Aide et conseils pour récupérer ton ex !

Vous êtes nouveau sur le forum? Présentez-vous auprès des autres membres...
#1278373
Quelques news : bon, alors, second RV avec le psychologue cet après-midi... ça ne fait pas des miracles, mais au moins, c'est un lieu neutre où il y a de la place pour la parole, même si je n'ai pas l'impression d'avancer des masses pour le moment.

Sinon : je confirme que l'emploi du temps est plus compliqué pour lui, et que c'est sans doute dû à la fin des congés scolaires. Donc, le 3ème RV n'est que début avril, c'est un peu loin...
Sinon, la mutuelle prend en charge presque entièrement 10 consultations par an, pas plus. Alors, à tort ou à raison, mais je préfère quelque chose de court, axé sur ma décision ou non de quitter la région, avec tout ce que ça implique ; et surtout, savoir si ça cache quelque chose d'autre ou pas, si c'est un vrai projet (bon, je tourne autour depuis 20 ans, tout de même !).

Emotionnellement, ben... ça va mieux ; c'était surtout le fait d'arrêter totalement de fumer que je ne supportais pas, je craquais de partout et ça sortait par la peau. Donc là, disons que ce qui débordait émotionnellement est "contenu", mais il y a des hauts et des bas énormes, plus que la moyenne je pense, mais c'est quelque chose comme "un tempérament". Tout a tendance à être excessif, chez moi...

Voilà, c'était pour donner quelques nouvelles ! :cherry_blossom:
#1278451
Paige a écrit :
01 mars 2018, 17:58
Je suis contente pour toi Lavieenrose, que ça soit bien passé avec le psy !!! on s'en fout qu'il soit "bon" en général, ce qui compte c'est que toi, tu le trouves bon!

le fait que ça sorte est très bon signe!! sûrement un des 1ers effets de ton rdv psy! laisse sortir! tu peux tenir aussi un petit journal ça aide, ça aide à voir ça comme un parcours "médical" et pas seulement "psy" (où on culpabilise toujours un peu, alors que si on avait 6 mois de rééduc pour une jambe cassée on ne culpabiliserait pas!!)

Courage!
Très bon conseil, Paige : je viens de commencer (c'est un joli petit carnet), car je me rends compte que "ça travaille" entre deux séances, donc je note... :writing_hand: et ça me permet aussi d'y voir plus clair !

Belle journée, bises :cherry_blossom:
Paige, Albane06 ont aimé ça
#1280345
Bonjour à toutes et à tous !

Alors, quelques nouvelles : depuis que je consulte, je dors mal avec de mauvais rêves qui s'apparent à des genres de cauchemars, des choses qui remontent... J'espère que ça ne va pas durer trop longtemps...

Pour le reste : il semble que ce qui est en jeu, au-delà de cette histoire de "six ans pour commencer à faire le deuil", ce serait plutôt mon rapport à certaines réalités. Et sans doute le changement de région n'est-il pas judicieux pour cette année, justement à cause de certaines réalités, et aussi, j'ai des choses à éclaircir et à régler avant de partir :smirk_cat: .

Voilà à peu près...

Bises à tous :kiss: ! Est-ce d'autres font aussi des rêves bizarres, de mauvaises nuits en commençant à consulter ?
#1280372
Oui, je pense que ce sont "des choses qui remontent", mais du coup, ce n'est pas très agréable... bon, pourvu que ça ne dure pas trop longtemps, car le lendemain, je suis dans un état... :confounded: ! :scream_cat:
SpoilerAfficher
Pour le reste, c'est vrai que "les réalités", je n'aime pas... Par exemple : il y a pénurie de PQ dans le magasin où je fais mes courses habituellement, c'est "chiant" (le cas de le dire :smile_cat: !) ; j'ai à nouveau un problème sur une autre dent, j'ai mal. C'est chiant. En fait, la seule chose que j'aime vraiment, c'est quand j'écris, parce qu'au moins, j'ai la maîtrise des choses, et dans le "feel good book", ça se finit toujours bien.
#1280389
Hello

La période est propice à faire des rêves très "particuliers" mais peu agréables, surtout pour les personnes ayant une sensibilité au dessus de la moyenne..la pleine lune toussa toussa...

Donc oui, il est normal que les choses remontent (....!) quand on fait une thérapie aussi légère soit-elle, ça prouve que quelque chose fonctionne et a besoin de sortir ... de s'évacuer (comme pour le PQ ^^) mais le soucis est que cela se fait toujours de manière violente dans les rêves et donc on dort très mal.

Par contre, fais gaffe à toi car à te réfugier uniquement auprès de choses agréables te coupe un peu de la réalité qui n'est jamais très "douce" (que ce soit en bien ou en mal). Mais bien sûr, il y a des moments où cela est totalement nécessaire.

Se blinder pour affronter les différentes situations complexes de la vie est une épreuve difficile mais très motivante car on se doit de connaître ses limites... ce que peu de gens font, au final.
#1280392
Oui, Kakahuet, j'essaye de trouver un équilibre entre les deux... mais je sais que les réalités, j'ai vraiment du mal avec ça...

Comme il y a le boulot aussi, et la vie en général, ben... je compose au mieux, ce qui évite de me couper, mais pour ces vacances, je prévois vraiment quelques jours en Bourgogne, sans aucune connexion informatique, et aussi, la semaine suivante, de ne faire qu'écrire... Après, je sais que j'aurai plus de forces pour supporter l'affreux train-train quotidien :train: ...

Ce que j'ai le plus de mal à surmonter, comme beaucoup de personnes, ce sont les deuils...

Bon, c'est déjà bien de faire ce travail avec un accompagnant (un psy, quoi :grinning: ), ça permet d'y voir plus clair !

Sinon, un truc qui m'aide à vivre, c'est l'humour décalé :smile_cat: !
#1280401
Coucou LVER :) ,

Je te répondrai juste sur les rêves /cauchemars: oui c'est NORMAL car des choses remontent.

J'en fais très régulièrement et j'arrive à dissocier le cauchemar "irréel" (celui où je serais pourchassée par un zombie par exemple :) ) de celui beaucoup plus réel car pourrait arriver dans la vraie vie (se faire agresser ou kidnapper par exemple)... Dans ce dernier cas de figure, je peux le faire pendant plusieurs nuits, avec à chaque fois un détail en plus (qui est en réalité une nouvelle clef pour comprendre), et le traîner durant des années jusqu'à ce que je trouve enfin MA solution (c'est à dire le "pourquoi j'ai fait ce rêve"), souvent dans ma vie onirique d'ailleurs.

Au départ, ça m'effrayait, je me réveillais en sursaut, je pouvais pleurer et je ne voulais plus m'endormir. Aujourd'hui, j'ai appris à vivre avec et je sais que ça veut dire quelque chose et que je finirai par trouver. Je ne me prends plus trop la tête dessus désormais :) .

Tout ça pour te dire que ce n'est rien de bien grave, que tu finiras pas savoir le pourquoi du comment mais qu'il ne faut pas que tu focalises dessus.
#1280403
Merci pour cet éclairage, Carrie !

Bon, j'espère que ça ne durera pas des années non plus, ces histoires de mauvais rêves au goût de cauchemar :crying_cat_face: . Mais au moins, je penserai à chercher le détail, dans le cas d'un cauchemar récurrent...

Sinon, je me demande si je n'en faisais pas déjà avant, mais que tout simplement, ils n'arrivaient pas jusqu'à la conscience au réveil... ?
Donc là, c'est l'occasion de "travailler dessus", si je comprends bien, mais pour ça, le mieux serait alors de noter pour s'en souvenir, au lieu d'essayer d'évacuer les images le plus vite possible... enfin, je suppose :thinking:
#1280721
Je ne dors pas, RV dentiste demain aprèm. ; j'ai eu de des maux de dents tellement violents ces derniers jours que je suis sûre qu'il y a un truc psychologique derrière ça. En ce moment, sous antibio. (de nouveau) + antiinflammatoires. Une horreur, j'en ai pleuré de douleur, il y a deux jours.

Malgré les séances psy, pour l'instant, rien ne bouge vraiment puisqu'au contraire, je somatise encore plus.

Alors voilà, j'en arrive à la conclusion suivante : tout ce cirque dentaire a commencé à partir du moment où j'ai été à nouveau attirée sérieusement par quelqu'un. Parce que j'ai réalisé que je ne suis pas en capacité de faire face à l'échec inévitable qui suivra si quelque chose devait commencer. Je ne peux plus. Depuis, non pas ma relation "flash éclair", mais celle pourrie d'après, avec un cinglé, durant six mois environ, qui n'arrêtait pas de me descendre plus bas que terre parce qu'il "ne se sentait pas à la hauteur".

Alors j'ai beau savoir que ça n'avait rien à voir avec moi, mais qu'il s'agissait de lui avec lui-même, j'ai eu beau lui dire, et même hurler tout ce que je pensais pour le faire fuir (et il est revenu une paire de fois à la charge... !), hé bien, les dégâts ont été faits. Avec l'impression que c'est irreversible, genre "le dernier coup de hache qui fait tomber l'arbre".

Je me fiche de ce type que je n'aimais même pas, parce qu'avec son attitude, je n'y arrivais pas, mais j'ai perdu le peu de confiance en moi qu'il me restait quant à l'éventualité de pouvoir être aimée et aimer dans une relation. Mais alors complètement. C'était déjà bancal avant, je m'en étais pris plein la tête, mais là...

Alors voilà, j'essaye de sortir ici mes "maux de dents", mes "mots dedans". Même si je sais bien, ce n'est pas "consultation psy" mais juste un forum. Mais merde, ne plus réussir à ce point là à croire en quelque chose, envisager de suite le deuil, se dire que ça va forcément merder...
Parce que je sens bien qu'il y a réciprocité, de son côté à lui, et c'est ça qui réactive tout, chez moi. Voilà.

Quelqu'un dans le même cas ?
Quelqu'un d'autre, qui se dit qu'un échec de plus, c'est juste pas possible ? Qu'il faudrait alors mobiliser tant de ressources psychiques que... ben non, quoi. La route est barrée.

Une espèce de SOS que je lance tardivement...
En plus, ma dentiste a osé me dire qu'il y avait "des choses tellement plus graves dans la vie" que mes problèmes dentaires. Ben ouais, quoi. Objectivement, je devrais être assez contente, alors je me la boucle. Et je passe mon temps à donner le change, et ça finit par craquer. Salement. Méchamment. Une vraie rage... de dents :crying_cat_face:

Merci à celles et ceux qui m'auront lue.

J'ajoute : la psy chez qui j'allais faire les "mouvement occulaires rapides", dès que j'ouvrais la bouche, me parlait "d'égo" et de "petit hamster" qui tourne, et tourne, et surtout donc, il fallait que je me taise. Sinon, c'était mon "hamster" et mon "égo" qui parlaient. Alors que j'allais mal, sinon, je n'aurais pas consulté. Et j'avais besoin de dire. D'être entendue. D'être en confiance.

Je lâche tout cette nuit, ici. Ce doit être les médocs qui me montent au crâne, genre qui lèvent les barrières inhibitrices, je sais pas !

Bon, je réitère : merci à celles et ceux qui m'auront lue, et ce doit être long, ce pavé :scream_cat: !

Si quelqu'un a une piste... on ne sait jamais ; ça peut aider. Je vois le psy mercredi, mais bien sûr, ça avance très lentement, ou plutôt, j'ai l'impression que ça n'avance pas.

Bises à tous :cherry_blossom:
#1280724
Salut Lavienrose.

Alors perso, je ne suis pas vraiment dans le meme cas que toi, je pense d'ailleurs que c'est un peu tout le contraire (une envie de d'avancer, de construire mais rien qui avance et des opportunitees qui me paraissent inaccessible, bref)

Pourquoi penses tu que tes relations futures se solderaient irremediablement par un echec ?
Il est vrai que tes experiences passees n'ont pas forcement ete concluantes mais cela ne doit pas vouloir dire que ca doit sonner comme une condamnation et perdurer ad vidam eternam.

De plus, ne penses tu pas que cette forme de resignation dont tu fais preuve ne fait pas qj'inconsciemment cela te pousse a te tirer toi meme une balle dans le pied et a t'auto saborder en pensant a la fin avant meme d'y voir un eventuel commencement ?

Je ne juge pas, je pose simplement des questions.

Concernant la psy et l'histoire de hamster, j'ai peut etre mal saisie mais je ne vois pas en quoi tu devrais museler ton ego alors qu'a priori il n'est pas surdimensionne mais bon n'etant pas psy j'ai sans doute loupe un episode

Pour la dentiste, laisses tomber, tu t'es plaint et alors, j'ai envie de dire on s'en fous qu'il y ait des choses plus graves dans la vie que les maux de dents (deja, c'est bien chiant et puis j'aimerais bien la voir elle quand quelquechose ne va pas dans sa vie, bref, les donneurs de lecons toussa toussa)

Tu as mal, tu as envie de te plaindre, vas y les autres ne sont pas a ta place et chacun a son propre curseu et seuil de tolerance vis a vis de ca.

Quand au fait de ne plus supporter un autre echec, de craindre de ne plus savoir aimer ou etre aimer, ben y a qu'en essayant qu'on peut le savoir mais rien ne sert de te presser ou de te mettre une pression monstre, prends deja les problemes les uns apres les autres et essaies peut etre de te distancier un peu par rapport a toi meme et a tout ca.

Voila tout ce que je peux te dire, je ne suis pas sur que ca t'aide beaucoup au final ni que ta bouteille lancee ne se soit pas perdu dans l'ocean de mes idees farfelues mais c'etait mon point de vue.

Courage a toi, je e pense qu'on passe tous plus ou moins par des questionnements comme ceux'ci a un moment ou a un autre et je ne doute pas que tu finiras par t'y retrouver dans tout ce marasme.

Bises
#1280726
Bonjour
Lavieenrose123 a écrit :
16 avr. 2018, 01:40
Quelqu'un d'autre, qui se dit qu'un échec de plus, c'est juste pas possible ? Qu'il faudrait alors mobiliser tant de ressources psychiques que... ben non, quoi. La route est barrée.
Je pense que l'on est tous passé par là, ceux qui ont cru dur comme fer à une histoire et qui sont restés sur la touche.
On se dit à un moment que ce n'est plus possible et puis , l'être humain est ainsi fait, on reprend espoir en certaines choses...


Lavieenrose123 a écrit :
16 avr. 2018, 01:40
j'ai eu de des maux de dents tellement violents ces derniers jours que je suis sûre qu'il y a un truc psychologique derrière ça.
C'est fort possible et de plus, focaliser là dessus ne peut que te conforter dans cette idée ... et c'est le serpent qui se mord la queue (aïe)
Lavieenrose123 a écrit :
16 avr. 2018, 01:40
Malgré les séances psy, pour l'instant, rien ne bouge vraiment puisqu'au contraire, je somatise encore plus.
Quel genre de psy ? peut-être qu'il/elle n'est pas "adapté(e)" à ce que tu recherche, peut-être qu'il faut aussi plus de temps ?
Lavieenrose123 a écrit :
16 avr. 2018, 01:40
Alors voilà, j'en arrive à la conclusion suivante : tout ce cirque dentaire a commencé à partir du moment où j'ai été à nouveau attirée sérieusement par quelqu'un. Parce que j'ai réalisé que je ne suis pas en capacité de faire face à l'échec inévitable qui suivra si quelque chose devait commencer. Je ne peux plus.
Mon psy te dirait que c'est la "réaction de facilité" (en fait, pas de cette façon, mais en résumant le truc).
Bien sûr que si, tu es capable de faire face à un échec, nous le sommes tous... mais cela implique que tu ne tiennes pas les rênes de l'histoire, et que tu subisses plutôt que tu contrôles.
Lavieenrose123 a écrit :
16 avr. 2018, 01:40
Je me fiche de ce type que je n'aimais même pas, ...
Alors pourquoi en faire une montagne?...
même si tu as la peut de répéter le même schéma, sur ce cas là tu savais déjà que cela ne pourrait pas fonctionner... alors que si tu avais eu des sentiments profonds...
Lavieenrose123 a écrit :
16 avr. 2018, 01:40
J'ajoute : la psy chez qui j'allais faire les "mouvement occulaires rapides", dès que j'ouvrais la bouche, me parlait "d'égo" et de "petit hamster" qui tourne, et tourne, et surtout donc, il fallait que je me taise. Sinon, c'était mon "hamster" et mon "égo" qui parlaient. Alors que j'allais mal, sinon, je n'aurais pas consulté. Et j'avais besoin de dire. D'être entendue. D'être en confiance.
Bon, ben tu sais que tu n'étais pas faite pour aller vois ce genre de psy... ni plus, ni moins.
Tu aurais pu aussi consulter un psy plus "traditionnel"...celui qui écoute et qui te fait parler, non ? qu'est ce qui t'as poussée à choisir ce type de thérapie plutôt qu'une autre?
Lavieenrose123 a écrit :
16 avr. 2018, 01:40
Si quelqu'un a une piste... on ne sait jamais ; ça peut aider. Je vois le psy mercredi, mais bien sûr, ça avance très lentement, ou plutôt, j'ai l'impression que ça n'avance pas.
Tu sais, et je ne pense pas être le seul, quand on consulte un psy, on se rend compte que l'on "avance" quand finalement on a décidé d'avancer.
Mais ça prend du temps ...le temps de mettre en place plein de choses, d'aligner les deux neurones que l'on a..

Mais courage à toi ! il n'y a pas de raison que tu ne passes pas cette étape...
#1280731
Bonjour Lavieenrose

alors pour les trucs psychologiques derrière les maux de dents je pense que c'est fort possible. de façon général ce qu'on appelle les souffrances/maladies psychosomatiques existent.
dans mon cas après le décès d'un parent c'était des maux terribles jusqu'à deuil complet. Le mieux serait d'en parler à ton psy, en attendant tu peux te documenter sur internet (google search: "psychosomatique")

Bon courage à toi ;)
  • 1
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 17
La Souffrance Récurrente

Hello ! si ça peut te réconforter ,[…]

Bonsoir ma belle Miu une question parce que j'ai[…]

Dois-je y voir des signes ?

Reste sur ton sujet d origine.

Rupture et début de SR

Je souhaite apporter des modifications à mo[…]