Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
Florent92
Messages : 718
Enregistré le : 09 mars 2016, 08:53

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Florent92 » 20 mai 2017, 00:21

.
Modifié en dernier par Florent92 le 20 mai 2017, 00:24, modifié 1 fois.


Florent92
Messages : 718
Enregistré le : 09 mars 2016, 08:53

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Florent92 » 20 mai 2017, 00:23

Carrie007 a écrit :
19 mai 2017, 13:53
Bonjour les filles,
Janysse a écrit :
18 mai 2017, 20:21

Donc moi j'aurais tendance à dire, continue si ça te fait plaisir et du bien, mais garde aussi l'oeil ouvert sur les gens qui peuvent passer autour de toi.
Si cela vous fait du bien et vous aide à penser à autre chose, je pense que vous avez totalement raison. Je vous mettrai juste en garde sur le fait de ne pas non plus vous enfermer dedans (jeu de la séduction à distance, idéaliser quelqu'un que vous ne connaissez pas, etc...). C'est pourquoi l'intégralité de ta phrase, Janysse, est primordiale: "garder l'oeil ouvert sur ce qu'il se passe autour de soi"...

Janysse a écrit :
18 mai 2017, 20:21


Ne nous emballons pas pour ce garçon, mais si ça t'aide à sortir la tête de l'eau, de ton ex, et avancer à ta façon, moi je dis go. (On est très pareilles toi et moi en fait...)
Ok mais cela me fait penser un peu à un drogué qui commencerait à picoler pour arrêter l'héroïne, si vous voyez ce que je veux dire... C'est très fréquent de vouloir remplacer un produit par un autre. Et c'est forcément un leurre car vous ne parviendrez pas, par vous-même, à vous en sortir, en étant totalement bien avec vous-même.
Car si ça ne fonctionne pas avec ce garçon, vous rencontrerez - virtuellement ou pas - un autre garçon et ainsi de suite sans jamais réellement vous pencher sur vous. Et vous passerez peut-être, en plus, à côté d'une belle rencontre.

De plus, je vous imagine avec un gros coeur et je ne sais pas si vous arriverez à ne pas vous attacher aux mecs qui passeront dans votre vie, même les abrutis finis. Protégez-vous les filles (au propre comme au figuré)!

Le célibat c'est très chouette aussi (et surtout ça permet d'apprécier d'autant plus les jolies rencontres quand elles se présentent car on n'a pas besoin d'être avec l'autre mais envie d'être avec l'autre).
Tres jolie mise en garde, il faut savoir doser, sans maitriser...savoir tester, sans tomber dedans...savoir aimer, sans s'oublier (se serait pas du pagny ? :p)...et savoir se protéger, en sachant s'ouvrir.

Si vous etes bien, dans votre tete, dans votre vie, le reste ca suivra, ou pas... mais osef, à vous de le vivre, en tout cas oui vous avez l'air d'etre de belles personnes, ne l'oubliez pas :D

Janysse
Messages : 1313
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 20 mai 2017, 09:05

Carrie007 a écrit :
19 mai 2017, 13:53
Bonjour les filles,
Janysse a écrit :
18 mai 2017, 20:21

Donc moi j'aurais tendance à dire, continue si ça te fait plaisir et du bien, mais garde aussi l'oeil ouvert sur les gens qui peuvent passer autour de toi.
Si cela vous fait du bien et vous aide à penser à autre chose, je pense que vous avez totalement raison. Je vous mettrai juste en garde sur le fait de ne pas non plus vous enfermer dedans (jeu de la séduction à distance, idéaliser quelqu'un que vous ne connaissez pas, etc...). C'est pourquoi l'intégralité de ta phrase, Janysse, est primordiale: "garder l'oeil ouvert sur ce qu'il se passe autour de soi"...

Janysse a écrit :
18 mai 2017, 20:21


Ne nous emballons pas pour ce garçon, mais si ça t'aide à sortir la tête de l'eau, de ton ex, et avancer à ta façon, moi je dis go. (On est très pareilles toi et moi en fait...)
Ok mais cela me fait penser un peu à un drogué qui commencerait à picoler pour arrêter l'héroïne, si vous voyez ce que je veux dire... C'est très fréquent de vouloir remplacer un produit par un autre. Et c'est forcément un leurre car vous ne parviendrez pas, par vous-même, à vous en sortir, en étant totalement bien avec vous-même.
Car si ça ne fonctionne pas avec ce garçon, vous rencontrerez - virtuellement ou pas - un autre garçon et ainsi de suite sans jamais réellement vous pencher sur vous. Et vous passerez peut-être, en plus, à côté d'une belle rencontre.

De plus, je vous imagine avec un gros coeur et je ne sais pas si vous arriverez à ne pas vous attacher aux mecs qui passeront dans votre vie, même les abrutis finis. Protégez-vous les filles (au propre comme au figuré)!

Le célibat c'est très chouette aussi (et surtout ça permet d'apprécier d'autant plus les jolies rencontres quand elles se présentent car on n'a pas besoin d'être avec l'autre mais envie d'être avec l'autre).
Tu as tout à fait raison, d'ailleurs c'est l'objet de ma thérapie depuis deux ans, ne plus essayer de "survivre" à ma solitude, mais l'apprécier pleinement (deux ans de célibat m'ont fait du bien pour ça !!).

Je ne sais pour toi Endlessly, mais je ne peux pas ne pas m'attacher, j'ai beaucoup trop d'amour pour ça, c'est parfois compliqué à vivre mais je crois que c'est ce qui fait ce que je suis au fond, donc pourquoi le combattre...? (vraie question)

Kakahuet
Messages : 9026
Enregistré le : 07 sept. 2011, 09:11

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Kakahuet » 20 mai 2017, 09:38

Janysse a écrit :
20 mai 2017, 09:05
Tu as tout à fait raison, d'ailleurs c'est l'objet de ma thérapie depuis deux ans, ne plus essayer de "survivre" à ma solitude, mais l'apprécier pleinement (deux ans de célibat m'ont fait du bien pour ça !!).
Je ne sais pour toi Endlessly, mais je ne peux pas ne pas m'attacher, j'ai beaucoup trop d'amour pour ça, c'est parfois compliqué à vivre mais je crois que c'est ce qui fait ce que je suis au fond, donc pourquoi le combattre...? (vraie question)
Bonjour,
De mon point de vue, il n'est pas moins question de combattre ce que l'on est ni quoique ce soit concernant sa propre personnalité (la vie nous fournit suffisamment d'autres obstacles, autant éviter d'en rajouter) que de canaliser ce genre de choses.


J'ai "appris" à vivre seul, à être bien seul et je peux te dire que ce n'était pas gagné au début... 2 ans de thérapie ne sont pas suffisant (mais tout dépend des personnes et du mal profond que l'on a à expulser) de mon point de vue, bien sûr.

Depuis que j'ai repris les rênes de ma vie, que j'ai cherché à savoir, comprendre mon mode de fonctionnement, et bien j'ai (merci mon égo démesuré) une bien autre vision des choses, qui me permet déjà de relativiser tout ce qui m'entoure (même si ça me touche), attention j'ai pas dit que je me foutais de tout, hein, juste que j'ai appris à voir les choses sous un angle différent.

Moi qui, dans ma jeunesse, ne pouvait même pas imaginer vivre sans quelqu'un à mes côtés, et bien maintenant, je suis content de savoir être solitaire et donc de ne pas souffrir de la solitude (je ne m'ennuie jamais, je suis bien entouré, j'ai même pas assez de temps pour faire ce que je voudrais des fois.
A partir de là, on ne "survit" pas, on vit et toute la nuance est là.

On sait très vite si les personnes que l'on rencontre sont compatibles ou toxiques (ou rien du tout), donc l'attachement se fait ou pas (même si l'on est persuadé que l'on est voué à s'attacher à chacune des relations).

Et lorsqu'on a la chance, comme moi (et d'autres) de rencontrer une personne fiable, aimable et de confiance, cela devient une évidence et tu ne te poses même pas la question.

Mais pour en arriver là, il faut se connaitre, connaitre ses limites, s'apprécier et surtout trouver la personne avec qui l'équilibre est parfait (donc attention aux planches pourries). Et crois moi, même si on en doute, ce genre de personnes existe... c'est la cerise sur le gâteau (et je tiens à remercier ma cerise -qui n'est pas de groupama- de tout ce qu'elle m'apporte même sans le savoir).

Voilà, je voulais juste partager mon expérience sur le sujet.

Bonne journée à toi !

Lys35
Messages : 1760
Enregistré le : 22 août 2016, 09:02

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Lys35 » 20 mai 2017, 10:06

+ 10 000 milliards Kakahuet !
Et c'est trop mignon quand tu parles de ta cerise 😊

Endlessly
Messages : 120
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 23 mai 2017, 01:39

Hello les filles,

Merci pour vos avis ! :)

Concernant l'inconnu du bout du monde, on s'est appelé deux fois via Messenger. C'était très chouette, on échange sur plein de choses. C'est quelqu'un de très enjoué, curieux, ultra bavard, drôle... Il me donne de l'énergie. Et sa façon de voir les choses m'aide vraiment à relativiser (enfin !). Ça me fait du bien de lui parler, je vais pas mentir. J'essaie de me protéger au max, je vous promets.

Pourquoi j'aimerais l'avoir comme petit ami ? Hm. Je serai tentée de dire qu'il correspond à mes critères (pas que physiques). Mais comme tu le soulignes, Carrie, pour l'instant je ne le connais pas vraiment. Disons que si c'était un gars du coin, je ferai pas genre "j'ai piscine" s'il me proposait d'aller boire un verre.

Désolée pour les plans... C'est plus fort que moi. Tout comme me poser 150.000 questions tout le temps. Pour l'instant, je le considère comme "ma compagnie virtuelle", mais on partage vraiment beaucoup de choses. J'ai du mal à mettre des mots là-dessus, ça me dépasse un peu, mais je serai tentée de dire qu'il est "présent". A 10.000 kilomètres... Par contre, je ne pense pas que je changerai d'avis quant au voyage... Même dans six mois.

Sinon, y'a juste un p'tit truc qui m'a fait grincer des dents... Le côté "fusion". Avec mon ex, on faisait vraiment nos vies chacun de notre côté et on se voyait une fois par semaine. Quand j'ai crisé, c'est parce qu'on était quasiment passé à une fois tous les 15 jours... Je sais pas trop si c'est ça être fusionnelle. Après, justement, cette dernière relation m'a appris à être indépendante d'un certain côté et jusqu'à un certain point, j'étais très bien. Je vivais bien ma "solitude" parce que je savais être aimée.

Aujourd'hui, on est bien d'accord que c'est plus la même chanson. Et c'est ce qui me "tracasse" avec l'inconnu du bout du monde. Parce que mon bien être dépend de quelqu'un d'autre, je n'arrive pas à être bien toute seule. Je déteste être célibataire. Donc, clairement, j'suis pas guérie et je parle de ça avec ma psy pour essayer d'apprendre ça. Je lui ai d'ailleurs parlé de ce garçon et elle m'a dit un peu comme Janysse, que si ça me faisait du bien de lui parler et que ça me permettait de passer à autre chose, c'est pas négatif. Mais elle m'a bien mis en garde concernant l'attachement (et rappelé les règles de base, genre on donne pas son adresse aux inconnus et on reste sur ses gardes concernant la discussion en ligne).

Oui, Janysse, je pense qu'on est assez similaires... Un peu coeur d'artichaut sur les bords, comme ça, non ? :) Enfin, moi je me vois comme ça.

Par contre, sites ou apps de rencontre, je suis pas prête et pas trop pour non plus... Enfin, je ne te dirai pas de ne pas le faire si tu as envie de tenter l'expérience. Mais personnellement, après mon ex de deux ans, je m'étais inscrite sur "adopteunmec", parce que je trouvais le concept amusant. J'ai rencontré des gars (ça n'a jamais dépassé le stade d'aller boire un verre) et ils étaient tous un peu "bizarres". Fin, je pense qu'ils aimaient trop bien le concept du site que pour réellement envisager une relation... Enfin, c'est par rapport à mon expérience, mon ressenti, je peux pas généraliser.

Allez, je vous laisse pour aujourd'hui, des bises ! 😘

PS : J'ai remarqué en postant que j'étais trois guerres en retard, je n'avais pas vu la dernière page de message. Pardon, les garçons, du coup... Et ce dernier message est en décalage par rapport à ce qui a été écrit, désolée, désolée ! :(

Endlessly
Messages : 120
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 07 juin 2017, 03:59

Bonjour / Bonsoir ici,

Eh bien, je pensais que ça faisait plus longtemps que ça que j'avais écrit ici.
Il s'est passé plein de trucs et rien à la fois. J'ai juste besoin de poser ça là, p'têt pour moi le relire plus tard, peut-être pour échanger.

J'ai envie de commencer en m'excusant auprès de Janysse pour une nouvelle référence au chanteur Vianney : "Je suis une cruche".

J'avais dit quoi la dernière fois ? Ah oui ! Moi, m'attacher à un type que j'ai jamais vu et qui habite dans le trou du c*l du monde ? Pfff, n'importe quoi ! Ahah ! Ahah... Ah... Peu après mon dernier monologue ici, j'avais décidé d'arrêter les frais, de ne plus lui parler. Je ne pouvais pas continuer à faire évoluer un "truc" pas vrai qui me faisait soit-disant sentir mieux. La semaine s'est passée... J'avais des trucs à faire, ça allait. Week-end arrivé, chantiers terminés et pas de sortie au programme. J'avais donc tout le loisir de faire rien que ce que je veux !

C'est-à-dire me retrouver en PLS le soir venu parce que je réalisais à nouveau que j'étais toute seule. Et comme ça faisait un bail, ça y a été fort niveau questions "existentielles"... Qu'est-ce que je vais faire de ma vie ? Est-ce que je vais finir seule ? J'ai bientôt trente ans et je n'ai rien construit. Je suis toujours chez mes parents. Je commence à peine à gagner ma vie, est-ce que j'aurais un jour mon propre foyer ? Je ne serai jamais maman. Je ne sais pas pourquoi j'ai remis cette question sur le tapis, alors que je n'avais jamais voulu d'enfant... Mais plus le temps passe, plus ça devient une certitude et ça me fait mal. Je comprends pas, mais je le ressens.

Bref, j'en reviens à l'Inconnu. En plein dans ces réflexions merdiques, il m'envoie un message : "Tu es toujours vivante ?" Et c'est reparti pour un tour, on a parlé une bonne partie de la nuit et le jour d'après. On a échangé quelques nouvelles la semaine suivante, sans plus, pas évident avec le décalage horaire. Et le samedi il me propose un Skype. Allons bon, pourquoi pas ? On s'est parlé quatre heures... Quatre heures de trucs sérieux, de trucs pas sérieux du tout, de tout, de rien... J'ai coupé à contre-coeur parce que le jour se levait et j'suis allée me coucher dans un état limite second. Et je me suis réveillée en souriant comme une débile... J'ai passé une bonne journée, à faire du rangement, en me repassant le film de la veille, repensant à ses yeux, ses expressions, ses tics de langage...

Elle est là, la cruche ! C'est quoi ce bordel ? J'ai craqué puissance 1 000 ! Et je fais quoi maintenant ? L'euphorie s'est transformée en peur panique et j'en ai pratiquement pas dormi de la nuit. J'ai repensé à mon ex, à la douleur que j'ai ressentie quand il est parti, à cette impression d'avoir tout perdu, jusqu'à une partie de moi, et toutes les conséquences que ça a eu, à ce que ça me fait quand je réalise qu'on n'est même plus amis, à ce que ça me fait d'avoir renoncé à lui... Et qu'est-ce que je suis en train de vivre là ? Je passe au-dessus ? Pour me retaper dans la gueule du loup à la première occasion ? De plus, c'est un "secret" qui devient lourd à porter, je voudrais en parler avec l'une ou l'autre personne proche, mais j'ai comme "honte" et peur qu'ils me disent que ce sont des conneries tout ça, que je suis stupide et crédule...

Bref, le lendemain, autrement dit, lundi, j'suis redescendue d'un étage et ai été un peu froide. Il l'a senti et m'a demandé ce que j'avais. Je lui ai dit que je ne comprenais pas ce qui se passait "entre nous" et ai fini par lui demander pourquoi il me donnait autant de son temps. J'ai failli crever quand j'ai lu sa réponse. Il a dit, en gros, qu'il m'aimait bien parce qu'il me trouvait différente de la plupart des filles qu'il avait pu rencontrer. Quand il m'a abordé, il s'est rendu compte que j'étais dans une passe difficile et que ça l'avait touché, qu'il avait envie de faire quelque chose pour moi, de me montrer une autre façon de voir les choses pour que j'aie à nouveau envie de vivre et que je reprenne confiance en moi. Il admire ma passion pour la musique et toutes les activités qui entourent ça : les photos, les interviews,... Il me trouve jolie avec mon air "badass" que je montre le plus souvent sur les photos, mais trouve que je suis magnifique quand je souris. Que ça lui donne envie de me prendre dans ses bras. Et il aime passer des heures à me parler parce que ça passe comme des minutes et qu'il a l'impression qu'on peut parler de tout librement avec moi.

J'ai dit merci et que je ne savais pas quoi dire ni penser, mais que ça me touchait énormément. J'ai dit bêtement que j'étais contente de lui parler et lui ai avoué que je me sentais mieux depuis qu'on échangeait. Et qu'effectivement, j'apprenais à relativiser grâce à lui...

Mais tout en moi crie au secours maintenant. Qu'est-ce que ça veut dire ? Il me sort du tralala en pensant me faire plaisir ou peut-il être vraiment sincère ? Qu'est-ce que je fais ? Je pars en courant, je le vire, le bloque et je reviens à mon train-train ou je continue à vivre cette expérience par écrans interposés en supposant qu'à un moment j'vais manger le mur ? J'suis perdue...

(Bonus : Et, oh ironie, pour celles qui avaient suivi l'épisode du "beau gosse" de février. Oui, oui, celui qui m'a fait un câlin. Il a refait surface (et il est toujours beau gosse) ! Je sais pas pourquoi, il a décidé du jour au lendemain de me stalker sur mes réseaux sociaux (oui encore eux), mais ça fait bien une semaine qu'il me like au moins une publication par jour... Ca non plus, je comprends foutrement pas, ça veut p'têt rien dire, mais ça m'fait sourire)

Enfin, j'arrive au bout de cet énième épisode de remise en question depuis le pire jour de ma vie.
J'espère que tout va bien pour vous qui me lisez depuis que je suis arrivée.
Des biiises !

Prenez soin de vous.
Messages : 8725
Enregistré le : 22 juin 2014, 22:07
Localisation : Argentine

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Prenez soin de vous. » 07 juin 2017, 06:58

Bonjour Endlessly,



J’ai suivi ton histoire (de loin). Aujourd’hui, j’interviens.

Il a dit, en gros, qu'il m'aimait bien parce qu'il me trouvait différente de la plupart des filles qu'il avait pu rencontrer. Quand il m'a abordé, il s'est rendu compte que j'étais dans une passe difficile et que ça l'avait touché, qu'il avait envie de faire quelque chose pour moi, de me montrer une autre façon de voir les choses pour que j'aie à nouveau envie de vivre et que je reprenne confiance en moi. Il admire ma passion pour la musique et toutes les activités qui entourent ça : les photos, les interviews,... Il me trouve jolie avec mon air "badass" que je montre le plus souvent sur les photos, mais trouve que je suis magnifique quand je souris. Que ça lui donne envie de me prendre dans ses bras. Et il aime passer des heures à me parler parce que ça passe comme des minutes et qu'il a l'impression qu'on peut parler de tout librement avec moi.
Qu'est-ce que ça veut dire ?

Tu sembles lui plaire… Bon, il n’y a rien de grandiose, hein. Mais il semble t’apprécier.

Par contre (tu sens le « hic » …), je dois t’avouer qu’une partie de son discours me fait un peu penser à la chose suivante : « J’ai envie de te prendre sous mon aile, etc. » … D’ailleurs, tu lui as répondu : « Grâce à toi, j’apprends à relativiser… ». Selon moi, ce n’est pas le rôle d’un éventuel partenaire. Je ne sais pas si je suis très claire… Notre compagnon n’est pas là pour nous faire grandir, ni pour nous « guérir » … Vois-tu où je veux en venir ? Dans les faits, on apprend un certain nombre de choses aux côtés des personnes que l’on côtoie, il est vrai. Mais si un homme me disait « Tu m’as touché, j’ai envie de faire quelque chose pour toi, j’ai envie de te prendre sous mon aile, de te montrer une autre façon de voir les choses, de te redonner l’envie de vivre et confiance en toi, etc. », je n’apprécierais pas forcément. On dirait un adulte qui parle à un enfant, ou un professeur qui parle à un élève. Cela te place directement en position de « faiblesse ». C’est à toi que revient la charge de te sauver, le cas échéant ; pas à lui. Alors, soit il aime jouer au « sauveur », soit il a été maladroit. Maintenant, cela n’interpelle peut-être que moi…

Il me sort du tralala en pensant me faire plaisir ou peut-il être vraiment sincère ?
Il est peut-être sincère, ou pas… On ne peut pas te le dire.

Qu'est-ce que je fais ? Je pars en courant, je le vire, le bloque et je reviens à mon train-train ou je continue à vivre cette expérience par écrans interposés en supposant qu'à un moment j'vais manger le mur ? J'suis perdue...
Je te dirais bien la chose suivante : « Si ces échanges te font du bien, profite ; tu verras bien où ils vous mèneront. ».

Néanmoins, j’ai peur que cela te fasse du mal… Tu t’attaches, fatalement… Tu te poses déjà mille et une questions, tu paniques, tu doutes… Et ce n’est que le début… Du coup, je ne crois pas que ce genre de relation soit fait pour toi… Certains parviennent à ne pas trop s’attacher/à ne pas trop s’impliquer ; d’autres pas. Si tout te tient vraiment à cœur, cela risque d’être compliqué à gérer, sincèrement.

Fais donc comme tu le sens, End’. Dans tous les cas, ce sera une expérience (je dis ça pour relativiser) … Fais juste gaffe à toi. Pense à t'écouter (désirs/limites).
Modifié en dernier par Prenez soin de vous. le 31 oct. 2017, 05:27, modifié 1 fois.

Endlessly
Messages : 120
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 08 juin 2017, 01:30

Bonjour Kalinka,

Merci beaucoup pour ton retour.

Alala, on m'a jamais dit des jolies choses comme ça... Forcément, ça m'emballe !
D'où mon gros doute sur sa sincérité. Si je m'étais dévoilée au point qu'il me sorte tout ce que j'ai envie d'entendre ? Dans quel but, ça, je ne sais pas...

Mais tu as raison sur ce côté "sauveur". Ça me fait un peu rêver, mais il est là le noeud du problème qui était déjà là avec mon ex, d'ailleurs, qui est toujours là et que je ne sais pas comment démêler. C'est comme si j'étais incapable de me "sauver" toute seule. Comme si j'avais besoin de quelqu'un. Quelqu'un qui me rassure, qui m'écoute, qui m'encourage, qui me protège. Qui me dit "vas-y" quand j'ai peur de prendre une décision. Ce qu'il a l'air de me "promettre" depuis ces 10 000 kilomètres...

Mais voilà, je sais que je dois guérir par moi-même et apprendre à me supporter seule. J'essaye, mais il me manque un "truc". Dès que je suis complètement seule, que je n'ai pas d'activités au programme, que je n'ai pas d'interactions sociales, je panique.

J'ai parlé de "cette histoire" avec ma psy et elle a dit comme toi et comme d'autres personnes ici : si ça me fait du bien, il n'y a pas de mal à continuer. Mais comme tu le dis aussi, je le sens mal... Y'a trois semaines, j'étais en mode "même pas peur de m'attacher" et aujourd'hui je sens que ça se passe et je délire complètement.

En fait, c'est ma première "expérience virtuelle". Fin, je parle à des gens sur internet depuis des années et des années, mais jamais en mode "flirt"... J'suis allée sur un site de rencontres à un moment donné, mais j'ai toujours ciblé sur ma région et ai rapidement rencontré les gars avec qui je discutais (et ça n'a jamais rien donné). J'ai eu des histoires d'amitiés très fortes sur internet, ça oui, principalement deux filles du Sud de la France qui sont toujours mes amies aujourd'hui. Mais cette expérience-là, c'est complètement nouveau... Et d'un point de vue extérieur, je ne comprends pas comment ce genre de relation est possible, je n'ai comme jamais cru à ce genre de trucs. Et si une de mes copines m'avait dit un jour qu'un type de dieu sait où lui compte fleurette sur internet et que ça la rend toute chose, je flipperais pour elle en me disant qu'elle devrait pas y croire.

Enfin voilà, en 24 heures, c'est pas beaucoup plus clair pour moi. J'espère faire assez attention et réussir à m'épargner d'autres blessures inutiles.

Prenez soin de vous.
Messages : 8725
Enregistré le : 22 juin 2014, 22:07
Localisation : Argentine

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Prenez soin de vous. » 08 juin 2017, 06:03

Bonsoir Endlessly,


Si je m'étais dévoilée au point qu'il me sorte tout ce que j'ai envie d'entendre ?
Je ne sais pas ; je ne suis pas dans sa tête… :/

À la limite, seul le temps te le dira…

Fie-toi à son comportement, pas à ses belles paroles (si les actes ne suivent pas, ses paroles ne valent rien). Ainsi, cela pourrait t’éviter quelques déconvenues.

Mais tu as raison sur ce côté "sauveur". Ça me fait un peu rêver, mais il est là le noeud du problème qui était déjà là avec mon ex, d'ailleurs, qui est toujours là et que je ne sais pas comment démêler. C'est comme si j'étais incapable de me "sauver" toute seule. Comme si j'avais besoin de quelqu'un. Quelqu'un qui me rassure, qui m'écoute, qui m'encourage, qui me protège. Qui me dit "vas-y" quand j'ai peur de prendre une décision. Ce qu'il a l'air de me "promettre" depuis ces 10 000 kilomètres...
Tout un chacun a « besoin » d’une certaine dose d’interactions sociales, d’amour, d’attention, d’écoute, de compréhension, d’encouragements, etc. ; c’est normal. Quelqu’un qui t’aime t’encourage, etc. ; c’est logique.

Le hic, c’est lorsque "tu" (générique) es vraiment dans la dépendance affective. Le hic, c’est lorsque tu penses être incapable de te « sauver » toute seule. Le hic, c’est lorsque tu estimes avoir besoin d’un « sauveur » (autre que toi-même).

Les nuances sont bien souvent importantes, en fait…

Dès que je suis complètement seule, que je n'ai pas d'activités au programme, que je n'ai pas d'interactions sociales, je panique.
Pourquoi la solitude, même occasionnelle, te panique-t-elle ?

En fait, le hic, ici, c’est lorsque tu paniques à l’idée de te retrouver seule avec toi-même… Alors que cela pourrait être une bonne occasion de te ressourcer, et de te sentir pleine de toi… L’inactivité a du bon, parfois.

je le sens mal...
Oui, voilà ; et ce n’est pas très bon signe…

En fait, c'est ma première "expérience virtuelle". Fin, je parle à des gens sur internet depuis des années et des années, mais jamais en mode "flirt"... J'suis allée sur un site de rencontres à un moment donné, mais j'ai toujours ciblé sur ma région et ai rapidement rencontré les gars avec qui je discutais (et ça n'a jamais rien donné). J'ai eu des histoires d'amitiés très fortes sur internet, ça oui, principalement deux filles du Sud de la France qui sont toujours mes amies aujourd'hui. Mais cette expérience-là, c'est complètement nouveau... Et d'un point de vue extérieur, je ne comprends pas comment ce genre de relation est possible, je n'ai comme jamais cru à ce genre de trucs. Et si une de mes copines m'avait dit un jour qu'un type de dieu sait où lui compte fleurette sur internet et que ça la rend toute chose, je flipperais pour elle en me disant qu'elle devrait pas y croire.

Tu as écrit : « Et si une de mes copines m'avait dit un jour qu'un type de dieu sait où lui compte fleurette sur internet et que ça la rend toute chose, je flipperais pour elle en me disant qu'elle devrait pas y croire. » :

Je te comprends… Et de l’extérieur, j’aurais peut-être dit la même chose à une amie…

Reste que tu es en train de vivre cette expérience, en l’espèce. Et tu peines à ne pas trop t’attacher, à ne pas trop t’impliquer, à ne pas trop t’emballer… C’est une expérience « virtuelle », mais bien réelle (pour toi). Tes ressentis, etc., sont bien réels.

Il va donc falloir que tu veilles à ne pas perdre de vue le côté « virtuel » de la chose ; ce que tu as un peu de mal à faire, en l’espèce… Autrement dit, il est de bon ton que tu restes prudente. Le recul est nécessaire.

Si tu souhaites vraiment poursuivre cette expérience, essaye de ne pas boire ses mots, canalise-toi, et vois comment les choses évoluent. Là encore, il s’agit de parvenir (autant que faire se peut) à relativiser l’expérience. Évite de trop te projeter, pour le moment.

Penses-tu être capable de ne pas prendre les choses trop à cœur ? Si tu n’y parviens pas, et que l’expérience tourne en eau de boudin, mets un terme à tout cela. Si tu souffres trop, arrête tout.

Tu sais, c’est une question de personnalité, aussi… Peut-être que le virtuel et la distance ne te conviennent pas. Tu as peut-être besoin d’un homme présent et disponible.

D’ailleurs, tu as souligné le fait que tu avais besoin d’un homme qui te « rassure » (entre autres) … Or, à distance, c’est encore plus compliqué que dans la « vraie vie » (guillemets, parce que pour moi, « le virtuel se mêle au réel », en l’espèce : sur ta chaise, tu es dans le monde « réel » ; et en te connectant – en deux temps, trois mouvements, tu plonges dans le monde « virtuel ». Ce faisant, le virtuel - la personne n’est pas à tes côtés, physiquement parlant - entre en interaction avec le réel – ressentis, émotions, expérience vécue, etc. Il est intéressant de noter que des applications - comme Skype - brouillent encore plus les frontières réel/virtuel ; c’est le but, en même temps : rapprocher les gens/donner l’illusion du réel – tu vois la personne, vous pouvez communiquer en direct, tu peux presque tout faire ; sauf la toucher. Bon, je ne vais pas me lancer dans une dissertation ; mais tout cela nous incite à être plus vigilants, pour éviter de s’emmêler les pinceaux et… souffrir.) …

je ne comprends pas comment ce genre de relation est possible
« Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse » ?

Non, je ne sais pas trop ('fin si, j'ai bien une petite idée, même plusieurs ; mais cela dépend des gens) ... En tout cas, une chose est sûre : tu y es… Même si tu ne comprends pas forcément mieux le pourquoi du comment…

À toi de voir si tu souhaites pousser l’expérience plus loin… Telle est la question... Telle sera toujours la question (à chaque nouvelle étape, à chaque nouvel obstacle, à chaque nouvelle déception, etc.) ...
Tu peux décider de poursuivre ou non une relation (versant rationnel), et ce, en dépit de tes sentiments...

J'espère faire assez attention et réussir à m'épargner d'autres blessures inutiles.
Je l’espère aussi, pour toi…
Modifié en dernier par Prenez soin de vous. le 31 oct. 2017, 05:28, modifié 1 fois.

Janysse
Messages : 1313
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 08 juin 2017, 08:15

Bonjour Endlessly !

Je n'ai pas eu le temps de répondre à ton post précédent, et puis je trouvais que Kalinka l'avait très bien fait !
Comme son dernier message est également très sensé, je ne m'attarderai que sur ça :
Endlessly a écrit :
08 juin 2017, 01:30
Alala, on m'a jamais dit des jolies choses comme ça... Forcément, ça m'emballe !
D'où mon gros doute sur sa sincérité. Si je m'étais dévoilée au point qu'il me sorte tout ce que j'ai envie d'entendre ? Dans quel but, ça, je ne sais pas...
A mon avis la question n'est pas là. Pour avoir activement entretenu des amitiés nées du virtuel pendant des années - c'est ce qui a nourri le gros de mes années collège en fait -, je peux vous affirmer que la sincérité n'est pas en jeu. Je pense qu'il est sincère, il ne s'emmerderait pas à passer du temps sur Skype ou à t'écrire autrement (c'est fou comme on peut être lucide sur le cas des autres et bouché quand il s'agit de soi-même !! bref).

Ce qui rend cette sincérité possible et plus facile à dire, c'est précisément cette distance géographique immense entre vous. A quel moment pourrais-tu le revoir en vrai ? Est-ce qu'il est prévu pour bientôt qu'il repasse près de chez toi et que vous puissiez vous revoir ? (doute sur la grammaire de cette phrase mais tant pis) Si la réponse est "oui peut-être d'ici 3-4 mois" ou "éventuellement dans l'année" autant dire que non. C'est cette distance protectrice, qui de fait limite l'engagement physique, qui permet de s'impliquer d'autant plus. Il y a moins de risque.

Cela ne procède très certainement pas d'un calcul quelconque de sa part, ce serait plus un mouvement mécanique. Et de ta part pareil, moins de risque d'être impliquée physiquement, de gérer les trucs pas cool, alors tu plonges la tête la première. De plus, on cherche tous quelque chose dans une relation quelle qu'elle soit. Toi, tu as ce besoin viscéral d'avoir quelqu'un à tes côtés, peut-être que lui a ce besoin de "sauver" les gens, de les protéger, d'être "là pour eux" (ce qui n'est pas plus sain).

Tout ça pour dire, je suis d'accord avec Kalinka, ce qu'il t'a dit "être là pour toi" blabla etc, moi ça me fait tiquer. C'est ce qui te fait vibrer, te réfugier auprès de lui aujourd'hui, mais quand tu auras travaillé sur ta dépendance affective et que tu auras passé du temps seule (absolument nécessaire je pense dans nos situations), tu auras peut-être envie d'autre chose que d'un mec qui te prenne sous sa protection.

Pour revenir sur ton histoire avec monsieur 10 000km, ça me revient tout juste. Peu après mon ex (au même moment que toi en fait, environ 6 mois), j'ai rencontré un type en vacances. En 2 jours, il m'a fait vivre plus de trucs excitants qu'en 1 an de relation avec mon ex (je crois que j'en parle vite fait sur mon fil). Et bon, comme j'arrivais pour lui à peu près aussi au même moment (rupture avec son grand amour d'ado), on s'est carrément emballé, on s'est écrit tous les jours pendant des semaines, en faisant des plans sur la comète pour se revoir, pour se rendre visite l'un l'autre etc (jamais marché alors que c'était le pays d'à côté hein), en se disant qu'on se manquait, j'en pleurais des fois, j'y pensais tout le temps, ses messages faisaient ma journée, la totale. Et puis un jour plus rien. On n'avait tout simplement plus rien à se dire (bon ok au-delà du physique incroyable de ce type, on n'avait juste RIEN en commun, certes), et moi j'allais mieux, j'avais ma vie, des trucs à moi. Et puis le feu s'est éteint, on se revoit parfois en vacances, c'est chouette, mais c'est tout.

Tout ça pour dire que ce genre de relation ne dure pas si elle n'est pas concrétisée par des rencontres physiques. C'est un parti pris, c'est mon opinion et je suis persuadée que plein d'autres gens auront plein d'autres points de vue. Mais ce que moi je pense, de ma fenêtre, et je me permets de te le dire cash parce que je comprends viscéralement ce que tu vis, c'est qu'on ne construit pas une relation comme ça seulement sur du virtuel. Que cette relation n'ira nulle part, qu'il s'agit pour toi d'une relation pour apaiser momentanément tes peurs. Ce qui importe c'est ce que tu fais toi dans ta vie non virtuelle. Regarde toi un peu plus positivement : 7 mois après ton ex, tu es toujours vivante, et tu as même rebondi. Tu as un nouveau travail et tu t'occupes de tes trucs à toi. C'est hyper positif ! Toutes tes activités, ton implication dans la musique, le journalisme, c'est génial, et tu n'as pas besoin qu'un type à 10 000km te le dise pour t'en rendre compte toi-même.

Je vais m'arrêter là car ce post est déjà beaucoup trop long et je suis en retard à l'école !

Courage Endlessly, tu ne le vois pas encore mais tu avances !

Lys35
Messages : 1760
Enregistré le : 22 août 2016, 09:02

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Lys35 » 08 juin 2017, 08:26

Comment ça le "revoir" ? Ils ne se sont jamais vus, non ?

Je rejoins les filles.
Attention, le passage virtuel-réel est toujours fantasmé, et souvent décevant. Pas nécessairement, mais y a les 10 000 km... Tu ne peux, à mon avis, pas te permettre de passer des mois à dialoguer sur le net avec ce mec, sans prendre un risque de passer à côté de pleins d'autres choses en même temps (la vie n'est pas derrière écran) et sans risquer non plus d'en souffrir (ce serait tellement dommage). Alors que, tu n'as pas vraiment besoin de lui. Le négatif potentiel est plus important que les bénéfices improbables. Donc... Et puis, les compliments, le soutien d'une personne, ça doit être un plus, et non ce qui te permet de te sentir bien (ça, ça doit dépendre de toi).

Depuis que j'apprends à faire, non pas les bons choix (difficile à voir parfois), mais les moins mauvais, et à mettre un terme à des situations qui me font souffrir ou pourraient me faire souffrir sans garantie d'apports positifs, ben j'avance vraiment mieux...

Janysse
Messages : 1313
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 08 juin 2017, 08:46

Si si ! Ils se sont rencontrés en vrai de vrai, mais ce fut bref car il devait repartir. Ou alors j'ai rien suivi mais dans ma tête c'était bien ça...

Lys35
Messages : 1760
Enregistré le : 22 août 2016, 09:02

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Lys35 » 08 juin 2017, 08:53

Non. Je viens de relire. Mais, même si c'était le cas, nos messages et conseils n'en seraient pas moins valables ;)

Janysse
Messages : 1313
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 08 juin 2017, 09:23

Ah eh bien au temps pour moi ! :)
Mais oui, ça ne change absolument rien !

Kakahuet
Messages : 9026
Enregistré le : 07 sept. 2011, 09:11

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Kakahuet » 08 juin 2017, 09:46

Lys35 a écrit :
08 juin 2017, 08:26
Attention, le passage virtuel-réel est toujours fantasmé, et souvent décevant. Pas nécessairement, mais y a les 10 000 km... Tu ne peux, à mon avis, pas te permettre de passer des mois à dialoguer sur le net avec ce mec, sans prendre un risque de passer à côté de pleins d'autres choses en même temps (la vie n'est pas derrière écran) et sans risquer non plus d'en souffrir (ce serait tellement dommage). Alors que, tu n'as pas vraiment besoin de lui. Le négatif potentiel est plus important que les bénéfices improbables. Donc... Et puis, les compliments, le soutien d'une personne, ça doit être un plus, et non ce qui te permet de te sentir bien (ça, ça doit dépendre de toi).
+1000
Une relation de 10,000 bornes est inenvisageable sauf si des choses sont posées concrètement.
Déjà qu'une relation dans la même ville peut être compliquée ...
Là , ce n'est qu'une amitié ++ qui se développe ... et qui risque te faire tomber de haut.

Je m'arrête là, je m'en voudrai de développer certains points qui risquent piquer un petit peu.

Endlessly
Messages : 120
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 09 juin 2017, 02:59

Bonsoir à tous,

Je vous remercie vraiment beaucoup de vous être penchés sur mon cas de façon aussi détaillée.
Vous m'avez vraiment donné matière à réfléchir. Enfin, ça a toujours été le cas dans mes péripéties et ça a toujours été d'une grande aide. J'ai compris plein de choses depuis le début ici (+ la thérapie). Mais entre prendre conscience des choses et faire en sorte de les appliquer, j'ai encore beaucoup de chemin à faire. J'ai l'impression d'être devant un puzzle de un million de pièces.

Enfin, merci beaucoup Kalinka de m'avoir donné plus de "clés" quant aux relations virtuelles. J'ai lu quelques articles entre hier et aujourd'hui aussi. Et ce que j'en ressors, pas très fièrement, c'est que je suis en pleine idéalisation. Et je me cache derrière ses jolis mots et le temps qu'il me donne pour me sentir mieux. Je me sentais vraiment mieux, jusqu'à ce que je flippe de me voir réagir comme une gamine.

Je ne suis pas assez forte pour prendre ça à la légère avec le recul que tu me conseilles d'avoir.
Et là, bah, je fais la morte depuis mardi et, bardaf, je me sens triste. Donc, clairement, ce n'est pas sain. J'ai remplacé un problème par un autre...

Et je suis toujours persuadée que je n'irai pas au bout du monde. Lui, il parle de voyager avant la fin de 2017 et de m'embarquer sur la route pour visiter la Scandinavie. Je l'ai toujours un peu laissé dans le vent par rapport à ça... Dans la théorie, ça me plairait. Ça ne me ferait peut-être pas de tort de voir autre chose que des salles de concerts et des écrans... Mais dans la pratique, je ne sais jamais prévoir quelque chose des mois à l'avance (hormis des concerts, ahah). Puis, la Scandinavie en hiver, hm...

Pourquoi je panique quand je suis seule ? C'est une très bonne question ! Mais à chaque fois que ça se passe, tout me revient en pleine face. Pour faire court : je vieillis et j'suis toute seule. Je suis mortifiée à l'idée de finir seule.

Oh Janysse, je m'excuse, j'ai parlé de deux trucs à la fois la dernière fois. Du coup, Mr. 10 000, je ne l'ai effectivement jamais vu. Il a juste débarqué un soir sur Messenger en mode "Salut, tu peux regarder la vidéo de mon groupe s'il te plaît ?" Puis, j'ai reparlé du Beau Gosse du mois de février qui s'est rappelé que j'existais... Qui lui, habite aussi dans un autre pays, mais à deux heures de train de chez moi. Du coup, envisager un truc avec lui serait beaucoup plus réaliste pour le coup... Mais son groupe joue dans une autre cour, il est un peu "out of my league". Hm, c'était donc ma minute nymphomane... Tout va bien -_-

Sinon, je te rejoins sur les relations à distance / virtuelles... Je dois juste me l'admettre et revenir sur terre (je crois, j'espère, que c'est ce que je suis en train de faire). Je sais aussi que je devrais être contente de moi. J'ai encore du mal avec l'auto-satisfaction du fait que j'me sens toujours un peu coincée dans la vie. Mais j'ai parfois des moments de lucidité et de "fierté" quand je repense à certaines choses vécues ou réalisées. C'est toujours aléatoire.

Lys, je n'ai pas l'impression de passer à côté d'autres choses, malheureusement... Ou d'autres personnes si c'est ce que tu veux dire. J'en ai pas fait état ici, parce que j'en suis pas très fière non plus... Mais depuis quelques temps, (semaines ? un mois ou deux ?) j'ouvre un peu plus les yeux sur les gens qui m'entourent (en vrai, j'entends), je discute avec des gars que je ne connais pas, je les observe,... Mais je ne ressens pas grand-chose. Ce que j'ai remarqué, par contre, c'est que je me fais surtout "draguer" par des hommes aux alentours de la quarantaine et ça me fait un peu déprimer aussi. Puis, niveau vie hors écran, je fais au max (écriture papier, dans le jardin quand il fait beau, aller faire des tours, marcher au lieu de prendre le bus, faire plus de tâches ménagères, des choses comme ça...), mais y'a encore et toujours du boulot là-dessus.

M'oui, Kakahuet, merci de me préserver... J'aime pas trop mangé épicé :(

Enfin, je ne peux que clôturer en vous remerciant encore une fois très fort de m'aider à avancer !

Endlessly
Messages : 120
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 24 juil. 2017, 04:56

Bonjour ici,

Je me dis qu’il est peut-être temps de vous donner quelques nouvelles, ou au moins de faire mon bilan personnel. Depuis mes derniers posts, il s’est quand même passé pas mal de trucs.

Une fois n’est pas coutume, commençons par le mieux ! Ces dernières semaines, je profite pleinement de ma vie de « journaliste ». J’ai vécu des trucs géniaux : enchaînements de festivals, de photos, d’interviews, de rencontres,… C’est ce qui m’apporte le plus d’énergie positive, qui me donne envie d’avancer toujours plus. Alors qu’en arrivant ici, j’avais l’impression d’avoir perdu la foi.

Dans le positif aussi, mon contrat sera renouvelé en septembre et pour l’heure je suis en vacances. Je profite donc de mon temps libre pour essayer d’écrire le roman qui me faisait envie depuis quelques mois. Pour l’instant, c’est complètement décousu, j’écris les parties qui m’inspirent. Mais je m’évade complètement quand j’écris et ça me fait du bien.

Ensuite, mon ex. Cela fait donc huit mois que c’est fini et le SR est installé depuis trois mois. SR complet : même plus de « likes » sur les réseaux etc. Il y a quelques semaines, j’ai respiré un grand coup et j’ai supprimé toutes les photos de FB. Comme je rencontre parfois des gens indélicats, je sais maintenant qu’il est avec quelqu’un d'autre. Evidemment, j’ai fait la grimace, mais ça aurait pu être pire. J’ai encore quelques moments de tristesse, de nostalgie, mais je pense que le plus dur est derrière moi maintenant.

J’attaque ici le point sur ma relation virtuelle. Ça a continué : toujours plus d’appels, de Skype, de conversations à longueur de journée, de mots doux et plus encore. Il m’a annoncé vouloir venir me voir l’été prochain, le temps d’économiser assez pour m’accompagner en festivals. J’ai trouvé l’idée géniale… Mais voilà que du jour au lendemain il a complètement changé de comportement. Il est devenu méchant : une crise jalousie par ici, des remarques déplacées sur un choix personnel par-là, une critique sortie de nulle part sur mes goûts musicaux pour finir par être agréable comme une porte de prison lors de nos dernières discussions. J’ai fini par demander quel était le problème, il m’a dit que je me faisais des idées, pour finalement me reprocher d’être moi-même trop distante avec lui, de ne jamais flirter avec lui, de lui donner l’impression de ne plus être intéressée par lui… Je n’ai rien compris, mais il m’a saoulée, donc j’ai fini la conversation en lui disant que j’avais besoin de tout sauf de me prendre la tête et en lui souhaitant une bonne nuit. Depuis, plus RIEN. Ça m’a un peu attristée, j’ai dû me refaire au silence et à la solitude la nuit. Mais il m’a montré une face détestable et je n’ai pas besoin de ça. Je crains donc que cet épisode étrange de ma vie soit terminé.

Et maintenant, j’ouvre un nouveau chapitre. Un événement inattendu… Peut-être bien trop récent pour en parler et qui ne se serait sans doute pas produit, si je n’avais pas eu ces discussions désagréables avec le « copain virtuel ». Mais j’ai eu un bon feeling avec un gars lors d’un concert (quelle surprise). Je le connaissais de loin, mais on n’avait jamais vraiment discuté. Je ne sais pas pourquoi ce soir-là oui. Il m’a recontactée le lendemain soir pour aller boire un verre. J’ai pas réfléchi, j’ai accepté, sachant qu’avec l’heure tardive et la distance, j’allais forcément passer la nuit chez lui. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais au final c’était vraiment une chouette soirée. Après quoi, il m’a demandé si j’avais envie de le revoir prochainement, j’ai dit oui. J’ai réellement envie de le revoir, parce que c’est quelqu’un de compagnie agréable, qui n’a pas l’air de se prendre la tête. Je me sens à l’aise avec lui et on peut parler de musique pendant des heures. Puis bon, même si c’est pas le cliché de mon genre de mecs (y’a même plein de critères qui fittent pas, ahah), il me plaît beaucoup. Y’a juste un truc : on a plus de dix ans d’écart. Pour l’heure, ça me gêne pas tant que ça, parce que je ne pense pas que cette rencontre donnera lieu à une histoire sérieuse, mais je suis curieuse. Mais vous me connaissez un peu maintenant, là j’suis cool et détendue, puis je reviens dans deux semaines en mode panique. Donc dans l’immédiat, ce qui me fait peur, c’est moi-même.

Enfin, j’arrive au bout de ce nouveau fragment de vie, sans doute le plus positif jusqu’à présent. Encore une fois, merci d’avoir été là pendant cette période noire dont je ne pensais jamais voir la fin.

J’espère que vous allez bien, vous qui me lisez.
Des bises.

Lys35
Messages : 1760
Enregistré le : 22 août 2016, 09:02

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Lys35 » 24 juil. 2017, 09:18

Salut Endlessly,

Merci pour les nouvelles !

Concernant ton ex, bravo pour ton cheminement !

Concernant le mec virtuel, inutile de craindre que ce soit terminé, c'est au contraire une bonne chose. Franchement, on ne connaît pas les gens tant qu'on ne vit pas des moments de réalité avec eux (et encore, beaucoup de moments avant de bien connaître quelqu'un). Là, tu faisais des plans sur la comète pour dans 1 an, autant t'apercevoir maintenant de ce qu'il peut être, que dans 1 an une fois avec toi... Puis, c'est pas viable franchement comme relation, ça t'empêcherait de vivre le reste.

L'autre histoire ressemble déjà beaucoup plus à quelque chose qui peut exister. Continue à prendre le positif au jour le jour, tu verras ce que ça donne. Commence pas à te poser déjà 1000 questions sur la possibilité que ce soit sérieux dans le temps ou non. Personne ne peut savoir ça avant qu'une relation ait commencé, ni même pendant les premiers mois. Oublie les clichés, oublie les critères ! Vis le truc, simplement. Que ça soit furtif ou long, ça aura été positif.

🙂

Paige
Messages : 8526
Enregistré le : 29 juil. 2014, 15:56

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Paige » 24 juil. 2017, 10:40

Bonjour End

Ce que tu dis sur ta relation virtuelle ne m'étonne malheureusement PAS du tout :/ c'est assez "classique" malheureusement. Voilà pourquoi, de mon point de vue, moins on s'éternise dans le virtuel et mieux on se porte, de mon point de vue, il faut le plus vite possible proposer un passage au "réel", au moins par téléphone (parfois les gens sont loin...) qui quand même dévoile assez vite la véritable personnalité des gens :/

Courage à toi !

Répondre