ce que tu ne te sens pas aussi coincée ou étouffée par la responsabilité d'un enfant, que tu assumes seule en plus, si je comprends bien… ? Est-ce que ta vie, comme ça, te plaît ?

Mais surtout, je pense qu'il est urgent de questionner ce qui te fait accepter tout cela d'un homme... Penses-tu être à ce point inférieure à lui, quantité négligeable ? Ou bien penses-tu que tu as de la valeur ?

Si tu penses que tu as de la valeur, alors les choses s'imposeront d'elles-mêmes... et je ne crois pas que tu pourras continuer à accepter cela ne serait -ce qu'un jour de plus !

Au fait, s'occupe-t-il de l'enfant ? Seulement quand ça ne le dérange pas trop, seulement quand il en a envie ? Comment cela se passe-t-il ?

PS : ma réponse ne se veut pas "méchante", mais vise à t'ouvrir les yeux sur ce que tu acceptes. Tu sais, ça me fait penser aux sectes : c'est graduellement que le processus se met en place, en général, et au bout d'un moment, les gens acceptent tout sans plus se rendre compte de l'énormité du truc. Et ça peut aller loin, très loin…


Bref, l'idée est que tu puisses sortir de ce qui resemble à un engrenage malsain (et je ne parle même pas de l'immaturité de cet homme, c'est tellement évident... et de son égoïsme aussi... ).
#1286628
Lavieenrose123, merci de ton message.
En effet, je me suis sentie vraiment mal traitée durant toute cette dernière année. J'en veux surtout à mon ex de m'empêcher d'être une bonne mère. Je suis très présente mais je ne pense pas pouvoir être sécurisante. Tu l'as bien compris, je pense surtout aux autres. Je suis suivie, pourtant il m'est difficile de parler de moi. Je n'arrive aujourd'hui pas à être en colère contre mon ex, à lui en vouloir, à me dire que je ne suis pas perdante vu son attitude. Tout ce que je ressens, c'est de la tristesse de l'avoir perdu, de la jalousie qu'il soit avec une autre, un sentiment d'échec. J'ai beaucoup de compassion pour mon ex, je me dis qu'il n'est pas bien, qu'il est perdu, etc.
Quand je te lis, c'est sûr que c'est humiliant d'être traitée de la sorte, que je me sens abandonnée, que cela me stresse de devoir gérer seule la vie quotidienne, que ma vie est plus compliquée que la sienne. Pour tout cela, je suis en colère, mais j'ai de la peine à accorder de la valeur à cette colère.
En ce qui concerne notre enfant, il s'en occupe. Mais pour le moment nous n'avons pas chacun notre appartement (cela sera le cas bientôt) et il vit donc ailleurs. Il vient s'occuper de son fils plusieurs fois par semaine, mais chez nous et moi je m'éclipse. Cela me permet au moins d'avoir des soirées pour moi, mais pas chez moi. Apparemment c'est très dur pour mon ex de ne pas vivre avec son fils et de ne plus avoir complètement sa place. Il dit que c'est un gros échec pour lui. En même temps il l'a fait tellement facilement et rapidement je trouve.
Je ne prends pas mal ta réponse et j'entends bien tout ce que tu dis. Mais ce qui fait que c'est difficile, c'est que je connais cet homme depuis longtemps et il n'avait rien à voir avec la personne que je vois aujourd'hui. Il était très investi, altruiste, disponible, respectueux. Ses sentiments pour moi se sont envolés petit à petit et du coup je constate que lorsqu'il n'est pas amoureux, il a un comportement tout autre, ce n'est plus l'homme que je connaissais et c'est dur pour moi de ne pas me dire que c'est une phase, qu'il va redevenir comme avant, etc. Il faut dire qu'il a changé avec d'autres personnes aussi. Les gens le constatent et le disent.
Je suis d'accord qu'il y a probablement une forte dépendance affective de ma part, qui m'empêche de voir la situation avec le recul nécessaire...mais je croyais vraiment que c'était l'homme de ma vie, qu'il m'aimerait toujours, et je déchante tellement.
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:26, modifié 2 fois.
#1286649
Bonjour Carmelita,

J'ai lu ton histoire et les autres messages (le tien et celui de LVER).

Pour ma part, je serai plus nuancée dans ma réponse car je crois que tu as aussi ta part de responsabilité dans cette rupture.

Je ne reviendrai pas sur ce que t'a dit LVER, je suis en partie d'accord avec elle, particulièrement sur le fait qu'il a eu un comportement de connard - tu apprécieras la nuance, cela ne fait pas de lui un sombre con pour autant - suite à la naissance de votre enfant. La naissance d'un enfant est un vrai chamboulement dans la vie d'un couple, même un couple qui se porte bien. Alors quand des dysfonctionnements existaient déjà avant...
Carmelita a écrit :Chacun avait encore sa vie (sociale, loisirs), mais je le supportais mal, lorsqu'il n'était pas avec moi par 'choix' de faire autre chose (réactions émotionnelles fortes, incontrôlables, sentiment d'abandon, de désamour,...).

(...)

Je dois aussi préciser que durant toutes nos années de couple, mon insécurité affective m'a souvent conduite à me comporter mal avec lui: dès que je ne me sentais pas aimée ou que son comportement ne me convenait pas, j'avais des mots durs à son égard. J'étais à moitié consciente du problème mais il ne s'en est jamais plaint, tout comme de ma dépendance affective, en 7 ans de relation. Je pensais qu'il m'acceptait avec mes côtés 'sombres' et qu'il comprenait qu'il ne fallait pas s'arrêter à cela.
Je pointe ça car je crois vraiment que même s'il "acceptait" ça, en fait pas vraiment. Comment veux-tu apprécier une sortie quand l'autre t'en fait le reproche, même déguisé? Que tu ne sais pas, quand tu rentreras, si tu auras ou pas la soupe à la grimace ou une salade de cul tourné dans le lit?

Et à force, ça use.

Alors forcément que je pointe tes erreurs car tu ne peux agir que sur toi. Je suis sûre que de son côté aussi il a fait des tas d'erreurs.

Je suppose que tu travailles tout ça avec ton psy, non?

S'agissant de ton couple et de ta vie de famille, je pense qu'il serait bien d'acter les choses rapidement. Quoi qu'il arrive dans le futur, je pense que la séparation, même si déjà réelle, est inévitable. Dès que vous aurez votre logement (dans un mois), vous allez devoir vous organiser pour la garde de votre fils. Tu verras à ce moment-là comment il se comporte avec son enfant, s'il agit en père démissionnaire ou au contraire s'il s'investit dans l'éducation et dans la vie de son fils. A partir de là, des choses pourraient évoluer, mais chaque chose en son temps :) .

Tu pourras toi véritablement souffler et te poser alors pour savoir ce que tu veux et ne veux plus dans ta vie. Je ne peux que t'encourager à travailler sur toi et sur la dépendance dont tu souffres, cela ne pourra que t'aider à aller mieux dans tes relations aux autres.

J'ai une dernière question: comment t'es-tu comportée à la naissance de ton enfant? A-t-il pu pendre sa place de père facilement? Avez-vous pu de nouveau, après quelques mois, vous retrouver en tant que couple et pas seulement en tant que parents?

Loin de moi l'idée de t'accabler et de te dire "c'est ta faute" - ça je n'y crois pas une seconde- mais ça pourrait aussi expliquer certaines choses. Les hommes ne peuvent par définition pas vivre la même chose que nous à la naissance d'un enfant (même si ça n'excuse pas son comportement avec sa collègue).

Qu'en penses-tu?
#1286655
Bonjour Carmelita,

Tout d'abord je souhaiterais te dire que je suis désolée de ce qui t'arrive. Je serais mal placée pour te donner des conseils (j'ai, comme le père de ton enfant, quitté mon ex avec un enfant en bas âge), mais peux essayer de te donner un avis "de l'autre côté"...

Je suis un peu de l'avis de Carrie, et souhaiterais te poser une question : lorsque tu as remarqué qu'il avait changé, lui en as-tu parlé? T'a-t-il parlé ouvertement à ce moment là? Penses tu avoir entendu les reproches qu'il a pu te faire? Et qu'en penses tu? Es tu d'accord avec ces reproches? (ça fait plusieurs questions en fait...). Bien sûr ça n'excuse pas les allers retours entre toi et sa collègue, mais ça peut expliquer la rupture. L'arrivée d'un enfant déséquilibre beaucoup un couple, et on peut avoir l'impression de ne plus réussir à communiquer avec son conjoint, et chercher de l'écoute et/ou de l'affection ailleurs. Je n'en suis pas fière, mais c'est ce qui s'est passé pour moi.

J'ai aussi, à cette époque là, "abandonné" le foyer et me suis peu occupée de mon enfant, par culpabilité de briser une famille, et parce que la tension qu'il y avait chez nous m'était insupportable (2 mois de vie commune après la séparation). J'ai fui, je sais que ça n'est pas bien, mais c'est la seule solution que j'ai trouvée à ce moment-là.

Ce que j'ai ressenti à ce moment-là, je pense qu'un homme le ressentirait encore plus... Culpabilité d'abandonner son rôle d'homme, de chef de famille.

Par ailleurs, lors d'une rupture, on a toujours l'impression de "ne plus reconnaître" notre ex, qu'il a changé. C'est normal, mais je pense que c'est surtout la conséquence du fait de se sentir rejeté. On l'a connu comme le centre de notre monde, il ne souhaite plus l'être, mais ça n'est pas pour autant qu'il a "changé". Il est plus morose, triste, normal! Il ne va pas t'afficher son bonheur à la figure, il s'interdit aussi à lui même d'être pleinement heureux. Auprès de la famille et des amis communs, c'est qu'il n'assume pas, et préfère fuir. Je ne dis pas que ça excuse, mais ça explique certains comportements.

Je te souhaite bon courage Carmelita dans cette épreuve.
#1286661
Carrie007,
Merci de ton mot.
En effet, je pense que j'ai une bonne part de responsabilité dans ce qui arrive aujourd'hui et surtout dans son mal-être (même si apparu récemment) dans notre couple. Je l'ai reconnu, me suis excusée. Je voudrais clairement sortir de ce schéma de dépendance et prendre confiance en moi. Mais le chemin peut être long...
Cela dit la séparation me permet déjà de constater que je peux m'en sortir seule, et c'est déjà beaucoup. Le jour où il a décidé de partir pour faire un break, c'était la panique.
La séparation est actée et je déménage bientôt. Je pars aussi en vacances.
A la naissance de l'enfant, j'ai essayé de lui laisser de la place, mais c'est quelqu'un de plus en retrait que moi, de moins affirmé, etc. J'étais aussi à la maison et lui au travail.
Je me rends bien compte avec le recul qu'il y avait des problèmes. Mais maintenant que je le réalise je trouve tellement triste de ne pas avoir au moins pu essayer de changer les choses, dans la mesure où nous tenons énormément l'un à l'autre, même encore maintenant et même s'il dit avoir perdu ses sentiments.
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:29, modifié 1 fois.
#1286666
Rnl,
Merci également.
Dès que je l'ai senti distant et durant des mois et des mois je lui ai demandé ce qui n'allait pas, etc. Il ne disait rien, niait, etc. Et puis les quelques fois où il m'a donné des petits bouts d'informations, j'ai été très compréhensive et à l'écoute, cela l'a beaucoup surpris. Jusqu'à la séparation j'ai toujours été ouverte, à l'écoute. Peut-être même trop car lui en a eu marre de parler de ça au bout d'un moment.
Cette fille l'a flatté, lui a couru après, lui dit qu'il est génial, lui montre tous leurs points communs,... Tout ça il me l'a dit. Il m'a dit aussi que pour lui ce n'était pas un coup de foudre. Je ne sais pas si ça peut marcher entre eux, j'en ai peur. Il avait besoin de tout ce qu'elle lui a apporté à ce moment-là.
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:32, modifié 1 fois.
#1286668
Eh bien je ne sais pas trop quoi te dire ni te conseiller, d'après ce que tu dis tu as été très à l'écoute, je ne vois pas trop ce que tu pourrais faire de plus, à part prendre acte de la rupture, pour toi, pour te protéger. Et tenter de mettre les choses le plus au clair possible avec lui par rapport à votre enfant. Pour le reste, malheureusement tu n'as plus vraiment de pouvoir dessus. Et ne cherche pas trop à te demander si son histoire avec sa collègue peut marcher ou pas, ça te fera plus mal qu'autre chose (facile à dire je sais...). Je te conseillerais même de lui demander de ne pas DU TOUT t'en parler, et de ne pas t'envoyer de message ou te demander de nouvelles autres que par rapport à votre enfant.
#1286670
Rnl,
Merci...
Oui, j'essaie de prendre acte et de ne plus rien savoir à propos d'eux, désormais. Mais c'est horriblement douloureux. Je cherche à ce qu'on me dise que ça ne durera pas, que ce n'est que passager, etc. Oui c'est égoïste. En même temps je ne comprends pas comment on peut quitter des années de vie de couple pour repartir droit derrière avec quelqu'un d'autre. J'imagine que lui aussi devrait faire son deuil de notre histoire et il est là, tout heureux (je n'en sais rien) avec elle. J'aurais tellement apprécié qu'il prenne le temps d'être seul et de réfléchir.
Je lui demande de ne plus m'écrire que pour le petit. Il essaie de s'y tenir.
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:33, modifié 1 fois.
#1286674
Carmelita a écrit :et il est là, tout heureux (je n'en sais rien) avec elle...
Et oui, voilà, tu ne sais pas :| ...

Le message de Rnl est plein de bon sens et j'abonde entièrement à ce qu'elle te dit et te conseille.

Forcément, comme votre enfant n'a que deux ans, il ne peut pas ne pas passer par toi pour avoir des nouvelles. Alors, toi ça te fend le coeur d'avoir des messages réguliers de sa part, pour le petit si j'ai bien compris, mais s'il ne le faisait pas, tu pourrais aussi croire et dire qu'il s'en fout. Malheuresuement aujourd'hui il n'y a pas de situation idéale :( .

S'il dévie sur toi, dis-lui que ça ne le regarde plus et que tu veux uniquement que vos messages concernent votre enfant. Il a fait le choix de te quitter et d'aller avec une autre, soit. Vous restez et resterez un couple parental mais que tu ne désires pas devenir son amie, que tu en es tout bêtement incapable aujourd'hui. Cela commence par là savoir se protéger.

Si tu lui dis clairement les choses, en restant droite dans tes bottes, c'est à dire en actant ce que tu dis, tu lui montreras que tu te respectes et, par la même occasion, tu pourras être fière de toi. C'est un très bon premier exercice.

S'agissant de vos amis communs, dis-leur de ne plus te parler de lui. S'ils t'aiment, ils le feront. C'est aussi un bon moyen de faire le tri (j'en ai fait l'expérience ;) ).

En mettant ces petites choses en place, tu commenceras à y voir clair et tu pourras vraiment (re)prendre les rênes de ta vie. S'il revient vers toi, tu seras alors plus armée pour savoir si ça en vaut la peine ou pas.
#1286678
Nous on ne peut pas te dire si ça n'est que passager, et même de la part de tes proches, ça serait te leurrer que de te dire ça. Et quand bien même ça ne marcherait pas avec sa collègue, rien ne dit qu'il reviendrait vers toi. Et même s'il revenait vers toi, crois tu que tu pourrais à nouveau lui faire confiance? Ca fait quand même beaucoup de "si", et je ne pense pas qu'un couple puisse survivre à une telle épreuve. Après ça n'est que mon point de vue...

Quant aux amis communs, je suis d'accord avec Carrie, soit ils ne prennent pas parti et donc ne se mêlent absolument pas de la rupture ou de ses conséquences, et ne jugent rien (ça, c'est l'idéal, mais c'est malheureusement assez rare), soit ils coupent avec l'un ou l'autre. Pour ma part, j'ai perdu tous les amis que nous avions en commun avec mon ex (et qui étaient, avant tout, ses amis à lui)

Et pour ce qui est des messages, s'ils te gênent (mais te gênent-ils vraiment?) dis lui et répète lui que tu ne souhaite plus avoir un lien aussi "rapproché" avec lui, qu'il a fait le choix de te quitter et qu'il doit assumer. Je rejoins l'avis de Carrie que ça te permettra d'être droite dans tes bottes, libérée de toute contradiction, et d'être fière de toi!
#1286679
Par exemple, avec mon ex (et à sa demande), lorsqu'il a voulu prendre des distances avec moi, on a convenu d'un appel tous les deux jours maximum, et je peux te dire que quand j'y contrevenais (quand je l'appelais alors que notre fils était avec moi notamment), je m'en prenais plein la tête. Ca m'attristait, certes, mais je sais bien que c'était sa manière à lui de se protéger.
#1286681
Je suis peut-être naïve et encore dans une phase de déni :roll: mais moi j'ai envie de croire qu'un couple peut survivre à une telle épreuve... Je ne sais pas si ce sera le cas du nôtre et il faudrait que les deux en aient envie et au même moment, ce qui est déjà un énorme obstacle. Cela dit, à l'heure actuelle j'ai l'impression de comprendre comment il a pu en arriver là et si lui se remet en question à ce niveau là et fait un réel mea culpa et que je le fais aussi par rapport à mon comportement passé, je me dis que c'est possible.
Mais bon, je vois bien que la plupart des histoires ne se finissent pas ainsi et que même quand une personne revient, c'est généralement fini quand même. J'aurai peut être un discours différent dans quelques temps.

Rnl, tu es restée avec la personne pour laquelle tu as quitté ton homme ? As-tu tenté de revenir à un moment donné ? Penses-tu que ton homme aurais pu te récupérer ? Puisque c'est du vécu, ça m'intéresse d'avoir ta vision des choses.
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:34, modifié 1 fois.
#1286683
Je pense que la solution du téléphone chaque 2 jours est bonne. Je vais la lui proposer. D'autant plus que je pars en vacances. Les messages ça déborde vite, donc je pense que l'appel c'est une bonne chose et ça permet de lâcher son téléphone portable le reste du temps et de ne plus être en attente.
Je l'ai déjà enlevé de mes amis Facebook. Je fais de petits pas...
Que lui me fait payer, pas très malin non plus, bien sûr que ça me maintient dans une position de dépendance.
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:35, modifié 1 fois.
#1286686
Je le trouve assez gonflé de te reprocher ça... Surtout que tu lui as déjà expliqué que tu souhaitais te protéger et prendre tes distances, que tu lui as demandé de réduire les contacts et lui ne respecte pas ça. N'y fais pas attention, et si c'est nécessaire dis lui clairement ce que tu penses de ses reproches...

Pour répondre à ton autre post, je pense que du côté du "largué" (je mets entre guillemets car je n'aime pas trop ces termes de largué et largueur), on se dit toujours qu'il est possible de survivre à tout. Malheureusement, du côté du largueur (je ne te dis pas ça pour t'enfoncer mais pour te donner un autre point de vue, alors stp ne le prends pas mal hein ;) ), la rupture a souvent été réfléchie. Il est rare de mettre fin à une relation de longue date (qui plus est avec un enfant) sur un coup de tête... Le deuil est déjà fait (au moins en partie) du côté du largueur, et c'est pour ça que je pense qu'un retour ne se fait que pour de mauvaises raisons (culpabilité, mauvaise image de soi, peur d'être seul) et pas pour de bonnes raisons (véritables regrets, amour). Bien sûr on peut toujours se tromper, mais je pense qu'il est rare de se tromper lorsque la décision de la rupture a été réfléchie. C'est pour ça que je pense qu'un couple peut difficilement surmonter une épreuve comme celle là. Outre le retour du largueur pour de mauvaises raisons, l'ex largué se retrouve souvent peu en confiance, suspicieux, jaloux... Mais encore une fois ça n'est que mon avis.

Pour ma part oui je suis toujours avec celui "pour qui" j'ai quitté mon ex. Je le mets entre guillemets parce que je ne l'ai pas quitté pour lui en réalité, mais parce que je ne me sentais plus à ma place dans mon couple, j'avais l'impression de vivre une vie qui n'était pas la mienne. J'étais souriante au travail, épanouie, mais je n'avais pas envie de rentrer chez moi. D'ailleurs avec mon copain ça n'a pas tout de suite été facile, lui même a mis plusieurs mois à quitter sa compagne, et a fait des allers retours entre elle et moi, il y a aussi eu une période où nous avons véritablement rompu. J'ai vécu seule pendant plusieurs mois, et je n'ai jamais tenté de revenir avec mon ex. J'y ai pensé, oui, et il l'aurait souhaité pendant plusieurs mois, mais je savais que je serais revenue pour de mauvaises raisons (culpabilité surtout, pas vraiment de peur de vivre seule). Lorsque j'y ai pensé je me disais que c'était peut être la seule manière de le voir bien, parce que ça me faisait mal de le voir malheureux et d'en être à l'origine. Pendant quelques mois il a tenté de me récupérer, il alternait entre déclarations d'amour, périodes de silence, grosses colères. Et puis il m'a dit qu'il abandonnait et qu'il souhaitait prendre des distances avec moi, que j'arrête de lui parler de moi, seulement de notre fils. Il a fixé des règles de communication, que j'ai tenté de respecter, bien que parfois j'y contrevenais parce que je voulais m'assurer qu'il allait bien (je sais maintenant que ça n'était pas bien de faire ça, et je le regrette). J'aurais souhaité qu'on soit amis, lui ne l'a jamais voulu, et j'ai compris aujourd'hui qu'il avait raison, que ça n'aurait pas été sain...

Aujourd'hui on s'entend plutôt bien, il nous arrive de discuter de notre travail, de nos potes, bien sûr on est en contact régulier par rapport à notre fils, mais on ne parle jamais de notre vie affective. Et chaque fois qu'on parle d'autre chose que de notre fils, c'est toujours sur son initiative. Voilà j'espère que mon expérience aura pu t'apporter quelque chose, ce que je souhaite aussi ajouter c'est qu'avec le temps les blessures s'apaisent.
#1286689
Rnl,
Merci pour toutes ces explications.
C'est vrai que c'est dur pour moi d'imaginer que mon ex a déjà fait une partie du deuil de notre relation, tout ça sans m'en avoir parlé et en démarrant quelque chose avec une autre personne. Je n'avais pas vu la chose sous cet angle, vu qu'il y a encore 2-3 semaines il disait être perdu. Et lorsqu'on s'est séparé il m'a dit à maintes reprises ne pas être sûr, qu'il le regretterait peut être.
Je pense qu'il tentait de se convaincre lui-même, je suis en effet de plus en plus pessimiste quant à la suite et c'est sûrement une bonne chose pour ma reconstruction personnelle.
Ça me fait juste tellement mal qu'une fille vienne lui proposer une vie forcément tentante puisqu'à l'opposé de sa vie et routine actuelles. Ça ne ressemble par à un projet de vie mais plutôt à une envie passagère de liberté, sans contrainte, etc. En tout cas c'est ce que lui recherche, tout en ayant le côté fille qui l'admire, vie sexuelle, etc.... Que les bons côtés d'un couple et à la poubelle les mauvais.
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:37, modifié 1 fois.
#1286693
Bonsoir,
Carmelita a écrit :
11 juil. 2018, 19:30
Ça me fait juste tellement mal qu'une fille sortie de nulle part, célibataire et libre, sans enfant, le sachant en couple depuis des années et jeune père de famille, vienne se mettre elle-même dans l'équation et lui proposer une vie forcément tentante puisqu'à l'opposé de sa vie et routine actuelles.
Je compatis à ta peine, je t'assure, mais je pense que c'est important d'arrêter de considérer quand il y a ce genre d'infidélités que c'est forcément la femme l'intriguante qui a détourné l'homme de sa famille :|

J'ai une amie qui m'a annoncé il y a quelques jours qu'elle couchait depuis peu avec un collègue qui lui tourne autour depuis des mois. Il est marié, avec 2 enfants encore jeunes, et jusqu'ici mon amie était en couple et quand elle est en couple les autres hommes n'existent pas. Ça faisait 6 mois qu'il lui faisait des déclarations, etc. Et quand la relation de mon amie s'est terminée dans les larmes, elle a craqué.

Honnêtement j'ai d'abord été choquée par son aveu car c'est tout sauf son genre. La fidélité est très importante pour elle, elle a des principes très ancrés à ce sujet. Elle-même ne sait pas l'expliquer à part le fait que c'est rare pour elle de s'entendre aussi bien avec un homme. Et je crois que au-delà de la bêtise en elle-même qu'elle sait être en train de faire, à cause du chagrin de sa rupture, j'entends surtout dans son discours qu'elle se sent désabusée par les hommes. Elle ne cesse de répéter que de toute façon ils finissent toujours par aller voir ailleurs et qu'il faut s'y faire, et je crois que le fond du problème est là. Comment pourrait-elle garder ses valeurs intactes si elle renonce au fond d'elle a rencontrer un mec fiable. Dans ce cas pourquoi ne pas prendre sa part de bonheur où elle se présente effectivement :|

De mon côté, je tâche de la raisonner gentiment, pas parce que je la juge elle, mais parce que je ne veux pas qu'elle se fasse du mal, que j'ai de la peine pour la femme de ce mec, pour ses enfants et surtout que je trouve qu'il ne mérite certainement pas d'avoir 2 femmes sous la main, mais je la "comprends" aussi. Elle a baissé les bras, c'est regrettable, mais ce n'est certainement pas elle qui s'est mis entre cet homme et sa femme. Il a fait ça tout seul. Ça fait 6 mois qu'il fait ça tout seul, sans le concours de mon amie.

Alors oui tu as lu la déclaration et il t'a dit que c'était elle qui lui courait après... mais tu ne sais pas ce qu'il a pu lui dire avant qu'elle en arrive à cette déclaration :| et ensuite il dit bien ce qu'il veut... donc c'est sûr on ne sait pas, mais rien ne dit que c'est elle qui a cherché à le séduire :| (à part lui bien sûr, mais il a montré que mentir n'était pas trop un problème pour lui)
Je ne te dis pas d'avoir de la compassion pour elle, loin de là (elle n'en a visiblement pas à ton égard, ou en tout cas pas assez), mais d'arrêter de penser que ton homme est juste perdu et corruptible. Il est acteur là dedans. Et il sait ce qu'il fait :|

Rnl t'a montré l'angle de vu de celui qui quitte "pour" quelqu'un d'autre, et de mon côté je peux te donner l'angle de vu de cet autre.

Alors oui tu vas sûrement te dire : "mais laissez-moi détester quelqu'un dans cette histoire, il y a bien un coupable !".
Je crains que non :| il y en a plusieurs...
#1286703
Carmelita,

Je pense que tu as bien fait de provoquer la séparation, ça montre que déjà tu as fait un pas en avant, le fait d'être "pessimiste" aussi (dans le sens de ne pas se faire d'illusions). Sinon cette situation de va et vient aurait pu durer très longtemps... Maintenant toi, tu as fait le premier pas pour prendre le recul nécessaire, pour te protéger, pour protéger ton enfant. Si un jour il doit revenir vers toi, ça doit être mûrement réfléchi, ne pas être dans la précipitation.

Pour tenter de donner une "explication" à ce changement soudain de la part de ton ex... C'est très dur de dire à la personne qui partage ta vie que tu doutes, que tu penses être arrivé au bout. Je ne cherche pas à lui trouver des excuses, hein, et le fait de ne pas en avoir parlé avec toi est lâche (tout comme moi j'ai été lâche dans les mois qui ont précédé ma séparation), mais simplement, à travers mon expérience, te dire ce qu'on peut ressentir "de l'autre côté". Personnellement, pendant des mois je ne me sentais plus bien dans mon couple, mais je mettais ça sur le compte de notre déménagement, de notre enfant petit, le fait qu'on doive retrouver des marques... Ca n'est que quelques jours avant la rupture que j'ai réellement mis des mots sur ce mal être, d'où le côté très soudain et violent de la rupture. J'ai longtemps regretté d'être aussi violente (et en réalité je m'en veux encore mais j'essaie de me le pardonner, comme on me l'avait suggéré ici d'ailleurs), mais le fait de ne jamais revenir vers lui, ni ne jamais regretter cette rupture, me fait me dire que même si je l'ai mal "mis en oeuvre", c'était le bon choix pour moi.

Pour répondre à Dawn, j'ai aussi été du côté de cette "autre" pour qui on a quitté. Mon copain a quitté son ex pour moi, et de la part d'une partie de son entourage et de son ex, je suis cette "briseuse de couple". Or aucune femme (ou homme d'ailleurs) n'a de pouvoir magique, et généralement on ne menace pas quelqu'un de massacrer tout son entourage pour qu'il vienne avec nous. Je caricature à dessein, pour dire qu'il faut être deux pour que relation se fasse, et il n'y a pas un gentil monsieur manipulé par une terrible ensorceleuse. J'ai l'impression que les hommes servent ce discours (je n'y peux rien, elle m'a séduit, je ne peux pas résister...) pour se déculpabiliser de leur propre rupture. Non, ils ne sont ni des enfants ni des pantins, ils ont leur libre arbitre, et lorsque ils se sentent bien dans leur couple, ils ne le quittent pas pour une autre. Désolée c'était mon petit "coup de gueule" du matin, c'est que, alors que ça fait 2 ans que nous sommes ensemble, je suis encore vue par plusieurs personnes de son entourage comme "la méchante", alors que, je vous assure, je n'ai pas de pouvoirs magiques, et (à part pour mon fils pour qui je suis "la plus belle de toutes les mamans") je ne suis pas non plus une beauté fatale.

Une dernière chose, je ne suis pas sûre que partir avec une autre soit la "solution de facilité". Certes, elle représente une certaine "liberté", mais c'est aussi l'inconnu, sortir du confort du couple, assumer le mauvais rôle auprès des amis, la famille, son ex et même peut être son enfant, faire face à sa culpabilité...

J'espère ne pas avoir été trop dure avec toi Carmelita (ça n'est pas le but, juste t'apporter un "autre éclairage" ; cela dit si tu souhaites que je n'intervienne plus ici je le comprendrais ;) ), et au contraire, si je peux me permettre un commentaire, je te trouve sacrément forte et digne face à la situation que tu traverses.
#1286705
Rnl a écrit :
12 juil. 2018, 07:53
J'ai l'impression que les hommes servent ce discours (je n'y peux rien, elle m'a séduit, je ne peux pas résister...) pour se déculpabiliser de leur propre rupture.
+1

A l'inverse est-ce que beaucoup de personnes considèrent que ton copain s'est mis entre toi et ton ex et a brisé votre couple ?
#1286706
Je suis bien consciente que mon ex a joué un rôle, bien évidemment. Mais elle aussi. Et même si elle ne me devait rien (contrairement à lui qui était engagé vis à vis de moi quand même et qui me devait au moins le respect), je n'arrive pas à comprendre son attitude. Bien sûr qu'elle a dû voir qu'il était pas insensible, mais il avait repoussé ses avances, au départ.

Quand je dis qu'il a choisi la facilité, c'est juste qu'il n'a pas vraiment choisi, il s'est laissé porter, il n'a pris aucune décision. Je trouve qu'il ne fait pas un vrai choix, réfléchi, etc. Il dit qu'il n'a pas envie de se lancer dans une histoire de couple mais il le fait quand même.

Peut être qu'il essaie de m'épargner en minimisant son histoire avec cette fille, ses sentiments ou son implication, et aussi de me 'garder sous le coude' en me disant qu'il n'est pas sûr. Mais je préférerais 1'000 fois qu'il me dise qu'il est amoureux, qu'il veut construire quelque chose avec elle, que c'est fini entre nous )... Au moins je serais fixée pour de bon...
Modifié en dernier par Carmelita le 06 août 2018, 15:40, modifié 1 fois.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 25

Personnellement je pense qu'il est en effet n&eacu[…]

Relation d’un an

Bonjour, Que tu te sentes mieux c'est très[…]

SR brisé par erreur !

Que sa décision soit celle de la rupture no[…]

Totalement perdu help

Bonjour, Depuis quand est ce terminé ? Car[…]