Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1277998
Hello amis de galère…

J’ai pas mal tergiversé avant de me décider à poster ici. Je me disais que j’allais y arriver seule mais en fait… non. J’ai beau m’occuper, je pense à mon ex, encore et encore. Notre chanson tourne en boucle dans mon ciboulot. Alors y’a pas, il faut que ça sorte.

Elle et moi (je suis une fille) sommes restées trois ans et demi ensemble.

On s’est rencontrées sur un site de rencontres, tout simplement. Je ne cherchais rien de forcément sérieux, j’étais bien dans ma vie ; elle non plus. Mais elle était en pleine séparation avec sa compagne d’alors et, malgré leur deux filles, ça se passait très mal. J’avais face à moi quelqu’un d’usé, en manque d’amour et de légèreté. Mais en même temps, quelqu’un de terriblement doux, drôle et attachant.

Je réalise que j’étais pile poil ce qu’il lui fallait à ce moment précis : une fille à la fois tranquille et passionnée, curieuse de tout, enthousiaste et… détachée. Bref, une belle bulle d’oxygène dans son quotidien de conflits, de chômage et de routine.

Je sens très vite qu’elle s’attache. Trop vite, à mon goût. Par expérience, je sais que vite attachée, vite détachée. Tout mon opposé. Une petite voix en moi me dit de rester vigilante, que son contexte personnel est compliqué. Mais les contraires s’attirent et je passe trop de bons moments avec elle pour repousser ce bonheur conjugal auquel j’aspire tant.

« Mange ta Soupe ! »

Les trois premiers mois, elle est adorable : douce, attentionnée, aimante, très en demande, nous rions tout le temps. Et puis, petit à petit, je la sens moins en demande, les premières disputes apparaissent. Moi, en revanche, après la prudence des premières semaines, j’ai fini par tomber clairement amoureuse d’elle.

En fait, très vite, elle me fait comprendre qu’elle voudrait que je vienne habiter chez elle. Mais chaque fois sur le mode « Mange ta soupe » comme dit Antoine dans ses vidéos^^. Donc vu mon tempérament, déjà, sur la forme, ça bloque. Je l’aime, ça ne fait aucun doute, mais je ne suis pas chaude, et pour plusieurs raisons :

- 1/ elle a deux filles, dont une en bas âge. Ce n’est pas une vie qui me convient (et je lui dis), d’autant que quand je suis chez elle le week-end, on n’a plus du tout de temps à nous ou de moments pour découvrir le monde extérieur. En tout cas ils sont rares et centrés uniquement sur des activités d’enfants. C’est très différent de l’enfance que j’ai connue. Et sa ville/son quartier ne me plaisent pas du tout mais elle s’y plaît, c’est commode pour son boulot, et elle ne veut pas en changer.

- 2/ je me suis déjà faite virer par une ex du jour au lendemain, dans le passé, et je me suis jurée de ne plus traverser cela.

- 3/ j’ai un statut d’indépendante, avec des revenus irréguliers, donc un très mauvais dossier pour un bailleur. Alors quand j’ai un appart, je le garde précieusement.

Bref, les années passent, rythmées par les bons moments et (de plus en plus) de disputes. Nous sommes radicalement différentes. Moi, très indépendante, sportive, très en demande de découvrir le monde qui m’entoure, romantique, attachant beaucoup plus d’importance au fait d’être là pour la personne que j’aime plutôt que de vivre impérativement avec elle et de respecter tous les codes sociaux.

Elle, très pragmatique, vivant exclusivement pour ses enfants, en besoin constant de réparer son enfance instable et considérant la routine comme quelque chose de très rassurant.

Vous l’avez compris, ça pouvait difficilement coller entre nous… :(

« Je ne te quitterai jamais ! »

Et pourtant, on a tenu plus de trois ans. J’ai tenté deux fois de la quitter. Mais je l’aimais trop, je ne supportais pas l’idée de la perdre définitivement, elle non plus. Et la voir souffrir m’était insupportable. Je me disais qu’avec cette menace de séparation, on y arriverait, on se battrait toutes les deux pour sauver notre histoire. Surtout qu’elle me disait : « Je ne te quitterai jamais. Si on se sépare, ce sera parce que c’est toi qui m’aura quittée. Et là, pff, il se passera un bon moment avant que je me remette en couple. Je me consacrerai à mes filles, point ! » Tu parles…

Dans les faits, elle fait tout pour que je la quitte. Un vrai glaçon pendant des mois. Quand mon père tombe malade (incurable), je passe l’été entier à m’occuper de lui. C’est physiquement et moralement, très difficile.

De son côté, elle part en vacances. Bon, ok, je me dis que quitte à rester bloquée chez mes parents, autant qu’elle en profite de son côté. Sauf qu’elle me pète un beau SR pendant une semaine. Pas un texto pour prendre des nouvelles de mon père ni pour m’encourager à tenir bon. Encore moins pour me stimuler avec la perspective d’un week-end en amoureuses à mon retour. A sa place, c’est ce que j’aurais proposé. Au moins, ça m’aurait encouragée.

Le reste, vous le connaissez. La rupture, inévitable. Fin octobre/début novembre 2017. De mon fait, j’avoue. Après un énième « Mange ta soupe », un jour, je craque en lui disant que je n’en peux plus, qu’on arrête là (la maladie d mon père me bouffait aussi la tête). Que je l’aime toujours autant, que je suis là pour elle, que je voudrais rester avec elle, mais que je veux garder un chez moi. Et pourtant, au même moment, mon proprio m’annonce qu’il veut récupérer l’appart.

On se sépare, donc, tout en restant en contact étroit. On fait quelques sorties ensemble, je prends soin d’elle en décembre quand elle doit subir une opération très délicate. Je l’aime, pour moi c’est naturel.

En janvier, pendant une énième hospitalisation de mon père, je lui envoie un texto en lui disant qu’elle me manque. Elle me répond froidement, sur un tout autre sujet. Le vent tourne.

Quelques jours après, mon père meurt, brutalement. Il était mon double, mon jumeau, mon refuge. La personne qui me comprenait le mieux au monde. Bref, il était tout pour moi. Alors forcément, je suis au fond du gouffre. Bloquée par la neige, je dois passer la nuit dans notre ville avant de pouvoir rejoindre ma famille, le lendemain. Cette nuit, il n’y a qu’une personne avec qui je veux la passer : mon ex. Et je ne parle pas de sexe, mais d’un besoin vital de dormir contre elle, au chaud. En plus elle me propose de venir chez elle.

Sauf qu’en lui parlant, ce soir-là, je remarque qu’elle a le nez dans son téléphone. Elle a même fait installer une appli qui flashe à chaque nouveau message… Agacée, je finis par lui demander avec qui elle échange comme ça (« Heu tu connais pas… »). Je pressens exactement ce qu’il se passe. Mais je veux qu’elle me le dise clairement donc je la pousse un peu.


Trahie au pire moment

Oui, elle a rencontré quelqu’un sur un site, « depuis une semaine ». Un site de niche, sur l’homoparentalité. La nana (elle me donne son prénom) habite à l’autre bout du pays, a perdu sa compagne, enceinte de jumeaux. Genre, " tu comprends, la pauvre ". Après la mort de mon père, le matin même, c’est comme si on remuait lentement le poignard au fond de mes tripes. Mon ex, évidemment, est en mode glaçon. Je n’ai qu’une envie, m’enfuir à toutes jambes mais pour aller où à cette heure ? Je suis épuisée et dévastée. Le pire jour de ma vie.

Les jours suivants, elle se met en SR. Je guette mon téléphone sans arrêt. J’organise les obsèques avec mon frère. J’aurai un texto de bon courage, très court, le soir de l’enterrement. Quand tout est terminé. L’horreur de la levée du corps, la cérémonie où il faut tenir sans être une loque devant tout le monde, soutenir ma mère, accepter de voir enfouir le cercueil. Bref, tout ça est passé. Et le silence de la personne que j’aime, ex ou pas ex, est assourdissant. Pire, elle s’éclate dans les bras d’une autre.

A mon retour, je récupère ma voiture laissée chez elle, sans la croiser. Je lui envoie quand même un texto où je lui souhaite d’être heureuse. Elle me répond un truc du genre : « Toi aussi. Tu le mérites ».

Mais 24h plus tard, occupée à vider mon appart (que je dois rendre, donc), je craque le SR et lui demande des nouvelles de sa jambe opérée. Nous échangeons sur des sujets légers, pendant quelques minutes, puis plus rien. D’un seul coup. Il est 23h. J’attends un peu et finis par me coucher. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé.

Le lendemain matin, elle m’envoie un message : « Bonjour, désolée pour hier soir, j’étais au tél et après ça faisait tard pour répondre. Bonne journée ». Et là, j’explose. Bam, l’interdit. Je lui dis que j’imagine très bien avec qui elle a parlé toute cette nuit là, que c’est son droit d’avoir retrouvé quelqu’un, mais que je ne comprends pas pourquoi elle me laisse tomber au moment où j’ai le plus besoin de son soutien. Et je termine en la rassurant, elle n’aura plus à répondre à mes textos et pourra se consacrer pleinement à ses coups de fil du soir.

Aucune réponse de sa part.

C’est mon dernier texto. Trop c’est trop. Je décide de lui péter un méga SR interplanétaire.


En plein SR dans les bras de sa next

Une semaine après, alors que je suis sur le point de quitter notre ville avec une partie de mes affaires (les hospitalisations puis la mort de mon père ne m’ont pas laissé le temps de retrouver un appart), elle m’envoie un dernier message : « Bonjour. Je te souhaite bcp de courage pour ton déménagement. Et bcp de chance pour la suite. Bon we. »

Mon déménagement ? Il est fini. Et je ne suis pas d’humeur à « passer un bon week-end ». J’ai perdu mon père, mon appart, la femme que j’aimais est dans les bras d’une autre, je quitte une région que j’aime et des amis sans savoir quand je reviendrai, je suis épuisée, sans boulot et au bout du rouleau. Bref, une vie à reconstruire. Alors l’ambiance RTT, c’est peu dire que je m’en tape…

Huit jours après, je suis là. Toujours partagée entre ce sentiment de trahison, d’abandon et la compréhension de son besoin de trouver quelqu’un qui aspire à une vie de famille à 100%. D’ailleurs, si elle est capable de s’investir aussi « vite », de cette façon, c’est qu’elle ne m’aimait plus depuis un moment. Ou qu’elle est en plein rebond. Le résultat est le même : elle ne m’apporte aucun soutien, même de loin. Et batifole dans les bras d’une autre. J’en ai la nausée à les imaginer ensemble.

L’ironie du truc, c’est que la mort de mon père a énormément modifié ma façon d’appréhender les relations amoureuses, l’engagement et le temps qui passe. J’ai beaucoup mûri.

Pour la première fois de ma vie, j’ai envie de fonder une famille, de construire. Tout en gardant une certaine liberté, autant que possible, et un espace pour mes passions. Mais cela ne me semble plus aussi contraignant qu’avant. J’ai envie d’avancer.

Je l’ai dit à mon ex quand on était encore en contact. Elle a mis ça sur le compte de la mort de mon père, à juste titre, mais en considérant que je ne pouvais pas changer aussi vite. Et je sais que c’est surprenant. Mais c’est un fait acquis.


Je regrette… mais c’est trop tard

Dans un de ses derniers (et rares) textos, mon ex me dit qu’elle a attendu ces mots pendant trois ans, et qu’elle était désolée que ça se passe comme ça (= maintenant qu’elle est branchée sur qqn d’autre j’imagine). Moi aussi. On peut considérer que ça s’est joué à quelques jours près. Elle hésitait à s’inscrire sur ce site. Elle disait à une amie qu’elle avait l’impression de me tromper. Et puis cette amie l’a complètement déculpabilisée (merci A. !). Et les échanges qu’elle a eus avec sa next lui ont, dit-elle, fait un bien fou… Game over.

J’aurais pt fait une erreur en me remettant avec elle, mais on en aurait eu le cœur net. Si ça se trouve, on aurait trouvé un équilibre. Et, de toute façon, mon envie de m’engager reste là. Avec elle ou pas.

Mais rien ne presse. Elle occupe encore trop d’espace pour que je laisse entrer quelqu’un. Encore une différence entre nous. Je ne désaime pas facilement.

Bref, désolée pour le pavé. Il fallait que j’extériorise mon histoire pour apprivoiser le manque. Déjà que je dois gérer l’absence de mon père… Et je ne veux pas saouler mes amis avec cette histoire d’ex. Cette fois c’est vraiment fini et il faut que je l’accepte.

Merci aux plus costauds qui m’auront lue jusqu’au bout. Si vous avez des remarques, des conseils, des observations ou des questions, je suis ouverte…

Au plaisir de vous lire, les amis !
#1278001
Bonjour biquette,

Désolée pour toi, pour tout, et plus particulièrement pour le décès de ton papa.

Que te dire? Déjà, depuis 2013 que je traîne sur le forum à répondre aux intervenants, je crois que tu es l'une des personnes qui m'a le plus touchée en racontant son histoire, si ce n'est celle qui m'a le plus touchée.
On ressent de la tristesse, beaucoup de tristesse, quelques regrets mais aussi une joie de vivre qui me fait dire que tu rebondiras aisément.

S'agissant de ton histoire de coeur, car c'est cela qui t'intéresse avant tout en postant ici, je pense, mais tu le sais certainement déjà (là, oui, juste là, bien planqué au fond de ton cerveau :) ) que ton ex et toi n'étiez pas compatibles.

Aimer est important mais pas suffisant pour créer une histoire pérenne.
Si tu ne t'es pas engagée davantage dans cette relation quand il était encore temps de le faire c'est certainement parce que tu sentais que ça ne le ferait pas. Un warning bien rouge et bien clignotant s'est allumé dans ta tête et tu l'as écouté.

Je te conseille, pour le moment, de prendre du temps pour réfléchir.
Tu viens de subir pas mal de pertes: ton papa, d'abord, puis ton appartement, et cette relation. Cela fait beaucoup pour une seule personne en si peu de temps. Ton ex représente alors la seule chose que tu peux retrouver: ton père n'est plus :( , ton appart aucune chance de le récupérer. Il reste alors cette relation pour t'éviter un deuil supplémentaire. Mais revenir avec elle serait reculer pour mieux sauter car je pense vraiment que vous n'étiez pas faites pour faire votre vie ensemble. Vous avez partagé trois ans et demis, c'est déjà pas si mal (même si ça ne console pas aujourd'hui).

Prends le temps de faire ton deuil/tes deuils. Quand tu seras prête, tu rencontreras une personne qui sera cette fois-ci compatible.

Qu'en penses-tu?
biquette, Nima0894 ont aimé ça
#1278002
Merci Carrie, bravo à toi pour avoir le courage de me lire jusqu'au bout. Ton empathie me touche beaucoup.

Oui, je le sentais bien que ce serait compliqué de vivre à deux. Si elle avait été célibataire, j'aurais foncé. Mais je ne voulais pas non plus perturber ses enfants si jamais ça ne marchait pas entre nous. Et mon ex était beaucoup dans le contrôle. Tout ce qui me fait fuir. Malgré tout l'amour, sincère et profond, que j'avais pour elle.

Parfois je culpabilise de penser autant à elle alors que le deuil de mon père est bien plus important. Et Dieu sait que je l'aimais.

Mais c'est peut-être une façon désespérée de me protéger, de me raccrocher à la seule chose encore rattrapable dans ma vie, comme tu dis. Je n'avais pas envisagé les choses sous cet angle ;) . Enfin rattrapable, tu parles.

Par le passé, il m'est arrivé d'enchaîner très vite sur une relation rebond. J'ai vite oublié la première histoire, flashé de manière passionnelle et dévorante sur la seconde, et mis des années à m'en remettre.

Donc si mon ex fait pareil, soit sa next est LA femme de sa vie, soit elle se mange le tapis de sol et le lino par-dessous. Mais elle m'aura oubliée en bonne et due forme.

Allez, ça ne me regarde pas finalement.

Quoi qu'il en soit je pense que notre histoire aurait pu fonctionner malgré tout. Si elle avait été plus souple. Et moins dans la réparation de son passé. Je me serais battue. Tout aurait fini par s'adoucir entre nous. J'aime à croire que l'amour peut faire beaucoup, si ce n'est tout. Il suffit de simplifier les choses.

Il va vraiment me falloir une force pas possible pour me sortir de tout ça.

Alors je sais bien que ce n'est pas glamour de me côtoyer en ce moment, mais elle aurait pu faire un petit effort pour être un peu plus présente en cette sale période pour moi.

Je ne menace pas sa relation actuelle, je n'aurais pas débarqué chez elle à tout bout de champ. J'attendais juste quelques messages opportuns, de temps en temps. Simples mais là. Par respect pour moi et en mémoire des bons moments qu'on a passés ensemble.

Ça confirme ce que je constate au fil des ans : on ne connaît vraiment quelqu'un qu'au moment de la rupture...
#1278018
Déjà désolée pour le "j'aime pas" donné, c'est une erreur de ma part... :? Je voulais citer ton message et j'ai appuyé sur le mauvais bouton.

biquette a écrit : Quoi qu'il en soit je pense que notre histoire aurait pu fonctionner malgré tout. Si elle avait été plus souple. Et moins dans la réparation de son passé.
Comme moi je serais Prix Nobel de physique si j'y comprenais quelque chose et si j'avais mieux bossé cette matière à l'école.

Je grossis le trait à dessein, tu comprends où je veux en venir :) .

La fait de ne pas être souple (sans mauvais jeu de mots) fait partie de son caractère. A la limite on peut s'améliorer un peu mais on ne change pas fondamentalement.

D'où mon avis d'incompatibilité

biquette a écrit :J'aime à croire que l'amour peut faire beaucoup, si ce n'est tout. Il suffit de simplifier les choses.
Oh non l'amour ne fait pas tout.
Il faut aussi des désirs communs, des envies communes, être sur la même longueur d'ondes (au moins pour les choses essentielles); sans oublier notre éducation, nos valeurs, nos principes qui peuvent être parfois incompatibles avec ceux de l'autre malgré l'amour.

Et pour simplifier les choses, il faut non seulement le vouloir mais aussi le pouvoir, c'est à dire être en capacité de se remettre en question.

biquette a écrit :
Ça confirme ce que je constate au fil des ans : on ne connaît vraiment quelqu'un qu'au moment de la rupture...
Ou au moment des épreuves de la vie... On en apprend beaucoup sur son conjoint à ce moment-là.

Prends le temps de digérer
#1278031
biquette a écrit :
09 mars 2018, 19:46
Encore une question, Carrie, si tu le permets (elle s'adresse aux autres aussi bien sûr) : trouves-tu compréhensible qu'elle ait à ce point disparu à un moment comme celui-là, ex ou pas ex ?
Non, je ne trouve ça ni compréhensible, ni bien. Mais ca en dit beaucoup sur la personne qu'elle est.
#1278034
Elieza78 a écrit :
09 mars 2018, 20:08
biquette a écrit :
09 mars 2018, 19:46
Encore une question, Carrie, si tu le permets (elle s'adresse aux autres aussi bien sûr) : trouves-tu compréhensible qu'elle ait à ce point disparu à un moment comme celui-là, ex ou pas ex ?
Non, je ne trouve ça ni compréhensible, ni bien. Mais ca en dit beaucoup sur la personne qu'elle est.
Βonsoir Biquette

c'est malheureusement aux moments les plus difficiles de notre vie que les gens nous quittent, parce qu'ils sont faibles, parce qu'ils ont peur, parce qu'ils en ont marre, peu importe mais c'est un fait. Mais ce n'est pas tout le monde qui agit ainsi, donc je rejoins Elieza sur ce point: ça en dit beaucoup sur la personne qu'elle est. Et le fait que toi ça t'a remué le poignard dans le coeur quand t'as appris que ton ex s'est remise en couple avec une nana qui avait des problèmes alors que toi tu avais un parent malade et tu galérais devrait te refroidir sur la personne, t'aider à prendre de la distance et pas t'attrister. Mais les sentiments ne se commandent pas...
#1278044
Merci beaucoup pour vos avis, Elieza et sandstorm. Ça me fait un bien fou de vous lire.

Quand j'ai appris que ma chère ex s'était mise en couple avec quelqu'un d'autre, c'était pile le jour de la mort de mon père, il y a un mois (la veille de mon anniversaire en plus). Quelle idée de venir chercher du réconfort auprès d'elle, aussi ! Quelle quiche je suis. Une ex est une ex. Toujours privilégier ses amis (les vrais) ou sa famille.

S'il n'y avait pas eu cette foutue neige, j'aurais pu prendre mon train et je ne serais jamais allée chez elle. Ça aurait limité le carnage.

C'est ma faute, je n'ai pas eu la force de me retirer de la relation plus tôt. Et puis j'avais déjà eu un gros warning, comme dit Carrie, l'été dernier, quand elle est partie en vacances sans m'envoyer de message pendant une semaine, sachant que je galérais avec mon père malade.

Au moins, je suis heureuse d'avoir passé ce temps avec lui, qui m'aimait plus que tout au monde, alors que j'aurais dû me retrouver avec mon ex pas si aimante que ça.

Je ne nie pas le mal que je lui ai fait (et je déteste blesser les gens que j'aime). Je l'ai faite poireauter, elle m'a attendue trois ans, j'étais empêtrée dans mes soucis familiaux et professionnels mais je ne me suis jamais lamentée et j'ai toujours essayé de la stimuler dans sa vie à elle. De la soutenir quand elle en avait besoin. De nous tirer vers le haut, de parler des bons côtés de la vie, chaque fois que je le pouvais.

Mais vous avez raison, ça devrait me vacciner. Mon cerveau essaie de se raisonner, se souvient de la personne que j'ai connue pendant trois ans, et tente de faire le lien avec celle de la fin. Elle a été rattrapée par les failles de son enfance, par une forme de lâcheté aussi. Mais ce n'est pas quelqu'un de mauvais.

Ça ne l'excuse pas mais je n'arrive pas encore à briser le lien. Comme la plupart d'entre vous, ici. "Juste" à m'appuyer sur cette déception pour tenir mon SR. C'est déjà pas mal me direz-vous...

Je regrette la mère de mon ex, qui m'appréciait beaucoup et avait tenté de la convaincre de continuer notre relation sans forcément s'attacher à vivre sous le même toit avec les enfants. Je suis sûre qu'à la moindre incartade avec l'autre, elle ne manquera pas de lui rappeler que moi j'ai été là pour elle, chaque fois que je l'ai pu.

Heureusement qu'elle était aussi chez mon ex, ce fameux soir où je suis venue la voir, parce qu'elle, au moins, avait l'air d'être sincèrement chaleureuse quand elle me réconfortait.
#1278049
biquette a écrit :
09 mars 2018, 21:47

Quand j'ai appris que ma chère ex s'était mise en couple avec quelqu'un d'autre, c'était pile le jour de la mort de mon père, il y a un mois (la veille de mon anniversaire en plus). Quelle idée de venir chercher du réconfort auprès d'elle, aussi ! Quelle quiche je suis. Une ex est une ex. Toujours privilégier ses amis (les vrais) ou sa famille.
Tu as vécu un moment très difficile.
tu as donc cherché du réconfort n'importe où, et c'est parfaitement humain. sois douce avec toi même, ne t'en veut pas à ce sujet, ne culpabilise pas.
S'il n'y avait pas eu cette foutue neige, j'aurais pu prendre mon train et je ne serais jamais allée chez elle. Ça aurait limité le carnage.
tu as décidé d'aller chez elle, parce que tu avais besoin de réconfort...
C'est ma faute, je n'ai pas eu la force de me retirer de la relation plus tôt. Et puis j'avais déjà eu un gros warning, comme dit Carrie, l'été dernier, quand elle est partie en vacances sans m'envoyer de message pendant une semaine, sachant que je galérais avec mon père malade.
tu as eu un warning, Carrie a parfaitement raison à ce sujet, mais au moment des faits tu n'avais pas encore la distance pour le voir. c'est une erreur assez typique des gens amoureux en fait...
Je ne nie pas le mal que je lui ai fait (et je déteste blesser les gens que j'aime). Je l'ai faite poireauter, elle m'a attendue trois ans, j'étais empêtrée dans mes soucis familiaux et professionnels mais je ne me suis jamais lamentée et j'ai toujours essayé de la stimuler dans sa vie à elle. De la soutenir quand elle en avait besoin. De nous tirer vers le haut, de parler des bons côtés de la vie, chaque fois que je le pouvais.
Par contre là Biquette fait attention. Donner des choses, aider, soutenir est humain et c'est la bonne chose à faire dans toute relation (amoureuse, amicale, familiale). MAIS on ne donne pas, on ne partage pas, on ne soutient pas dans l'espoir de recevoir en retour. ça a un effet un peu pervers dans la relation où s'installe une sorte de dépendance au final... Par contre le fait que ton ex n'a pas su te soutenir au moment tu avais besoin de soutien montre que finalement elle n'en valait pas la peine. Mais ces choses là on ne peut pas les savoir si on est pas confronté à des situations difficiles.
Mais vous avez raison, ça devrait me vacciner. Mon cerveau essaie de se raisonner, se souvient de la personne que j'ai connue pendant trois ans, et tente de faire le lien avec celle de la fin. Elle a été rattrapée par les failles de son enfance, par une forme de lâcheté aussi. Mais ce n'est pas quelqu'un de mauvais.
La personne que tu as connue il y a trois ans c'était une autre personne. La relation a évolué, elle aussi a évolué, toi aussi tu as évolué. En l'espace de trois ans il se passe beaucoup de chose. Une erreur fondamentale que l'on fait dans les situations de rupture difficile c'est qu'on attend, on cherche on espère retrouver la personne que l'on a connu au début de la relation, mais les débuts de la relation sont toujours bons (en général) c'est après que les défauts apparaissent. Et chercher à retrouver cette même personne est peine perdue.
Je suis sûre qu'à la moindre incartade avec l'autre, elle ne manquera pas de lui rappeler que moi j'ai été là pour elle, chaque fois que je l'ai pu.
Attention aussi à ça: ne cherche pas justice, rétribution, reconnaissance dans cette histoire...

Tiens ton SR et prends soin de toi ;)
#1278050
Arf sandstorm, j'avoue, je suis loin d'être le Dalaï-Lama en matière de relations amoureuses.

Mais quand j'ai été là pour elle, je n'ai pas eu l'impression de le faire en attendant quelque chose. Je le faisais parce que c'était naturel. Je serai quand même vigilante pour éviter que ce genre de rapport de dépendance insidieux ne s'installe...

En revanche, un mois avant qu'elle n'aille voir ailleurs, elle était redevenue comme au tout début de notre histoire, love love, et je me disais qu'on pourrait revenir ensemble.

C'était quand elle était hospitalisée. On avait retrouvé toute notre complicité et, quand je partais, elle m'envoyait plein de textos amoureux, voire hot. J'ai vu ça comme un nouveau début de relation. J'y croyais...

Après j'ai dû quitter la région pour les fêtes et tout est retombé. Enfin de son côté parce que quand je lui en ai reparlé, elle m'a dit que c'était "une parenthèse. Agréable, mais une parenthèse quand même". Bam, dans ma face.

Tu as raison de dire qu'il peut se passer beaucoup de choses en trois ans, que quelqu'un peut radicalement changer. Mais je dois vraiment être naïve parce que pour moi, le fond de la personne, lui, reste le même. Planqué sous les couches de la vie, certes, mais il reste là...
#1278051
En revanche, un mois avant qu'elle n'aille voir ailleurs, elle était redevenue comme au tout début de notre histoire, love love, et je me disais qu'on pourrait revenir ensemble.

C'était quand elle était hospitalisée. On avait retrouvé toute notre complicité et, quand je partais, elle m'envoyait plein de textos amoureux, voire hot. J'ai vu ça comme un nouveau début de relation. J'y croyais...
Après j'ai dû quitter la région pour les fêtes et tout est retombé. Enfin de son côté parce que quand je lui en ai reparlé, elle m'a dit que c'était "une parenthèse. Agréable, mais une parenthèse quand même". Bam, dans ma face.
scénario numéro 1: elle aussi cherchait la relation du début.
et ça arrive souvent dans les relations amoureuses; ça va plus et les deux partenaires recherchent la relation du début.
scénario numéro 2 (et c'est moins sympa et ça va moins te plaire...): comme elle était hospitalisée et qu'elle avait besoin de réconfort elle t'a sorti le blabla love etc. et puis ensuite elle a changé de fusil d'épaule (d'où sa déclaration sur la parenthèse).

Que se soit le scénario 1 ou 2, je trouve que la déclaration sur la parenthèse est un gros warning quand même... je trouve ça bien moyen de dire ça à un partenaire....


Tu as raison de dire qu'il peut se passer beaucoup de choses en trois ans, que quelqu'un peut radicalement changer. Mais je dois vraiment être naïve parce que pour moi, le fond de la personne, lui, reste le même. Planqué sous les couches de la vie, certes, mais il reste là...
le fond de la personne n'a pas changé mais ça, ça n'a rien avoir avec cette histoire. les sentiments ne se commandent pas, on aime ou pas, on aime et puis après on n'aime plus, ça n'a rien avoir avec le fond de la personne, la personne change souvent de comportement quand elle n'aime plus...
#1278052
Bien bien bien... Alors ça c'est fait... elle ne m'aime plus :(. Comme quoi je ne l'intéressais que dans la perspective d'habiter avec elle.

Je me souviens qu'au début de notre histoire, lors d'une énième dispute par texto avec son ex de dix ans (qu'elle était obligée de voir à cause des enfants), elle m'a prise à témoin en disant que cette ex lui reprochait d'être manipulatrice quand elle voulait quelque chose. Du style, n'importe quoi de penser une chose pareille. Bon, je n'avais pas de tendresse particulière pour cette personne, vu comment elle se comportait avec sa fille, mais j'ai quand même noté ça dans un coin de mon esprit. Et un mix du scénario 1 + 2 ne me semble pas si insensé, hélas...

Alors, gros warning, oui, mais j'avoue que j'étais plus préoccupée par la santé de mon père et ses conséquences familiales que par notre couple. Donc autant j'étais en contact tous les jours avec elle par texto, j'avais besoin de ce lien, autant je n'imaginais pas une seconde qu'elle se remettrait avec quelqu'un et disparaîtrait du tout au tout.
#1278063
Bonsoir Briquette

J'ai lu toute ton histoire et j'ai les larmes aux yeux.
Un pavé certes mais tellement bien écrit...
Tellement d'émotions et de tristesse dans ton récit.
Je te souhaite de te remettre très vite et d'être heureuse.
Dieu sait comme je sais ce que ça fait de réaliser les choses quand c'est trop tard, d esperer une seconde chance tout en etant consciente qu'elle n'arrivera jamais...
Pense à toi! Et courage à toi, tu viens de perdre un etre cher (ton pere), ton appart, pas de boulot... ça fait beaucoup quand même...
Voilà je n'ai pas grand chose à te dire, juste te souhaiter de rebondir et d etre heureuse, peut etre que ton ex reviendra si elle realise que c toi qu'elle aime et peut-être pas...
Ah si, j'ai une chose à dire, je te sens quand meme courageuse et je sais pas pourquoi j'ai cette impression que tout ira bien pour toi..
En tout cas c tout le mal que je te souhaite.
Bonne continuation
Bises :bisou:
#1278074
Merci pour ton intérêt, Sunshine !

Bon, le but du jeu n'est pas non plus de vous faire pleurer dans les chaumières, mes pauvres amis...

Le dernier texto que mon ex m'a envoyé, il y a une semaine (celui du bon courage et du bonne chance pour la suite, auquel je n'ai pas répondu) montre que mon SR a, au moins ponctuellement, porté ses fruits = préserver un minimum de mon amour-propre.

C'était sa façon à elle de me dire qu'elle n'était pas ce monstre insensible que je voyais soudainement en elle. Que mon avenir l'intéressait, qu'elle ne souhaitait pas que je disparaisse définitivement de sa vie. Peut-être aussi un peu pour me garder sous le coude au cas où ça foire avec l'autre, qui sait ?

Mon SR était la seule chose à faire, vu qu'elle accourt comme un caniche chaque fois que l'autre lui fait signe (elle a tellement peur de louper ses messages, peuchère, qu'elle a installé l'appli qui flashe...). Et donc qu'elle lui accorde l'exclusivité de son attention.

Chaque cellule de mon corps crie au manque, comme une junkie, et j'ai la boule au ventre à chaque seconde (le quotidien lui-même est son complice en me traquant de mille détails quand j'essaie de m'occuper)...

Mais, même si elle revenait en cas de plan foireux avec l'autre, et même si son besoin de tourner la page était légitime, vu notre rupture, je ne me vois pas revenir avec elle.

Elle a franchi une ligne rouge en me laissant tomber comme une m*... au pire moment de ma vie. On ne fait ça ni à une amie, ni à quelqu'un qu'on a aimé, encore moins quand la relation n'a été entachée d'aucune crasse. Juste beaucoup d'incompréhensions.

J'essaie de lâcher prise sur mes sentiments persistants pour elle, car plus on essaie de les étouffer, plus ils sont tenaces, mais j'essaie aussi de les chasser quand ils deviennent trop envahissants. C'est un exercice et un équilibre particulièrement difficiles à trouver...

Mais c'est réconfortant de lire toutes vos histoires, vos conseils, et de voir que l'on n'est pas seuls...

P.S. : je note le "briquette", beau lapsus pour évoquer le pavé bien lourdingue que j'ai pondu... :lol:
#1278085
je ne penses pas que tu ponds des pavés lourdingues.. bien au contraire tu écris tes questionnements, tes pensées, tes sentiments, tes changements d'humeur, ton incompréhension. bref tu exprimes à l'écrit ce que tu ressens en ce moment, et ça a son importance aussi ça permet de se soulager, de se sentir mois lourd...

ton ex a effectivement franchi une ligne rouge, tu l'as compris, mais il te reste à intégrer cela dans ta tête. entre prise de conscience et décision, il y a un laps de temps toujours. parce que tu dis : " Le dernier texto que mon ex m'a envoyé, il y a une semaine (celui du bon courage et du bonne chance pour la suite, auquel je n'ai pas répondu) montre que mon SR a, au moins ponctuellement, porté ses fruits = préserver un minimum de mon amour-propre. C'était sa façon à elle de me dire qu'elle n'était pas ce monstre insensible que je voyais soudainement en elle. Que mon avenir l'intéressait, qu'elle ne souhaitait pas que je disparaisse définitivement de sa vie. Peut-être aussi un peu pour me garder sous le coude au cas où ça foire avec l'autre, qui sait ?"
vu froidement, ce texto est une façon de te dire que c'est fini, et en même temps garder une bonne image d'elle même. pour elle c'est gentil, c'est une façon de te signifier qu'elle veut ton bien. Toi tu interprètes ça comme si elle te signifiait qu'elle n'est pas un monstre insensible, certes, personne ne veut être un monstre mais ça n'annule pas le fait qu'elle t'as plaqué à un moment difficile (même si l'autre n'est pas obligé de rester avec nous parce qu'on est dans un moment difficile, il restera s'il est amoureux), ton ex veut un peu l'argent du beurre et le beurre: te quitter mais ne pas assumer les conséquences éventuelles de sa décision: tu peux la détester considérer qu'elle est horrible, ça peut accompagner la rupture. Tu dis aussi qu'elle ne souhaite pas que tu disparaisse définitivement de sa vie. Peut être mais après tout ce qui s'est passé il est parfaitement compréhensible de ton coté de ressentir une sorte d'appréhension, ou même de colère. et que donc tu ne souhaites pas na garder dans ta vie, en tout cas pas pour le moment. Je perçois aussi une certaine mélancolie dans cette idée aussi, et le sentiment d'avoir été un peu délaissée.
Je suis bien d'accord avec toi sur le fait que le SR a porté ses fruits pour TOI et pour ton amour propre et c'est sur toi et ton bien être que tu dois te concentrer... personne ne peut prendre soin de nous aussi bien que nous même ;)
#1278092
sandstorm a écrit : vu froidement, ce texto est une façon de te dire que c'est fini, et en même temps garder une bonne image d'elle même. pour elle c'est gentil, c'est une façon de te signifier qu'elle veut ton bien.
Comme à un bon chien chien bien gentil, bien fidèle. Ce "c'est fini "est bien hard quand même. :(
sandstorm a écrit :mais ça n'annule pas le fait qu'elle t'as plaqué à un moment difficile (même si l'autre n'est pas obligé de rester avec nous parce qu'on est dans un moment difficile, il restera s'il est amoureux)
C'est moi qui l'ai "plaquée", un jour où je n'en pouvais plus. J'avais affaire à un vrai glaçon depuis longtemps, mais elle revenait sans arrêt à la charge avec cette idée que je vienne emménager chez elle. Mais d'une telle façon, autoritaire, menaçante, que ça ne donnait pas du tout envie.

Donc je sais bien que les largueurs n'ont pas bonne presse. Personnellement, je ne demandais qu'à rester avec elle, à trouver un compromis. Mais sa vie était bien organisée et j'avais vraiment l'impression que c'était à moi de me couler dans le moule. En même temps elle a deux enfants, ça peut se comprendre.

Une fois chez elle, on aurait peut-être pu trouver une forme d'équilibre. J'aurais peut-être perdu certains de mes préjugés, qui sait ? Au regard de l'amour qu'elle m'aurait apporté en retour.

C'est ce doute qui est dur à vivre. Ce goût d'inachevé. Elle est vexée donc sans pitié parce que j'ai refusé sa proposition. Elle ne m'aurait jamais laissée tomber sinon.

Bref, il faut que j'aille m'aérer la tête parce que tout ça me retourne le cerveau... :cry:
#1278097
. Personnellement, je ne demandais qu'à rester avec elle, à trouver un compromis.


Mais sa vie était bien organisée et j'avais vraiment l'impression que c'était à moi de me couler dans le moule. En même temps elle a deux enfants, ça peut se comprendre.

Une fois chez elle, on aurait peut-être pu trouver une forme d'équilibre. J'aurais peut-être perdu certains de mes préjugés, qui sait ? Au regard de l'amour qu'elle m'aurait apporté en retour.
toi tu espérais trouver un compromis, ce qui indique aussi que tu étais insatisfaite de la situation. Pour ses raisons à elle ton ex n'a pas voulu faire de compromis.

tu dis que la situation était telle que c'était à toi de te couler dans le moule... si tu l'avais fait tu aurais été malheureuse.
C'est ce doute qui est dur à vivre. Ce goût d'inachevé. Elle est vexée donc sans pitié parce que j'ai refusé sa proposition. Elle ne m'aurait jamais laissée tomber sinon.
donc ce doute, ce gout d'inachevé disparaît une fois que tu as pris des distances et que tu comprends que 1)ton ex voulait imposer ses termes, 2)ça t'aurait rendu malheureuse 3)on ne peut pas avoir une relation épanouissante et équilibrée avec quelqu'un qui ne pense qu'à lui même...


allez courage, prends ton temps, prends soin de toi ;)
#1278104
biquette a écrit :
09 mars 2018, 19:46
Encore une question, Carrie, si tu le permets (elle s'adresse aux autres aussi bien sûr) : trouves-tu compréhensible qu'elle ait à ce point disparu à un moment comme celui-là, ex ou pas ex ?
C'est même carrement choquant. beaucoup de connaissances sont là pour nous lors d'evenements aussi difficiles... Alors une ex compagne...
Un jour peut être pourrez vous en discuter je suis persuadée qu'elle ne réalise pas la portee de ses actes en ce moment

Pour le reste... Je suis vraiment désolée pour ta Perte. Quand je te lis je sens une personne à la fois forte et formidable : c'est très dur mais tu rebondiras. Tu seras réellement heureuse j'en suis plus que persuadee et cette rupture aura du sens.
#1278113
sandstorm a écrit :
10 mars 2018, 17:28
toi tu espérais trouver un compromis, ce qui indique aussi que tu étais insatisfaite de la situation.
J'étais souvent frustrée pour des raisons logistiques. Et elle aussi d'ailleurs.

Par exemple, ses horaires de boulot (la plupart des temps) la faisait commencer à 7h du matin. Donc à partir de 21h30, elle commençait à piquer du nez. Impossible de sortir au ciné ou de faire une activité à côté sans se louper.

En plus, niveau libido, fallait dégainer vite parce que la fenêtre de tir (enfin si je peux dire :mrgreen: ) était pour le moins limitée. Me suis souvent retrouvée à me la mettre sur l'oreille pour la fumer plus tard...

Franchement, si ses horaires se normalisent alors qu'elle est avec l'autre, je vais être dégoûtée. Enfin je ne le saurai pas et c'est tant mieux.

Et combien de sorties, le dimanche, ont été bouffées parce que son ex avait le dernier mot sur l'heure où elle lui rendait les filles...
donc ce doute, ce gout d'inachevé disparaît une fois que tu as pris des distances et que tu comprends que 1)ton ex voulait imposer ses termes, 2)ça t'aurait rendu malheureuse 3)on ne peut pas avoir une relation épanouissante et équilibrée avec quelqu'un qui ne pense qu'à lui même...
Oui, vu sous cet angle... :|
allez courage, prends ton temps, prends soin de toi ;)
Merci sandstorm. Je trouve déjà le temps très très long...
#1278115
Salou a écrit : C'est même carrement choquant. beaucoup de connaissances sont là pour nous lors d'evenements aussi difficiles... Alors une ex compagne...
Un jour peut être pourrez vous en discuter je suis persuadée qu'elle ne réalise pas la portee de ses actes en ce moment
Pourtant, dans mon tout dernier message, il y a deux semaines, je lui dis bien qu'elle n'a pas idée du mal qu'elle me fait. C'est là qu'elle n'a pas répondu.
Salou a écrit :Quand je te lis je sens une personne à la fois forte et formidable : c'est très dur mais tu rebondiras. Tu seras réellement heureuse j'en suis plus que persuadee et cette rupture aura du sens.
Vous me feriez presque chialer, les amis, si je n'avais pas déjà pleuré toutes les larmes de mon corps. J'aimerais vraiment que vous ayez raison mais je crois que vous me sous-estimez.

Je ne sais pas pour les autres JRMEistes, mais c'est comme se retrouver en bas de l'Everest et levez le nez vers ce monstre. Je me sens écrasée par l'immensité de la tâche à accomplir pour remettre de l'ordre dans ce souk qu'est devenue ma vie.

Et c'est le serpent qui se mord la queue : sans forces, pas d'avancées et sans avancées, pas de forces. Il faut trouver sa source hors de l'amour perdu et le reste paraît bien fade aujourd'hui...
La Souffrance Récurrente

Hello ! si ça peut te réconforter ,[…]

Bonsoir ma belle Miu une question parce que j'ai[…]

Dois-je y voir des signes ?

Reste sur ton sujet d origine.

Rupture et début de SR

Je souhaite apporter des modifications à mo[…]