Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1303307
Bonjour,

Comme c'est le lieu, je vais vous raconter mon histoire, notre histoire, celle qui se termine avec mon coeur en lambeaux et mes joues trempées de larmes.

Il y a 8 ans, je me suis inscrite sur un site de rencontres. Cela faisait déjà presqu'un an que ma précédente relation s'était terminée, d'une sorte de commun accord, après 5 ans.
Durant les mois qui ont suivi cette rupture, j'ai vécu une espèce de trucs sans nom ni forme avec un type que je connaissais depuis plusieurs années et avec qui on s'était toujours apprécié, mais qui était en couple et avec deux enfants. Je précise qu'il ne s'est rien passé de plus qu'un pauvre smack, je n'aurais jamais pu faire ça. J'ai morflé parce que je savais que c'était impossible, mais bref.

J'ai fini par m'inscrire sur ce fameux site de rencontre, car mes copines m'en parlaient, mais je n'avais aucune autre ambition que de voir à quoi cela ressemblait.
Le premier soir j'ai mis 30 mecs dans mon "panier" (vous devez voir de quel site je parle maintenant). Et le premier que j'y ai mis, que j'appellerais T. m'a envoyée un message dans la soirée, en me disant qu'on avait les mêmes goûts musicaux. À partir de ce moment, on a passé des nuits entières à discuter de plein de choses, on s'envoyait des textos toute la journée et même si je ne l'avais jamais vu, j'ai su qu'il se passait un truc.
Un mois et demi plus tard environ, on a décidé de se rencontrer. Le jour J, l'alcool aidant un peu, on a très vite fini par s'embrasser, et à atterrir chez moi. C'était la première fois de ma vie que je couchais avec quelqu'un le premier soir.
Quand il est parti le lendemain, je lui ai demandé quand nous allions nous revoir, et il a répondu "Ça dépend, c'est quoi notre relation?". Bizarre.
Bref, on s'est revus plein de fois, pour aller au ciné, pour aller à des concerts, pour manger ensemble, pour boire des verres. Il ne dormait pas toujours chez moi, mais ça arrivait.
Un jour, je suis allée à un festival avec sa soeur et lui, (pour moi nous étions plus ou moins en couple, bien que nous ne l'ayons jamais évoqué, mais ça y ressemblait beaucoup), et pour une histoire de clefs à récupérer, j'ai dû retrouver une amie sur le festoche, qui m'a dit qu'elle avait appris qu'il voyait quelqu'un d'autre en même temps.

J'ai été super mal, mais je suis quand même rentrée avec lui alors que mes amis me disaient de rester sur le festival avec elles. Le lendemain, je l'ai appelé, lui ai laissé un message en lui disant qu'il fallait qu'on parle mais il ne répondait pas. J'ai fait la bêtise d'en parler à mon ex, qui était en fait toujours amoureux de moi et je ne l'ai appris que plus tard, il avait écrit à T. pour lui dire que c'était un connard, qu'il me faisait souffrir alors que j'étais la plus gentille personne qu'il connaissait, enfin bref... Quand j'ai eu des nouvelles de T., c'était pour me dire qu'il ne voulait plus qu'on se parle, que tout le monde le faisait chier. Il m'a bloquée de partout et j'ai fini en PLS, parce qu'avant que mon ex m'avoue lui avoir écrit, je ne comprenais pas sa réaction.
(je sais cette histoire est extrêmement longue mais je pense qu'il est important de tout raconter depuis le début).
Encore plus mal, j'ai laissé passé quelques jours, et je suis allée déposer un petit paquet avec deux trois cadeaux et une lettre devant son pallier.
Nous avons repris contact, et c'est reparti comme en 40.

Nous avons passé le nouvel an ensemble, et il allait partir juste après minuit. C'est à ce moment-là que je lui ai avoué mes sentiments. Il a fini par rester dormir.
Rien n'a changé, et en mars, il m'a envoyée un message pour me dire qu'il fallait qu'on arrête de se voir, car j'étais amoureuse et pas lui, que j'allais souffrir et que lui ça allait l'énerver.
Je ne sais plus trop ce qu'il s'est passé ensuite, nous nous voyions toujours et communiquions toujours, mais j'ai fini par en avoir assez, et j'ai réactivé mon compte sur le site de rencontres, que j'avais désactivé en pensant que j'avais trouvé quelqu'un. J'ai rencontré un type, puis un deuxième, que j'ai tous saoulés avec mon T. que je n'arrivais pas à oublier. Puis est arrivé R. R a été tellement gentil, que c'est devenu mon pansement. Ou du moins, je me suis rendue compte de ça après. Mais R., à qui j'en avais beaucoup parlé, a compris qu'il connaissait T. par l'intermédiaire d'une nana du site de rencontre, que T. se tapait (je sais c'est compliqué). J'apprenais donc encore une fois que je n'étais pas la seule qu'il voyait. La nana en question a appris que R. me voyait, l'a répété à T., et T. m'a écrit pour savoir si "je couchais avec ce R.". Je n'avais pas répondu.

T. est venu récupérer des affaires qu'il avait laissé chez moi, et dans le sac que je lui ai rendu, j'avais glissé une lettre, où je lui expliquais mes sentiments, et où je lui disais surtout que j'aurais aimé qu'il soit honnête avec moi, car apparemment les autres filles étaient au courant qu'il vagabondait. Moi pas.
On a échangé par texto, il m'a expliquée que j'étais importante, les raisons pour lesquelles je comptais etc...
On s'est revus, pour faire de la musique, manger ensemble et puis un jour il a supplié à ma porte que je le laisse rester alors qu'avant il partait tout le temps après manger. On a dérapé (j'étais plus ou moins avec R. mais c'était T. que j voulais), et j'ai mis fin à ma relation avec R.
J'ai reçu un texto de T. qui me disait "Je t'aime". Et mon coeur s'est envolé.

Voilà, ça ce ne sont que les prémisses.

Ensuite il y a eu pas mal de trucs vraiment chouette mais aussi des trucs moins chouette : il continuait de beaucoup discuter en ligne avec des meufs du net, chose qui me rendait folle vu nos débuts. Il y en a une avec qui j'ai fini par discuter en vrai, pour essayer d'apaiser le truc, elle était devenu une bonne copine.
On fait de la musique ensemble, ça marche bien, on a travaillé ensemble sur certaines choses, ça fonctionnait plutôt bien aussi.

Mais T. a un sacré caractère, il s'énerve facilement, s'enfuit, refuse de discuter quand quelque chose ne va pas...
Nous avons eu des périodes vraiment difficiles, parfois il m'ignorait pendant plusieurs jours suite à une pseudo dispute. Mais il n'a jamais exprimé quoi que ce soit, et pourtant j'ai parfois cherché à lui tirer les vers du nez.
Je ne suis pas toute blanche non plus, mais je pense avoir cru que je faisais du mieux possible.
Nous avons tous les deux beaucoup changé en 7 ans, en bien je crois.
Bref.
Pour en venir à ce qui nous intéresse, cela faisait plusieurs mois que c'était un peu différent. Et surtout après un clash horrible en septembre, où il m'a abandonnée sur un job, parce que j'étais occupée et n'avais pu lui répondre tout de suite ; il avait donc dû attendre 10 minutes dans la voiture que je le retrouve.
Suite à ça, plusieurs semaines se sont passées sans qu'il donne de nouvelles, ou alors très froides pour des raisons pro (musique). Et alors que nous devions aller à paris pour un job, nous nous sommes rabibochés.
Ça allait mieux.

En février alors que j'allais déménager, d'ailleurs il ne supportait plus mon ancien appartement, il m'a dit "je t'aime" pour la dernière fois ; il ne l'a plus redis jusqu'à aujourd'hui, et ne répondait pas aux miens.
J'arrive à la fin de mon histoire, et je suis désolée pour la longueur, ça me fait du bien de raconter tout ça.

Il y a deux semaines, nous étions en soirée avec deux amis, tout allait bien, jusqu'au moment où nous sommes allés acheter des bières dans une épicerie. T. est resté dehors, et lorsque je suis ressortie, j'ai vu qu'il écrivait un texto. Il était 2h du matin. Je lui ai demandé à qui il écrivait, et il m'a dit "t'occupe, je t'expliquerai". Nous avons continué la soirée, mais j'étais mal. Quand nous sommes partis, je lui ai demandé de m'expliquer, comme il avait dit qu'il le ferait. Il m'a dit que ça ne me regardait pas, que c'était quelqu'un qui allait mal, et qu'il allait quand même pas me raconter ses problèmes. Je lui ai dit que c'était normal de se poser des questions quand ton mec envoie des textos à 2h du mat' et il m'a répondu que quand on allait pas bien c'était généralement pas à 10h. Je lui ai dit aussi que c'était normal que je me demande vu qu'il faisait des cachoteries, que j'imaginais bien que c'était une meuf, sinon il m'aurait dit qui c'était, que de mon côté il connaissait tous mes amis et que j'avais rien à lui cacher. Je lui ai aussi rappelé qu'il avait dit qu'il m'expliquerait, et il a dit que c'était pour que "je lui foute la paix".
On ne s'est plus parlé jusqu'au retour chacun chez soi.

Ça m'a travaillée pendant les jours qui ont suivi et j'ai été très froide et distante.
Le mardi suivant nous avions un job à faire, puis il a suggéré que nous allions faire des courses, et je lui ai proposé un ciné. Quand il a accepté j'étais super contente, cela faisait super longtemps, et je me suis dite qu'il avait envie de passer du temps avec moi. On a mangé ensemble chez moi, on est allé voir le film, il était super enthousiaste.
Comme il avait laissé des affaires chez moi, j'ai pensé qu'il dormirait là, mais je l'ai vu commencer à rassembler des choses, alors j'ai demandé "tu veux pas rester dormir?". Il a répondu "non j'ai pas trop envie". J'ai alors pris mon courage à deux mains, et je lui ai demandé si on pouvait discuté. Il a dit qu'il avait pas envie, ce à quoi j'ai rétorqué qu'il le fallait, que je pouvais pas rester comme ça.

Il m'a dit "je ne suis pas très heureux". J'ai proposé qu'on s'assoit et qu'on boive un thé.
Il m'a dit qu'il m'adorait mais qu'en même temps il me détestait sur des trucs, qu'il n'a pas explicité plus que ça. Je lui ai demandé s'il m'aimait plus, il m'a dit que c'était pas vraiment ça, il m'a dit que des trucs dans mon attitude le rendait fou, que ma dermatillomanie (http://www.psychologue-riviere.com/dermatillomanie/ pour ceux que ça intéressent) était sans doute liée à lui en partie et que ça le saoulait (ça n'a rien à voir, je fais ça depuis que j'ai 15 ans), je lui ai demandé pourquoi il m'avait pas dit tout ça avant, il a dit qu'il avait pris sur lui et qu'il ne voulait pas me faire de mal, je lui ai demandé si c'était définitif ou non, si c'était fini ou non, il m'a dit qu'il ne voulait pas me dire que ça ne l'était pas parce que si ça l'était ce serait pas honnête de sa part. Je lui ai demandé qui était la fameuse meuf, il m'a dit que c'était quelqu'un qu'il avait rencontré sur internet il y a deux ou trois ans, et quand il a senti mon regard en mode "tu t'es réinscrit sur des sites de rencontres alors qu'on était ensemble" il m'a dit que c'était suite à une discussion sur un groupe facebook, que c'était quelqu'un qui voyageait beaucoup et qui avait les mêmes problématiques que lui dans la vie. Il m'a dit qu'elle lui donnait des conseils, je lui ai demandé lesquels, il a répondu "de régler mes propres problèmes avant de m'engager avec quelqu'un", je lui ai dit que je voulais être là pour ça mais qu'il s'était jamais confié à moi, qu'il avait toujours préféré en parler avec des inconnuEs sur le net... Bref. Je vous épargne le reste parce que c'est déjà très long mais en gros voilà. Il m'a fait un câlin et il est parti.

On s'est revus le lendemain pour une réunion de travail, mais on a pratiquement pas échangé, même si lui essayait de me parler comme si de rien n'était. Ensuite je n'ai pas donné de nouvelles. Lui a essayé de m'envoyer un message comme avant, je n'ai pas répondu, et ensuite il m'a envoyé des messages liés au taff, donc j'ai répondu, mais c'était super froid.

Plus de nouvelles pendant plusieurs jours, et avant-avant hier il m'a envoyée des textes pour le taff, je n'ai pas répondu tout de suite, j'ai attendu le lendemain, et j'ai fini par lui écrire pour corriger un des textes et lui demander des infos car nous avions un concert hier.
Il m'a répondu un message très froid, très informatif.

Puis hier, j'ai reçu un texto qui me disait qu'il serait au local de répète dans 10 minutes, donc que je pouvais arriver à 17h30. Quand je suis arrivée j'ai dit "salut", il a répondu mais si je n'avais rien dit je pense qu'il n'aurait rien dit du tout.
Nous n'avons pas échangé un mot du trajet, il avait ramené des cds et les paroles m'ont toutes fait penser à la situation, c'était très difficile.

Une fois sur place nous avons été obligés de communiquer un peu mais rien de fou. Ses parents étaient là, sa mère est venue nous saluer et m'a dit qu'on avait l'air tendu. Le concert a eu lieu, j'ai pleuré en jouant, tout en essayant de me retenir au maximum.
Une fois fini, ses parents sont venus nous féliciter, et sa mère m'a serrée dans ses bras en me disant qu'ils étaient fiers et contents pour nous. J'ai failli craquer plein de fois.
On a rangé, on est partis. Très peu d'échanges dans la voiture à part de lui pour dire que c'était un super concert.
Arrivé au local de répète, on a rangé le matériel et je lui ai proposé de mettre son vélo dans le coffre de la voiture et de le ramener. Il a refusé. En sortant il m'a dit "Merci d'avoir fait ça pour moi". J'ai dit que ce n'était pas pour lui que je l'avais fait. Il s'est rendu compte qu'il avait oublié ses cds dans la voiture, et quand il les a pris je n'ai pas pu m'empêcher de lui dire qu'il fallait qu'on rediscute plus tard.

Je lui ai dit que j'avais l'impression qu'il me mentait, qu'il voyait quelqu'un d'autre. Il a acquiescé en me disant "et alors?", je lui ai demandé ce qu'il en était, si c'était la meuf dont il m'avait parlé, oui, s'il l'avait vue en vrai, oui s'il était avec, il a dit que non qu'il comptait pas se mettre en couple, s'il avait couché avec elle, il m'a dit que c'était pas son genre (hm), il a dit un truc chelou qui me fait penser qu'il a été surpris avec elle par quelqu'un qu'on connait et qu'il pensait que ça m'avait été répété.
Je lui ai dit que c'était pas clair pour moi, il m'a dit que ça l'était, que c'était fini mais que je voulais juste pas l'entendre. Qu'il y avait eu des signes précurseurs que j'avais pas voulu voir, que certains trucs le rendaient fou, le ménage ou ma dermatillo, ce à quoi j'ai répondu que c'était des broutilles, que le ménage j'avais fait des efforts et qu'en plus on vit pas ensemble et que la dermatillo c'est une maladie contre laquelle je lutte, qu'il se sentait plus apaisé depuis que c'était fini, qu'il avait plein de problèmes, alors je lui ai dit que moi je voulais être là pour l'aider et l'écouter, il m'a dit qu'il s'était jamais senti en confiance pour m'en parler, je lui ai dit que s'il m'aimait plus du tout c'était encore différent, il a eu un silence et il a dit qu'il avait trop de rancoeurs et de haine pour le savoir pour l'instant, qu'il fallait qu'on réfléchisse pour le groupe parce qu'il voulait pas m'imposer ça. Je lui ai dit que j'avais besoin qu'il m'exprime clairement ce qu'il me reprochait ne serait-ce que pour que moi je puisse avancer de mon côté, que j'aimerais qu'on rediscute. Il m'a dit qu'il écrirait, je lui ai dit de prendre son temps, que j'attendrais de ses nouvelles. Que je trouvais que c'était du gâchis après 7 ans, de pas être capable de parler et d'essayer de surmonter, que j'étais prête à travailler sur moi sur des trucs s'il le fallait et à l'écouter parler des siens. Qu'il était la personne qui comptait le plus pour moi. Et j'oublie encore sans doute plein de trucs, c'était très intense.

Voilà en résumé (pas vraiment et je m'en excuse, je suis nulle pour synthétiser). Je sais pas trop ce que je cherche en venant ici, j'ai pas envie de lire qu'il faut laisser tomber, je l'aime trop, je sais qu'il y a plein de trucs qui clochent, sans doute chez moi aussi, parce que j'ai pas osé parler avant, parce que j'ai peur du conflit, parce que je me suis jamais imposée de peur de le perdre et que du coup il a cru que c'était acquis. Il le croit sans doute encore après tout ce que j'ai pu lui dire. Je pense que je cherche des conseils pour essayer de lui montrer qu'on a encore plein de belles choses à vivre, à faire, à partager. On a énormément de choses en commun, on rigole des mêmes trucs, on aime les mêmes groupes, les mêmes films, on discute de plein de choses profondes, quand on faisait l'amour (malheureusement avec tout ça, ça ne s'est pas passé beaucoup..), il y avait une belle alchimie. On n'était pas un couple "normal" mais est-ce que ça existe? On a les mêmes ambitions, les mêmes envies, on refuse les mêmes choses, bref...

Je l'aime à en crever et j'ai très envie de le retrouver, qu'il réfléchisse, qu'il se rende compte qu'il perd quelque chose de beau, qu'il m'aime et qu'il a envie de travailler avec moi pour créer quelque chose de bien et de sain...

Help ):
#1303308
Bonsoir Jackie,

Je suis désolée pour ce qu'il t'arrive. Je vais reprendre ton texte progressivement mais il y a une chose qui me saute aux yeux après avoir lu ton texte: depuis le début, ce n'était pas simple. Ça ne glissait pas, ce n'était pas serein... Sachant que même des histoires qui commencent sereinement peuvent finir mal voire très mal, imagine une histoire qui ne commence pas sur des bases solides... !

Bon, pour l'histoire du festival, tu pensais que vous étiez en couple, lui apparemment pas car il n'était pas exclusif... Et tu l'apprends à tes dépens. Et vous n'en aviez jamais parlé... Mais tu continues à aller vers lui, malgré le fait que son comportement ne te plaise pas (l'absence de communication, la lâcheté). Il revient, part, revient... Et tu continues de lui ouvrir les bras. Il te dit ce que tu as envie d'entendre (= que tu es importante et qu'il t'aime) alors que ses actes ne sont pas en adéquation avec ses paroles.
Et ce n'est que le début de l'histoire ! Et objectivement, ça sentait déjà mauvais !

Je ne sais pas comment étaient tes relations précédentes avec tes ex mais dès le début de la relation il ne te respectait pas et tu le laissais faire... L'amour ne fait pas tout... Tu ne peux pas laisser ton amoureux te manquer de respect... Le "laisser" continuer à parler avec des filles, le laisser t'ignorer pendant plusieurs jours pour éviter de communiquer... Il y a quelque chose qui me chiffonne un peu aussi, je sais que c'est personnel mais en sept ans de relation, vous n'habitiez pas ensemble, vous n'aviez pas pris d'engagement de part et d'autre ? (cf. il a répondu "de régler mes propres problèmes avant de m'engager avec quelqu'un")

Et même la fin de la relation n'est pas une "vraie fin" car les mots n'ont pas été posés de part et d'autre... On devine qu'il a mis fin à la relation en t'avouant qu'il voyait quelqu'un d'autre. Et tu as eu raison de lui dire que ce n'était pas clair car ça ne l'est pas !! On ne peut pas construire une relation sur des non-dits et une absence totale de communication (j'ai l'impression que l'on a trouvé le champion dans cette catégorie d'ailleurs) !! Tu te rends compte ? Tu as appris une fois que c'était fini qu'il avait de la rancœur et de la haine à ton encontre ! Juste parce qu'il a accumulé les choses sans en parler une seule fois !

J'ai l'impression de me voir quand je lis "je sais qu'il y a plein de trucs qui clochent, sans doute chez moi aussi, parce que j'ai pas osé parler avant, parce que j'ai peur du conflit, parce que je me suis jamais imposée de peur de le perdre et que du coup il a cru que c'était acquis". Tu sais, si tu t'abstiens de t'imposer pour ne pas le perdre, c'est déjà un mauvais signe... Je l'ai appris à mes dépens...

Je suis vraiment désolée Jackie, je me doute que tu l'aimes encore mais ça fait sept ans que cette histoire n'est pas vraiment sereine... Je ne pense pas qu'elle le sera un jour... Sauf s'il décide de faire un changement à 360° et qu'il décide de développer sa communication mais ça, personne n'a les réponses à part lui...
JackieBkdt ont aimé ça
#1303309
Merci beaucoup déjà pour avoir pris le temps de lire mon énorme pavé... Je n'avais pas pris l'ampleur de sa taille en le rédigeant...

Je sais que c'est un peu biaisé depuis le début, mais je pensais qu'on avait quand même construit quelque chose de solide. Le fait de ne pas habiter ensemble c'était une décision commune, justement pour des problèmes de compatibilité rangement/ménage, et aussi de besoin d'indépendance, de sa part principalement c'est vrai. Mais j'ai appris a apprécier la mienne. Ça nous empêchait pas de nous écrire tout le temps quand on était pas ensemble.

Tout le monde autour de moi pense comme toi... Et je sais qu'au fond de moi je le sais aussi. Je viens juste de l'avouer à ma mère, et elle me balance de but en blanc qu'elle sentait qu'il avait de la rancoeur envers moi suite à la dernière fois où mes parents sont venus et où inconsciemment je pense, il a pas arrêté de chercher leur approbation sur ma façon de ranger/nettoyer mon appart. J'ai l'impression que j'ai été dans le déni... J'ai pas vu à quel point ça l'énervait, mais c'est parce que ça me semblait super futile...

Je l'aime de toute mes forces, j'ai un espoir à toute épreuve... Avant d'être avec je l'ai attendu 1 an et demi, en prenant sur moi malgré ce que j'apprenais de la bouche des autres. Ça me fait peur.
J'hésite à faire le coaching, mais en même temps j'ai peur que ça ne serve à rien parce que justement c'est biaisé dès le départ.

Dans les discussions que nous avons eu les deux dernières fois -à mon initiative-, il m'a parlée de problèmes à régler... Et ça fait partie des choses qui me donnent l'espoir qu'il peut changer pour du mieux. Mais peut-être que je me leurre? Je suis complètement perdue, et désespérée...

En tous cas merci.
#1303313
Bonjour Jackie,

Je suis désolée pour ce qui t'arrive.

Je rejoins Sarah dans son analyse, dès le début c'était bancal, et ça ne s'est pas arrangé durant les sept années qui ont suivi.

Je sais que tu n'as pas envie de lire qu'il faut laisser tomber, essayer d'avancer et passer à autre chose, pourtant c'est ce que je vais te dire. À te lire, j'ai l'impression que tu as beaucoup souffert avec ce garçon pendant votre relation. Que tu t'es sentie parfois en insécurité, que tu ne savais pas sur quel pied danser, que tu t'es vue être rejetée par lui, et revenir demander encore et encore, tout faire pour "apaiser le truc" comme si c'était à toi seule de tout gérer, comme si votre couple reposait tout entier sur tes épaules. Au point de devenir copine avec un de ses flirts en ligne... Est-ce que tu commences à voir un peu le décalage entre tes actes et les siens ?

Dans quel monde devient-on amie avec une fille que son mec drague sur Internet, pour "apaiser le truc" ?

Je ne te juge absolument pas Jackie, et si j'interviens et en longueur, c'est parce que je me reconnais beaucoup en toi. Moi aussi j'ai passé des années à me suradapter aux autres, à me plier en quatre, en huit, en tout petit petit juste pour ne pas prendre le risque de les faire fuir, dans l'espoir désespéré qu'ils puissent m'aimer un petit peu, juste un peu. Moi aussi j'ai aimé des garçons qui ne voulaient pas vraiment de moi, pas comme ça, enfin si, mais si j'étais un peu plus comme ci, un peu moins comme ça... Moi aussi Jackie, je suis dermatillomane depuis mes 15 ans (sans doute avant en fait) ET trichotillomane.

Es-tu suivie par un.e psy-chologue, -chiatre, -thérapeute pour tout ça ?

J'entends, je comprends viscéralement que tu ne puisses pas lire/entendre/recevoir l'idée que c'est vraiment fini, et que c'est pour le mieux. Mais je crois que, comme beaucoup d'entre nous ici, tu as passé pas mal d'années à donner, donner, donner, et accepter de ne recevoir que des miettes que tu prenais avec une immense gratitude.

Tu dis que vous n'étiez pas un couple "normal", mais si... et votre rupture ne l'est pas moins. Je pense que chaque histoire est à la fois foncièrement unique et immensément banale. À moins qu'il y ait autre chose ?
JackieBkdt a écrit :Je l'aime à en crever et j'ai très envie de le retrouver, qu'il réfléchisse, qu'il se rende compte qu'il perd quelque chose de beau, qu'il m'aime et qu'il a envie de travailler avec moi pour créer quelque chose de bien et de sain...
J'aurais pu écrire cela (d'ailleurs je l'ai peut-être déjà écrit ici ou là). Mais 1/ aimer à en crever quelqu'un, c'est déjà un peu beaucoup (tes enfants peut-être) et 2/ surtout si ce quelqu'un ne veut pas de nous ! De plus, je comprends que tu aies envie qu'il bouge, qu'il change mais tu ne peux rien faire, ça ne dépend pas de toi, seulement de lui et visiblement, ses actes te montrent qu'il n'en a pas l'intention, ni l'envie... Tu veux qu'il se rende compte qu'il t'aime, mais cet homme te dit qu'il a de la rancoeur et de la haine (ce qui revient à dire, si on est honnête deux minutes, qu'il ne t'aime plus hein), donc s'il ne t'aime plus, comment veux-tu qu'il se rende compte qu'il t'aime ?

Je pense que tu as beaucoup de choses à régler de ton côté (mais pour toi, pas pour lui !) et surtout comprendre comment/pourquoi tu es restée 7 ans avec un garçon qui te malmenait, pourquoi, comme l'a justement soulevé Sarah, tu t'es laissée faire quand il parlait à d'autres filles, quand il t'ignorait pendant plusieurs jours... Il est clair pour moi qu'il ne tourne pas rond non plus, mais nous ne sommes pas là pour lui poser un diagnostic mais bien pour t'aider toi.

Ca fait combien de temps exactement depuis votre dernière discussion ? Tu en es où là ? Tu travailles ? Tu es entourée (famille, amis) ? Comment par te protéger de toi-même, ça implique zéro message, zéro contact, et même le bloquer des réseaux sociaux. Tu n'as pas envie de tomber sur une photo de lui et sa nouvelle copine alors que tu crèves au fond de ton lit de le retrouver.

Courage Jackie, c'est un moment atroce mais si tu fais le nécessaire ça finira par aller mieux, bien mieux que lorsque vous étiez ensemble même.
#1303314
Sais-tu de quels problèmes il parle quand il les évoque ? Je pense sincèrement que c'est "juste" une raison pour prendre le large... Il t'a dit qu'il n'était plus heureux... Il ne supporte plus ton côté maniaque (j'imagine que tu parles de ça quand tu évoques le ménage) et tes tocs/ta maladie. Je ne te connais pas mais je suis sûre que tes tocs se sont empirés depuis que tu es avec lui... je ne pense pas que tu étais épanouie avec lui... tu l'aimais mais tu n'étais pas heureuse. Comme le souligne Janysse, tu devais seulement te contenter des miettes qu'il te donnait et c'est ça qui te rendait heureuse...

Je sais, crois-moi, je sais parfaitement que la douleur est vive, que ça fait mal d'être quittée et de se retrouver seule après tant de temps, mais tu as peut-être besoin de te retrouver et de ne vivre qu'à travers toi.
#1303318
Merci à toutes les deux pour vos réponses.
Je sais que vous avez sans doute raison, mais je peux pas m'y résoudre, c'est viscéral , chaque fois que j'y pense les larmes me montent, et je dérouille.

Pour te répondre Janysse, je suis suivie par un psy depuis un an pour la dermatillo, mais j'ai pas l'impression d'avancer beaucoup. C'est un comportementaliste, il me donne donc des exercices à faire, mais j'ai du mal à les appliquer... (alors qu'il s'agit juste d'exprimer mes émotions tout haut... Oui, je suis mal barrée).

Je suis restée 7 ans avec lui parce que c'était la première personne je crois, avec qui on avait tant en commun, et avec qui on partageait tant. Il m'a aussi beaucoup aidée au début de notre relation "officielle" (après m'avoir un peu pourrie, c'est vrai), à avoir mon diplôme, parce que j'avais beaucoup de mal, à aller de l'avant sur ma carrière, à me rendre compte de ce que je voulais faire dans la vie, et je me suis lancée en tant que photographe pro, ce que j'aurais probablement pas osé faire s'il avait pas cru en moi, il m'a permis de faire de la musique, chose que j'avais jamais osé avec personne parce que je ne savais pas chanter, ni jouer d'un instrument, et il a cru en moi. On a fait 101 concerts ensemble...
On était d'accord sur beaucoup de choses, notamment le fait de pas vouloir d'enfant, on est devenus végétariens ensemble, vegan aujourd'hui, on partage cet amour des animaux, il m'a dit pendant l'avant dernière discussion qu'il était fier de qui j'étais et de ce que je faisais... C'est pour ça que je j'ai du mal à comprendre, en quoi des broutilles de merde peuvent gâcher tout ça.
On a fait de beaux voyages, il avait jamais pris l'avion, je lui ai permis ça, on en avait d'autres en projets... J'ai tellement mal c'est terriblement difficile.

Et puis 7 ans pourquoi, parce que je l'aime pour qui il est aussi, il est à mes yeux beaux, intelligent, il me faisait beaucoup rire, quand ça se passait bien c'était merveilleux. Et je sais qu'il y avait toujours ce fond sous jacent et ma peur suite à ses écarts au début, j'ai été jalouse, possessive au départ, mais j'ai appris à calmer ces angoisses, ce qui n'est pas du luxe quand on sait quelle angoissée je suis.

Pour te répondre du coup aussi, je suis photographe freelance, je bosse donc chez moi (autant dire que depuis deux semaines j'y arrive pas). C'est la saison des mariages, et ça aussi c'est très difficile, j'ai pas arrêté de pleurnicher derrière mon appareil quand j'écoutais les discours alors que d'habitude je les écoute plus, et surtout ça me touche pas outre mesure parce que je crois pas au mariage (oui je suis un peu contradictoire quand j'y réfléchis).
Je vois des amis, mais je les bassine, j'ai du mal à sortir, je viens juste de l'annoncer à ma mère (pas évident non plus, y a plein de trucs qui vont pas de ce côté là, parce qu'elle va pas bien et que du coup je savais qu'elle pleurerait et bingo... mais elle a appelé et elle a grillé direct que j'allais pas bien). J'ai envie de rien.

Pour la suite bah... Notre dernière discussion, qui était en face à face date de la nuit de vendredi à samedi en rentrant du concert.
Je tente le Silence Radio... Puis j'aimerais quand même essayer quelque chose, même si je sais et vois que tous les avis sont contre cette idée (j'ai des amis plus ou moins véhéments, y en a qui me disent qu'il en vaut pas le coup, d'autres qui me disent de laisser le temps faire) Je lui ai dit de réfléchir et de m'écrire, ce qu'il me reproche exactement, que je puisse bosser dessus quoi qu'il arrive, et de prendre son temps (quelle mauvaise idée).
Une lettre manuscrite? Un truc? Je veux pas me dire que j'ai rien essayé d'autre que la discussion. Je sais au fond de moi que je l'aime de tout mon coeur, et qu'à un moment il m'a aimé aussi... Je suis retombée sur ce vieux texto qui me disait qu'il avait jamais été aussi bien avec quelqu'un, que j'étais trop bien, que la rupture pouvait pas arriver parce qu'on avait des bases trop solides...

J'ai mal...

Bouarg, plus j'écris plus je pleure, j'en ai marre, je m'arrête pas depuis presque deux semaines...

Pour Sarah, je sais qu'il a de vrais soucis, parce que quand je l'ai rencontré, il me disait clairement qu'il ressemblait à son père, et que la moindre contrariété, la moindre dispute, pouvait devenir un motif de rupture, avec famille, amis, etc... D'ailleurs T. avait coupé les ponts un temps avec ses parents. Je crois qu'il pense être un enfant non désiré.
Son père a arrêté de parler à son beau-frère pendant des années à cause d'une connerie, T. a quitté une de ses ex pour lui avoir dit "ta gueule", et il a mis fin avec d'autres relations pour des motifs semblables, sans se retourner (le pourquoi je suis toujours allée le repêcher après nos disputes et ses silences... trop peur de faire partie de ces gens). Je l'ai fait beaucoup changer là-dessus, il est devenu moins caractériel, tout le monde l'a remarqué, mais je sais pas si lui se rend compte que c'est grâce à moi en partie. Je pensais l'apaiser justement, lui montrer que ses réactions étaient merdiques, et que ça m'empêchait pas de revenir.
Visiblement j'ai foiré.

Il sait qu'il a des problèmes relationnels à régler, mais il pense qu'en parler à des meufs du net c'est plus intelligent (il l'a pas dit mais c'est ce que je déduis) que de parler à ses amis (qui sont malheureusement tous les miens à la base..), ou à un psy. Il a l'impression d'avoir réussi à faire très tard ce que les jeunes font aujourd'hui très tôt, mais ça quand il m'en a parlé lors de notre première discussion j'ai pas compris non plus, parce qu'il a commencé à travailler vers 18 ans comme tout le monde, il a fait une licence et un master en habitant seul comme tout le monde et il a très vite été indépendant financièrement. Il a été au RSA pendant quelques temps, pour se consacrer à la musique, et c'est grâce à notre groupe qu'il est devenu intermittent...

Il a pas voulu explicité, mais il me disait que des trucs le rendent fou, donc j'imagine que c'est sur ces trucs là qu'il veut travailler aussi. Je pense qu'y a une question d'égo, de confiance en soi aussi... Bref.

Et j'ai tellement pas envie qu'une parvenue profite de tous mes efforts...

Merci encore de prendre le temps de me lire et de m'écrire, j'ai l'impression de tellement saouler tout le monde.
#1303320
A chaque fois que mon ex me manquait, j'envoyais un message à ma meilleure amie pour lui dire. Comme ça je ne le gardais pas pour moi et j'évitais de lui dire à lui et de me prendre une claque par la même occasion (car sa réponse aurait forcément été décevante).

Je ne peux que comprendre ton incapacité à te résigner, c'est beaucoup, beaucoup trop tôt pour l'instant face à l'histoire que vous avez vécue... C'est normal aussi d'avoir besoin de t'exprimer auprès de tes proches, c'est encore récent. Je peux aussi comprendre que tu sois saoulée de te répéter et d'être "en boucle" mais il faut que tu digères la chose aussi... Il faut que tu sortes tout, il ne faut pas que tu mettes tout sous le tapis et que tu refoules ou que tu fasses semblant, ça te sera forcément préjudiciable.

Tu n'as rien foiré du tout. Tu as fait de ton mieux, ce que tu as pu pour tirer le meilleur de cette histoire, toutes ces années. Mais il a l'air d'être un garçon bien complexe, parce qu'il n'a pas réglé ses soucis et tu finis par en pâtir. Tu en as toujours un peu pâti d'ailleurs, avec cette absence totale de communication que tu essayais tant bien que mal de débusquer.

Si tu as besoin d'écrire et de t'exprimer, fais-le ici. Vraiment. Tu ne seras pas jugée. Nous savons tous ce que c'est.
#1303321
Tu penses vraiment que c'est impossible, qu'il y a rien à sauver? Pas de techniques pour le récupérer possibles? Je me tâte vraiment à prendre le coaching avec Antoine, mais c'est une somme, j'ai aucune garantie que ça fonctionne et j'ai peur d'être déçue... (je le serais pas plus que si je tente rien cela dit...)

Ce que je ressens là, c'est de la frustration, de la tristesse et du manque. Avant à cette heure là on se serait envoyé plein de messages débiles avec des vidéos mignonnes ou marrantes, on se serait dit "tiens on irait bien lire en terrasse"... Je me suis promise que j'allais y aller aujourd'hui vu que je sors pas de chez moi en ce moment, mais j'ai vraiment du mal, j'ai peur de le croiser, de le croiser avec la nana en question, de croiser des gens qui nous connaissent et qui vont me dire "bah il est pas là?".
Je me sens moche et nulle, j'ai envie de rien. Je suis d'un naturel plutôt positif depuis quelques temps, mais j'ai une petite base de déprimée chronique, alors forcément dans cette situation...

Je vois mon psy demain, mais je sais que ça va pas m'aider. Parce qu'il y a pas de solution miracle. Tout ce que je voudrais c'est une baguette magique pour tout modifier. Qu'il revienne mais qu'il ait changé sur les trucs qui couillent, que moi aussi je change sur mes trucs qui couillent, qu'on soit heureux ensemble, qu'on profite, qu'on fasse tous ces trucs qu'on a pas eu le temps de faire parce qu'il a mis fin à tout ça sans me demander si j'étais d'accord...

Et voilà je recraque bordel. ):):):):
#1303323
JackieBkdt a écrit :
23 juin 2019, 15:35
Tu penses vraiment que c'est impossible, qu'il y a rien à sauver? Pas de techniques pour le récupérer possibles? Je me tâte vraiment à prendre le coaching avec Antoine, mais c'est une somme, j'ai aucune garantie que ça fonctionne et j'ai peur d'être déçue... (je le serais pas plus que si je tente rien cela dit...)


Je vois mon psy demain, mais je sais que ça va pas m'aider. Parce qu'il y a pas de solution miracle. Tout ce que je voudrais c'est une baguette magique pour tout modifier. Qu'il revienne mais qu'il ait changé sur les trucs qui couillent, que moi aussi je change sur mes trucs qui couillent, qu'on soit heureux ensemble, qu'on profite, qu'on fasse tous ces trucs qu'on a pas eu le temps de faire parce qu'il a mis fin à tout ça sans me demander si j'étais d'accord...

Bonjour,

Pourquoi un coaching (et des stratégies) seraient plus efficaces qu'un VRAI suivi psy?
Pour qu'une thérapie fonctionne, encore faut il le vouloir, profondément.
C'est comme essayer d’arrêter la clope contraint et forcé...chances de réussites proches du néant.
Comme les filles je pense que votre relation est dysfonctionnelle depuis le début, pas seulement de son fait d'ailleurs, et que même sil il "revenait" maintenant, ca serait voué a l'échec de toutes façons.
Parce que le travail de ton coté n'est pas fait, pas plus que du sien, si tant est qu'il ait envie/ressente le besoin de faire ce travail.

Je crois qu'il faut accepter, même si c'est douloureux, que parfois on n'est pas/plus compatibles.
Et oui, malheureusement, en général, une rupture c'est unilatéral...si il l'a fait, c'est pour lui, pas "contre toi".
Ca il faut que tu l'entendes et l'acceptes aussi.
Toutes les discussions, argumentations, négociations...elle ne sont possibles que si la personne en face y est réceptive...et là, c'est pas du tout, du tout le cas...
#1303324
Parce que mon psy je le vois juste pour soigner ma dermatillo... Que c'est 30 minutes toutes les deux semaines, que j'ai envie que ça marche mais que la dermatillo c'est un truc bien spécifique, que c'est ma façon à moi de relâcher mes tensions, d'exprimer tout ce que je n'arrive pas à sortir encore.

Il a parlé de faire un travail sur lui, de régler ses problèmes avant de s'engager avec quelqu'un.
Moi je veux le faire ce travail, pour moi aussi et surtout, je lis des trucs, j'essaie d'avancer, j'ai déjà pas mal évolué, mais y a encore du travail je le sais. Je sais que j'ai plein de trucs qui clochent chez moi.

Mais je suis sûre que c'est du gâchis, parce que même si y a des trucs qui fonctionnent pas y en a d'autres qui fonctionnent. Je suis bornée, mais si je l'avais pas été au départ, j'aurais jamais vécu ça avec lui alors je sais que je dois accepter pour l'instant, laisser passer du temps, avancer de mon côté, le laisser avancer du sien, mais j'aimerais vraiment le récupérer. Je pense que s'il se met avec quelqu'un d'autre direct il se fout juste de ma gueule, et je me sentirais encore plus mal.

Je dois pas être la seule débile à tenir ce genre de propos, je sais.
#1303326
Il s'agit pas d'être débile ou pas débile.

Peut être qu'il faudrait envisager de voir un psy pour le reste, parce qu'à un moment, quand on y arrive pas seul, il n'y a pas de honte à avoir à demander de l'aide.

Quand à "récupérer" quelqu'un...on récupère un colis ou une paire de clés, pas une personne, qui a son libre arbitre. Spécialement quand la personne en question est "bancale" et pas bien fiable depuis le début...Si il t'aime, il reviendra de lui même, sinon, toutes les techniques et stratégies que tu pourrais employer son completement vaines, et et plus tu vas gaspiller une énergie qui a mon très humble avis devrait être employée a tout autre chose dans ton cas.

Je terminerai la dessus, quand quelqu'un te dit "je ne suis pas prêt à m'engager", il oublie bien souvent de préciser "avec toi". Sois bien sûre que le jour où il rencontrera la "bonne", ses problèmes, il en fera abstraction.
Ceci étant dit, bon courage pour la suite.
#1303331
Bonjour Jackie,

Ta detresse fait mal au coeur .

Désolée d'êtrebrutalement synthétique, mais ce garçon n'a pas été fiable dès le début. 7 ans " ensemble " , un an et demi au début où iln'était pas fidèle, deux ans à la fin où tu as des doutes ?
Une relation mérite de se vivre dans un climat de confiance et de stabilité Jackie, une relation où on dort ensemble, où on fait l'amour , où on sait de quoi demain sera fait . Il ne s'agit pas forcément de vivre ensemble , mais de vivre dans la sérénité.
Ce qui me frappé à te lire c'est l'emprise terrible qu'a cette relation sur toi , jusqu'à te convaincre qu'elle est " normale" .
Assez paradoxalement , plus une relation est déséquilibrée ( voire malsaine ), plus on a dû mal à y renoncer . Sans doute parce qu'on y a mis trop de soi, tellement d'énergie à se faire aimer qu'on se retrouve perdu quand cette "activité" dévorante s'en va .
Non il ne faut pas aimer " à en crever" . Ce n'est pas de l'amour , l'intensité peut être trompeuse, mais c'est de la souffrance .

Prends du temps , vraiment . Là tu essaies juste de retrouver ce qui t'occupait toute entière, te faire aimer de lui. Parce qu'au bout de 7 ans tune sais plus fonctionner autrement .
Prends du recul, des autres habitudes , pense à toi, toute cette énergie que tu employais à vivre la vie à travers ses yeux, emploie la pour toi uniquement . Oui il y aura des moments tresdifficiles, des larmes, du chagrin , des insomnies.
Mais persiste, vraiment . Continue, prends du recul .
On peut découvrir des choses surprenantes si on s'en donne le temps( plusieurs mois , au moins ) . Un sentiment de liberté et de sérénité sans la tension de cette relation sans laquelle on croyait pourtant n'être rien.

Il existe des relations Jackie où on n'est pas trompée, oû on communique, où on dort ensemble,où on ne doit pas courir après l'autre pour lui montrer comme un gentil toutou savant qu'on a changé pour lui plaire , des relations simples . Où on ne perd pas le respect de soi même.

Bon courage.
#1303334
Bonjour

Effectivement, la fiabilité, la compréhension et la communication ne semblaient pas être très top dans votre relation...or ce sont quand même des piliers qui comptent pour la pérennité du couple.
Tu as certainement des choses à régler avec toi avant de pouvoir ne serait-ce qu'envisager que vos contacts reprennent.. mais pour cela, il faut que TOI, tu le décides... parce que sinon, si vous reprenez tel que, ça se cassera la gueule encore une fois, les problèmes n'étant pas réglés.

Et puis, lui, c'est du lourd quand même, et je pense qu'au fond, il n'en vaut pas la peine (même si tu es persuadée du contraire) car il ne te respecte pas et ça, c'est rédhibitoire...

Bon courage à toi
#1303461
Bonjour à toutes,

Merci pour vos réponses. Il m'a fallu un peu de temps pour les digérer, surtout certaines et...
Je vais pas mieux...

Je n'avais pas de nouvelles et ai été en contact avec lui cette semaine pour du travail encore... Nous devions aller à une réunion bilan suite à des ateliers effectués avec des lycéens. Bref, une des organisatrices nous a sans doute (elle le faisait à chaque fois) envoyé le même texto nous suggérant de contacter une personne qui assistait également à la réunion et qui partait du même endroit. J'ai attendu une journée, puis j'ai contacté la-dite personne. Elle m'a répondu qu'elle avait un contre-temps et qu'elle ne serait donc pas là. J'avais de mon côté anticipé en posant une option pour une voiture de loc. J'ai donc rappelé le type et réservé la voiture. À peu près au même moment T. m'a envoyée un message en me disant "Hello, on y va alors demain avec machine? Moi je suis partant". J'ai répondu 15 minutes plus tard "Elle a un contre-temps et ne sera pas présente. J'ai loué une voiture, je la récupère à 12h". Pas de nouvelles.
Le lendemain je vais chercher la voiture à 12h, comme prévu, et j'attends jusqu'à 12h35 de voir s'il m'écrit pour que je l'emmène. Rien. Je pars.
À 13h, je reçois un texto de sa part me disant "Bon bah je te charge de prévenir qu'on n'y sera pas, ça ne sert à rien que les autres viennent pour rien". Je conduisais donc pas répondu. Il essaie d'appeler. Je me gare et le rappelle. Je lui dis "tu m'as appelée?", il répond "oui, on n'y va pas alors?", et je lui dis "je t'ai prévenu que j'avais loué une voiture, j'ai attendu un signe de ta part toute la matinée pour savoir si je t'emmenais et rien donc je suis sur la route". Il m'a dit "Ah ok, bon c'est bien que quelqu'un y aille", j'ai répondu "je te ferais un compte rendu si tu veux", il a dit "ça marche" et il a raccroché.

J'étais dans tous mes états mais je suis allée à la dite réunion, j'ai inventé un bobard pour la raison de son absence, ça s'est bien passé et voilà. Mais dans le fond j'étais à la fois super mal et fière de pas lui avoir proposé de l'emmener, d'avoir lutté contre ma nature.

Le retour a été vraiment nul, et hier je me suis rendue compte qu'il m'avait bloquée sur facebook. On n'était pas amis, mais là je peux plus voir son profil, ni lui parler sur messenger, et sur un autre compte qu'il avait pour la musique il m'a aussi virée de ses amis.
Ça m'a foutue un coup, parce que c'est moi qui morfle là, je lui ai rien fait de méchant et il me raye comme ça de sa vie...

Je sais pas quoi faire. À vous lire je devrais abandonner, mais j'y arrive pas, même à aller de l'avant moi-même. J'ai demandé des conseils pour aller voir un autre psy, pour m'aider à traverser tout ça parce que là je reste enfermée chez moi en essayant de travailler mais je suis pas productive, je pense à lui sans cesse, et je me dis que putain, il m'a déjà complètement zappée alors que merde, 7 ans quand même, et qu'on a pas fini plein de trucs.
Je suis en SR, est-ce que je dois continuer? Je sais plus, je sais pas, je dois vous paraître un cas désespéré, mais je sais plus quoi faire, ça fait 3 semaines que je saoule mes ami.e.s, je sais qu'ils sont là pour moi mais quand même. Et je pensais pas avoir une réserve de larmes aussi énorme, surtout avec cette chaleur... ):
#1303471
Bonjour,

Je suis désolée pour ce que tu vis. Tout a été dit, donc je pense qu’il n’y a rien à ajouter. Il te faut du temps pour intégrer les messages précédents et tu ne sembles pas encore lâcher prise apparemment.

Le SR n’a de sens que s’il est pratiqué pour soi, pour faire le deuil de la relation et aller de l’avant. Or tu n’es pas en SR puisque tu communiques avec lui. Je n’ai pas compris si cette communication était indispensable, mais ce qui est sûr, c’est que tu feins l’indifférence (je ne te jette pas la pierre, je suis passée par là) et en même temps tu es déçue de voir qu’il te bloque sur les réseaux sociaux.

Je te promets qu’ici nous te comprenons parce que nous avons pour la plupart vécu une séparation. Et c’est justement pour avoir vécu certaines choses que l’on essaie d’épargner nos semblables, de les aiguiller.

Il y a quelque chose de pas sain dans ta relation à lui. Moi par exemple je ressens un certain malaise quand je lis ton récit, son inconduite. Je ressens de la colère monter en moi, du mépris presque pour cet homme qui ne t’a pas respectée à mes yeux et j’ai beaucoup de peine pour toi.

Or toi tu ne sembles aucunement en colère contre lui. Ton amour semble intact et c’est ça qui ne me semble pas sain.

J’ai été dépendante affective. J’en ai pris conscience à l’époque en lisant « ces femmes qui aiment trop ». Je t’encourage à lire ce livre ou un autre qui traite du même sujet, cela pourrait t’éclairer. Dis-toi bien en tout cas que tu ne peux agir que sur toi.

Quand je lis qu’il te bloque partout, je trouve enfin qu’il t’épargne, te fermant les portes malgré toi.

Je suis désolée de te faire du mal en te disant ces choses mais il t’aide là où toi tu n’arrives pas à agir pour ton bien.

Comment pourrait on aider un diabétique si on lui montrait sans cesse des pâtisseries? Tu ne t’aidais pas en guettant ses pages internet.

Pardon de te faire mal, j’essaie de t’aider même si c’est impossible pour toi à comprendre pour l’instant.

Courage en tout cas, tu mérites d’aimer et d’être aimée.
#1303472
C'est lui qui a communiqué avec moi, parce que nous av(i?)ons un groupe de musique ensemble et qu'il reste des choses à régler à ce niveau.

En fait je ne comprends pas où j'en suis parce que je n'ai pas compris les raisons de la rupture. Mais bref, demain je vais prendre un rdv avec un psy qui fait de l'EMDR car peu importe que qu'on me dit je n'arrive pas à avancer.

Juste si ne pas lui écrire ce n'est pas du SR, qu'est-ce que c'est?

Merci en tous cas. Et je reviendrais plus tard quand ça ira mieux, car en effet finalement ça me fait plus de mal que de bien de lire vos messages, sans doute parce que je sais que vous avez raison, mais que je ne suis pas prête à les entendre.
#1303473
Bonjour ,

C'est normal que ce soit difficile à entendre et à vivre, c'est très récent .


Je rebondis juste sur ça :
JackieBkdt a écrit :
30 juin 2019, 14:17
Juste si ne pas lui écrire ce n'est pas du SR, qu'est-ce que c'est?
Parce que je suis passée exactement par là, les 7 premiers mois post rupture . Je j'écrivais pas , lui oui et je me disais fièrement que j'étais en SR .
Mais je répondais à ses messages , et on se croisait une fois par mois environ, et on conversait " gaiement ". Je me disais que tout cela n'était pas bien grave, puisque ce n'était pas fréquent , et pas à mon initiative. Et puis ça me permettait de lui montrer que j'étais une super fille, rigolote et forte :roll: ( alors que j'ai pleuré pendant des mois ) . Tandis que lui profitait de chaque contact pour me dire à quel point il était malheureux.
Et en fait je ne faisais pas le deuil totalement.
Le coup de poignard que j'ai reçu quand j'ai appris pour sa next, 7 mois après la rupture , me l''a confirmé.
Et là j'ai tout bloqué.

Le SR ce n'est pas une tactique qui se mesure avec des bâtons, c'est se protéger de l'autre , avec qui le moindre contact ravive la peine, en général , pour avancer , faire le deuil . Et arrêter d'être dans l'attente.

Bon courage à toi, reviens quand et si tu en as envie ( pour ma part je serais assez curieuse d'en savoir plus sur l'EMDR dont j'ai bcp entendu parler )

Bonsoir, A mon sens, ça: Après[…]

Bon, je présume qu'il ne sera pas ais&eacut[…]

Tu a tout à fait raison. Merci à toi[…]

Hello les amis, Me revoilà donné q[…]