Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
Répondre
Lyam92
Messages : 96
Enregistré le : 24 janv. 2017, 08:47

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Lyam92 » 27 janv. 2017, 11:45

Ahhh les montagnes russes... Et tous ces objets qui peuvent nous faire repenser à nos ex.
A une époque moi c'était plutôt les lieux où on avait passé de bons moments !
Finalement avec le temps je repensemble à tout ça avec plaisir.
Tu fais bien de déverser ta tristesse quand tu en as besoin ça soulage pas mal. Plus le temps s'écoulera et plus ta peine diminuera.
Sors, amuse toi. Vis ta vie et sois heureuse. La vie te sourira également !

Courage!!


Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 28 janv. 2017, 15:03

Hello ici,

Merci Paige d'avoir partagé ton expérience. C'est exactement ça, je ne sais pas "pour quoi" je vis. Je cherche et je cherche toujours une "utilité" à ce qui m'arrive plutôt que d'en profiter. Et je pense souvent à la mort également. Pas dans le sens "j'ai envie de mourir", mais "quand je vais mourir", "comment". J'avais eu l'occasion d'en parler avec ma psy qui m'a posé la question suite au test de Rorschach qu'elle m'a fait passer. Enfin, grâce à toi, je suis un peu rassurée :)

Ce qui me permet d'embrayer sur les encouragements de Lyam, merci pour ça. Visiblement, c'est toujours une question de temps, pour tout. Je le comprends, mais ça me semble terriblement long. Des objets qui me font penser à lui, j'en ai des tas. Et ça me semble impossible de m'en séparer. Tout comme je suis incapable d'encore écouter sa musique. Pour l'heure, j'ai juste enlevé les photos. J'espère qu'un jour je serai capable comme toi d'y repenser avec plaisir, sans souffrance.

Pour ce qui est de sortir et s'amuser... Hmhm. Je vous écris aujourd'hui avec une gueule de bois carabinée. Petite soirée improvisée hier soir avec quelques potes, ça m'a fait du bien, j'ai rigolé. Mais j'ai abusé du houblon... Enfin, même si j'suis rentrée complètement déphasée, j'ai une fois de plus résisté d'envoyer un message désespéré à mon ex.

Autrement, pour en revenir au psy, la séance d'hier a été très intéressante, j'ai pu parler de ce que j'ai évoqué dans mon dernier post. Pour l'instant, elle analyse ma personnalité, suite au Rorschach que j'ai passé y'a quelques semaines. Ca m'aide beaucoup à me comprendre.

Mais en début de séance, j'ai parlé de ma tristesse et de ma colère et elle m'a fait part d'une constatation qu'elle a depuis le début que je la vois. C'est qu'en apparence (hormis la première fois où j'ai passé la séance à pleurer), je n'ai pas l'air d'être mal et quand je m'exprime, il n'y a aucune émotion dans ma voix, je n'hausse jamais le ton, j'explique toujours les choses de façon détachée, neutre. Elle en conclut que je contiens tout mon malaise. Tout se passe à l'intérieur et ce n'est apparemment pas bon. J'extériorise par l'écrit, mais jamais par la voix ou les actes. Elle me dit que je devrais de temps en temps claquer un truc par terre ou déchirer des papiers et surtout parler.

Sinon, niveau personnalité, je fais partie des gens qui n'ont aucune confiance en soi et qui ont besoin d'un pilier pour se rassurer. Je vous laisse deviner qui était ce pilier et qui explique pourquoi je suis dans un état pareil aujourd'hui. Cela va un peu mieux aujourd'hui, parce que je ne passe plus par lui (ni personne d'autre) pour avoir un avis extérieur. Et au niveau relationnel/sentimental, je me comporte comme une "dominée" en faisant passer l'autre avant moi, en aimant plus l'autre que moi-même... Et je considère la rupture comme une blessure physique profonde.

Je trouve ça vraiment intéressant, mais il va falloir beaucoup de temps et de travail pour mettre de l'ordre dans tout ça. Et pour l'instant c'est toujours un peu flou pour mettre des choses en place. Mon moment de détresse émotionnel est passé, j'espère être tranquille un moment. Comme dit Paige, "j'y penserai demain".

Enfin, merci pour le soutien que je trouve ici, passez un bon week-end :)

Paige
Messages : 8251
Enregistré le : 29 juil. 2014, 15:56

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Paige » 28 janv. 2017, 16:55

C'est qu'en apparence (hormis la première fois où j'ai passé la séance à pleurer), je n'ai pas l'air d'être mal et quand je m'exprime, il n'y a aucune émotion dans ma voix, je n'hausse jamais le ton, j'explique toujours les choses de façon détachée, neutre.
;) encore un point commun, je suis qqu'un de nature dépressive, et bien mes élèves chaque année dans leur petit cadeau m'offrent une jolie carte où immanquablement ils soulignent "ma joie de vivre" :lol: :lol: :lol:

exactement comme ici, on souligne souvent ma "patience" alors que je n'en ai...aucune ! :lol:

Doit-on pour autant en "conclure" qu'on contient tout son malaise? je ne sais pas on a chacun notre façon d'évacuer notre malaise, et perso, moi ça peut tout à fait passer par le cynisme, et je peux tout à fait dire à mes élèves (encore hier ^^) "vous ferez ça pour vendredi prochain, bon, sauf si je meurs jeudi soir, renseignez vous avant, ça serait dommage de faire du boulot pour rien ah ah ah ah" tout le monde rigole, tout le monde pense que je rigole, mais moi en fait je rigole pas tant que ça ;-)
Sinon, niveau personnalité, je fais partie des gens qui n'ont aucune confiance en soi et qui ont besoin d'un pilier pour se rassurer.
Là aussi je mettrais un petit bémol. Ca revient à l'eternelle question du "qui sommes-nous?"

es-tu celle que tu ressens être à l'intérieur de toi ?(pas de confiance, apeurée, triste triste)
es-tu celle que les autres perçoivent? (calme, posée, éventuellement rigolote)
es-tu celle qui correspond à ta vie? (tu travailles, tu es indépendante, de fait tu t'assumes, seule, tu vis, seule, de fait tu réussis des choses seule, donc tu as confiance en toi sur des tas de trucs)

je crois qu'on est un peu tout ça, et qu'il n'est pas bon de se "résumer" à un de ces aspects, car cela nous "enferme", tu es tout ça à la fois: tu es une fille capable d'être très forte (de mener d'une main de maître des interviews avec des stars, ce n'est pas qqu'un qui manque de confiance en soi!!) tout en pensant à la mort en mangeant son nugget, tout en pleurant roulée en boule derrière le canapé parce que tu n'as plus de gruyère à la maison et que ça, c'est juste insupportable

tu es ce tout là et c'est pour ce tout là que les gens qui t'aiment, t'aiment :-)
mais il va falloir beaucoup de temps et de travail pour mettre de l'ordre dans tout ça. Et pour l'instant c'est toujours un peu flou pour mettre des choses en place.
Je pense qu'il faut voir clair, mais qu'un des travaux à faire pour des filles comme "nous", c'est précisément apprendre, comprendre et accepter que tout n'a pas une place "choses en place" ;-) non des trucs n'ont pas de place précise, c'est comme ça, c'est pas grave, on peut être hyper heureux et fondre en larme (quand on est ému par exemple) est-on triste? est-on gai? est-ce si important de le savoir? est-ce si important de mettre cette émotion "en place"?

je crois qu'il est important de se connaitre, de connaitre nos limites, nos peurs, nos désirs, et d'apprendre à affronter le tout, seule, que tu ais "développé" un attachement toxique à ce garçon me parait évident, mais pour autant, tu ne te résumes pas à cet attachement et ça ne veut pas du tout dire que tous tes attachements seront ainsi. Il faut (ce que tu fais parfaitement!!) comprendre pourquoi et comment cela a pu se produire pour ne pas le reproduire à l'avenir, sans pour autant (à mon avis) te "classer" toi-même dans une case trop rapidement ;-)

tout évolue, y compris nos états d'âme, y compris nos perceptions. Et pour reparler de moi, je pense toujours autant à la mort (de la même façon que toi) mais le fait même que j'ai pris conscience que ce n'était pas la "norme" a changé ma vie. Je l'accepte je vis avec, et je n'essaie plus de lutter contre, c'est un bout de moi, comme ma bonne humeur en classe et ma patience ici, ni plus ni moins :-)

Bisous!

Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 01 févr. 2017, 00:02

Bonsoir,

Je profite d'un moment de calme pour écrire quelques lignes ici.

Paige, ils ont l'air chou tes élèves :) Mais je crois comprendre ce que tu dois ressentir quand tu reçois les cartes, genre "AH-AH". Quant à la patience, ne faut-il pas en avoir tout de même un peu quand on est prof ? :P On dit aussi de moi que je suis patiente. Dans le sens où je ne vais jamais exploser au nez de quelqu'un qui le mériterait. J'explique les choses, je remballe pas les gens, je reste calme.

Mais quand il s'agit d'attendre quelque chose, je ne suis absolument pas patiente. D'ailleurs, en ce moment, rapport à la rupture, ses conséquences, le mal que ça me fait, je ne suis pas patiente du tout. Dans un autre registre, j'attends un colis et il tarde, j'en peux plus !

Malheureusement, je pense que ma psy a raison sur le fait que je n'extériorise pas vraiment. Hormis en pleurant pendant des heures derrière mon canapé toute seule le soir (d'ailleurs tu dois être un peu devin aussi, parce que mon ordi est situé derrière mon canapé).

Tu parles d'ironie, moi je fais des vannes pourries à longueur de journée... Mais du coup, ça persuade ma mère que je vais mieux. Alors, j'ose plus lui dire qu'en fait ça ne va pas si bien que ça.

Puis, pour ce qui concerne les idées "morbides", ton message m'a rappelé quelque chose que j'ai fait il y a quelques temps et à laquelle je ne pensais plus, bizarrement. Mais j'ai planqué une sorte de "testament" au cas où il m'arrivait quelque chose. Il n'y a que mon ex qui sache où ça se trouve. Pourtant, à cette époque, autant que je me souvienne, je n'allais pas spécialement mal. Je trouvais juste ça "normal", parce que "on ne sait jamais".

Autrement, en te lisant, je pense avoir un peu trop résumé les propos de ma psy. Mais disons que le problème de la confiance en soi ressort plus qu'un autre et m'a causé quelques dysfonctionnements, surtout dans mes relations sociales. J'arrive à faire beaucoup de choses qui demandent de l'assurance, mais ça représente un gros travail sur moi-même. Le cas des interviews, j'adore les faire, mais c'est aussi une grosse source de stress. Et je pense que si je n'avais pas été "obligée" de faire la première, je n'aurais jamais sauté le pas.

Quant à la question du "qui nous sommes" ? Ce doit être la question la plus compliquée du monde et effectivement, je pense être plein de choses à la fois, sans vraiment de certitudes et apprendre à me connaître réellement est devenu nécessaire.

Je ne pensais pas écrire autant, encore une fois :( Mais je voulais donner quelques "nouvelles". Parce que ce n'est toujours pas la joie. Aujourd'hui, j'ai dû faire face à une déception professionnelle supplémentaire. En gros, un employeur commence à me devoir beaucoup de sous, il utilise mon travail (donc je traduis que celui-ci est satisfaisant) et maintenant qu'il est question de me payer, il fait le mort. Du coup, je vais devoir refaire des démarches administratives pour tenter de remédier à ça. J'ai l'impression de passer ma vie à me faire entuber... Comme si, même si je change de comportement, les gens ne changent pas le leur pour autant.

Côté ex, SR. On se like juste des posts FB mutuellement (j'ai diminué ma conso, mais y'a encore et toujours du boulot là-dessus), j'interprète pas. Mais je fais pas genre non plus, j'aime bien avoir une petite attention de sa part de temps en temps, même si ce n'est que virtuel. Il a repris les concerts, il y a des photos... Ça me fait terriblement mal au ventre (pas au sens figuré). D'ailleurs mon corps pète un plomb, j'sais pas si ça peut avoir un quelconque rapport. Bref, c'est toujours un peu la même chose, hein.

Y'a quelques jours, un de ses potes est venu me parler pour un renseignement (ahah) et on en est venus à discuter d'autres trucs... Il a mentionné mon ex quatre fois dans la conversation (genre il a fait ceci, il m'a dit cela, on s'est vus aujourd'hui pour faire ceci et il pense que ceci), ça n'avait aucun rapport avec moi et à aucun moment je n'ai sauté sur l'occasion pour en parler. Néanmoins, lui en parlait comme s'il n'était pas au courant qu'on est séparés. Gênant.

Voilà, c'est à peu près tout ce qui se passe pour moi ces derniers jours, je bosse beaucoup, j'écris beaucoup et je dors beaucoup aussi (par conséquent, je rêve, ça m'ennuie toujours, mais qu'est-ce que j'y peux, finalement ?). A partir de demain, retour du Rock'n'Roll et du boulot "sur le terrain", en espérant que ça me retape le moral pour quelques jours.

J'espère que pour vous qui lisez ce fil, ça ne va pas mal pour vous.
Belle fin de semaine et des bises.

Janysse
Messages : 1300
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 01 févr. 2017, 08:32

Coucou toi,

Je suis désolée je ne t'ai pas écrit depuis mille ans, je n'en ai pas trouvé le temps, entre la montagne de boulot dans laquelle je me suis plongée (j'adore mes études, ceci n'est pas de l'ironie) et la vie qui m'est tombée dessus malgré tout..

Mais sache que je continue de te lire et penser à toi et I second tout ce qu'a dit Paige et je te soutiens évidemment !

Pour le sommeil et le corps qui pète un plomb, plusieurs pistes :
- l'EFT (cherche sur Internet, sinon je développerai dans une autre réponse)
- l'auto-hypnose, ce qui t'apprend à lâcher prise au passage, tu trouves des vidéos très bien sur youtube
- le yoga, qui a littéralement sauvé mon dos, je n'ai pas eu mal à un seul moment des deux ans où j'ai pratiqué alors qu'avant j'étais le genre de meuf qui enchaîne les tendinites et les lumbagos (oui oui j'ai la vingtaine tout va bien), ET, qui fait du bien à l'âme aussi. C'est une très belle activité, et les bons profs te répèteront que tu es là juste pour toi, penser à toi, te faire du bien à toi, te chouchouter. C'est purement égoïste, mais le but final est d'aller bien pour pouvoir prendre soin des autres (bon moi ça me parle, peut-être pas tout le monde). Tu peux aussi apprendre la méditation et la relaxation profonde. Ca ne va rien changer à ta vie psychique dans les 3 semaines, mais au bout de quelques semaines ton corps sera plus fort, et le mental suivra sur plusieurs mois (c'est un travail de longue haleine).

Bon moi aussi je me suis emballée et je suis en retard en cours haha. Mais dès qu'on me lance sur le yoga... ^^

Mille bisous, encore une fois je suis silencieuse mais je ne suis pas loin promis !! Bientôt j'aurai de quoi te répondre un peu mieux :)

Paige
Messages : 8251
Enregistré le : 29 juil. 2014, 15:56

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Paige » 01 févr. 2017, 10:04

Bonjour tout le monde!

End, pardonne-moi, je me suis mal exprimée (et en effet, en me relisant, je confirme: je me suis mal exprimée) je ne voulais pas DU TOUT remettre en question ce que te disait ta psy

d'abord parce que je n'ai aucune "autorité" pour le faire!! je ne suis pas psy du tout!!
et ensuite, parce que je vois bien qu'elle te fait du bien, et tu peux me croire, même si pour te faire du bien elle te disait que la lune est une crêpe, je ne m'autoriserais pas à la contredire :lol: parce que le but est que tu ailles mieux !! donc peu importe la voie choisie, du moment que ça marche ;-)

Non je rebondissais juste en amenant (enfin, en essayant d'amener) d'autres pistes, ou une "suite" à ce qu'elle t'a dit, en me servant de ma propre expérience sur moi (et je ne suis donc pas toi)

rien de plus :-) Pardonne moi pour cette confusion :-)
Comme si, même si je change de comportement, les gens ne changent pas le leur pour autant.
Ah ça malheureusement, c'est certain :/ disons que, à force de te positionner, toi, les autres devront bien faire avec. Par exemple (je n'y connais rien hein, donc je parle "en l'air") celui qui ne veut pas te payer, vu que tu ne te laisses pas faire, il va peut-être être obligé de te payer, et la prochaine fois (si prochaine fois il y a ) il te paiera tout de suite vu que toi, tu t'es positionnée avant dans le "je ne me laisse pas faire"

mais bien sûr il y a des limites à ça :/
D'ailleurs mon corps pète un plomb, j'sais pas si ça peut avoir un quelconque rapport
En fait, je ne vois pas comment cela ne pourrait PAS avoir de rapport :cry: je pense que Janysse a pu te donner de très bons conseils à ce propos :-)
Néanmoins, lui en parlait comme s'il n'était pas au courant qu'on est séparés. Gênant.
N'hésite pas à lui couper la parole pour le lui dire. Il n'a rien de mal à dire "euh pardon je te coupe, mais truc et moi sommes séparés, donc je ne tiens pas trop à entendre parler de lui pour le moment si tu veux bien. Je t'offre un petit café?"

Courage, et merci à Janysse pour ces bons conseils, je me dis que je devrais m'y mettre aussi !

Bises à vous!

Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 02 févr. 2017, 03:53

Hey,

Merci pour vos réponses, les filles. Heureusement que vous êtes là 💋
Là, tout de suite, je rentre de soirée et j'suis un peu... A côté de la plaque ? Ouais, sans doute... Donc, je vous répondrai réellement quand j'aurai à nouveau les yeux en face des trous. Mais déjà merci pour vos conseils. Y'a juste que ce soir, il s'est passé un truc avec un gars "comme j'aime bien", encore un maudit musicien. Rien de sulfureux. On s'est observés pendant la soirée, on a fini par se parler et avant de se séparer, il m'a prise dans ses bras. C'est con, mais j'ai vu des étoiles. Mes potes ont vu ça de loin et ont trouvé ça formidable. Moi, je me sens stupide et j'ai mal. Je ne reverrai probablement jamais ce gars et maintenant que je suis à nouveau face à moi-même, c'est mon ex que j'ai dans la tête. Mon esprit divague, il est sens-dessus-dessous :(

Florent92
Messages : 694
Enregistré le : 09 mars 2016, 08:53

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Florent92 » 02 févr. 2017, 04:18

Salut Endlessly,

C'est normal, apres ce que tu as vécu tes émotions sont exacerbées, ton ressentie ultra performant, surement trop et le moindre contact "sentimental"... exagéré. Tout cela pour te dire que c'est bon signe, oui tu gardes ton ex dans un coin de ta tete, mais tu as aussi pris conscience qu'il n'y a pas que lui...c'est un tres bon début :)

Edit/PS : est ce que je suis ban/restricted? ou bien mes messages n'apparaissent nuls part dans le sommaire/sujets récents? Vrai question, vu que je suis au courant des problèmes "techniques" du forum :)

Paige
Messages : 8251
Enregistré le : 29 juil. 2014, 15:56

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Paige » 02 févr. 2017, 06:21

Coucou End,
C'est normal tout ça, et Si tu as pu profiter du bon moment au moment où il a eu lieu, et bien c'est toujours un bon moment de pris, tu vois ce que je veux dire?

Il faut le prendre au moment où il se présente, c'est très important de prendre aussi les bons moments qd ils se présentent vu qu'on ne rate rien des mauvais

Florent, il y a un bug pour tous, quand tu postes un message, parfois, il met du temps à s'afficher comme étant "publié" mais il est bien là, et je t'assure qu'on le voit tous. Et souvent, fermer et rouvrir ton navigateur règle le pbme d'affichage

EDIT pour Florent le 03/02: De rien, je t'en prie ;-)

Janysse
Messages : 1300
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 02 févr. 2017, 07:56

Tout va bien, tout est normal.
Et c'est vraiment beau (et dans mon esprit de chercheuse, intéressant à observer haha) de voir cette résilience de l'esprit humain. Malgré la douleur, malgré le deuil, malgré le chagrin, c'est la vie qui reprend ses droits.

Courage, le chemin est long mais tu es sur le bon !

Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 09 févr. 2017, 14:14

Bonjour ici,


J’espère que vous allez bien :)


C’est une Endlessly en demi-teinte qui vous écrit aujourd’hui. Et j’ai l’impression que ça va être long. Je vais néanmoins tenter de résumer mes idées au maximum. J’ai gardé le silence ces derniers jours parce qu’il s’est passé beaucoup de choses, surtout dans ma tête… Pour pas changer :)

Ça a commencé par une conversation très désagréable avec mon collègue, sur le fait qu’il est temps que je passe à autre chose et que je dois arrêter de me plaindre parce que beaucoup de gens rêveraient d’être à ma place. J’ai explosé. Effectivement, j’ai de la chance de pouvoir interviewer et photographier mes idoles, parfois même les rencontrer et faire des concerts et des festivals de fous. Mais tout ça, ça a demandé et demande constamment un travail énorme. Et tout ce travail ne me permet pas de construire ma vie à moi. Et derrière les paillettes, il y a cette femme de 27 ans qui vit chez ses parents, qui galère à trouver un vrai job, qui compte ses pièces et qui maintenant se retrouve célibataire. C’est tellement enviable… J’ai vraiment l’impression que personne ne comprend ce que je vis, en fait, et à quel point c’est frustrant et pénible. Mais à présent, j’ai compris que mes « problèmes » cassaient les pieds à tout le monde, y compris ceux qui voulaient être là pour moi. Donc, maintenant, quand on me demandera si ça va, je dirai que ça va et pour le reste, ça se passera entre ma psy et moi (et vous peut-être, si vous me supportez encore).

En parlant de psy, j’ai été déçue de ma dernière séance. Je ne sais pas si c’était à cause du sermon de mon collègue ou autre, mais j’étais vraiment à fleur de peau et pour le coup, contrairement aux séances précédentes où j’expliquais mes tracas comme une conférencière, mes émotions sont sorties, de la colère, de la tristesse et des larmes. J’ai raconté les choses de manière incohérente, il y a eu plein de silences… Elle a trouvé ça positif, mais moi, j’en suis ressortie assez secouée.

Autrement, au niveau de mon corps qui se rebelle, c’est très « interne », je ne suis pas sûre que le sport puisse m’aider à ce niveau-là. Néanmoins, ça reste vraiment quelque chose qui manque à mon emploi du temps et que je peine à mettre en place.

Dans un autre registre, j’ai commencé un traitement aux huiles essentielles sur les conseils d’un ami. J’étais pas super convaincue par ces trucs-là au prime abord, mais j’ai tenté le coup. Et je ne sais pas par quel miracle le poids perpétuel que j’avais dans la poitrine a pratiquement disparu. Je me surprends aussi à avoir des moments dans la journée où je ne pense à rien d’autre que ce que je suis en train de faire. C’est absolument dingue !

Sinon, je ne peux m’empêcher de revenir sur ma rencontre inattendue de la semaine dernière, parce que ça m’a court-circuité le cerveau. J’ai l’impression que le destin m’a mis une tarte en pleine face. Il est donc encore possible de ressentir un « truc » pour quelqu’un d’autre ?

Après, j’avais dit que laisserai ce gars où il est et que je ne le reverrai jamais. Mais Endlessly a fait son Endlessly… Et en toute bonne psychopathe des réseaux sociaux que je suis, j’ai fait une enquête presque digne du FBI. Il a beau venir du fin fond d’un autre pays, il a réussi à tourner avec des potes à moi. Le monde est trop p’tit ! Et nos routes se recroiseront dans l'année. Cela dit, c’est vraiment pas le moment que je me mette à délirer, pour moi ça équivaut à déplacer le problème, voire à le remplacer par un autre. Enfin, pendant que je rêvasse gentiment en écoutant sa musique, je pense pas à mon ex.

Et pour finir sur lui, mon ex, il n’y a pas grand-chose à dire. SR. Je pense toujours à lui avec beaucoup de nostalgie, mais aussi une certaine amertume. En fait, et ça me fend le cœur de l’écrire, j’ai l’impression d’être amoureuse de l’image que j’avais de lui, pas de la personne qu’il est réellement. J’aime l’artiste, le mec qui dégage quand il est sur scène, celui qui me fait rêver, celui qui a de la créativité à revendre, qui a de l’ambition et qui se crève le derrière pour parvenir à ses fins. Pas le gars qui a la flemme à longueur de journée, qui se planque derrière sa passion pour ne rien assumer de la vie réelle, le gars qui veut jamais rien faire, qui ne veut rien construire, qui ne partage presque rien avec moi, qui m’accorde de l’attention quand il y pense et qui finit par m’écarter de son chemin. Et ça m’amène à penser à ce que j’imaginais pour nous quand notre relation est devenue sérieuse. Je rêvais d’aventure, je rêvais qu’il m’embarque en tournée pour être sa photographe et/ou sa merch girl, je rêvais qu’on construise quelque chose à deux… Et lui, il a jamais été foutu en six ans de m’emmener ne fut-ce qu’à la mer ou au zoo…

J’me sens dépitée, j’ai l’impression d’avoir baissé les bras par rapport à lui, par rapport à l’envie de le retrouver… Mais je sais que quand je le reverrai, je risque de ne plus tenir le même discours.
Voilà, en gros, c’est plus si pire, mais c’est toujours pas l’éclate non plus :)

J’espère que de votre côté tout se passe bien.
Des bises.

PS : Désolée pour les paragraphes, ils ont pas l'air d'accord d’apparaître :(

Janysse
Messages : 1300
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 10 févr. 2017, 17:00

Bonjour toi :)

Je suis sincèrement heureuse pour toi, tu commences à voir tous ses défauts, toutes les choses qui te faisaient du mal sans que tu oses regarder les choses en face au nom d'un bonheur à deux dont tu étais dépendante. La colère monte, et si tu ne la laisses pas te bouffer, ça peut être un formidable moteur de guérison. Ton cheminement me fait beaucoup penser au mien (prise de conscience de tes déceptions, prise de conscience par rapport à toi-même) et bonne nouvelle ma vie est bien mieux maintenant qu'il y a deux ou trois ans. Tu trouves que j'ai une force de caractère, c'est peut-être vrai, mais je crois aussi que tu es beaucoup plus solide que tu ne le penses, et que tu as encore des ressources insoupçonnées. Sois indulgente avec toi-même.

Et oui, oui c'est possible de ressentir encore quelque chose pour quelqu'un après. Ca paraît invraisemblable, mais c'est possible. Et ça fait du bien.

Reviens quand tu veux évidemment, nous on te supporte quoiqu'il arrive ;)

Je t'embrasse

Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 14 févr. 2017, 04:26

Hello :)

Oui, c'est ce qui ressort le plus dans ton histoire, ton envie de te battre et de dévorer la vie. On sent cette force quand on te lit. Et c'est admirable :) Ton histoire me rappelle un peu la mienne par moments aussi, où j'ai retrouvé certaines pensées que j'ai pu avoir. Puis, maintenant, y'a cette histoire de musicien, de concours,... Ça m'a fait sourire. Tu as sans doute raison de vouloir essayer d'ailleurs, car rester dans l'incertain n'est pas confortable. Néanmoins, je ne suis pas assez vaillante que pour me permettre de te conseiller. Mais ta positive attitude globale est grandement inspirante, ça fait plaisir !

J'ai souri aussi, parce que je me suis rappelée t'avoir dit à un moment donné, quand tu as évoqué ce musicien, de partir en courant. Ahah. Mais en y réfléchissant pour moi-même, je n'arrive pas à me voir avec quelqu'un d'autre qu'un musicien (et encore difficilement avec quelqu'un d'autre que mon ex pour être honnête). C'est mon monde, c'est ce qui me fait vibrer, peut-être que c'est ça qui me maintient "en vie". J'y vais fort, mais dans certains moments sombres, je me pose réellement la question. D'ailleurs, je pense que dans mon cas, il est plus question d'instinct de survie que de "force". Un truc qui fait que j'me lève quand même le matin, que je procède à mes rituels, que je remplis mes journées au max. Au fond, y'a quand même ce truc en moi qui est mort et qui tend à m'aspirer par le fond si je me laisse aller.

Ces derniers jours, j'ai pas mal rechuté, parce que le souvenir du bel inconnu s'est bien vite étiolé. J'ai pas envie d'me retrouver comme une ado qui fantasme sur son chanteur préféré. D'un autre côté, j'ai peur d'avoir des standards un peu trop élevés par rapport à la réalité. Comme si c'était juste un coup de chance d'avoir pu être avec quelqu'un qui correspondait à mes critères de "beauté". Puis, j'ai vu des photos de mon ex sur scène à nouveau. Ca m'a fait bader, du coup, en bonne maso, j'suis retournée voir nos photos perso et ça me désole tellement de voir son regard rempli d'amour. Et puis, pour m'achever un peu plus j'ai eu la brillante idée de me refaire le film "Rock Star" (je nous identifiais trop au couple formé par Jennifer Aniston et Mark Wahlberg). Et blablabla... Ca s'en va, ça revient, ça m'fatigue.

Je suis en colère, oui. Mais surtout quand j'pense qu'il continue sa vie comme si de rien n'était et que moi je la continue dans la souffrance. Et que c'est partiellement à cause de lui. Je sais qu'on ne peut pas forcer quelqu'un à nous aimer, mais j'ai du mal avec ce concept des sentiments qui changent et blablabla. Pour ça, il aurait fallu que je le vive au moins une fois pour comprendre ce que c'est et me faire admettre que ça existe. Enfin, mes sentiments avaient changés aussi, quelque part, mais j'étais prête à me plier en 8 au lieu de 4 pour que ça fonctionne.

Et bref, mon message n'a une fois de plus rien à voir avec mon sujet de départ et j'ai beaucoup radoté -_- Je voulais me plaindre des mecs particulièrement insupportables en cette période de Saint-Valentin (je vois que ça, franchement, pour qu'ils soient tous aussi chiants en même temps). Mais ça ferait encore un long paragraphe chiant à lire.

Je vous laisse pour aujourd'hui en espérant que tout va toujours bien pour vous,

Des biiises !

Janysse
Messages : 1300
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 14 févr. 2017, 08:54

Hahaha Endlessly tu m'as fait rire !
Ce qui est bon signe car l'humour est une arme redoutable et un signe qu'on va mieux ;)

Je suis contente que tu aies lu mon histoire , parce qu'effectivement on se ressemble beaucoup dans certaines réflexions, certaines façons de réagir qu'on a eues. Et tu vois, on s'en sort. Ca prend du temps et de nombreuses rechutes, on va pas se mentir, mais je te promets qu'on s'en sort. Et je suis absolument persuadée que tu reviendras nous écrire un jour dans quelque temps avec l'idée que finalement ç'aura été une très bonne chose dans ta vie, cette rupture.

Ne te laisse pas voiler la face par la nostalgie et le manque : tu étais malheureuse à la fin. Ca ne veut pas dire que tu as été malheureuse tout du long, et c'est normal d'être nostalgique de tous ces beaux moments. Mais sur la fin, ça n'était plus le cas, et tu étais malheureuse. D'ailleurs il faut que je relise tes premiers posts, mais n'est-ce pas toi qui d'une certaine manière a initié la rupture en demandant une conversation ? Il faut que je relise. La bonne nouvelle, c'est que la vie te donne une chance de tout recommencer ! Le fait d'avoir commencé une psychothérapie ne pourra que t'aider dans cette nouvelle aventure, la TIENNE A TOI.

Le bel inconnu, laisse le partir. Et garde juste en tête cette leçon primordiale : oui, on peut craquer pour quelqu'un d'autre. Sur les "standards", deux choses. D'abord, et pardon pour le marronnier, il vaut mieux être seule que mal accompagnée. Comprendre par là qu'il ne sert à rien de se jeter sur le premier venu juste pour répondre à cette injonction sociale pourrie qui est "il faut être en couple pour être épanoui" (on ne demande jamais "ah ça y est tu es célibataire?" mais "quoi, toujours seule?", fuck à la fin), ou pour échapper à la solitude. J'ai été célibataire une très grande partie de ma vie et, même si sur le moment ça n'était pas toujours top, j'en suis très contente, surtout quand je vois mes amies rester avec des types qui ne leur correspondent pas juste pour pas être seules, ou qui tombent sur des mecs qui vont allègrement piétiner leur respect d'elles-mêmes, les manipuler (mec déjà maqué, pseudo mec torturé, etc etc). Personne n'est parfait et ne le sera jamais évidemment, mais ces "standards" ne sont pas une barrière, ils sont la garantie que le prochain, même s'il est dans longtemps, et même si ça n'est pas "le bon" (mythe absolu hein je ne reviens pas là-dessus), il sera BIEN.

Sur la beauté, tu l'as sûrement lu ou entendu déjà mille fois, mais tout est relatif !! J'ai l'impression qu'il s'agit plus d'une aura, d'un charisme, de ce qu'on dégage que de beauté stricte (si on veut être "objectif", honnêtement QUI ressemble à une statue grecque ?). C'est souvent parce qu'on aime quelqu'un qu'il devient très beau pour nous. Exemples (tirés encore de mon expérience, je te prie de me pardonner) : pour moi mon ex était le plus bel homme du monde, et il est vrai que c'est un très très beau garçon. Et ben quand je l'ai revu là le mois dernier, il avait exactement la même tête qu'avant, mais plus rien qui me charmait, tout simplement parce que je ne l'aime plus. De même, la première fois que j'ai rencontré mes musiciens, je me suis dit ah ok, ils sont pas du tout sexy bon. On a passé du temps ensemble, appris à se connaître et aujourd'hui je tiens très fort à eux et je les trouve très beaux - on connaît la suite. Bon je me suis aussi laissée embarquer dans des digressions, mais tout ça pour dire que oui pour les standards, mais que la beauté n'en est pas un.

Une question comme ça qui me vient à l'esprit, sur laquelle je te laisser réfléchir, qui n'appelle pas de réponse. Le jour où il t'a quittée, le moment où tu as compris que c'était fini et qu'il te quittait, quelles ont été tes émotions ? Avant d'être submergée par la souffrance, ne t'es-tu pas sentie soulagée, même un tout petit peu ?

Sur ce je t'embrasse bien fort, reviens nous écrire, moi j'aime bien te lire :)

Bisous

Carrie007
Messages : 5969
Enregistré le : 01 oct. 2013, 14:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Carrie007 » 14 févr. 2017, 10:51

Endlessly a écrit :
14 févr. 2017, 04:26
Enfin, mes sentiments avaient changés aussi, quelque part, mais j'étais prête à me plier en 8 au lieu de 4 pour que ça fonctionne.
Et bien c'est peut-être ça le problème, non? :)

Tu as une vision très (trop?) idéalisée de l'amour. Et en même temps qui manque de spontanéité. Quand on te lit, on a l'impression que tu as un cahier des charges devant toi et que tu mets une croix devant chaque critère, genre "ça, c'est fait"!
En agissant ainsi tu ne laisses pas beaucoup la porte ouverte à une rencontre avec un homme qui ne correspond peut-être pas à tes critères mais avec qui tu pourrais découvrir autre chose et, pourquoi pas, devenir amoureuse.

Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 18 févr. 2017, 07:23

Bonjour ici,

Pas de suspens, je suis à nouveau en PLS. Ça me tue d'être bien un jour, deux jours puis à nouveau tout s'écroule. La raison du jour : un entretien d'embauche catastrophique. J'me suis retrouvée comme un alien au milieu de gens hyper expérimentés et le jury m'a fait comprendre que mon background "culturel / événementiel" ne correspondait pas à leurs attentes.

C'est quoi le rapport avec mon ex ? Cet échec supplémentaire me renvoie directement à tout ce qui ne va pas chez moi, dont le fait de ne pas avoir pu garder la personne que j'aime à mes côtés. J'ai bien compris que tout n'était pas de ma faute, mais s'il a arrêté de m'aimer, j'y suis quand même pour quelque chose. S'il ne s'occupe plus de moi, c'est qu'il est passé à autre chose et qu'il est plus heureux sans moi. Ça a fait trois mois hier que c'est fini et un mois de SR en même temps.

Janysse, pour revenir sur ton message, mon sens de l'humour a l'air d'être revenu, ce qui persuade mon entourage que je pète la forme. Malheureusement, c'est un peu plus compliqué que ça. Néanmoins, faire sourire les autres, ça me fait plaisir malgré tout.

Je ne sais pas si cette rupture est une bonne chose, ça me fait tellement mal. Pour l'instant, le positif que j'en tire, c'est que ça m'a permis de réaliser que j'avais besoin d'aide et aujourd'hui, je ne pourrai plus m'en passer.

Effectivement, c'est moi qui ai initié la rupture, parce que je n'en pouvais plus. Je me souviens avoir été en colère la veille où je bossais à un évent (il n'avait pas voulu passer la soirée là-bas avec moi, alors qu'il ne faisait rien et qu'on s'était pas vus depuis à nouveau quasi deux semaines) et j'ai dit à un pote : "Je vais quitter A., j'en ai trop marre qu'il n'en ai rien à foutre de rien, moi y compris". Le lendemain, je lui ai dit : "Il serait temps qu'on ait une conversation sérieuse". Il m'a répondu : "Oui, peut-être". J'lui ai tout déballé, ce qui me posait problème dans ma vie et dans notre relation. Il m'a exposé son point de vue, comme quoi il avait conscience que j'étais malheureuse à cause de lui et que ça lui posait problème pour profiter pleinement du succès de son groupe... Et bon, la suite, vous la connaissez. Même si le "c'est fini" officiel, n'est sorti que ce fameux soir où l'on a fini par se voir.

Mais finalement, ça a été sa décision plus que la mienne. Je voulais réparer. Je le voudrais encore dans ces moments horribles où je me sens démunie et plus capable de me battre. Et s'il y a eu un soulagement par rapport à cette décision, c'est qu'enfin il me disait les choses. Mais c'est là que j'ai vraiment fondu un plomb. J'oublierai jamais ce soir-là et toutes ses conséquences.

En ce qui concerne les standards, ou le "cahier des charges" dont parle Carrie (y'a un peu de vrai quand même). Y'a un certain type de gars qui me plait, je vais pas le cacher, mais après oui, il y a aussi ce côté "aura". Je ne pense pas m'arrêter à un physique. Le futur le dira, si un jour j'me sors de ce merdier... Mais parfois, même si des gens ont les qualités qu'on attendrait d'un partenaire et qu'ils ne sont pas spécialement "moche", mais qu'il n'y a pas d'étincelle, de feeling,... Je ne sais pas, ce truc en plus, ça ne fonctionne pas non plus.

J'peux donner un exemple : vers mes 17/18 ans, j'étais toujours collée à un gars de ma classe, on était tout le temps ensemble en cours, on se voyait en dehors pour bosser ensemble, on s'entendait super bien, on parlait de tout, on rigolait à mort... Bref, tout était fait pour que ça colle entre nous et je le trouvais bien physiquement. Il a fini par me faire une déclaration, je me suis dit "pourquoi pas ?" et on s'est mis ensemble. Cependant, même si j'appréciais ses gestes tendres, câlins, bisous et compagnie et que j'adorais toujours autant passer du temps avec lui, au bout de trois mois, je n'avais toujours pas de désir pour lui, je ne me sentais pas "amoureuse" et étais incapable de passer à une étape supérieure. Au bout de trois mois supplémentaires, idem... J'inventais tout un tas d'histoires pour qu'on ne puisse jamais dormir ensemble quand on se voyait le week-end et finalement, j'ai dû lui avouer. On s'est séparés et après quelques semaines de notre dernière année scolaire commune, on ne s'est plus jamais parlé.

Et en ce moment, je rencontre un cas similaire avec un pote qui s'est mis en tête de me faire la cour. Ce dont je voulais parler ici y'a quelques jours d'ailleurs, rapport aux mecs chiants. Mais le soir-même où j'avais posté mon dernier message, il m'a fait un cirque incroyable. Ça m'a tellement mis dans tous mes états que j'ai fait la grève de l'ordi et des réseaux pendant quasi 48 heures. Objectivement parlant, il n'est pas moche, mais il ne me plait pas. C'est aussi quelqu'un de gentil et qui serait prêt à faire n'importe quoi pour sa dulcinée, mais il ne m'intéresse pas. Bref, je ne sais pas trop pourquoi, il s'est mis du jour au lendemain à me parler tous les jours et moi (je me demande si ce n'est pas une erreur, du coup), comme je n'aime pas être désagréable, je lui réponds. Sauf, que depuis une bonne semaine, il en devient malaisant. Il me fait des allusions, veut absolument m'inviter à sortir avec un couple d'amis, il me donne des surnoms, il m'a aussi fait le coup du "on est pareils toi et moi"... Je vous parle pas non plus des incursions en pleine nuit : "Tu dors pas encore ?!" ou le matin : "Oh t'es déjà debout ?" -_- Comme ça m'enquiquine, je me ferme à la discussion. Mais au lieu de comprendre et de me laisser tranquille, il en rajoute ! Du coup, le soir de la Saint-Valentin, où j'avais vraiment pas envie qu'on m'emmerde, il est revenu à la charge. Je lui ai dit clairement que je n'avais pas envie de parler et là, il a commencé à se comparer à moi, sur le fait que ma situation était pas si grave par rapport à la sienne. J'ai pris la mouche et lui ai envoyé toute une littérature pour revendiquer mon droit d'être triste même si d'autres vivaient des choses bien pires. Et là il s'est permis de juger et d'insulter mon ex. Je me suis d'autant plus énervée et j'ai fini par ne plus lui répondre du tout. Il a fini en disant : "Puisque tu es méchante, je te souhaite une malheureuse Saint-Valentin" accompagné d'une image humoristique complètement déplacée. Je n'ai plus répondu. Le lendemain il s'en est plaint, mais je l'ai laissé dans le vent, du coup il m'a envoyé des excuses en faisant la victime. Pas de réponse. Et aujourd'hui, il a essayé de revenir me parler comme si de rien n'était... Donc là, je ne sais plus quoi faire avec lui, être réellement méchante, le laisser divaguer dans le vent ou le résonner en étant froide... Enfin, dans mon "état", je n'ai vraiment pas besoin de ce genre de prise de tête à deux balles.

Sur ce, j'me suis complètement perdue dans mes récits, mais ça m'a au moins permis de dévier du sujet intarissable qu'est mon ex et finir par arrêter de pleurer, sans vraiment m'en rendre compte.

Je vous souhaite un bon week-end et espère que vous allez bien :)

Des bisous !

Janysse
Messages : 1300
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 18 févr. 2017, 08:52

Coucou,

Je suis désolée pour ton entretien d'embauche loupé :/
Je comprends que ça te mette down, mais on est d'accord que ça n'a rien à voir avec ton ex hein !!

Peut-être que pense à ta carrière et exclusivement à ta carrière peut être une solution pour passer à autre chose, et ne plus penser à lui. Un boulot = un appart = une nouvelle vie. Je te souhaite vraiment de trouver ton bonheur professionnellement parlant !

D'un côté je suis d'accord avec Carrie (bisous toi), plus on a de standards et plus on se met de barrières, mais d'un autre côté, pourquoi se jeter sur le premier venu ? Je ne sais pas, je suis assez confuse maintenant du coup haha.
Tes refus face à ces garçons me semblent tout à fait "normaux", ça n'est pas parce que le gars te fait la cour et y met tous ses efforts que la nana doit forcément céder à la fin. S'il ne te plaît pas l'affaire est réglée. (J'ai eu le même souci en septembre, comme je suis une meuf sympa je me suis laissée embarquer par un mec qui a fini par m'inviter à un concert de musique classique, j'adore ça donc j'ai dit oui et lui a annoncé à tous ses potes qu'il avait un date. MALAISE.)
Du coup, tu peux adopter la technique un peu lâche que je pratique personnellement, à savoir le "déso déso, je suis vraaaaaaiment débordée en ce moment !", mais je suis à peu près sûre que le karma m'attend au tournant. Mon conseil est donc de lui dire clairement que tu n'es pas intéressée (même si ça fait du bien à l'égo hein, de se faire poursuivre comme ça, on va pas se mentir..).
Enfin, dans mon "état", je n'ai vraiment pas besoin de ce genre de prise de tête à deux balles.
Je pense que dans toute rupture, il y a cette tendance précise à s'auto-rejeter du côté des victimes. Et c'est normal, parce qu'on se sent bafoué et trahi et qu'on souffre. Mais, bien que cette souffrance soit parfaitement légitime, elle ne doit pas te définir, elle n'est qu'une partie de ta vie - ce serait stupide de l'ignorer. Oui, ça fait mal, Machin t'a quittée et tu en baves, mais il ne faut pas s'installer dans ce statut globalisant de "meuf larguée", ça n'est qu'une partie, provisoire, de ce que tu es. C'est une place que tu occupes maintenant, pas ce que tu es.
Pardon si je ne suis pas du tout claire, j'essaie de mettre en forme ce qui n'est peut-être au final qu'un sentiment très personnel.

Bisous !

Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 18 févr. 2017, 19:13

Hello,

Merci pour ta réponse, ne t'en fais pas, je comprends ce que tu veux dire :)
Et tu as bien mis le doigt sur "l'image" que j'ai de moi actuellement, la façon dont je me définis.
Je ne sais pas comment passer outre, encore une fois. Le temps ?

Question carrière, c'est une bonne idée de se focaliser là-dessus. Cet échec supplémentaire, me fait clairement remettre en question mes plans. Pour quoi je suis faite, finalement ? J'pense de plus en plus à me casser, voir si je ne peux pas bosser sur une tournée et voir autre chose. Ce qui me retient ? La trouille, ahah.

Au niveau des standards, j'y reviens encore, mais est-ce que ce serait pas une sorte de protection ? Je ne sais pas, ça a quelque chose de rassurant de penser savoir ce qu'on veut. Mais bon, au moment venu, s'il y a un bon feeling, je ne pense pas que je penserai à ma checklist :)

Par contre, je n'accepterai jamais de rendez-vous avec ce gars qui "m'embête". C'est flatteur d'avoir quelques prétendants, mais ce qui m'ennuie réellement, c'est que celui-là insiste et plus je me ferme, plus il fait des conneries, au lieu de juste comprendre que je m'en fous. Mais je ne veux plus jamais me retrouver dans une situation où je ne ressens rien.

Sinon, aujourd'hui, j'me sens ni mal, ni bien. J'essaie de profiter d'un week-end vide pour me vider la tête, faire le point une millième fois, avec de la musique, une série et des séances d'écriture pendant que "les autres" s'amusent en concert. Je dois dire que ma scène locale et les habitudes qui y sont liées me manquent malgré tout, mais je sens ne suis toujours pas prête à y retourner. Comme si je n'étais plus la bienvenue là-bas. Enfin, dans un moment d'égarement, mon doigt a malencontreusement glissé sur le bouton "ajouter" figurant sur le profil de "mon inconnu". Oups.

Bizzz !

Janysse
Messages : 1300
Enregistré le : 27 avr. 2011, 13:34

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Janysse » 18 févr. 2017, 23:54

Ca a l'air d'aller un peu mieux :)

Le temps aide, c'est certain, mais ça n'est pas tout, il faut le vouloir aussi... Tu as lu mon histoire, tu sais donc que j'ai commencé à aller mieux, voire bien au bout de 3 mois, et carrément mieux après 4 mois (le reste a été des hauts et des bas bien sûr). Mais mon autre histoire, la toute première, c'est une autre paire de manche... J'ai été malheureuse pendant 2 ans après la rupture pour résumer. Genre vraiment malheureuse. Et si à l'époque j'étais extrêmement fragile et clairement incapable de m'en sortir seule (entendre par là j'aurais dû consulter un professionnel), avec le recul je sais et j'admets volontiers que je me suis complue là-dedans. Il y a deux ans, j'ai refusé de me laisser anéantir de la même façon. Le temps oui, mais pas que.

Si rien d'autre que ta trouille te rien, alors rien ne te retient. Pars. Tu as la chance d'être célibataire, tu ne laisses personne derrière, c'est ton moment à toi pour n'aimer que toi et penser à toi. Pars si tu penses que ça te sera bénéfique, si tu en as envie. On a tous peur, la peur c'est bien, c'est un sentiment très utile à l'espèce humaine d'ailleurs. Mais elle ne saurait être une excuse.

Si le gars te gonfle dis-lui et demande lui de ne plus t'écrire, et puis voilà ! Par contre sur les "standards", plutôt que savoir ce qu'on veut en amour, je crois qu'il s'agit surtout de ce qu'on ne veut pas (un mec pas attentionné, qui te fait passer après tout le reste, un mec méprisant, un mec feignant, un mec etc etc - ou une nana évidemment). Ca laisse la porte ouverte à tous les autres:)

j'espère que l'inconnu va accepter, tiens -nous au courant... Bisous

Endlessly
Messages : 101
Enregistré le : 30 nov. 2016, 03:39

Re: Ma plus belle histoire, six ans plus tard

Message par Endlessly » 22 févr. 2017, 03:50

Hello ici,

Hé oui, après mon accès de stupidité, j'me suis sentie mieux !
J'ai fait un pas de danse en chantant "Call Me Maybe" quand j'ai vu qu'il m'avait acceptée :)
Et depuis, rien. Je m'imagine pas aller l'aborder en mode : "Saluuut, tu t'rappelles de moi ? Tu m'as fait un gros câlin l'autre jour. Etant actuellement fragile émotionnellement, j'en ai pas dormi pendant deux jours. On recommence ? Tout nus ?" :) Bon, tout en auscultant son profil, j'ai mis au point une stratégie d'approche plus ou moins discrète (double alerte psychopathe), on verra si ça mord. En attendant, je me suis quand même trouvé un point commun avec lui : on a le même signe astrologique ! Woooaaah !

Après, mon samedi à moi toute seule, plus la perspective de professionnaliser ma carrière actuelle plutôt que de m'évertuer à essayer de trouver quelque chose de plus "conformiste", m'ont remonté le moral. Dimanche, j'avais une animation, donc j'y ai vu des potes, dont un qui m'a envoyé un message dans la soirée en disant que j'avais l'air d'aller beaucoup mieux et que c'était génial ! Héhé, j'en déduis qu'il y a quand même une amélioration apparente quand je suis en société ou en famille. Ce qui a l'air pas mal, hein ?

Mais après voilà, quand je me retrouve avec moi-même, j'ai quand même beaucoup de mal à pas me laisser aller à ma tristesse, à ne pas ressasser sans cesse ma relation qui me manque et ressasser tout le reste.

Je comprends ce que tu veux dire, Janysse. J'ai envie de m'en sortir, d'au moins avancer dans ma vie, de me faire suivre pour apprendre à penser autrement, apprendre à voir le verre à moitié plein. Mais je dois avouer que malgré tous les constats affligeants sur ma relation avec mon ex, j'ai du mal à renoncer... J'ai l'impression de ne pas en avoir envie. J'ai beau délirer à fond la caisse sur un inconnu qui m'a tapé dans l'oeil, c'est toujours pour mon ex que j'ai des sentiments. Et je continue de regretter amèrement tout ce qui nous a poussé à en finir. Je sais pas si c'est compréhensible... Je pourrais peut-être résumer par : J'ai pas (encore) envie de plus l'aimer, lui. Même si, et si, et si... Et honteusement, j'attends toujours un signe de vie de sa part.

Pour ma part, c'est exactement l'inverse de toi, en fait. Première longue relation de deux ans, la rupture m'a fait mal, je suis quand même restée une bonne semaine, voire deux, sur le cul, perdue, triste... Mais au bout de quelques mois (deux, trois ?), je pétais la forme et étais prête à retourner sur le marché. Ici, c'est le contraire, mon monde s'est écroulé et je n'ai jamais eu aussi mal. Peut-être parce qu'auparavant ça allait bien pour moi et je n'avais qu'une rupture à gérer. Ici, j'ai vraiment l'impression d'avoir tout raté et j'ai bien du mal à relativiser. Mais y'a ces fameuses montagnes russes, un jour je chante "Call Me Maybe", le lendemain je chante "Mais t'es où ? Pas là ! Mais t'es pas là ! Mais t'es oùùù ???".

Enfin, on verra quelle chanson je chanterai demain. J'espère que vous allez bien et vous souhaite une belle semaine, si j'arrive à rester plusieurs jours sans crise de panique émotionnelle !

Des bises !

Répondre