Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Si le coeur vous en dit, racontez-nous votre histoire en détails
#1301029
Bonsoir Janysse,

Je ne sais pas trop comment l’exprimer, mais vu que tu ne t’aimes pas en profondeur, ne te dis-tu pas que tu n’as (entre guillemets) que cela (ta réussite scolaire/professionnelle, ton « intellect », etc.) pour toi, et que si tu échouais en la matière, tu n’aurais décidément plus rien (de particulier) pour toi (ce qui est faux, bien entendu) ? « Si je ne suis pas la meilleure - une bonne note ne te suffit pas -, et ce, dans tous les domaines - tant qu’à faire - (mais vu que je réussis surtout à l’école, je vais tout miser là-dessus), je ne suis plus rien du tout, je ne me distingue plus, je ne suis plus ‘spéciale’ », en gros. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles tu as si peur de l’échec… Parce que tu en fais une question d’ « identité », parce que tu te définis au gré de tes réussites, en quelque sorte. Parce que si tu ne te trouves peut-être pas extraordinaire, tu cherches peut-être à l’être aux yeux d’autrui. Parce qu’à chaque examen, c’est ton « toi » (ce que tu vaux à tes yeux, ce que tu vaux aux yeux des autres, etc.) que tu joues. Je pense que tu aurais un peu moins peur de l’échec si tu ne te « réduisais » pas qu’à cela, en quelque sorte. (Tu t'épargnerais d'ailleurs un certain nombre de souffrances... Car il y a toujours plus doué, plus beau, etc., que soi...)

Personnellement, je pense que tu réussiras sur le plan professionnel, je ne me fais pas trop de souci pour toi à ce sujet-là ; mais je crois que ce n’est pas le plus important… au final.
miu, Eva ont aimé ça
#1301038
Coucou :)
Kylian a écrit :Je ne sais pas trop comment l’exprimer, mais vu que tu ne t’aimes pas en profondeur, ne te dis-tu pas que tu n’as (entre guillemets) que cela (ta réussite scolaire/professionnelle, ton « intellect », etc.) pour toi, et que si tu échouais en la matière, tu n’aurais décidément plus rien (de particulier) pour toi (ce qui est faux, bien entendu) ? « Si je ne suis pas la meilleure - une bonne note ne te suffit pas -, et ce, dans tous les domaines - tant qu’à faire - (mais vu que je réussis surtout à l’école, je vais tout miser là-dessus), je ne suis plus rien du tout, je ne me distingue plus, je ne suis plus ‘spéciale’ », en gros. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles tu as si peur de l’échec… Parce que tu en fais une question d’ « identité », parce que tu te définis au gré de tes réussites, en quelque sorte. Parce que si tu ne te trouves peut-être pas extraordinaire, tu cherches peut-être à l’être aux yeux d’autrui. Parce qu’à chaque examen, c’est ton « toi » (ce que tu vaux à tes yeux, ce que tu vaux aux yeux des autres, etc.) que tu joues. Je pense que tu aurais un peu moins peur de l’échec si tu ne te « réduisais » pas qu’à cela, en quelque sorte. (Tu t'épargnerais d'ailleurs un certain nombre de souffrances... Car il y a toujours plus doué, plus beau, etc., que soi...)
Oui c'est exactement ça ! Je me souviens en avoir parlé à mon ancienne psy en arrivant dans ma nouvelle école. Elle m'avait demandé "Mais au pire si vous n'êtes pas "la meilleure", est-ce que c'est si grave ?" Et je lui avais répondu que "Oui, parce que si je ne suis pas la meilleure, je suis qui ?".

Quand j'étais jeune ado et par la suite, j'étais très malheureuse parce que je me sentais laide, affreusement laide, que je n'étais pas à la mode, que je ne faisais pas partie des "filles populaires" (c'est fou comme cette notion vide de sens peut détruire des gens :shock: ), qu'on se moquait beaucoup de moi, etc. Je ne suis pas certaine, mais il est possible que des membres de ma famille en aient rajouté une couche, quand bien même ma maman passait son temps à me dire à quel point j'étais jolie. On m'appelait "l'intello" avec beaucoup de mépris. J'ai accepté cette étiquette et je l'ai transformée en force. Elle a nourri mon ambition et mes nuits de travail, et j'en suis très fière, et je crois que je ne ferais pas autrement si l'occasion m'en était donnée. Mais je ne sais pas vraiment être autre chose aujourd'hui :( Si je ne suis plus "l'intello" ou la meilleure, je ne vois pas ce que je peux être.

Tu as visé très juste...
#1301042
[quote=Janysse post_id=1301038 time=15554 Mais je ne sais pas vraiment être autre chose aujourd'hui :( Si je ne suis plus "l'intello" ou la meilleure, je ne vois pas ce que je peux être.

Tu as visé très juste...
[/quote]

Salut ma jolie Janysse

J'espère que tu vas bien. Je suis d'accord avec Kylian sur l'idée que si tu te forces pas à être la meilleure de tous, tu pourrais éviter pas mal de souffrances.

Comme Kylian (he ho, je profite d'ailleurs pour saluer ma cocotte, je pense souvent à toi ces jours et je t'appellerai sur ton téléphone fixe comme la dernière fois. Bisous fabuleux) a dit: il y a tj qqn qui est plus doué, plus joli, plus fort que soi. On peut pas être tj meilleur de tous mais par contre on peut être meilleur de soi -même.

Quand j'étais petite, je subissais cette obsession comme la tienne: meilleure de tous, dans tous les domaines, de toute école, université...et à l'école primaire les enfants m'appelaient intello, se moquaient de moi car j'avais 2 dents cassées à cause d'un accident du vélo foutu. Je me sentais tout le temps laide...je travaillais jour et nuit pour être la meilleure de tous.

A chaque fois je m'en rappelle de mes longues années acharnées à l'école au Viet nam, j'ai pas de regret des résultats mais je ressens des échecs et les blessures psy en moi. Les années récentes je vais mieux et j'ai survécu plus ou moins de cette obsession (Kylian devait vivre fort cette obsession, elle aussi).

Le conseil que je pourrais te donner est de te détendre, aimer toi même pour ce que tu es, la meilleure ou pas meilleure de tous des fois,c'est pas grave du tout. Mais la meilleure de toi même, oui, c'est intéressant ;)

Je pense à ma phobie de me mettre à la danse car j'ai peur d'être ridicule devant les gens. Rah là la, c'est dingue comme je peux réduire tellement un loisir passionnant de la vie. Mais ça va aller, je ferai du tango avec ma copine sur l'herbe devant sa ferme à la campagne.

Être ridicule, des fois c'est rigolo. Juste on prend des choses à la léger quoi :lol:

De toute façon on meurt pas à un échec. On peut tj améliorer. On donne et fait le meilleur de nous. C'est déjà top.

Hi hi j'attends le bus pour aller cuisiner chez ma copine. Du coup j'écris vite fait sur mon mobile.

Je t'envoie plein d'encouragement pour ton mémoire et je te souhaite des moments détendus, aimant toi même car t'es une fille adorable.

J'envoie plein des gros bisou fabuleux à toi et Kylian et aux amis qui passent par ici. Cette matinée à aix, il fait si doux, si beau...
Modifié en dernier par miu le 17 avr. 2019, 09:59, modifié 1 fois.
Kylian, Janysse ont aimé ça
#1301043
Bonjour jolie Janysse,

Je continue de te lire et ça me chagrine par moments. Albane, Kylian, Miu, pour ne citer qu’elles, ont tout dit. Je n’ai pas tant de justesse et je ne t’aiderai probablement pas. Je t’écris quand même pour te livrer ma modeste expérience.

On n’apprend que par soi, aussi, tant que tu n’en feras pas l’expérience, tu ne pourras pas intégrer certaines choses. C’est légitime. Je pense donc que quoi que l’on dise ici, cela ne changera malheureusement rien. Tu chemines, oui, tu fais ton propre chemin, oui, avec tes doutes, tes insécurités, tes désirs aussi, et tu continueras ainsi car tu fonctionnes ainsi.

Tu sembles avoir besoin de reconnaissance. Il n’y a aucun mal à cela, je ne te juge pas, d’autant qu’avec du recul, je pense avoir éprouvé également ce besoin durant mes études. Je ne m’en rendais pas du tout compte, mais en y réfléchissant, 10 ans plus tard, je me dis que je construisais peut-être mon identité, au-delà de ma carrière.

J’ai tout sacrifié pour réussir. Je ne fais rien d’extraordinaire, mais j’ai réalisé mon rêve de jeune fille en exerçant un métier que j’aime, le seul que je souhaitais exercer. Je l’aime aujourd’hui encore avec passion et je referais tout 10 fois s’il le fallait.

Et pourtant, aujourd’hui, je sais que ce n’est pas le plus important. Je plussoie Kylian, sa dernière phrase surtout. Il arrive un âge où l’on souhaite des noblesses qu’aucun travail ne peut apporter. Je parle de l’amour, d’une famille.

Chaque chose en son temps, bien sûr. Je t’encourage tout naturellement à poursuivre tes efforts pour écrire ta thèse, c’est actuellement une « étape » à passer, le plus important apparemment. Je suis passée par là, même si je n’ai pas écrit de thèse.

Je dis juste que l’on ne se définit pas par ce que l’on fait. On se définit par ce que l’on est. Tu n’es pas une étudiante et tu ne seras pas à mes yeux X ou Y (le métier que tu exerceras), une fois que tu auras réussi.

À mes humbles yeux, tu es une jeune femme qui a besoin d’aimer et d’être aimée car ici c’est « l’essence » de ton être qui se définit, pas le statut de tes études.

Ton travail te donnera d’innombrables satisfactions, je te le souhaite car je goûte un peu à ces plaisirs et c’est inestimable. Cependant, il est des moments où cela ne tient pas chaud au cœur...

Se donner tout entière à tes recherches, c’est ce qu’il te faut apparemment maintenant. Ok. Mais ne te réduis pas à cela s’il te plaît. C’est tout ce que je voulais te dire aujourd’hui.

Je sais bien que tu as tenté de t’ouvrir à l’amour et que cela t’a menée ici. Je ne dis pas qu’il faut se consacrer à cela maintenant. Je voulais juste dire que tu es Janysse au-delà de ton travail de recherches et meilleure ou pas, ça ne change pas qui tu es. Découvre-toi au-delà de tes travaux et aime-toi, ce sera ta plus belle histoire d’amour...

Pardon si je suis maladroite et hors sujet. Il y a tant de personnes talentueuses sur ton fil de discussion que j’ai peur d’être à côté.

Mes petits mots partent de bons sentiments en tout cas, tu le mérites.

Douces pensées
miu, Elieza, Albane06 et 2 autres ont aimé ça
#1301049
Coucou Janysse,

On avait pu en parler plus tôt, mais pour en revenir à la notion de "qui suis-je", tu es toi. Digne d'être aimé telle que tu es, par le simple fait de ton existence même.

Chez la plupart des gens, la construction de l'amour de soi et de l'estime de soi se fait naturellement et se cimente à travers la croissance et les expériences. Ainsi, les étiquettes sociales que l'on récupère tout au long de la vie ont un impact finalement peu important sur elles, elles vont toucher l'égo quand ces étiquettes sont négatives, mais ne vont pas fragiliser les fondements de soi. De ton côté, tu n'as pas eu la possibilité de te construire un amour de soi et une estime de soi solide (pour X ou Y raisons qui te concernent), ainsi, la manière dont on te définit t'impacte de manière importante. Ainsi, ce n'est pas ton égo qui est blessé, mais ce qu'on appelle l'enfant intérieur, l'enfant qui n'a pas eu assez d'amour et qui a peur. C'est "cet enfant" qui te pousse à être la meilleure puisque c'est le seul moyen qu'il te semble d'être heureuse (via les normes sociales de réussite). Hors, ces normes sont biaisées dans ta vision, puisque si l'échec n'est pas glorifié, il n'est pourtant pas une remise en cause de la valeur de la personne, mais une remise en cause des actions et des choix qui ont abouti à cet échec. Toi, inconsciemment, tu ne fais pas la différence. Si tu échoues quelque part, c'est Janysse en entier qui échoue. Et ça, tu le crois fermement parce que les fondations derrière ne te permettent pas d'avoir une vision saine et équilibrée des choses.

Il ne te viendrait jamais à l'idée de dire à un ami qui aurait raté son année : tu ne vaux rien, tu ne sers à rien. Cette même compassion, tu te le dois d'abord à toi.

On parle beaucoup de ce fameux amour. Mais, si tu ne t'aimes pas toi-même, comment veux-tu qu'on t'aime ? C'est comme un entrepreneur qui ne croirait pas à son projet et qui devrait aller convaincre les banques de lui prêter de l'argent, il serait là : oui, c'est vrai, le projet est franchement pas top top, même moi je n'y crois pas, mais j'ai tellement besoin de cet argent s'il vous plaît prêtez le moi. Au mieux, les banquiers te ferment la porte au nez (pas de rencontres amoureuses intéressantes avec des mecs fiables et libres), au pire, tu tombes sur des usuriers qui vont te prêter l'argent à un TEG de 75% (des types qui ne savent pas ce qu'ils veulent, qui te font galérer, sur lesquels tu cogites parce que tu ne comprends pas pourquoi ça ne marche pas malgré tout ce que tu donnes).

Disons que plutôt que de chercher l'approbation via l'amour de l'autre (il m'aime donc ma valeur est validée), il faut plutôt te dire (je m'aime et l'autre, en recherche d'un sujet digne de son amour, peut m'aimer également). Tu vois la différence ? Nulle notion de valeur ici, mais une notion d'équilibre.

Je trouve que tu as beaucoup avancé au contraire. Ton questionnement sur toi-même en est la preuve. Aujourd'hui, tu sais que si tu cogitais autant sur ces garçons, c'est parce que tu voulais désespérément être aimé, c'est déjà un grand pas je trouve. Tu vois une psy, tu parles de toi, de ce que tu ressens, tes interrogations sont tournées vers toi-même en majorité.

Ensuite, peut-être que ta psy ne suffit pas, parfois, il faut taper plus fort. Perso, je voyais un hypnothérapeute, donc à chaque séance, on travaillait sous hypnose légère (hypnose ericksonienne), ça permettait au thérapeute de faire certains réglagles et chez moi, ça fonctionnait, j'ai beaucoup avancé de cette façon. Ca peut être une piste à creuser.

Moi, je vois de la lumière dans ce que tu dis. Je vois de l'amour pour toi caché plein de fausses croyances.
Albane06, miu, Kylian ont aimé ça
#1301229
Coucou tout le monde !

Tout d'abord, merci infiniment pour vos messages qui sont toujours si bienveillants et pertinents. C'est en partie grâce à vous que j'avance. Ils me sont aussi d'un grand réconfort en cette période d'écriture de mémoire. La recherche est une activité solitaire, mais bien impossible à réussir seul.e. Pour votre présence et vos mots, merci.
miu a écrit :Le conseil que je pourrais te donner est de te détendre, aimer toi même pour ce que tu es, la meilleure ou pas meilleure de tous des fois,c'est pas grave du tout.
Rationnellement, je le sais bien. Mais pour l'instant c'est juste impossible, je ne sais pas comment faire, et une part de moi ne veut pas lâcher ça. Pas maintenant, après le mémoire...
Eva a écrit :Ton travail te donnera d’innombrables satisfactions, je te le souhaite car je goûte un peu à ces plaisirs et c’est inestimable. Cependant, il est des moments où cela ne tient pas chaud au cœur...
Eva a écrit :Et pourtant, aujourd’hui, je sais que ce n’est pas le plus important. Je plussoie Kylian, sa dernière phrase surtout. Il arrive un âge où l’on souhaite des noblesses qu’aucun travail ne peut apporter. Je parle de l’amour, d’une famille.
Tu n'es jamais maladroite, jamais à côté Eva :bisou:
Pour y avoir goûté l'an dernier, avoir pris une année supplémentaire pour me soigner, et tout le temps du monde pour mon amoureux de l'époque, avoir pris aussi du temps pour renouer certains liens avec ma famille, je sais que toi et Kylian avez raison. Mais mon travail est si important dans ma vie, autant que la famille ou l'amour. Plus en fait, est-ce une erreur ? Je me souviens de mon ex me disant, en comprenant à quel point je suis engagée dans mon travail que "si je continuais comme ça, je finirais seule" (sympa le mec). Ca m'effraie. Mais avec mon travail, même si je suis seule, j'ai mon travail. Sans mon travail, je suis juste seule.

Je comprends à quel point ces mécanismes de pensée sont problématiques et dysfonctionnels, mais je ne sais pas penser autrement alors... parfois je ne pense plus du tout, je ne sais juste pas où j'en suis. Je ne sais pas ce qui se passe, je me vois penser comme ça sans rien pouvoir faire, pas encore.
Daenyan a écrit :Toi, inconsciemment, tu ne fais pas la différence. Si tu échoues quelque part, c'est Janysse en entier qui échoue. Et ça, tu le crois fermement parce que les fondations derrière ne te permettent pas d'avoir une vision saine et équilibrée des choses.
Oui complètement, et ça m'arrive très souvent. La moindre erreur, le moindre échec, le moindre refus et c'est tout mon être qui est ébranlé. Vendredi j'ai proposé à une copine d'aller boire un verre après notre journée de travail elle m'a dit qu'elle n'était pas très chaude, qu'elle préférait continuer à travailler parce qu'elle était sur une bonne lancée (moi je galère comme une folle à côté). C'est idiot, ça m'a vexée, j'en avais les larmes aux yeux. Je ne peux pas contrôler ça, c'est l'espace de trois secondes, je sens comme un poignard à l'intérieur. Je peux pas continuer à vivre comme ça.
Daenyan a écrit :On parle beaucoup de ce fameux amour. Mais, si tu ne t'aimes pas toi-même, comment veux-tu qu'on t'aime ? C'est comme un entrepreneur qui ne croirait pas à son projet et qui devrait aller convaincre les banques de lui prêter de l'argent, il serait là : oui, c'est vrai, le projet est franchement pas top top, même moi je n'y crois pas, mais j'ai tellement besoin de cet argent s'il vous plaît prêtez le moi. Au mieux, les banquiers te ferment la porte au nez (pas de rencontres amoureuses intéressantes avec des mecs fiables et libres), au pire, tu tombes sur des usuriers qui vont te prêter l'argent à un TEG de 75% (des types qui ne savent pas ce qu'ils veulent, qui te font galérer, sur lesquels tu cogites parce que tu ne comprends pas pourquoi ça ne marche pas malgré tout ce que tu donnes).
C'est ce que je dis à mes élèves ou aux personnes que je prépare pour des oraux : l'examinateur, il en voit passer 15 par jour des gamins, pendant plusieurs jours, il ne va pas y croire pour vous. Ca me parle beaucoup. Je crois que je comprends. Si je ne me pense pas digne d'être aimée, profondément et sincèrement, personne ne le fera pour moi (à part ma maman <3).

Je ne sais pas trop comment m'y prendre mais j'essaie. Je m'accorde des temps de lecture, des moments de pause, je me fais à manger, je range mon appartement, je me douche tous les jours (oui à un moment je ne faisais même plus ça), je me félicite pour mon travail, je me fais des petits plaisirs TOUS les jours (une fringue, un gâteau, des sushis, que j'apprécie en conscience et en me remerciant, j'ai suivi vos conseils ça marche plutôt très bien :D ), je médite. J'ai téléchargé le bouquin de Christophe André.

Je dois vous paraître bien triste et peu joyeuse, et c'est vrai, je ne trouve pas vraiment de source de joie dans ma vie. Mais au moins je suis un peu stabilisée, et très vite je reviendrai vous raconter des choses plus joyeuses et plus drôles.
Daenyan a écrit :Ensuite, peut-être que ta psy ne suffit pas, parfois, il faut taper plus fort. Perso, je voyais un hypnothérapeute, donc à chaque séance, on travaillait sous hypnose légère (hypnose ericksonienne), ça permettait au thérapeute de faire certains réglagles et chez moi, ça fonctionnait, j'ai beaucoup avancé de cette façon. Ca peut être une piste à creuser.
Ma psy (dont j'ai changé fin 2018) est spécialisée en thérapie cognitive-comportementale et aussi hypnothérapeute précisément (c'est pour ça que je l'ai choisie). Mais on fait très peu d'hypnose, elle insiste sur la TCC, il y a beaucoup de comportements à changer chez moi. Je lui fais confiance pour ça, mais je crois que ça prendra du temps.
Daenyan a écrit :Moi, je vois de la lumière dans ce que tu dis. Je vois de l'amour pour toi caché plein de fausses croyances.
Et c'est une des plus belles choses qu'on m'ait dites (écrites) depuis longtemps. :bisou:
#1301346
Salut Janysse,

Tout d'abord, merci pour ton message sur mon sujet par rapport à ma soeur, c'est adorable. Il faut que j'aille écrire un merci général à tout le monde d'ailleurs!

Je voulais juste relativiser tes craintes par rapport à ton avenir. OK, je suis peut-être pas la personne la plus zen du monde (anxiété, bon matin!) mais tout ce que tu écris sur tes peurs, j'aurais pu l'écrire il y a 10 ans. Tu sais quoi? Une grande partie est normale, tu la retrouves chez 90% des gens aux études supérieures, master et doctorat. Ben oui....

Mais avec mon travail, même si je suis seule, j'ai mon travail. Sans mon travail, je suis juste seule.
Pas faux! Et peu importe le travail, c'est une chance immense d'aimer ce que tu fais. Peu de gens ont cette chance, et je t'en sens parfaitement consciente, c'est merveilleux! Après, qui sait, peut-être que ce tu te vois faire maintenant ne sera plus le même dans 15 ans! Et tant mieux! Un esprit ouvert t'amènera là où tu veux, parce que tu auras toujours l'impression d'être là ou tu devais être, peu importe la destination et les contretemps :)

parfois je ne pense plus du tout, je ne sais juste pas où j'en suis
Hum oui, ça arrive... Tout ce mal-être que tu ressens, l'impression d'être en-dessous des autres (stress, examens, etc.), je pense que la plupart des gens le ressentent de temps à autres. Tous ne l'expriment pas ou ne traduisent pas de la même manière. Oui parfois, ça paralyse!! Et d'autre, ça passe tout seul. Pourquoi? Aucune idée...

Une de mes activités favorites a toujours été d'écouter les autres, sans but précis, juste les écouter. Et si tu savais les douleurs, les peurs, les larmes, les regrets que chacun a... Beaucoup de belles choses et expériences aussi. Tout ça pour dire que ce que les gens (famille, amis, collègues, inconnus dans le bus) ne sont pas uniquement un sourire sur un visage. Ce qu'ils montrent est souvent à 1000 lieues de ce qu'ils vivent. Et ce n'est pas de l'hypocrisie, du mensonge ou que sais-je. Non, juste une manière de faire face à chaque nouveau matin et d'avancer un peu plus.

Tu disais plus tôt que tu avais parlé avec une copine de cours qui semblait assez détendue sur le travail en cours, alors que toi, intérieurement, tu paniquais. Mais qui te dit que cette jeune fille ne rentre pas chez elle en pleurant parfois, parce qu'elle pense qu'elle n'y arrivera pas? Que, quand elle se trouve devant la glace, elle ne hausse pas juste les épaules, découragée de ce qu'elle voit et de ce qu'elle pense être? Alors oui, elle te montre peut-être un sourire... Tout comme toi, j'en suis sûre, tu as dû lui dire avec un sourire, même de l'humour , quelque chose du genre: "olala, je stresse mais ça va aller [smile]" ou pire "oui oui, moi aussi ça avance bien".
Enfin tu vois l'idée....

Je dois vous paraître bien triste et peu joyeuse, et c'est vrai, je ne trouve pas vraiment de source de joie dans ma vie. Mais au moins je suis un peu stabilisée, et très vite je reviendrai vous raconter des choses plus joyeuses et plus drôles.


Ouh ben je pense qu'on s'en fiche un peu que tu ne sois pas drôle et joyeuse! C'est plus pour toi que c'est pesant.

Et je rebondirais aussi sur:
Mais, si tu ne t'aimes pas toi-même, comment veux-tu qu'on t'aime ?

Très bonne remarque de Daenyan, je pense qu'elle en sait un bout de plus que moi. Cependant, de ce que je vois autour, et aussi dans ma vie, l'amour de soi et la confiance en soi n'est pas un aller simple pour une relation saine et épanouie. Ils aident énormément hein, on s'entend, mais n'en sont pas la garantie. L'amour naît d'une certaine part de fragilité, parce que de le fragilité ressort ton authenticité. Tu ouvres une porte sur ton vrai toi. Attention, fragilité ne veut pas dire décrire pendant 3h ses symptômes de gastro-dépression au nouveau venu, ou la mort de ton chat qui a gâché tes 5 ans. Quoique :lol:

Non, juste montrer qui tu es, ce que tu aimes, pourquoi tu l'aimes, ce qui te fait pleurer, ou rire, etc. Tout ça au cours des premiers mois/années/toute une vie en fait. Que tu aies confiance en toi ou non... Je crois que c'est de là que vient l'adage "l'amour vient quand on ne s'y attend pas", car on s'ouvre sans calculer ou réfléchir de quoi on a l'air. On s'en fiche, on n'attend rien.
Combien de couples se sont formés sur une fragilité commune par exemple? Ou des personnes handicapées suite à accident qui rencontrent quelqu'un? Ceux que je connais (peu heureusement), étaient trèèèès loin de s'aimer, et pourtant, quelqu'un les a aimé. Pour de vrai. Ça les a aidé. Et combien de personnes confiantes se sentent parfois terriblement seules, bien qu'elles montrent le contraire?

Et vice versa.

Tout ça pour dire que tu as toute la vie devant toi pour découvrir et devenir celle que tu veux être, petit à petit. Donne-toi le temps. On pense tous parfois qu'on est nuls, stupides, ou moches. Plus ou moins longtemps, plus ou moins intensément. Et c'est correct, tant que ça passe...

Allez, allez, bon courage pour ton mémoire. Et, entre nous, ça s'arrange pas avec le doctorat hein... :lol: Stress, panique, fatigue, cernes. Mais j'avoue, ça reste super sympa à vivre, pas de regrets! De très bonnes années quand même!
#1301351
Et j'oubliai, mais le hasard fait bien les choses.
Un de mes étudiants est passé me voir tantôt, tout paniqué pour son mémoire: "aaaaah mais je fais quoi si j'échoue?? Ma vie est finie!". Il a 24 ans en passant.
Je lui ai répondu: "ben oui, ça serait embêtant, effectivement".

Il m'expliquait que ça l'angoissait beaucoup. Je lui ai donc demandé s'il trouvait normal qu'une personne ayant investi 50'000$ dans un restaurant soit stressé s'il voit passer ce qu'il pense être une souris. Autant te dire qu'il m'a regardé bizarrement, et m'a répondu "ben oui..."
Je lui ai demandé pourquoi.
Il m'a dit que le monsieur avait mis tout son argent, toute son énergie, qu'il serait désespéré de tout perdre.

Ben voilà. Un étudiant est un investisseur, un investisseur sur lui-même. Tu as consacré du temps, de l'argent, de l'énergie sur ton projet de vie. C'est pas rien. Évidemment, tu veux que ça marche!! Alors peut-être que tu vas croiser une souris qui va tout faire capoter, parce qu'elle cache des problèmes de salubrité (pas le bon choix de carrière, peu d'offres d'emploi, mémoire raté, etc.) ou qu'elle n'est que la souris du ptit voisin qui s'est échappée de sa maison (coup de stress, angoisse, mauvaise note ou appréciation).

Si c'est l'option 1, tu aviseras en temps et en heure, il n'est jamais trop tard pour changer de cap (on pleure, on crie, puis après, exterminateur ou on rase tout). Si c'est le 2, bonne frayeur mais ça passe une fois que la souris est retournée dans sa cage (verre de vin, soirée copines, bon bouquin).

Ne sous-estime pas tout ce que tu as mis de toi dans tes études, c'est proportionnel à tes angoisses :D Cette fois, j'arrête!! Bisous :bisou:
#1301354
Très beau message de Lola (coucou!) sur lequel je vais rebondir: un de mes cousins est atteint de la maladie des os de verre (une forme de myopathie, je ne saurais pas donner le nom exact), mais sa mère était en fauteuil, et lui l'a été assez jeune, il est resté petit (environ 1m20), avec toutes les contraintes que ca implique. Et bien il a épousé une femme splendide (d'1m70), valide, avec laquelle il a eu deux merveilleux enfants. Pourquoi? Parce qu'il s'aime suffisamment et a toujours eu confiance en lui. Alors qu'il ne remplit aucun des critères de beauté normatifs, et qu'il aurait pu se dire qu'il n'allait pas faire d'enfants car il ne pourrait jamais être un père "normal" avec eux. C'est vrai, il n'est pas un père normal. Mais par contre, c'est un père extraordinaire.

Courage jolie Janysse, le chemin peut paraitre long, mais il en vaut la peine.

(J'en profite pour embrasser bien fort Eva)
#1301359
L'amour de soi, la confiance en soi, font partie des plus grands moteurs de l'existence, bien plus puissants que la recherche de la perfection, l'autocritique constante et stérile (se critiquer c'est bien, ça fait avancer, mais ça doit rester constructif et bienveillant).

Très joli partage Elieza !
Elieza ont aimé ça
#1301649
Cher.e.s ami.e.s,

Merci pour vos derniers messages. Je ne vous réponds que maintenant, vous l'avez compris maintenant, j'essaie de vous lire et vous relire, d'assimiler tout ce que vous me dites avant de vous répondre. Je suis venue quand même, répondre à d'autres, ça me changeait les esprits.

Cette fois cependant, mon délai de réponse est dû à tout autre chose.

Il s'est passé beaucoup de choses depuis 10 jours.

J'ai fini un papier à rendre pour valider un de mes cours, et me suis rendue compte que j'étais capable d'écrire 20 très bonnes pages en une semaine, et ça m'a rassurée sur ma capacité à terminer mon année. J'ai vu mon directeur, qui m'a annoncé ma date de rendu de mémoire, 3 semaines plus tard qu'initialement prévu, ça me laisse le temps de souffler, d'écrire sans mourir de stress. Surtout, ça voulait dire que je pouvais prendre quelques jours pour aller voir mes parents. Le lendemain, je me suis réveillée avec un mail d'un de mes profs, celui à qui j'ai envoyé le papier sus-mentionné, enthousiaste et qualifiant mon travail de "magnifique" et me proposant direct une publication. 20 minutes plus tard, mon père m'écrivait pour m'annoncer qu'il était hospitalisé en urgence depuis 2 jours pour des fièvres extrêmes (41 degrés) et inexpliquées. Une heure plus tard j'étais dans le train.

Je suis passée en un instant de la joie la plus candide et la plus peine à une peur terrible. J'ai eu si peur et si mal. Ca ne pouvait pas se finir comme ça, pas déjà, hors de question, alors que nous étions en froid depuis tout ce temps, alors que... Heureusement je médite tous les matins depuis 3 semaines, et j'ai réussi à me détacher de ces pensées pour agir, faire ma valise, prendre mon train, et aller à l'hôpital.

Il est sorti il y a deux jours, guéri, et sans qu'on ait trouvé quoi que ce soit de grave (aucun organe touché, rien d'anormal, bref cet épisode reste inexpliqué !). Je n'étonnerai personne en disant que ça m'a bouleversée. Que ça aurait pu arriver, que ça arrivera un jour. Que ce jour-là, mes petites angoisses sur mon nombre de pages, mes petites histoires de merde avec des garçons à la con qui ne veulent pas de moi, elles ne pèseront pas bien lourd dans la balance. Alors j'ai passé 5 jours à faire les allers-retour à l'hôpital, ma maman m'accompagnait (je suis pas doudou mais les hôpitaux me font froid dans le dos), j'ai passé beaucoup de temps avec elle, à cuisiner, discuter, regarder la télé. À profiter de ces moments qui sont ceux qui comptent vraiment, avec des gens qui comptent vraiment.

Deux jours après mon arrivée chez mes parents, j'ai appris le décès d'un ancien camarade de fac. C'est là que je me suis dit qu'il était urgent de vivre.

Je pense que mon père aussi a eu très peur. Et je crois que certaines choses vont changer maintenant, ont déjà changé, dans notre relation. Dans ma relation à moi aussi.

Je me suis remise à écrire mon mémoire. Sereinement, avec plaisir et confiance. Je sais que le chemin vaut le coup, que tout ce que je fais aura valu le coup. Et que mon papa sera fier de moi.

Je me rends compte (grâce à la méditation beaucoup) que je pense beaucoup à mon ex, tous les jours en fait. Pas tant par nostalgie que par habitude. Avec colère et amertume parfois, parce qu'il y a des choses que je ne digère pas encore, et qu'il n'y a peut-être pas à digérer ou pardonner (la rupture par sms, c'est juste pas possible merde). Dans ces moments je pense à toi Daenyan, je me rappelle avoir lu sur un autre fil que tu t'étais retrouvée à penser à ton ex à l'autre bout du monde sur une plage de Nouvelle-Zélande, alors qu'il n'avait rien à y faire. Alors je pense à autre chose, je fais autre chose, je le dégage. Il revient, mais je le dégage encore. Parfois ça m'agace, parfois je hausse les épaules et je continue ma vie.

Même si la solitude me pèse encore parfois, que je me sens seule, que je me sens triste, que j'ai peur, parfois, seulement parfois, je me sens aussi portée par la conviction qu'un jour, ça viendra, je rencontrerai un garçon qui sera fait pour moi et avec qui j'aurai une relation tranquille et belle. J'ai hâte, mais je sais qu'il n'est pas encore temps, alors je me dis quelle joie, j'ai encore tout ce temps rien que pour moi. Pas d'obligation, pas de mauvaise humeur à gérer, pas d'emmerdes, de courses à faire en double, de charge mentale en excès, juste mon mémoire d'amour, et toutes les choses dont je prends soin : ma famille, mes amis, mon appartement, mon boulot.

Peut-être que dans trois jours je serai à nouveau au fond du trou mais peu importe parce qu'aujourd'hui la vie est belle, elle est belle même si je vous écris en pleurant chaudement, elle est belle malgré ce qu'elle est. Et ça me convient.

Lola,
Merci pour ton passage ici et tes mots rassurants, merci de partager ton expérience de chercheuse. J'espère que tu vas aussi bien que possible <3
lolarennt a écrit :Si c'est l'option 1, tu aviseras en temps et en heure, il n'est jamais trop tard pour changer de cap (on pleure, on crie, puis après, exterminateur ou on rase tout). Si c'est le 2, bonne frayeur mais ça passe une fois que la souris est retournée dans sa cage (verre de vin, soirée copines, bon bouquin).
Je crois que c'était la petite souris du voisin, elle s'enfuit souvent ;)

Merci Elieza pour ton partage, qui m'a fait beaucoup réfléchir. Beaucoup.
Daenyan a écrit :L'amour de soi, la confiance en soi, font partie des plus grands moteurs de l'existence, bien plus puissants que la recherche de la perfection, l'autocritique constante et stérile (se critiquer c'est bien, ça fait avancer, mais ça doit rester constructif et bienveillant).
Eh bien cela m'a frappée en pleine face. Je n'avais jamais pensé/envisagé les choses de cette façon. Je refuse de lâcher prise sur certains trucs, persuadée que j'y perdrais le moteur qui me pousse à faire toutes ces belles choses depuis des années. Mais si l'amour et la confiance en soi peuvent être un moteur aussi, et mieux... Quelque chose fait tilt. Quelque part. Ca vient.

Je vous laisse avec un dernier mot, un conseil de lecture. J'ai suivi vos conseils et me suis forcée (oui oui !) à ne pas travailler et lire plutôt des romans. L'Art de la joiede Goliarda Sapienza est un bijou. C'est une lecture difficile, mais d'une beauté étourdissante : "Comment pouvais-je le savoir si la vie ne me le disait pas ? Comment pouvais-je savoir que le bonheur le plus grand était caché dans les années apparemment les plus sombres de mon existence ? S'abandonner à la vie sans peur, toujours... Et maintenant encore, entre sifflements de trains et portes claquées, la vie m'appelle et je dois y aller."

Je vous embrasse bien fort et vous souhaite un beau 1er mai :bisou:
lyreca, miu ont aimé ça
#1301656
Bonjour Janysse,

ça fait plaisir d'avoir de tes nouvelles et de voir cette belle évolution.
Contente que ton papa aille mieux.
Je rebondis juste sur ce passage qui me parle particulièrement
Janysse a écrit :
01 mai 2019, 12:23
Même si la solitude me pèse encore parfois, que je me sens seule, que je me sens triste, que j'ai peur, parfois, seulement parfois, je me sens aussi portée par la conviction qu'un jour, ça viendra, je rencontrerai un garçon qui sera fait pour moi et avec qui j'aurai une relation tranquille et belle. J'ai hâte, mais je sais qu'il n'est pas encore temps, alors je me dis quelle joie, j'ai encore tout ce temps rien que pour moi. Pas d'obligation, pas de mauvaise humeur à gérer, pas d'emmerdes, de courses à faire en double, de charge mentale en excès, juste mon mémoire d'amour, et toutes les choses dont je prends soin : ma famille, mes amis, mon appartement, mon boulot.
Oui, avoir du temps pour soi est un vrai cadeau. Et c’est une grande force que de le savoir.

biz
Janysse ont aimé ça
#1301658
Coucou Janysse !

Quel message ! C'est super que ton papa aille mieux, bon rétablissement à lui.

De petits pas en petits pas, finalement arrivent de grands changements. Tu commences à saisir un certain sens dans le fait de vivre réellement sa vie, et que tout ne se définit pas via la réussite ou l'échec, et plus seulement de manière théorique.

Voir ton évolution, comme le papillon qui se prépare à sortir de sa chrysalide, cela fait réellement plaisir.

Je t'avoue que je ne sais pas si je vais revenir sur le forum avant un long moment, je me sens de plus en plus décalée ces derniers temps face à certains échanges qui ont lieu ici, et ayant certains jolis projets en cours dans ma vie, je pense qu'il est préférable pour moi de me concentrer désormais dessus. Alors j'espère que tu vas continuer sur ta lancée et t'accrocher ! Je tenais à te saluer chaleureusement, ainsi que les copains, Elieza, KKH, Numéro 7, Selma, ainsi que ceux qui interviennent bien plus ponctuellement et que j'oublie sûrement. Je vous souhaite de très jolies suites dans vos vies et projets respectifs.

Jolie Janysse, crois-moi, le meilleur est à venir pour toi :bisou:
Janysse ont aimé ça
#1301672
Coucou Daenyan ( je me permets Janysse ;) )

J'espère que ces jolis projets en cours ( :-Lov ) ne t'empêcheront pas de donner des nouvelles de temps en temps , et peut être de continuer à nous faire bénéficier de tes interventions de grande qualité )

Biz
#1301723
Merci les filles pour vos doux mots :)

Aujourd'hui moment de tristesse, j'ai repensé à toutes les choses que mon ex a faites ou pire, pas faites, pendant nos 2-3 derniers mois de relation. Ça ne sert à rien de remuer la merde (le passé) et je ne cherche pas à tout lui mettre sur le dos, mais en repensant qu'il pouvait me dire des choses du genre "je n'ai pas la disponibilité émotionnelle pour que tu me manques", faut pas s'étonner que j'aie fait une rechute de dépression. Même si, fondamentalement, le problème demeure que c'est MOI qui suis restée au lieu de partir. Maintenant que j'y ai pensé, je vais retourner faire ma petite vie :)

Daenyan, quand je vois TON évolution (j'ai lu tout ton thread bien sûr), je me dis qu'effectivement le meilleur est à venir !

Merci pour tout, je te souhaite toutes les joies du monde :bisou:
#1302687
Coucou tout le monde,

Je passe discuter :)

Je suis dans la dernière ligne droite de mon mémoire (plus que quelques semaines) et comme aujourd'hui est férié, toutes les bibliothèques sont fermées et je suis coincée chez moi. Ce qui signifie que je ne me mets au travail que de façon TRÈS poussive, donc je n'avance pas, donc j'angoisse, donc j'avance encore moins, etc. J'ai décidé par conséquent de venir faire un tour ici plutôt que de m'arracher (littéralement, car je suis à moitié folle souvenez-vous haha) les cheveux.

Je continue ma thérapie et mon traitement, et je crois que ça commence à porter ses fruits. Je continue aussi à méditer tous les matins, à voir mon kiné. Pour l'heure, à J-22 du rendu du mémoire, ce pour quoi j'ai travaillé tout ce temps, à moins d'un mois des résultats de ma candidature d'allocation doctorale, tout est dur. Manger est compliqué (soit je zappe, soit je mange n'importe quoi, soit je meurs de faim toutes les 3 heures), dormir aussi car je rêve toutes les nuits de mes recherches et je me réveille fatiguée, travailler enfin, est une épreuve. J'aime ce que je fais, j'adore et pour rien au monde je ne ferais autre chose, mais mon corps est épuisé. Mon corps a mal, il est vidé, fatigué, las de ces dernières années éprouvantes. Mon mental n'en parlons pas.

Pourtant je suis toujours debout. Je continue de me lever tous les matins, de donner mes cours, d'aller à la bibliothèque, d'écrire, relire, travailler. Faire les courses. Me laver. Je sais que je suis à deux doigts de craquer, et que je ne vais pas craquer.

Je ne sais pas comment le dire et je ne suis même pas toujours sûre que ça soit vrai, mais je crois que je vais mieux. J'essaie de prendre soin de moi, et surtout d'être bienveillante. La méditation m'aide à faire un pas de côté et observer : tiens, là, je suis en train de me dénigrer devant des gens qui n'ont rien demandé, qui n'ont fait preuve de rien d'autre que de bienveillance, pourquoi ? Ou encore : tiens, là je suis en train de me culpabiliser de ne rien foutre, ou de me flageller parce que mon corps est faible, mais c'est normal après toutes ces années de travail acharné, sans garantie de résultat, sous une pression constante et dans un climat d'auto-haine épuisant, de ne plus avoir l'énergie nécessaire.

Il y a même des fois, où j'accepte de rejoindre les copains au bar, d'aller boire un verre, même si c'est juste un coca parce que mon corps est si faible qu'il ne supporte plus l'alcool ; des fois où j'accepte de rire à gorge déployée, de passer du temps en terrasse plutôt que de rentrer chez moi et me sentir seule ; des fois où je prends sur moi d'accepter la joie que je me suis si longtemps refusée. Que j'ai appris à me refuser en croyant qu'il n'y a comme ça qu'on réussit.

Je suis encore une petite chenille, pas un papillon. Et parfois la tendresse pour mon ex me submerge et je ne sais pas quoi en faire. Et parfois il me manque au point qu'une larmichette vient rouler sur ma joue. Et parfois je me dis quel crétin. Et parfois je me dis tiens, je n'ai pas pensé à lui depuis longtemps. Et je ne sais pas quoi en faire.

Tout ce qui compte désormais c'est de finir cette année, finir ce mémoire que j'aime et que je déteste en même temps, accepter la joie où et quand elle se présente, et puis c'est déjà pas mal. Et pour le reste, on verra après.

Je vous embrasse
#1302688
Et si aujourdh’hui tu faisais un travail en fonction des options qui te sont « offertes » ?!
- la possibilité de méditer
- la possibilité de faire une sieste
- la possibilité de relire tes écrits et d’y traquer les éventuelles fautes d’orthographes
- la possibilité de passer une heure ou deux à cuisiner pour ces jours proches où tu auras moins le temps - parce que, Janysse, se reposer et bien manger font partie d’un bon « entraînement » pour tenir et poursuivre jusqu’à la fin - ce n’est pas du temps perdu...
- la possibilité de vérifier - en general - des tas de choses sur tes écrits - un jour férié tu peux faire un travail plus « détendu » et cependant nécessaire...
#1302690
Coucou Numéro 7

Oui, j'ai passé plusieurs heures à me torturer (j'ai avancé un peu quand même), mais je suis en train de faire exactement ce que tu suggères : shampoing, courses, rangement, cuisine pour les prochains jours, et repos (aussi pour les prochains jours).

C'est juste que les jours fériés sont un enfer, je ne travaille bien qu'en bibliothèque. Mais bon, heureusement demain 9h je m'y remets :)

Tu as parfaitement raison pour ce qui est de dormir et bien manger. J'ai été tellement épuisée les dernières semaines (j'était même à 9 5 de tension) que ma médecin m'a prescrit toute une batterie de tests. Résultat : je n'ai rien du tout !! Et depuis ça va un peu mieux. Ah, les mystères de l'efficacité symbolique..
#1302691
« C'est juste que les jours fériés sont un enfer, je ne travaille bien qu'en bibliothèque. »

C’est bien d’avoir su identifier les lieux qui te conviennent pour travailler - quand je faisais mes cours par correspondance j’ai constaté que j’étais plus dispo le soir - et ça se vérifie encore aujourd’hui pour mon espagnol... comme me l’avait dit le prof de D. com. à la fac « vous avez une mémoire photographique, servez vous de vos atouts » - un jour de repos alors que tu avais gagné du temps - puisque tu avais eu la bonne surprise d’apprendre que tu rendrais ton travail plus tard que tu ne l’avait pensé, c’est toujours un jour de bonus, Janysse... un jour pour prendre soin de toi...
#1302850
Coucou ma charmante Janysse,

Je t'ai lue toujours mais j'ai pas eu de temps pour t'écrire. Je suis très contente pour ton travail de mémoire. Je suis sûre que tu finiras ton mémoire dans l'honneur et dans la beauté ^=^ Chapeau à toi, ma jolie. Quand j'étais à la fac, je n'ai pas eu cette force féroce pour vraiment embellir mes mémoires de fin d'études. Mais quoi que, je sais pas, peut - être j'aurai de l'occasion pour rattraper tous par une thèse en littérature, qui sait, qui sait ; D

Si j'ai un conseil à te donner, je ferai exactement ce que la jolie Numéro 7 te l'a dit, de prendre soin de temps, de consacrer du temps pour toi: faire la cuisine, faire les courses, dormir, te détendre. Tous ces soins de bien - être pour toi physique et moral, c'est pas du temps gâchis, ça te renforce et ça te sert de te ressourcer, c'est même très vital et indispensable.

Je te souhaite plein de courage et de force pour ta dernière ligne droite. Tu vas réussir ton master en toute noblesse, ma jolie. Et puis si ça te dit de venir à Aix quelques jours, t'es tj bienvenue chez moi, ma belle ^ = ^ On pourra faire plein de choses à Aix, hi hi.

Gros bisous fabuleux à toi et aux autres ami.e.s qui passent par ici ^^
Janysse ont aimé ça
  • 1
  • 41
  • 42
  • 43
  • 44
  • 45

Bonsoir, A mon sens, ça: Après[…]

Bon, je présume qu'il ne sera pas ais&eacut[…]

Tu a tout à fait raison. Merci à toi[…]

Hello les amis, Me revoilà donné q[…]